Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 34 200 382
Nombre de commentaires : 101 401
Nombre d'articles : 8 839
Dernière màj le 12/06/2024
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
"De la femme vient la lumière
 Et le soir comme le matin
 Autour d'elle tout s'organise".
Louis Aragon

Coups de coeur des hôtels; restaurants; voyages; recettes.
<< 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 >>
Lorsque vous venez visiter La Petite-Pierre, commune située dans le département du Bas-Rhin en Alsace, vous pouvez réaliser une très belle balade dans la vieille ville.
Vous y découvrirez la rue du Château, le château ou même l'église simultanée.

Mais vous pouvez aussi, découvrir un arrière pays bien vallonné ainsi qu'une nature toujours en mouvement en suivant les circuits pédestres qui vous sont proposés à l'entrée du village.

C'est ainsi que nous avons suivi une partie du sentier de l'Altenberg.

C'est la balade que nous vous proposons aujourd'hui!

Vous pouvez revoir la balade depuis le début en cliquant  sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!


La balade commence et nous sommes entourés par remparts de Vauban.


Le sentier se nomme, l'Altenbourg ou l'Altenberg, ce qui signifie, le haut-mont ou le vieux château.


Ce point culminant de la région est un dédale de vieux jardins.


Ces jardins sont de petites parcelles de terrain qui étaient, autrefois, cultivées par les habitants du "staedel", "la vieille ville fortifiée".


La nature a repris ses droits et les lupins, ces jolies fleurs bleues s'en donnent à coeur joie.


Ces jardins ne sont plus cultivés mais ce sentier reste un lieu de témoignage comme cette superbe croix de chemin.


Au loin, il n'est pas rare d'appercevoir de gros pieds de rhubarbe....cela ne vous dit rien?
Moi, j'y vois de succulente tartes!


La terre est vallonnée...


Un dernier virage et nous approchons de notre prochain arrêt....

À demain pour la suite de cette balade.



Une manière de découvrir la vieille ville de La Petite Pierre, c'est en faisant le tour de ses remparts !
 
Vous pouvez revoir la balade depuis le début en cliquant  sur ce lien.


Citernes souterraines, point de vue à couper le souffle, ce petit sentier de 40 min vous réserve bien des surprises.


C'est aussi une belle balade pour découvrir l'ampleur des murailles de la vieille ville.


Ce sentier est une boucle qui longe les remparts de la vieille ville.


Par beau temps la balade est bien agréable.


Mais le temps passe vite !


Je vous emmène, à présent.....


.....sur le sentier de l'Altenbourg !



Sucré et légèrement citronné, le panais se marie très bien avec le poulet.
Aujourd'hui, je cuisine la blanquette poulet-panais de Laurent Mariotte !


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes - préparation 10 minutes - cuisson 20 minutes)
 
-4 blancs de poulet
-3 ou 4 panais
-1 oignon
-1 brique de crème fraîche
-thym
-citron
-huile, sel, 4 épices


Pelez, lavez et coupez les panais.
Pelez, lavez et coupez l'oignon en lanières.
Coupez les blancs de poulet en gros dés.
Faites revenir le tout dans une cocotte avec un filet d'huile.
Ajoutez le thym.
Laissez cuire 10 minutes environ.


Salez, saupoudrez de 4 épices puis incorporez la crème.
Laissez cuire 5 minutes.
Juste avant de servie ajoutez quelques gouttes de citron.
 
Bon appétit !
 
Vous pouvez voir ou revoir nos petits plats façon Laurent Mariotte sur ce lien!



La Petite-Pierre, charmant village alsacien, dévoile peu à peu tous ces secrets!

Après avoir fureté, ici et là, dans la cour du château, nous nous dirigeons vers l'église simultanée Notre-Dame de l'Assomption qui se trouve juste à côté!

Vous pouvez revoir la balade depuis le début en cliquant  sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!
(8 clichés)


Mais qu'est-ce qu'une église simultanée?

