Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 19 988 604
Nombre de commentaires : 86 718
Nombre d'articles : 6 776
Dernière màj le 17/11/2018
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Voilà, tous les beaux voyages ont une fin....pour nous c'est plutôt.....tous les beaux voyages ont une "faim"!
 
De cette balade en Belgique nous avons ramenés quelques spécialités dont le fameux cuberdon, cette friandise traditionnelle Belge.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Avant de rejoindre notre bus pour le retour vers notre région nous sommes allés dans une boucherie charcuterie dont la spécialité est "le fait maison"! Vous ne pouvez vous tromper, ce magasin est juste à côté de la basilique!


Une fois rentrés nous n'avons pas tardé à programmer une raclette!
Une raclette accompagnée......de saucisson dans le collier, de saucisson de gibier, de jambon cru à l'os et, enfin, de la spécialité de la ville le Borquin de Saint-Hubert, cette saucisse un peu plus claire!


Sans oublier une petite pause dans la matinée afin de se réchauffer et de rencontrer les gens du cru!
 
Merci beaucoup à Carmen et à l'ATNA pour cette belle journée!



Notre voyage à Saint-Hubert, en Belgique, se termine! Mais je ne pouvais pas quitter cette cité sans vous parler de ce magnifique rond-point situé à l'entrée de la ville!
 

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)


Cette statue a été réalisée par le sculpteur Louis Noël.
Ce noble animal peut-être considéré comme le symbole de la ville.


En effet, selon la légende, Saint-Hubert se serait converti au christianisme suite à la rencontre d'un cerf crucifère lors d'une partie de chasse.
Non seulement il se convertit, mais il devint évêque de Liège.
Au 9e siècle, son corps fut transféré à Andage où il attira tant de pèlerins que le nom Saint-Hubert supplanta celui d'Andage.



Notre balade à travers les rues de cette jolie cité de Saint-Hubert en Belgique se poursuit, l'après-midi, par la visite de la basilique Saint-Hubert!
 

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(19 clichés)


Nous franchissons le seuil de la basilique et nous sommes tout de suite accueillis par les quatre évangélistes.
Ces statues ont été réalisées par les disciples de Arnold de Hontoire, chef de file d'une célèbre école liégeoise de sculpture.


Église abbatiale de l'abbaye de Saint-Hubert, devenue église paroissiale en 1809, fut élevée au rang de basilique mineure en 1927 par le Pape Pie XI.


Elle est parfois aussi nommée basilique Saint-Pierre et Saint-Paul......


......peut-être en raison des statues de ces deux saints qui ornent le maître-autel.


La basilique est l'ancienne église d'une abbaye bénédictine fondée au 17e siècle.


L'église gothique a été reconstruite en 1526 suite a un incendie et modifiée au 18e siècle.


Le cénotaphe de saint Hubert, sculpté par Guillaume Geefs en 1847, a été offert à l'église par le roi Léopold 1er de Belgique.
Huit scènes de la vie du saint décorent les faces du monument.


Réalisé en pierre de France, il se présente comme un sarcophage en forme de parallélépipède de style néo-gothique, surmonté d'une statue de saint Hubert en marbre de Carrare.


Les stalles, œuvre d’ébénisterie de qualité terminée en 1733, ont été sculptées par Jean-François Louis, gendre de Arnold de Hontoire, et construites par Pierre Martiny, menuisier du bourg.
Elles sont décorées de dix-huit panneaux de chêne sculptés en bas-relief et présentent les principaux épisodes des vies de saint Benoît (au nord) et saint Hubert (au sud).


Deux étoiles situées au centre du choeur symbolisent le soleil et la lune.


Le maître-autel en marbre, datant de 1721, possède comme élément central une Vierge à l'enfant signée du nom du sculpteur Renier Panhay de Rendeux.


À la droire du choeur Saint-Hubert! Il est bien représenté dans la basilique.


L'autel de Saint-Hubert a été réalisé en 1648, sous l'abbatiat de Nicolas de Fanson.


La statue de Saint-Hubert trône sur le dessus.


La crypte, située sous le choeur, est consacrée le 18 août 1560.


La crypte est de type romane avec des voûtes du 16e siècle.


Cette crypte a la particularité de contenir les tombes d'abbés dont le visage a été poli par les pélerins!


Nous ne dérogeons pas à la tradition.....Merci à Michèle de m'avoir aidée ce jour là!
 
À bientôt pour la suite et fin d'une belle balade!



Nous avons eu le loisir, cette année, de participer à la fête de la Saint-Hubert dans la petite cité de Saint-Hubert en Belgique et, aujourd'hui, nous poursuivons notre balade à travers les rues de la ville!

Lors de la fête de la Saint-Hubert, le 3 Novembre de chaque année, une Grand Messe sonnée à lieu en la Basilique de Saint-Hubert.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Le défilé de la Saint-Hubert se termine devant la basilique.


Le Père Abbé accueille les Compagnons de Saint-Hubert de toutes nationalités Ils sont accompagnés de leurs familles ainsi que de nombreux d'amis.


Difficile de faire des photos....


Tous les participants...compagnons, sonneurs de trompes...trouvent place dans le choeur de la basilique.


La petite histoire de la bénédiction des pains!
Saint-Hubert, patron des chasseurs était également  invoqué pour prévenir les chiens de la rage et des autres épidémies qui décimaient périodiquement les chenils.


En effet, en 837, à la suite d’une tempête violente qui s’abat sur la région de Saint-Hubert, les habitants font vœu d’aller en pèlerinage au tombeau du saint patron d’Ardenne.


Dès lors les pèlerinages sont très organisés. Un calendrier est établi pour les communautés paroissiales venant vénérer saint Hubert et solliciter la protection de leur famille, de leurs biens et de leurs récoltes.


Très rapidement, saint Hubert s’impose comme le patron de la forêt, de la chasse et des animaux qu’il préservera de la rage.
Arrivés à la basilique, les pélerins recevaient du pain!

Aujourd'hui la bénédiction des pains fait référence à cette histoire! Les petits pains sont distribués à la sortie de la basilique.


Après la Messe, le Doyen reçoit de nombreux  propriétaires d'animaux, pour bénir chiens, chats ou chevaux.
J'y ai même vu deux belles petites poulettes!
 
À bientôt!



Saint-Hubert, cette commune francophone située en Belgique dans la province de Luxembourg, fête tous les 3 novembre la fête de la Saint-Hubert!
 
Patron des chasseurs depuis le 9ème siècle, Saint-Hubert est aussi invoqué pour la protection des chiens et des chevaux.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Dès 10h, différentes animations prennent place! À la mairie les fauconniers présentent leurs oiseaux.


Différents groupes folkloriques se dirigent vers la bisilique.


Les lanceurs de drapeaux s'en donnent à coeur joie!


Le défilé est composé de fauconniers....


....de Compagnons de Saint-Hubert...


...la confrérie de Saint-Hubert est présente, elle aussi....


....ainsi que les sonneurs de trompes de chasse.


Tout le monde se dirige vers la basilique.


Les lanceurs font tourner une dernière fois leurs drapeaux!


Devant la basilique, les sonneurs de trompe nous offrent un petit récital!


Merci à Paul pour ces deux photos! Je n'ai pas réussi à prendre les sonneurs de trompe devant la basilique!


Le Père Abbé accueille les participants venus assister à la messe!
Après la messe a lieu la traditionnelle distribution de pains bénis et la bénédiction des animaux sur le parvis de l'église en présence des sonneurs de trompes de chasse.

Remarque!
Le père abbé est le père spirituel d'une communauté de moines.
Le Père Abbé est élu par les moines, par vote secret. Le nouvel Abbé est confirmé par le Saint-Siège. Il reste Père Abbé à vie, mais il peut démissionner quand il sent que la tâche dépasse ses forces.



Saint-Hubert se situe au cœur de l'Ardenne, en Haute Belgique!
La ville porte le titre de « Capitale européenne de la chasse et de la nature » depuis 1991 et elle est parfois encore appelée comme autrefois « Rome en Ardenne » en référence à l'influence internationale de son abbaye pendant 11 siècles!
 
Nous poursuivons notre balade à Saint-Hubert, commune belge, par un petit tour en ville!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Depuis des siècles, la grande forêt de Saint-Hubert est un refuge pour la vie sauvage.
Dans cette forêt mythique, véritable sanctuaire naturel, un cerf portant une croix serait apparu à un noble chasseur nommé Hubert et l’aurait converti. La légende de saint Hubert est née.


De construction classique, le « palais » abbatial date de l’époque de l’abbé Célestin de Jong (1727-1760) qui le destinait à accueillir des hôtes de marque.
 


Saint Hubert, protecteur de la rage, attire riches et pauvres au quartier abbatial. Un « hôpital » dont il reste des vestiges, en contrebas de l’abbaye, accueillait pauvres et malades qui recevaient au minimum du pain et du fromage, accompagnés d’une pinte de bière.
Au 18e siècle, une moyenne de 15.000 pèlerins se rendait à Saint-Hubert.


Le monastère compte encore une communauté de 100 membres.


L'Hôtel de ville!


Chapelle Saint-Roch!
Saint Roch est invoqué pour être protégé ou guéri de la peste.
Son culte s'est largement répandu dans nos régions, surtout au 17e siècle, période d'épidémies.
En 1636, la mortalité fut terrifiante à Saint-Hubert et dans les alentours.
En 1668, on construisit au sommet de la rue du Mont une chapelle en l'honneur du saint, et l'on fit voeu d'y célébrer la messe chaque année le 16 août.


La fête de la Saint-Hubert, le 3 novembre, est l'occasion de voir une ville très animée!


Des étals se sont installés et parsèment la ville!


Ce fut aussi l'occasion pour nous de goûter au Cuberdon!
Le cuberdon est une friandise ou un bonbon traditionnel en Belgique.
Ce bonbon dont la croûte extérieure est dure, alors qu'à l'intérieur reste un liquide au goût très sucré.
Il se présente en règle générale sous forme conique!


À bientôt pour la suite de cette fête de Saint-Hubert!



Saint-Hubert est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.
Nous avons eu la chance d'aller la visiter le jour de la Saint-Hubert!
 
Aujourd'hui, je vais vous parler des différents participants que nous avons rencontré le jour de la Saint-Hubert, dans cette charmante ville.
 
Commençons par les hubertains!
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les hubertains ne sont pas les habitants de la ville de Saint-Hubert!
Ce sont des personnes qui s'occupent de la basilique le jour des grandes messes comme celle de la Saint-Hubert!
 
Les habitants de la ville de Saint-Hubert s'appellent les Borquins désignant en patois ceux qui habitent le "bork"!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Saint-Hubert depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Sonneur de trompe de chasse!
La trompe de chasse est un instrument de musique français en laiton ou bronze, utilisé pour la vénerie.
Si sonner la trompe est une pratique à l’origine liée à la pratique de la chasse, elle a au fil du temps gagné son indépendance pour voir aujourd’hui évoluer des sonneurs dans tous autres cadres.
 
La différence avec le cor de chasse!
Le cor de chasse est accordé en mi bémol et n'est pas utilisé à la chasse mais en musique militaire.
La différence visible est la coulisse d’accord (petit tube intérieur modifiant la tonalité), sur la branche d’embouchure.


La Confrérie Saint-Hubert!
La Confrérie St Hubert est composée de chasseurs et de non-chasseurs.


Les compagnons de Saint-Hubert!
En 1975, dans le cadre des relations culturelles internationales, l'«Union St. Hubert», association belge de chasseurs et éditeur de la revue « Chasse, Pêche, Environnement », rencontra une confrérie régionale Française «Les Compagnons de Saint-Hubert du Val de Loire» établie depuis 1966 à Tours et qui tenait son Chapitre annuel à Mont Louis S/Loire.


Les buts de la confrérie étaient l’amélioration de la Chasse et la reconnaissance de la qualité des chasseurs du Val de Loire, mais aussi d’établir des relations confraternelles entre les chasseurs de la région.


Le 24 mars 1985, l’Assemblée Générale réunie à St. Hubert, approuva les statuts de la Confrérie et se constitua en ASBL devenant désormais la Confrérie Internationale " LES COMPAGNONS DE SAINT-HUBERT".
En coordination avec les autorités civiles et religieuses, la siège social fut établi à la Maison du Tourisme et du Syndicat d’Initiative de Saint-Hubert, devenue depuis cette même année « Capitale Européenne de la Chasse et de la Nature ».


Un groupe belge, invité du jour!


Les fauconniers!
La fauconnerie est l'art de capturer un gibier dans son milieu naturel à l'aide d'un oiseau de proie affaité (dressé). Cet art très ancien est pratiqué dans plus d'une quarantaine de pays et a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le 16 novembre 2010.


Chien de Saint-Hubert!

Le chien de Saint-Hubert ou bloodhound est une race de chien de chasse originaire de Belgique.

La Fédération cynologique internationale attribue son origine à la ville de Saint-Hubert en Belgique.

Selon la légende, la race remonterait au 8e siècle avec la légende de Saint-Hubert.

Le chien de Saint-Hubert serait arrivé en Angleterre avec Guillaume le Conquérant.

La race est renommée pour son flair qui en fait un excellent limier.




Nous avons eu la chance d'aller, le 3 novembre, fêter la saint-Hubert dans la célèbre ville belge de Saint-Hubert!
Ce sera l'occasion pour nous de parler un peu de ce saint ainsi que de cette fête célébrée le 3 novembre!
 
Mais qui est Saint-Hubert?
Hubert de Liège, né à Toulouse entre 656 et 658 et décédé à Fouron-le-Comte (ou à Tervueren) le 30 mai 727, est un saint chrétien.
Il est fêté le 3 novembre en Orient, en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, le 30 mai en France.
Avec Lambert de Maastricht, il est l'un des deux saint patrons de la ville belge de Liège.
 
Cet article servira de récapitulatif à cette balade à Saint-Hubert en Belgique!
 
-Qui est saint-Hubert (ici)

-Les participants à la fête de Saint-Hubert (voir le lien)

-Un petit tour en ville (voir le lien)

-Auberge du Prévost (voir le lien)

-Le défilé de la Saint-Hubert (voir le lien)

-La messe de la Saint-Hubert (voir le lien)

-Basilique Saint-Pierre (voir le lien)

-Le cerf crucifère (voir le lien)

-Quelques gourmandises (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades beges en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Éléments historiques!
Hubert est issu de la haute noblesse franque.
À la mort de saint Lambert, vers 705, il fut désigné pour lui succéder à la tête du diocèse de Tongres-Maastricht.
Il établit sur les lieux de l'assassinat de son prédécesseur, à Liège, une église dédiée à Notre-Dame (base de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert de Liège), et y transféra ses reliques.

Il est considéré pour cela par le peuple de Liège et l’Église comme le patron principal, le premier évêque et le fondateur de la ville de Liège.


Sa famille!
Sa mère s’appelait Hugberne.
Il vécut, assez librement et de façon mondaine, à la cour, au temps de la fin de la dynastie des rois mérovingiens.
Il aimait passionnément la chasse.
 
Les chroniqueurs nous disent qu'il était connu par « les folles joies de sa vie mondaine » peu édifiante, jusqu'au jour où la grâce de Dieu et les conseils de saint Lambert l'entraînèrent vers la sainteté.
 
Hubert désira, alors, devenir le disciple de saint Lambert.
Il renonça aux honneurs militaires ainsi qu’à la succession de son père.


Sa mort!
Hubert mourut de gangrène le 30 mai 727 dans sa propriété, à Fouron-le-Comte ou à Tervueren.


Culte!
Un siècle après la mort du saint, l’évêque Walcaud avec l'accord des moines de Saint-Pierre, du métropolite (archevêque) de Cologne, de l'Empereur Louis et, surtout, celui du concile d’Aix décide, en 825, de permettre aux bénédictins d’emporter avec eux le corps entier et intact d’Hubert vers Ambra et ses ruines romaines, village qui prit définitivement le nom de Saint-Hubert.
 
C’est dans ce haut lieu de chasse qu’est la forêt des Ardennes que se développa la légende du saint, qui d’évêque fut transformé en jeune seigneur chasseur.


La légende de saint-Hubert!
La légende de saint-Hubert!
 
Depuis le 15e siècle on dit que le seigneur Hubert était si passionné de chasse qu'il en oubliait ses devoirs.
 
La légende rapporte qu'il n'avait pu résister à sa passion un Vendredi saint, et n'ayant trouvé personne pour l'accompagner, était parti chasser sans aucune compagnie.
 
À cette occasion, il se trouva face à un cerf extraordinaire.
En effet, celui-ci était blanc et portait une croix lumineuse au milieu de ses bois.
Hubert se mit à pourchasser le cerf mais celui-ci parvenait toujours à le distancer sans pour autant se fatiguer.
Ce n’est qu’au bout d’un long moment que l'animal s’arrêta et qu’une voix tonna dans le ciel en s’adressant à Hubert en ces termes :
 
« Hubert ! Hubert ! Jusqu'à quand poursuivras-tu les bêtes dans les forêts? Jusqu'à quand cette vaine passion te fera-t-elle oublier le salut de ton âme? ».
Hubert, saisi d'effroi, se jeta à terre et humblement, il interrogea la vision :
« Seigneur ! Que faut-il que je fasse ? »
 
La voix reprit :
 
« Va donc auprès de Lambert, mon évêque, à Maastricht. Convertis-toi. Fais pénitence de tes péchés, ainsi qu'il te sera enseigné. Voilà ce à quoi tu dois te résoudre pour n'être point damné dans l'éternité. Je te fais confiance, afin que mon Église, en ces régions sauvages, soit par toi grandement fortifiée. »
 
Et Hubert de répondre, avec force et enthousiasme :
 
« Merci, ô Seigneur. Vous avez ma promesse.
Je ferai pénitence, puisque vous le voulez.
Je saurai en toutes choses me montrer digne de vous ! »
 
Selon une tradition locale c’est à l'emplacement de la chapelle Saint-Hubert à Tenneville que saint Hubert aurait eu cette vision du cerf portant une croix entre ses bois, une croix, appelée « Rouge-Croix » marque l'emplacement.
 
L'épisode du cerf le désigna tout naturellement comme le patron de tous les chasseurs!



La cathédrale Notre-Dame du Havre ou cathédrale Notre-Dame-de-Grâce  est la principale église du diocèse du Havre.
Mêlant styles gothique, Renaissance et baroque, il s'agit du plus ancien édifice du centre-ville reconstruit du Havre et d’un des seuls rescapés des destructions de la Seconde Guerre mondiale — après restauration et reconstruction partielles.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(20 clichés)


La Cathédrale Notre-Dame, 3e du nom au Havre, est la principale église du diocèse du Havre.
Il s'agit d'un des plus anciens édifices du Havre ayant survécu aux bombardements de 1944.


Il s’agit à l’origine d’une petite chapelle en bois dite de Notre-Dame-de-Grâce. C’est elle qui donnera son nom au « marais de Grâce » qui donneront le nom de la Ville : le Havre-de-Grâce.

Le tympan à l'entrée principale, date de la restauration de 1830, avec sainte Marie tenant Jésus, au ciel, entourés d'anges.


L'influence de la Renaissance artistique se lit dans l'élévation dorique de la nef. La voûte n'est pas très haute à cause des difficultés posées par le terrain meuble.
 
Remarque!
L'ordre dorique est le plus dépouillé des trois ordres grecs. Les colonnes doriques se caractérisent notamment par leur chapiteau à échine plate (nue, sans décors).


Les orgues ont été offertes par le cardinal de Richelieu, gouverneur de la ville, en 1637.


Construite entre 1575 et 1630, la cathédrale allie gothique et Renaissance.


Jésus en croix.
Cette statue a été placée à l'emplacement d'une ancienne chapelle non restaurée dans le bas-côté sud.


Le choeur est, aujourd'hui, entouré par les statues des apôtres.


Le chemin de croix est celui qui était dans le paquebot Normandie, propriété de l'association Saint-Thomas d'Aquin.


Retable classique (provenant du collège des Ormeaux du Havre), en bois. L'influence classique se voit sur des éléments comme les flambeaux et la tête d'ange sculptée en haut du retable, qui porte en son centre une croix avec une plaque.
Le retable est entouré par les statues de saint Joseph et de sainte Rita.


Chapelle de saint Sébastien.
Retable et autel en pierre de style classique, avec colonnes de type ionique, décorations en marbre, et statue de saint Sébastien derrière le tabernacle.


Cette chapelle termine la nef latérale du bas-côté sud.
Elle est dédiée à la Vierge Marie, avec un retable orné d'un grand tableau, où la Vierge Marie tient l'enfant Jésus.


Cette chapelle termine la nef latérale du bas-côté nord.
Elle est dédiée, elle aussi, à la Vierge Marie.
L'autel et le retable nt été réalisés en bois, avec une statue de Marie tenant l'enfant Jésus, dans une niche.


Piéta.


Saint-André.


Saint-Barthélemy.


Saint-Philippe.


Saint-Yves.


Sainte-Anne.


Les vitraux ont été réalisés en 1974, par le maître verrier Michel Durand. Celui-ci représente la Vierge Marie!
 
À bientôt!



Les jardins suspendus du Havre occupent un site de 17 hectares dans le quartier de Sanvic au Havre. Ce jardin botanique se situe sur les hauteurs du Havre à l'intérieur de l'ancien fort de Sainte-Adresse.
 
Malgré la pluie qui tombait ce jour là, nous avons découvert un des lieux emblématiques du Havre!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


L’esprit de ces jardins est de rendre hommage aux botanistes (comme les botanistes normands Lesueur, La Billardière, d'Incarville) qui ont parcouru ou parcourent toujours le monde, et dont de nombreux embarquèrent au Havre.


Les Jardins suspendus proposent un voyage botanique à travers différents jardins et serres qui rassemblent les plantes par origine géographique.
Ceux-ci sont installés sur les bastions des remparts ou à l'intérieur du fort de sainte-Adresse (voir le lien).


Le fort de Sainte-Adresse fut construit en 1854-1858, durant le Second Empire, selon le modèle de l'architecture militaire héritée de Vauban.
Il sert d'abord de cantonnement aux bataillons d'artilleurs à pied, puis le site est occupé par la gendarmerie et la garde républicaine.
En 1963, le 74e régiment d'infanterie le reprend. La base militaire est désaffectée en 1979.


En 2000, la municipalité du Havre décide d'acheter le fort désaffecté laissé à l'abandon.
Après études et concertations, c'est en 2005 qu'elle décide de le reconvertir en jardin botanique et lieu de promenade.
Après trois ans de travaux, les Jardins suspendus sont inaugurés le 20 septembre 2008.


Le concept innovant consiste à présenter au travers d’évocations paysagères de différentes régions du monde....


.....ainsi que des collections de plantes rendant hommage aux grands découvreurs intrépides qui nous ont apporté la connaissance du végétal et ont fait ce que sont aujourd’hui nos espaces verts urbains.


Les serres de collection regorgent de trésors : plantes parfumées ou aromatiques, végétaux de tous les pays, orchidées, bégonias...


Les cactus du Mexique!


Les plantes les plus emblématiques du Mexique sont, sans aucun doute, les cactus.


Ils envahissent les terres arides et d'immenses territoires du nord et du centre du pays.


Il en existerait plus de 2 000 espèces.....


Le Mexique est considéré comme une des plus grandes réserves au monde de Cactus.


Les orchidées!


Majoritairement d'origine tropicale, ces plantes ont fait l'objet, de la part de riches amateurs, à l'époque de l'expansion des empires coloniaux européens, d'un engouement particulier.


Les serres du sud-ouest recèlent différentes plantes tropicales. L'une d'elles présente différentes plantes du quotidien telles que  des caféiers!


Du riz!


Je terminerai cette visite par un beau...pamplemousse!
 
À bientôt!



Alors que nous découvrons Lahr, cité située en Allemagne, lors du festival des chrysanthèmes, nous sommes passés devant cette maison, maison natale de Félix Wankel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Lahr depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)


Felix Heinrich Wankel (13 août 1902 à Lahr/Schwarzwald - 9 octobre 1988 à Lindau) était un ingénieur allemand en mécanique automobile.
Il fut l'inventeur du moteur à piston.

Vous pouvez voir toutes nos maisons natales sur ce lien!



Lors de notre balade au festival des chrysanthèmes de Lahr, en Allemagne, nous avons fait un petit arrêt à l'église saint-Pierre et saint-Paul!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Lahr depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Il s’agit de la première église catholique qui vit le jour à Lahr après la Réforme.


Elle fut construite entre 1844 et 1849 par l’architecte Jacob Julius Greiff qui la dota d’une façade à double clocher.


Le buffet d’orgue a été réalisé par Konrad Albiez.
Konrad Albiez (né le 11 octobre 1805 à Unteralpfen , † le 6 octobre 1878 à Waldshut ) était un facteur d'orgues allemand qui travaillait à Waldshut au XIXe siècle et construisait des orgues pour des cathédrales mécaniques avec une meuleuse mécanique.


Les fresques murales ont été peintes par Victor Sieferle et datent de 1889.
 
Belle visite!



Lahr est une ville allemande (arrondissement de l'Ortenau) située au pied des contreforts de la Forêt-Noire sur la Schutter, un affluent de la rive droite du Rhin, à environ 30 km au sud-est de Strasbourg.
 
Chaque mois de novembre, cette jolie cité nous invite à un enchantement visuel, le festival des chrysanthèmes!

La tour des cigognes!
Vestiges d'une forteresse édifiée vers 1218 par les seigneurs de Geroldseck avec la permission du roi Frédéric II de Hohenstaufen!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à travers les rues de Lahr!
 
-Le festival des chrysanthèmes (ici)
-Église saint-Pierre et saint-Paul (voir le lien)
-Maison natale de Félix Wankel (voir le lien)
-Restaurant Greif-Zum Zarko (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(27 clichés)


Place du château!
Les chrysanthèmes affluent de toutes parts et convergent en une spirale de couleurs joyeusement entremêlées.


L'ancienne école!
Ce bâtiment qui servit d'école municipale au 18e siècle est une ancienne ferme exonérée, c'est-à-dire exemptée de taxes!


La place du musée!
Le musée a pris place dans une ancienne usine à fours de terre cuite.


Vestiges du donjon!
Ils sont situés entre les fortifications du fossés et les premiers remparts datant de 1278.


Le mur d'enceinte de la ville!
Ces vestiges des premières fortifications datent de la création de la ville aux alentours de 1278.


Place du moulin municipal!
Comme une couronne de feuillages, des cercles ornés de chrysanthèmes en cascade surplombent les visiteurs à quelques mètres de hauteurs!
Cette sculpture est intitulée, "Communauté Ensemble"!
Elle a été réalisée par l'artiste canadien Richard Kramer en commémoration de 25ans d'amitié entre les deux pays!


Lammstrasse!
Nous arrivons vers un des chars de la ville, une belle vache!


Superbe maison!
Sur la maison, "économie-agneau"!


Maison Franz!


Europa-Park sur la Sonnenplatz!


En cette année d'exposition horticole, la jardinerie du plus grand parc d'attractions d'Allemagne est venu décorer la Sonneplatz!


Maison Roeder!
Cette ancienne résidence citadine des barons de Roeder de Diersburg date du 17e siècle.
Cette famille appartenait à la chevalerie de l'Empire.


Ancien hôtel de ville!


Urteilsplatz!
Depuis maintenant 10 ans, la ville de Lahr développe des échanges horticoles avec la ville japonaise de Kasama!
Kasama est connue pour sa tradition centenaire des fêtes de chrysanthèmes!


Bonsaï chrysanthèmes!


Schlosserstrasse!


Tout au long de la balade en ville nous pouvons admirer ce que l'on appelle à Lahr des chariots fleuris!
Les associations de Lahr les décorent sur le thème de "grandissez, vivez, bougez"!


La région de l'Ortenau est connue comme étant le paradis du fruit!
Des arbres fruitiers venus d'une pépinière proche, auxquels des années de coupe ont donné des formes étranges, portent en guise de fruits de grands chrysanthèmes façonnés en forme de disques!


L'arche situé à un des bouts de la Schlosserstrasse!


Fontaine de roses!


Ce qui a débuté comme une idée innovante est vite devenu.....


....comme l'une des manifestations les plus célèbres du Bade-Wurtemberg!
 

Le Bade-Wurtemberg est l'un des Länder (États) composant l'Allemagne.

Un de ses lieux touristiques les plus connus sont la Forêt-Noire!


Sur Marktplatz des petits chalets sont aménagés ainsi qu'une scène où un orchestre s'en donne à coeur joie!


L'Hôtel de ville!


Dans la cour intérieure de l'Hôtel de ville un chemin dépaysant nous emmène chez les indiens d'Amérique.


Un dernier char s'y trouve....la féerie amériendienne!
 
J'espère que cette visite vous a plu autant que nous!



Après avoir visité cette magnifique église saint-Joseph du Havre, notre guide nous emmène vers l'église saint-Michel!
 
Moins monumental que l’église Saint Joseph, l’édifice mérite tout de même une visite pour sa structure atypique et ses vitraux de Boutzen.

C’est l’architecte Henri Colboc qui réalisa cet édifice. 
Né au Havre, cet architecte diplômé d’urbanisme, est Grand Prix de Rome.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


L’église Saint Michel remplace la première église du Havre qui datait de 1661. Elle sera achevée et officiellement inaugurée le 4 octobre 1964.


Sur le parvis, le clocher est extérieur à l’église, il se hisse à  47 mètres. Vu du ciel, l’église est un livre ouvert, et le clocher symbolise le cierge.


"La Vierge d’argent", en réalité en galvanoplastie, a été réalisée suite au vœu émis par les Havrais de ne pas voir leur ville occupée par les Prussiens en 1870.


Le grand orgue de l'église Saint-Michel-du-Havre a été construit en 1887-1888 par M. Aristide Cavaillé-Coll.

Remarque!
Aristide Cavaillé-Coll est un facteur d'orgue né le 4 février 1811 à Montpellier et mort le 13 octobre 1899 à Paris. Il est considéré comme l'un des plus importants facteurs d'orgue du 19e siècle.


L'intérieur de l'église est composé d'un magnifique ensemble de verrières réalisées par le maître verrier Boutzen.


L’église Saint-Michel est un des derniers édifices de la Reconstruction qui fait le choix du béton. Choix qui entrave la bonne diffusion du son!


À bientôt pour la suite de notre balade havraise!



Lors de notre séjour, du mois de juin, en Normandie, nous avons passé une journée au Havre et ses alentours afin de découvrir ce site bien sympathique!
 
Après avoir déjeuné à Sainte-Adresse (voir le lien), notre guide nous a emmenés visiter l'église saint-Joseph du Havre!

L'église saint-Joseph est l'une des visites incontournables du Havre!
C'est le premier monument que l'on voit en arrivant par la mer.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Chef d'oeuvre d'Auguste Perret, l’église Saint-Joseph est un phare au cœur de la ville.
Elle fut érigée en mémoire des victimes des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Remarque!
Auguste Perret, né à Ixelles (Belgique) le 12 février 1874 et mort à Paris le 25 février 1954, est un architecte français qui fut l'un des premiers techniciens spécialistes du béton armé.
Je vous en ai parlé à l'occasion de la visite de l'appartement témoin, appartement qui fut le modèle de la reconstruction du Havre d'après guerre (voir le lien)!


Après la destruction de la première église, la paroisse décida d'emménager une chapelle provisoire dans un petit baraquement du camp François 1er, qui fut bénie le 10 avril 1948 par Mgr Daniel Lemmonier.
 
La tour-lanterne fait entrer la lumière dans l'édifice grâce à ses vitraux multicolores. Les claustras préfabriqués, sans armature, sont garnis sur la face extérieure d'un verre blanc et sur la face intérieure d'un verre coloré.


Dessinés par Auguste Perret et Raymond Audigier, les plans de la nouvelle église située en bord de mer sont fortement influencés par les choix religieux des deux architectes.
Après plusieurs négociations, un compromis est trouvé et ainsi l’ancienne église néo-gothique ravagée par la guerre laisse place à ce projet, chef d'oeuvre du 20e siècle, qui débutera le 21 octobre 1951.


Le chœur comprenant l’autel majeur, la clôture et le ciborium sont réalisés par l’architecte Guy Verdoïa, en 1964.
L'autel est localisé au centre de l'église. C’est, ainsi, une autre des particularités de l’église saint-Joseph.


Les vitraux sont agencés selon une symbolique précise des couleurs et des formes renvoyant aux recherches de l’Atelier d’Art Sacré, sur les vertus théologales.


L'église saint-Joseph ne compte pas moins de 6500 verres, situés dans de hautes verrières verticales capables de filtrer la lumière extérieure!
Ils sont dus à Marguerite Huré (1895-1967), artiste peintre française et maître-verrier considérée comme l'introductrice de l'abstraction dans le domaine du vitrail religieux.
L’église Saint-Joseph est l’une de ses œuvres remarquables!
 
À bientôt!



Depuis quelques jours nous nous promenons dans cette belle ville du Havre située sur la rive droite de l'estuaire de la Seine en Normandie!
 
Ce jour là, notre guide d'un jour nous a conduit vers l'Avenue Foch, les Champs Elysées de la ville!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Les bas-reliefs de l'Avenue Foch!
Ces bas-reliefs sont les « Gloires du Havre ». La plupart de ces ornements datent de 1953. Ils ont été réalisés en pierre taillée (calcaire blanc, grès rouge, roche noire).


Ils furent commandés à différents sculpteurs pour orner les dessus d’entrée d’immeubles.


Chaque immeuble de l’avenue Foch a ainsi reçu un thème et s’est vu attribué un nom: maison de l’aviation, des écrivains, des sciences, des beaux-arts, de l’industrie.


Ces bas-reliefs rendent hommage à des Havrais célèbres : artistes (Raoul Dufy, Othon Friesz...), industriels, poètes (Casimir Delavigne).


L’avenue est passée de 35 à 80 mètres de large pour 700 mètres de long après sa reconstruction dans les années 1950.
Aujourd’hui, elle est parcourue par la ligne du tramway.


De chaque côté les immeubles sont vastes et lumineux, les entrées larges et modernes.


Le long de la promenade, nous découvrons plusieurs sculptures se prélassant au soleil.


L'Avenue Foch est bordée de grands parterres de pelouses ce qui en fait un véritable parc urbain.
 
À bientôt pour la suite de cette visite!



Le Havre des années folles!
La ville du Havre possèdent cinq musées ayant le label "Musée de France"!

Il y en a un qui nous emmène directement dans Le havre des années folles!

Il s'agit de la visite de l'appartement-témoin, caractéristique de l'architecture Perret, et qui reconstitue un lieu de vie quotidienne des années 1950.
 
Auguste Perret, né à Ixelles (Belgique) le 12 février 1874 et mort à Paris le 25 février 1954, est un architecte français qui fut l'un des premiers techniciens spécialistes du béton armé.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade au Havre en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


L’Appartement témoin Perret est un musée de la Ville du Havre consacré à l’architecture intérieure, ainsi qu’à l’ameublement et à la vie quotidienne depuis la Libération jusqu’au milieu des années 1950.


L’immédiat après-guerre correspond à une recherche du « logement idéal » pour les nombreux sinistrés des villes bombardées.

Dessiné et publié en 1946, le projet Perret obéit à plusieurs contraintes afin d’accorder :

  1. une solution économique (matériau béton, préfabrication, standardisation)
  2. un mode de construction durable (architecture « classique » (banale), ossature robuste)
  3. un confort « moderne » (ensoleillement, équipements intérieurs).


Le modèle du Havre relate le logement moyen imaginé pendant la reconstruction, un appartement traversant dont les pièces sont distribuées par un couloir central.


Le plan de l'appartement est un plan modifiable!
Cet agencement intérieur reste modifiable à souhait car le volume intérieur du logement est dépourvu de murs porteurs ou de tuyauteries, la structure porteuse se limitant à une seule colonne (positionnée dans l’entrée).


L'appartement est meublé!


Ce sont des meubles authentiques.


Dans la plupart des cas, le mobilier exposé dans l’appartement témoin Perret a non seulement été conçus pour équiper cette architecture mais il a également été acheté à des familles havraises.


Salle à vivre!
Par sa position centrale, la salle à vivre communique avec la totalité des autres pièces.


Les objets usuels retracent les différentes étapes dans l’émergence de la société de consommation et proviennent de donations des habitants du Havre.


Si les premières années de l’après-guerre sont marquées par les restrictions et le prolongement des mesures de rationnement, le début des années 1950 voit l’émergence de nouveaux équipements!


Les meubles de la salle de séjour sont exactement identiques à ceux présentés par Auguste Perret pendant l’Exposition internationale de l’urbanisme et de l’habitation, en juillet et août 1947.


Cet appartement paraît vivre....ses occupants sont juste partis faire un tour le temps que l'on visite les lieux!
 
À bientôt!



Les enseignes sont toujours très représentatives d'une ville ou d'un village!


À Kientzheim, les enseignes sont bien jolies!


Vous pouvez voir ou revoir notre balade-découverte de Kientzheim en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.

Bonne journée!



C'est en me baladant dans les rues de Kientzheim, en Alsace, que j'ai craqué devant ce joli numéro de maison!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade-découverte de Kientzheim en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez revoir d'autres numéros de maison sur ce lien.



Lorsque nous sommes en balade et que nous visitons quelques villages de nos régions, j'ai toujours l'oeil aux aguets!
 
C'est ainsi qu'en traversant le village de Kientzheim, en Alsace, j'ai aperçu quelques jolies girouettes!


Vous pouvez retrouver d'autres girouettes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade-découverte de Kientzheim en cliquant sur ce lien!



Les dimanches, en été, sont pour nous des occasions de partir à la découverte de charmants petits villages de notre "grande région"!
Ce jour là nous nous sommes arrêtés à Kientzheim, village situé au coeur des vignes, non loin de Kayserberg.
Ce jour là nous avons pu visiter une charmante chapelle....…
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade-découverte de Kientzheim en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Cette chapelle était située au cœur de la paroisse du bas du village.



Saint-Félix!
Cette chapelle doit son nom à deux saints, Félix et Régula, qui étaient à l'origine d'un pèlerinage renommé jusqu'au milieu du 20e siècle, des statues de l'église de Sigolsheim ayant pleuré quand le village avait été attaqué.




Sainte-Anne!
La chapelle a été reconstruite en 1966 sur le lieu d'une église plus grande qui fut endommagée lors de la Seconde Guerre mondiale.


Sainte-Régule!
La chapelle contient une exposition d'ex-voto datant des 18e et 19e siècles.


Calvaire du15e siècle!


Vierge de Pitié (18e siècle)!


Ce très beau Saint Sépulcre date du 15e siècle!


Il a été réalisé en grès jaune.


Saint-Roch!


Tableau "Vierge à l'Enfant" dite de Passau (18e siècle)!


Statue de Saint-Edmond d'Estanglie (18e siècle)!


Une des nombreux ex-voto qui ornent la chapelle!



Notre balade dominicale à Kientzheim, charmant village alsacien situé dans le Haut-Rhin, nous a conduit à visiter l'église Notre-Dame-des-Douleurs de Kientzheim!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade-découverte de Kientzheim en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Cette église date de 1722, mais le clocher-chœur est du 15e siècle.


Elle abrite les tombes des sires de Schwendi (1584, 1609)!


L'église Notre-Dame était autrefois considérée comme un sanctuaire à répit, où l'on pouvait emmener les enfants morts-nés, afin qu'ils ressuscitent brièvement le temps de recevoir le baptême.


Dans l'église se trouve un orgue initialement créé par Valentin Rinkenbach, facteur d'orgue alsacien célèbre, dont les ateliers se trouvaient à Ammerschwihr.


Pierres tombales des Barons Lazare et Guilaume de Schwendi.


Le tableau de l'autel secondaire représente "Saint-Sébastien".


Le tableau du second autel secondaire représente "St-Nicolas".


Ce calvaire date du 17e siècle.


Cette statue du Christ Glorieux date du 18e siècle!



Dans le cadre de nos balades dominicales je vous emmène, aujourd'hui à Kientzheim!

Kientzheim est un village situé dans le département du Haut-Rhin en Alsace.

Ce village est devenu, le 1er janvier 2016, une commune déléguée de la commune nouvelle de Kaysersberg-Vignoble.
 
Attention!
Il ne faut pas le confondre avec le village de Kintzheim (sans e) situé dans le Bas Rhin!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Kientzheim!
 
-Village au coeur des vignes (ici)
 
-Église Notre-Dame-des-Douleurs (voir le lien)
 
-Chapelle Saints Félix-et-Régule (voir le lien)

-Girouettes (voir le lien)
 
-Enseignes (voir le lien)
 
-Numéro de maison (voir le lien)

-KAYSERSBERG-Restaurant L'Alchémille (voir le lien)
 
Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(26 clichés)


Mémorial de la 5e DB!
À l'entrée du village nous nous arrêtons devant le char sherman Renard de la 5ème DB qui fait partie du mémorial de la deuxième guerre mondiale.
De violents combats ont eu lieu dans le secteur à la libération.


Château de Reichenstein!
Le château remonte au moins au 15e siècle.
De 1675 à 1812, il appartient à une famille de magistrats et de parlementaires, les Boisgauthier, qui le met au goût du jour vers 1700.
Il a été sérieusement endommagé en 1944-1945 et reconstruit à l'identique.


La rivière nommée Weiss traverse la ville.
Depuis plusieurs siècles, des aménagements hydrauliques ont créé un bras forcé qui traverse la ville et alimente les douves.


Ancienne propriété de Christophe d'Eben et de Barbara de Schwendi!


Église Notre-Dame-des-Douleurs!


Le village de Kientzheim est situé au coeur des vignes, non loin de Kayserberg.


Kientzheim est typique des villages viticoles d'Alsace avec ses belles maisons à colombages, ses remparts et ses vignes.


Ancienne Auberge "Aux Trois Rois Mages"!


La plus ancienne maison du village! Elle date de 1558!


Ancienne Hostellerie "À l'Ours"!


La conception de l'hôtel de ville est due à l'architecte du conseil souverain, Jean-Baptiste Alexandre Chassain.
Le bâtiment fut construit à l'aide de pierres venues de Kaysersberg.


La charmante place Schwendi est ornée d'une belle fontaine!


Une fontaine de type Renaissance!


Les premières mentions de Kientzheim remontent au 8e siècle et le secteur fait alors partie des biens de monastères et de seigneurs.


C'est commerce du vin, en se développant, qui en fait sa richesse.


Ancienne boucherie du village (1616).


Ancienne forge (15e siècle)!


Le village est enceint de remparts médiévaux classés.
Derrière les remparts, le Château Schwendi.
Lazare de Schwendi est l'un des "héros" alsaciens, dont la légende affirme qu'il a rapporté, lors de guerres en Hongrie, des ceps de vigne de Tokay en Alsace.


En longant les remparts nous arrivons devant une cour....


....l'ancienne cour des chevaliers de Malte (16e siècle).


La porte du Lalli!


Il s'agit de l'une des anciennes portes fortifiées du 15e siècle.


Passez sous cette porte.....


Cette porte a la particularité de posséder dans sa partie supérieure une figurine de pierre représentant un masque grimaçant tirant une langue métallique qui pouvait être actionnée pour narguer les agresseurs de Kientzheim.



On a prétendu que le Lalli était destiné aux ennemis de la ville, mais les Kientzheimois disent qu'il ne fait la grimace qu'à ceux qui le regardent.



Le Havre est une commune située en Normandie sur la rive droite de l'estuaire de la Seine. 
Son port est le deuxième de France après celui de Marseille pour le trafic total et le premier port français pour les conteneurs.
 
Lors de notre séjour en Normandie, au mois de juin dernier, nous avons eu la chance de pouvoir rester une journée au Havre!
Mais...une journée...c'est peu pour découvrir cette cité résolument tournée vers la mer!
 
Nous avons donc été au principal!
 
Cet article servira de récapitulatif aux visites que nous avons faites dans cette ville!
 
-Cité moderne (ici)

-Le Havre des années folles (voir le lien)

-Avenue Foch (voir le lien)

-Église saint-Joseph (voir le lien)

-Église saint-Michel (voir le lien)

-Les jardins suspendus (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Bonne visite!
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


La ville et le port du Havre sont officiellement fondés par le roi François 1er en 1517.


Cette oeuvre est une "catène de containers" (une chaîne de containers)!
"Catène de containers" est une oeuvre monumentale imaginée par l'artiste français Vincent Ganivet.
Cette arche multicolore de 36 containers et haute de plusieurs dizaines de mètres a été conçue à l'occasion des 500 ans du Havre en 2017.


La cathédrale Notre-Dame du Havre!


Le Grand Quai!


Le Grand Quai prendra le nom « Quai de Southampton » après la première guerre mondiale.


Résidence A Docks!
La Résidence A Docks est une cité universitaire du Havre.
Elle est gérée par le CROUS.


Elle est la première résidence étudiante française construite à partir de conteneurs.


La bibliothèque Oscar Niemeyer!
Inaugurée en novembre 2015, elle occupe une partie des locaux de la place basse, ainsi que le Petit Volcan.


Situé dans le périmètre reconstruit par Auguste Perret inscrit par l’Unesco au Patrimoine de l’Humanité depuis 2005, l'espace Niemeyer est un ensemble architectural conçu par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer en 1982.


À bientôt pour la suite de cette balade au Havre!



Notre séjour en Normandie nous a conduit vers le charmant village de Sainte-Adresse, une station balnéaire située au nord-ouest du Havre.
 
Le nom de Sainte-Adresse ne serait pas lié à une sainte, mais à un promontoire servant de repère, d'« adresse » pour les marins, ou encore à l'adresse dont devaient faire preuve les marins pour franchir le cap de la Hève.

-Sainte-Adresse(76)-Restaurant Le Clapotis (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Cet escalier, dit "escalier monumental", relie le boulevard Foch à la rue Gustave Lennier.
Il a été nommé "escalier Eugène Boudin" en 2016 à l'occasion du Festival Normandie Impressionniste.
 
Eugène Boudin:
Eugène-Louis Boudin est un peintre français, né à Honfleur (Calvados) le 12 juillet 1824, mort à Deauville (Calvados) le 8 août 1898. Il fut l'un des premiers peintres français à saisir les paysages à l'extérieur d'un atelier. Grand peintre de marines, il est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme.


La ville est enclavée entre la mer et la commune du Havre. Elle culmine à 100 mètres au-dessus de la Manche et protège l'anse de Sainte-Adresse où le phare de la Hève est installé.


Sainte-Adresse a été la capitale de la Belgique durant la Première Guerre mondiale
Au cours de la guerre 1914-1918, et à la suite de l'invason de la Belgique, le gouvernement belge s'y installa!


Cette station balnéaire se développa au début du 20e siècle.


De jolies villas entourées de jardins s'étagent sur les hauteurs escarpées du cap offrant de beaux points de vue sur la ville du Havre.


Cette station a autrefois inspiré de nombreux artistes comme Corot ou encore Claude Monet qui prenaient plaisir à venir peindre les falaises et la plage de Sainte-Adresse.


Aujourd'hui, Sainte-Adresse fait figure de "Nice havrais"!


De la plage de Sainte-Adresse nous apercevons Le Havre!
 
À demain.





Les Andelys, cette commune située en région Normandie, est connue pour sa forteresse, Château Gaillard, dont la construction est liée à la volonté du roi d'Angleterre et duc de Normandie Richard Cœur de Lion qui en a été son concepteur.

Êtes-vous bien chaussés? Marc va m'attendre au bord de la Seine tandis que je vais suivre le groupe ainsi que notre guide! Nous allons partir à l'assaut de Château Gaillard!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade dans le villages des Andelys en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Centre religieux important de l'ère gallo-romaine et petit village de pêcheur, le Grand et le Petit Andelys se sont rapprochés au cours des siècles pour former la ville actuelle.


Position stratégique surplombant un méandre de la Seine, les Andelys ne pouvaient que susciter la convoitise d'une couronne de France désireuse de se frayer un chemin vers la mer.


Entre 1196 et 1198, Richard Cœur de Lion, Roi d'Angleterre et Duc de Normandie, fît donc ériger Château Gaillard sur une falaise pour protéger le duché et Rouen, sa capitale.


Véritable chef-d'œuvre de l'architecture militaire en avance sur son temps, la forteresse ne résistera cependant pas aux assauts de Philippe Auguste en 1204. Repris par les Anglais au cours de la Guerre de Cent Ans, le fort est définitivement abandonné devant les progrès de l'artillerie.


Le système défensif dépassait de loin la seule forteresse encore visible aujourd'hui et bloquait littéralement le fleuve.


Château-Gaillard est en pierre. Il se distingue par la complexité de son plan.


Château-Gaillard s'organise en multiples volumes, emboîtés ou presque indépendants les uns des autres.
L'objectif est clairement de multiplier les obstacles afin d'épuiser l'assaillant. Cette disposition permet également d'entraver la progression des machines et nécessite moins de défenseurs.


Les rois maudits!
En 1314, deux des trois belles-filles de Philippe IV le Bel (1268-1314) furent enfermées à Château-Gaillard après l'affaire de la tour de Nesle : Marguerite de Bourgogne, femme adultère de l'héritier du trône Louis de France (futur Louis X dit « le Hutin ») et Blanche, épouse de Charles de France (3e fils de Philippe, futur Charles IV le Bel).
La première y mourut tandis que la deuxième fut « autorisée » à se retirer au couvent de Maubuisson.


La guerre de cent ans!
Durant ce conflit, Château-Gaillard subit plusieurs sièges.
Le 9 décembre 1419, il tombe aux mains des Anglais.
C'était la dernière place forte française qui résistait encore au roi Henri V d'Angleterre. 
La Hire, compagnon de Jeanne d'Arc, s'en empare en 1429 pour le compte des Armagnacs.
En 1430, la forteresse est de nouveau sous contrôle anglais.
En 1449, Charles VII en reprend possession.


Le donjon, situé au sein d'une haute-cour, est l'un des éléments les plus originaux et les mieux conservés.
Il se présente sous la forme d'une tour circulaire sur les trois quart, mais doté d'un angle au sud-est, et renforcée, d'une part par un éperon, et d'autre part par des contreforts en forme de pyramides inversées.


Richard Coeur de Lion installe le château sur un éperon rocheux dominant la Seine d'environ 90 mètres.
Cela nous permet d'avoir une vue magnifique sur Les Andelys et sur la Seine!


Il est temps de rejoindre nos amis qui nous attendent et reprendre le fil de notre séjour en Normandie!



Les Andelys, cette commune située en région Normandie dans le département de l'Eure, possède de nombreux trésors et, notamment, l'église saint-Sauveur!

La flèche en bois et ardoise, culminant à 47 mètres, dresse une impressionnante silhouette effilée et marque de sa haute pointe l’identité du quartier du Petit-Andely.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade dans le villages des Andelys en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(19 clichés)


Le porche occidental en bois avec un soubassement en pierres, accolé à la façade abrite un Christ en bois polychrome du 13ème siècle.


Suite à la construction de Château-Gaillard (je vous en parlerai demain) à l’initiative du roi d’Angleterre et duc de Normandie Richard Cœur de Lion, le Petit Andely est construit et fortifié pour y abriter les bâtisseurs.


C’est peu après la prise de la forteresse en 1204 par le roi de France Philippe Auguste que la construction de l’église Saint-Sauveur débute vers 1220-1240 afin d’offrir un lieu de culte aux habitants.


Complément à toute ville fortifiée, il a fallu près d’un siècle pour que l’église Saint-Sauveur soit terminée avec l’achèvement du transept et de la nef.


Le joyau de l’église Saint-Sauveur au Petit-Andely, c’est ce magnifique retable de l’Adoration des Bergers qui serait selon certains (mais ce n’est pas certain) l’oeuvre du grand peintre Philippe de Champaigne.


Ce retable en bois sculptés peint et doré date du 18e siècle. Le tableaux représente la descente de la croix.


L’orgue situé en tribune au-dessus de l’entrée occidentale a été construit en 1674 par le facteur Robert INGOULT originaire de Cherbourg.


En architecture, un mascaron ou masque, est un ornement représentant généralement un masque, une figure humaine, parfois effrayante, à la fonction apotropaïque.


Sa fonction originale était d'éloigner les mauvais esprits afin qu'ils ne pénètrent pas dans la demeure.


Ils sont souvent apposés sur une clé d'arc de fenêtre ou de porte ou sur un linteau, ou un modillon.


Quelques photos des vitraux...


Tous aussi beaux les uns que les autres!


Ils représentent le chemin de croix.


Deuxième station!


Les détails dans les vitraux......


.....les symboles des confréries ayant financés le vitrail.


Ce vitrail commémore le couronnement de la Vierge.


Celui-ci relate l'Annonciation!
 
Bonne journée et à bientôt!



Jean-Pierre François Blanchard, né le 4 juillet 1753 au Petit-Andely et mort le 7 mars 1809 à Paris, est un aéronaute français qui s’illustra dans la conquête des airs en ballon, notamment la première traversée de la Manche en ballon, le 7 janvier 1785.


Vous pouvez voir ou revoir d'autres maisons natales en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade dans le villages des Andelys en cliquant sur ce lien!
 
Bonne journée!



Les Andelys est une commune située en région Normandie dans le département de l'Eure.
Ce village de caractère est situé au bord de la Seine, au pied des célèbres ruines du Château-Gaillard qui offrent un magnifique panorama!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade Andelysienne!
 
-Ville de Richard coeur de Lion (ici)
 
-Maison natale de Jean-Pierre Blanchard (voir le lien)
 
-Église Saint-Sauveur (voir le lien)
 
-Château Gaillard (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Le monument aux morts de la Grande Guerre 1914-1918, sculpté par Raymonde Martin (1887-1977) est situé juste à côté de l'église saint-Sauveur.


La commune est située sur la rive droite de la Seine qu'un chemin de halage borde.


Le village de Petit Andelys s’est agrandi au pied du Château-Gaillard, édifié par Richard Coeur de Lion à la fin du 12e siècle, pour y loger ouvriers, marchands, artisans et aubergistes utiles à la construction de la forteresse.


De belles villas balnéaires et quelques maisons à pans de bois donnent un cachet pittoresque à l'ensemble.


Château Gaillard, la majestueuse forteresse du roi Richard Coeur de Lion! Tout en haut, la vue est à couper le souffle.
 
À bientôt!
 



Devant la maison de Claude Monet, à Giverny, les jardins ont été reconstitués à l’identique du Clos Normand et du Jardin d'eau.
 
 Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Giverny depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La maison est précédée d'un jardin potager et d'un verger, le Clos normand et, l'ensemble clos de murs s'étend sur 96 ares.


Claude Monet transforme le jardin, construit trois serres et achète, de l'autre côté du chemin du Roy, un terrain où, après de nombreuses difficultés administratives, il réussit à creuser un étang puis construit le pont japonais en 1895 pour que la lumière passe sous le pont et éclaire l'ombre.


Monet a toujours été fasciné par les jeux de lumière et les reflets des nuages sur l’eau.


Les nombreuses toiles peintes sur son atelier flottant, à Argenteuil ou sur les canaux de Hollande, montrent sa fascination pour les reflets renversés dans ces miroirs liquides.


Claude Monet n'aime pas les jardins organisés ou contraints.
Il allie les fleurs en fonction de leurs couleurs et les laisse pousser assez librement.


L'allée centrale se couvre d'arceaux sur lesquels poussent des rosiers grimpants.


En écho, d'autres rosiers couvrent les balustrades qui longent la maison.


Au fil des années, il se passionne pour la botanique, il échange des plants avec ses amis Clémenceau ou Caillebotte.


Toujours à l'affût de variétés rares, il fait venir à grand frais des bulbes ou des jeunes pousses.
"Tout mon argent passe dans mon jardin" confie-t-il à son entourage!


Il est temps de poursuivre notre balade! C'est à regret que nous quittons ce site....pourtant...nous n'allons pas très loin!
À l'heure de déjeuner, nous nous dirigeons vers le restaurant, "Les Nymphéas", situé en face de l’entrée de la Fondation Claude Monet.
 
À demain!



Alors que son bail à Poissy se termine en avril 1883, Monet recherche une vaste maison à loyer modique à l'écart de Paris, de ses rivalités et ragots, notamment parce qu'il vit avec une femme mariée, Alice Hoschedé.
En visitant les confins du Vexin, il découvre, de la portière du petit train entre Vernon et Gasny, Giverny, un petit village de 279 habitants.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Giverny depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


Finalement, il tombe sur une « maison de paysan » au lieu-dit le Pressoir, bordée par la rue du Haut ou du Village et le chemin du Roy.
Elle est précédée d'un jardin potager et d'un verger, le Clos normand.


La visite commence par le salon de lecture encore appelé "petit salon bleu".
Ce salon communique avec "l’épicerie" où étaient entreposés le thé, l’huile d’olive, les épices et les œufs, dans des meubles suspendus au mur.


On entre ensuite dans le premier atelier de l’artiste, où il a travaillé jusqu’en 1899 et qui a fait l’objet d’une reconstitution en 2011.


Une soixantaine de tableaux ont été sélectionnés pour être répliqués.


Uu premier étage, les appartements privés.
D’abord, nous découvrons la chambre de Monet qui a fait en 2013 l’objet d’un minutieux travail de reconstitution scénographique.


Des objets et œuvres picturales sont présents dans la pièce, notamment le cabinet de toilette mitoyen du vivant de Monet, comprenant des reproductions de toiles de ses amis : Cézanne, Renoir, Signac ou Caillebotte.


La fenêtre s'ouvre sur le jardin pensé par Monet!


Du matin au soir...Monet passe de son jardin à son atelier!


Ambiance familiale au milieu de nombreux enfants, des amis venus de Paris...


La dernière des pièces à l’étage, la chambre de Blanche Hoschedé-Monet qui a été ouverte au public pour la première fois en 2014.


La maison de Monet abrite près de 250 estampes de l'ukiyo-e, datant des 18e et 19e siècles parmi lesquelles des œuvres majeures de Kitagawa Utamaro (1753-1806), Katsushika Hokusai (1760-1849) Utagawa Hiroshige (1797-1858).
La passion de Monet pour les estampes japonaises remonte à ses années de formation artistique au Havre.


Poursuivons notre visite de rez-de-chaussée avec la salle à manger!


Enfin! La cuisine! Je vous laisse admirer!
Sur les murs jaunes, on peut admirer la collection d’estampes japonaises.


Les meubles peints en jaune étaient alors très modernes pour l’époque.
Dans les vitrines, on peut voir la vaisselle en faïence bleue, le service jaune et bleu, que Monet avait fait faire pour les jours de fête.


Dans la cuisine aux carreaux bleus de Rouen....


.....l’immense cuisinière aux multiples fourneaux et les ustensiles de cuivre semblent attendre le retour de leurs propriétaires.


À demain pour une promenade dans les jardins de Claude Monet!



Giverny est une commune située dans le département de l'Eure en région Normandie.
Elle est surtout connue pour la maison et les jardins du peintre impressionniste Claude Monet (1840-1926).
 
Aujourd'hui, je commence une nouvelle série, "La maison et les jardins de Claude Monet"!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette magnifique balade!
 
-La maison (voir le lien)
 
-Les jardins (voir le lien)
 
-Restaurant "Les Nymphéas" (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)


Quand Monet s’installe à Giverny, la longue maison en crépi rose possède un jardin d’un hectare constitué d’une pommeraie et d’un potager.
Une grande allée bordée de cyprès et d’épicéas mène du portail à la porte d’entrée, et les massifs sont bordés de buis taillés.
Conquis par ce jardin, le peintre-jardinier se met aussitôt au travail et n’aura de cesse de perfectionner le Clos Normand pour en faire le jardin de ses rêves colorés.


Après avoir visité la maison et les jardins de Claude Monet, nous nous sommes dirigés vers le restaurant "Les Nymphéas", situé en face de la Maison et des Jardins de Claude Monet.
 
La magie opère jusqu'au bout!
 
À lundi pour une visite pleine de charme!



Un petit clin d'oeil sur la girouette de l'hôtel de ville!
 
Bonne journée!

Vous pouvez retrouver d'autres girouettes sur ce lien.
 
Vous pouvez retrouver notre balade à Lyons-la-Forêt sur ce lien!



Une invitation à pénétrer dans une maison normande.....
 
Vous pouvez retrouver d'autres portes et fenêtres sur ce lien. 
 
Vous pouvez retrouver notre balade à Lyons-la-Forêt sur ce lien!



Lyons-la-Forêt est une commune située dans le département de l'Eure, en région Normandie.
 
Il y a quelques semaines, nous nous y sommes arrêtés, surtout pour y admirer les halles datant du 17e siècle!
 
Cet article servira de récapitulatif à cet arrêt à Lyons!
 
-Lyons le bien nommé (ici)
 
-Une belle fenêtre (voir le lien)
 
-La girouette de l'Hôtel de Ville (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Familier de Lyons et de sa forêt, Maurice Ravel a composé dans cette maison, "Le Tombeau de Couperon" en 1917.


À 40 kilomètres à l’est de Rouen, dans l’une des plus belle hêtraies d’Europe, Lyons le bien nommé étire ses façades parées de colombages, de torchis colorés et de briques le long de la Lieure.


Hôtel de ville a été reconstruit en 1782 sur des fondations plus anciennes abritant jadis les cachots de la ville.
Au premier étage, se trouve l'ancienne salle d'audience du bailliage.


Maison natale de Isaac Bensserade (1612-1691), membre de l'Académie Française et Conseiller d'État.

Vous pouvez voir ou revoir d'autres maisons natales en cliquant sur ce lien!


Tout en flânant dans le village nous découvrons un bourg typiquement normand.


Les halles!


La place des halles a été construite sur l’emplacement d’un château-fort édifié au 12e siècle.


Le centre de Lyons en a adopté le plan, autour de l’ancienne motte féodale.


Les Halles du 17e se situent au centre d’une place très vivante où alternent des maisons anciennes en briques roses ou à colombages normands.
 
À demain!



Tout en regagnant notre bus j'ai craqué sur ce numéro de maison!
Il méritait bien un petit clin d'oeil!

Vous pouvez revoir d'autres numéros de maison sur ce lien.

Vous pouvez voir ou revoir notre arrêt-minute à Auvers-sur-Oise en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur la photo pour l'agrandir!



L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, située à Auvers-sur-Oise, dans le département du Val-d'Oise, fut rendue mondialement célèbre par Vincent van Gogh qui l'a représentée sur une de ses toiles, aujourd'hui au musée d'Orsay.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre arrêt-minute à Auvers-sur-Oise en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


La façade occidentale se divise en trois parties, correspondant à la nef et au bas-côtés.
La partie centrale, correspondant à la nef, est dominée par un pignon.


Entre les contreforts, on trouve le portail occidental.


L'église Notre-Dame-de-l'Assomption a été fondée vers la fin du 11e siècle par Philippe 1er, puis reconstruite sous l'impulsion d'Adélaïde de Savoie qui réside souvent dans le manoir royal au nord de l'église après le décès de son époux Louis VI en 1137.


L'église Notre-Dame-de-l'Assomption reste un intéressant témoin du style gothique primitif.


Son chœur et sa nef sont d'une grande qualité architecturale, faisant preuve d'une harmonie et d'une élégance qui n'ont rien à envier aux grands chantiers de son époque.


La nef constitue la partie la plus remarquable, et aussi la plus élevée.
C'est la dernière partie construite de l'église avant la guerre de Cent Ans.


Cette statue en pierre de la Vierge à l'Enfant date du second quart du 14e siècle.


Une des stations du chemin de croix de l'église.


Quelques tableaux conservés en l'église sont, eux aussi, inscrits aux monuments historiques.


Les fonts baptismaux!


Le tabernacle architecturé de l'absidiole, inscrits aux monuments historiques, est en bois taillé entièrement doré, et date du 17e siècle
 
Remarque!
Un tabernacle est, dans une église catholique, le meuble qui abrite le ciboire contenant les hosties consacrées au cours de la messe.


Un autel tout en boiseries.


La chaire.


Quelques vitraux!
 
À bientôt pour une autre aventure!



Auvers-sur-Oise est une commune située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Elle doit sa renommée internationale aux peintres paysagistes et surtout impressionnistes, tel que Vincent van Gogh, qui sont venus puiser ici leur inspiration.

Cet article servira de récapitulatif à notre "petit arrêt à Auvers-sur-Oise!

-Sur les pas de Van Gogh (ici)

-Église Notre-Dame-de-l'Assomption (voir le lien)

-Numéro de maison (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Île de France sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!


Auvers-sur-Oise possède quelques monuments historique comme l'église Notre-Dame-de-l'Assomption qui fut rendue mondialement célèbre par Vincent van Gogh qui l'a représentée sur une de ses toiles, aujourd'hui au musée d'Orsay.


Vincent van Gogh dans une lettre à son frère Théo décrit ainsi le village : "Ici on est loin assez de Paris pour que ce soit la vraie campagne"!


De nombreuses villas et habitations bourgeoises, bien fleuries, parsèment le village.


Un village où l'âme de Van Gogh n'est jamais très loin!


Auvers a joué un rôle majeur dans l'histoire mondiale de la peinture, celle des paysagistes de l'école de Barbizon puis dans l'impressionnisme essentiellement.


Le mardi 20 mai 1890 à onze heures du matin, le docteur Gachet reçoit un peintre alors inconnu du public, recommandé par son frère : Vincent van Gogh.
Celui-ci est au sommet de sa maîtrise artistique et peint avec frénésie plus de soixante-dix toiles en deux mois.


Sans doute épuisé nerveusement par son travail, et se sentant coupable d'être à la charge financière de son frère, il se tire un coup de revolver en plein champ le 26 juillet 1890 avant d'être ramené à l'auberge Ravoux, où il séjourne.
Il y meurt trois jours plus tard et est enterré dans le cimetière du village.


Le cimetière se trouvait initialement sur le terre-plein immédiatement au sud de l'église.


Devenu bien trop exigu pour la population d'alors, il fut déplacé au nord du village en 1858 et les tombes anciennes transférées en 1875.


Il est célèbre pour les tombes de Vincent van Gogh et de son frère Théo, situées au fond du cimetière côté nord, contre le mur d'enceinte.


Non loin des frères Van Gogh...Corneille!


Corneille, pseudonyme de Guillaume Cornelis Beverloo, né le 4 juillet 1922 à Liège (Belgique), de parents néerlandais, et mort à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise) le 5 septembre 2010, est un peintre, graveur, sculpteur et céramiste néerlandais. Il est inhumé selon son vœu à côté de Vincent van Gogh dans le cimetière d'Auvers-sur-Oise.


Du haut de ce promontoire, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption!
 
À demain pour la suite de cette visite!



Pour la dernière carte postale de nos vacances je vous envoie un petit coucou du château de Fontainebleau!
Haut lieu de l'histoire de France, le château de Fontainebleau a été l'une des demeures des souverains français depuis François 1er (qui en fit sa demeure favorite) jusqu'à Napoléon III.

J'ai déjà hâte de vous en parler!

À bientôt pour la suite de nos aventures!



Notre sejour se poursuit avec, aujourd'hui, un arrêt dans la très jolie ville de Dinan, dans les Côtes d'Armor!

Notre carte postale de ce jour a été prise au niveau du circuit des remparts et, notamment, sur la promenade de la Duchesse Anne,  qui offre une vue imprenable sur le port!

À demain pour une nouvelle carte postale!



Notre carte postale du jour nous conduit à Saint-Malo!

Connue pour sa ville close, son site exceptionnel, ses malouins célèbres.....Saint-Malo est l'une des communes les plus visitées de Bretagne!

Aujourd'hui, nous y étions et nous vous offrons cette vue sur le fort national prise des remparts.

Gros bisous de Saint-Malo et à demain!



La carte postale d'aujourd'hui est consacrée à la "Merveille de l'occident ",  le Mont-Saint-Michel!

Notre circuit découverte de la Normandie et de la Bretagne s'est poursuivi avec une superbe journée dans la baie du Mont-Saint-Michel.

La magie opère et nous avons des étoiles plein les yeux !

À demain pour une autre carte postale!



C'est du jardin botanique de Haute-Bretagne situé sur la commune de Le Châtellier, à 10 kilomètres de la cité médiévale de Fougères, que nous vous envoyons cette carte postale.

Les 24 jardins thématiques de ce parc nous ont enchantés et la balade fut magnifique.

Bonne soirée et à bientôt pour une autre carte postale!



Pour terminer la visite de ce très beau château de Malmaison nous sommes montés au second étage afin de pouvoir admirer une nouvelle exposition permanente montrant des oeuvres et des objets ayant traits à l'exil de Napoléon à Sainte-Hélène!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Hors fonds de gravure, plus de 250 objets en tout genre retracent l’exil du « général Bonaparte », seule appellation autorisée par l’inflexible geôlier Hudson Lowe, gouverneur de cette minuscule île anglaise perdue au milieu de l’Atlantique Sud.


Une partie de ce parcours est consacrée à la vie quotidienne de Napoléon et de ses compagnons sur l’île de Sainte-Hélène.


La seconde partie du parcours reconstitue la chambre mortuaire de l’Empereur grâce au lit de campagne sur lequel a été exposé son corps juste avant son autopsie.
Offerts par sa mère, les objets liturgiques composant sa chapelle ainsi que son crucifix rappellent ses derniers moments.


Cette exposition s'ouvre sur une légende....qui commence à la mort de l'Empereur à Sainte-Hélène....


"Napoléon sur son lit de mort une heure avant son ensevelissement".
Huile sur toilé réalisée par Jean-Baptiste Mauzaïsse.


À bientôt pour un autre voyage!



Octobre 1800,  Nicolas Baudin, un explorateur, prend la tête d'une expédition qui doit mener neuf savants et deux navires à la découverte des Terres australes.

Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


En remontant la Swan River, sur la côte occidentale de l'Australie, les voyageurs découvrent des colonies de cygnes noirs, alors inconnus en Europe.


La Swan est un fleuve australien qui coule en Australie-Occidentale et traverse Perth, la capitale de cet État, avant de se jeter dans l'océan Indien à hauteur de Fremantle.


L'année suivante, ses bateaux rapportent au Muséum une cargaison d'une richesse inégalée.....plantes inconnues, carnets de voyage, échantillons de minéraux et....des dizaines d'animaux.


Parmi eux, un couple de cygnes noirs que l'on destine à Malmaison!


Comme le couple se reproduit avec entrain, Joséphine offre des nichées de cygnes noirs à tout le gotha, disséminant l'espèce à travers l'Europe!



Aujourd'hui musée-château, Malmaison fut la résidence privée de Napoléon et de l'impératrice Joséphine.
Une "campagne" située à une demi-heure de Paris, où le Premier Consul venait travailler et se détendre!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


La chambre à coucher de Joséphine!
C'est la chambre que le couple partagea pendant plusieurs années....


....et c’est dans cette pièce, dans le lit orné de cygnes, que mourut Joséphine en 1814, des suites d’une angine infectieuse.
Elle avait alors 51 ans.


La chambre originale de forme rectangulaire a cédé la place en 1812 à une chambre de forme circulaire!


Tapis, façon Savonnerie, à décor de cygne, de la chambre de l'impératrice Joséphine.
 
Remarque!
La Manufacture de la Savonnerie est une manufacture royale de tapis située à Paris et Lodève et faisant actuellement partie de la Manufacture des Gobelins.


L'état actuel de cette chambre correspond à la restitution faite sous Napoléon III à partir d'une aquarelle.


La chambre ordinaire!
L'impératrice se tenait plus volontiers dans cette pièce.


Joséphine la trouvait plus claire et plus riante que la grande chambre d'apparat.


Elle venait y lire ou rédiger sa correspondance. Dans les placards, l’Impératrice aimait y ranger ses bijoux et parures.


"L'impératrice en grand costume de cour"
Tableau réalisé en 1863 par Jean Louis Victor VIGER DU VIGNEAU dit Hercor Viger.
 
À demain pour la fin de cette balade!



L'appartement de l'impératrice Joséphine au Château de Malmaison à Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine en France a été installé en 1800 dans la partie nord du château.
Cet appartement que le couple consulaire partagea pendant plusieurs années resta à l'usage exclusif de Joséphine après 1803.

Commençons par la Salle Joséphine!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Au centre de la salle Joséphine sont présentés une cinquantaine de pièces des deux services d’apparat de l’Impératrice et de son fils Eugène.


La salle Joséphine contient les souvenirs de l’Impératrice Joséphine...


.... portraits en tapisserie des Gobelins, orfèvrerie....


....services de table, à thé ou à café, verrerie.
Cette porcelaine a été réalisée par la manufacture impériale de Sèvres.


Salle de la Frise!
À cet emplacement se trouvaient à l’époque la chambre de Mlle Avrillion, femme de chambre de Joséphine ainsi que la salle de bains de cette dernière.


La frise met en scène les dieux de la mythologie...


...Bacchus, Cérès, Apollon, Minerve, les Neuf Muses....


Les pièces du mobilier proviennent pour la plupart du palais des Tuileries.


Portrait de l'Impératrice Joséphine par Firmin Massot 1812.


Portrait de la reine Hortense par Anne-Louis Girodet, 1813.
 
À bientôt!



En 1799, Bonaparte et Joséphine souhaitent acquérir une propriété. L’acquisition de Malmaison a lieu le 21 avril et Joséphine s’y retire en attendant le retour de son mari d’Égypte!
 
La propriété s’emplit au fur et à mesure des passions et des collections de Joséphine!
 
À l'étage, à gauche, il y a la salle Marengo qui, elle, abrite le célèbre tableau de Jacques-Louis David Bonaparte franchissant le col du Grand Saint-Bernard, pièce majeure de la collection du musée.
On y trouve aussi la chambre de l'Empereur.
Ces deux salles constituaient les appartements du Consul.
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


Chambre de l'Empereur!
Le tissu jaune recouvrant le mobilier reproduit exactement celui d’origine.
À noter la présence, sur un guéridon, de la sculpture que tenait dans sa main la statue de l’Empereur au sommet de la colonne Vendôme : une victoire de bronze sculptée par Chaudet.


Le tableau représente "Le Général Bonaparte"!


Celui-ci, réalisé par Gros en 1809, représente "L'Impératrice Joséphine".


Salon de l'Empereur!
Napoléon et Joséphine faisaient chambre commune au début de leur mariage.


Le consul se fit aménager, en 1803, deux petites pièces au-dessus de la bibliothèque afin d’éviter d’avoir à traverser tout le château pour se rendre dans sa pièce de travail.


Un salon et une chambre furent donc créés.
Et ce salon contient un ensemble de portraits de la famille impériale dont un de Joséphine et un de Napoléon.


Ici, un tableau représentant Hortense Eugénie Cécile de Beauharnais, reine consort de  Hollande, fille de Joséphine.


"Napoléon Ier en costume de sacre" réalisé vers 1805 par François, baron Gérard.


"Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard" est un portrait équestre du Premier Consul Napoléon Bonaparte peint par Jacques-Louis David entre 1800 et 1803.


Les bustes de Bonaparte....


...et de Napoléon.


Salle Marengo!
Elle présente des souvenirs personnels de Bonaparte général et premier Consul.
Est exposée laTable D’Austerlitz chef-d’œuvre de la Manufacture de Sèvres commandé en 1806 par l’Empereur pour commémorer la victoired’Austerlitz remportée l’année précédente.


Le plateau représente en son centre Napoléon en costume de sacre et autour de cette figure les portraits des maréchaux qui l’avaient accompagné dans cette campagne.


Les peintures ont été exécutées par le peintre Isabey.
Le pied de la table, en forme de colonne tronquée, représente lesvertus guerrières.
 
À bientôt!



L'après-midi à Malmaison se passe en promenades, en jeux (billard, jeux de cartes divers...).
Les hommes vont à la chasse....les femmes se retrouvent pour bavarder tout en brodant!
Mais on peut, aussi, jouer de la musique!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Joséphine regroupe à Malmaison l’essentiel de ses collections.

Elle y fait construire la grande galerie, achevée en 1808, pour présenter les antiques, les sculptures, ainsi que les tableaux de maîtres anciens.



Les tableaux modernes, parmi lesquels ceux de nombreux peintres troubadours dont elle est le principal mécène, sont regroupés dans le salon de musique ou petite galerie.


Décorée en 10 jours par les frères Jacob, cette pièce devait contenir les tableaux modernes de la collection de Joséphine, tandis qu’une grande galerie, construite plus tard dans le prolongement de ce salon, contenait les tableaux de maîtres anciens et les collections d’antiques.


Ces collections ne cessent de s’enrichir et de s’organiser, surtout après le divorce du couple impérial qui amène Joséphine à séjourner plus souvent à Malmaison.


À sa mort, l’ensemble des collections est réparti entre ses enfants, Eugène et Hortense.



Certaines pièces importantes sont cependant vendues.


Un ensemble de près d’une quarantaine de tableaux et les quatre Canova sont cédés au tsar Alexandre Ier.


Joséphine appréciait particulièrement le courant troubadour* et les tableaux représentant des fleurs.


Ce salon de musique voyait également se dérouler des concerts!


Demeurent d’ailleurs la harpe de Joséphine ainsi que le piano-forte de sa fille, Hortense.


Pianoforte de la reine Hortense.


À bientôt pour la suite de cette visite!



Le château de Malmaison reste un témoin incontournable de l'Histoire de France! Nous avons eu grand plaisir à le visiter et, aujourd'hui, nous avons grand plaisir à partager avec vous les photos que nous y avons prises!
 
La visite nous conduit vers le salon doré qui fut le salon de réception de Malmaison!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Le salon de réception de Malmaison n’a pas toujours été tel qu’il se présente aujourd’hui. Il a subi, depuis l’Empire, plusieurs transformations.


Les meubles qui ornent aujourd’hui le salon de compagnie de Malmaison proviennent du palais de Saint-Cloud et furent commandés en 1802 pour le salon de l’Impératrice aux frères Jacob.


Après la mort de Joséphine, le mobilier considéré par Eugène comme un souvenir de famille, fut envoyé à Munich où il résidait.
Il est conservé au château de Nymphenbourg, mais sans sa garniture d’origine.


Ce tableau représente l'Apothéose des héros français morts pour la Patrie pendant la guerre de la Liberté!
Il a été réalisé en 1802 par Anne-Louis Girodet.
Cette œuvre représente les principaux généraux morts durant les guerres révolutionnaires, accueillis par Ossian dans le paradis d'Odin.


Ce tableau d'Hector Vigier, "L'Impératrice recevant la visite de l'empereur Alexandre", montre le salon après le divorce.
Le jeune garçon en culotte rouge est le futur Napoléon III.


Ces deux derniers médaillons proviennent du décor d'origine de la pièce!


Bonne journée!



La Malmaison!
Qui n'a pas espéré, un jour, aller visiter ce lieu rempli d'histoire?
Connue pour avoir appartenu à Joséphine de Beauharnais, la Malmaison est un véritable musée!
 
Aujourd'hui, je vous invite à poursuivre la visite du rez-de-chaussée de la Malmaison et découvrir la salle de billard et l'anti-chambre du salon!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La salle de billard!
Située au rez-de-chaussée du château, cette salle était affectée au jeu de billard depuis 1703.
Le décor actuel est conçu par Louis-Martin Berthault en 1812 et remeublée sobrement comme à l'époque de Joséphine de Beauharnais.
Le sol est carrelé de marbre.


 On peut admirer deux vases en terre de Sareguemines datant de 1811.


Le lustre de billard en tôle peinte date du premier Empire.


L'anti-chambre du salon!
L'huissier de service se tenait dans cette pièce qui servait aussi à ranger les tables à jeux losqu'elles ne servaient pas dans la salle de billard.


Sur les murs on peut aussi admirer six portraits de Cheikhs.


À demain pour la suite de cette visite!



Joséphine de Beauharnais, l'épouse de Napoléon Bonaparte, achète en 1799 ce château du 17e siècle.
En plus d'héberger la famille Bonaparte, cette demeure devient, entre 1800 et 1802, l'un des lieux de gouvernement de la France.

Je vous invite à nous suivre pour la suite de cette visite qui va nous conduire, aujourd'hui, vers la bibliothèque de la Malmaison!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Cette pièce fut décorée et restaurée pour Bonaparte!
Déçu! Il considéra d'abord que cette bibliothèque ressemblait à une sacristie d'église!


Le décor se compose de bibliothèque en acajou ainsi que des colonnes et des miroirs qui dissimulent habilement les conduits de cheminée de cuisine.


Les peintures du plafond représentent des fleurs et des oiseaux.


Le reste des peintures représente Apollon et Minerve....
...ainsi que des auteurs anciens et modernes que Bonaparte considéraient comme des modèles.


Le bureau exposé était celui que Napoléon utilisait au Palais desTuileries.


500 livres dans l’hémicycle sont ceux de Malmaison qui en comptaient
alors près de 4500.
Ces ouvrages portent les initiales B-P de Bona-Parte.


Les 700 autres livres aux armes de L’Empereur et de l’Impératrice Marie-Louise, sont ceux des bibliothèques impériales.
 
À bientôt!



Acquis en 1799 par Joséphine, le château de Malmaison fut, avec les Tuileries, le siège du gouvernement français de 1800 à 1802. Après l’installation de Bonaparte à Saint-Cloud, Joséphine continua de vivre à Malmaison où elle entreprit des travaux d’embellissements. Elle s’y retira définitivement après son divorce en 1809 et y mourut le 29 mai 1814.
 
Commençons la visite et entrons dans cette demeure par la tente!

La tente a été ajoutée en 1801 et était réservée aux domestiques qui se tenaient en avant des salons!
Elle affecte la forme d'une tente militaire!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Le vestibule!
Les colonnes de stuc, posées en 1800 pour consolider les poutres du plafond et le décor peint, évoque un atrium romain!


Du temps de Joséphine, des volières abritaient des oiseaux des Amériques, d'Afrique et d'Asie.


Les effets des glaces sont magnifiques!


La salle à manger!
Cette pièce a été décorée dans le goût pompéin en 1800.


Les danseuses ont été peintes par Louis Lafitte d'après les dessins de Percier. En 1812, Berthault ajoute les arcades entourant les portes et les fenêtres.


La salle du Conseil!
Dès juillet 1800, les fréquentes réunions des ministres à Malmaison ont nécessité la création d'une salle du Conseil!


"Il fallait que la disposition et la décoration en fussent achevées en dix jours de travail, parce qu'on ne voulait pas interrompre les fréquents voyages que Bonaparte avait coutume d'y faire."


"Il parut convenable d'adopter la forme d'une tente soutenue par des piques, des faisceaux et des enseignes, entre lesquels sont suspendues des groupes d'armes qui rappellent celles des peuples guerriers les plus célèbresdu globe".


Les tableaux!
À gauche, prtrait de Madame Mère.
À droite, l'Impératrice Joséphine à Malmaison.


Du mobilier de l’époque demeurent cinq tabourets, quatre fauteuils et six chaises en bois doré, provenant de Saint-Cloud.


L'aigle impérial est omniprésent!
 
Bonne journée!



La Malmaison!
Château situé à Rueil-Malmaison dans le département des Hauts-de-Seine est un domaine que l'impératrice Joséphine a tant aimé!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de La Malmaison depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Le temps nous a manqué pour visiter le parc en entier! Mais j'ai tout de même voulu prendre quelques photos du petit jardin situé sur la droite quand vous êtes face à l'entrée de La Malmaison!


Le parc reste aujourd'hui particulièrement évocateur du carde voulu par l'impératrice!
Les étendues d'herbe sont traitées en pelouse ou laissées en prairies conservant ainsi à Malmaison l'aspect champêtre de maison de campagne.


Joséphine, impératrice des roses!
Après l'achat, en 1799, du château de la Malmaison, Joséphine arrangea le jardin dans le style anglais, très à la mode de l'époque. Participent également le botaniste Étienne Pierre Ventenat et l’horticulteur français André Dupont, grand amateur de roses.
 
Ici, la rose "Sylvie Vartan"!


C'est avec une véritable passion de scientifique que Joséphine développe ses collections de plantes!
Près de 200 d'entre elles.....camélia, hibiscus, magnolia pourpre.....rapportées d'expédition ou échangées avec les savants du Muséum d'histoire naturelle, fleurissent pour la première fois à en France à Malmaison!


Mais le guide nous attend...ne tardons pas!
 
À bientôt!



Le château de Malmaison est situé dans la commune de Rueil-Malmaison dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.
Cette étape, que nous vous proposons aujourd'hui, est un arrêt dans un château qui fut la résidence de Napoléon Bonaparte et de l'impératrice Joséphine!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette visite tout à fait exceptionnelle!
 
-Le château de Malmaison (ici)

-Un petit tour au jardin (voir le lien)

-Le vestibule, la salle à manger et la salle du conseil (voir le lien)

-La bibliothèque (voir le lien)

-La salle de billard (voir le lien)

-Le salon doré (voir le lien)

-Le salon de musique (voir le lien)

-La chambre de l'Empereur (voir le lien)

-La salle Joséphine (voir le lien)

-La chambre à coucher de Joséphine (voir le lien)

-Les cygnes de Malmaison (voir le lien)

-Sainte-Hélène à Malmaison (voir le lien)

Vous pouvez retrouver d'autres châteaux en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Île de France sur ce lien!
 
Bonne visite!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


L'origine du nom « Malmaison » est mal connue.
Malmaison, de mala domus (ou mansio), signifie « mauvaise maison ».
On avance en général l'hypothèse de la mauvaise fréquentation des lieux (brigands, invasion des Normands) au Moyen Âge, mais aussi que ce nom serait dû à l’activité première de la ville qui était la prise en charge de personnes malades.


Le château entre dans l'histoire de France pendant le Directoire, lorsque Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon Bonaparte, l'achète, le 21 avril 1799, pour la somme de 325 000 francs de l'époque.


Bonaparte va le reprendre à son compte après le coup d'État de Brumaire, probablement avec des fonds provenant de la première campagne d'Italie.


Le château sera même le cœur du gouvernement français, avec les Tuileries,pendant le Consulat et Napoléon y séjournera régulièrement jusqu’en 1804 avant de choisir le château de Saint-Cloud, plus digne de son nouveau rang.


Il y viendra encore jusqu'à son divorce d'avec Joséphine, en 1809. Joséphine reçoit alors une pension de 2 millions de livres par an, et La Malmaison en toute propriété.

À demain pour la suite de cette visite!



Le Domaine de Chantilly regroupe le Château, le Musée Condé, le parc, les Grandes Écuries et le Musée du Cheval.
Nous avons survolé le château, le parc, les musées du château...parlons, à présent, de l'hippodrome et du musée du cheval situé au niveau des grandes écuries du château!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


L'hippodrome!
L'hippodrome de Chantilly fut inauguré en 1834.
Il se situe en bordure de forêt à proximité du château de Chantilly et couvre 65 hectares.
C'est là que se tiennent depuis 1836 le Prix du Jockey-Club pour les mâles et femelles, et depuis 1843 le Prix de Diane pour les femelles.


Propriété de l'Institut de France, il est géré par France Galop pour l'entretien des pistes et les jours de courses.


Le musée du cheval!
Le musée du Cheval est un musée et une salle de spectacle équestre situés dans les grandes écuries du château de Chantilly.


Les grandes écuries ont été construites par l'architecte Jean Aubert entre 1719 et 1740 à la demande du septième prince de Condé, Louis Henri de Bourbon qui, selon la légende, pensait se réincarner en cheval et voulait des écuries dignes de son rang.


L’aspect extérieur et les décors sculptés permettent immédiatement de déterminer le rang et l’appartenance des princes à la famille royale.

Le sommet du portique à colonne, qui borde l’entrée des Grandes écuries est par exemple, décoré de chevaux hennissants vers le ciel et d’une composition complexe présentant en son centre le blason des Bourbon-Condé.


En 2007, le musée est cédé à la fondation pour la sauvegarde et le développement du domaine de Chantilly, fondée à l'initiative et avec le soutien financier de Karim Aga Khan IV qui gère par ailleurs le château de Chantilly.


Les collections, de ce musée, proviennent des réserves du musée Condé ou de collections privées, notamment celles de l'Aga Khan.
Elles témoignent des différentes utilisations du cheval et des formes esthétiques appréciées à travers plusieurs pays du monde.


Le musée du Cheval aborde plusieurs thématiques, l’histoire de la domestication du cheval, les différentes races de chevaux dans le monde ou encore l’évolution des formes de harnachement à travers les siècles.


Deux cours latérales abritaient les remises et les carrosses.


La tradition de peindre les charettes provient de Sicile! Ici, les décors se réfèrent à l'histoire sicilienne.


La chasse à courre!


Ce type de transport est appelée, l'araignée!
L'araignée a été utilisée pour les courses de trot et a été remplacée par le sulky dans les années 1880!


Enfin, un ensemble d’animaux de carrousel est exposé dans le musée, avec plusieurs chevaux en bois sculpté.


À demain!



La visite du château de Chantilly, dans l'Oise, se poursuit! De salles en salles, nous allons de merveilles en merveilles!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


La galerie des actions du Grand-Condé!
Cette salle présente une série de onze toiles illustrant les principales victoires du Grand Condé.


On peut y voir La bataille de Rocroy(1643), Fribourg (1644), Nordlingen (1645), Dunkerque (1646), Lens (1648), Le blocus de Paris (1649), La conquête de la Franche-Comté (1668), Le passage du Rhin (1672).


Une des toiles est consacrée à une bataille sur le site de Thionville, en Moselle!


Le salon de musique!
Il occupe l’emplacement de l’ancien Cabinet de Curiosités, où se trouvait notamment le meuble minéralogique actuellement dans l’antichambre. Il est consacré à l’évocation du dernier héritier des Bourbon-Condé, le duc d’Enghien, fusillé dans les fossés de Vincennes sur ordre de Bonaparte en 1804. Il est représenté portant la tenue de chasse de Chantilly.


La galerie de peintures!
La Galerie de Peinture est le cœur du musée Condé.
Elle constitue un témoignage exceptionnel de la muséographie du 19e  siècle.


Les tableaux sont présentés sur plusieurs niveaux, cadre à cadre, en fonction des formats, sans logique chronologique.
Au total, près de 85 peintures comme Le Massacre des Innocents de Nicolas Poussin ou encore Le Portrait du Cardinal de Richelieu par Philippe de Champaigne y sont disposés selon le goût personnel du duc d’Aumale.


La rotonde!
Au fond de la galerie, on accède par un escalier à la rotonde, aménagée dans la tour de Vineuil.
Le duc d'Aumale avait fait le choix d'y exposer des dessins.
Pour des raisons de conservations, ils en ont été retirés au profit de plusieurs chefs-d'œuvre du château ici mis plus en valeur.


"La Vierge de Lorette" de Raphaël!


Au sol, une mosaïque issue des fouilles de la maison des fleurs à Pompéi représente une scène de chasse
 
À demain!



Le Domaine de Chantilly, situé dans le département de l'Oise, est l’un des joyaux du patrimoine français.
 
Il est aussi l’œuvre d’un homme au destin exceptionnel, Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), cinquième fils de la reine Marie-Amélie et du roi Louis-Philippe, dernier roi des Français.
 
Grâce aux précautions testamentaires prises par le duc d’Aumale, Chantilly reste, plus d’un siècle plus tard, un écrin de richesses préservées où le charme du 19e siècle continue d’opérer
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Salle des gardes!
Comme son nom l’indique, elle évoque le passé militaire des princes de Chantilly.
La vitrine présente des drapeaux de régiments du 18e siècle, un tambour des gardes suisses, et des équipements provenant de l’armée des princes de Condé émigrés sous la Révolution.


Le Grand Condé est abondamment représenté.....Portraits de Louis II de Bourbon, prince de Condé, dit le Grand Condé (1621-1686), par Juste d’Egmont.


De cette salle la vue sur le jardin de la volière est magnifque!


La Chambre de Monsieur le Prince!


Elle a été remeublée après la Révolution, mais elle a conservé ses boiseries d’origine, exécutées au début du 18e siècle.


Les peintures décoratives représentant des animaux exotiques dans un décor de pagodes orientales sont des œuvres de Christophe Huet (1700-1759).
Elles illustrent ce goût, qui émerge au 18e siècle, pour les pays lointains et la faune exotique.


La commode en marqueterie (photo no 6) a été réalisée par de Riesener.
Elle provient de la chambre du roi Louis XVI à Versailles.


Jean-Henri Riesener (1734-1806) est un ébéniste d’origine allemande qui travaillait surtout pour la Cour avant la Révolution et qui connut une grande vogue, inspirant le style dit néo-classique.


Le Grand Cabinet!
Cette pièce d’angle a été décorée vers 1720.


Les boiseries blanc et or, ornées de motifs relatifs à la chasse, sont caractéristiques du début du 18e siècle.
Les dessus de portes représentent des scènes militaires aux 17 et 18e siècles.


Les sièges sont recouverts de tapisseries de Beauvais.


Grande Singerie!
Le décor de ce salon, composé de singes et de chinois, est typique d’un goût pour l’exotisme oriental qui se développa au début du 18e siècle.


La Grande Singerie est formée d'allégories des Sciences et des Arts, notamment de la Guerre, de la Chasse, de la Peinture, de la Sculpture, de la Géométrie, de la Chimie, et d'autres sujets où les Chinois sont accompagnés de singes.


Ce décor complexe recèle plusieurs significations :
....des clins d’œil au maître du lieu, en particulier l’alchimiste et le singe peintre en porcelaine, qui évoquent la manufacture créée à cette même période par le commanditaire de ce décor, Louis-Henri de Bourbon....
......une évocation des cinq sens (l’Ouïe, le Toucher, le Goût, l’Odorat, la Vue)....


À bientôt!



La collection exposée au château de Chantilly-musée Condé est aujourd’hui considérée comme l’une des plus riches de France.
Elle a été constituée par Henri d’Orléans, duc d’Aumale, dernier fils de Louis-Philippe.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La tribune!
Son nom et son architecture rappellent la Tribune de la Galerie des Offices à Florence.
Le duc d’Aumale a conçu cette salle comme un panorama de l’histoire de la peinture.


Deux murs sont consacrés à la Renaissance avec Fra Angelico, Botticelli, Titien...


Un mur est dédié aux 17e et 18e siècles français et flamands avec Poussin, Van Dyck, Watteau...


Deux autres murs présentent des œuvres du 19e siècle français, avec d’un côté le courant néoclassique (Ingres), et de l’autre le romantisme (Delacroix)...


Bonaparte Premier Consul réalisé par Gérard (1770-1857).


Madame Devauçay réalisé par Jean Auguste Ingres (1780-1867).


Entrée des croisés à Constantinople réalisée par Ferdinand Delacroix (1798-1863).


Thésée retrouve l'épée de son pére réalisé par Nicolas Poussin (1594-1665) et Jean Lemaire (1598-1659).


La diversité des époques, des styles, des sujets permet de balayer d’un large spectre les principales périodes de l’histoire de la peinture.


Le cabinet des livres!
Aménagé en 1876-1877, il fut conçu à la fois pour recevoir la collection de livres du duc d’Aumale et pour être un lieu de lecture et de travail.


Il contient 13 000 volumes, dont 1500 manuscrits (le plus ancien date du XIe siècle) et 11500 imprimés, parmi lesquels 700 incunables (livres imprimés avant 1501).
Le plafond est orné des écussons des compagnons d’armes du Grand Condé.


L'antichambre!
Comme le Cabinet des Livres et la Salle des Gardes, l’antichambre a été conçue pour relier l’ancien château Renaissance (petit château) au grand château reconstruit au 19e siècle par le duc d’Aumale.
 
À demain!



Pénétrons dans le coeur du château de Chantilly et allons visiter les appartements de ce château hors du commun!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le vestibule!
Les appartements du premier étage ont été aménagés à partir du 17e siècle.


Le principe d’aménagement est le même à chaque niveau, une enfilade de pièces sans couloir de service.


La chapelle!
Le château de Chantilly est doté d'une chapelle dès le 14e siècle par les seigneurs de l'époque, les Bouteiller de Senlis.


En 1507, Guillaume de Montmorency fait abattre cette vieille chapelle...


...et la remplace par un nouveau sanctuaire dédié à saint-Christophe et à saint-Jacques.


Après la chute de la monarchie une partie du château est rasée dont cette chapelle!
Grâce au Duc d'Aumale, fils du roi Louis-Philippe, le grand château est reconstruit ainsi que la chapelle, celle qui est restée jusqu'à nos jours!


La chapelle des coeurs de Condé!
Cette petite chapelle, située derrière l'autel de la chapelle, abrite le monument des coeurs de Condé.


Les six figures et les bas-reliefs sont l'oeuvre de Jacques Sarazin(1588-1660).


Jacques Sarazin, formé à Rome, est l'un des plus grands sculpteurs français du 17e siècle.


Les six figures représentent les allégories comme: la Justice, la Religion, la Prudence, la Piété....


La galerie des cerfs!
Aménagée à la fin du 19e siècle, cette salle de style Renaissance, avec son plafond à caissons, faisait office de salle à manger de réception.


C’est là que le duc d’Aumale accueillait le dimanche toute l’élite artistique et intellectuelle de son temps.


Loisir favori des princes, la chasse est omniprésente dans le décor.
8 tapisseries ornent les murs.
Elles ont été tissées au 17e siècle à la Manufacture royale des Gobelins, d’après une célèbre tenture du 16e siècle : Les Chasses de Maximilien.


À demain pour la suite de cette visite!



Le château de Chantilly se situe à Chantilly dans l'Oise, dans la vallée de la Nonette, affluent de l'Oise.
Nous avons eu la chance d'aller le visiter il y a quelques semaines.
Je vous invite donc à poursuivre, en notre compagnie, la visite de ce site extraordinaire!
 
Le château actuel est une reconstruction du 19e siècle sur des plans de l'architecte Honoré Daumet pour l'avant-dernier fils du roi Louis-Philippe 1er.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


L'entrée du château se fait par la terrasse surveillée par la statue équestre d'Anne de Montmorency (voir le lien)!


De la forteresse médiévale d'origine ne subsiste que la base des tours.


En 1718 l'arrière-petit-fils du Grand Condé, Louis-Henri de Bourbon, décida de reprendre les travaux du grand château et fit appel à l'un des collaborateurs de Mansart, Jean Aubert, maître d'ouvrage de sa résidence parisienne, le Palais-Bourbon.


Aubert s'inspira du projet de Mansart, réalisé sur la partie ouest pour transformer la partie est sur le même modèle.


Il fit ainsi apparaître une cour intérieure en forme de pentagone dans laquelle une chapelle de plan ovale fut aménagée face au Petit Château.


Au fond de la cour des escaliers....


Allons! Pressons! Notre guide nous attend!
 
À demain!



Le Domaine de Chantilly est un site exceptionnel constitué notamment du château, d'un parc, des Grandes Écuries et de l'hippodrome au cœur d'un massif forestier de plus de 6000 hectares.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Chantilly offre la possibilité de flâner dans le vaste parc de 115 hectares, dessiné par Le Nôtre pour le Grand Condé à la fin du 17e siècle.


Mais le temps nous manquant nous nous sommes contentés de faire le tour extérieur du château.


Aucun document ne nous permet d'imaginer l'apparence du premier château de Chantilly!


Il était construit sur un rocher de forme triangulaire émergeant dans la vallée de la Nonette.
Toutes les constructions qui l'ont suivi ont adopté ce plan.


En prenant le chemin qui fait le tour du château nous arrivons devant ce bel escalier!


Cet escalier mène vers la terrasse d'entrée du château!


Sur notre droite, la vue sur le château est magnifique!


Du haut des escaliers nous pouvons admirer les jardins à la française de Le Nôtre.


Au niveau de la terrasse, l'entrée du château est surveillée par la statue équestre de Anne de Montmorency!
 
Anne de Montmorency, né à Chantilly le 15 mars 1493 et mort à Paris le 12 novembre 1567, est duc et pair de France, maréchal puis grand maître de France, baron des Baux et connétable et émule de Bayard.
Cet homme extrêmement puissant, qui a symbolisé la Renaissance française, fut un ami intime de François 1er puis d'Henri II.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Le château de Chantilly se situe à Chantilly dans l'Oise et, plus précisément dans la vallée de la Nonette, affluent de l'Oise.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Les origines du château!
Chantilly fut d'abord une ancienne forteresse médiévale cantonnée de sept tours et entourée de douves en eau.
Elle fut construite sur un terrain marécageux de la vallée de la Nonette, et contrôlait la route de Paris à Senlis.


Le château appartenait primitivement à Guy de Senlis, « bouteiller » du roi Louis VI à la fin du 11e siècle.
La famille ajouta à son patronyme le nom de cette fonction (Bouteiller de Senlis), et conserva le château jusqu'au 14e siècle.


Pillée en 1358 par les Jacques, la forteresse est vendue en 1386 par Guy de Laval, héritier des Bouteiller, à Pierre d'Orgemont, ancien chancelier de Charles V. Celui-ci commence la reconstruction du château en 1386 qui sera achevée en 1394, après sa mort, par son fils Amaury.
Cette famille le posséda pendant trois générations du 14e au 15e siècle.

Remarque!
Le terme Jacquerie désigne la Grande Jacquerie de 1358.


Le Domaine des Montmorency!
La puissante famille des Montmorency possède Chantilly du 15e au 17e siècle et y fait réaliser d'importants travaux de modernisation.
C'est le plus illustre membre de cette famille, le connétable Anne de Montmorency (1492-1567), qui fait rénover la forteresse par Pierre Chambiges en 1528 et, en 1551.
Il fait également aménager en 1538 la terrasse sur laquelle se dresse actuellement sa statue équestre et édifier sept chapelles dont deux ont été conservées à l'intérieur du parc.
C'est également lui qui fait tracer les premiers jardins.


Le Domaine des Condé!
En 1643, Anne d'Autriche restitue le domaine, par lettres patentes, à la dernière des sœurs d'Henri II de Montmorency, Charlotte de Montmorency, femme d'Henri II de Bourbon-Condé, dont le fils Louis II de Bourbon-Condé venait de remporter la bataille de Rocroi.
Chantilly passe ainsi à la maison de Condé, branche cadette de la maison de Bourbon.


Du 17e au 19e siècle, le sort de Chantilly s'identifie à celui des Condé dont le domaine constitue la principale propriété.


La Révolution!
Pendant la Révolution française, Louis V Joseph de Bourbon-Condé émigre le 17 juillet 1789, au lendemain de la prise de la Bastille.
Le domaine est mis sous séquestre le 13 juin 1792 en application de la loi sur les émigrés.


Le château est envahi par un groupe de gardes nationaux et vidé de son mobilier!
Une partie du Domaine est vendue par lots entre 1793 et 1795...l'ancien potager, le jardin des cascades, les derniers terrains disponibles le long de l'actuelle rue du Connétable et autour de l'actuelle petite pelouse ainsi que les maisons de la ville appartenant au Prince.


Une bonne partie de ces premières aliénations ne réintègreront jamais le domaine.
Le reste du domaine est loti en 1798 et vendu progressivement.


En 1814, lorsque Louis V Joseph de Bourbon-Condé rentre en possession du domaine à son retour d'émigration, c'est un vieillard de 78 ans.
Il se borne à faire faire quelques réparations sommaires pour mettre le château hors d'eau, parvient à racheter une partie des terrains, mais il ne peut reconstituer le parc, désormais coupé en deux par la route de Chantilly à Vineuil-Saint-Firmin, créée à l'époque révolutionnaire.


Le Domaine du Duc d'Aumale!
En août 1830, à la mort du 9e et dernier prince de Condé, Louis VI Henri de Bourbon-Condé, c'est le jeune Henri d'Orléans duc d'Aumale son petit-neveu et filleul, avant-dernier fils de Louis-Philippe Ier, qui hérite de la quasi-totalité de son énorme patrimoine!
De 1876 à 1882, le duc fait reconstruire le château sur les anciennes fondations, sur les plans de l'architecte Honoré Daumet et y place et enrichit encore ses considérables collections.


Le 7 mai 1897 Henri d'Orléans, veuf et sans enfants, mourait dans son domaine sicilien du Zucco.
Il légue cet ensemble unique à l'Institut de France en créant la Fondation des Princes de Condé en 1886!
 
À bientôt pour la suite de cette visite!



Chantilly, cette commune située dans le département de l'Oise, est connue pour son château! Elle est aussi reconnue au niveau international pour ses activités hippiques!



Ce rond-point en est une parfaite représentation!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Chantilly depuis le début en cliquant sur ce lien!



Chantilly est une commune située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.
 
Située au cœur de la forêt de Chantilly, dans la vallée de la Nonette, elle se trouve au centre d'une agglomération d'environ 37 000 habitants.
Chantilly est connue pour son château, qui accueille en son sein les collections du musée Condé, et pour sa crème fouettée.
 
Le Domaine de Chantilly est un site exceptionnel constitué notamment du château, des Grandes Écuries et de l'hippodrome au cœur d'un massif forestier de plus de 6000 hectares.
 
(photo prise sur le net)


Aujourd'hui, je débute une nouvelle balade!
Je vous invite à un voyage qui nous aménera à visiter le domaine de Chantilly....le château, le parc, le musée du cheval et quelques photos de l'hippodrome.
 
Cet article servira de récapitulatif à cette visite!
 
Bonne visite!
 
-Domaine de Chantilly (ici)
 
-La crème Chantilly (voir le lien)
 
-Rond-point du château de Chantilly (voir le lien)

-Un peu d'histoire (voir le lien)

-Balade autour du château (voir le lien)

-La cour intérieure du château (voir le lien)

-Les appartements des princes de Condé (voir le lien)

-Les galeries de peintures (voir le lien)

-La demeure d'un Prince Collectionneur (voir le lien)

-Les collections du musée Condé (voir le lien)

-L'hippodrome et le musée du cheval (voir le lien)

-Restaurant La Capitainerie (voir le lien)

Vous pouvez retrouver d'autres châteaux en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(2 clichés)



Taisuke et Emoko Hashimoto, participants à la Japan Expo 2018, sont pâtissiers d'origine japonaise et installés dans le sud de la France depuis 2001.
Ils ont créé la société BIOMOMO HASHIMOTO en 2011.
 
Comme vous l'avez compris, hier, nous sommes allés à la Japan Expo et nous avons participé à une démonstration de gastronomie bio franco-japonaise réalisée par Taisuke et Emoko Hashimoto!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à la Japan Expo 2018 en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Ce couple, tout à fait charmant, a reçu la Médaille d'or Epicures 2018 LE MONDE DE L'ÉPICERIE FINE.


Leur philosophie est de proposer des créations étonnantes, issues du mariage de la culture culinaire française et japonaise et réalisables par le plus grand nombre.


Hier, Emoko Hashimoto a réalisé des nouilles soba agrémentées à la française.


Les soba sont un mets japonais constitué de pâtes de sarrasin.
Avec les udon et les rāmen, elles sont les pâtes les plus consommées au Japon.
Ces nouilles peuvent se déguster chaudes ou froides.


Les nouilles soba à la farine de sarrasin nécessitent une grande technicité pour leur confection!
Donc le chef nous propose, pour débuter, de réaliser ces nouilles en mélangeant farine de sarrasin et farine de blé.


Il faut que la pâte à nouilles, une fois terminée, soit très élastique.


Comme les pâtes fraîches, la pâte à soba est passée au laminoir.


Les nouilles sont prêtes!


Il faut les cuire dans de l'eau salée. Pas trop...1 ou 2 minutes suffisent.


Aujourd'hui, le chef nous propose de déguster les nouilles soba froides.
Aussi, pour les accommoder, Emoko Hashimoto prépare une vinaigrette en mélangeant huile d'olive et sauce soja!


Quelques tomates cerises, du basilic...l'assiette est bien appétissante!


Les nouilles soba aux graines de sésame augurent d'un délicieux apéritif!


Merci à Taisuke et Emoko Hashimoto pour cette belle démonstration de savoir-faire et de gourmandise.



Hier matin, nous nous sommes levés de bonne heure et de bonne humeur....disons à 4h le matin!
Nous avions décidé de "monter à Paris" pour aller...pour aller....mais où ça?
Pour aller à la JAPAN EXPO!
 
Amoureux du Japon, de sa gastronomie et de sa culture nous ne résistons pas, chaque année, à découvrir cette exposition que je qualifierais de magique!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(20 clichés)
 
Photo prise sur le net!


La Japan Expo est le rendez-vous des amoureux du jeu vidéo, de la J-music et des mangas....mais pas que!


Marc et moi, nous nous intéressons plutôt au folklore nippon, à la musique traditionnelle et à la gastronomie japonaise!


Le premier spectacle auquel nous avons assisté fut une démonstration de Shakuhashi.
Le shakuhachi est une flûte chinoise, également utilisée en musique japonaise, droite à embouchure libre en bambou.
Elle évoque la nature, et on l'emploie en musique traditionnelle.
Hideo Sekino nous a charmé par son interprétation et sa bonne humeur!


Le spectacle terminé, nous nous promenons à travers les stands en attendant la prochaine démonstration!


Le cosplay est un mot-valise composé des mots anglais « costume » et « play » (« jouer »).
C'est un loisir qui consiste à jouer le rôle de ses personnages favoris en imitant leur costume, leurs cheveux et leur maquillage.


Les traditions sont toujours de mise et de nombreuses personnes étaient habillées avec ces kimonos.
Le kimono, littéralement « chose que l'on porte sur soi », est le vêtement traditionnel japonais.


La démonstration que nous ne voulions pas manquer est celle de Taisuke et Emoko Hashimoto!
Artisans en gastronomie bio franco-japonaise, ils ont préparé une recette à base de pâtes soba, recette adaptée aux ménagères, donc facilement réalisable.

Je voulais leur consacrer un article à part! Je vous retrouve donc tout de suite pour le détail de cette démonstration!

Voir l'article sur ce lien!


L'heure passe et il est temps de déjeuner! Le choix est vaste!
Cette année notre choix s'est porté sur des raviolis végétariens cuits à la vapeur!
 


Ils étaient accompagnés de riz et de sauce soja!


Notre repas terminé, nous sommes attirés par de la musique traditionnelle japonaise.
Une école de la région en pleine démonstration!


Un peu plus loin l’association Kaokig proposait de faire découvrir l'animegao kigurumi, un type de cosplay étonnant qui vous projette au cœur des anime!


L'animegao kigurumi est un type de cosplay bien particulier.


Son nom provient de sa spécificité : animegao signifie "tête d'anime" tandis que kigurumi se traduit par le fait de porter un déguisement de personnage imaginaire.


Le dernier concert auquel nous avons assisté est celui de Misaki Iwasa!


Misaki IWASA fait ses premiers pas dans le domaine de la musique en 2010 lorsqu’elle rejoint le célèbre groupe d’idols J-Pop AKB48 en tant que membre de la 7e génération.
Elle entame parallèlement une carrière solo en 2012 comme chanteuse de enka, un style de musique de variété japonaise.


L'enka est un genre musical japonais rassemblant toutes les origines stylistiques de la musique japonaise.
Sa célébrité dépasse aujourd’hui les frontières du continent asiatique et lui permet de se produire aux quatre coins du monde.
Son charme et sa gentillesse nous a totalement séduit.


L'histoire du Japon est liée à la calligraphie....


Un maneki-neko, aussi appelé chat porte-bonheur, est une statue traditionnelle japonaise en céramique ou en porcelaine, représentant un chat assis et levant la ou les pattes au niveau de l'oreille.


Terminons par les fameuses kokeshi qui ont été créées il y a 150 ans, par les kiji-shi (en japonais : artisans du bois) dans le nord de Honshū (la plus grande île du Japon), dans la région de Tōhoku.
Leur origine remonte à la fin de l'ère Edo, leur fabrication est artisanale.
Les kokeshi sont peintes et décorées de fleurs, puis recouvertes de laque.

À tout de suite pour une rencontre gastronomique avec Taisuke et Emoko Hashimoto!
Voir l'article sur ce lien!



Notre fil rouge du dimanche consacré au zoo de La Flèche, commune située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, se termine aujourd'hui!
 
Partons deci delà à la découverte de quelques animaux bien sympathiques!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre article sur le zoo de La Flèche depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Loup blanc de l'Arctique!
Le loup arctique hante l’un des milieux les plus inhospitaliers du monde, où peu de mammifères parviennent à survivre.


Sous-espèce du loup gris, il est le plus gros représentant du genre, un mâle adulte pouvant avoisiner les 80 kg.


Bongo!
Le bongo une grande antilope des forêts tropicales. Il est sans conteste l'un des plus beaux ongulés qui soient!


Vivant tapi dans les forêts tropicales cet animal est aussi l'un des plus secrets.


Suricate!
Le suricate, parfois surnommé « sentinelle du désert », est une espèce de mammifères diurnes et la seule du genre Suricata.


Ce petit carnivore vit dans le sud-ouest de l'Afrique (désert du Namib).
Animal très prolifique, le suricate vit en grands groupes familiaux au sein d'une colonie.
Ils se réfugient la nuit dans de vastes terriers.


Capybara!
Avec sa tête massive, ses oreilles courtes, ses narines et ses yeux implantés très hauts, le capybara n’est pas sans évoquer un petit hippopotame lorsqu’il est dans l’eau.
Sa dentition est pourtant sans équivoque, il s’agit bien d’un rongeur, et le plus gros du monde !

À bientôt pour un nouveau fil rouge!



Le port de Bruges-Zeebruges, l'un des plus importants d'Europe, est situé sur le littoral de la mer du Nord en Belgique.
 
Ce port n'a plus de secret pour nous!
 

Vous pouvez voir ou revoir notre balade entre Ostende et Zeebruges en cliquant sur ce lien!

 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Notre bateau, parti du vieux port de pêche, nous emmène jusqu'au terminal GNL (gaz naturel liquéfié)....


....tandis que d’immenses porte-containers sont à quai en cours de déchargement.


Le port de Zeebruges a été entièrement construit dans la mer.
Par la construction des oeuvres portuaires le phare de Heist a perdu sa fonction!
Cette tour s'élève à la fin de la digue Léopold II!


Les bateaux sont à quai et nous avons tout le loisir de les admirer.


Le port de Zeebruges abrite la plus importantes base navale de la marine belge.


La base navale de Zeebruges où est stationnée la plupart des navires belges.


Bateaux de croisière....


...ou bateaux de dragage...


Cette balade est exceptionnelle!


À bientôt pour un autre voyage!



Zeebruges est une localité située sur la côte belge appartenant à la ville de Bruges, dans la province de Flandre-Occidentale en Région flamande.

La localité est connue pour son port maritime et sa base navale situés au bord de la mer du Nord, à proximité de la Manche.

Poursuivons la promenade en bateau commencée hier!

Vous pouvez voir ou revoir notre balade entre Ostende et Zeebruges en cliquant sur ce lien!

 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Ce port a fait partie des ports qui ont connu un développement rapide dans la zone Hambourg - Le Havre, grâce à leur proximité avec le centre économique nord-européen.



Il a développé une infrastructure moderne, développée pour faire face aux navires rouliers et aux navires porte-conteneurs.


Zeebruges est l'un des plus importants terminaux européens pour le gaz et pour les importations de gaz naturel liquéfié.


C'est le premier port au monde pour le transport des voitures neuves.


C'est un port européen pour le trafic de roulage non accompagné.
Il y a 13 lignes fixes au départ de Zeebruges vers 14 ports du Royaume-Uni.


Les autres lignes sont à destination de la Scandinavie et les pays de l'Europe méditerranéenne dont l'Espagne, le Portugal ou la Turquie.


Balade exceptionnelle.....


....en bonne compagnie.


À demain!



La seconde journée de notre séjour en Belgique flamande fut consacrée à la découverte du port mondial de Zeebruges!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade entre Ostende et Zeebruges en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Le MS Zephira nous attend pour une visite exceptionnelle.


<