Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 21 940 877
Nombre de commentaires : 89 010
Nombre d'articles : 7 037
Dernière màj le 18/05/2019
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Miyajima est une île se trouvant dans la mer intérieure de Seto. L'île abrite principalement le bourg de Miyajima.

Cette île est considérée, dans la religion shintoïste, comme une île sacrée et vous pouvez voir ou revoir notre découverte de cette île ainsi que le voyage de Nicolas au Japon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(10 clichés)


L'île sacrée de Miyajima, considérée comme l'un des trois plus beaux paysages de l'archipel.


Et les découvertes y sont chaque fois plus belles.


La résidence Ohashi a été construite en 1796 par la famille Ôhashi.....


.....négociants en riz et propriétaires de nombreuses rizières


Cette impressionnante et somptueuse bâtisse est représentative de l'architecture des riches marchands de Kurashiki, ville du Japon située dans la préfecture d'Okayama, à l'ouest de la ville d'Okayama.


Son grand portail typique est classé bien culturel national.


L'architecture de cette résidence emprunte de nombreux éléments réservés aux maisons de samouraïs.


Un musée y est attachée.....


....qu'il ne faut pas manquer!
 
Bonne balade!



Reconstruit sous Louis XV et aménagé sous Louis XVI, le Palais de Compiègne a été conçu selon un plan triangulaire.
Ouvrant sur la ville, il se tourne toutefois vers la forêt avec laquelle le parc, dessiné sous Napoléon Ier, fait la transition.
 
Le château de Compiègne comporte quatre appartements principaux (appartements de l'Empereur, de l'Impératrice, du roi de Rome et appartement double de prince) qui témoignent de son occupation de la fin du 18e siècle au Second Empire.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)
(photo prise sur le net)


Le Cabinet du Conseil:
Témoignage du rôle politique qu'occupait Compiègne au siècle, le cabinet du Conseil accueillait les délibérations politiques.
À l'instar de Versailles et Fontainebleau, Compiègne est en effet un lieu d'exercice du pouvoir royal où nombre d'actes royaux ont été signés.


La chambre de l'Empereur:
La chambre de l'Empereur présente un décor et un ameublement d'une homogénéité remarquable.
L'atelier BUBOIS et REDOUTE ainsi que le peintre GIRODET réalisent en 1810 le décor peint.
Le mobilier de bois doré et d'ébénisterie est l'œuvre de Jacob DESMALTER.
Le faste ressort de l'alliance du cramoisi et de l'or pour les tentures murales, les rideaux, les garnitures du lit.
Les sièges sont ornés des emblèmes de l'Empire: feuilles de chêne, étoiles et abeilles, sans oublier l'aigle impérial au-dessus du lit.


La bibliothèque de l'Empereur:
Cette pièce marque la charnière ente les salons de représentation et les petits appartements de l'Empereur.
C'est ici que Napoléon 1er aimait étudier sur son magnifique et ingénieux bureau mécanique signé Jacob DESMALTER ( bureau appelé ainsi car il comporte un tiroir secret qui permet d'y glisser des plans et cartes ).

Les ouvrages présent actuellement dans le corps de la bibliothèque ne sont pas ceux de l'Empereur puisque la bibliothèque du souverain fut dispersée en 1889.

Les 2000 livre présents actuellement furent déposés ici en 1902 par la bibliothèque Nationale après la visite du tsar Nicolas II à Compiègne.


La salle de déjeuner:
Située entre la bibliothèque de l'Empereur et le salon de musique de l'Impératrice la salle de déjeuner est une pièce un peu plus intime et privée.


Le salon de musique:
Dans un décor architectural qui évoque le 18e siècle, l'ameublement de cette pièce a été choisi par l'impératrice Eugénie.
Deux tapisseries de la fin du 17e siècle voisinent avec des éléments de mobilier 18e siècle, empire et modernes, mélange éclectique très représentatif du décor et du goût du Second Empire.
C'est dans ce salon que la souveraine recevait, pour ses célèbres thés, les personnalités qu'elle voulait distinguer.


La chambre de l'Impératrice:
Cette pièce constitue un ensemble décoratif parmi les plus représentatifs du Premier Empire.
Le mobilier a été réalisé par Jacob-Desmalter.
La pièce a été restituée dans son état de 1811.


Le salon des dames d'honneur:
Ce salon tout comme la chambre avait été voulu à l'origine par l'impératrice Joséphine.
Dans ce salon tout un ensemble de sièges et de fauteuils destinés à une catégorie très précise de personnes.


Un respect de la hiérarchie, c'est-à-dire de l'étiquette, est exigé:
-le canapé est exclusivement réservé à l'Empereur et à l'Impératrice
-les sièges avec accoudoirs aux proches
-....et ainsi de suite jusqu'au bas de la hiérarchie où les derniers demeurent debout.


Le salon des fleurs:
Le premier salon de l'Impératrice reçut tardivement le nom de salon des Fleurs en raison de son décor.
C'était, en fait, un salon de jeux, comme en témoignent une table de trictrac, deux tables de quadrille et une table de bouillotte...


... Sous le Second Empire, il servit de chambre à coucher au Prince Impérial.
Le motif de la tapisserie des chaises a été choisi par l'impératrice Joséphine.


Le salon bleu:
Cette pièce est caractéristique du goût de l'Empire pour les couleurs fortement contrastées : moire bleue des tentures, broderie d'or des sièges, marbre rouge de la cheminée.
Initialement destiné aux présentations officielles à l'Impératrice, ce salon servit de salle d'étude et de jeu au Prince Impérial sous le Second Empire.


La salle à manger de l'impératrice:
Cette salle à manger fut aménagée sous le Premier Empire et accueillit le premier diner intimiste de Napoléon Ier et de Marie Louise en 1810.
Les murs de la pièce sont tendus de stucs, un mélange de poussière de craie, de plâtre et de couleur ocre.


La galerie de chasse:
Cette galerie est ornée de tapisseries des Gobelins réalisées à partir de 1735, d'après des cartons d'Oudry.


La galerie de bal:
Cette vaste salle a été construite pour l'arrivée de l'impératrice Marie-Louise, en éventrant deux étages de petits appartements.
Le plafond est orné de peintures glorifiant les victoires de Napoléon.

À bientôt pour la suite de cette visite!



Le palais de Compiègne est une ancienne résidence royale et impériale située en plein coeur de Compiègne!
 
Quatre palais se sont succédés à Compiègne.
Le plus ancien remonte au début de la dynastie mérovingienne et datait vraisemblablement du règne de Clovis.
 
Le château tel qu'on le connaît aujourd'hui fut bâti par Louis XV et Louis XVI et réaménagé sous Napoléon Ier puis Napoléon III.
Le château de Compiègne fut un haut-lieu de la vie de cour et de l'exercice du pouvoir.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Sur la route des Flandres, à quatre-vingts kilomètres de Paris, le palais de Compiègne fut une résidence royale et impériale dont les appartements, par delà les remparts de la ville, donnent sur une forêt de plus de quatorze mille hectares. Une position qui reflète la décision du roi Charles V d'acquérir ces terrains à l'intérieur de la ville pour y construire un château, presque achevé à sa mort en 1380.


Comme toute résidence royale ou impériale, le château de Compiègne comporte de vastes espaces communs indispensables à la vie de cour!
La Galerie des Colonnes, largement éclairée par de hautes fenêtres, servait avant tout de hall d'accueil.


L'escalier d'Apollon desservait les appartements de Marie-Antoinette et les appartements des enfants de la reine.


Achevé en 1784, l'escalier fut construit d'après les dessins de l'architecte Le Dreux de La Châtre.
Sa rampe en fer forgé datant du 18e siècle a été réalisée par le serrurier compiègnois Raguet.


Il permet d'accéder à la salle des gardes du roi.


Salle des Gardes!
Le grand escalier d'honneur débouche sur le vaste volume de la salle des gardes, couverte d'une voûte, éclairée par de hautes fenêtres et des lucarnes.
L'architecte Le Dreux y a exalté la gloire militaire et le triomphe des armées de la monarchie française engagées aux côtés des insurgés américains.


Le thème militaire du décor de cette pièce donnant sur la cour d'honneur est très affirmé.


Antichambre du roi et de la reine!
Antichambre commune au deux appartements, les portes de part et d'autre de la cheminée donnent accès, à gauche à l'appartement du roi et à droite à celui de la reine. Antichambre, puis salon des huissiers sous les premiers et second Empires, la pièce était simplement meublée: rideaux de coton blanc, banquettes et tabourets en bois peint, couverts de velours vert.
 
Au dessus de la cheminée le portrait de Louis XVI en costume de sacre par Antoine Callet, mis en place en 1967.


Salle à manger de l'Empereur!
Située à l'intersection des appartements du Roi et de la Reine, la pièce servait au 18e siècle d'antichambre à l'appartement de la souveraine ainsi que de salle de Grand Couvert.
Sous le Premier Empire, la pièce devient la Salle à Manger de l'Empereur, servant également de lieu de divertissements.


Salon des Cartes!
Sous le second Empire, le palais de Compiègne accueille chaque automne les fameuses "Séries".....Napoléon III convie la cour, le tout-Paris et le gotha européen pour une semaine de divertissements.
Le salon des Cartes reste emblématique de cette vie de cour légère et moderne.


Salon de Réception!

Ancienne Chambre du roi, le salon de réception est la pièce centrale de l'appartement du monarque.

Au premier Empire, elle perd sa fonction de chambre pour devenir un salon.

Pièce la plus haute de plafond, elle a conservé de son décor du 18e que les lambris hauts rythmés de pilastres corinthiens et les dessus de porte peint par Sauvage.



Le confident, appelé aussi conversation, vis-à-vis ou tête-à-tête, est un double fauteuil en forme de S permettant à deux personnes de discuter sans avoir à tourner la tête.
Ce meuble est une invention du Second Empire.

Le nom de confident évoque une conversation discrète entre deux personnes.


L'indiscret, est un meuble où trois fauteuils sont accolés en forme de feuilles de trèfle. Il permet à trois personnes de discuter sans avoir à tourner la tête.

Le nom d'indiscret évoque l'écoute que peut réaliser une troisième personne présente sur le troisième siège.

À bientôt pour la suite de cette visite!




C'est avec notre association, ATNA (Association Tervilloise du Nouvel Âge), que nous sommes partis dernièrement pour un séjour de deux jours du côté de Compiègne!
 
Vous l'avez compris, je commence, aujourd'hui, une nouvelle série "voyage" consacrée à cette ville royale....Compiègne!

Située au confluent de l’Aisne et de l’Oise, à la lisière de forêts majestueuses, Compiègne est au coeur du Pays compiégnois.
Ville royale et impériale, théâtre d’événements majeurs de l’histoire de France, elle demeure une cité où il fait bon vivre, attentive à entretenir les souvenirs d’un riche passé.

Son Palais Impérial, son Hôtel de Ville, ses églises et ses musées témoignent de mille ans d’existence que j'aurai plaisir à vous raconter!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette balade!
 
-Cité impériale (ici)

-Le palais de Compiègne (voir le lien)

-Le palais de Compiègne- Les appartements historiques (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balade en Picardie en cliquant sur ce lien!
 
Bonne visite!



C'est avec la visite de cette très belle église saint-Michel de Pont-L'Évêque que nous terminons cette balade sur la Côte Fleurie et dans le Pays d'Auge!
 
L'église saint-Michel de Pont-L'Évêque, commune du département du Calvados, mérite que l'on s'y arrête!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Pont-L'Évêque depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


L'église saint-Michel est une belle église, massive et grandiose, au beau milieu de la ville, près du grand pont des Chaînes, sur la rive gauche de la Touques.


À cet endroit, au 12e siècle, s'élevait une chapelle consacrée à Saint-Michel.


Sa nef et son choeur ont été construits dans un style gothique flamboyant, tandis que sa partie nord date du 15e siècle.


Ses vitraux modernes sont l'œuvre du maître verrier François Chapuis.


Cette église possède un charme que l'on ressent dès que l'on pousse sa porte!


À bientôt pour un autre voyage!



Pont-l’Évêque, commune située dans le département du Calvados, possède un beau patrimoine.

Aujourd'hui, je vous invite à vous promener dans le jardin Jean Bureau!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Pont-L'Évêque depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour la agrandir!
(7 clichés)


Jean Bureau fut maire de Pont-l'Évêque de 1939 à 1944 puis de 1953 à 1977.


Le jardin Jean Bureau est le jardin de l'Hôtel de Brilly, actuel hôtel de ville.


À la belle saison, il est bien agréable de s'y promener.


Pourquoi ne pas prendre son temps.....


....et se reposer sur un banc!


À bientôt pour la suite de cette balade!



Carrefour obligé vers la côte ou vers Paris, Pont-l'Évêque, commune située dans le département du Calvados, a toujours été un important lieu de passage et de commerce.
Au Moyen Âge, la ville devient un important siège administratif de la vicomté d’Auge.
 
Occupée par les Anglais pendant le 15e siècle, puis touchée par les guerres de Religion, Pont-l'Évêque connaît ensuite une ère de calme et de prospérité.
À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le 24 août 1944, après trois jours de combat, la ville détruite à 65 % est libérée par les Alliés.
 
Aujourd'hui, je vous emmène en balade à Pont-L'Évêque!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette visite:

-Une ville nichée dans la vallée de la Touques (ici)

-Bistrot L'Espérance (voir le lien)

-Jardin Jean Bureau (voir le lien)

-Église saint-Michel (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!

 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Ce jour là, la ville de Pont-l'Évêque nous souhaite la bienvenue!


Nous démarrons notre promenade au niveau du centre-ville.


Le "pont des chaînes" permet de traverser la Touques, fleuve côtier de Normandie.


L'église saint-Michel, majestueuse, nous attend! Nous en reparlerons bientôt.


Le théâtre de Pont-l'Évêque!


L'hôtel Montpensier est un monument du 17e siècle! Il fait office de bibliothèque.
Il est remarquable par l'élégance de son architecture....un damier de briques roses et de pierres....construit sur le modèle parisien.


Repassons la Touques.....


....nous arrivons ainsi devant l'Hôtel de ville.
L'hôtel de ville de Pont-l'Évêque, ancien hôtel de Brilly, est un monument des 17e et 18e siècles.


Le tribunal!


Nous traversons un quartier qui recèle d'anciennes maisons en pan de bois des 16e et 17e siècles.


Ces maisons ont été remises en couleur selon l'usage du Moyen-Âge.


La quartier de Vaucelles est célèbre pour ces jolies maisons typiques de la région.


La Joyeuse prison!
Elle fut construite au 19e siècle par l'architecte Harou Romain.
Le gardien en chef laissait sortir les détenus à condition de rentrer au petit matin.....


Le lavoir à un toit particulier! Il permet de récupérer les eaux de pluie!


Nous terminons la balade par le jardin de plantes médicinales des Dominicaines.


À bientôt pour la suite de notre balade-découverte de la ville de Pont-l'Évêque!



Saint-André-d'Hébertot est une commune située dans le département du Calvados en région Normandie.
Ce hameau fait partie de ces coups de coeur que nous avons de temps en temps lors de nos balades!

Dans ce cadre vallonné, le château (qui ne se visite pas) se dresse dans un parc aux tilleuls centenaires.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


La balade dans le bourg nous permet d'admirer.....


.....de bien jolies maisons normandes.


L'église Saint-André a été construite entre le 11e  et le 12e siècle.


Dans le cimetière est enterré Louis-Nicolas Vauquelin.

Louis-Nicolas Vauquelin, né le 16 mai 1763 et mort le 14 novembre 1829 à Saint-André-d'Hébertot, est un pharmacien et chimiste français.

Il a découvert notamment deux éléments chimiques, le chrome et le béryllium.


À bientôt pour la suite de notre balade normande!




Notre périple sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge se poursuit avec un arrêt dans un très beau village connu surtout pour une de ses habitantes rendue célèbre par la télévision, la Mère Denis!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Le village de Saint-Hymer est blottit au ceux d'un vallon au coeur du Pays d'Auge.


La paroisse de Saint.-Hymer doit son importance au monastère dont il reste encore l'église.
Ce monastère a été fondé au 11e siècle par Hugues de Montfort, seigneur de Montfort-sur-Risle.


L'église du 14e siècle appartenait au pieuré qui fut l'un des derniers centres d'activité janséniste au 18e siècle.


L'une des pensionnaires de la maison de retraite de ce village fut la Mère Denis.
 
Jeanne Marie Le Calvé, dite La Mère Denis, née le 9 novembre 1893 à Neulliac (Morbihan) et morte le 17 janvier 1989 à Pont-l'Évêque (Calvados), est une lavandière.
Elle fut une figurante célèbre pour avoir été la figure emblématique de publicités pour la marque de machines à laver Vedette durant les années 1970.



Nous terminons, aujourd'hui, notre balade à travers les rues de Dives-sur-Mer, commune située dans le département du Calvados, par la visite de son église, l'église Notre-Dame.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Dives-sur-Mer depuis le début en cliaquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


L'église Notre Dame a été bâtie au 11e siècle et agrandie aux 14e et 15e siècles.
Entre le 11e et le 16e siècles, les styles roman et gothique ont façonné l’église. Malgré les dévastations calvinistes et la Révolution, l’édifice fut sauvé.


Une église....une légende!
Le 6 août 1001, des pêcheurs lèvent dans leur filet un Christ sans croix dont le genou se mit à saigner.
À terre, aucun artisan n’a été capable de fabriquer une croix pour y déposer ce Christ.
Trois ans plus tard, une croix retrouvée en mer s’adapte parfaitement au Christ miraculeux.
La légende du Christ-Saint-Sauveur est née.


Dives-sur-Mer devient un lieu de pèlerinage.
La chapelle se révèle trop petite.
Généreux, Guillaume le Conquérant fait construire un édifice de style roman, dont il reste aujourd’hui les quatre piliers du chœur, une arcade et une voûte.


Au 14e siècle, on agrandit l’église dans le style gothique rayonnant.


Les vitraux sont magnifiques!


À bientôt pour un autre voyage!



Situé au cœur de la ville de Dives-sur-Mer, ce lieu dit Village d’Art, est très riche de l’histoire, de l’architecture et des traditions de la région!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Dives-sur-Mer depuis le début en cliaquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Ancien relais de poste situé entre Rouen et Caen par le chemin de la grève, l'ensemble comprenait des galeries extérieures pour accéder aux chambres, des écuries et ses dépendances.


Il reste de cette époque quelques parties de bâtiments faciles à discerner dans la cour Louis XIV.


L'architecture est typique de l'auberge normande.


De nombreuses célébrités y séjournèrent : Louis XIV, qui serait venu prendre les eaux de Grangues, ainsi que la duchesse de Chaulnes et Madame de Sévigné, Alphonse Karr, Alexandre Dumas, Raymond Poincaré président de la République…


Avec l'apparition, à la fin du 19e siècle, de la mode des bains de mer, une clientèle riche s'installe sur la « Côte Fleurie » afin de profiter des plages entre Cabourg et Honfleur.


L'auberge va connaître son époque de splendeur grâce à monsieur Le Remois, l'aubergiste qui, par son talent assure à l'établissement une exceptionnelle réputation.


Le Rémois célèbre le souvenir de Guillaume le Conquérant qui, à Dives en 1066, a constitué sa flotte et regroupé son armée pour la Conquête de l'Angleterre.


Une fresque reproduisant partiellement la Tapisserie de Bayeux est installée dans la «Salle du Départ» qui abrite aujourd'hui l'Office de Tourisme.


Depuis les années 1980, l'hostellerie Guillaume le Conquérant est devenue le Village d’Art.


Le petit neveu du célèbre graveur et décorateur Félix Bracquemond (1833-1914), Jacques Bracquemond (1930-2006) y a ouvert un petit atelier artistique essayant de suivre dans son travail de copiste le style de gravure de 19e siècle.



Dives-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie.
 
Pourquoi Dives, La Conquérante?
Car c'est du port de Dives que Guillaume le Conquérant appareilla, avec sa flotte, pour conquérir l'Angleterre à la bataille de Hastings, en 1066.

Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Dives-sur-Mer:

-La conquérante (ici)

-L'église Notre-Dame-de-Dives (voir le lien)

-Village d'Art Guillaume le Conquérant (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Après être passés devant la lieutenance, nous visitons les halles.


Les halles sont datées du début du 15e siècle, mais il est probable que des halles plus anciennes aient préexisté. 
Elles sont constituées d'un vaisseau central et de deux bas-côtés symétriquement disposés.


Située à l'embouchure de la Dives, entre les collines du Pays d'Auge et les marais, la cité de Dives était connue à l'époque romaine où son port avait une grande importance.


Mais la grande page de l'histoire est écrite quand Guillaume le Conquérant rassemble ses troupes en 1066 pour partir à la conquête de l'Angleterre.


En parallèle l'activité commerciale se développe, les moines de la Baronnie de Dives-sur-Mer obtiennent un droit de marché.


Dives-sur-Mer est aussi un relais de poste sur la route de Caen à Rouen par les grèves.


Église Notre-Dame-de-Dives-sur-Mer.


Dives-sur-Mer c'est aussi le « village d'Art Guillaume le Conquérant »!
 
À demain!



Houlgate, commune située dans le Calvados, accueille chaque année une animation, "Plein Vent"!


Ce rendez-vous incontournable des amoureux des cerfs-volants et des sports de glisse, sur la plage a inspiré ce très beau rond-point!


Rendez-vous cette année du 11 au 12 mai à Houlgate!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)



Notre balade d'un jour le long de la côte fleurie située en Normandie nous conduit aujourd'hui à Houlgate!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Nichée dans un écrin de verdure, Houlgate est propice à créer des instants magiques qui laisseront une empreinte indélébile dans la mémoire de ses villégiateurs.


Son patrimoine balnéaire brille dans la station grâce à ses 300 villas préservées, les deux anciens grand-hôtels et le casino.


Circuler dans les rues de Houlgate c’est voyager à travers le temps.


Cette balade constitue un véritable musée de l’architecture à ciel ouvert.


Houlgate telle que nous la connaissons est la résultante de l’installation d’une ville pour les bains de mer.


Les architectes font preuve d’une grande connaissance de l’architecture du passé et présentent à la bourgeoisie et à l’aristocratie du Second Empire des modèles d’habitation qui sont de véritables monuments.


Les hôtels et pensions de famille ne sont pas en reste!


En 1860, au début de la vogue des bains de mer, Houlgate n’est qu’une petite station balnéaire.


En 1905, quand l’appellation de Houlgate devient officielle et que la station s’est bien développée, on en parle alors comme une référence d’architecture balnéaire.


Et son patrimoine est exceptionnel!


Marché couvert!


Église saint-Aubin!


L’église Saint-Aubin a été bénie en mai 1878.
Cet édifice de style néo-gothique en brique est l’œuvre de l’architecte Barthélémy de Rouen.

À bientôt pour la suite de notre balade "découverte" de la Côte Fleurie"!



Beuvron-en-Auge est une commune située dans le département du Calvados en région Normandie.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Beuvron appartient à une famille de noms désignant des cours d'eau et qui repose sur le gaulois biber, qui signifie "castor".


Beuvron-en-Auge est un ravissant petit bourg, membre très fermé des "plus beaux villages de France".


Autour de sa place centrale, une quarantaine de belles maisons à colombages illustrent la technique du pan de bois.


N'hésitez pas à flâner à travers les venelles de Beuvron car ce village joue la carte de l'authenticité.


À bientôt pour la suite de notre balade normande!



L'île de Miyajima située au Japon, nous invite, depuis quelques jours, à un voyage extraordinaire!
Aujourd'hui, prenons le sentier qui va conduire Nicolas vers le temple Daishō-in.
Et, avant d’arriver au temple Dai-sho in, des centaines de petites statues de bouddha vont nous souhaiter la bienvenue.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


L'île de Miyajima ne se résume pas à son célèbre sanctuaire, le Sanctuaire d'Itsukushima (voir le lien)!


De nombreux autres temples sont à découvrir, comme le temple Dai-sho in.


Situé au pied du Mont Misen, en plein coeur de la Nature, ce temple bouddhiste est à mériter car il faut monter « quelques » marches avant d’atteindre la porte Niomon qui officialise votre entrée dans le temple.


Cette balade est une invitation à la promenade, car, dans ses jardins, les représentations bouddhistes sont présentes à chaque détour.


Des centaines de statues y sont installées.


Le temple Daishō-in a été fondé par le moine Kūkai, connu sous le nom posthume de Kōbō-Daishi, en 806, première année de l'ère Daidō.


Le moine Kūkai est un des moines les plus connus du Japon et le fondateur du Bouddhisme Shingon.


C'est sur ordre de l'empereur Toba, que cet endroit fut désigné pour prier pour la paix et la sécurité de la nation.


L'enceinte de ce temple est impressionnante.


Tout aussi impressionnant est le nombre de toutes ces statues!


Le site situé au coeur de la forêt est une invitation à un voyage hors du temps!


Ce temple bouddhiste ésotérique à l’atmosphère mystérieuse renferme de nombreux trésors....


.....d’innombrables statues et statuettes bouddhistes.....


.....mais également un grand nombre de créatures surnaturelles!



Benerville-sur-Mer est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.
Le sentier nature du Mont Canisy, situé sur la commune, est un site exceptionnel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Après une montée de 300 m par voie goudronnée, nous arrivons au "Belvédère", d'où la vue sur la Côte Fleurie est magnifique.


Le Mont Canisy est un ensemble constituant les batteries du mont Canisy.
C'est un des ouvrages du mur de l'Atlantique implanté sur le mont du même nom.


Situé sur la commune de Benerville-sur-Mer, il surplombe également Blonville-sur-Mer, à l'ouest de Deauville dans le Calvados.


La position fut d'abord utilisée par la marine nationale française de 1935 à 1940.

Puis les Allemands reprirent la position vers fin 1941 à début 1942.



Les batteries du mont Canisy étaient pointées sur le port du Havre.


Elles n'ont pas été très utiles pendant le débarquement car très vite neutralisées.


Le sentier passe entre les casemates puis à côté du poste de commandement.


La nature a repris ses droits...il est temps de rentrer!



Notre balade le long de la côte fleurie nous a conduit au marais de Blonville-Villers.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Situé entre Villers-sur-mer et Blonville-sur-mer, le marais de Blonville-Villers de 110 hectares de prairies humides, de canaux et de fossés est d’une grande richesse écologique.


Malgré sa proximité avec la mer, il s’agit d’un marais d’eau douce alimenté par les cours d’eau qui viennent des coteaux alentours.


Le marais de Blonville, accessible par de nombreux sentiers.


En grande partie propriété du Conservatoire du littoral.


De nombreuses espèces d'oiseaux y sont présentes, en plus de bovins appartenant aux derniers agriculteurs de la commune.


Le marais de Blonville-Villers constitue le seul espace vert naturel de la Côte Fleurie.



La chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption de Blonville-sur-Mer est un édifice religieux du culte catholique situé rue Pasteur à Blonville-sur-Mer, dans le Calvados, en Normandie.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Un campanile ou clocher est séparé de la chapelle. Il a été réalisé en charpente métallique forgée et supporte une belle cloche.


Jusqu'en 1954, le seul lieu de culte à Blonville-sur-Mer était l'église paroissiale Notre-Dame de la Visitation, situé à 3 km de l'actuel centre de Blonville, dans les terres.


En 1951, l'abbé Loudière alors curé depuis 1945, suscita la création d'une Association des œuvres paroissiales de Blonville-Bénerville, en vue principalement de la construction, dans le centre de Blonville, d'une chapelle.


Cette chapelle fut consacrée et ouverte au culte lors de la bénédiction épiscopale du 10 août 1954.


La conception et la construction de l'édifice furent confiées à un jeune architecte : Chidlovsky.


Le choeur comporte le maître-autel avec un tabernacle dessiné par l'architecte de l'édifice.


Ce n'est qu'en 1960 et 1961 que furent réalisées les onze fresques peintes par Jean-Denis Maillart, peintre et homme de foi parisien.


Les fresques situées de part et d'autre du choeur ont été réalisées par Jean-Denis Maillart.
Nous avons Saint Jean-Baptiste et les Apôtres sur le flanc gauche du chœur.....


.....puis des Patriarches et des Prophètes de la Bible sur le flanc droit du chœur.


Cette statue moderne en bois de saint Joseph menuisier est l'ouvre d'un sculpteur amateur, paroissien, estivant de Blonville.


Dans la partie de droite de la croisée de transept, se trouve une très jolie vierge ancienne.


Les peintures murales sont sublimes!


Fresque de la Nativité.


À l'entrée de la chapelle, fut édifiée une vaste tribune de bois.


Fresque de l'Assomption de la Vierge Marie.


Fresque de la Pentecôte.

N'hésitez pas à vous arrêter afin de visiter cette très jolie chapelle.



Le Pays d'Auge se termine au nord par le littoral de la "Côte Fleurie" entre Cabourg et Honfleur, avec pour point d'orgue Deauville - Trouville en son centre.
 
La Côte fleurie se situe, elle, entre la Côte de Nacre à l'ouest et la Côte de Grâce à l'est, laquelle s'étend de Trouville-sur-Mer à Honfleur au débouché sud de l'estuaire de la Seine.
 
Ce jour là nous avons voulu découvrir cette magnifique côte fleurie en organisant un petit circuit!
Cet article servira de récapitlatif à ce circuit:

-Benerville-sur-Mer(14)-Le Mont Canisy (voir le lien)

-Beuvron-en-Auge(14)-Petite balade normande (voir le lien)
 
-Blonville-sur-Mer(14)-Chapelle de l'Assomption (voir le lien)
 
-Blonville-sur-Mer(14)-Le marais de Blonville-Villers (voir le lien)

-Dives-sur-Mer(14)- La conquérante (voir le lien)
 
-Houlgate(14)- Balade vivifiante (voir le lien)

-Houlgate (14)-Rond-point Plein-Vent (voir le lien)

-Pont-l'Évêque(14)-Une ville nichée dans la vallée de la Touques (voir le lien)

-Saint-Hymer(14)-Patrie de la Mère Denis (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Bonne visite!



Perl est une commune allemande du Land de Sarre en Allemagne! Borg en est un quartier!
 
De ce côté de la frontière, il y a plus de 100 ans, entre Borg et Oberleuken, le professeur Johann Scheider découvrit les traces d’une cité romaine et entreprit de premières petites fouilles.
 
En 1987, la Fondation culturelle pour le district de Merzig-Wadern, en coopération avec l’administration du travail ainsi que la commune de Perl, procède à des fouilles scientifiques, faisant ainsi resurgir une des plus importantes villas romaines de tout l’espace Sarre Moselle.

Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos our les agrandir!
(18 clichés)


Le portail d'entrée est placé sur les murs de fondation d’origine.
Son aspect actuel est probablement celui qu’il arborait au 2e et 3e siècle ap. J.-C.


Dans les jardins de la villa, nous retrouvons des espaces consacrés à la forge....


....à la verrerie.....


....ou à la poterie!


La maison d'habitation!
La maison de maître, qui constitue l’aile principale, était le corps de bâtiment autour duquel l’ensemble de la villa s'organisait.


Des éléments découverts à Borg ont partiellement servi de modèle à la décoration pittoresque de la maison de maître et des bains.


Les bains antiques!
Les bains sont la partie la plus intéressante de la villa. Ici, le déshabilloir.


En passant par l’entrée, on accéde au grand bassin des bains froids.


Conformément à la coutume, on atteint ensuite la pièce voûtée, où se trouvent les bains chauds.


Les autres pièces servaient à la détente.....


..... et à la conversation.


Les bains étaient chauffés grâce au système de chauffage par le sol romain, l’hypocauste.


Avec un peu d'imagination....


Certaines pièces de la maison de maître, dont ce couloir, accueillent aujourd’hui un musée, où sont exposées les plus importantes découvertes de Borg.


Le mobilier, les portes, les fenêtres et d’autres innombrables détails sont des reproductions fidèles des modèles antiques.


La visite se termine par les jardins.


À cette époque de l'année seules les jonquilles nous ont fait la fête!



Depuis quelques jours, nous visitons Quillebeuf-sur-Seine, cette commune située dans le département de l'Eure, en région Normandie.
 
La ville toute entière est empreinte de l’histoire et de la vie des marins.
La commune de Quillebeuf-sur-Seine doit sa renommée de cité maritime à sa situation géographique stratégique à l’embouchure de la Seine.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Quillebeuf-sur-Seine depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


De nombreuses maisons à pans de bois datent du 16e siècle.


La façade avant joue un grand rôle dans de type de maisons.


Elle  indique le niveau de réussite sociale de la famille qui y vit.


Maison Royale ou Maison Henry IV!
Henri IV fit de Quillebeuf une ville fortifiée et un port d’importance.
Rasées en 1612 par ordre de Marie de Médicis, les fortifications furent rétablies en 1616 par Concini Maréchal d’Ancre.
À sa mort, elles furent à nouveau abattues.


Henri IV fit de Quillebeuf, une place forte et donna aux habitants l'exclusivité du pilotage.
La tradition veut que le roi Henri IV ait habité cette maison.


Les pans de bois fascinent toujours autant par leurs couleurs foncées que pastel.


L'Amirauté!
Cette belle maison en pierre de taille et silex taillés en carrés date du 17e siècle.

À bientôt pour une nouvelle balade!



Située dans le dernier méandre de la Seine, à l’embouchure de l’Estuaire et à proximité des ponts de Normandie et de Tancarville, la cité maritime de Quillebeuf-sur-Seine nous a réservé bien des surprises!

Les petites maisons à pans de bois font le charme de ce village comme celle du cordier, par exemple, reconnaissable grâce à cette corde sculptée sur la façade.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Quillebeuf-sur-Seine depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Cette maison a été réalisée à pans de bois mais aussi avec des pierres de taille et des briques.


Cette maison datée de 1788 fut une auberge pendant longtemps.


Nous traversons Grand Rue.....


.....aux maisons datant du 18e siècle.


Cette maison, nommée "La Sergenterie", possède une des façades les plus remarquables de Quillebeuf.


Ses motifs Renaissance....


..... sont très bien conservés.


Remarquez, sur cette façade, la porte d'accès à l'escalier conduisant au premier étage aujourd'hui condamnée.


Le petit dessin sur cette maison.....


nous laisse penser que ce fut, à 'origine, une maison de pêcheur.
 
À bientôt pour la suite de cette visite.



L'île de Miyajima ou île d'Itsukushima est située dans la baie de Hiroshima, au Japon, et donne sur la mer intérieure de Seto.
Classée comme l'un des trois plus beaux sites du Japon grâce notamment à son torii et son sanctuaire shinto flottants, cette île sacrée est un haut lieu touristique de l'archipel.
 
Lors de son voyage au Japon Nicolas a eu la chance de pouvoir visiter cette île sacrée et d'y prendre un repas dans un restaurant local.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Huîtres et anguille de la Mer Intérieure de Seto, pâtisseries en forme de feuilles d'érable.....les spécialités culinaires de l'île de Miyajima sont nombreuses......de quoi se régaler les papilles!


Ce jour là notre aventurier a pu déguster une spécialité locale, l'anago meschi!


L'anago meschi, anguille de mer ou congre, est un plat constitué de riz fraîchement cuit à la vapeur, couvert d'anguille ou de congre grillé et badigeonné d'une sauce réalisée à base de sauce soja.
 
Nicolas a adoré!



Quillebeuf-sur.-Seine est une commune située dans le département de l'Eure, en région Normandie.
Nous y avons passé un après-midi bien agréable lors de notre séjour dans cette région!

La balade commence au niveau de ce phare mis en service en 1862 et remanié en 1905.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Quillebeuf!
 
-Riche passé historique (ici)

-Un petit tour en ville (voir le lien)

-Maison Henry IV (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Localisée sur la rive gauche de la Seine, la commune est un ancien port. Un bac, le dernier avant l'estuaire, continue à la relier à Port-Jérôme, dans la Seine-Maritime.


Les marins de Quillebeuf avaient, avec ceux de Caudebec-en-Caux, le monopole du pilotage des navires de mer remontant la Seine jusqu'à Rouen.


Église Notre-Dame-de-Bon-Port.


Le village de Quillebeuf était un port important de la Seine dont l'abbaye de Jumièges tirait des revenus.
L'église, reconstruite au 12e siècle par les moines de Jumièges, succède vraisemblablement à un édifice pré-roman.


La ville toute entière est empreinte de l’histoire et de la vie des marins.


Puits du Gard!
Ce puits tire son nom du Gord!
 
Le Gord est une double rangée de perches plantées dans le fond de la rivière, qui forment un angle, au sommet duquel est un filet où viennent se prendre les poissons.


Cette maison date du 16e siècle.


La maison du Paradis.....très belle maison à pan de bois.


On remarque une ancre sculptée au niveau du second étage...."Petit Paradis Éternel"!


...ainsi qu'un texte inscrit sur la sablière!
 
À bientôt pour la suite de cette balade!



Pont-Audemer, commune située dans cette belle région de Normandie, ne lâche rien de ses trésors!
Il faut avoir l'oeil!
 
Voici quelques enseignes glanées ici et là!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Les enseignes ont ceci de particulier.....


....il n'y a pas besoin de parler pour les comprendre!


À bientôt pour une nouvelle balade!



L'église Saint-Ouen de Pont-Audemer est une église paroissiale située rue de la République, principale artère du centre historique de la ville.
Elle est sous le vocable de Saint Ouen, ancien archevêque de Rouen.
Sa masse imposante domine la cité ; c'est un édifice inachevé dont le style composite mêle roman, gothique et Renaissance.
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


À partir du 11e siècle, une première église romane fut édifiée.
Les travaux continuèrent jusqu'au 13e siècle par l'ajout d'éléments gothiques.


En 1350, des États Généraux réunis à Pont-Audemer décidèrent de remplacer ce premier édifice par un monument plus important afin de répondre aux attentes des fidèles plus nombreux.


En raison de la Guerre de Cent Ans, les travaux d'agrandissement ne commencèrent qu'à la fin du 15e siècle, avec une façade monumentale et une nef en style gothique flamboyant.


La construction du portail, de la tour Nord et de la base de la tour Sud semble avoir débuté vers 1485 sous la direction de l'architecte Michel Gohier.


De 1505 à 1515, sous la houlette de l'architecte Roulland le Roux, déjà à l'origine du portail principal de la cathédrale de Rouen, une nouvelle nef avec ses bas-côtés etles chapelles latérales furent élevés.


Lorsqu’on pénètre dans l'édifice, on y découvre un vaisseau associant une nef à sept travées, flanquée de bas-côtés avec chapelles latérales.
Au fond subsiste un chœur de style roman.


Les chapelles latérales sont particulièrement remarquées par leur parure de vitraux, « l'une des plus riches du Nord de la France ».


Nombre d'entre eux datent du 16e siècle et les plus récents, principalement vers le chevet, sont du maître verrier Max Ingrand.


Ce peintre-verrier adopte, pour la figuration propre à ces années d'après-guerre, des formes anguleuses, parfois désarticulées, soutenues par une harmonie colorée un peu sourde.


Les nouvelles verrières prennent place dans le choeur et dans les baies de la façade.


À demain pour la suite de notre balade normande!



Poursuivons notre balade à Pont-Audemer, cette commune située dans le département de l'Eure en Normandie!
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Les maisons en colombages datent du 16e siècle et l'accès à l'étage se fait par un escalier en colimaçon donnant bien souvent sur une cour ou sur une galerie.


Dans cette rue, où s’élevait l’église du Saint Sépulcre aujourd’hui disparue, se tenait le marché aux volailles.


Au 18e siècle, côté rue, certaines maisons à colombage sont remplacées par des façades en pierre.


Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Pont-Audemer subit des bombardements.


Le béton devient le matériau de base pour la reconstruction.


La place Victor Hugo demeure un lieu de vie important! C'est le lieu de tous les marchés!


Voilà une affiche comme nous n'en faisons plus!


L'activité des tanneurs à Pont-Audemer est connue depuis le 11e siècle!


La présence de l'eau est nécessaire au transport et au lavage des peaux.


Le cheptel proche et les forêts de chênes, fournissant le tan, ont contribué à l'essor des artisans du cuir.

À demain pour la visite de l'église saint-Ouen!



Pont-Audemer est une ancienne commune située dans le département de l'Eure, en Normandie.
Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.
Notre séjour en Normandie nous a permis de découvrir cette jolie cité de caractère! Alors en route!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Pont-Audemer!
 
-Un petit tour en ville (I) (ici)

-Un petit tour en ville (II) (voir le lien)

-L'église saint-Ouen (voir le lien)

-Quelques enseignes (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La commune est traversée par la Risle.



Sur la quai François Mitterrand nous pouvons admirer une passe à poisson.


Les bras de la Risle et les canaux les reliant donnent à la ville un attrait touristique certain.



Rue Sadi Carnot!
Cette rue est réputée pour l’architecture de ses hôtels particuliers et pour les cours intérieures qu’ils abritent.


Une des entrées de l'église saint-Ouen!


La promenade dans les rues nous permet de découvrir un quartier de la ville à l’allure médiévale.....


.....avec de beaux exemples de constructions à colombages et en encorbellement.


Un peu partout en ville s'éparpillent les anciens séchoirs des tanneurs avec leurs cloisons à bois coiffés de toits d'ardoises.


Les hôtels particuliers se succèdent tous aussi beaux les uns que les autres.


C'est des bras de la Risle et de ses canaux les reliant que lui vient le qualificatif touristique de "Venise normande".



Miyajima, littéralement île sanctuaire d'Itsukushima, abrite l'un des panoramas les plus emblématiques du Japon, un torii rouge semble émerger de l'eau, sur fond de montagne verdoyante.
Le spectacle est à couper le souffle, et justifie la réputation faite à cette destination.
Nature, spiritualité et tradition se sont données rendez-vous au milieu de la mer intérieure de Soto.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Le sanctuaire est à juste titre considéré comme un véritable symbole de l'esprit japonais.
Tout d'abord d'un point de vue esthétique, les formes sobres alliées aux couleurs soutenues des édifices rouges, de l'eau bleue et du mont Misen vert foncé en arrière-plan, constituent un tableau inoubliable et très typique.


Ce sanctuaire, dédié à la déesse gardienne des mers, a pour particularité d'être en partie construit dans la mer, avec des bâtiments sur pilotis et son torii à quelques dizaines de mètres au large.


L’île de Miyajima regorge de magnifiques endroits à visiter.


Le premier, par exemple, est le pavillon de Senjokaku.


Ce chemin nous y emmène directement.


Le Pavillon Senjokaku!
Il est dédié au Shogun Toyotomi Hideyoshi et a été construit en 1587, malheureusement, la construction s’est arrêtée 11 ans plus tard à la mort d’Hideyoshi et ne fut jamais achevée.


La Pagode Goju-No-To!
Juste en face du pavillon se tient la pagode Goju-no-to construite en 1407 et restaurée en 1533.
 


Elle fait cinq étages et est construite dans un style typiquement japonais.
La pagode est principalement dédiée au Bouddha de la Guérison ainsi qu’à ses disciples Fugen et Monju.


Le sanctuaire était un lieu de rassemblement populaire où l’on venait se reposer et se rafraîchir, acheter des souvenirs, et où de nombreuses légendes et traditions ont vu le jour.


Également nommé le pavillon au "mille tatamis", ce sanctuaire servait auparavant à accueillir les pèlerins.


Les courants d'air marin traversent cet immense hall tout de bois.


De nombreuses tablettes votives qui étaient accrochées aux murs des bâtiments du sanctuaire d’Itsukushima jusqu’à la moitié l’ère Meiji décorent aujourd’hui les murs du pavillon.


Barils de saké!
Ces barils sont des offrandes de saké.
Sur chaque baril est inscrit le nom d'un donateur.
Ils sont exposées dans le sanctuaire de Miyajima.


Le pavillon aux mille tatamis....


.....est cœur de la vie religieuse de l'île.


Le fait que cette structure, unique parmi les bâtiments dépendant du sanctuaire d’Itsukushima, ne soit pas peinte et que sa date de fondation soit enregistrée, en fait une jauge de valeur du temps qui s’écoule.
 
À bientôt!



Cette oeuvre d'art constituée de 12 cloches portées
par des mâts de différentes tailles est située
devant la mairie.

Non seulement elles sonnent chaque heure, mais leur mise en lumière change de couleur la nuit.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.



Qui n'a pas rêvé marcher sur "Les Planches" de Deauville?
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


"Les Planches" sont l'un des symboles de Deauville! Ces fameuses Planches ont été construites en 1923.



Elles bordent l'établissement des Bains Pompéiens construit la même année par la municipalité en remplacement des cabines de bains précédentes, jugées trop dégradées.


Cet ensemble Art déco, signé Charles Adda, s'inspire des modèles de l’Antiquité tout en s’inscrivant dans la modernité par des lignes franches, l'emploi du béton ponctué de mosaïques.


Réalisées en bois exotique malgache réputé imputrescible, l'azobé, les Planches sont à l'origine, installées sur une longueur de 444 mètres.
Elles deviennent et restent à jamais le lieu d’une vie sociale intense.


En 1966, Claude Lelouch fait connaître les Planches - où une place porte son nom - au monde entier avec le film "Un homme et une femme".


Nous n'avons qu'à traverser la route et, sur le chemin du retour nous passons devant cet hôtel très connu, "Le Normandy"!
Le Normandy est construit en 1912 sous l'impulsion de François André par l'architecte Théo Petit.


L'hôtel est construit dans une architecture traditionnelle régionale de style manoir anglo-normand assorti de colombages vert pastel et de damiers de pierres.


Une des suites a été réalisée dans un style rendant hommage au film Un homme et une femme (1966), lequel avait été tourné à Deauville.

À bientôt pour un nouveau voyage!



Le sultanat d'Oman est un pays du Moyen-Orient, situé au sud de la péninsule d'Arabie, sur les bords du golfe d'Oman et de la mer d'Arabie.


 Mon amie Alexandra y est allée. En nous envoyant ces deux cartes postales, elle a joint l'utile à l'agréable en pensant à notre collection "portes et fenêtres"!


Ces portes et fenêtres sont typiques d'un pays qui compte près d'un millier de châteaux, de tours de guet et de forteresses de pierre et de boue séchée!
 
Merci Alexandra!
 
Vous pouvez voir d'autres portes et fenêtres sur ce lien.



Deauville! Avant d'aller faire un petit tour sur les planches allons du côté du marché et de ses halles!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir d'autres épis de faîtage en cliquant sur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le marché de Deauville se réveille sous de belles halles en colombages et à ciel ouvert de la Place du Marché.


Ces halles ont ceci de particulier...elles ont de beaux épis de faîtage!


Les épis de faîtage sont des pièces de décorations situées aux angles des toitures, des lucarnes et des fenêtres.


Souvent ces épis ont pour mission de protéger la toitures des intempéries!


Spécialités de la région, les épis de faîtage se rencontrent dans toute la région.


Il existe des modèles différents.


Et j'ai grand plaisir à lever la tête pour découvrir ces épis tous aussi beaux les uns que les autres.


Mais savez-vous que certains, qui sont tout en hauteur et percés de trous,  produisent un sifflement qui indique la direction du vent.


Sous l'Ancien Régime, les potiers bénéficient de nombreux privilèges. Ils ont notamment le monopole de l'extraction de l'argile.


Ce qui leur permet de créer un grand nombre de modèle d'épis de faîtage.


Peu à peu l'attrait de ces décorations font que ces épis sont devenus un peu plus modernes, pour le plus grand plaisir des habitants de ces maisons!


Cavaliers, pots à feu, oiseaux....les silhouettes des épis de faîtage offrent un beau spectacle à qui promène son regard vers le ciel.


Les balades en Normandie sont surprenantes et pleines de significations si l'on prend le temps de lever la tête.



Une balade à Deauville sans aller faire un tour du côté de l'hippodrome c'est bien dommage!
Alors! Suivez-nous! Ce n'est pas trop loin!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


C'est sur l'initiative du duc de Morny, fondateur de la station de Deauville, que l'hippodrome est inauguré en août 1863.
Peu à peu, le meeting s'étoffe, avec la création de la Coupe de Deauville en 1866.


C’est sur l’hippodrome de Deauville-La Touques que l’on peut voir le plus de courses dans l’année!
Il mérite ainsi son surnom d’hippodrome « des 4 saisons » avec son programme de 42 journées de courses de Plat, la discipline où s’exprime toute la vitesse des pur-sang.


Cet hippodrome a été le premier il y a 10 ans, à inaugurer une piste en sable fibré, qui lui permet d’organiser des courses l’hiver.
Sa piste en gazon prend le relai à la belle saison.


Deauville–La Touques accueille de nombreuses courses qui lui valent sa réputation dont les fameux prix Rothschild, Maurice de Gheest, Jacques Le Marois, Morny, Jean Romanet… et pour clôturer la saison estivale, le Grand Prix de Deauville.


À demain pour la suite de cette balade!



Miyajima – littéralement île-sanctuaire – abrite l'un des panoramas les plus emblématiques du Japon.
Un torii rouge semble émerger de l'eau, sur fond de montagne verdoyante.
Le spectacle est à couper le souffle.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Bouddhisme et Shintoïsme, deux religions qui coéxistent à Miyajima!
Le Shintoïsme est la religion autochtone du peuple japonais. C’est la forme la plus ancienne de croyance existant au Japon.
Le Bouddhisme est l’une des trois plus grandes religions aux côtés du Christianisme et de l’Islam.
C’est pourquoi on trouve aussi bien des temples que des sanctuaires à Miyajima.


La légende veut que l'île tout entière ait autrefois eu un caractère sacré.
Pour cette raison, les pèlerins ne pouvaient en fouler la terre, sans réaliser un rituel de Purification.
La première étape de purification consistait autrefois, pour les visiteurs arrivant sur l'île, à passer sous le Torii rouge, qui a fait de Miyajima une destination incontournable lors d'un séjour au Japon.


Puis, avant d’aller prier dans le sanctuaire, les visiteurs se rincent les mains et la bouche avec l’eau pure du "chozuya" pour se purifier le corps.


Les "chozuya" sont des bassins remplis d'eau et qui sont utilisés par les fidèles pour se laver la main gauche, puis la main droite, la bouche.
La poignée de la louche utilisée pour se purifier avant d'approcher le sanctuaire est appelée "hishaku"!



Avec ses nombreuses villas, Deauville a gardé un charme fou.
Lorsqu’on se promène dans la ville, villas, manoirs et bâtisses témoignent de son histoire.
Artistes de renom et anonymes ont au gré de leur imagination dessiné la ville.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


À l’arrière du front de mer le quartier composé de villas mérite que l'on s'y promène.


Les villas sont de taille moyenne, parfois mitoyennes.


L’ambiance y est paisible.


Parfois, les petits avant-jardins plantés donnent une tonalité verte à l’ensemble.


Ces villas forment un ensemble harmonieux et calme est renforcé par les clôtures à claire-voie et les haies.


Il faut dire que Deauville est considérée comme la ville la plus prestigieuse en France.


Villa Breloque!
Dans les années 1880, le succès est au rendez-vous!
Les marines de Boudin séduisent les armateurs du Havre et le peintre sort enfin de la misère.
Pour profiter de la côte normande qu’il aime tant, il se fait construire, en 1884, une belle villa à Deauville, près de la mer.
Il y réside d’abord tous les étés, avant de s'y installer pour les quatorze dernières années de sa vie, jusqu'en 1898.


La réputation de cette station de luxe lui vaut d'être fréquentée régulièrement par de nombreuses célébrités du cinéma, de la musique, de la télévision, de la mode, et du monde économique et politique.


Villa Jean Gabin!
Jean Gabin résidait chaque été à Deauville. Il a acquis cette maison en 1960 et l'a habitée jusqu'en 1974.


Villa Grisélidis!
La villa Grisélidis, construite en 1871, s'inspira de l'art flamand de la Renaissance.


La ferme du coteau ou villa Strassburger!
Sur l'emplacement de ce jardin et de cette villa, construite en 1907, se trouvait "La ferme du coteau" acheté par la famille Flaubert en 1837.
Gustave Flaubert en hérita à la mort de sa mère.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Deauville est une ville côtière de la Côte fleurie, dans la région française de la Normandie.
Destination de vacances de luxe depuis les années 1800, elle est connue pour son grand casino, ses parcours de golf, ses courses de chevaux et son Festival du film américain.
 
Sa grande plage de sable est bordée par Les Planches, une célèbre promenade datant des années 1920 avec ses cabines de plage.
 
Vous l'avez compris notre balade en Normandie est passée par Deauville!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre promenade à Deauville!
 
-Haut lieu de villégiature (ici)

-La quartier des villas (voir le lien)

-L'hippodrome La Touque (voir le lien)

-Les halles et quelques épis de faîtage (voir le lien)

-Les Planches (voir le lien)

-Rond-point des cloches (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La balade commence près de l'église saint-Augustin! En effet, située non loin du centre-ville, elle a le privilège de posséder un parking gratuit!


La mairie de Deauville est probablement le bâtiment le plus photographié de Deauville après la promenade des Planches.
Ce bâtiment a été construit en 1880 sur les plans de l’architecte versaillais Saintin, proposant un bâtiment de style Beaux-Arts.


La balade dans le centre-ville est très agréable.


Elle nous permet d'admirer des boutiques chics, d'élégantes villas de style Belle Époque et des bâtiments à colombages.


Le square François André a été aménagé en 1945 face à l’entrée principale de l’hôtel Normandy.
Conçu comme un jardin régionaliste, planté de pommiers, il est quadrillé de sentiers qui convergent, au centre de la composition, vers un buste en bronze de François André érigé en 1964.
Cet ouvrage, hommage au successeur d’Eugène Cornuché, directeur de la société des hôtels et casino de Deauville, a été réalisé par un ancien élève de Bourdelle Don.


Le Casino de Deauville est un casino de style classique à Deauville en Normandie. Fondé en 1912, il appartient au Groupe Lucien Barrière.


Sur les pas de Chanel à Deauville.....
C'est à bord d'un Orient-Express affrété pour l'occasion que les invités de la maison Chanel ont pris le chemin de Deauville pour découvrir Les Eaux, une collection de parfums inspirés par trois lieux chers Coco Chanel.
Un choix symbolique puisque c'est à deux pas des planches qu'est véritablement née la mode au double C.


De la boutique de la rue Gontaut-Biron d'où sortirent les premières marinières et les gilets de jersey, il ne reste plus aujourd'hui en guise de plaque commémorative, qu'un portrait de Gabrielle Chanel, signé Karl Lagerfeld.


Rue Gontaut-Biron!
Une tenue simple, un tailleur masculin sans bijoux ni fioritures.
"Elle suit Arthur Capel qui était le meilleur joueur de polo à Deauville à l’époque.
Coco se montrait à cheval, col ouvert.
Un scandale pour les habitués qui voyaient là un signe négligé.
Comme elle déteste ne rien faire, Coco décide de louer une boutique pour vendre des chapeaux".


Quai des Yatchs!
Le quai des Yatchsdonnesur l'embouchure de La Touques, fleuve côtier de Normandie.


Au-delà de la rivière la vue sur Trouville, son casino, son port...est imprenable.


À l'embouchure de La Touques, le port de Deauville est une hate incontournable.
 
À beintôt pour la suite de cette visite.



Villerville est un village de Normandie, situé entre Trouville et Honfleur.
Le village s'honore de conserver son authenticité entre mer et campagne.​
 
Village où il fait bon vivre, mais aussi village d'inspiration pour les artistes.
C'est dans ce village qu'Henri VERNEUIL posa ses caméras pour la réalisation du film Un Singe en Hiver, en 1962.
 
Je vous propose, aujourd'hui, une balade particulière .....Sur les pas d'un tournage de légende...
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Le cabaret normand!
En effet, le film "Un singe en hiver", film d'Henri Verneuil, y a été tourné en partie durant l'hiver 1961-1962.


Villerville y apparaît sous le nom de Tigreville.


La visite nous emmène vers la rue principale où se situe "Le Cabaret normand", restaurant qui a été utilisé pour le tournage!


"Un singe en Hiver" est désormais rangé dans le coeur de chaque cinéphile et inscrit dans la mémoire de Villerville.


Église Notre-Dame!
Cet établissement date, en partie, du 12e siècle!


La gendarmerie de Villerville-Tigreville!


La gendarmerie de Tigreville a, depuis, retrouvé depuis sa vocation de maison de ville.


Comme il fait bon flâner dans cet ancien village de pêcheurs, aux rues bordées de maisons hautes et étroites.


La place du Guettoir!
Elle est située au bout de la rue de la Cabine, c'est le lieu où les femmes de pêcheurs guettaient leur mari au retour de la pêche.


Ce lieu important de Villerville a figuré dans plusieurs films notamment dans le film "Un Singe en Hiver" de Henri Verneuil en 1962.


Chaque arrêt est émaillé d’anecdotes et des répliques de Belmondo et de Gabin.


Nous nous prenons au jeu et prenons la place des grandes vedettes!


La plage!


Le guettoir permet d'avoir un superbe panorama sur la plage....réputée pour sa pêche aux moules!


Il y a bien longtemps, on découvrit ce qui devait être la richesse et la gloire de Villerville : la moulière!
Ces derniers siècles, on pêchait les moules sur la moulière qui borde le rivage!


Si vous en avez l'occasion, arrêtez-vous à Villerville et flânez sur les pas de Gabin et Belmondo!



Je vous ai déjà parlé de l'île de Miyajima, une île située dans la baie de Hiroshima et donnant sur la mer intérieure de Seto.
 
Miyajima, "L'île où cohabitent les hommes et les dieux" est depuis longtemps un lieu sacré, puisque le sanctuaire de Itsukushima y est établi depuis 593.
Ce sanctuaire, dédié à la déesse gardienne des mers, a pour particularité d'être en partie construit dans la mer, avec des bâtiments sur pilotis et son torii à quelques dizaines de mètres au large.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Vous avez sans doute déjà vu une image de ce portail Shinto qui semble flotter sur l’eau.
La silhouette de ce monument rouge vermillon est célèbre dans le monde entier.
Cette porte Ootorii est le symbole de Miyajima.


Le torii est construit en bois de camphrier laqué de vermillon.
De près de 17 m de haut, ses piliers principaux font 10 m de circonférence.
Bien que semblant solidement planté dans le sol, il ne repose en fait que par son propre poids sur le sable.


Cet édifice de bois rouge vermillon est un portail shinto qui symbolise la frontière entre monde profane et monde sacré.
Le torii est situé à 200 m du sanctuaire, dans la mer, et il est possible d'y accéder à pied à marée basse.
 


Il marque l’entrée du Sanctuaire d’Itsukushima.
Construit pour la première fois en 1168, il se situe à environ 200m du Sanctuaire.
Il faut savoir que l’île même de Miyajima était autrefois considérée comme divinité dans son intégralité.



Je voulais encore vous faire dernier petit clin d'oeil avant de poursuivre notre balade en Normandie!
C'est cette très belle enseigne que nous avons pu admirer en nous promenant dans les rues de Trouville....un très bel hommage à Raymond Savignac, cet affichiste tombé amoureux de Trouville!


Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!



La mer à la campagne ou la campagne à la mer, c'est ce qui définit le mieux ce joli coin de la Côte Fleurie que certains surnomment la « Reine des Plages ».
 
Avant de quitter cette charmante ville, flânons encore un peu le long de la plage sur la promenade des planches surnommée "promenade Savignac"!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Raymond Savignac, dit communément Savignac, né le 6 novembre 1907 à Paris et mort le 30 octobre 2002 à Trouville-sur-Mer, est un affichiste français.


La promenade sur la plage lui est dédiée. On peut y voir quelques-unes des affiches qu'il a consacrées à la station balnéaire normande.


Savignac adopte la Côte Fleurie et illustre des dizaines de manifestations locales.



En 1986, un « Bal des Affiches » est organisé en son honneur à Trouville. Au musée Villa Montebello, on expose Savignac depuis 1987, date de sa donation de près de 250 affiches et 8 maquettes.


En 2001, la Promenade des Planches est rebaptisée Promenade Savignac, le long de laquelle sont exposées ses oeuvres trouvillaises.


La Galerie du Musée et les rues de Trouville se sont, également, transformées en véritable musée à ciel ouvert qui permet de découvrir des reproductions des plus célèbres affiches que Savignac réalisa pour Trouville.


Cette balade permet de découvrir ou de re-découvrir l'oeuvre de Savignac!


Les affiches se succèdent pour notre plus grand plaisir.


Si le couple Savignac vient régulièrement en week-end à Trouville, il s’y installera dans les années 1970, d’abord comme résident secondaire avant de quitter définitivement Paris pour la station balnéaire en 1979.


Raymond Savignac décède en 2002, à l’âge de à 94 ans. Il est enterré au cimetière de Trouville-sur-Mer.


À bientôt pour une nouvelle balade!



L'histoire de Trouville remonte au Moyen Âge. La ville était déjà un petit port de pêche.
 
Cette girouette ne fait que confirmer le renommée de ce fameux port de pêche!
 
Vous pouvez retrouver d'autres girouettes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!



Si vous vous promenez le long des quais de Trouville-sur-Mer, vous ne pouvez pas manquer ce très beau rond-point! Un bel hommage au milieu maritime!


Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)



Station balnéaire de la Côte fleurie, Trouville doit sa réputation au charme de son port de pêche, à la beauté de sa longue plage de sable fin et à la richesse de son patrimoine architectural.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


En se promenant sur la plage de Trouville on peut admirer toute une succession de villas.
Toutes furent construites entre 1860 et 1880.


Une photo souvenir s'impose!


Cependant, toutes sont de styles différents allant du néo-normand en passant par le néo-classique, néo-Louis XIII, néo-italien, jusqu’au néo-mauresque et néo-persan.


Le 19e siècle est l’époque de l’éclectisme architectural.


À la suite de voyages, on s’inspire des styles architecturaux des autres pays visités et on les adapte selon ses propres inspirations.


Jetée Jean-Claude Brize, maire de Trouville de 1977 à 2012, marin pêcheur.


Si vous en avez le temps, promenez-vous sur cette jetée.....


....la vue sur la ville y est tout simplement magnifique!


Nous revenons peu à peu sur les quais!


Notre balade va nous conduire, à présent, vers la promenade dite "Les Planches"!
 
À bientôt!



Poursuivons notre balade à Trouville-sur-Mer, cette commune située dans le département du Calvados en Normandie!
 
La mer à la campagne ou la campagne à la mer...c'est ce qui définit le mieux ce joli coin de la Côte Fleurie que certains surnomment la « Reine des Plages ».
 
Aujourd'hui, partons à la découverte de cette charmante station balnéaire!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Deux promenades architecturales permettent de découvrir les résidences balnéaires de la ville.


Commençons par la promenade "côté pêcheurs"!


Plus familial  que Beauville, le bourg, avec ces villas centenaires, possède un charme fou.


Nous approchons de "l'escalier du serpent" également appelé "escalier des 100 marches"!


Cet escalier nous emmène sur les hauteurs de Trouville.


Nous découvrons un panorama extraordinaire....


.....ainsi que les vues pittoresques sur les façades, les toits et la mer!


Sur les hauteurs de Trouville, les villas sont également très jolies.


Hôtel des Roches Noires!
L'hôtel des Roches Noires est un ancien palace de style Second Empire de 1866.
Surnommé à ses débuts « le roi de la côte normande » est célèbre pour avoir été lieu de villégiature des célèbres écrivains Marcel Proust (1871-1922) et Marguerite Duras (1914-1996).


Allez! Descendons cet escalier afin de flâner sur la plage de Trouville!



Station balnéaire de la Côte fleurie, à deux heures de Paris, Trouville doit sa réputation au charme de son port de pêche, à la beauté de sa longue plage de sable fin et à la richesse de son patrimoine architectural.
 
Aujourd'hui, je vous propose une série découverte de cette belle ville de Trouville!
 
-Grande station balnéaire (ici)

-Circuit en ville (voir le lien)

-Le bord de mer (voir le lien)

-Le rond-point du centre-ville (voir le lien)

-Une girouette de circonstance (voir le lien)

-La promenade des planches "Savignac" (voir le lien)

-Une enseigne "Savignac" (voir le lien)
 
-Restaurant Cocotte Café (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La première balade que nous nous accordons est la balade emblématique sur les quais de Trouville!


Station balnéaire de la Côte Fleurie, Trouville est avant tout un port de pêche réputé.

Les pêcheurs trouvillais partent pêcher la coquille Saint Jacques (d’octobre à mai) mais aussi différents poissons, tels que le bar, la sole, le carrelet, le turbot...



Les poissonneries sont de tradition à Trouville puisque la première fut construite en 1840.
La construction de l’époque était beaucoup plus petite et réalisée en bois.


C’est en 1937 que Fernand Moureaux, maire de l’époque, décide de doter Trouville d’une poissonnerie de style néo-normand.


L’architecte Trouvillais, Maurice Vincent, fut chargé de la construction avec l’aide de 2 architectes locaux, Messieurs Davy et Halley.


En 1991, la poissonnerie fut inscrite sur la liste annexe des Monuments Historiques, inscription qui eut pour effet de protéger le quartier du port de pêche.


Les poissonniers de la halle proposent chaque jour des produits de la mer bien savoureux....


Moules....


Oursins...


Un pur délice!



Cricqueboeuf est un petit village située dans le département du Calvados en région Normandie.
 
Un arrêt dans ce tout petit village, lors de notre séjour en Normandie, nous a permis de profiter du charme de ces lieux!
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


L'église Saint-Martin du 12e siècle, est appelée « chapelle aux lierres », car elle en est recouverte.


Ce sanctuaire possède un clocher dont le toit est « en bâtière », ce qui signifie que son toit a deux versants opposés, les deux côtés formant pignon.


Ce genre de disposition architecturale est fréquent en Basse-Normandie, mais ne se rencontre pas en Haute-Normandie.


Cette petite église située sur les hauteurs de Cricqueboeuf mérite que l'on s'y arrête un moment.


Le paysage y est ravissant!


Nous sommes au coeur de la Normandie!


Tiens tiens! Les lierres de la chapelle aux lierres!



L'île de Miyajima ou île d'Itsukushima est située dans la baie de Hiroshima et donne sur la mer intérieure de Seto.
Classée comme l'un des trois plus beaux sites du Japon grâce notamment à son torii et son sanctuaire shinto flottants, cette île sacrée est un haut lieu touristique de l'archipel.
 
Aujourd'hui, je débute une série d'articles consacrés à la visite que Nicolas a consacré à l'île sacrée du Japon, l'île de Miyajima!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


C’est en 806 que le moine bouddhiste Kobo Daishi, de retour de Chine, s’arrêta sur l’île de Miyajima et gravit le Mont Misen et ressentit la force spirituelle du lieu.
C’est alors qu’il pensa que l’île se devait d’être sacrée et qu’il construit un pavillon principal (Hondo) sur le Mont Misen.


En 1146, Taira no Kiyomori, alors à la tête de la province d’Aki, entreprit la construction du sanctuaire Itsukushima suite à un rêve, au sein duquel un vieux prêtre lui aurait dit qu’il atteindrait le plus haut rang s’il réalisait cette oeuvre.


Ce n’est qu’à partir de la fin de l’ère Kamakura que les autochtones ont commencés à habiter sur l’île de Miyajima, avant réservées aux prêtres Shintoïste et Bouddhiste.


C’est le prêtre Seishin, qui tenait un magasin de riz, avant de devenir prêtre bouddhiste sur l’île de Miyajima, qui lança la fabrication des spatules à riz en bois en forme de Luth Biwa, car l’île n’avait aucune industrie et qu’il fallait en développer une, et enseigna les techniques de fabrications aux habitants.
Cet objet fait, aujourd’hui encore, la renommée de l’île.


L'île d'Itsukushima est considérée, dans la religion shintoïste, comme une île sacrée.
Il n'y a ainsi ni maternité ni cimetière sur l'île, car ce statut interdit que l'on y naisse ou que l'on y meure.
De la même façon, il est interdit d'y abattre des arbres.
L'île est donc couverte d'une forêt relativement luxuriante.


Les aventures de Nicolas sur l'île de Miyajima ne font que commencer.....À bientôt!



Nous restons à Équemauville, commune située dans le Calvados, afin de découvrir la célèbre Côte de Grâce.
 
Je vous invite à voir ou à revoir Le Mont-Joli d'Équemauville en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


Sur le plateau de Grâce se trouve l’un des plus anciens sanctuaires de la région entouré d’arbres séculaires.


De cette croix, on découvre un très beau panorama sur l'estuaire de la Seine, la rade du Havre mais aussi sur le pont de Normandie.


Et, au loin se profile le pont de Tancarville.


Au centre de cette esplanade, à l'ombre d'arbres magnifiques, se dresse la petite chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce.


La chapelle Notre-Dame de Grâce construite en 1600-1615 par les bourgeois et les marins de Honfleur et remplace une ancienne chapelle disparue dans un éboulement de la falaise.


Cette chapelle primitive fut fondée avant l’an 1023 par Richard II Duc de Normandie, pour accomplir un voeu fait au cours d’une tempête où il avait failli périr.


Le vitrail central présente Notre-Dame-de-Grâce.


Depuis le culte de Notre-Dame de Grâce s’est perpétué.


Plaques de marbre et tableaux perpétuent le souvenir de personnages illustres venus dans cette chapelle : Samuel De Champlain, Pierre Berthelot, Louis XIII, Bonaparte, Thérèse de Lisieux…


Bien entendu la protection des marins tient une place privilégiée.


Mais il peut également s’agir de témoignages de reconnaissance suite à des guérisons ou à l’accomplissement d’un événement heureux.


La chapelle possède un très beau carillon formé de 24 cloches. Sur chaque cloche on peut lire un extrait de l'évangile.


C'est Virginie Bassetti, Ancienne directrice artistique de la fonderie de cloches Cornille-Havard à Villedieu-les-Poèles, qui est  la conceptrice des 23 cloches du carillon de Notre-Dame-de-Grâce édifié entre 1992 et 1999.

À bientôt!



Équemauville est une commune située dans le département du Calvados en région Normandie.
Cette cité est connue pour sa Côte de Grâce et son Mont-Joli!

Aujourd'hui, je vous propose une balade sur le Mont-Joli où la vue sur la ville de Honfleur est magnifique!
 
Cet article servira de récapitulatif à ses deux balades!
 
-Le Mont Joli (ici)
 
-La Côte de Grâce (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Ce monument a été élevé à la glire de Notre-Dame-de-Grâce en remerciement de la protection qu'elle a accordée à la ville de Honfleur, au Pays d'Auge, au Lieuvin...pendant la bataille de Normandie en 1944.


Du Mont-Jolie la vue sur la ville du Honfleur est l'une des plus belles.


Le port de Honfleur est tout de même le troisième port à bois de France!
D'un seul regard on pénètre au coeur de la vieille ville de Honfleur.


Le Pont de Normandie au loin se détache! Il est impressionnant!

À bientôt!



Avant de quitter cette très belle ville de Honfleur je ne pouvais pas ne pas vous emmener faire un dernier petit tour dans ce très beau jardin, le jardin des personnalités, inauguré en 2004 par Michel Lamare, maire de Honfleur.
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Nous avons beaucoup aimé cette promenade à la découverte de bateaux-jardins au centre desquels se dressent de nombreuses personnalités comme Léon Leclerc, peintre français né à Honfleur en 1866.


Johan-Barthold Jongkind!
Johan Barthold Jongkind  est né à Lattrop aux Pays-Bas) le 3 juin 1819.
Ce peintre, aquarelliste et graveur néerlandais, est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme.


Cette balade est à la fois ludique et informative.


Charles Baudelaire!
Charles Baudelaire est un poète français né à Paris le 9 avril 1821.
Il occupe une place considérable parmi les poètes français pour un recueil certes bref mais qu’il aura façonné sa vie durant : Les Fleurs du mal.


Eugène Boudin!
Eugène-Louis Boudin est un peintre français, né à Honfleur (Calvados) le 12 juillet 1824, mort à Deauville (Calvados) le 8 août 1898.
Il fut l'un des premiers peintres français à saisir les paysages à l'extérieur d'un atelier. Grand peintre de marines, il est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme.


La balade, commencée dans le jardin, se poursuit le long de la jetée! Suivons Marc qui, au loin, se régale de ces beaux paysages.


Tous les calvaires et autres croix que nous croisons nous rappellent au souvenir des marins partis en mer et qui ne sont pas revenus.


Terminons notre promenade autour de ces personnalités inscrites dans nos mémoires!
Michel Serrault! On ne le présente plus!


Françoise Sagan!
Françoise Sagan, de son vrai nom Françoise Quoirez, est une femme de lettres française née le 21 juin 1935 à Cajarc (Lot) et morte le 24 septembre 2004 à Honfleur (Calvados).


Surtout n'hésitez pas à flâner dans ce jardin....vous aurez peut-être la chance d'y faire de belles rencontres!



Juste dans la continuité du jardin retrouvé situé le long de la jetée de l'ouest à Honfleur, il y a un second jardin, celui des personnalités!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Première personnalité, Éric-Alfred-Leslie Satie, dit Erik Satie.
Compositeur et pianiste français né à Honfleur le 17 mai 1866, il fut associé un temps au symbolisme.
Mais inclassable, il a été reconnu comme précurseur de plusieurs mouvements, dont le surréalisme, le minimalisme, la musique répétitive et le théâtre de l'absurde.


Lucie Delarue-Mardrus est née à Honfleur le 3 novembre 1874. Elle fut poétesse, romancière, journaliste, historienne, sculptrice et dessinatrice française.


Le Jardin des Personnalités fut inauguré en 2004 par Michel Lamare, maire de Honfleur et instigateur du projet.


Installé sur une ancienne vasière de l’estuaire, cet espace de 10 hectares paysagers propose une promenade à la découverte de bateaux-jardins au centre desquels se dressent les bustes des acteurs du patrimoine historique et culturel de Honfleur.


Alphonse Allais est né le 20 octobre 1854 à Honfleur.
Ce journaliste, écrivain et humoriste français fut célèbre à la Belle Époque.
Il est reconnu pour sa plume acerbe et son humour absurde et est notamment renommé pour ses calembours.
Il est parfois considéré comme l'un des plus grands conteurs de langue française.


Jean-Baptiste Colbert, né le 29 août 1619 à Reims, est un des principaux ministres de Louis XIV.


Albert Sorel, né à Honfleur le 13 août 1842, est un historien français.
Il fut l’un des principaux fondateurs de l’histoire diplomatique en France.


Pierre Berthelot, connu sous le nom de Denis de la Nativité est né à Honfleur le 12 décembre 1600.
Il fut un marin et navigua au service du Portugal avant d'entrer dans l'Ordre du Carmel.


Le jardin s'ouvre sur la jetée....allons y faire un tour avant de reprendre la balade des personnalités!
 
À demain!



Oups! J'allais oublier de vous parler de notre balade dans deux très beaux jardins de Honfleur! Le premier, "Le Jardin Retrouvé et la Jetée"!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Ce jardin public, créé en 1996 est aussi appelé « Le Jardin retrouvé » pour son cadre romantique et son organisation à l’anglaise.


La nature y est recréée.....


.....parterres de fleurs, bosquets, étangs, cascades…


.....mais réinterprétée et maîtrisée par l’homme!


Le jardin longe la jetée de l'Ouest!


La balade se poursuit entre jardin et bord de mer....


...et les marins ne sont jamais bien loin.


En nous promenant le long de la jetée et du boulevard Charles V, nous aons découvert un très beau jardin.

Un cadre idéal pour profiter d'un agréable moment de détente.


À demain pour une autre balade....un autre jardin...."Le jardin des personnalités"!




Voilà! Notre séjour à Honfleur se termine! Et je voulais finir cette série par quelques enseignes pêchées au gré de notre visite de la ville de Honfleur!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignessur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


J'aime partir à la découverte des enseignes des villes que je visite!


Je suis capable de rester devant une enseigne un long moment et m'imaginer l'histoire qui a conduit à la pose de ces décors!


À bientôt pour la suite de notre séjour en Normandie et pour une autre série!



Les balades-découvertes d'une ville se font aussi le nez en l'air! Tout est à observer dans cette belle ville de Honfleur!
 
Voici quelques fenêtres qui, au hasard de norte séjour, m'ont beaucoup plu!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez voir d'autres portes et fenêtressur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Nous sommes à Honfleur, ville portuaire!


De belles maisons donnent sur le vieux bassin!


Et la balance sur cette porte doit bien signifier que cette maison fut bâtie pour un homme de loi!


Les maisons imposantes sont souvent des maisons d'armateurs!


Un dernier regard sur ce pirate....et hop je vais vous montrer quelques enseignes!



Lorsque vous êtes en balade à Honfleur, il y a un rond-point qu'il ne faut pas manquer c'est celui nommé, "Les moulières de Honfleur"!
 
Située sur un rond-point proche du vieux bassin, cette fontaine est l’œuvre du sculpteur Jean-Marc de Pas.
« Les moulières » désigne ces femmes qui ramassaient des moules par kilos souvent au péril de leur vie.

Honfleur a souhaité rendre hommage à celles qui pendant des décennies ont travaillé dur dans l’estuaire et sur le banc du ratier pour nourrir leurs familles.
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)


Habillées, été comme hiver, de longues robes à plis, en drap, coiffées d’un fichu qui les protégeait du vent ou du soleil ou revêtues d’habits d’hommes, ces femmes, souvent mères de familles nombreuses, cueillaient les moules courbées en deux, pendant de longues journées harassantes, à l’aide d’une étique.

L'étique est un couteau avec un manche en bois rond et une lame en feuille de lierre, affutée d’un seul côté.


Ce métier ô combien difficile et périlleux a disparu progressivement avec le temps pour s’éteindre définitivement en 1977.



Honfleur, cette charmante commune normande, a beaucoup de charme!
Elle est surtout connue pour son Vieux Bassin pittoresque.
Elle se caractérise par ses maisons aux façades recouvertes d'ardoises.
Elle est surtout connue pour avoir été maintes fois représentée par des artistes, dont Gustave Courbet, Eugène Boudin, Claude Monet et Johan Barthold Jongkind, formant l’École de Honfleur!

Aujourd'hui, je vais vous parler de quelques maisons natales!

Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez voir ou revoir d'autres maisons natales en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Jean Leclair!
Cette première maison est la maison natale de Jean Leclair (1919-1996) un peintre honfleurais.


Erik Satie!
Voici la maison natale de Erik Satie (1866-1925) compositeur et pianiste français.


Associé un temps au symbolisme, mais inclassable, il a été reconnu comme précurseur de plusieurs mouvements, dont le surréalisme, le minimalisme, la musique répétitive et le théâtre de l'absurde.


Jacques Félix Emmanuel Hamelin!
Cette maison est ma maison natale du baron Jacques Félix Emmanuel Hamelin (1768-1839), est un contre-amiral français.


Louis-Alexandre Dubourg!

Enfin je terminerai par Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891), peintre français.

Originaire de Normandie, élève de Léon Cogniet, Dubourg a représenté la vie de sa région.....ports de pêche, campagne, population.....



Il fonde en 1868 le musée municipal d’Honfleur.



Honfleur est une ville que les documents mentionnent dès le 11e siècle où elle figure alors parmi les importantes bourgades du duché de Normandie.
Sa situation géographique privilégiée, de port d’estuaire et de port de mer lui confère, en effet, de nombreux avantages et détermine sa double vocation pour les siècles à venir : la défense du fleuve royal et le départ des grandes aventures sur la mer océane!
 
Aujourd'hui, poursuivons notre balade-découverte de cette très jolie ville de Honfleur!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le grenier à sel!
Après avoir fait le tour du vieux bassin, nous nous enfonçons dans la vieille ville où nous découvrons le grenier à sel!


Trois greniers à sel ont été édifiés en 1670 à Honfleur, en vue du stockage du sel pour la gabelle, en grande partie avec des pierres issues des anciens remparts de la ville.
permettaient d’entreposer 10 000 tonnes de sel destinées à la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve.


Le manoir de Roncheville!
Le manoir est situé sur la place Arthur-Boudin à Honfleur, près du vieux port et de l'actuel quai de la Tour.


Depuis 1206, jusqu'à l'occupation anglaise pendant la guerre de Cent Ans, le manoir de Roncheville, fut la maison seigneuriale des Bertran, barons de Bricquebecq, vicomtes de Faugernon et de Roncheville, seigneurs de Honfleur.



À l'issue de la guerre, Charles VII fait du manoir de Roncheville la résidence des gouverneurs de Honfleur.


Rue des petites boucheries!
Au 17e siècle, cette rue tenant son nom des boutiques où les bouchers vendaient de la viande.


Rue de la prison!
Cette rue doit son nom au fait qu'y était située la prison de Honfleur.


La prison est un monument construit au 16e siècle et utilisé comme telle à partir du 17e siècle.


La maison à pans de bois est construite au 16e siècle.
Elle devient la prison de la vicomté de Roncheville au 17e siècle.
 


Dans cette rue plusieurs maisons sont classées au titre des Monuments historiques.


Impressionnant!


Musée de la marine!
Nous arrivons sur le quai saint-Étienne au niveau du vieux bassin et nous découvrons cette vieille église paroissiale de style gothique, en partie des 14e et 15e siècles, et qui est la plus ancienne de la cité.


Elle est construite en pierre calcaire crayeuse avec silex et pierre de Caen, la ville de Honfleur étant située à la limite de ces deux types de formations calcaires.
Le clocher est recouvert d'un essentage en bois de châtaignier.
Elle abrite de nos jours le musée local de la Marine.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Au troisième jour de son voyage au Japon et après avoir visité le Parc du Mémorial de la Paix à Hiroshima, notre aventurier s'est dirigé vers son hôtel.
Hôtel situé à Miyajimaguchi qui désigne un quartier de la ville d'Hatsukaichi dans la préfecture de Hiroshima.
Miyajimaguchi est la porte d'entrée de l'île de Miyajima.....je vous en parlerai bientôt!

Aujourd'hui, nous allons parler de son dîner et de son petit-déjeuner à l'hôtel "Miyajimaguchi Coral Hôtel"!
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Dîner!
Le dîner est constitué d'un plat familial japonais, le Nabe.

Le nabe ou nabemono, que l'on peut traduire par "marmite  ou casserole" en traduction littérale, est un mets familial de l'hiver au Japon.

Le nabe représente plus un concept qu'une recette.


Chauffé par un réchaud sur la table, on prépare une soupe – la plus simple étant juste de l'eau, souvent avec du bouillon de poisson, ou konbu, des algues séchées – dans une grande marmite, où de multiples ingrédients seront plongés petit à petit.


Les ingrédients sont très variés, même si on y retrouve souvent du chou chinois, kuzukiri (nouilles de kuzu, transparentes), du tofu, itokonnyaku ou shirataki (vermicelles blancs de konjac), kinoko (champignons), du poisson, des huîtres et de fines tranches de viande (bœuf, porc).
 
À la fin du repas, on peut faire avec la soupe restante un zōsui avec du riz précuit, un œuf et du negi haché menu (petits poireaux japonais ou ciboule).


Petit-déjeuner!
Après une nuit bien méritée, Nicolas se rend dans la salle du petit-déjeuner!
Bien sûr, il y a le choix entre petit-déjeuner japonais et petit-déjeuner européen!
Devinez ce que Nicolas a choisi?


Que mangent les Japonais au petit-déjeuner?
 
Ce jour là le petit-déjeuner de Nicolas se composait de:
-une soupe miso qui est l'un des plats principaux
-un onigiri.
-un bol de riz avec une feuille de nori.
-une salade au miso fermenté
 
Complètement différent de nos habitudes culinaires françaises, le petit déjeuner japonais est réputé pour être un des plus sains au monde, puisqu’il apporte sucres lents, vitamines diverses et variées et protéines, mais pas trop de sucres rapides pour bien commencer la journée.
 
À bientôt pour la suite de ce voyage!



Le vieux bassin est un port situé au centre de la ville d'Honfleur dans le département français du Calvados en région Normandie.
Ses étroites maisons en ardoises se reflétant dans le bassin en font la principale attraction touristique d'Honfleur.
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


L’ensemble formé par le Vieux Bassin, les pittoresques maisons du quai Sainte-Catherine, la Lieutenance et l’église Saint-Etienne est ce qui frappe certainement le plus lorsque l’on visite Honfleur pour la première fois.


Ce bassin à flot fut créé, sur les instances d’Abraham Duquesne, et par ordre de Colbert, en 1681, en remplacement de l’ancien havre d’échouage ou « havre du dedans », qui était beaucoup plus étroit.


Ce bassin est entièrement entouré de quais accessibles au public.


D’un côté du Vieux Bassin, sur le quai Sainte-Catherine, toute une série de hautes maisons forme une originale toile de fond.


Ces maisons sont très étroites car elles ont été construites sur la contrescarpe des anciens fossés de la ville, sur un terrain, dépendant de la Vicomté d’Auge qui le fieffa vers 1630.


La plupart datent des 17e et 18e siècles.


Certaines sont en encorbellement et beaucoup sont essentées d’ardoises.


Promenons-nous sur les quais du vieux bassin de Honfleur!



Honfleur! Voilà une cité que nous aimons beaucoup Marc et moi! Nous ne désirons qu'une chose...y retourner un jour!
Honfleur, cette commune normande nous a accueilli les bras ouverts et nous nous sommes laissés prendre par son charme tout à fait impressionnant!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Le phare de Honfleur!
La balade commence au niveau du phare de Honfleur appelé aussi phare de la Falaise des Fonds ou phare du Butin.
Pourquoi la visite commence à cet endroit?
Parce qu'à cet endroit il y a un grand parkig gratuit!


Les Embruns!
Marcel Rachet, médecin parisien, né à Honfleur en 1897 acquit "Les Embruns" en 1933.
Le peintre André Hambourg (1909-1999) son gendre, habita cette maison et travailla dans la joie de ses fenêtres.


Vieille de plus de 1000 ans...


...mais incroyablement préservée notamment en ayant échappé aux dégâts de la Seconde Guerre Mondiale...


....Honfleur exerce toujours la même fascination!


Nous découvrons avec beaucoup d'admiration les ruelles pittoresques de Honfleur....ses maisons étroites et couvertes d'ardoises.


Demeure du 17e siècle ayant appartenu à la famille Pallier, armateurs.


La lieutenance!
Gardienne du Vieux Bassin, la Lieutenance est le dernier bastion du Honfleur médiéval, dernier vestige des remparts démantelés à la fin du 17e siècle sur ordre de Colbert.


La Lieutenance est un des édifices phares de Honfleur.


Les tout premiers remparts de la ville d’Honfleur ont été érigés au 13e siècle, autour de ce que l’on appelle l’Enclos. 


Vers 1350, Charles V fait construire une véritable forteresse entourant un havre d’échouage servant de port, ainsi que la ville.


L’enceinte était constituée de murs puissants.


Deux portes ouvraient sur l’extérieur.....


.....la porte de Rouen au sud-est de la ville et la porte de Caen au nord-ouest, autrement dit la Lieutenance!


Samuel de Champlain!
La société du vieux Honfleur a consacré le souvenir de Samuel de Champlain sur la façade de la Lieutenance.
Samuel de Champlain n'est pas un né natif... Il est né à Brouages, entre 1567 et 1574, non loin de La Rochelle.
C'est pourtant d'Honfleur qu'il va entreprendre huit de ses voyages vers la Nouvelle-France.
 
À bientôt pour la suite de cet balade!



Honfleur, cette commune située dans le département du Calvados, est une ville portuaire!
Souvenez-vous! Hier, nous avons pris le bateau, au niveau de l'avant-port, afin d'approcher le pont de Normandie d'un peu plus près.
Notre balade en bateau terminée, nous avons pu approcher les pêcheurs de retour de pêche!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


L’avant-port est réservé à la flotille de pêche qui s’amarre le long de ses quais et y décharge la pêche journalière.



Une dizaine d’unités sont en activité et pratiquent la pêche côtière, appelée aussi pêche fraîche.



Les bateaux sortant le temps d’une marée, les poissons ou crustacés ne subissent alors aucun traitement de conservation.


Les espèces capturées sont la sole, la roussette, le grondin, le chinchard, le maquereau, le cabillaud, le turbot.....



..... l’anguille, la barbue ou tacaud, la plie, la limande, le merlan, la seiche.


Les pêcheurs de Honfleur ont cependant deux spécialités.....


.....la crevette grise qui est vendue vivante au débarquement et d’octobre à avril la coquille Saint-Jacques.


Du jeudi au dimanche matin, les pêcheurs du port viennent vendre leurs prises du jour sur la jetée de transit, dans le centre de Honfleur.


Alors n'hésitez pas à aller vous y promener!



Hier, nous avons débuté une nouvelle série "voyage", la visite de Honfleur, commune portuaire normande située sur la rive sud de l'estuaire de la Seine, en face du Havre, tout près du débouché du pont de Normandie.
 
Nous sommes arrivés à Honfleur en empruntant le Pont de Normandie!
Nous n'avons pas tardé à poursuivre la découverte de ce fameux pont en faisant une promenade en bateau!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Honfleur depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Nous avons rendez-vous au niveau de l'avant-port pour une balade d'1h30 en bateau de plaisance.
L'embarquement se fait quai des passagers en face du jardin public.


Prêt capitaine?


Cette balade commence par une superbe vue sur le port de Honfleur!


Nous nous dirigeons doucement vers l'estuaire de la Seine.


Les activités maritimes ont toujours pris une place importante dans la vie de la ville de Honfleur.
C'était un haut-lieu du commerce entre le 18e et le 19e.
Ses marins furent connus pour être parmi les meilleurs de France.


Majestueux, le pont de Normandie se dévoile sous nos yeux.


Deuxième plus grand pont à haubans du monde, il relie Honfleur au Havre et fait la fierté des Normands.


Nous passons sous le Pont de Normandie et nous pouvons admirer l'architecture et le gigantisme de ce pont.


Plus l'on s'approche et plus le pont paraît impressionnant.


Déjà nous faisons demi-tour! Il est temps de rentrer au port.


Le capitaine fait un petit historique, rappelant que le pont date de 1995 et qu'il fait une longueur totale de 2 141 m.


Nous sommes au rendez-vous avec le vent, les vagues et les embruns....


Au loin nous pouvons admirer le pont de Tancarville.
Le pont de Tancarville est un pont suspendu qui franchit la Seine entre Tancarville (Seine-Maritime) et Marais-Vernier (Eure).


Le bateau entre dans les écluses de Honfleur.


La balade se termine et nous revenons des étoiles plein les yeux.



Honfleur est une commune portuaire normande, située dans le département du Calvados sur la rive sud de l'estuaire de la Seine, en face du Havre, tout près du débouché du pont de Normandie.
 
Honfleur est une ville que les documents mentionnent dès le 11e siècle où elle figure alors parmi les importantes bourgades du duché de Normandie.
 
Le développement de Honfleur et du port coïncide avec les invasions scandinaves et l’installation des Normands (les vikings) à partir du 9e siècle dans la Baie de Seine.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade-découverte de la très jolie ville de Honfleur!

-Restaurant Au P'tit Mareyeur (voir le lien)
 
-Le pont de Normandie (ici)

-Le pont de Normandie en bateau (voir le lien)

-Le marché aux poisson (voir le lien)

-Un petit tour en ville (voir le lien)

-Le vieux bassin (voir le lien)

-Histoire et patrimoine (voir le lien)

-Quelques maisons natales (voir le lien)

-Rond-point "Les moulières de Honfleur" (voir le lien)

-Portes fenêtres et autres (voir le lien)

-Quelques enseignes (voir le lien)

-Le jardin retrouvé et la jetée (voir le lien)

-Le jardin des personnalités (I) (voir le lien)

-Le jardin des personnalités (II) (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Le pont de Normandie est un pont à haubans enjambant l'estuaire de la Seine et reliant le Havre à Honfleur.
 
Lors de notre séjour dans cette région, nous avions décidé de nous arrêter à Honfleur et de prendre ce fameux pont afin de pouvoir bien admirer cette oeuvre.
 
(photo prise sur le Net)


La conception de cet ouvrage exceptionnel est due à M. Virlogeux.


L’histoire du pont de Normandie est à mettre en perspective avec celle du développement de l’estuaire de la Seine.


Dans les années 80, le seul pont permettant de franchir l’estuaire était le pont de Tancarville.
Cependant, avec une croissance exponentielle du trafic autoroutier, la construction d’un nouveau pont s’est avérée nécessaire.


Le projet est ainsi lancé en 1987, soutenu financièrement et politiquement par les votes de conseils régionaux et de conseils généraux.


La construction démarre le 11 mai 1990, et le pont de Normandie est mis en service au cours de l’hiver 1995.


Il ne faut que quelques minutes pour le traverser, et pourtant le pont de Normandie mérite qu’on s’y attarde.


Une autre option existe afin d'admirer ce pont, c'est le bateau.


Deux compagnies proposent d’amener les passagers au départ de Honfleur sous le pont de Normandie.
Une balade d’une heure et demie pour admirer le pont depuis l’estuaire.
 
À demain pour une balade en bateau!



Rouen détient le label Ville d'art et d'histoire.

Stendhal l’a surnommée « l'Athènes du genre gothique ».

De nombreux édifices religieux et civils ont été endommagés ou détruits par les bombardements et les incendies de la Seconde Guerre mondiale, mais, heureusement, la plupart des monuments les plus importants et les plus emblématiques de la cité ont été restaurés ou rebâtis!

Je ne pouvais pas quitter Rouen sans avoir visiter la cathédrale Notre-Dame-de-Rouen!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade rouennaise depuis le début en cliquant sur ce lien!

 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


La cathédrale Notre-Dame, officiellement cathédrale primatiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Rouen, est le monument le plus prestigieux de la ville de Rouen.
Elle est le siège de l'archidiocèse de Rouen, chef-lieu de la province ecclésiastique de Normandie.
L'archevêque de Rouen portant le titre de primat de Normandie, sa cathédrale a ainsi le rang de primatiale.


Portail Notre-Dame!
Le portail central et le portail Saint-Étienne ont été endommagés et cela depuis les guerres de religion.
Cependant, on reconnaît sur le tympan du portail Notre-Dame un arbre de Jessé qui constitue une des rares représentations de ce thème dans la pierre.


Portail Saint-Jean!
Le tympan du poratil saint-Jean est divisé en deux parties.
Il représente des évènements des vies de saint Jean Baptiste et de saint Jean l'Évangéliste.
La partie supérieure représente le « Mystérieux passage » de Saint-Jean l'Évangéliste.
Le registre inférieur, de gauche à droite, raconte le festin d'Hérode, la danse de Salomé et la décollation de saint Jean-Baptiste.


Portail saint-Étienne!
Saint Étienne est méconnaissable sur le portail du même nom au sud. Son tympan, comme pour celui Saint-Jean est divisé en deux parties.
Un Christ en majesté dans une mandorle accueille fidèles et pèlerins car il n'a pas été mutilé par les protestants.
En dessous la lapidation de saint Étienne.

La configuration du tympan (le Christ glorieux dans les cieux, entouré d'anges, sur la partie supérieure, et Étienne lapidé par ses bourreaux en présence de Saul) illustre le récit du martyr de saint Étienne « Je vois les cieux ouverts et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu ».


La nef reprend des éléments des parties romanes détruites par un incendie en 1200.
Elle est composée de 11 travées, séparées par des piliers composés.
Elle est caractéristique du premier gothique parce qu'elle est construite sur quatre niveaux.


Ce chapiteau sculpté du 3e pilier du collatéral sud, représente Samson, Dalila et un Philistin.


Un bas-relief sculpté dans un bois précieux par Henri Lagriffoul présente une Vierge à l'Enfant qui accueille l'offrande d'une cathédrale ressuscitée, dorée, présentée par deux compagnons du bâtiment et entre eux les symboles de leur métier.
Sur le phylactère sous leur pied est inscrit "Belle nous l'avons voulu et forte".


Reliques de saint-Olav!
Saint-Olav avait à peine douze ans lorsqu’il quitta les terres norvégiennes pour s’embarquer en mer avec les Vikings de son pays.
Ses conquêtes allaient conduire Saint Olav Haraldsson, devenu un guerrier sanglant et redouté, en Normandie.
Là, l’archevêque Robert le baptisa en la cathédrale Notre-Dame de Rouen en 1014.


L'élévation de la nef se développe sur quatre niveaux.


L'escaliers des libraires!
Par « Librairie », il faut entendre « Bibliothèque ».
En 1477, les chanoines souhaitent modifier leur bibliothèque réalisée par Jenson Salvart qui se trouve au premier étage d’un édifice jouxtant le transept nord de la cathédrale et en permettre l’accès à certaines personnes lettrées depuis l’intérieur de la cathédrale.
C’est à Guillaume Pontifs, maître d’œuvre de la cathédrale depuis 1462, que l’on doit les deux premières volées droites de cet escalier en pierre achevé en 1479.
L’œuvre sera poursuivie en 1788 lorsque la Bibliothèque s’agrandira sur un deuxième étage.
Sans doute à cause du Portail des Libraires qui se trouve dans une cour juste derrière et qui doit son nom à des petites échoppes, on parle souvent de l’escalier « des libraires ».


Le choeur!
Légèrement surélevé par rapport à la nef, il s'élève encore de quelques marches quand on s’approche du maître-autel.
Le maître-autel est une table de marbre vert serpentine de la Vallée d'Aoste, reposant sur les symboles des évangélistes, en plomb doré, sculptés par André Bizette-Lindet en 1955.


Les vitraux!
Dès 1939, à l'initiative de Jean Lafond, historien du vitrail, la totalité des vitraux anciens sont déposés pour ne laisser en place que les vitraux du 19e siècle.


Vitrail de la chapelle sainte-Jeanne d'Arc!


Les verrières actuelles de la majorité des chapelles du collatéral sud sont des œuvres contemporaines du maître-verrier Max Ingrand réalisées dans les années cinquante, comme pour la chapelle sainte Jeanne-d'Arc dans le croisillon sud.


Au nord, deux chapelles du collatéral recèlent les vitraux les plus anciens conservés en place en Normandie.
Ces vitraux de 1200 surnommés depuis le 14e siècle « les Belles Verrières » sont célèbres pour leur couleur bleue « de Chartres ».
 
À bientôt pour la suite de notre séjour en Normandie!



La semaine dernière je vous ai parlé du parc du Mémorial de la Paix de Hiroshima situé dans le centre-ville de Hiroshima, au Japon.
Ce parc fut créé par l'architecte Kenzō Tange afin de commémorer les victimes du bombardement atomique de Hiroshima.
 
Ce fut, pour moi, l'occasion d'aborder le thème de la "petite grue en origami" une ancienne tradition japonaise qui dit que celui qui plie un millier de grues peut voir son souhait exaucé.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Ici, la petite grue en origami que Nicolas a accroché dans sa voiture! 


L'approche de cette tradition m'a donné envie d'en réaliser une moi-même!
Pour cette réalisation! Facile!
J'ai suivi les explications du site:
http://www.momes.net/Bricolages/Origami-et-bricolages-en-papier/Animaux-en-papier/Une-grue-en-origami


La légende des mille grues!
La légende des mille grues est une légende originaire du Japon, où l’origami est très pratiqué, et qui raconte que si l’on plie mille grues en papier dans l'année, retenues ensemble par un lien, on peut voir son vœu de santé, de longévité, d'amour ou de bonheur exaucé.


Pour que le vœu, la chance ou la santé se réalise, on doit fabriquer le senbazuru pour une personne bien particulière et faire une prière à chaque grue achevée.
Une seule personne doit conserver le senbazuru, celle pour laquelle il a été fait.


En général, on offre un senbazuru à une personne très proche, souvent malade (depuis Sadako Sasaki), ou plus culturellement pour une naissance ou un mariage.
 
La guirlande des 1 000 grues est devenue un symbole mondial de paix et les gens peuvent en laisser dans les temples ou jardins de prières (notamment à Tokyo et Hiroshima).


Symbole de la paix!
Cette légende a inspiré l'histoire de Sadako Sasaki, survivante des bombardements atomiques.
 
Cette fillette japonaise atteinte de leucémie à la suite de l’explosion de la bombe atomique d’Hiroshima avait entrepris de réaliser, sous l'impulsion de sa meilleure amie Chizuko, mille grues en origami afin de réaliser son vœu de guérison.
 
Malheureusement, elle est morte avant d’avoir pu achever sa tâche en ayant réalisé seulement 644 grues.
Les élèves de sa classe ont terminé ce qu'elle avait commencé et son histoire a fait de la grue en papier un symbole de la paix.



L'église Sainte-Jeanne-d'Arc est un lieu de culte catholique situé dans le centre-ville de Rouen, sur la place du Vieux-Marché
L'extérieur de l'église prend la forme d'une flamme.
Le toit de l'église fait penser à une coque de bateau renversé.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade rouennaise depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)
 
(photo prise sur le Net)


Sur la droite, la croix qui se dresse est le mémorial élevé à Jeanne d'Arc.


Le vaste monument qui s'élève depuis 1979 sur la place du Vieux Marché a été érigé à l'endroit même où s'est trouvé le bûcher sur lequel Jeanne à été brûlée.
Cette statue représente Jeanne d'Arc et a été réalisée par Real del Sarte.


Cette construction répond à une double reconnaissance!


C'est à la fois une église pour honorer sainte Jeanne d'Arc!
C'est aussi un mémorial civil pour commémorer l'héroïne célébrée par la France le deuxième dimanche du mois de mai.


À l'intérieur, on peut y voir 13 verrières du 16e siècle, réalisées en 1520-1530, et enchâssées dans le mur nord de l'église.


Ces verrières proviennent du chœur de l'ancienne église Saint-Vincent.


Elles avaient été mises à l'abri par le Service des Monuments historiques en 1939.


Elles constituent une étape incontournable d'une visite de la ville de Rouen.


Un poisson....ou une ouverture sous la forme d'un hublot!


Cette statue représente Jeanne d'Arc et a été réalisée par par Michel Coste en 1999.

À bientôt!



Alors que nous nous promenions à Rouen, nous sommes passés devant une enseigne de magasin qui m'a tout de suite fait penser à Françoise "grainedesucre"!

En effet, vous connaissez le goût de Françoise pour les enseignes de magasins aux de jeux de mots amusants!


L'enseigne de ce luthier est tout à fait charmante!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade rouennaise depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.



Rouen, cité évaluée trois étoiles au guide Michelin, ville aux cent clochers, est une commune pétrie d'histoire!
 
Tout est enchantement!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade rouennaise depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


La rue du Gros-Horloge est une voie piétonne pavée du centre de Rouen, sur la rive droite de la Seine.
Elle mène de la place du Vieux-Marché à la cathédrale Notre-Dame et traverse la rue Jeanne-d'Arc, à proximité du Gros-Horloge.


Le Gros-Horloge est l'un des monuments emblématiques de la ville de Rouen.
La construction, accolée à un beffroi, est constituée d'une arche Renaissance enjambant la rue du Gros-Horloge surmontée d'une horloge astronomique du 14e siècle.


Il abrite dès l'origine le mécanisme du Gros-Horloge ainsi que les cloches sur lesquelles il sonne.
Le mécanisme d'horlogerie est l'un des plus anciens de France : le mouvement en a été fabriqué en 1389. L'horloge elle-même a été installée durant la même année.


L'arche a été édifié entre 1527 et 1529, à une époque où Rouen s'est parée de nombreux édifices dans ce style. Il remplace l'ancienne porte Massacre, détruite à cet effet.
Sur la face droite du Gros-Horloge, des anges sont gravés sur la pierre, dont l'un a la tête positionnée à l'envers, signe du mécontentement des ouvriers lors de la construction de l'horloge.


Au centre de l'arcade surbaissée, on peut voir les armes de la ville représentant l'agneau pascal qui remplace l'ancien léopard normand.


Le fond rouge, couleur de la Normandie, a été conservé.


Le dessous de la voûte, richement sculpté, nous montre notamment le Christ en Bon Pasteur.


Les deux façades de l'horloge actuelle sont issues d'une reconstruction postérieure d'époque Renaissance et représentent un soleil doré de 24 rayons sur un fond bleu étoilé.


Il apparaît aussi un « semainier » à l'intérieur d'une ouverture pratiquée à la base du cadran.Celui-ci est décoré de sujets allégoriques : la Lune en Diane pour le lundi, Mars pour le mardi, Mercure pour le mercredi, Jupiter pour le jeudi, Vénus pour le vendredi, Saturne pour le samedi et Apollon pour le dimanche.


Une aiguille unique, au bout de laquelle est représenté un agneau, pointe l'heure.


L’arche qui chevauche la rue semble venir protéger le passant qui se plait à en admirer la minutie.
 
À bientôt!



Rouen est une commune du Nord-Ouest de la France traversée par la Seine.
Elle est le chef-lieu de la Normandie réunifiée après avoir été, jusqu'en 2015, celui de la Haute-Normandie.
 
Nous avons eu la chance de pouvoir nous y promener lors de notre avant-dernier séjour dans cette région!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade rouennaise depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Aujourd'hui, je vous propose de nous arrêter devant ce très bel hôtel particulier, l'Hôtel de Bourgtheroulde!

L'hôtel de Bourgtheroulde (prononcé « bourtroude ») est un ancien hôtel particulier datant en grande partie du 16e siècle, situé place de la Pucelle, dans le centre historique de Rouen.



Guillaume II le Roux, seigneur de Bourgtheroulde et membre de l'Echiquier de Normandie, décida à la fin du 15e siècle de se faire construire un hôtel en pierre digne de son rang, dans le style Louis XII, transition entre le gothique flamboyant et le style de la Première Renaissance française.

Le portail d'entrée en anse de panier à festons surmontés des deux lions normands et des armoiries des seigneurs de Bourgtheroulde.


Son fils, Guillaume III, continua les travaux d'embellissement et compléta l'œuvre de son père.

Cette partie nommée "La Galerie d'Aumale" est la partie la plus spectaculaire de l'Hôtel.
En forme de loggia, elle marque l'arrivée de la Première Renaissance à Rouen.


L'hôtel de Bourgtheroulde donne sur la place de la Pucelle.
Anciennement appelée place du Marché aux veaux, elle a pris ce nom suite à une méprise.
On a longtemps pensé que c'était sur cette place que Jeanne d'Arc avait été exécutée.


La salamandre de François Ier.


La décoration extérieure est luxuriante.


Les armoiries des seigneurs de Bourgtheroulde!


À bientôt pour un autre arrêt....dans une autre rue de Rouen!



Hiroshima, située sur la côte nord de la mer intérieure de Seto, sur l'île de Honshū, la plus grande île japonaise.
Elle est la capitale de la préfecture d'Hiroshima et la ville la plus importante de la région de Chūgoku
 
Depuis le 6 août 1945, la ville est mondialement connue pour avoir été l'une des deux cibles, avec Nagasaki, des bombardements atomiques orchestrés par les États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Hiroshima fut fondée en 1589 sur la côte nord de la mer intérieure de Seto par le seigneur féodal Terumoto Mori.
Celui-ci construisit le château d'Hiroshima sur la plus grande des îles que forment les bras de la rivière Ōta, d'où le nom de la ville.
 
Pendant la première guerre sino-japonaise, Hiroshima devint l'une des principales bases logistiques de l'armée impériale japonaise. Elle conserva cette fonction au cours de l'ère Showa.
 
Lors de la Seconde Guerre mondiale, Hiroshima était un centre stratégique assurant la défense terrestre de tout le sud du Japon, ainsi qu'un centre industriel de première importance.


Le Dôme de Genbaku!
Le dôme de Genbaku, ou le mémorial de la paix d'Hiroshima ou encore le dôme de la Bombe Atomique, était à l'origine le Palais d’exposition industrielle de la préfecture d'Hiroshima.
Son nom provient du terme japonais « genbaku », abréviation du terme « genshibakudan » signifiant « bombe atomique ».


Pont Aioi!

Le pont Aioi est un pont situé à Hiroshima au Japon qui enjambe la rivière Ōta.

Sa particularité dans le fait qu'il est constitué de deux tabliers perpendiculaires l'un par rapport à l'autre, dont le plus petit partant vers le Sud dessert le parc du Mémorial de la Paix de Hiroshima.



Reconnaissable depuis le ciel par ce plan en « T », c'est pour cette raison que l'équipage du bombardier américain Enola Gay le prit pour cible lors du premier bombardement atomique le 6 août 1945.

(photo prise sur le Net)


Red Bird Monument ou Monument aux Oiseaux Rouges!
Miekichi Suzuki (1882-1936), romancier distingué de l'époque Meiji et Taisho, est né ici, à Hiroshima.
En 1918, il lance le magazine de littérature pour enfants Akai Tori (L'oiseau rouge) qui donne naissance aux premières chansons et contes de fées pour enfants au Japon.
Miekichi Suzuki est connu comme le «père de la littérature pour enfants» pour ses contributions.


Ce monument, l'œuvre de Katsuzo Entsuba, a été construit en 1964 et symbolise le redressement d'Hiroshima après la dévastation de la bombe atomique et l'espoir d'une paix mondiale.
L'inscription sur le monument se lit comme suit: «Je rêverai pour toujours, comme je le faisais dans mon enfance, et je ne souffre donc qu'un peu. Miekichi. "


Ce monument fait partie du parc du Mémorial de la Paix de Hiroshima. De nombreux bâtiments ont été construits en souvenir de l'attaque et dans l'espoir d'une paix durable.


Des milliers de grues en papier du monde entier sont déposées quotidiennement autour du monument, car selon une ancienne tradition japonaise, celui qui plie un millier de grues peut voir son souhait exaucé.


Ces origamis servent de symbole aux enfants qui les réalisent et à ceux qui visitent le monument, signifiant leur souhait d'un monde sans guerre nucléaire car Sadako est morte à la suite d'une leucémie induite par les irradiations, avant qu'elle n'ait pu faire mille grues en papier elle-même.


Le monument de la paix des enfants!

Ce monument commémore Sadako Sasaki ainsi que tous les autres enfants ayant péri dans le bombardement.

Cette fillette, tout juste âgée de 2 ans lors du bombardement, développa une leucémie due à son exposition aux radiations qui la tua alors qu'elle avait 12 ans, en 1955.

Elle avait entrepris de plier 1 000 grues en papier, ce qui, selon une légende japonaise, permet de voir un de ses vœux exaucés.



Elle est soutenue par un piedestal en granit sur lequel il est gravé:
-Ceci est notre cri
-Ceci est notre prière
-Pour construire la paix dans le monde
 
Le monument fut inauguré le jour de la fête des enfants, le 5 mai 1958.
Le piédestal avait été dessiné par Kiyoshi Ikebe, un professeur de l'université de Tokyo tandis que les statues ont été créées par Kazuo Kikuchi, professeur à l'université des arts de Tokyo.
La cloche située sous le piédestal avait été offerte par le physicien Hideki Yukawa, partisan du désarmement nucléaire.


La flamme de la Paix!
Devant le musée d'Hiroshima pour la Paix, nous apercevons un monument conçu par Kenzō Tange représentant deux mains jointes au niveau des poignets.
Au centre de ces dernières se trouve une flamme qui fut allumée le 1er août 1964 et qui symbolise la lutte contre le nucléaire militaire.
Elle brûlera en effet jusqu'à ce que toute « forme d'arme nucléaire soit éradiquée »
 
Chaque année une manifestation s'y tient en mémoire des victimes de la bombe nucléaire.
 
À bientôt!



Rouen est une commune du Nord-Ouest de la France traversée par la Seine.
Dotée d'un patrimoine architectural pluriel qui s'est constitué tout au long de son histoire, Rouen est une importante capitale culturelle.
Rouen fait partie des rares villes décorées de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre 1939-1945.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade rouennaise!
 
-Capitale de la Normandie (ici)
 
-Restaurant La Tavola (voir le lien)

-Hôtel de Bourgtheroulde (voir le lien)

-La rue du Gros Horloge (voir le lien)

-Église sainte-Jeanne d'Arc (voir le lien)

-Cathédrale Notre-Dame-de-Rouen (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


Auberge "La Couronne", plus vieille auberge de France.


Rouen détient le label Ville d'art et d'histoire.



Stendhal l’a surnommée " l'Athènes du genre gothique".


De nombreux édifices religieux et civils ont été endommagés ou détruits par les bombardements et les incendies de la Seconde Guerre mondiale, mais, heureusement, la plupart des monuments les plus importants et les plus emblématiques de la cité ont été restaurés ou rebâtis.


Palais de justice!
Le Palais de justice de Rouen est l'ancien Parlement de Normandie. Il figure l'une des quelques réalisations de l'architecture gothique civile de la fin du Moyen Âge en France.


Église Saint-Maclou!


L'église est un joyau de l’art gothique flamboyant construit entre 1437 et 1517.


Devant cette façade s'ouvre un porche à cinq baies disposées en arc de cercle, surmontées de gables ajourés.


Les trois baies centrales abritent trois portails dont deux sont ornés de portes en bois sculptées, œuvre des huchiers (ébénistes, sculpteurs sur bois) de la Renaissance.


Abbatiale Saint-Ouen!


L'abbatiale Saint-Ouen est de style gothique rayonnant et flamboyant.
L'ancienne « abbaye de Saint-Ouen » a été l'un des monastères bénédictins les plus puissants de Normandie.


Les travaux de l'église abbatiale, commencés en 1318, ont été ralentis par la guerre de Cent Ans et n'ont été achevés qu'au 16e siècle.


Typiques d’un centre-ville médiéval, nombreuses sont les maisons à pans de bois à Rouen.


Certaines sont très jolies et....


....très bien décorées.