Une église simultanée est une église qui accueille les cultes de deux confessions chrétiennes différentes.
En général on y retrouve la confession catholique et la confession protestante.


Il s’agit en France d’une spécificité alsacienne répondant à la mixité religieuse de bourgs et villages ne pouvant s’offrir deux églises.

C'est le compte Burckhardt de La Petite-Pierre qui a fait ériger cette église en 1417.
On aperçoit encore maintenant, à l'entrée de l'église, les pierres tombales de Burckhardt et de sa seconde épouse Gilda de Viler.


Lorsque l'on pénètre dans l'église, on est immédiatement frappé par la différence entre la nef et le choeur!
L'un est très sobre, l'autre plutôt travaillé.


La spécificité de cette église est que la partie catholique se trouve dans le choeur.


Le choeur polygonal est la seule partie datant du XVe siècle. Le restant de l’édifice date de 1885.
Vous pouvez encore admirer des fresques datant du xv siècle au plafond du coeur.




Et la partie protestante se situe dans la nef.

Bonne journée!



Une gibelotte de lapin est une recette traditionnelle de la cuisine française, variante du lapin chasseur.
Aujourd'hui, je cuisine une gibelotte de lapin au vin rouge.


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes - préparation 15 minutes - cuisson 1 heure)
 
-1/2 lapin coupé en morceau
-beurre
-huile
-200g de lardons
-1 càs de farine
-1 gousse d'ail
-oignon
-vin rouge
-sel, 4 épices
-1 càc de fond de veau
-pommes de terre
-arôme patrelle


Prenez une cocott et faites-y chauffer un peu de beurre et un filet d'huile.
Faites-y revenir les morceaux de lapin sur toutes les faces ainsi que les lardons et l'oignon.
Saupoudrez de farine et remuez soigneusement.
Ajoutez l'ail puis mouiller avec le vin rouge.
Salez et saupoudrez de 4 épices.
Laissez cuire 1 heure.
En cours de cuisson, ajoutez les pommes de terre.
 
N'hésitez pas à forcer la couleur de la sauce avec quelques gouttes d'arôme patrelle.


Bon appétit!

Vous pouvez retrouver d'autres recettes de lapin sur ce lien.



Le château de la Petite-Pierre se situe au coeur de la vieille ville de La Petite-Pierre dans le département du Bas-Rhin.
Il est le siège du Parc naturel des Vosges du Nord au coeur de l'Alsace Bossue.

Vous pouvez revoir la balade depuis le début en cliquant  sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!


Un premier site défensif est établi par les comtes d'Éguisheim-Dabo et le fief est érigé en comté de La Petite Pierre dès la fin du 12e siècle.


En 1403, Bourcard de Lutzelstein, évêque de Strasbourg et dernier héritier mâle du château, cède le quart de la Petite-Pierre au comte palatin Robert III devenu empereur germanique.


Ce dernier, en 1403, lui accorde, en échange de transmettre ces biens par voie d'héritage par les femmes.


Mais en 1452, le comte palatin Frédéric Ier s'empare de la totalité du château.


Les traités de Westphalie placent le comté sous influence française et l'armée royale occupe le château dès 1677.


C'est en 1681 que  le comté est réuni à la France.


Vauban est alors chargé d'améliorer les fortifications, encore en grande partie visibles aujourd'hui.


Je vous invite, demain, à prendre un peu de hauteur!

Bonne journée!



La Petite-Pierre est une commune située dans le département du Bas-Rhin en Alsace.
La commune fait partie du Parc naturel régional des Vosges du Nord, dont le siège se trouve dans le château de la ville.

La Petite-Pierre se situe, également, au coeur de l'Alsace Bossue.
je vous en parlais déjà hier et je vous invite à revoir cet article sur ce lien.

Région vallonnée, bosselée, elle apparaît effectivement "bossue" à l'oeil du visiteur.
Mais sa spécificité linguistique est que c'est la seule aire francique d'Alsace.

Aujourd'hui, nous allons vous balader dans la vieille ville de La Petite-Pierre et parcourir avec vous la rue du château!

Vous pouvez revoir la balade depuis le début en cliquant  sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!


À son origine, La petite-Pierre était le siège d'une principauté ayant rang de comté, et dépendant du saint-Empire germanique.
Au 17e siècle, la ville occupée par la France est fortifiée par Vauban.

Tout en haut de la rue du château, vous pouvez encore voir la maison du gardien qui était située à l'entrée de la ville.


La rue du château est une très jolie rue piétonne qui nous permet d'admirer les jolies maisons de caractère de la région.


Les maisons de cette partie de l'Alsace, l'Alsace Bossue, ressemblent plus à des maisons Lorraines.


Cette région conserve un patrimoine ancien exceptionnel!


Nous descendons tranquillement la rue du château et vous pouvez déjà apercevoir la très jolie église simultanée Notre-Dame de l'Assomption.

Pourquoi simultanée?
Car cette église a l'originalité d'accueillir les cultes de deux confessions chrétiennes différentes: les catholiques et les protestants.


Le chemin de ronde a pris des airs de renouveau.


La rue du château s'étend à travers le village.


La chapelle Saint-Louis est devenue le très beau musée du sceau alsacien.


Les maisons sont imposantes mais elles ont gardé un charme qui leur est propre.


Celle-ci possède d'ailleurs une bien jolie jardinière!


Cette porte donne sur un jardin public.
Elle constituait une des portes de la ville.


Bâtisses, portes et fenêtres....Une histoire riche et un paysage magnifique au coeur d'une région que nous avons découvert avec beaucoup de plaisir!


Une des personnalité de la ville, François Antoine Louis Bourcier est né le 23 février 1760 à La Petite-Pierre.
C'était un général de division français.

Je vous attends demain pour la suite de cette belle balade.

Bonne journée.



Dans ma série, mes loisirs, ma lecture, je vais vous parler, aujourd'hui, d'un livre de Éric Fouassier, "Le bureau des affaires occultes" !
 
L'auteur:
Éric Fouassier, né le 6 octobre 1963, est un romancier et nouvelliste français, auteur de plusieurs romans policiers historiques, dont Le bureau des affaires occultes récompensé notamment par le prix Maison de la Presse 2021.
Il a également publié un roman psychologique sous le pseudonyme d'Yves Magne.


Présentation de l'éditeur:
Automne 1830, dans un Paris fiévreux, Valentin Verne, jeune inspecteur du service des moeurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée auparavant par le fameux Vidocq.
Il doit élucider une série de morts étranges.
Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l'irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes.
Il est nommé à la tête du « bureau des affaires occultes ».
Mais qui est vraiment ce policier solitaire ?
Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?
Qui est le chasseur, qui est le gibier ?
Dans la lignée des grands détectives de l'Histoire, un nouveau héros est né.
 
Une nouvelle série en perspective.....Un nouveau héros apparaît et qui plus est, l'ami de Vidocq !
 
Bonne lecture !



En cuisine, j'aime les traditions, les recettes de notre terroir et les classiques du genre....côtes de porc poêlées accompagnées de champignons à la crème !


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes - préparation 15 minutes - cuisson 20 minutes)
 
-4 côtes de porc
-500 g de champignons de Paris
-1 gousse d'ail écrasée
-20 cl de crème épaisse
-20 g de beurre
-sel et 4 épices


Faites revenir les champignons à feu vif dans une noix de beurre. Ajoutez l'ail et faites cuire jusqu'à évaporation de l'eau des champignons.
Versez la crème et réservez au chaud.


Faites dorer les côtes dans le reste de beurre, 5 à 6 minutes de chaque côté.
Salez et poivrez.


Servez les côtes de porc accompagnées des champignons à la crème.

Bon appétit !


Vous pouvez retrouver d'autres recettes de porc sur ce lien.




Nous ne pouvions pas quitter la ville de Gand, en Belgique, sans faire une balade en bateau !
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Gand depuis le début sur ce lien !
(10 clichés)


La balade en bateau débute de l'un des plus beaux endroits de Gand : le Graslei.
Le Graslei, haut-lieu touristique de la ville de Gand en Belgique, est un alignement de maisons d'époques et de styles divers, dont l’authenticité est variable, sur la rive droite de la Lys.


Cette balade est le meilleur moyen de découvrir à quoi ressemblait Gand au Moyen-Âge.


Nous voguons vers le passé.


Et nous découvrons la ville de Charles Quint et ses recoins cachés.


Cette balade est une bonne idée pour découvrir les façades flamandes de la ville.


Nous passons devant le château des comtes de Flandre. Du bateau, la vue est magnifique !


Nous naviguons sur la Lys et la Lieve jusqu'au Rabot tout en prenant une belle leçon d’Histoire !


Nous revenons à notre point de départ......


......des étoiles plein les yeux !
 
À bientôt !



Le Rabot de la ville de Gand est une porte d'eau datant de 1491. Il est situé sur le vieux canal intérieur de Gand appelé La Lieve.
Le nom a été associé également aux tours qui contenaient le Rabot.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Gand depuis le début sur ce lien !
(4 clichés)


Le nom rabot est dérivé du verbe français rabattre.

Un Rabot ou Porte de Garde est une construction hydraulique antérieure à l'invention des écluses.



En général, une porte de garde se constitue d'une paire de portes. Située à l'entrée d'un canal, elle permet, en fermant les portes, de protéger le canal contre la crue d'une rivière.


Le système de fermeture qui était en bois dans le passé a également pour but de tenir constant le niveau de l'eau et permet ainsi de créer une différence de niveau entre deux sections d'une voie navigable.
 
À bientôt pour la suite de cette balade !



TARTE FINE AUX POMMES

 12/03/2022
Pour la réalisation de cette tarte, je me suis inspirée de la recette de samar, du blog "Mes inspirations culinaires" (voir le lien) !
Une belle tarte....une délicieuse gourmandise !


Les ingrédients pour cette recette:
(6 personnes - préparation 10 minutes - cuisson 30 minutes)
 
-1 pâte feuilletée
-3 cas de sucre
-20 g de beurre
-cannelle
-pommes
-jus de citron


Étalez la pâte sur le plaque du four.
Pelez, lavez et coupez les pommes en lamelles.
Arrosez-le de jus de citron.
Disposez-les sur la pâte.
Saupoudrez la tarte de sucre et de cannelle.
Terminez par des petits morceaux de beurre.


Glissez la tarte dans un four à 200° pendant 20 à 30 minutes (+ ou - selon le four).
 
Bon appétit !
 
Toutes nos tartes sur ce lien !



Le château des comtes est situé dans la ville de Gand, en Belgique, au confluent de la Lys et de l'Escaut, et qui date du Moyen Âge. Il est un des hauts lieux touristiques de la ville.
 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Gand depuis le début sur ce lien !
(10 clichés)


Le comte Baudouin Ier de Flandre (9e siècle) aurait fait construire les premières fortifications à cet endroit pour se défendre de l'invasion des vikings. Le comte Arnoul Ier de Flandre (10 siècle) a ensuite fait renforcer la construction pour en faire réellement un château, alors en majorité composé de bois.


Le château actuel fut construit en 1180 par le comte Philippe d'Alsace. Il fut inspiré des châteaux que le comte rencontra durant la troisième croisade.


Le château servit de résidence pour les comtes de Flandres jusqu'au 14e siècle, époque à laquelle il est supplanté par le Prinsenhof (aujourd'hui détruit), plus confortable et doté de grands jardins.


Le château fut ensuite utilisé comme prison.


Charles Quint, pourtant né au Prinsenhof, s'installa au Gravensteen lors de la répression des émeutes de 1539, pour bien affirmer que le comte venait châtier sa ville.


À partir de la fin du 18e siècle, le château abrita une filature de coton et des ateliers, et il fut même prévu de le démolir à la fin du 19e siècle. 


En 1872, le baron de Maere organisa l'opposition à cette démolition.


Ce château constitue un des plus beaux châteaux médiévaux de Belgique.


À bientôt pour la suite de cette balade !



Je me suis inspirée d'une des recettes de Laurent Mariotte pour réaliser cette fameuse brandade !
Et je peux vous dire que nous nous sommes régalés !


Les ingrédients pour cette recette:
(4 personnes - préparation 20 minutes - cuisson 40 minutes)
 
-400g de lieu
-50cl de bouillon de légumes
-3 patates douces
-3 pommes de terre
-2 gousses d'ail
-60g de beurre + 20g pour le plat
-15cl de lait
-2cm de gingembre frais
-3 càs de chapelure
-sel, 4 épices, coriandre


Pelez, lavez, coupez les patates douces et les pommes de terre.
Faites-les cuire dans un grand volume d'eau pendant 20 à 30 minutes avec l'ail pelé et écrasé.
Passez les légumes au presse-purée.
Incorporez le beurre et râpez-y un peu de gingembre.
Versez le lait tiédi.
Salez et saupoudrez de 4 épices et de coriandre.
Remuez.


Faites cuire le lieu dans le bouillon pendant 10 minutes.
Égouttez-le et écrasez-le à la fourchette.
Mélangez-le à la purée.
Beurrez un plat à gratin.
Déposez-y la préparation et saupoudrez de chapelure.


Glissez le plat dans le four et laissez-le le temps qu'il soit bien gratiné.
 
Bon appétit !
 
Vous pouvez voir ou revoir nos petits plats façon Laurent Mariotte sur ce lien!



La ville de Gand compte trois béguinages.
Deux furent fondés au 13e siècle, à l’instigation de Jeanne de Constantinople. Le troisième, remontant seulement au 19e siècle, fut construit dans la commune limitrophe de Mont-Saint-Amand afin d’accueillir les béguines contraintes à quitter leur vieux béguinage, sous la pression des autorités municipales gantoises.

Ce sont:
-le vieux béguinage
-le petit béguinage
-le grand béguinage

Une béguine est une femme, le plus souvent célibataire ou veuve, appartenant à une communauté religieuse laïque sous une règle monastique, mais sans former de vœux perpétuels.

Le mouvement béguinal, apparu à Liège à la fin du 12e siècle constitue le premier type de vie religieuse féminine non cloîtrée.

Les béguines vivent dans de petites maisons individuelles souvent regroupées autour d'une chapelle pour former un ensemble appelé « béguinage ».

 
Vous pouvez voir ou revoir notre balade à Gand depuis le début sur ce lien !
(6 clichés)


Le béguinage Sainte-Élisabet était situé dans le quartier de la Cour des Princes, château où naquit Charles Quint et dont à peu près rien n’a été conservé.

Il est à peine identifiable comme béguinage, son mur d’enceinte et son portique d’entrée ayant disparu.



Fondé en 1234 par Jeanne de Constantinople, et ayant son domaine propre avec chapelle depuis 1242, le béguinage comporte au début du 14e siècle une centaine de maisonnettes.


Au 17e siècle le béguinage est en plein essor. Les béguines sont plus de 800, et l’église gothique est agrandie, et embellie d’éléments baroques.


À la fin du 18e siècle, les béguines perdent la propriété de leur béguinage, dévolu par le pouvoir révolutionnaire français à l’administration des hospices civils de la ville. Elles y restent cependant comme ‘locataires’.


Le site comprend aujourd’hui : des maisons de béguines, pour la plupart du 17e siècle, des «couvents» (immeubles collectifs), également du 17e siècle, l’église Sainte-Élisabeth édifiée au 13e siècle, mais qui n’a gardé de sa structure primitive que des piliers, et qui fut par deux fois fortement remaniée à l’époque baroque, jusqu’à prendre l’aspect d’une église-halle.
 
À bientôt pour la suite de cette balade !



<< 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :