Les blogs
du village
chez Séo and Co

chez Séo and Co

Deguemer mat ! lieu de partage & d'échanges

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 5 418 466
Nombre de commentaires : 1 900
Nombre d'articles : 1 986
Dernière màj le 10/01/2022
Blog créé le 06/12/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Bon sens

 03/01/2022
Je trouve ce texte criant de bon sens et de vérité.... 😉 
Je vous partage ce texte de Laurent Gounelle l'auteur. 

Chers amis,
Je tiens à vous souhaiter plein de bonnes choses pour 2022, et notamment, comme le veut la coutume, une très bonne santé. Voici donc quelques recommandations en ce sens, toutes basées sur des constats scientifiques :
Evitez les promenades en forêt : les sous-bois regorgent de tiques prêtes à vous tomber dessus. Beaucoup sont porteuses de la maladie de Lyme, une cochonnerie que vous n’avez pas envie d’attraper. Préférez les balades dans les champs.
Evitez les promenades dans les champs : la plupart sont régulièrement aspergés de pesticides, ce qui explique sans doute une espérance de vie plus courte chez les campagnards que chez les citadins. Privilégiez les balades en ville.
Evitez les promenades en ville : l’air y est saturé de particules fines, que l’activité physique fait pénétrer au plus profond de vos bronchioles, avec à la clé un risque de cancer des poumons.
Evitez les bains de mer : un litre d’eau de mer contient plus d’un million de virus. En buvant la tasse, vous avalerez aussi des cyanobactéries, des staphylocoques, des streptocoques, ainsi que des chétognathes (vers sagittaires), des polychètes (vers aquatiques) sans oublier les microplastiques issus des activités humaines. Préférez les bains en piscine.
Evitez les piscines : l’urine des baigneurs provoque une réaction chimique avec le chlore, formant de la trichloramine et du chlorure de cyanogène, des substances dangereuses qui peuvent affecter les poumons, le cœur et le système nerveux central. Privilégiez les baignades en rivière.
Evitez les bains en rivière, très souvent polluées par les rejets des usines situées en amont.
Evitez de boire l’eau du robinet : malgré les traitements, elle contient encore des résidus de médicaments et de pesticides. On peut même y trouver parfois des composants de chimiothérapie. Préférez l’eau en bouteille.
Evitez l’eau en bouteille : les palettes de supermarché sont souvent stockées en plein soleil et sous l’effet de la chaleur, le plastique libère des particules chimiques dans l’eau.
Evitez les claviers d’ordinateurs, qui abritent jusqu’à 7500 bactéries chacun.
Evitez de serrer la main de vos collègues et amis : 80% des maladies infectieuses se transmettent par contact. Sinon, lavez-vous les mains.
Evitez de vous laver les mains moins de 20 secondes, sinon vous n’éliminez pas toutes les bactéries.
Evitez de vous laver les mains plus de 20 secondes : cela détruit le film hydrolipidique de la peau et affaiblit votre système immunitaire.
Evitez de vous essuyer les mains avec une serviette, véritable bouillon de culture.
Evitez d’utiliser les sèche-mains électriques : ils soufflent sur vos mains les bactéries présentes dans l’air.
Evitez de garder les mains non désinfectées : elles abritent jusqu’à 10 000 milliards de bactéries et des virus qui, comme le SARS-CoV 2, peuvent vivre plus de 9 heures sur votre peau. Pour les supprimer, utilisez du gel hydroalcoolique
Méfiez-vous des gels hydroalcooliques : ils amoindrissent la flore cutanée commensale qui participe à vos défenses immunitaires. Certains gels peuvent par ailleurs contenir du benzène, cancérigène connu qui peut provoquer des leucémies, et d’autres, du triclosan ou du triclocarban, suspectés de favoriser le développement du cancer du sein.
Evitez de respirer : en inhalant, entre 17 000 et 400 000 virus pénètrent vos poumons chaque minute.
Evitez l’exercice physique : la ventilation augmentant avec l’effort physique, un simple footing peut vous faire avaler plus de 2 millions de bactéries à la minute.
Evitez l’inactivité : un exercice physique modéré améliore la fonction immunitaire...
Tout ça vous fait peur ? Tant mieux. Vos peurs sont très, très utiles aux intérêts de certains. C’est d’ailleurs le thème de mon prochain livre, "Le Réveil", qui paraîtra le 23 février.
Ah… j’oubliais : si jamais ces conseils, malgré leur fondement scientifique, ne vous inspirent pas, il vous reste une alternative, depuis longtemps oubliée… Cela s’appelle vivre. Tout simplement. Vivre. Et c’est vraiment ce que je vous souhaite pour 2022. Du fond du cœur.
Bien affectueusement,
Laurent Gounelle




