Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 17 977 349
Nombre de commentaires : 83 862
Nombre d'articles : 6 456
Dernière màj le 23/04/2018
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
"De la femme vient la lumière
 Et le soir comme le matin
 Autour d'elle tout s'organise".
Louis Aragon

Coups de coeur des hôtels; restaurants; voyages; recettes.
<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>
Pour terminer notre balade à Sarreguemines je vous propose de visiter le site dit du « Moulin de la Blies » qui a été, entre 1825 et 1969, l’une des nombreuses unités de fabrication de la Faïencerie de Sarreguemines.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le bâtiment du moulin, devenu Musée des Techniques Faïencières, servait à la préparation des pâtes à faïence.
Il abrite aujourd’hui une importante collection de machines et d’outils dévolus à la fabrication de la céramique.


Le moulin est situé à trois kilomètres du centre de la ville, sur les berges de la Blies qui forme une « frontière naturelle » avec l’Allemagne.


Avant même la Révolution Industrielle, le site (ou lieu dit) du Moulin de la Blies était déjà une unité de production des Faïenceries. Ce qui en fait le site industriel le plus ancien de la ville.


Au 19ème siècle, la faïencerie de Sarreguemines utilise une série de moulins sur les rives de la Sarre et de la Blies.
On exploite la force du courant pour faire fonctionner les nombreux broyeurs et malaxeurs nécessaires.


La Ville de Sarreguemines s’en porte acquéreur en 1978 et, dans les années 1990 naît un projet de conservation des collections de la faïencerie.


Le Jardin des Faïenciers est aménagé sur les friches du site du moulin de la Blies, le long de la rivière du même nom.
Il évoque les sources d’inspiration des artistes décorateurs, l’alchimie des couleurs et la fabrication de la faïence.


Le jardin des faïenciers se décline en plusieurs jardins thématiques inspirés du patrimoine faïencier et des ressources locales.


L'atelier des patouillards!
Un patouillard est une cuve qui servait pour le délayage des argiles ainsi que pour le mélange des matières premières.


Le moulin de la Blies accueille depuis 1998 un magnifique musée des Techniques Faïencières.
N'hésitez pas à aller y faire un tour!

À bientôt pour un nouveau voyage!



Le soleil arrive doucement mais....les températures font que les mijotées sont encore de mises!

Aujourd'hui, je cuisine une mijotée de pommes de terre aux lardons!


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes- préparation 15 minutes- cuisson 30 minutes)

-1kg de pommes de terre
-100g de lardons
-4 gousses d'ail en chemise
-huile d'olive
-30cl de bouillon
-feuilles de laurier
-100g d'olives


Pelez, lavez et coupez les pommes de terre en dés.
Dans une sauteuse, faites chauffez un filet d'huile d'olive.
Faites-y revenir les pommes de terre, les lardons et les gousses d'ail en chemise.
Versez le bouillon.
Ajoutez les feuilles de laurier.
Couvrez et laissez cuire 30 minutes.


Quelques minutes avant la fin de la cuisson ajoutez les olives.


Bon appétit!



Nous ne pouvions pas aller à Sarreguemines, commune située dans le département de la Moselle et ne pas visiter le très beau musée de la faïence!
Installé dans les anciens appartements de Paul de Geiger, directeur des Faïenceries de Sarreguemines entre 1871 et 1914, nous y avons découvert une riches collections de céramiques.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Les différentes salles du musée présentent pour l’essentiel des créations de la faïencerie de Sarreguemines qui couvrent une période allant de la seconde moitié du 19ème siècle au premier quart du 20ème siècle.


La faïencerie a définitivement fermé ses portes en 2007, le musée se veut la mémoire technique et artistique de cette industrie qui a fait la renommée de la ville pendant près de 200 ans.


Nous admirons des objets du service de table parfois oubliés comme le surtout en forme de paon majestueux.
Un surtout de table est une décoration que l'on place au centre d'une table.
Elle est utilisée pour des raisons esthétiques mais aussi pour disposer divers aliments.


Des objets de fantaisie tel que des vases, plats, jardinières et autres bibelots en vogue au 19ème siècle témoignent de techniques et de styles éclectiques.


La céramique d’art tient une grande place.


Eugène Grasset, Victor Kremer, Colette Gueden sont quelques noms rattachés à la faïencerie de Sarreguemines, à une époque où la céramique devient un vecteur de la théorie de l’art pour tous.


Dans notre famille (dans le sens large) toutes les armoires renferment une assiette ou un plat de ce service!


Le Jardin d'Hiver!
Insoupçonnable de l’extérieur, le Jardin d’Hiver a été érigé entre 1880 et 1882, à la demande du directeur Paul de Geiger.


Avec ses murs entièrement revêtus de faïence de Sarreguemines, sa fontaine monumentale en majolique et ses allégories de la Terre et du Feu, cette pièce se veut l’illustration du brillant savoir faire de l’entreprise.


Le goût pour ce type de construction naît vers le milieu du 19ème siècle de l’enthousiasme du public pour les serres aménagées en Europe, suite aux nombreux voyages des botanistes vers des territoires récemment conquis ou découverts.


Sous la protection des souverains et des princes sont ainsi peu à peu réunies des collections de plantes exotiques dans ces jardins botaniques.


Témoin de la Révolution industrielle, un four à faïence est toujours dressé à l’arrière du Musée de la faïence, où s'élevaient les ateliers de la rue Poincaré, ainsi que la demeure de Paul de Geiger.


Le bâtiment se présente sous la forme d’une enveloppe conique en briques, sur un plan circulaire de 9 mètres de diamètre pour une hauteur de 11 mètres.
La durée de la cuisson était variable : 60 à 70 heures pour le biscuit.
Le travail près des fours était très éprouvant, en raison de l’extrême chaleur qui y régnait.
On défournait bien souvent les produits avant qu’ils ne soient totalement refroidis. Cette cadence était imposée par les exigences d’une production de masse.

À demain!



Les lendemains de fêtes sont toujours gourmands!

Aujourd'hui, je cuisine une blanquette de poulet au riesling.


Les ingrédients pour cette recette:
(6 à 8 personnes- préparation 15 minutes- cuisson 1 heure)

-1 poulet coupé en morceaux
-100g de girolles (un bocal)
-60cl de riesling
-2 échalotes
-30g de beurre
-60g de farine
-huile
-feuilles de laurier
-persil
-1 jaune d'oeuf
-20cl de crème fraîche
-sel, poivre


Salez, poivrez et farinez les morceaux de poulet.


Faites chauffer un filet d'huile et un morceau de beurre dans une cocotte.
Faites-y dorer les morceaux de poulet.
Ajoutez les échalotes pelées et hachées.
Mettez les feuilles de laurier et le persil.
Versez le vin blanc ainsi que 20cl d'eau.
Salez et poivrez.
Couvrez et laissez mijoter 30 minutes.


Égouttez les champignons.
Ajoutez-les au poulet.
Prolongez la cuisson de 15 minutes.


Égouttez la viande et les champignons.
Mélangez 30g de farine avec 10cl de jus de cuisson.
Versez dans la cocotte et laissez épaissir quelques minutes.

Mélangez le jaune d'oeuf avec la crème et versez dans la cocotte.
Mélangez!

Remettez les morceaux de poulet et les champignons dans la cocotte.
Réchauffez à feu doux....c'est prêt!


Bon appétit!

Vous pouvez retrouver d'autres idées recettes de volaille sur ce lien.



Alors que nous suivions le circuit découverte de la vieille ville de Sarreguemines, commune située dans le département de la Moselle, mon regard s'est arrêté devant ce beau rond-point!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)


Sarreguemines, capitale de la faïence, le couvert est déjà mis!


Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.



Sarreguemines, c'est 200 ans d'histoire des faïenceries!
En effet, c'est en 1790, au début de la révolution française, que trois strasbourgeois installent une petite manufacture de faïences dans un moulin à huile à Sarreguemines.
Il s’agit des frères Nicolas et Augustin Jacoby, associés à Joseph Fabry, tous trois négociants en tabac.

Le musée de la faïence est installé dans les anciens appartements de Paul de Geiger, directeur des Faïenceries de Sarreguemines entre 1871 et 1914.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


À ses débuts, la manufacture occupe une vingtaine d’ouvriers et ne possède qu’un seul four. On y fabrique de la faïence fine dite cailloutage;
Mais la concurrence des manufactures anglaises et françaises, et les troubles de la Révolution poussent Jacobi à céder la place.


En 1800, Nicolas Jacoby cède ses parts de l’entreprise à Joseph Fabry et à Paul Utzschneider, un bavarois installé à Strasbourg.
Excellent céramiste, il introduit à Sarreguemines des techniques qu’il a pu observer en Angleterre au cours d’un voyage d’études.


Sa production est remarquée aux expositions nationales où il remporte de nombreuses médailles d’or.
Ses grès imitant la pierre dure sont appréciés par l’empereur Napoléon Ier qui passe commande en 1812 de plusieurs vases.


En 1836, Utzschneider se retire de la direction qui revient alors à son gendre Alexandre de Geiger.
Celui-ci poursuit l’oeuvre de son prédécesseur. Il effectue un rapprochement avec la manufacture Villeroy et Boch en 1838.


En 1871, à la suite du traité de Francfort et de l’annexion de la Lorraine à l’Allemagne, Alexandre de Geiger quitte Sarreguemines pour Paris.

La direction est alors assurée par son fils Paul.

Pour conserver le marché français, celui-ci fonde des succursales à Digoin en 1877, puis à Vitry en 1881.



En 1913, Paul de Geiger décède et, Utzschneider et Compagnie est scindée en deux sociétés distinctes : l’une avec l’établissement en territoire allemand, l’autre avec les faïenceries françaises.


A l’issue du premier conflit mondial en 1919, l’unité se reforme sous le nom Sarreguemines – Digoin – Vitry-le-François.
Pendant la seconde guerre mondiale, la faïencerie est mise sous séquestre.
Sa gestion est confiée de 1942 à 1975 à Villeroy et Boch.
En 1979, la manufacture abandonne alors la fabrication de vaisselle et s’oriente vers celle de carrelage.


En 2002, suite à un plan de reprise de 19 salariés et cadres devenus actionnaires, l’entreprise prend le nom de Céramiques de Sarreguemines. Il reste 130 ouvriers qui essayent de maintenir l’outil de production.


En 2005, l’entreprise est placée en liquidation judiciaire. La production continue avec une soixantaine d’ouvriers.
Le 9 janvier 2007, le tribunal ordonne la liquidation et la fin de l’activité au 1er février 2007.
Désormais, la faïencerie de Sarreguemines n’existe plus.

À demain pour la suite de la visite!



VELOUTÉ DE MARRONS

 07/04/2018
Idée apéritive ou entrée festive....

Aujourd'hui, je cuisine un velouté de marrons!


Les ingrédients pour cette recette:
(préparation 25 minutes- cuisson 30 minutes)

-500g de marrons en conserve
-250g de céleri-rave
-1 pomme fruit
-50cl de bouillon de volaille
-50cl de lait
-crème fraîche
-1 càc de quatre-épices
-1 càs d'huile d'olive
-sel, poivre
-persil


Pelez, lavez et coupez le céleri-rave et la pomme en dés.
Égouttez les marrons.
Mettez céleri, pomme et marrons dans une casserole.
Versez le bouillon et la lait.
Salez, poivrez.
Ajoutez la cuillère de quatre-épices.
Couvrez et laissez cuire 30 minutes.

Au bout de ce temps, versez un filet d'huile d'olive ainsi qu'une càs de crème et mixez le velouté.


Au moment de servir, répartissez le velouté dans des coupes apéritives.
Déposez une càc de crème au milieu et saupoudrez de persil finement ciselé.

Bon appétit!

Vous pouvez retrouver d'autres idées apéritives sur ce lien.

Vous pouvez retrouvez des idées "marrons et châtaignes sur ce lien.

Vous pouvez retrouver d'autres idées potages et soupes sur ce lien.



Afin de nous reposer de notre petit tour dans la vieille ville de Sarreguemines nous nous sommes arrêtés, pour déjeuner, à l'auberge Saint-Walfrid!
Située dans le quartier de Welferding au 58 rue de Grosbliederstroff, ce restaurant est un petit bijou de la cuisine gastronomique!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Nous avons pu lire l'histoire de ce bel établissement sur un panneau situé à l'entrée de la cour!


La salle du restaurant est superbement décorée...de nombreuses faïences nous rappellent le passé de la ville de Sarreguemines.


Des amuse bouches gourmands nous permettent de prendre le temps afin de choisir notre menu.


Les entrées sont bien gourmandes....un cannelloni de chair de tourteau est accompagné de guacamole et de nems de légumes.


Marc préfère goûter un melba de noix de saint-Jacques avec sa mousseline de racine et son émulsion au fumet de coquillage.


Les plats sont parfumés et très savoureux!
Nous choisissons la pièce de boeuf angus rôtie "Raifort et à la Cardamome".
Ce plat est servi avec une soubise d'oignon rouge, topinambour et jus réduit.


Quand arrive le dessert, nos yeux pétillent.....
Le vacherin rhubarbe et son coulis de fraises fraîches est tout simplement divin!


Les mignardises, savoureuses et parfumées agrémentent parfaitement notre café!


Les tuiles aux amandes, bien croustillantes, sont toutes aussi délicieuses.


Très jolie tasse pour un petit crème!

Nous avons passé un bon moment de gourmandise! Nous sommes prêts à poursuivre notre visite-découverte de la ville de Sarreguemines!



D'après le Oxford English Dictionary, le mot paprika, emprunté au hongrois, dérive du serbe « paprena », qui signifie « celui qui pique », mot dérivé du serbe « pepper », lui-même provenant du latin « piper » signifiant poivre.

Aujourd'hui, je cuisine un filet de julienne au paprika!


Les ingrédients pour cette recette:
(2 personnes- préparation 10 minutes- cuisson 30 minutes)

-1 filet de julienne
-150g de crème fraîche
-1 à 2 càs de paprika doux
-15cl de vin blanc
-1 échalote
-1 tomate
-25g de beurre
-sel, poivre


Pelez, lavez et hachez l'échalote.
Posez le filet de julienne dans un plat allant au four.
Garnissez-en le fond de l'échalote hachée.
Posez le filet de julienne par-dessus.
Salez et poivrez.
Versez le vin blanc.
Parsemez le poisson de petits morceaux de beurre.
Mettez le plat dans le four à 220° pendant 25 minutes.


Pendant ce temps, lavez et coupez la tomate en petits dés.
Dans un saladier mélangez la crème et le paprika.

Quand le poisson est cuit, sortez-le du four.
Récupérez le jus de cuisson et gardez le poisson au chaud.
Faites réduire le jus de cuisson puis mélangez-le avec la préparation à la crème/paprika.
Laissez réduire 2 minutes afin que la sauce soit onctueuse.


Mettez le poisson dans le plat de service.
Nappez-le de sauce au paprika.
Décorez avec les dés de tomates.

Bon appétit!

Vous pouvez retrouver d'autres idées poisson sur ce lien.



Sarreguemines, commune située dans le département de la Moselle, nous dévoile peu à peu ses trésors!
Aujourd'hui poussons la porte de l'église Saint-Nicolas.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Jusqu’en 1802, Sarreguemines faisait partie de la paroisse Saint-Denis de Neunkirch.
Les fidèles de l’agglomération disposaient toutefois sur place de trois chapelles pour leurs dévotions.


En juillet 1754, l’abbé Stein, prieur de l’abbaye de Wadgassen, et l’abbé Ferange, curé de la paroisse de Neunkirch décidèrent la construction d’une nouvelle église en remplacement des trois chapelles devenues trop vétustes et trop petites.


L'église Saint-Nicolas allait être construite sur l’emplacement de la chapelle de la Sainte Vierge.
Les travaux commencèrent en 1764 et l’église fut bénie le 21 mars 1768 par l’abbé Antoine Dambrun, alors curé de Neunkirch.


L'église renferme un mobilier de style baroque.


Les tableaux ont été réalisés par Januarius Zick, artiste à la cour électorale de Trèves.


Je prends toujours, en souvenir de l'église que je visite, une photo d'une des stations du chemin de croix.....


....ainsi que la photo d'un des vitraux!

À demain!



RISOTTO AUX POIREAUX

 05/04/2018
Un risotto est un plat complet dont il existe de nombreuses variantes!
Apprécié particulièrement par Stendhal, le risotto est cité dans la littérature francophone dès 1818.

Aujourd'hui, je cuisine un risotto aux poireaux!


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes- préparation 10 minutes- cuisson 30 minutes)

-3 blancs de poireau (ou plus si vous aimez les poireaux)
-1 filet d'huile d'olive
-400g de riz à risotto
-1 càc de gingembre en poudre
-10cl de vin blanc
-1l de bouillon
-100g de parmesan
-1 échalote
-1 gousse d'ail
-10cl crème fraîche


Pelez, lavez et coupez les poireaux en lanières.


Pelez, lavez et hachez l'échalote et l'ail.


Faites chauffer un filet d'huile d'olive dans une sauteuse.
Faites-y revenir ail, échalote et poireaux pendant 5 minutes tout en remuant régulièrement.
Ajoutez le riz.
Remuez jusqu'à ce qu'il devienne translucide.
Versez le vin blanc.
Laissez-le réduire.
Sur feu doux, arrosez régulièrement avec le bouillon jusquà ce que le riz soit cuit.


En fin de cuisson, incorporez le parmesan ainsi que la crème.
Réservez du parmesan pour saupoudrer le risotto au moment de servir.

Bon appétit!

Vous pouvez retrouver d'autres recettes de risotto sur ce lien.



C'est en pensant à notre amie Françoise du blog "grainedesucre" que j'ai pris cette enseigne en photo!

Françoise aime bien les jeux de mots!

Que dites-vous de l'enseigne de ce restaurant "Sarre-Dîne" situé au coeur de la ville historique de Sarreguemines?

Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!


Cliquez sur la photo pour l'agrandir!



Sarreguemines est une commune située dans le département de la Moselle!
Connue et reconnue pour sa faïence, Marc et moi avions, depuis longemps, envie de nous y arrêter afin de visiter ce site historique.

Aujourd'hui, je termine la balade dans la vieille ville!
Nous en étions resté rue d'Or, appelée autrefois "Untere Gasse".
C'est l'une des plus anciennes rues de la ville.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Cette rue possède encore de nombreuses maisons datant du 18e siècle.


Rue de la Paix se dresse la vieille tour, un des derniers vestiges de l'enceinte médiévale.


Dans une cour intérieure le conservatoire de musique est tout à fait charmant.


Institution Sainte Chrétienne.
En 1808, à leur arrivée à Sarreguemines, les Sœurs de la congrégation de Sainte Chrétienne ouvrirent deux classes élémentaires dans les locaux mis à leur disposition par la municipalité.


Peu à peu, grâce à l’acquisition de nouveaux bâtiments, le Pensionnat prit son essor.


En suivant la rue piétonne Sainte Croix à Sarreguemines, on rencontre une grande fontaine en grès rose des Vosges surmontée d'un bronze de Diane Chasseresse avec un cerf.


L'hôtel de ville.


Le musée de la faïence.


Les ruines du château!
De l'ancien château et de la fortification de Sarreguemines, ne subsistent que quelques ruines.
La plus grosse partie de l'ancien château a été ruinée lors du percement du tunnel de la ligne de chemin de fer entre Sarreguemines et Béning en 1865.


De la terrasse du château nous avons une petite vue sur la vieille ville de Sarreguemines.

À demain!



Revenons à nos souvenirs gourmands et aux plats simples mais tellement savoureux de nos mamans!
Les pommes de terre au roux.....tout un programme!

Aujourd'hui, je cuisine les pommes de terre au roux de mémé Angèle!


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes- préparation 15 minutes- cuisson 45 minutes)

-1 kg de pommes de terre
-1 oignon
-1 litre de bouillon cube
-40g de beurre
-60g de farine
-feuilles de laurier


Pelez, lavez et coupez les pommes de terre en dés.
Pelez, lavez et coupez l'oignon en lamelles.

Faites fondre le beurre dans une casserole.
Faites-y revenir l'oignon.


Ajoutez la farine.
Faites cuire tout en remuant jusqu'à obtenir un roux brun.


Versez le bouillon.
Mélangez bien.
Ajoutez les pommes de terre et les feuilles de laurier.
Laissez mijoter à feu doux pendant 45 minutes à 1 heure.
Mélangez de temps en temps.
Si la sauce devient trop épaisse, ajoutez un peu d'eau.


J'ai accompagné mes pommes de terre au roux de diots, spécialité savoyarde.

Bon appétit!



Notre visite du centre-ville de Sarreguemines, commune située dans le département de la Moselle, nous a permis d'admirer ce très beau rond-point situé place Goethe!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Sarreguemines depuis le début en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)


Petit retour dans le passé pour la place Goethe qui accueille désormais l'incontournable élément des cuisines d'antan!

Ce fourneau à l'ancienne "revisité" met en mouvement cette place située aux portes de la vieille ville!

À demain!



<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :