Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 22 544 107
Nombre de commentaires : 89 485
Nombre d'articles : 7 101
Dernière màj le 14/07/2019
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Ver-sur-Mer est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.

Ver-sur-Mer, cette petite station balnéaire fut la principale tête de pont britannique lors du débarquement en 1944!
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos visites sur les plages du débarquement en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Lors de la bataille de Normandie, Ver-sur-Mer se situait à la jonction entre Gold Beach où débarquèrent les troupes britanniques et Juno Beach où débarquèrent les troupes canadiennes.


Le monument Hertfordshire Regiment!
Ce monument est dédié à la mémoire des troupes qui libérèrent Ver-sur-Mer, à l’aube du 6 juin 1944, et au 2nd Battalion Hertfordshire Regiment, commandé par le Colonel J. R. Harper.


Royal Artillery monument.
Le Régiment royal d'artillerie (Royal Regiment of Artillery), communément connu sous le nom d'Artillerie royale, est l'arme de l'artillerie de l'armée de terre britannique.
Son personnel est surnommé les Artilleurs.


Le Sexton est un canon automoteur de la Seconde Guerre mondiale basé sur un châssis de char américain et construit par le Canada pour les forces du Commonwealth et certains alliés. Il demeura en service jusqu'en 1956.


Le phare de Ver-sur-Mer!
Le phare de Ver-sur-Mer est notamment connu pour avoir sauvé, en juin 1927, l'un des tout premiers avions transatlantique America.
À court de carburant, l'appareil dut se poser en urgence sur la plage de Ver-sur-Mer, aidé par la signalisation qu'offrait le phare et son faisceau, qui fut dévié par le gardien.


Église paroissiale saint-Martin!
L'église paroissiale Saint-Martin de Ver-sur-Mer est une église romane, à plan en croix latine, à vaisseau unique et dont la tour isolée est composée de cinq niveaux. Sa construction principale s’étale entre le 11e et le 14e siècle.


Le choeur date du 12e siècle.


Une station du chemin de croix.
Le chemin de croix de la fin du 19e siècle, en peinture à l’huile sur toile, d’auteur inconnu, représente le cycle de la Passion.


Très jolie statue de la Vierge Marie.


Une maquette de bateau à quatre mâts, le “Stella Maris”, nom d’une maison des gens de mer ou foyer d’escale pour marins, fut offerte par deux marins terre-neuviens en ex-voto en 1936.


Au niveau de la nef, un arc triomphal est peint depuis la fin du 19e siècle.


Quatre scènes figurent le Calvaire, la Passion, les saintes Femmes au tombeau, l’Apparition à Madeleine.


La chapelle de la Vierge du 19e siècle. Sise dans le bras sud du transept, elle est garnie d’un autel du 20e siècle.


Dans la nef, de part et d'autre de l'entrée, deux confessionnaux de pierre qui étaient autrefois accolés à la façade ont été replacés sur le devant de la tribune.


Ce vitrail représente l'Annonciation avec Dieu le Père.


Ver-sur-mer abrite de vastes marais arrière-littoraux, protégés de la mer par un mince cordon dunaire.

Bon dimanche!



Bernières-sur-Mer est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.
Ce jour là notre balade nous a conduits devant ce très bel édifice, l'église Notre-Dame-de-la-Nativité de Bernières-sur-Mer.
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Le village littoral de Bernières-sur-Mer possède une remarquable église dédiée à Notre-Dame de la Nativité, édifice majeur de la plaine de Caen et du Bessin classé depuis 1840.


Elle fut construite sur une terre appartenant à l’évêque Odon en 1066. Mais l'église actuelle ne conserve rien ou peu d'éléments de cette époque.
Le sanctuaire, que nous avons sous les yeux, remonte,
pour ce qui est des quatre premières travées romanes de la nef, aux années 1130-1140.


Le chemin de croix est personnel à chaque édifice! J'aime un prendre un exemple à chaque fois que je visite une église!


Ce tableau sur bois  date de 1570 et représente La Crucifixion.


Cette peinture sur soie fait partie de ces ex-voto qui témoignent du passé maritime de la commune.
Ce tableau peint sur de la soie constitue un support inhabituel pour ce type d'objet.


Un ex-voto comme nous en voyons souvent dans les églises de la région. Ce trois mats de commerce doit dater des années 1860.


À bientôt pour la suite de notre séjour sur le littoral normand.



Juno Beach est le nom de code d'une des principales plages du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale.
Courant sur 8 km, elle est située entre Sword Beach et Gold Beach, et s'étend depuis Saint-Aubin-sur-Mer à l'est jusqu'à mi-parcours entre les villages de La Rivière et Courseulles-sur-Mer à l'ouest.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Courseulles-sur-Mer depuis le début en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir nos visites sur les plages du débarquement en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


Sa prise fut assignée à la 3e Division d'infanterie canadienne commandée par le major-général Rodney Keller, assisté par la Marine royale canadienne et la Royal Navy britannique.


Les objectifs de la 3e division étaient de couper l'axe routier Caen-Bayeux, capturer l'aérodrome de Carpiquet et d'établir la jonction avec les plages britanniques de Gold Beach et Sword Beach.


La plage était alors défendue par deux bataillons de la 716e  division d'infanterie allemande, ainsi que des éléments de la 21e Panzerdivision dans les environs de Caen.


Stèle de la Marine Royale Canadienne!
Cette stèle a été érigée à la mémoire des morts et disparus de la Marine Royale Canadienne pendant la Deuxième Guerre mondiale, et en particulier au cours de l’opération Overlord.


Monument Général de Gaulle!
Cette immense croix de Lorraine commémore le retour sur le sol français du Général de Gaulle le 14 juin 1944, presque 4 ans jour pour jour après l’appel du 18 juin 1940.


Bunker allemand!
La plupart des divisions allemandes sont déployées le long des côtes françaises depuis 1943.
Elles sont composées de jeunes recrues ou d'unités au repos. En tout, 856 000 soldats allemands sont stationnés en France, de manière prédominante le long de la côte atlantique.


Sur la plage de Courseulles-sur-Mer, il est possible de visiter le poste d'observation H666 de la 7e Kompanie.


Le centre Juno Beach!
Ce centre est un musée de la seconde guerre mondiale.
Situé au milieu du secteur anglo-canadien, le centre Juno Beach est le seul musée canadien sur les plages du Débarquement.


Situées juste devant l'entrée du centre Juno Beach, cette installation représente des briques commémoratives.
Elles ont été achetées par les donateurs au profit du centre et sont dédiées au canadiens morts pendant ce conflit.


Cette statue symbolise les diverses attitudes du soldat lors du débarquement du 6 juin 1944 et les jours qui ont suivi.
Elle se trouve à l'entrée du centre Juno Beach à Courseulles-sur-mer.


Le centre Juno Beach est un lieu de mémoire et un centre culturel en Normandie.
Il rend hommage aux 45 000 Canadiens qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale.


Fondé en 2003 par des vétérans et des bénévoles, il présente l’effort de guerre civil et militaire de toute la population au Canada et sur les différents fronts durant la Seconde Guerre mondiale.
Sa mission consiste à faire connaître cette histoire par des actions pédagogiques et commémoratives.
 
À bientôt!



Courseulles-sur-Mer, commune située dans le département du Calvados, nous invite aujourd'hui à une balade découverte de cette cité!
La visite commence en bord de mer avec  le Monument de la Libération.
 
Ce monument rappelle la libération de l’Europe avec le débarquement des troupes alliées le 6 juin 1944, ainsi que le retour du général De Gaulle sur le sol français le 14 juin 1944 à Courseulles-sur-Mer.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Courseulles-sur-Mer depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Courseulles-sur-Mer fait partie de la communauté de communes Cœur de Nacre. Elle est située sur la côte, au nord de Caen et à l'ouest de Deauville.


En remontant la rue principale nous passons devant le cinéma puis devant l'Hôtel de Ville.


Les maisons normandes sont toujours aussi imposantes.


Courseulles possède aussi une belle salle d'exposition!


Le carrousel de Courseulles "Le paradis des enfants" est l'un des plus grands carrousel-salon fermé d’Europe.


Le port de plaisance est un des atouts de Courseulles-sur-mer.


Très actif, il compte plus de 750 bateaux répartis sur 2 bassins.


Nos pas nous emmènent vers les pêcheurs qui, chaque matin, vendent le produit de leur pêche.


Rien de plus frais....


....rien de plus savoureux!


L'église saint-Germain date du 18e siècle.


Nous nous dirigeons vers l'embouchure de la Seulles où un ancien moulin à vent à colombage nous accueille.


À l'occasion du 75e anniversaire du débarquement, le peintre Pascal Benoît a peint sur les vitrines des commerces de la région des dessins en lien avec la libération et le débarquement.


Il est impossible de manquer ses peintures. Elles attirent l’œil par leur style et leur couleur.


À bientôt pour la suite de cette balade!



Japan Expo fête, cette année, ses 20 ans!

Né en 2000, ce festival poursuit depuis sa première édition l’ambition de réunir les amoureux du Japon, les fans de pop culture et les curieux en tout genre, pour leur permettre de profiter de leur passion et leur faire découvrir le pays du soleil levant, sa culture et ses talents.
 
Nous ne pouvions pas manquer un tel évènement!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(21 clichés)


Une danseuse japonaise nous fait une démonstration de la danse d'awa-odori!
 
Awa-odori est un festival japonais célébré à Tokushima, du 12 au 15 août durant la période du O-Bon.
Le nom de la danse vient du nom de la province d'Awa.
Surnommée danse des fous en raison du refrain qui dit : "Il y a les fous qui dansent et les fous qui regardent.Tant qu’à être fous, pourquoi ne pas danser !"


À peine arrivés nous nous dirigeons vers la scène "Sakura"! Un premier spectacle nous attend!
Le groupe Gamushara Oendan se prépare!

La jeunesse n’est pas une période de la vie, c’est un état d’esprit.” : voici le slogan des Gamushara Oendan !


Les oendan, ces troupes de supporters, font tout comme les équipes de sport qu’ils soutiennent!
Être un supporter à ce niveau-là est quelque chose de très physique, et des clubs sont même réservés à cette pratique, avec code vestimentaire et répétitions régulières.


Il est déjà l'heure de se restaurer! Comme le temps passe vite!
Ce sera du Kara-Age Don pour moi...poulet frit à la japonaise accompagné de riz et de salade.


Marc et Nicolas se régalent de Takoyaki...petits beignets fourrés de poulpes.


Dans la culture nippone, tout est prétexte à créer des petits personnages mignons, les yuru-chara.
Ce sont des sortes de mascottes reprenant les caractéristiques des villes, régions voire des entreprises ou des services qu’elles représentent.

Ici, Tochisuke, la mascotte de la préfecture de Tochigi, située au centre de l'île de Honshū, au japon!


Je rêve devant ce très beau kimono!


Tout kimono se conjugue avec des geta, chaussures traditionnelles japonnaises.


Quelques pas de cette danse très rythmée....l'awa-odori!


Le Wagasa ou ombrelle japonaise est un parapluie traditionnel confectionné avec du papier japonais, le washi et du bambou.


Vite! Rejoignons la scène Sakura!
La revue Takarazuka se met en place!

Cette revue fait partie du patrimoine culturel japonais.
À l’inverse du théâtre kabuki où tous les rôles sont interprétés par des hommes, la revue Takarazuka ne compte que des comédiennes, certaines étant spécialisées dans les personnages masculins.


Je vous ai expliqué ce qu'est une mascotte au Japon!
Voici Shinjo-kun qui représente Susaki, ville côtière de la préfecture de Kochi sur l'île de Shikoku.


Au hasard de notre balade nous sommes attirés par quelques notes de musique! Me croiriez-vous si je vous disais que cette musicienne nous jouait "La Marseillaise"?


Un groupe de rock japonais! Merveilleusement hallucinant!


Papotage entre amies!


Les rencontres se font très sympathiques!


La fatigue se fait sentir...Allez! Encore un dernier spectacle!
 
Gaho TAKAHASHI est une prodige du koto.
En faisant vibrer les cordes de soie de son instrument, elle vous emmène en voyage vers un Japon hors du temps !
 
Le koto est un instrument traditionnel japonais, un instrument à cordes pincées, sorte de cithare.


Avant de quitter cet espace consacré au Japon, passons encore faire quelques achats....des gourmandises bien sûr!
Ne passons pas à côté de ces fameux daifuku mochi au beurre de cacahuètes
 
Nous nous y sommes essayés! La recette sur ce lien!
 


Les kitkat aux fraises! À tomber!


Les pocky se déclinent en de nombreuses saveurs!
Un pocky est un biscuit fabriqué par Ezaki Glico Company au Japon. La première version de Pocky fut vendue en 1965, sous le nom Chocoteck, et consistait en un biscuit fin et en forme de barre recouvert d'un glaçage au chocolat.
 
Le mikado français!
 
Aujourd'hui, le chocolat est dépassé...et les saveurs thé matcha....fraises....cookies.....l'ont agréablement remplacé!
 
À l'année prochaine? Sans aucun doute!



Courseulles-sur-Mer, cette commune située dans le département du Calvados en Normandie, se trouve sur la côte de Nacre, au nord de Caen et à l'ouest de Deauville.
 
Vous l'avez compris, je commence aujourd'hui, une nouvelle série "voyage"!

Je vais vous parler de Courseulles-sur-Mer, station balnéaire pleine de charme située sur les plages du débarquement!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre découverte de Courseulles.
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

-Cité balnéaire et centre historique (ici)

-Un petit tour en ville (voir le lien)

-Juno Beach (voir le lien)

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Courseulles-sur-Mer est une cité dont l’évolution s’est faite au gré du temps, des aléas économiques et grâce entre autre, à la présence de son port.


Mais il faut savoir, aussi, que, le 6 juin 1944, la plage de Courseulles a fait partie du secteur Mike de Juno Beach.
Juno Beach est le nom de code d'une des principales plages du débarquement allié en Normandie lors de la Seconde Guerre mondiale.


Le monument Royal Winnipeg Rifles Regiment, situé sur la plage de Courseulles, rend hommage aux soldats canadiens du Royal Winnipeg Rifles de la 7th Infantry Brigade, qui débarquèrent sur Juno Beach le 6 juin 1944.


L'entrée du port de plaisance!
La ville a pu se développer en creusant un « port à flot », aujourd'hui nommé bassin de Joinville sur l'emplacement d'un ancien marais.


En allant nous promener au bout de la jetée, nous avons une belle vue sur la plage.....


....ainsi que sur ces cabines de plage!


De l'autre côté du port de Courseulles, Juno Beach!
En 1944, les Allemands défendent l’embouchure de la Seulles.
Le 6 juin la 7th Infantry Brigade va débarquer sur un secteur qui s’étend de Graye-sur-Mer à Courseulles-sur-Mer, Juno Beach!


Ce lieu rempli d'histoire a repris vie....


À bientôt pour la suite de cette balade!



Emblême de Breisach-am-Rhein, en Allemagne, la cathédrale saint-Étienne a été construite entre les 12e et 15e siècle dans les styles roman et gothique.
 
Je vous invite à voir ou à revoir notre balade à Breisach-am-Rhein depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La nef est bien éclairée!


Le choeur est superbement mis en valeur!


La cathédrale Saint-Étienne possède un retable en bois sculpté datant de 1526.


On peut y admirer une fresque triptyque sur le thème du Jugement dernier, attribuée à Martin Schongauer.


Les vitraux apportent beaucoup de lumière!


À bientôt pour un nouveau voyage!



Côté France, en bordure du Rhin en Alsace, la citadelle de Neuf-Brisach est considérée comme le chef d’œuvre de l’ingénieur et architecte Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban.
 
Je vous en ai parlé ici!
 

De l’autre côté du Rhin, Breisach, appelé Vieux-Brisach par les Français, est construit autour d’un rocher qui avait permis aux Romains, vers 260, d’édifier un oppidum pour défendre la frontière sur le Rhin.

 
Ces deux villes étant jumelées, ce jour là nous n'avons pas hésité à visiter Neuf-Brisach, en France, le matin puis traversé le Rhin afin de visiter Breisach-am-Rhein, en Allemagne, l'après-midi!

Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La tour Hagenbach!
Cette tour est, en fait, une ancienne prison dont le nom provient du bailli bourguignon Peter von Hagenbach qui y fut emprisonné en 1474.


La cathédrale saint-Étienne!
Emblême de Breisach, la cathédrale a été construite entre les 12e et 15e siècle dans les styles roman et gothique (voir le lien).


La cathédrale saint-Etienne est le symbole de la Ville européenne Breisach. Elle trône sur la ville et le Rhin et est repérable de loin.


Le presbytère!


La maison "Zum Schlossberg"!
La grande-duchesse Stéphanie de Bade, fille adoptive de Napoléon, aurait, lors de sa visite à Breisach le 12 septembre 1811, suggéré au propriétaire de cette maison de construire dans le parc du château, une auberge...


La maison "Zum Sternen"!
Cette maison, autrefois à trois étages et bâtie en 1536, compte parmi les plus belles de la ville!


Elle fut en partie détruite en 1793!
Il n'en reste que les caves voûtées, une partie des murs du rez-de-chaussée et le portique avec le médaillon de l'empereur Charles et du roi Ferdinand!


La tour du "Radbrunnen"!
Cette tour était autrefois la mairie médiévale, le tribunal et la salle de torture!


Après nous être baladés sur le rocher de Breisach, reprenons les escaliers!


Laissons derrière-nous la vieille ville et passons la porte du Rhin afin de rejoindre Breisach!
 
Vieux-Brisach et Neuf-Brisach.....une histoire commune depuis la nuit des temps!



L'église Saint-Louis est un monument historique situé à Neuf-Brisach, dans le département du Haut-Rhin.
C'est lors de notre balade-découverte de Neuf-Brisach que nous avons eu le loisir de visiter cette très jolie église!
 
Je vous invite à voir ou à revoir cette balade en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


L’église royale Saint-Louis fait partie du patrimoine historique de la ville construite par Vauban.
Elle est achevée en 1736 mais manque à ses débuts d’ornements intérieurs et il faudra 10 ans pour que les décorations intérieures soient achevées.


Elle est consacrée à Saint-Louis, roi de France, par l’évêque Gobel de Bâle en 1777
Le chœur est d’une grande simplicité, éclairé par de hautes fenêtres.


Complètement incendiée lors des bombardements de la cité le 6 février 1945, plus de 30 années furent nécessaires pour qu’enfin sa reconstruction et sa restauration aboutissent.


L’orgue est une œuvre du facteur strasbourgeois Alfred Kern, acquis en 1982 et intégré dans un buffet datant de 1828 en provenance de Kientzheim.



Neuf-Brisach est une commune située dans le département du Haut-Rhin, en Alsace.
Cette ville est une cité membre du réseau des sites majeurs de Vauban.
Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
 
Aujourd'hui, je vous invite à découvrir Neuf-Brisach!

Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


La place d'armes avec l'église saint-Louis (voir le lien) en arrière plan!




À l'origine, vers 1700, la mairie fut construite en briques et en bois! Le bâtiment définitif fut construit en pierre avec de part et d'autre des étals de boucher.


La tombe de Michel Marsal, commandant de l'artillerie des fortifications. Il fut tué sur le glacis durant le siège de 1870.


La porte de Belfort abrite le musée Vauban!
Traversez cette porte et vous pourrez faire le tour complet des remparts par les fossés!
 
Vous êtes prêts? Allons-y!


La porte de Belfort vue des fossés! La porte originale a été dessinée par Hardouin-Mansart.


Le système défensif de Neuf-Brisach repose sur deux enceintes parallèles, échelonnées en profondeur.


La courtine est la muraille qui forme, avec les bastions qu'elle relie, l'enceinte de sureté.


La tenaille est placée devant la courtine qu'elle protège. Elle permet le passage rapide en deuxième ligne de défense grâce à la poterne.


La tour bastionnée forme avec la courtine l'enceinte de sécurité. Elle est l'ouvrage défensif majeur de la Place Forte.


La porte de Colmar!
Comme toutes les portes de la ville, cette porte est considérée comme un point faible de la fortification. Leur nombre est limité à 4 pour Neuf-Brisach.


Le canal Vauban fut conçu par l'entrepreneur De Regemorte en 1699.
Il permet le transport des matériaux nécessaires à la construction des remparts de Neuf-Brisach depuis les carrières du piémont dans les Vosges.


Emplacement de la porte de Strasbourg! Cette porte fut endommagée lors du siège de 1870.


Caserne Suzonni!
Vauban a fait construire 4 casernes sur le même modèle à Neuf-Brisach.
La caserne Suzonni fut transformée en école de sous-officiers de 1888 à 1918.


La porte de Colmar fut, tour à tour, poste de police, corps de garde et prison.....puis.....cuisine, boulangerie pour l'armée et encore club des officiers et "casino" pour la garnison allemande!


Poudrière "Magasin Saint-François"!
La place forte de Neuf-Brisach est équipée de deux magasins à poudre. Ces poudrières ont été recouverts de béton et de terre.


Cette porte est le seul vestige qui reste de l'arsenal.


Notre circuit se termine devant le palais du gouverneur situé place d'armes!
Au 18e siècle il abritait les appartements du gouverneur de la place forte. Aujourd'hui vous y trouverez l'office du tourisme!
 
À bientôt pour la visite de l'église saint-Louis!



Guillaume le Conquérant, roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume 1er, duc de Normandie sous le nom de Guillaume II, est né à Falaise en 1027 et mort à Rouen le 9 septembre 1087.
 
Notre séjour en Normandie se poursuit!

Nous en avons profité pour visiter le château de Falaise qui a vu naître Guillaume le Conquérant.......


....ainsi que le château de Caen!
 
Le château de Caen est un ensemble fortifié fondé vers 1060 par Guillaume le Conquérant.
Les Ducs de Normandie aimaient y séjourner!
 
À bientôt!



CARTE POSTALE DU JOUR

 23/06/2019
Plage de Courseulles-sur-Mer, commune située dans le département du Calvados en région Normandie!
À bientôt!



Rust est une commune allemande qui se situe dans l'arrondissement de l'Ortenau dans le Bade-Wurtemberg, à proximité du Rhin et de la frontière française.

La ville est principalement connue pour accueillir sur une grande partie de son territoire l'un des plus grands parcs à thèmes du monde : Europa Park.

Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Vous l'avez compris, lors de notre dernier séjour en Alsace, nous nous sommes faits plaisir et nous avons passé un journée à Europa-Park, à Rust en Allemagne!


Je vous invite, aujourd'hui, à découvrir notre parcours.


Le parc comporte 59 attractions. Il s'agit du plus grand parc à thèmes d'Allemagne.



L'Euro-Tower est une tour d'observation de 76 mètres de haut. Elle permet d'avoir une belle vision de ce parc que je peux qualifier de grandiose!


Le quartier suisse reproduit un village de montagnes valaisan avec un vieux moulin à aubes et des chalets typiques en bois de sapin et granit.


Le monorail qui passe près d'un moulin....surtout ne le ratez pas! Ce train panoramique vous emmène d'un quartier à un autre en quelques minutes seulement!


Le radeau de la jungle est une attraction où des radeaux évoluent en suivant un circuit aménagé d'animatroniques dans un décor de village de pêcheurs d'Afrique.


Lors d’une expédition en radeau, nous explorerons le royaume fantastique du roi africain de la jungle: Salomon.


Préparez-vous à des rencontres particulières.....


À l'heure du déjeuner, nous nous sommes achetés un "grand" casse-croûte et nous avons mangé devant une superbe démonstration de flamenco!


Merci à vous!


Le quartier dédié à l'Islande est situé derrière les quartiers portugais et scandinave, dans une nouvelle extension du parc.
Il abrite les montagnes russes en bois Wodan - Timburcoaster sur le thème de la mythologie nordique
 
Cherchez bien....vous y verrez Nicolas!


C'est dans le quartier des Pays-Bas que l'on trouve le manège de tasses Koffiekopjes aux couleurs de la faïence de Delft.


J'ai beaucoup aimé ce vol en montgolfière....tout en sécurité!


À bientôt!



Hunawihr est une commune située dans le département du Haut-Rhin, en Alsace.
Et c'est au coeur du vignoble de Hunawihr que NaturOparC s'est installé!
 
Depuis plus de 40 ans, ce parc animalier œuvre pour la préservation d’espèces locales menacées, comme la Cigogne blanche, la Loutre d’Europe ou le Grand Hamster.
 
Aujourd'hui, je vous invite à découvrir un parc où il fait bon flâner.
 
Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


C’est au pied des collines sous-vosgiennes, plus précisément dans le petit village de Hunawihr, considéré comme l’un des plus beaux villages de France, que le Centre de Réintroduction a choisi de s’établir.


Grâce à a diversité de sa flore, le Centre est naturellement devenu un lieu d’accueil de la petite faune.....passereaux, chauve-souris, hérissons…tortues.


La cigogne blanche, cette grande espèce d'oiseaux échassiers, est reconnaissable avec son plumage blanc, avec du noir sur les ailes.


Il est assez fréquent d'apercevoir à la campagne de gros ragondins bruns. Par contre, les ragondins blancs sont un peu plus rares!


Le raton laveur doit son nom à son habitude, plus ou moins réelle, de tremper ses aliments dans l’eau avant de les manger.
L’animal est essentiellement nocturne et grimpe facilement aux arbres grâce à ses doigts agiles et à ses griffes acérées.


Quelque soit le parc visité, je craque toujours devant l'espace "ferme"! Ces chevrettes sont craquantes!


Le spectacle d’animaux pêcheurs permet d'admirer cormorans, manchots, loutres et otaries.


Une cigogne semble vouloir jouer le maître de cérémonie.


Nos amis les oiseaux nous dévoilent leur technique de pêche.


Le statut actuel du manchot de Humboldt est vulnérable en raison d'une diminution de la population causée par la sur-pêche.


La grâce et la souplesse de l’Otarie à crinière…


Ce parc animalier est un espace de loisirs, mais son rôle ne s’arrête pas là!
C’est avant tout un lieu où l’on prend conscience des menaces qui pèsent sur la nature et de la nécessité de la sauvegarder.

Bonne visite!



Après avoir visité le château de Kintzheim, puis, après vous être régalés du spectacle des rapaces en vol libre, je vous propose une balade dans le parc du château!
 
Retrouvez la volerie des aigles sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Partons à la découverte de quelques rapaces!


Vautour à dos blanc!
Le vautour à dos blanc est le plus commun de tous les vautours.
Il mesure presqu'un mètre de hauteur, et son envergure peut atteindre 2 mètres!


L'aigle bateleur!
Également appelé bateleur à queue courte, l’aigle bateleur est un oiseau très mobile, qui peut parcourir de longues distances en une seule journée.


Le vautour moine!
Le Vautour moine est une espèce de rapaces diurnes et charognards.


Le vautour de Rüppell!
Le vautour de Rüppel est considéré comme l’oiseau ayant la plus haute altitude de vol.
Son nom est dédié à l'explorateur et zoologiste allemand Eduard Rüppell (1794-1884).


Le vautour percnoptère!
Le Vautour percnoptère est un rapace nécrophage de la famille des Accipitridés, se nourrissant essentiellement de cadavres.


Le vautour à tête blanche!
Ce vautour est endémique à l'Afrique.
Il a un bec rose, une crête blanche et les zones sans plumes sur la tête sont pâles.
C'est un oiseau qui passe beaucoup de temps à la recherche de nourriture.


Le vautour fauve!
Le vautour fauve fait partie des espèces les plus menacées d'Europe.
C'est l'un des plus grands rapaces de France, aisément identifiable par son vol plané lent, souvent en rond.


La buse de Harris!
Le nom de cet oiseau commémore l'ornithologue américain Edward Harris (1799-1863).
 
Bonne visite!



Kintzheim, commune située dans le département du Bas-Rhin, en Alsace, est connue pour son parc animalier, "La Montagne des Singes"!
 
Vous pouvez voir ou revoir la visite de ce parc en cliquant sur ce lien!
 
Mais, ce site est également connu pour son parc dédié aux rapaces en voie de disparition, "La volerie des aigles"!

Vous pouvez voir l'article, "En se promenant dans le parc" sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


Le parc animalier de la volerie des aigles, situé à Kintzheim en Alsace, est installé depuis 1968 dans les ruines du château de Kintzheim.
La vue sur la vallée de Lièpvre et les forêts du Haut-Koenigsbourg est tout simplement sublime!


La construction du château débute vers 1250 sur ordre de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen.
Le donjon et le rempart de protection qui fait corps avec lui sont achevés à la fin du 13e siècle.
Les corps de logis sont édifiés aux 14e et 15e siècles.


En 1633, le château est en partie détruit par les Suédois lors de la guerre de 30 ans.
Entretenu pendant le 18e siècle par J. G. de Gollen, puis par le marquis de Broc, son héritier, le château est laissé à l’abandon au lendemain de la Révolution de 1789.


En 1802, le futur baron Gaetan Mathieu de Faviers achète le château en contrebas duquel il fait construire un manoir de style directoire.



En 1876 est entreprise la consolidation générale des ruines du château de Kintzheim.


En 1945 lors de la campagne d’Alsace, le château sert d’observatoire et le donjon est atteint par des obus.

Et, c'est en 1965 que les ruines du château sont classées « monument historique ».



Depuis 1968 y est installée la volerie des aigles qui élève et présente au public des rapaces en voie de disparition.
Aigles, faucons, vautours et autres superbes spécimens évoluent dans ce cadre privilégié et participent aux démonstrations de vols organisées quotidiennement.....


....Allez! Place au spectacle!


Les démonstrations sont faites dans un souci de reproduire le comportement naturel des oiseaux.


Il ne s’agit pas de leur faire faire des tours, ou de s’en servir comme accessoire dans une mise en scène costumée.
Tout ce que font les rapaces dans le spectacle de la Volerie des Aigles, ils le font dans la nature.


La population de rapaces a vu son nombre chuter de façon alarmante. C'est pourquoi, la Volerie a pour but la préservation des rapaces par l’information du public et par la reproduction d’espèces rares.


Les rapaces étant intégralement protégés, la Volerie des Aigles a créé un centre de reproduction à la fin des années 70.


C’est le premier centre de reproduction qui a été créé en France.


J'espère vous avoir donné envie de vous arrêter à Kintzheim! La montagne des singes et la volerie des aigles vous attendent!



Aujourd'hui, je débute une nouvelle série d'articles sur notre séjour en Alsace!
Commençons par la charmante ville de Kintzheim!
Kintzheim est une commune située dans le département du Bas-Rhin, en Alsace.
 
La visite incontournable de cette région est sans aucun doute le parc animalier, "La Montagne des Singes"!

Vous pouvez retrouver quelques unes de nos balades en Alsace en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)



Il est interdit de nourrir les singes! Ce qui est tout à fait normal!
Mais, à l'entrée, l'hôtesse d'accueil nous donne une poignée de pop corn....Allons voir!
On les offre, en guise de friandises, aux singes.


La Montagne des Singes, c’est le domaine des macaques de Barbarie, appelé aussi Magots.


On estime aujourd’hui la population de Magots sauvages à moins de 8000 individus.
Les populations présentes dans nos parcs représentent environ 10% des populations sauvages et constituent une réserve génétique précieuse pour cette espèce menacée.


Les magots vivent en liberté dans un espace forestier de 24 hectares.


La montagne des singes de Kintzheim lutte pour la survie des magots.

D'ailleurs, plusieurs parcs on étés crées pour aider à la sauvegarde de l'espèce :

- 1969 : La montagne des singes (Kintzheim)

- 1974 : La forêt des singes (Rocamadour)

- 1976 : L'affenberg Salem (Lac de constance) Allemagne

- 2005 : Trentham Monkey Forest (Angleterre)



Les macaques de Barbarie sont originaires des régions montagneuses
d’Afrique du Nord, au Maroc et en Algérie, où ils vivent dans des forêts, des gorges et crêtes rocheuses.


Ils vivent en groupes d’à peu près autant de mâles que de femelles.


Dans le parc, au niveau de la cascade, un petit promontoire nous dévoile une superbe vue sur le château de Haut-Koenigsbourg.


Le château du Haut-Kœnigsbourg est un château fort alsacien du 12e siècle, profondément remanié au 15e siècle et restauré avant la Première Guerre mondiale sous Guillaume II.


Chaque groupe occupe un espace vital où il trouve nourriture, eau ainsi que des arbres où les Magots passent la nuit à l’abri des prédateur.


Les macaques de Barbarie évoluent dans un climat tempéré où ils sont habitués à des étés chauds et secs et des hivers froids et enneigés.


C’est pourquoi ils peuvent vivre dehors toute l’année à la Montagne des Singes.

Ils sont bien adaptés à ce type de climat car en hiver, un pelage long les protège du froid.



Le parc fête cette année ses 50 ans.....50 ans d'émotions!



Sarrebruck est la capitale du Land frontalier de la Sarre, le plus petit État allemand.
La ville est située sur les bords d’une rivière, la Sarre, dont les rives servent de point de départ de nombreuses excursions en bateau!
 
"Au Fil de la Sarre", c'est la balade que je vous propose aujourd'hui!
 
Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


La Sarre avec ses abords et les nombreux ponts qui l’enjambent constitue l’emblème de la ville de Sarrebruck.


Le bateau Stadt Saarbrücken nous convie à une agréable détente fluviale au gré de la Sarre.


La promenade débute par un café gourmand!
Tarte crumble aux pommes ou tarte au fromage blanc? Au choix des dames, bien sûr!


Nous ne tardons pas à monter à l'étage supérieur afin de profiter de notre balade-découverte des rives de la Sarre.


Le mur situé sous l’autoroute urbaine de Sarrebruck à une longueur de 450 mètres.
C’est la plus grande surface cohérente autorisée aux graffeurs en Allemagne.
Dans le cadre de deux meetings, en 2002 et 2005, le mur a été décoré par des artistes graffiti de renommé internationale.


La présence du gisement houiller de Sarrebruck et de l'industrie de Mulhouse, grosse consommatrice de charbon, tous deux relativement éloignés l'un de l'autre furent à l'origine de la création de ce canal.


Le canal des houillères de la Sarre et la Sarre canalisée forment une voie d'eau de 105 km, dont 63 km de canal artificiel comprenant 27 écluses.


De Saarbrücken via Sarreguemines à Gondrexange, où le canal des houillères de la Sarre rejoint celui de la Marne au Rhin, le chemin de halage est aménagé en parcours cyclable.


Les ponts se succèdent!


Une famille canard au grand complet!


L'entreprise "Energie SaarLorLux" vend de l'électricité, du gaz naturel, du chauffage urbain et des services liés à l'énergie.


Si vous regardez bien, vous remarquerez une sculpture un peu spéciale.....un temple grec qui semble tomber dans l'eau.


Toujours sur une des façades de cette entreprise....une peinture tout à fait charmante!
 
La balade se termine....déjà!



La ferme du Bien-Être est une ferme de production de plantes aromatiques et médicinales.
Située 698 Route d'Epinal à Gérardmer, c'est grâce à un reportage télévisé que nous avons découvert ce cadre agréable et parfumé!
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades à Gérardmer en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


La ferme du Bien-Être est une équipe d'agriculteurs, de producteurs et de transformateurs de plantes aromatiques et médicinales.
La ferme est composée de 1,5 hectare de cultures de plantes aromatiques et médicinales en agriculture biologique à 7 km de là.
700 m d’altitude.
Entourée de prairies bios et de forêts.


Leurs productions proviennent à 60% de leurs cultures, le reste étant cueilli ou ramassé à l’état sauvage.


Le reportage télévisé que nous avons eu le loisir de voir était consacré à la récolte de la plante "arnica"!


Alors, je me suis plus intéressée à ces produits...baumes et autres eaux florales....réalisés à base d'arnica.


Mais, les tisanes ont aussi des vertus appropriées. Un livre sur toutes les plantes nous aide dans nos choix.


Entre le Tholy et Gérardmer.....un site privilégié à découvrir!



Gérardmer est une commune située au cœur du massif des Vosges, au bord du lac du même nom.
Gérardmer est connue pour ses activités de montagne, son lac et notamment sa station de sports d'hiver, La Mauselaine, ainsi que pour son festival international du film fantastique.

Cet article servira de récapitulatif à nos balades à Gérardmer!

-Excursion à Gérardmer (ici)
 
-Le lac de Gérardmer (sur ce lien)

-La ferme du Bien-Être (sur ce lien)

Nos restaurants:

-Ferme-auberge de la Mexel (voir le lien)

-Restaurant La Taverne Alsacienne (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades vosgiennes en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agradir!
(4 clichés)


La tradition populaire attribue la fondation de la ville de Gérardmer à Gérard de Châtenois, dit Gérard d'Alsace duc de Lorraine de 1048 à 1070.
Il aurait établi sur les bords de la Jamagne une tour vers 1056, d'où le nom de Gérardmer (de meix,"champ"en langue d'oïl et de Gérard : le jardin de Gérard).


Vraisemblablement, la première mention de Gérardmer remonterait à 1285 dans un acte de cession de terres de Ferry III, duc de Lorraine, à Conrad Wernher, sire de Hadstatt.
L'histoire ancienne de Gérardmer est liée au duché de Lorraine.


 Gérardmer connut très tôt un engouement"touristique".
Dès le 17ème siècle, les ducs de Lorraine et les chanoinesses de Remiremont viennent s'y reposer.
C'est cependant au 19ème siècle que les rives du lac commencent à s'aménager avec les hôtels et les villas, propriétés de riches industriels et de notables belges, nancéiens et parisiens.
 
Le premier Office de Tourisme de France a d'ailleurs été inventé par les Gérômois en juillet 1875.
Il se nommait alors"le Comité des Promenades".



Le wagon de l'Armistice est la voiture de chemin de fer dans laquelle ont été signés l'armistice du 11 novembre 1918 entre l'Allemagne, la France et ses alliés, puis celui du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France, tous deux à la clairière dite de l’Armistice dans la forêt de Compiègne, dans le département de l'Oise.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Un wagon similaire, issue de la même série de 1913, est exposée depuis 1950 dans un mémorial sur le site de la même clairière de Rethondes.


La voiture originale, numérotée 2419 D, avait été mise en service en 1914 par la Compagnie des wagons-lits, puis affectée au train du maréchal Foch en 1918.


Elle fut exposée aux Invalides puis dans la clairière de Rethondes pendant l'entre-deux-guerres.


Emmenée en Allemagne après la signature de l'armistice de juin 1940 et exposée à Berlin, elle a été détruite en avril 1945 par les SS, sur ordre de Hitler, un mois avant la capitulation allemande.


Tout le long du wagon, des commentaires relatent les conversations du 8 au 11 novembre 1918 grâce aux écrit du lieutenant Laperche, présent en tant que traducteur.
Des tablettes présentent, également, l’emplacement des protagonistes et la configuration du wagon avant et après sa modification en octobre 1918 pour l’usage du Maréchal Foch.


Dans la crypte, où sont gravés les noms des batailles les plus importante de la Première Guerre Mondiale, se trouve la vasque destinée à recueillir la flamme du souvenir.


Une partie de la salle retrace les préparatifs les 19 et 20 juin, la visite de Hitler le 21 juin, la signature de l’Armistice le 22 juin...


L’autre partie relate le départ du wagon vers l’Allemagne, le démontage des monuments et la destruction de l’abri musée et de la clairière...


Cette maquette est magnifique!


Signature du traité de la paix, Versailles 1919!


À bientôt pour un autre voyage!



La clairière de l'Armistice est la clairière où se trouvait le wagon dans lequel ont été signés l'armistice du 11 novembre 1918 entre la France, ses alliés et l'Allemagne, puis l'armistice du 22 juin 1940 entre la France et le Troisième Reich.

Elle est située dans le département de l'Oise, en forêt de Compiègne, sur le territoire de la commune de Compiègne.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Armistice de novembre 1918!
 
Alors que, suite aux offensives alliées de l'été 1918, le Grand État-Major allié s'attend à une demande d'ouverture de négociations d'armistice de la part des Allemands, le maréchal Foch, commandant en chef du front de l'Ouest, demande à la DTMA, la Direction du transport militaire aux armées, installée auprès du Grand Quartier général allié de Senlis de trouver un site pour abriter cette négociation d'armistice.


Ce site doit pouvoir accueillir le train de Foch et un autre train pour la délégation allemande.


Les représentants des réseaux ferrés est et nord se mettent, avec les militaires, à la recherche d'un tel lieu. Ils tombet sur deux épis ferroviaires parallèles, espacés d'une centaine de mètres et quittant la voie principale pour s'enfoncer dans une futaie de la forêt de Compiègne.
 
Le lieu est proposé à l'état-major et validé par Foch.


Armistice de juin 1940!
 
Après la défaite des troupes alliées lors de la campagne de France, Hitler exige que l'armistice soit signé sur le lieu de signature de l'armistice de 1918.
Le 20 juin 1940, l'organisation Todt remet la voie ferrée en état puis amène le wagon de l'Armistice à son emplacement exact de novembre 1918, à une centaine de mètres du bâtiment qui l'abritait.


Une grande statue en pied du maréchal Foch par Firmin Michelet est ajoutée sur le côté de la clairière en 1937.
Foch est mort 8 ans plus tôt, en 1929.


Avant d'arriver à la clairière, on découvre, sur le côté de la route, le monument dédié aux libérateurs de l'Alsace-Lorraine dit « monument aux Alsaciens-Lorrains », œuvre d'Edgar Brandt, ferronnier alsacien.


Ce monument représente un aigle renversé, transpercé par une épée avec cette dédicace inscrite sur le socle :
« Aux héroïques soldats de France, défenseurs de la Patrie et du Droit, glorieux libérateurs de l'Alsace et de la Lorraine. »


C’est, également, dans la clairière de l’Armistice appelée aussi clairière de Rethondes que l'on peut admirer une oeuvre du joailler Mauboussin, "L'Alliance de la Paix".


Cette sculpture monumentale a été érigée à l’occasion du centenaire de la première guerre mondiale, le 11 novembre 2014.


Sur cet anneau de bronze patiné sont gravés en lettres d’or le mot « paix » décliné en cinquante deux langues et calligraphies différentes.
 
Selon le choix de l’artiste, toutes les langues qui figurent sur l’Alliance sont des langues vivantes.



Nous ne pouvions pas quitter la ville de Compiègne sans avoir été faire une visite à cette belle église Saint-Jacques de Compiègne!
L'église Saint-Jacques est l'église paroissiale de Compiègne, commune située dans le département de l'Oise.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(16 clichés)


Toutes les archives de la ville antérieures à 1418 ont péri dans un incendie, et ce n'est que l'analyse stylistique et la comparaison avec d'autres édifices qui permet de situer la construction du chœur et du transept entre 1235 et 1240.


L'élément le plus marquant de l'église est le haut clocher-tour érigé hors œuvre, dit tour Saint-Jacques. Sa construction s'échelonne sur une quarantaine d'années, commençant vers 1456 / 1461 et se termine seulement à la fin du siècle.


L'ensemble du maître-autel, composé de l'autel, du tabernacle et d'une exposition, est en marbre du Languedoc.
L'autel, en forme de tombeau, est en marbre rouge veiné de blanc.
Le soubassement du tabernacle et l'exposition sont en marbre noir veiné de blanc.


L'église saint-Jacques de Compiègne possède de nombreuses reliques dont un voile de la Vierge.
 
La relique du voile de la Vierge fut donnée à l'abbaye Sainte-Marie de Compiègne par Charles le Chauve en 876.
La relique proviendrait du trésor de Charlemagne d'Aix-la-Chapelle.
Cette relique se trouve dans une châsse à reliques en émaux champlavés, réalisée par J. Faitout, émailleur à Paris, à l'occasion du cinquième centenaire de Jeanne d'Arc, en 1930.


Le chœur a toujours présenté une élévation à trois niveaux.


Tous les vitraux de l'église datent du 19e siècle.


Ce vitrail représente saint-Louis portant le premier malade de l'Hôtel-Dieu Saint-Nicolas de Compiègne.


Ci-dessus, un vitrail représentant l'arrivée du saint-Suaire à Compiègne.


Ici, la scène représente saint-Louis aidant un malade à l'Hôtel-Dieu de Compiègne.


Ce tableau représente La Descente de Croix, d'après Jean Jouvenet.




La statue de la Vierge à l'Enfant est une copie de la Vierge au pied d'argent sculptée au 13e siècle à la demande de Saint-Louis par les ateliers royaux, et offerte à l'abbaye Saint-Corneille.


La statue de saint-Jacques, patron de l'église, en tenue de pèlerin de Compostelle est en bois polychrome.
Elle date de la fin du 16e siècle.
Il y a deux hypothèses concernant sa provenance.....


.....Elle pourrait provenir de l'orgue, ou plus probablement, en raison de sa teinte foncée, de l'ancien banc d'œuvre.
 
L'orgue repose sur une tribune d'époque Henri IV, soutenue par deux colonnes corinthiennes cannelées.
 
Regardez bien le sommet de l'orgue....


Saint-Jacques veille!



Compiègne est une commune située dans le département de l'Oise, dont elle est la sous-préfecture, en région Hauts-de-France.
Nous avons eu le loisir, dernièrement, d'y séjourner deux jours afin de visiter cette cité et sa proche région!
 
Le second jour de notre voyage, après avoir bien déjeuné, nous avons rendez-vous avec un guide afin de faire une promenade en ville!

Premier arrêt! L'Hôtel de Ville!
L'hôtel de ville, réalisé au 16e siècle, est un imposant édifice qui demeure autant l'exemple de l'architecture civile de style Louis XII que des premières décennies du 16e siècle et que des restaurations poussées du 19e siècle.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(18 clichés)


Le 12 octobre 1530, une horloge est installée au sommet du beffroi.
Dès cette l'époque, elle animait tous les quarts d'heure trois jaquemarts en bois, les premiers Picantins figurant des lansquenets à la mode de François1er.

Les Compiègnois leur donnèrent très vite trois surnoms correspondant aux ennemis de cette époque :
-Langlois pour les Anglais,
-Flandrin pour les Flamands et
-Lansquenet pour les Allemands.

Aujourd'hui encore, ils scandent la vie de la cité en "piquant le temps", autrement dit en frappant de leur maillet pour faire sonner les heures.


Sur la façade se trouve la statue équestre de Louis XII, réalisée au 19e siècle en remplacement de celle de Louis XIV perdue.


Place de l'Hôtel de Ville!
L'hôtel de ville de Compiègne est situé sur la place de l'Hôtel de Ville.
La place a été reconstruite presque entièrement après la Seconde Guerre mondiale par l'architecte Jean Philippot.


Au centre, s'élève, depuis octobre 1880, la statue de Jeanne d'Arc réalisée par Frédéric-Étienne Leroux.


« J'iray voir mes bons amys de Compiègne ».


Le centre ville est animé!


L'église saint-Jacques! Nous y reviendrons bientôt!


La place du marché aux herbes!
Sur la pente dominant l’Oise, en contrebas du palais carolingien et de la collégiale Sainte-Marie, future abbaye Saint-Corneille, une place étroite, dite la Cour le Roi, prit forme à partir de la fin du 11e siècle.
Ce fut le principal emplacement de l’importante foire du “Mi-Karesme”, fondée en 1092 et prospère jusqu’au début du 15e siècle.


Plusieurs marchés se partagèrent la place, ainsi au 18e siècle ceux aux volailles, aux fromages, au charbon (alors de bois)....
Le nom de marché aux Herbes, c’est à dire aux légumes, l’emporta au 19e siècle.

Ici nous voyons les vestiges de l'église de l'abbaye Saint-Corneille, aujourd'hui détruite!


Une cloche témoigne d'un passé riche en histoire! Elle servait à indiquer que le marché était ouvert!


Hôtel-Dieu Saint-Nicolas!
Ancien hôtel-Dieu Saint-Nicolas-au-Pont, actuellement chapelle Saint-Nicolas.
La fondation du premier hôtel-Dieu de Compiègne serait due à saint Éloi, et il aurait été reconstruit par Charles II le Chauve.


La grosse tour du roi!
Cette ruine est celle du donjon royal du 12e siècle!
Devant la tour se trouve un monument à la mémoire de Fournier Sarloveze, maire de Compiègne de 1904 à 1935.


Pont Saint-Louis!
Deux arcades de l'ancien pont Saint-Louis disparu sous une maison rue du Harlay, sont visibles dans un étroit passage reliant cette rue au quai Florant-Agricola, situé dans le prolongement nord de la rue Jeanne-d'Arc.


Ce pont était défendu côté ville par une porte imposante, rasée en 1811, et côté Petit-Margny par un ouvrage fortifié devant lequel Jeanne d'Arc tomba aux mains des Bourguignons le 24 mai 1430.


Les bords de l'Oise!


Musée du Cloître!
Ce musée, situé dans un ancien cloître, retrace l’histoire de l’abbaye Saint-Corneille et présente un bel ensemble de sculptures religieuses d’époques médiévale et Renaissance issues des collections du musée.


À bientôt pour la suite de cette balade!



Notre déjeuner-croisière de ce premier jour du côté de Compiègne nous a emmenés, tranquillement, à Longueil-Annel, village situé sur l'Oise, juste en amont de Compiègne.
 
Le village de Longueil-Annel est connu pour son musée consacré à la batellerie, La Cité des Bateliers.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Le village de Longueil-Annel est un haut-lieu de la batellerie française, devenu un port fluvial important avec la Révolution industrielle.
 
Les habitants de Longueil-Annel sont souvent des bateliers débarqués, et qui restent ainsi en contact avec le monde de la batellerie.


En 1992, une exposition d'objets autour de la batellerie est organisée par Jacques Broutin, un ancien batelier.
Elle rencontre un grand succès et donne l'envie de créer une association "L'Amicale du Musée de la Voie d'Eau",, ainsi qu'un musée sur ce thème.


Le musée s'articule déjà autour de la péniche-musée "Freycinet".
Amarrée en face de la maison musée, cette péniche nous introduit dans l'univers familier du marinier.


La visite commence par le poste de pilotage! Et qui mieux qu'un vrai marinier pour nous conter une belle histoire......


Les objets posés sur la table du coin pilotage nous font revivre la vie au quotidien de ces hommes de la mer.


Un véritable musée dans le musée.


Un aperçu du coin salle à manger me fait penser à Alice au pays des merveilles avec cette cafetière qui semble flotter dans l'air!


La visite se poursuit dans la cale de la péniche aménagée en salle de cinéma. Un film retraçant la vie des mariniers nous laisse rêveurs.


Traversons la route pour aller à la maison musée des bateliers!


La maison musée met en valeur l'importance du village de Longueil-Annel dans le monde de la batellerie.
 
Très belle visite! À ne pas manquer si vous passez par là.



Notre premier jour à Compiègne avec notre association se poursuit tranquillement et avec un zeste de gourmandise!
En effet, à l'heure du déjeuner, notre bus nous emmène vers l'embarcadère de Compiègne!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(20 clichés)


L'Escapade nous attend!


Nous embarquons à Compiègne et, tout en déjeunant, le capitaine va nous emmener à Longueil-Annel, commune qui possède un très beau musée rendant hommage aux bateliers, "La Cité des Bateliers"!


Prêts pour le départ!


Le déjeuner débute par un assortiment d'amuse-bouche.


L'entrée est composée d'un petit pâté aux champignons. Il est accompagné d'une tuile aux graines et un confit d'oignons.


Le repas fait que....nous avons le temps de nous promener sur le bateau, entre chaque plat, afin d'admirer le paysage!


Ce que je ne me prive pas de faire surtout lorsque nous passons une écluse!


L'Oise se déroule devant nous....et rien que pour nous!


Je rejoins ma table afin de goûter au moelleux de pintade façon grand-mère.
Accompagné d'une fine purée parfumée aux champignons et d'une endive braisée et caramélisée....je me régale.


Nous passons devant le port de plaisance de Compiègne.


Les photographes se partagent entre babord et tribord.....nous nous passons les informations.....


Tiens....Là....Regarde....Une tortue!


Oyez! Oyez! Le fromage est servi!


Le dessert est gourmand à souhait! Cette tartelette au grué est garnie de poires pochées parfumées au gingembre.


Je laisse mon dessert à Marc et je savoure mon café!


Vite je rejoins le pont afin de profiter au maximum de cette agréable croisière.


Cette grande cheminée fait partie de l'Établissement élévateur des eaux ou pompe à feu du palais national.
C'est une ancienne machine à vapeur construite en 1810 pour alimenter en eau le palais de Compiègne.


Chut! Ne dérangeons pas ce pêcheur!


La balade se termine à "La Cité des Bateliers", ce musée consacré à la batellerie, située sur la commune de Longueil-Annel.
 
À bientôt pour la suite de cette visite.



Ce jour là, le palais de Compiègne, cette ancienne résidence royale et impériale située à Compiègne, nous a ouvert ses portes!
 
La visite se poursuit avec la chapelle du palais qui fait partie des salles d'apparat!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Cette modeste chapelle date du Premier Empire.
C'est ici qu'eut lieu le 9 août 1832 le mariage de Louise-Marie d'Orléans (fille de Louis-Philippe Ier à Léopold Ier, roi des Belges.
Les vitraux ont été exécutés d'après des cartons de Marie d'Orléans.


Salle Castiglione!
Cette salle tire son nom d'une personnalité emblématique de la "fête  impériale", la comtesse de Castiglione.
Virginia Oldoini, Contessa di Castiglione, aristocrate piémontaise, fut une espionne au service du Royaume de Sardaigne et devient maitresse de l'empereur des Français Napoléon III.


Salle des chasses!
À Compiègne comme à Fontainebleau, l'une des principales distractions proposées étaient la chasse.


Salle Napoléon III
Sur le mur à gauche, le grand portrait de l'empereur Napoléon III peint par Alexandre Cabanel en 1865 en imose tant par son format que par son caractère.


Salle des écrins impériaux!
Le palais de Compiègne possède un ensemble exceptionnel de décorations officielles!


Voici l'ordre de l'Aigle blanc donné à Napoléon III par l'Empire de Russie...vermeil, or, émaux...cette décoration date de 1832.


Salle Eugénie!
Cette salle est dédiée au souvenir de l'impératrice Eugénie!
Le lit a été excécuté en 1867 pour les appartements de l'impératrice Eugénie au palais de l'Élysée.


Salle Winterhalter!

Franz Xaver Winterhalter, né à Menzenschwand, grand-duché de Bade, le 20 avril 1805, est un peintre académique et lithographe allemand, ayant vécu principalement en France.

Il fut le portraitiste attitré du gotha européen durant le deuxième tiers du 19e siècle.



Depuis 1853 et leur mariage, Napoléon et l'impératrice Eugénie sont des commanditaires enthousiastes et assidus de Winterhalter!

Il est temps de quitter ce palais! À l'heure du déjeuner, une surprise nous attend! À demain!



Miyajima est une île se trouvant dans la mer intérieure de Seto. L'île abrite principalement le bourg de Miyajima.

Cette île est considérée, dans la religion shintoïste, comme une île sacrée et vous pouvez voir ou revoir notre découverte de cette île ainsi que le voyage de Nicolas au Japon depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!

(10 clichés)


L'île sacrée de Miyajima, considérée comme l'un des trois plus beaux paysages de l'archipel.


Et les découvertes y sont chaque fois plus belles.


La résidence Ohashi a été construite en 1796 par la famille Ôhashi.....


.....négociants en riz et propriétaires de nombreuses rizières


Cette impressionnante et somptueuse bâtisse est représentative de l'architecture des riches marchands de Kurashiki, ville du Japon située dans la préfecture d'Okayama, à l'ouest de la ville d'Okayama.


Son grand portail typique est classé bien culturel national.


L'architecture de cette résidence emprunte de nombreux éléments réservés aux maisons de samouraïs.


Un musée y est attachée.....


....qu'il ne faut pas manquer!
 
Bonne balade!



Reconstruit sous Louis XV et aménagé sous Louis XVI, le Palais de Compiègne a été conçu selon un plan triangulaire.
Ouvrant sur la ville, il se tourne toutefois vers la forêt avec laquelle le parc, dessiné sous Napoléon Ier, fait la transition.
 
Le château de Compiègne comporte quatre appartements principaux (appartements de l'Empereur, de l'Impératrice, du roi de Rome et appartement double de prince) qui témoignent de son occupation de la fin du 18e siècle au Second Empire.

Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)
(photo prise sur le net)


Le Cabinet du Conseil:
Témoignage du rôle politique qu'occupait Compiègne au siècle, le cabinet du Conseil accueillait les délibérations politiques.
À l'instar de Versailles et Fontainebleau, Compiègne est en effet un lieu d'exercice du pouvoir royal où nombre d'actes royaux ont été signés.


La chambre de l'Empereur:
La chambre de l'Empereur présente un décor et un ameublement d'une homogénéité remarquable.
L'atelier BUBOIS et REDOUTE ainsi que le peintre GIRODET réalisent en 1810 le décor peint.
Le mobilier de bois doré et d'ébénisterie est l'œuvre de Jacob DESMALTER.
Le faste ressort de l'alliance du cramoisi et de l'or pour les tentures murales, les rideaux, les garnitures du lit.
Les sièges sont ornés des emblèmes de l'Empire: feuilles de chêne, étoiles et abeilles, sans oublier l'aigle impérial au-dessus du lit.


La bibliothèque de l'Empereur:
Cette pièce marque la charnière ente les salons de représentation et les petits appartements de l'Empereur.
C'est ici que Napoléon 1er aimait étudier sur son magnifique et ingénieux bureau mécanique signé Jacob DESMALTER ( bureau appelé ainsi car il comporte un tiroir secret qui permet d'y glisser des plans et cartes ).

Les ouvrages présent actuellement dans le corps de la bibliothèque ne sont pas ceux de l'Empereur puisque la bibliothèque du souverain fut dispersée en 1889.

Les 2000 livre présents actuellement furent déposés ici en 1902 par la bibliothèque Nationale après la visite du tsar Nicolas II à Compiègne.


La salle de déjeuner:
Située entre la bibliothèque de l'Empereur et le salon de musique de l'Impératrice la salle de déjeuner est une pièce un peu plus intime et privée.


Le salon de musique:
Dans un décor architectural qui évoque le 18e siècle, l'ameublement de cette pièce a été choisi par l'impératrice Eugénie.
Deux tapisseries de la fin du 17e siècle voisinent avec des éléments de mobilier 18e siècle, empire et modernes, mélange éclectique très représentatif du décor et du goût du Second Empire.
C'est dans ce salon que la souveraine recevait, pour ses célèbres thés, les personnalités qu'elle voulait distinguer.


La chambre de l'Impératrice:
Cette pièce constitue un ensemble décoratif parmi les plus représentatifs du Premier Empire.
Le mobilier a été réalisé par Jacob-Desmalter.
La pièce a été restituée dans son état de 1811.


Le salon des dames d'honneur:
Ce salon tout comme la chambre avait été voulu à l'origine par l'impératrice Joséphine.
Dans ce salon tout un ensemble de sièges et de fauteuils destinés à une catégorie très précise de personnes.


Un respect de la hiérarchie, c'est-à-dire de l'étiquette, est exigé:
-le canapé est exclusivement réservé à l'Empereur et à l'Impératrice
-les sièges avec accoudoirs aux proches
-....et ainsi de suite jusqu'au bas de la hiérarchie où les derniers demeurent debout.


Le salon des fleurs:
Le premier salon de l'Impératrice reçut tardivement le nom de salon des Fleurs en raison de son décor.
C'était, en fait, un salon de jeux, comme en témoignent une table de trictrac, deux tables de quadrille et une table de bouillotte...


... Sous le Second Empire, il servit de chambre à coucher au Prince Impérial.
Le motif de la tapisserie des chaises a été choisi par l'impératrice Joséphine.


Le salon bleu:
Cette pièce est caractéristique du goût de l'Empire pour les couleurs fortement contrastées : moire bleue des tentures, broderie d'or des sièges, marbre rouge de la cheminée.
Initialement destiné aux présentations officielles à l'Impératrice, ce salon servit de salle d'étude et de jeu au Prince Impérial sous le Second Empire.


La salle à manger de l'impératrice:
Cette salle à manger fut aménagée sous le Premier Empire et accueillit le premier diner intimiste de Napoléon Ier et de Marie Louise en 1810.
Les murs de la pièce sont tendus de stucs, un mélange de poussière de craie, de plâtre et de couleur ocre.


La galerie de chasse:
Cette galerie est ornée de tapisseries des Gobelins réalisées à partir de 1735, d'après des cartons d'Oudry.


La galerie de bal:
Cette vaste salle a été construite pour l'arrivée de l'impératrice Marie-Louise, en éventrant deux étages de petits appartements.
Le plafond est orné de peintures glorifiant les victoires de Napoléon.

À bientôt pour la suite de cette visite!



Le palais de Compiègne est une ancienne résidence royale et impériale située en plein coeur de Compiègne!
 
Quatre palais se sont succédés à Compiègne.
Le plus ancien remonte au début de la dynastie mérovingienne et datait vraisemblablement du règne de Clovis.
 
Le château tel qu'on le connaît aujourd'hui fut bâti par Louis XV et Louis XVI et réaménagé sous Napoléon Ier puis Napoléon III.
Le château de Compiègne fut un haut-lieu de la vie de cour et de l'exercice du pouvoir.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Compiègne depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Sur la route des Flandres, à quatre-vingts kilomètres de Paris, le palais de Compiègne fut une résidence royale et impériale dont les appartements, par delà les remparts de la ville, donnent sur une forêt de plus de quatorze mille hectares. Une position qui reflète la décision du roi Charles V d'acquérir ces terrains à l'intérieur de la ville pour y construire un château, presque achevé à sa mort en 1380.


Comme toute résidence royale ou impériale, le château de Compiègne comporte de vastes espaces communs indispensables à la vie de cour!
La Galerie des Colonnes, largement éclairée par de hautes fenêtres, servait avant tout de hall d'accueil.


L'escalier d'Apollon desservait les appartements de Marie-Antoinette et les appartements des enfants de la reine.


Achevé en 1784, l'escalier fut construit d'après les dessins de l'architecte Le Dreux de La Châtre.
Sa rampe en fer forgé datant du 18e siècle a été réalisée par le serrurier compiègnois Raguet.


Il permet d'accéder à la salle des gardes du roi.


Salle des Gardes!
Le grand escalier d'honneur débouche sur le vaste volume de la salle des gardes, couverte d'une voûte, éclairée par de hautes fenêtres et des lucarnes.
L'architecte Le Dreux y a exalté la gloire militaire et le triomphe des armées de la monarchie française engagées aux côtés des insurgés américains.


Le thème militaire du décor de cette pièce donnant sur la cour d'honneur est très affirmé.


Antichambre du roi et de la reine!
Antichambre commune au deux appartements, les portes de part et d'autre de la cheminée donnent accès, à gauche à l'appartement du roi et à droite à celui de la reine. Antichambre, puis salon des huissiers sous les premiers et second Empires, la pièce était simplement meublée: rideaux de coton blanc, banquettes et tabourets en bois peint, couverts de velours vert.
 
Au dessus de la cheminée le portrait de Louis XVI en costume de sacre par Antoine Callet, mis en place en 1967.


Salle à manger de l'Empereur!
Située à l'intersection des appartements du Roi et de la Reine, la pièce servait au 18e siècle d'antichambre à l'appartement de la souveraine ainsi que de salle de Grand Couvert.
Sous le Premier Empire, la pièce devient la Salle à Manger de l'Empereur, servant également de lieu de divertissements.


Salon des Cartes!
Sous le second Empire, le palais de Compiègne accueille chaque automne les fameuses "Séries".....Napoléon III convie la cour, le tout-Paris et le gotha européen pour une semaine de divertissements.
Le salon des Cartes reste emblématique de cette vie de cour légère et moderne.


Salon de Réception!

Ancienne Chambre du roi, le salon de réception est la pièce centrale de l'appartement du monarque.

Au premier Empire, elle perd sa fonction de chambre pour devenir un salon.

Pièce la plus haute de plafond, elle a conservé de son décor du 18e que les lambris hauts rythmés de pilastres corinthiens et les dessus de porte peint par Sauvage.



Le confident, appelé aussi conversation, vis-à-vis ou tête-à-tête, est un double fauteuil en forme de S permettant à deux personnes de discuter sans avoir à tourner la tête.
Ce meuble est une invention du Second Empire.

Le nom de confident évoque une conversation discrète entre deux personnes.


L'indiscret, est un meuble où trois fauteuils sont accolés en forme de feuilles de trèfle. Il permet à trois personnes de discuter sans avoir à tourner la tête.

Le nom d'indiscret évoque l'écoute que peut réaliser une troisième personne présente sur le troisième siège.

À bientôt pour la suite de cette visite!




C'est avec notre association, ATNA (Association Tervilloise du Nouvel Âge), que nous sommes partis dernièrement pour un séjour de deux jours du côté de Compiègne!
 
Vous l'avez compris, je commence, aujourd'hui, une nouvelle série "voyage" consacrée à cette ville royale....Compiègne!

Située au confluent de l’Aisne et de l’Oise, à la lisière de forêts majestueuses, Compiègne est au coeur du Pays compiégnois.
Ville royale et impériale, théâtre d’événements majeurs de l’histoire de France, elle demeure une cité où il fait bon vivre, attentive à entretenir les souvenirs d’un riche passé.

Son Palais Impérial, son Hôtel de Ville, ses églises et ses musées témoignent de mille ans d’existence que j'aurai plaisir à vous raconter!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette balade!
 
Compiègne:
 
-Cité impériale (ici)

-Le palais de Compiègne (voir le lien)

-Le palais de Compiègne- Les appartements historiques (voir le lien)

-Le palais de Compiègne-Fin de la visite (voir le lien)

-Déjeuner-Croisière sur l'Oise (voir le lien)

-Dîner au restaurant le "Bistrot du Terroir" (voir le lien)

-Compiègne- Visite guidée (voir le lien)

-Église saint-Jacques de Compiègne (voir le lien)

-La clairière de l'Armistice (voir le lien)

-Le wagon de l'Armistice (voir le lien)

Longueil-Annel:

Longueil-Annel- Musée La Cité des Bateliers (voir le lien)

Vieux-Moulin:

-Auberge du Mont Saint-Pierre (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balade en Picardie en cliquant sur ce lien!
 
Bonne visite!



C'est avec la visite de cette très belle église saint-Michel de Pont-L'Évêque que nous terminons cette balade sur la Côte Fleurie et dans le Pays d'Auge!
 
L'église saint-Michel de Pont-L'Évêque, commune du département du Calvados, mérite que l'on s'y arrête!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Pont-L'Évêque depuis le début en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


L'église saint-Michel est une belle église, massive et grandiose, au beau milieu de la ville, près du grand pont des Chaînes, sur la rive gauche de la Touques.


À cet endroit, au 12e siècle, s'élevait une chapelle consacrée à Saint-Michel.


Sa nef et son choeur ont été construits dans un style gothique flamboyant, tandis que sa partie nord date du 15e siècle.


Ses vitraux modernes sont l'œuvre du maître verrier François Chapuis.


Cette église possède un charme que l'on ressent dès que l'on pousse sa porte!


À bientôt pour un autre voyage!



Pont-l’Évêque, commune située dans le département du Calvados, possède un beau patrimoine.

Aujourd'hui, je vous invite à vous promener dans le jardin Jean Bureau!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Pont-L'Évêque depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour la agrandir!
(7 clichés)


Jean Bureau fut maire de Pont-l'Évêque de 1939 à 1944 puis de 1953 à 1977.


Le jardin Jean Bureau est le jardin de l'Hôtel de Brilly, actuel hôtel de ville.


À la belle saison, il est bien agréable de s'y promener.


Pourquoi ne pas prendre son temps.....


....et se reposer sur un banc!


À bientôt pour la suite de cette balade!



Carrefour obligé vers la côte ou vers Paris, Pont-l'Évêque, commune située dans le département du Calvados, a toujours été un important lieu de passage et de commerce.
Au Moyen Âge, la ville devient un important siège administratif de la vicomté d’Auge.
 
Occupée par les Anglais pendant le 15e siècle, puis touchée par les guerres de Religion, Pont-l'Évêque connaît ensuite une ère de calme et de prospérité.
À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le 24 août 1944, après trois jours de combat, la ville détruite à 65 % est libérée par les Alliés.
 
Aujourd'hui, je vous emmène en balade à Pont-L'Évêque!
 
Cet article servira de récapitulatif à cette visite:

-Une ville nichée dans la vallée de la Touques (ici)

-Bistrot L'Espérance (voir le lien)

-Jardin Jean Bureau (voir le lien)

-Église saint-Michel (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!

 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Ce jour là, la ville de Pont-l'Évêque nous souhaite la bienvenue!


Nous démarrons notre promenade au niveau du centre-ville.


Le "pont des chaînes" permet de traverser la Touques, fleuve côtier de Normandie.


L'église saint-Michel, majestueuse, nous attend! Nous en reparlerons bientôt.


Le théâtre de Pont-l'Évêque!


L'hôtel Montpensier est un monument du 17e siècle! Il fait office de bibliothèque.
Il est remarquable par l'élégance de son architecture....un damier de briques roses et de pierres....construit sur le modèle parisien.


Repassons la Touques.....


....nous arrivons ainsi devant l'Hôtel de ville.
L'hôtel de ville de Pont-l'Évêque, ancien hôtel de Brilly, est un monument des 17e et 18e siècles.


Le tribunal!


Nous traversons un quartier qui recèle d'anciennes maisons en pan de bois des 16e et 17e siècles.


Ces maisons ont été remises en couleur selon l'usage du Moyen-Âge.


La quartier de Vaucelles est célèbre pour ces jolies maisons typiques de la région.


La Joyeuse prison!
Elle fut construite au 19e siècle par l'architecte Harou Romain.
Le gardien en chef laissait sortir les détenus à condition de rentrer au petit matin.....


Le lavoir à un toit particulier! Il permet de récupérer les eaux de pluie!


Nous terminons la balade par le jardin de plantes médicinales des Dominicaines.


À bientôt pour la suite de notre balade-découverte de la ville de Pont-l'Évêque!



Saint-André-d'Hébertot est une commune située dans le département du Calvados en région Normandie.
Ce hameau fait partie de ces coups de coeur que nous avons de temps en temps lors de nos balades!

Dans ce cadre vallonné, le château (qui ne se visite pas) se dresse dans un parc aux tilleuls centenaires.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


La balade dans le bourg nous permet d'admirer.....


.....de bien jolies maisons normandes.


L'église Saint-André a été construite entre le 11e  et le 12e siècle.


Dans le cimetière est enterré Louis-Nicolas Vauquelin.

Louis-Nicolas Vauquelin, né le 16 mai 1763 et mort le 14 novembre 1829 à Saint-André-d'Hébertot, est un pharmacien et chimiste français.

Il a découvert notamment deux éléments chimiques, le chrome et le béryllium.


À bientôt pour la suite de notre balade normande!




Notre périple sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge se poursuit avec un arrêt dans un très beau village connu surtout pour une de ses habitantes rendue célèbre par la télévision, la Mère Denis!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Le village de Saint-Hymer est blottit au ceux d'un vallon au coeur du Pays d'Auge.


La paroisse de Saint.-Hymer doit son importance au monastère dont il reste encore l'église.
Ce monastère a été fondé au 11e siècle par Hugues de Montfort, seigneur de Montfort-sur-Risle.


L'église du 14e siècle appartenait au pieuré qui fut l'un des derniers centres d'activité janséniste au 18e siècle.


L'une des pensionnaires de la maison de retraite de ce village fut la Mère Denis.
 
Jeanne Marie Le Calvé, dite La Mère Denis, née le 9 novembre 1893 à Neulliac (Morbihan) et morte le 17 janvier 1989 à Pont-l'Évêque (Calvados), est une lavandière.
Elle fut une figurante célèbre pour avoir été la figure emblématique de publicités pour la marque de machines à laver Vedette durant les années 1970.



Nous terminons, aujourd'hui, notre balade à travers les rues de Dives-sur-Mer, commune située dans le département du Calvados, par la visite de son église, l'église Notre-Dame.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Dives-sur-Mer depuis le début en cliaquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


L'église Notre Dame a été bâtie au 11e siècle et agrandie aux 14e et 15e siècles.
Entre le 11e et le 16e siècles, les styles roman et gothique ont façonné l’église. Malgré les dévastations calvinistes et la Révolution, l’édifice fut sauvé.


Une église....une légende!
Le 6 août 1001, des pêcheurs lèvent dans leur filet un Christ sans croix dont le genou se mit à saigner.
À terre, aucun artisan n’a été capable de fabriquer une croix pour y déposer ce Christ.
Trois ans plus tard, une croix retrouvée en mer s’adapte parfaitement au Christ miraculeux.
La légende du Christ-Saint-Sauveur est née.


Dives-sur-Mer devient un lieu de pèlerinage.
La chapelle se révèle trop petite.
Généreux, Guillaume le Conquérant fait construire un édifice de style roman, dont il reste aujourd’hui les quatre piliers du chœur, une arcade et une voûte.


Au 14e siècle, on agrandit l’église dans le style gothique rayonnant.


Les vitraux sont magnifiques!


À bientôt pour un autre voyage!