Joyeuse fêtes

 31/12/2021








Demat 🙋‍♀️

 29/12/2021

🙋‍♀️la Family et les ami-e-s, lez girly, les copinautes,
nous sommes le 29 décembre C'est la St David, sans Goliath et notre pensée va directement pour 🥁
DaDa notre cocher !
(pour ceux qui suives uniquement).

Comme un éternel renouvellement, cette année s'achève pour laisser place à une page blanche que je vous souhaite de remplir.
Nous quittons cette année avec des
Vents violents, vagues de 8 mètres:
la tempête Barra pourrait menacer les côtes dès lundi, ainsi que nos peines, nos joies, nos discours, notre solitudes, nos rires et fous rires et notre amour...
J'espère 2022 meilleurs, pour vous ma family mes ami-e-s, les girly, les copinautes, pour nous et moi malgré le contexte du nouveau monde😉
alors...
les polémiqueuses,
les hypocrites de tous bords,
les dragueuses intempestifs,
les détourneuses de vestes,
les lunatiques,
les capricieuses,
les défaitistes,
les offusqués d'un rien,
les fouille-crottes,
les jalouses,
les homophobes,
les racistes,
les enquiquineuses,
les perverses de tous bords,
les dé- teneuses de vérité,
les butées,
les pinces sans rire,
les profiteuses,
les voleuses d'idées,
les susceptibilités mal à proposer les têtes à claques nouvelles de cette année oust, passez votre chemin avec grands plaisir !
Entre le pardon et la vengeance, je choisie l'indifférence !

Bonne saisons des fête du bout de l'an à vous la family et les ami-e-s, les girly, les copinautes et vous souhaite de réaliser vos rêves les plus fous😊

Bon et doux mercredi à vous toutes et tous breizhouilles.😘😘




La maison de colette

 17/12/2021

"Avec l'enfance, dit Colette, on perd le don d'inventer." Si l'invention consiste, en effet, à grandir la vérité à la dimension du rêve, alors, soit. Nous en eûmes la preuve en visitant la maison natale de la romancière. Pénétrer dans la "Maison de Claudine", quel choc pour un amoureux de Colette, qui reconnaît tout sans avoir jamais rien vu ! (...)

Au long d'une existence agitée, chaque fois que Colette a voulu évoquer une fleur, un paysage, un fruit, la bise d'hiver, un printemps débarqué sans crier gare, elle s'est instinctivement référée à ses souvenirs d'adolescente. Elle qui rêvait, au moment de tout finir, d'emporter une gorgée imaginaire d'une source de son enfance, qui, jaillie au ras du sol, empruntait une saveur sauvage aux feuilles et aux racines d'alentour - elle a connu ce que nous n'exprimons guère ou mal : le prix de joyau d'un souvenir que nos premières années embellissent et qui tient bon, en diamant qu'il est, jusqu'à la fin. (...)
Ombrageux, possessif et tendre, Saint-Sauveur a la claire conscience d'avoir été le berceau d'une souveraine."

Un texte écrit par Clarendon
(Bernard Gavoty) en 1972...
















Si les conflits entre mère et fille sont inévitables, c’est parce qu’il s’agit de deux femmes, qui cherchent d’abord à élaborer, ensuite à séparer leurs destins féminins.

Il n’y a pas de lien mère fille simple : 
la normalité est que celui-ci soit fait d’accords et désaccords, d’éloignements et réconciliations. Cela n’empêche qu’il y ait entre elles un amour incommensurable!

LE POUVOIR DE LA MÈRE

Tout enfant expérimente un état de détresse à l’origine, à cause de sa totale dépendance à l’égard de sa mère. Il pressent que sans elle, il n’est pas. La présence de la mère est ainsi ce qu’il désire le plus au monde.
( Le bébé apprend vite à sourire, à se rendre irrésistiblement mignon aux yeux de sa mère: en lui plaisant de la sorte, c’est sûr, elle ne le quittera pas d’une semelle ?)