Situé au cœur de la ville de Dives-sur-Mer, ce lieu dit Village d’Art, est très riche de l’histoire, de l’architecture et des traditions de la région!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Dives-sur-Mer depuis le début en cliaquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Ancien relais de poste situé entre Rouen et Caen par le chemin de la grève, l'ensemble comprenait des galeries extérieures pour accéder aux chambres, des écuries et ses dépendances.


Il reste de cette époque quelques parties de bâtiments faciles à discerner dans la cour Louis XIV.


L'architecture est typique de l'auberge normande.


De nombreuses célébrités y séjournèrent : Louis XIV, qui serait venu prendre les eaux de Grangues, ainsi que la duchesse de Chaulnes et Madame de Sévigné, Alphonse Karr, Alexandre Dumas, Raymond Poincaré président de la République…


Avec l'apparition, à la fin du 19e siècle, de la mode des bains de mer, une clientèle riche s'installe sur la « Côte Fleurie » afin de profiter des plages entre Cabourg et Honfleur.


L'auberge va connaître son époque de splendeur grâce à monsieur Le Remois, l'aubergiste qui, par son talent assure à l'établissement une exceptionnelle réputation.


Le Rémois célèbre le souvenir de Guillaume le Conquérant qui, à Dives en 1066, a constitué sa flotte et regroupé son armée pour la Conquête de l'Angleterre.


Une fresque reproduisant partiellement la Tapisserie de Bayeux est installée dans la «Salle du Départ» qui abrite aujourd'hui l'Office de Tourisme.


Depuis les années 1980, l'hostellerie Guillaume le Conquérant est devenue le Village d’Art.


Le petit neveu du célèbre graveur et décorateur Félix Bracquemond (1833-1914), Jacques Bracquemond (1930-2006) y a ouvert un petit atelier artistique essayant de suivre dans son travail de copiste le style de gravure de 19e siècle.



Dives-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie.
 
Pourquoi Dives, La Conquérante?
Car c'est du port de Dives que Guillaume le Conquérant appareilla, avec sa flotte, pour conquérir l'Angleterre à la bataille de Hastings, en 1066.

Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Dives-sur-Mer:

-La conquérante (ici)

-L'église Notre-Dame-de-Dives (voir le lien)

-Village d'Art Guillaume le Conquérant (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(10 clichés)


Après être passés devant la lieutenance, nous visitons les halles.


Les halles sont datées du début du 15e siècle, mais il est probable que des halles plus anciennes aient préexisté. 
Elles sont constituées d'un vaisseau central et de deux bas-côtés symétriquement disposés.


Située à l'embouchure de la Dives, entre les collines du Pays d'Auge et les marais, la cité de Dives était connue à l'époque romaine où son port avait une grande importance.


Mais la grande page de l'histoire est écrite quand Guillaume le Conquérant rassemble ses troupes en 1066 pour partir à la conquête de l'Angleterre.


En parallèle l'activité commerciale se développe, les moines de la Baronnie de Dives-sur-Mer obtiennent un droit de marché.


Dives-sur-Mer est aussi un relais de poste sur la route de Caen à Rouen par les grèves.


Église Notre-Dame-de-Dives-sur-Mer.


Dives-sur-Mer c'est aussi le « village d'Art Guillaume le Conquérant »!
 
À demain!



Houlgate, commune située dans le Calvados, accueille chaque année une animation, "Plein Vent"!


Ce rendez-vous incontournable des amoureux des cerfs-volants et des sports de glisse, sur la plage a inspiré ce très beau rond-point!


Rendez-vous cette année du 11 au 12 mai à Houlgate!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(3 clichés)



Notre balade d'un jour le long de la côte fleurie située en Normandie nous conduit aujourd'hui à Houlgate!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Nichée dans un écrin de verdure, Houlgate est propice à créer des instants magiques qui laisseront une empreinte indélébile dans la mémoire de ses villégiateurs.


Son patrimoine balnéaire brille dans la station grâce à ses 300 villas préservées, les deux anciens grand-hôtels et le casino.


Circuler dans les rues de Houlgate c’est voyager à travers le temps.


Cette balade constitue un véritable musée de l’architecture à ciel ouvert.


Houlgate telle que nous la connaissons est la résultante de l’installation d’une ville pour les bains de mer.


Les architectes font preuve d’une grande connaissance de l’architecture du passé et présentent à la bourgeoisie et à l’aristocratie du Second Empire des modèles d’habitation qui sont de véritables monuments.


Les hôtels et pensions de famille ne sont pas en reste!


En 1860, au début de la vogue des bains de mer, Houlgate n’est qu’une petite station balnéaire.


En 1905, quand l’appellation de Houlgate devient officielle et que la station s’est bien développée, on en parle alors comme une référence d’architecture balnéaire.


Et son patrimoine est exceptionnel!


Marché couvert!


Église saint-Aubin!


L’église Saint-Aubin a été bénie en mai 1878.
Cet édifice de style néo-gothique en brique est l’œuvre de l’architecte Barthélémy de Rouen.

À bientôt pour la suite de notre balade "découverte" de la Côte Fleurie"!



Beuvron-en-Auge est une commune située dans le département du Calvados en région Normandie.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Beuvron appartient à une famille de noms désignant des cours d'eau et qui repose sur le gaulois biber, qui signifie "castor".


Beuvron-en-Auge est un ravissant petit bourg, membre très fermé des "plus beaux villages de France".


Autour de sa place centrale, une quarantaine de belles maisons à colombages illustrent la technique du pan de bois.


N'hésitez pas à flâner à travers les venelles de Beuvron car ce village joue la carte de l'authenticité.


À bientôt pour la suite de notre balade normande!



L'île de Miyajima située au Japon, nous invite, depuis quelques jours, à un voyage extraordinaire!
Aujourd'hui, prenons le sentier qui va conduire Nicolas vers le temple Daishō-in.
Et, avant d’arriver au temple Dai-sho in, des centaines de petites statues de bouddha vont nous souhaiter la bienvenue.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(15 clichés)


L'île de Miyajima ne se résume pas à son célèbre sanctuaire, le Sanctuaire d'Itsukushima (voir le lien)!


De nombreux autres temples sont à découvrir, comme le temple Dai-sho in.


Situé au pied du Mont Misen, en plein coeur de la Nature, ce temple bouddhiste est à mériter car il faut monter « quelques » marches avant d’atteindre la porte Niomon qui officialise votre entrée dans le temple.


Cette balade est une invitation à la promenade, car, dans ses jardins, les représentations bouddhistes sont présentes à chaque détour.


Des centaines de statues y sont installées.


Le temple Daishō-in a été fondé par le moine Kūkai, connu sous le nom posthume de Kōbō-Daishi, en 806, première année de l'ère Daidō.


Le moine Kūkai est un des moines les plus connus du Japon et le fondateur du Bouddhisme Shingon.


C'est sur ordre de l'empereur Toba, que cet endroit fut désigné pour prier pour la paix et la sécurité de la nation.


L'enceinte de ce temple est impressionnante.


Tout aussi impressionnant est le nombre de toutes ces statues!


Le site situé au coeur de la forêt est une invitation à un voyage hors du temps!


Ce temple bouddhiste ésotérique à l’atmosphère mystérieuse renferme de nombreux trésors....


.....d’innombrables statues et statuettes bouddhistes.....


.....mais également un grand nombre de créatures surnaturelles!



Benerville-sur-Mer est une commune située dans le département du Calvados en Normandie.
Le sentier nature du Mont Canisy, situé sur la commune, est un site exceptionnel!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


Après une montée de 300 m par voie goudronnée, nous arrivons au "Belvédère", d'où la vue sur la Côte Fleurie est magnifique.


Le Mont Canisy est un ensemble constituant les batteries du mont Canisy.
C'est un des ouvrages du mur de l'Atlantique implanté sur le mont du même nom.


Situé sur la commune de Benerville-sur-Mer, il surplombe également Blonville-sur-Mer, à l'ouest de Deauville dans le Calvados.


La position fut d'abord utilisée par la marine nationale française de 1935 à 1940.

Puis les Allemands reprirent la position vers fin 1941 à début 1942.



Les batteries du mont Canisy étaient pointées sur le port du Havre.


Elles n'ont pas été très utiles pendant le débarquement car très vite neutralisées.


Le sentier passe entre les casemates puis à côté du poste de commandement.


La nature a repris ses droits...il est temps de rentrer!



Notre balade le long de la côte fleurie nous a conduit au marais de Blonville-Villers.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(7 clichés)


Situé entre Villers-sur-mer et Blonville-sur-mer, le marais de Blonville-Villers de 110 hectares de prairies humides, de canaux et de fossés est d’une grande richesse écologique.


Malgré sa proximité avec la mer, il s’agit d’un marais d’eau douce alimenté par les cours d’eau qui viennent des coteaux alentours.


Le marais de Blonville, accessible par de nombreux sentiers.


En grande partie propriété du Conservatoire du littoral.


De nombreuses espèces d'oiseaux y sont présentes, en plus de bovins appartenant aux derniers agriculteurs de la commune.


Le marais de Blonville-Villers constitue le seul espace vert naturel de la Côte Fleurie.



La chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption de Blonville-sur-Mer est un édifice religieux du culte catholique situé rue Pasteur à Blonville-sur-Mer, dans le Calvados, en Normandie.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre promenade sur la Côte Fleurie et en Pays d'Auge en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Un campanile ou clocher est séparé de la chapelle. Il a été réalisé en charpente métallique forgée et supporte une belle cloche.


Jusqu'en 1954, le seul lieu de culte à Blonville-sur-Mer était l'église paroissiale Notre-Dame de la Visitation, situé à 3 km de l'actuel centre de Blonville, dans les terres.


En 1951, l'abbé Loudière alors curé depuis 1945, suscita la création d'une Association des œuvres paroissiales de Blonville-Bénerville, en vue principalement de la construction, dans le centre de Blonville, d'une chapelle.


Cette chapelle fut consacrée et ouverte au culte lors de la bénédiction épiscopale du 10 août 1954.


La conception et la construction de l'édifice furent confiées à un jeune architecte : Chidlovsky.


Le choeur comporte le maître-autel avec un tabernacle dessiné par l'architecte de l'édifice.


Ce n'est qu'en 1960 et 1961 que furent réalisées les onze fresques peintes par Jean-Denis Maillart, peintre et homme de foi parisien.


Les fresques situées de part et d'autre du choeur ont été réalisées par Jean-Denis Maillart.
Nous avons Saint Jean-Baptiste et les Apôtres sur le flanc gauche du chœur.....


.....puis des Patriarches et des Prophètes de la Bible sur le flanc droit du chœur.


Cette statue moderne en bois de saint Joseph menuisier est l'ouvre d'un sculpteur amateur, paroissien, estivant de Blonville.


Dans la partie de droite de la croisée de transept, se trouve une très jolie vierge ancienne.


Les peintures murales sont sublimes!


Fresque de la Nativité.


À l'entrée de la chapelle, fut édifiée une vaste tribune de bois.


Fresque de l'Assomption de la Vierge Marie.


Fresque de la Pentecôte.

N'hésitez pas à vous arrêter afin de visiter cette très jolie chapelle.



Le Pays d'Auge se termine au nord par le littoral de la "Côte Fleurie" entre Cabourg et Honfleur, avec pour point d'orgue Deauville - Trouville en son centre.
 
La Côte fleurie se situe, elle, entre la Côte de Nacre à l'ouest et la Côte de Grâce à l'est, laquelle s'étend de Trouville-sur-Mer à Honfleur au débouché sud de l'estuaire de la Seine.
 
Ce jour là nous avons voulu découvrir cette magnifique côte fleurie en organisant un petit circuit!
Cet article servira de récapitlatif à ce circuit:

-Benerville-sur-Mer(14)-Le Mont Canisy (voir le lien)

-Beuvron-en-Auge(14)-Petite balade normande (voir le lien)
 
-Blonville-sur-Mer(14)-Chapelle de l'Assomption (voir le lien)
 
-Blonville-sur-Mer(14)-Le marais de Blonville-Villers (voir le lien)

-Dives-sur-Mer(14)- La conquérante (voir le lien)
 
-Houlgate(14)- Balade vivifiante (voir le lien)

-Houlgate (14)-Rond-point Plein-Vent (voir le lien)

-Pont-l'Évêque(14)-Une ville nichée dans la vallée de la Touques (voir le lien)

-Saint-Hymer(14)-Patrie de la Mère Denis (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Bonne visite!



Perl est une commune allemande du Land de Sarre en Allemagne! Borg en est un quartier!
 
De ce côté de la frontière, il y a plus de 100 ans, entre Borg et Oberleuken, le professeur Johann Scheider découvrit les traces d’une cité romaine et entreprit de premières petites fouilles.
 
En 1987, la Fondation culturelle pour le district de Merzig-Wadern, en coopération avec l’administration du travail ainsi que la commune de Perl, procède à des fouilles scientifiques, faisant ainsi resurgir une des plus importantes villas romaines de tout l’espace Sarre Moselle.

Vous pouvez voir ou revoir toutes nos balades allemandes en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos our les agrandir!
(18 clichés)


Le portail d'entrée est placé sur les murs de fondation d’origine.
Son aspect actuel est probablement celui qu’il arborait au 2e et 3e siècle ap. J.-C.


Dans les jardins de la villa, nous retrouvons des espaces consacrés à la forge....


....à la verrerie.....


....ou à la poterie!


La maison d'habitation!
La maison de maître, qui constitue l’aile principale, était le corps de bâtiment autour duquel l’ensemble de la villa s'organisait.


Des éléments découverts à Borg ont partiellement servi de modèle à la décoration pittoresque de la maison de maître et des bains.


Les bains antiques!
Les bains sont la partie la plus intéressante de la villa. Ici, le déshabilloir.


En passant par l’entrée, on accéde au grand bassin des bains froids.


Conformément à la coutume, on atteint ensuite la pièce voûtée, où se trouvent les bains chauds.


Les autres pièces servaient à la détente.....


..... et à la conversation.


Les bains étaient chauffés grâce au système de chauffage par le sol romain, l’hypocauste.


Avec un peu d'imagination....


Certaines pièces de la maison de maître, dont ce couloir, accueillent aujourd’hui un musée, où sont exposées les plus importantes découvertes de Borg.


Le mobilier, les portes, les fenêtres et d’autres innombrables détails sont des reproductions fidèles des modèles antiques.


La visite se termine par les jardins.


À cette époque de l'année seules les jonquilles nous ont fait la fête!



Depuis quelques jours, nous visitons Quillebeuf-sur-Seine, cette commune située dans le département de l'Eure, en région Normandie.
 
La ville toute entière est empreinte de l’histoire et de la vie des marins.
La commune de Quillebeuf-sur-Seine doit sa renommée de cité maritime à sa situation géographique stratégique à l’embouchure de la Seine.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Quillebeuf-sur-Seine depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


De nombreuses maisons à pans de bois datent du 16e siècle.


La façade avant joue un grand rôle dans de type de maisons.


Elle  indique le niveau de réussite sociale de la famille qui y vit.


Maison Royale ou Maison Henry IV!
Henri IV fit de Quillebeuf une ville fortifiée et un port d’importance.
Rasées en 1612 par ordre de Marie de Médicis, les fortifications furent rétablies en 1616 par Concini Maréchal d’Ancre.
À sa mort, elles furent à nouveau abattues.


Henri IV fit de Quillebeuf, une place forte et donna aux habitants l'exclusivité du pilotage.
La tradition veut que le roi Henri IV ait habité cette maison.


Les pans de bois fascinent toujours autant par leurs couleurs foncées que pastel.


L'Amirauté!
Cette belle maison en pierre de taille et silex taillés en carrés date du 17e siècle.

À bientôt pour une nouvelle balade!



Située dans le dernier méandre de la Seine, à l’embouchure de l’Estuaire et à proximité des ponts de Normandie et de Tancarville, la cité maritime de Quillebeuf-sur-Seine nous a réservé bien des surprises!

Les petites maisons à pans de bois font le charme de ce village comme celle du cordier, par exemple, reconnaissable grâce à cette corde sculptée sur la façade.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Quillebeuf-sur-Seine depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Cette maison a été réalisée à pans de bois mais aussi avec des pierres de taille et des briques.


Cette maison datée de 1788 fut une auberge pendant longtemps.


Nous traversons Grand Rue.....


.....aux maisons datant du 18e siècle.


Cette maison, nommée "La Sergenterie", possède une des façades les plus remarquables de Quillebeuf.


Ses motifs Renaissance....


..... sont très bien conservés.


Remarquez, sur cette façade, la porte d'accès à l'escalier conduisant au premier étage aujourd'hui condamnée.


Le petit dessin sur cette maison.....


nous laisse penser que ce fut, à 'origine, une maison de pêcheur.
 
À bientôt pour la suite de cette visite.



L'île de Miyajima ou île d'Itsukushima est située dans la baie de Hiroshima, au Japon, et donne sur la mer intérieure de Seto.
Classée comme l'un des trois plus beaux sites du Japon grâce notamment à son torii et son sanctuaire shinto flottants, cette île sacrée est un haut lieu touristique de l'archipel.
 
Lors de son voyage au Japon Nicolas a eu la chance de pouvoir visiter cette île sacrée et d'y prendre un repas dans un restaurant local.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Huîtres et anguille de la Mer Intérieure de Seto, pâtisseries en forme de feuilles d'érable.....les spécialités culinaires de l'île de Miyajima sont nombreuses......de quoi se régaler les papilles!


Ce jour là notre aventurier a pu déguster une spécialité locale, l'anago meschi!


L'anago meschi, anguille de mer ou congre, est un plat constitué de riz fraîchement cuit à la vapeur, couvert d'anguille ou de congre grillé et badigeonné d'une sauce réalisée à base de sauce soja.
 
Nicolas a adoré!



Quillebeuf-sur.-Seine est une commune située dans le département de l'Eure, en région Normandie.
Nous y avons passé un après-midi bien agréable lors de notre séjour dans cette région!

La balade commence au niveau de ce phare mis en service en 1862 et remanié en 1905.
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Quillebeuf!
 
-Riche passé historique (ici)

-Un petit tour en ville (voir le lien)

-Maison Henry IV (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Localisée sur la rive gauche de la Seine, la commune est un ancien port. Un bac, le dernier avant l'estuaire, continue à la relier à Port-Jérôme, dans la Seine-Maritime.


Les marins de Quillebeuf avaient, avec ceux de Caudebec-en-Caux, le monopole du pilotage des navires de mer remontant la Seine jusqu'à Rouen.


Église Notre-Dame-de-Bon-Port.


Le village de Quillebeuf était un port important de la Seine dont l'abbaye de Jumièges tirait des revenus.
L'église, reconstruite au 12e siècle par les moines de Jumièges, succède vraisemblablement à un édifice pré-roman.


La ville toute entière est empreinte de l’histoire et de la vie des marins.


Puits du Gard!
Ce puits tire son nom du Gord!
 
Le Gord est une double rangée de perches plantées dans le fond de la rivière, qui forment un angle, au sommet duquel est un filet où viennent se prendre les poissons.


Cette maison date du 16e siècle.


La maison du Paradis.....très belle maison à pan de bois.


On remarque une ancre sculptée au niveau du second étage...."Petit Paradis Éternel"!


...ainsi qu'un texte inscrit sur la sablière!
 
À bientôt pour la suite de cette balade!



Pont-Audemer, commune située dans cette belle région de Normandie, ne lâche rien de ses trésors!
Il faut avoir l'oeil!
 
Voici quelques enseignes glanées ici et là!
 
Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(4 clichés)


Les enseignes ont ceci de particulier.....


....il n'y a pas besoin de parler pour les comprendre!


À bientôt pour une nouvelle balade!



L'église Saint-Ouen de Pont-Audemer est une église paroissiale située rue de la République, principale artère du centre historique de la ville.
Elle est sous le vocable de Saint Ouen, ancien archevêque de Rouen.
Sa masse imposante domine la cité ; c'est un édifice inachevé dont le style composite mêle roman, gothique et Renaissance.
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


À partir du 11e siècle, une première église romane fut édifiée.
Les travaux continuèrent jusqu'au 13e siècle par l'ajout d'éléments gothiques.


En 1350, des États Généraux réunis à Pont-Audemer décidèrent de remplacer ce premier édifice par un monument plus important afin de répondre aux attentes des fidèles plus nombreux.


En raison de la Guerre de Cent Ans, les travaux d'agrandissement ne commencèrent qu'à la fin du 15e siècle, avec une façade monumentale et une nef en style gothique flamboyant.


La construction du portail, de la tour Nord et de la base de la tour Sud semble avoir débuté vers 1485 sous la direction de l'architecte Michel Gohier.


De 1505 à 1515, sous la houlette de l'architecte Roulland le Roux, déjà à l'origine du portail principal de la cathédrale de Rouen, une nouvelle nef avec ses bas-côtés etles chapelles latérales furent élevés.


Lorsqu’on pénètre dans l'édifice, on y découvre un vaisseau associant une nef à sept travées, flanquée de bas-côtés avec chapelles latérales.
Au fond subsiste un chœur de style roman.


Les chapelles latérales sont particulièrement remarquées par leur parure de vitraux, « l'une des plus riches du Nord de la France ».


Nombre d'entre eux datent du 16e siècle et les plus récents, principalement vers le chevet, sont du maître verrier Max Ingrand.


Ce peintre-verrier adopte, pour la figuration propre à ces années d'après-guerre, des formes anguleuses, parfois désarticulées, soutenues par une harmonie colorée un peu sourde.


Les nouvelles verrières prennent place dans le choeur et dans les baies de la façade.


À demain pour la suite de notre balade normande!



Poursuivons notre balade à Pont-Audemer, cette commune située dans le département de l'Eure en Normandie!
 
Vous pouvez voir ou revoir cette visite depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


Les maisons en colombages datent du 16e siècle et l'accès à l'étage se fait par un escalier en colimaçon donnant bien souvent sur une cour ou sur une galerie.


Dans cette rue, où s’élevait l’église du Saint Sépulcre aujourd’hui disparue, se tenait le marché aux volailles.


Au 18e siècle, côté rue, certaines maisons à colombage sont remplacées par des façades en pierre.


Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Pont-Audemer subit des bombardements.


Le béton devient le matériau de base pour la reconstruction.


La place Victor Hugo demeure un lieu de vie important! C'est le lieu de tous les marchés!


Voilà une affiche comme nous n'en faisons plus!


L'activité des tanneurs à Pont-Audemer est connue depuis le 11e siècle!


La présence de l'eau est nécessaire au transport et au lavage des peaux.


Le cheptel proche et les forêts de chênes, fournissant le tan, ont contribué à l'essor des artisans du cuir.

À demain pour la visite de l'église saint-Ouen!



Pont-Audemer est une ancienne commune située dans le département de l'Eure, en Normandie.
Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.
Notre séjour en Normandie nous a permis de découvrir cette jolie cité de caractère! Alors en route!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre balade à Pont-Audemer!
 
-Un petit tour en ville (I) (ici)

-Un petit tour en ville (II) (voir le lien)

-L'église saint-Ouen (voir le lien)

-Quelques enseignes (voir le lien)
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(11 clichés)


La commune est traversée par la Risle.



Sur la quai François Mitterrand nous pouvons admirer une passe à poisson.


Les bras de la Risle et les canaux les reliant donnent à la ville un attrait touristique certain.



Rue Sadi Carnot!
Cette rue est réputée pour l’architecture de ses hôtels particuliers et pour les cours intérieures qu’ils abritent.


Une des entrées de l'église saint-Ouen!


La promenade dans les rues nous permet de découvrir un quartier de la ville à l’allure médiévale.....


.....avec de beaux exemples de constructions à colombages et en encorbellement.


Un peu partout en ville s'éparpillent les anciens séchoirs des tanneurs avec leurs cloisons à bois coiffés de toits d'ardoises.


Les hôtels particuliers se succèdent tous aussi beaux les uns que les autres.


C'est des bras de la Risle et de ses canaux les reliant que lui vient le qualificatif touristique de "Venise normande".



Miyajima, littéralement île sanctuaire d'Itsukushima, abrite l'un des panoramas les plus emblématiques du Japon, un torii rouge semble émerger de l'eau, sur fond de montagne verdoyante.
Le spectacle est à couper le souffle, et justifie la réputation faite à cette destination.
Nature, spiritualité et tradition se sont données rendez-vous au milieu de la mer intérieure de Soto.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Le sanctuaire est à juste titre considéré comme un véritable symbole de l'esprit japonais.
Tout d'abord d'un point de vue esthétique, les formes sobres alliées aux couleurs soutenues des édifices rouges, de l'eau bleue et du mont Misen vert foncé en arrière-plan, constituent un tableau inoubliable et très typique.


Ce sanctuaire, dédié à la déesse gardienne des mers, a pour particularité d'être en partie construit dans la mer, avec des bâtiments sur pilotis et son torii à quelques dizaines de mètres au large.


L’île de Miyajima regorge de magnifiques endroits à visiter.


Le premier, par exemple, est le pavillon de Senjokaku.


Ce chemin nous y emmène directement.


Le Pavillon Senjokaku!
Il est dédié au Shogun Toyotomi Hideyoshi et a été construit en 1587, malheureusement, la construction s’est arrêtée 11 ans plus tard à la mort d’Hideyoshi et ne fut jamais achevée.


La Pagode Goju-No-To!
Juste en face du pavillon se tient la pagode Goju-no-to construite en 1407 et restaurée en 1533.
 


Elle fait cinq étages et est construite dans un style typiquement japonais.
La pagode est principalement dédiée au Bouddha de la Guérison ainsi qu’à ses disciples Fugen et Monju.


Le sanctuaire était un lieu de rassemblement populaire où l’on venait se reposer et se rafraîchir, acheter des souvenirs, et où de nombreuses légendes et traditions ont vu le jour.


Également nommé le pavillon au "mille tatamis", ce sanctuaire servait auparavant à accueillir les pèlerins.


Les courants d'air marin traversent cet immense hall tout de bois.


De nombreuses tablettes votives qui étaient accrochées aux murs des bâtiments du sanctuaire d’Itsukushima jusqu’à la moitié l’ère Meiji décorent aujourd’hui les murs du pavillon.


Barils de saké!
Ces barils sont des offrandes de saké.
Sur chaque baril est inscrit le nom d'un donateur.
Ils sont exposées dans le sanctuaire de Miyajima.


Le pavillon aux mille tatamis....


.....est cœur de la vie religieuse de l'île.


Le fait que cette structure, unique parmi les bâtiments dépendant du sanctuaire d’Itsukushima, ne soit pas peinte et que sa date de fondation soit enregistrée, en fait une jauge de valeur du temps qui s’écoule.
 
À bientôt!



Cette oeuvre d'art constituée de 12 cloches portées
par des mâts de différentes tailles est située
devant la mairie.

Non seulement elles sonnent chaque heure, mais leur mise en lumière change de couleur la nuit.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Vous pouvez retrouver d'autres ronds-points sur ce lien.



Qui n'a pas rêvé marcher sur "Les Planches" de Deauville?
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(9 clichés)


"Les Planches" sont l'un des symboles de Deauville! Ces fameuses Planches ont été construites en 1923.



Elles bordent l'établissement des Bains Pompéiens construit la même année par la municipalité en remplacement des cabines de bains précédentes, jugées trop dégradées.


Cet ensemble Art déco, signé Charles Adda, s'inspire des modèles de l’Antiquité tout en s’inscrivant dans la modernité par des lignes franches, l'emploi du béton ponctué de mosaïques.


Réalisées en bois exotique malgache réputé imputrescible, l'azobé, les Planches sont à l'origine, installées sur une longueur de 444 mètres.
Elles deviennent et restent à jamais le lieu d’une vie sociale intense.


En 1966, Claude Lelouch fait connaître les Planches - où une place porte son nom - au monde entier avec le film "Un homme et une femme".


Nous n'avons qu'à traverser la route et, sur le chemin du retour nous passons devant cet hôtel très connu, "Le Normandy"!
Le Normandy est construit en 1912 sous l'impulsion de François André par l'architecte Théo Petit.


L'hôtel est construit dans une architecture traditionnelle régionale de style manoir anglo-normand assorti de colombages vert pastel et de damiers de pierres.


Une des suites a été réalisée dans un style rendant hommage au film Un homme et une femme (1966), lequel avait été tourné à Deauville.

À bientôt pour un nouveau voyage!



Le sultanat d'Oman est un pays du Moyen-Orient, situé au sud de la péninsule d'Arabie, sur les bords du golfe d'Oman et de la mer d'Arabie.


 Mon amie Alexandra y est allée. En nous envoyant ces deux cartes postales, elle a joint l'utile à l'agréable en pensant à notre collection "portes et fenêtres"!


Ces portes et fenêtres sont typiques d'un pays qui compte près d'un millier de châteaux, de tours de guet et de forteresses de pierre et de boue séchée!
 
Merci Alexandra!
 
Vous pouvez voir d'autres portes et fenêtres sur ce lien.



Deauville! Avant d'aller faire un petit tour sur les planches allons du côté du marché et de ses halles!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!

Vous pouvez voir ou revoir d'autres épis de faîtage en cliquant sur ce lien.
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(14 clichés)


Le marché de Deauville se réveille sous de belles halles en colombages et à ciel ouvert de la Place du Marché.


Ces halles ont ceci de particulier...elles ont de beaux épis de faîtage!


Les épis de faîtage sont des pièces de décorations situées aux angles des toitures, des lucarnes et des fenêtres.


Souvent ces épis ont pour mission de protéger la toitures des intempéries!


Spécialités de la région, les épis de faîtage se rencontrent dans toute la région.


Il existe des modèles différents.


Et j'ai grand plaisir à lever la tête pour découvrir ces épis tous aussi beaux les uns que les autres.


Mais savez-vous que certains, qui sont tout en hauteur et percés de trous,  produisent un sifflement qui indique la direction du vent.


Sous l'Ancien Régime, les potiers bénéficient de nombreux privilèges. Ils ont notamment le monopole de l'extraction de l'argile.


Ce qui leur permet de créer un grand nombre de modèle d'épis de faîtage.


Peu à peu l'attrait de ces décorations font que ces épis sont devenus un peu plus modernes, pour le plus grand plaisir des habitants de ces maisons!


Cavaliers, pots à feu, oiseaux....les silhouettes des épis de faîtage offrent un beau spectacle à qui promène son regard vers le ciel.


Les balades en Normandie sont surprenantes et pleines de significations si l'on prend le temps de lever la tête.



Une balade à Deauville sans aller faire un tour du côté de l'hippodrome c'est bien dommage!
Alors! Suivez-nous! Ce n'est pas trop loin!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


C'est sur l'initiative du duc de Morny, fondateur de la station de Deauville, que l'hippodrome est inauguré en août 1863.
Peu à peu, le meeting s'étoffe, avec la création de la Coupe de Deauville en 1866.


C’est sur l’hippodrome de Deauville-La Touques que l’on peut voir le plus de courses dans l’année!
Il mérite ainsi son surnom d’hippodrome « des 4 saisons » avec son programme de 42 journées de courses de Plat, la discipline où s’exprime toute la vitesse des pur-sang.


Cet hippodrome a été le premier il y a 10 ans, à inaugurer une piste en sable fibré, qui lui permet d’organiser des courses l’hiver.
Sa piste en gazon prend le relai à la belle saison.


Deauville–La Touques accueille de nombreuses courses qui lui valent sa réputation dont les fameux prix Rothschild, Maurice de Gheest, Jacques Le Marois, Morny, Jean Romanet… et pour clôturer la saison estivale, le Grand Prix de Deauville.


À demain pour la suite de cette balade!



Miyajima – littéralement île-sanctuaire – abrite l'un des panoramas les plus emblématiques du Japon.
Un torii rouge semble émerger de l'eau, sur fond de montagne verdoyante.
Le spectacle est à couper le souffle.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(6 clichés)


Bouddhisme et Shintoïsme, deux religions qui coéxistent à Miyajima!
Le Shintoïsme est la religion autochtone du peuple japonais. C’est la forme la plus ancienne de croyance existant au Japon.
Le Bouddhisme est l’une des trois plus grandes religions aux côtés du Christianisme et de l’Islam.
C’est pourquoi on trouve aussi bien des temples que des sanctuaires à Miyajima.


La légende veut que l'île tout entière ait autrefois eu un caractère sacré.
Pour cette raison, les pèlerins ne pouvaient en fouler la terre, sans réaliser un rituel de Purification.
La première étape de purification consistait autrefois, pour les visiteurs arrivant sur l'île, à passer sous le Torii rouge, qui a fait de Miyajima une destination incontournable lors d'un séjour au Japon.


Puis, avant d’aller prier dans le sanctuaire, les visiteurs se rincent les mains et la bouche avec l’eau pure du "chozuya" pour se purifier le corps.


Les "chozuya" sont des bassins remplis d'eau et qui sont utilisés par les fidèles pour se laver la main gauche, puis la main droite, la bouche.
La poignée de la louche utilisée pour se purifier avant d'approcher le sanctuaire est appelée "hishaku"!



Avec ses nombreuses villas, Deauville a gardé un charme fou.
Lorsqu’on se promène dans la ville, villas, manoirs et bâtisses témoignent de son histoire.
Artistes de renom et anonymes ont au gré de leur imagination dessiné la ville.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Deauville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


À l’arrière du front de mer le quartier composé de villas mérite que l'on s'y promène.


Les villas sont de taille moyenne, parfois mitoyennes.


L’ambiance y est paisible.


Parfois, les petits avant-jardins plantés donnent une tonalité verte à l’ensemble.


Ces villas forment un ensemble harmonieux et calme est renforcé par les clôtures à claire-voie et les haies.


Il faut dire que Deauville est considérée comme la ville la plus prestigieuse en France.


Villa Breloque!
Dans les années 1880, le succès est au rendez-vous!
Les marines de Boudin séduisent les armateurs du Havre et le peintre sort enfin de la misère.
Pour profiter de la côte normande qu’il aime tant, il se fait construire, en 1884, une belle villa à Deauville, près de la mer.
Il y réside d’abord tous les étés, avant de s'y installer pour les quatorze dernières années de sa vie, jusqu'en 1898.


La réputation de cette station de luxe lui vaut d'être fréquentée régulièrement par de nombreuses célébrités du cinéma, de la musique, de la télévision, de la mode, et du monde économique et politique.


Villa Jean Gabin!
Jean Gabin résidait chaque été à Deauville. Il a acquis cette maison en 1960 et l'a habitée jusqu'en 1974.


Villa Grisélidis!
La villa Grisélidis, construite en 1871, s'inspira de l'art flamand de la Renaissance.


La ferme du coteau ou villa Strassburger!
Sur l'emplacement de ce jardin et de cette villa, construite en 1907, se trouvait "La ferme du coteau" acheté par la famille Flaubert en 1837.
Gustave Flaubert en hérita à la mort de sa mère.

À bientôt pour la suite de cette balade!



Deauville est une ville côtière de la Côte fleurie, dans la région française de la Normandie.
Destination de vacances de luxe depuis les années 1800, elle est connue pour son grand casino, ses parcours de golf, ses courses de chevaux et son Festival du film américain.
 
Sa grande plage de sable est bordée par Les Planches, une célèbre promenade datant des années 1920 avec ses cabines de plage.
 
Vous l'avez compris notre balade en Normandie est passée par Deauville!
 
Cet article servira de récapitulatif à notre promenade à Deauville!
 
-Haut lieu de villégiature (ici)

-La quartier des villas (voir le lien)

-L'hippodrome La Touque (voir le lien)

-Les halles et quelques épis de faîtage (voir le lien)

-Les Planches (voir le lien)

-Rond-point des cloches (voir le lien)

Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(13 clichés)


La balade commence près de l'église saint-Augustin! En effet, située non loin du centre-ville, elle a le privilège de posséder un parking gratuit!


La mairie de Deauville est probablement le bâtiment le plus photographié de Deauville après la promenade des Planches.
Ce bâtiment a été construit en 1880 sur les plans de l’architecte versaillais Saintin, proposant un bâtiment de style Beaux-Arts.


La balade dans le centre-ville est très agréable.


Elle nous permet d'admirer des boutiques chics, d'élégantes villas de style Belle Époque et des bâtiments à colombages.


Le square François André a été aménagé en 1945 face à l’entrée principale de l’hôtel Normandy.
Conçu comme un jardin régionaliste, planté de pommiers, il est quadrillé de sentiers qui convergent, au centre de la composition, vers un buste en bronze de François André érigé en 1964.
Cet ouvrage, hommage au successeur d’Eugène Cornuché, directeur de la société des hôtels et casino de Deauville, a été réalisé par un ancien élève de Bourdelle Don.


Le Casino de Deauville est un casino de style classique à Deauville en Normandie. Fondé en 1912, il appartient au Groupe Lucien Barrière.


Sur les pas de Chanel à Deauville.....
C'est à bord d'un Orient-Express affrété pour l'occasion que les invités de la maison Chanel ont pris le chemin de Deauville pour découvrir Les Eaux, une collection de parfums inspirés par trois lieux chers Coco Chanel.
Un choix symbolique puisque c'est à deux pas des planches qu'est véritablement née la mode au double C.


De la boutique de la rue Gontaut-Biron d'où sortirent les premières marinières et les gilets de jersey, il ne reste plus aujourd'hui en guise de plaque commémorative, qu'un portrait de Gabrielle Chanel, signé Karl Lagerfeld.


Rue Gontaut-Biron!
Une tenue simple, un tailleur masculin sans bijoux ni fioritures.
"Elle suit Arthur Capel qui était le meilleur joueur de polo à Deauville à l’époque.
Coco se montrait à cheval, col ouvert.
Un scandale pour les habitués qui voyaient là un signe négligé.
Comme elle déteste ne rien faire, Coco décide de louer une boutique pour vendre des chapeaux".


Quai des Yatchs!
Le quai des Yatchsdonnesur l'embouchure de La Touques, fleuve côtier de Normandie.


Au-delà de la rivière la vue sur Trouville, son casino, son port...est imprenable.


À l'embouchure de La Touques, le port de Deauville est une hate incontournable.
 
À beintôt pour la suite de cette visite.



Villerville est un village de Normandie, situé entre Trouville et Honfleur.
Le village s'honore de conserver son authenticité entre mer et campagne.​
 
Village où il fait bon vivre, mais aussi village d'inspiration pour les artistes.
C'est dans ce village qu'Henri VERNEUIL posa ses caméras pour la réalisation du film Un Singe en Hiver, en 1962.
 
Je vous propose, aujourd'hui, une balade particulière .....Sur les pas d'un tournage de légende...
 
Vous pouvez voir ou revoir nos balades en Normandie en cliquant sur ce lien!

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(17 clichés)


Le cabaret normand!
En effet, le film "Un singe en hiver", film d'Henri Verneuil, y a été tourné en partie durant l'hiver 1961-1962.


Villerville y apparaît sous le nom de Tigreville.


La visite nous emmène vers la rue principale où se situe "Le Cabaret normand", restaurant qui a été utilisé pour le tournage!


"Un singe en Hiver" est désormais rangé dans le coeur de chaque cinéphile et inscrit dans la mémoire de Villerville.


Église Notre-Dame!
Cet établissement date, en partie, du 12e siècle!


La gendarmerie de Villerville-Tigreville!


La gendarmerie de Tigreville a, depuis, retrouvé depuis sa vocation de maison de ville.


Comme il fait bon flâner dans cet ancien village de pêcheurs, aux rues bordées de maisons hautes et étroites.


La place du Guettoir!
Elle est située au bout de la rue de la Cabine, c'est le lieu où les femmes de pêcheurs guettaient leur mari au retour de la pêche.


Ce lieu important de Villerville a figuré dans plusieurs films notamment dans le film "Un Singe en Hiver" de Henri Verneuil en 1962.


Chaque arrêt est émaillé d’anecdotes et des répliques de Belmondo et de Gabin.


Nous nous prenons au jeu et prenons la place des grandes vedettes!


La plage!


Le guettoir permet d'avoir un superbe panorama sur la plage....réputée pour sa pêche aux moules!


Il y a bien longtemps, on découvrit ce qui devait être la richesse et la gloire de Villerville : la moulière!
Ces derniers siècles, on pêchait les moules sur la moulière qui borde le rivage!


Si vous en avez l'occasion, arrêtez-vous à Villerville et flânez sur les pas de Gabin et Belmondo!



Je vous ai déjà parlé de l'île de Miyajima, une île située dans la baie de Hiroshima et donnant sur la mer intérieure de Seto.
 
Miyajima, "L'île où cohabitent les hommes et les dieux" est depuis longtemps un lieu sacré, puisque le sanctuaire de Itsukushima y est établi depuis 593.
Ce sanctuaire, dédié à la déesse gardienne des mers, a pour particularité d'être en partie construit dans la mer, avec des bâtiments sur pilotis et son torii à quelques dizaines de mètres au large.
 
Vous pouvez suivre les aventures de Nicolas au Pays du Soleil Levant depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(5 clichés)


Vous avez sans doute déjà vu une image de ce portail Shinto qui semble flotter sur l’eau.
La silhouette de ce monument rouge vermillon est célèbre dans le monde entier.
Cette porte Ootorii est le symbole de Miyajima.


Le torii est construit en bois de camphrier laqué de vermillon.
De près de 17 m de haut, ses piliers principaux font 10 m de circonférence.
Bien que semblant solidement planté dans le sol, il ne repose en fait que par son propre poids sur le sable.


Cet édifice de bois rouge vermillon est un portail shinto qui symbolise la frontière entre monde profane et monde sacré.
Le torii est situé à 200 m du sanctuaire, dans la mer, et il est possible d'y accéder à pied à marée basse.
 


Il marque l’entrée du Sanctuaire d’Itsukushima.
Construit pour la première fois en 1168, il se situe à environ 200m du Sanctuaire.
Il faut savoir que l’île même de Miyajima était autrefois considérée comme divinité dans son intégralité.



Je voulais encore vous faire dernier petit clin d'oeil avant de poursuivre notre balade en Normandie!
C'est cette très belle enseigne que nous avons pu admirer en nous promenant dans les rues de Trouville....un très bel hommage à Raymond Savignac, cet affichiste tombé amoureux de Trouville!


Vous pouvez revoir d'autres enseignes sur ce lien.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!



La mer à la campagne ou la campagne à la mer, c'est ce qui définit le mieux ce joli coin de la Côte Fleurie que certains surnomment la « Reine des Plages ».
 
Avant de quitter cette charmante ville, flânons encore un peu le long de la plage sur la promenade des planches surnommée "promenade Savignac"!
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Trouville depuis le début en cliquant sur ce lien!
 
Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(12 clichés)


Raymond Savignac, dit communément Savignac, né le 6 novembre 1907 à Paris et mort le 30 octobre 2002 à Trouville-sur-Mer, est un affichiste français.


La promenade sur la plage lui est dédiée. On peut y voir quelques-unes des affiches qu'il a consacrées à la station balnéaire normande.


Savignac adopte la Côte Fleurie et illustre des dizaines de manifestations locales.



En 1986, un « Bal des Affiches » est organisé en son honneur à Trouville. Au musée Villa Montebello, on expose Savignac depuis 1987, date de sa donation de près de 250 affiches et 8 maquettes.


En 2001, la Promenade des Planches est rebaptisée Promenade Savignac, le long de laquelle sont exposées ses oeuvres trouvillaises.


La Galerie du Musée et les rues de Trouville se sont, également, transformées en véritable musée à ciel ouvert qui permet de découvrir des reproductions des plus célèbres affiches que Savignac réalisa pour Trouville.


Cette balade permet de découvrir ou de re-découvrir l'oeuvre de Savignac!


Les affiches se succèdent pour notre plus grand plaisir.


Si le couple Savignac vient régulièrement en week-end à Trouville, il s’y installera dans les années 1970, d’abord comme résident secondaire avant de quitter définitivement Paris pour la station balnéaire en 1979.


Raymond Savignac décède en 2002, à l’âge de à 94 ans. Il est enterré au cimetière de Trouville-sur-Mer.


À bientôt pour une nouvelle balade!