Cette quête de l’amour de la mère est le fondement du pouvoir maternel sur sa vie. Comment risquer lui déplaire et la voir s’éloigner ? Les volontés de la mère deviennent vite des édits.

Chez la fille, cette quête – et ce pouvoir – acquièrent vite une dimension supplémentaire:
elle a autant besoin que le garçon de la mère qui nourrit et soigne mais elle en a besoin aussi pour accéder à son devenir en tant que femme.

C’est surtout à partir de l’impact causé par la découverte de la différence anatomique entre les sexes – quand la fillette s’aperçoit qu’elle "n’a pas", comme le garçon, un sexe visible sur lequel bâtir la création imaginaire de son être féminin – que la petite se tournera avec force vers sa mère, avec la question qui la taraudera toute sa vie:
"qu’est-ce qu’être une femme ?", croyant que celle-ci peut lui transmettre l’essence de la féminité. Or cette transmission est impossible. Ce n’est pas que la mère ne veuille pas le faire comme le suppose parfois la fille, mais elle ne le peut pas, car il n’y a pas de définition claire de l’expérience de la féminité comme il n’y en a pas de l’identité féminine:
il n’y a pas une façon d’être femme, mais une façon de chaque femme de l’être.

Mais tant que la fillette croira que la mère détient les clefs de la (et pourtant de sa propre) féminité, elle cherchera à être aimée d’elle, et craindra de ne pas l’être assez: assez pour s’assurer de sa présence, afin de ne pas perdre une miette de son secret.

Câlins, tendresse, obéissance… en s’efforçant de se faire aimer la fille délaisse quasi naturellement son propre désir, pour satisfaire celui de la mère. Mais cette situation ne peut se perpétuer. Qu’une fille demande à sa mère quelle robe elle doit porter peut signifier qu’elle ne sait pas quelle vêtement est approprié à la circonstance. Mais cela peut aussi vouloir dire "quelle robe veux tu que je porte ?"

Quand à l’adolescence la jeune se met à teindre les cheveux en rouge, à se faire un tatouage et un  piercings dans des endroits dont on ne soupçonnait pas qu’ils puissent être percés, elle ne fait que tester les contours de ses désirs – et de leur acceptation par sa mère. Pourtant, ces incursions par son propre désir sont si souvent motif de disputes qui se répètent et se perpétuent, sans qu’elles ne sachent plus quand ou pourquoi elles ont commencé.

Mieux vaut encore cela que le contraire. Car la quête de l’amour maternel, avec tous les compromis avec son propre désir qu’elle comporte, laisse des traces; nombre de filles y retourneront, voire succomberont, tout au long de leur vie.

Il est important que la mère veille à ce que son pouvoir – qui règne incontesté sur les faits et gestes de sa fille depuis qu’elle est née – ne se transforme en dictature. Qu’elle l’aide à accéder peu à peu à son propre désir, quand bien même (surtout !) différent du sien:
Quelle robe aimerais-tu porter ?
(Quelles études aimerais-tu faire ? Quelle femme aimerais-tu être?)

LA BONNE DISTANCE

Quelle mère ne se réjouit de l’amour complice que la fillette lui voue, satisfaisant les moindres de ses désirs si docilement ?
Après tout, fille elle aussi, n’a-t-elle pas aimé et voulu être aimée inconditionnellement de sa propre mère ?
(Et ne voudrait-elle être aimée de la sorte, aujourd’hui encore ?) Trouvant chez sa petite fille un tel amour, comment ne pas s’y rendre, corps et âme ?

Beaucoup de mères sont si captivées par cette relation aux tons idylliques, qu’elles auront du mal l’abandonner. Surtout si, n’ayant pas trouvé de réponse satisfaisante à la question qui les traverse depuis l’enfance – qu’est-ce qu’être une femme ? – elles s’accrochent à cet amour comme s’il pouvait les aider à y répondre. (Et dans une certaine mesure, il peut).

Si l’amour-colle auquel aspire la fillette l’aide à se construire, à partir d’un certain âge, il l’étouffe. Certaines mères auront néanmoins le plus grand mal à laisser partir la petite lorsque, devenue grande, elle voudra voler de ses propres ailes. Et les moyens ne manquent pas (chantage, culpabilisation ou douce séduction) pour garder leurs filles collées à elles, éternelles enfants  dépendantes – auprès desquelles elles cherchent, paradoxalement, à trouver une solution à leur propre position éternisée de fille n’ayant pas su élaborer la bonne séparation d’avec leur mères…

 

TROIS FEMMES, UN CORDON

Si on entend si fréquemment dire que ce cordon est difficile à couper, c’est parce qu’en fait il s’agit d’un double cordon :
un qui relie la fille à sa mère, l’autre à sa grand-mère, à laquelle la mère reste très connectée. Il s’agit ainsi de filles qui ont besoin, chacune à sa manière, de résoudre les problèmes qui les retiennent à leur mère.

L’incapacité d’une femme à quitter un cercle de répétitions, bonnes ou mauvaises, dans sa relation avec sa propre mère conduit souvent sa fille à essayer de l’aider – inversant par là l’ordre naturel de la vie, la fille prenant la responsabilité des évolutions émotionnelles de sa mère. Il est donc très libérateur pour une fille d’entendre "Tu n’as rien à voir avec cette histoire avec ta grand-mère, c’est mon problème" parce que cela lui indique que sa mère est prête à faire face à ses soucis sans son aide. Se voir mêlée à des problèmes qui ne la concernent pas est souvent l’une des raisons pour lesquelles une fille trouvera à se plaindre de sa mère, dans un avenir pas toujours très lointain.

 

LA MÈRE, CETTE FEMME

Si c’est à la mère que la fille adresse la question "qu’est-ce qu’être une femme ?" c’est parce qu’elle a l’intuition que celle-ci n’est pas seulement mère mais aussi femme. L’image féminine maternelle amène la fillette à rêver de son avenir de femme: elle chausse ses talons, elle porte ses robes, surtout elle l’observe…

Comprenant (si tout se passe bien) qu’il n’y a pas une réponse à sa question, celle-ci se transforme, principalement à partir de l’adolescence: "Maman, qu’est-ce qu’être une femme pour toi ?" 

Il est toujours problématique pour une fille de constater que celle-ci a renoncé à vivre sa condition féminine car elle ne disposera pas alors d’un modèle qui puisse l’aider à constituer le sien. Une mère encline à vivre pleinement sa condition féminine composant avec ces deux axes, maternel et féminin – aide sa fille à acquérir non pas un savoir sur la féminité, mais la certitude que l’essentiel est de "savoir y faire".

 

FAIRE FACE AU MANQUE

Seule une mère ayant résolu la question du manque de définition claire de son sexe en son propre corps est à même d’accueillir une fille, de l’aider à bâtir son identité féminine. Des femmes n’ayant pas réussi à subjectiver ce manque auront du mal à accompagner leurs filles dans ce parcours. La question reste parfois enfouie tant que la fille est petite. À l’adolescence, sa sexualité naissante menace la mère, la renvoie dans ses retranchements. Certaines transforment leur propre manque d’élaboration de leur sexe – vécu parfois comme un rien – en règles strictes. Bien sûr chaque famille a le droit d’élever ses enfants selon sa morale: mais y a un monde entre établir des règles de bienséance et nier la sexualité de l’adolescente. Imaginez l’impasse vécu par une fille dans cette situation – ou, pire encore, si elle (qui craint toujours de perdre l’amour de sa mère) obtempère… et rate, elle aussi, son destin féminin.

Si les conflits entre mère et fille sont inévitables, c’est parce qu’il s’agit de deux femmes, qui cherchent d’abord à élaborer, ensuite à séparer leurs destins féminins. En rééquilibrant ces facteurs à chaque nouvelle phase de vie, alors qu’elles avancent dans la distinction progressive de leurs corps, leurs désirs et leurs sexualités, elles peuvent néanmoins trouver le moyen de vivre une relation apaisée; aussi proche que celle, idyllique, des débuts, mais différente. Une relation où chacune est libre d’être l’artisan de sa propre féminité, et de se créer une façon propre – la sienne – d’être femme.




Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker est devenue, mardi 30 novembre, la sixième femme à entrer au Panthéon, après Simone Veil en 2018, lors d'une cérémonie célébrant son statut d'icône jazz des années 1920 et son engagement au côté de la France libre et dans la lutte antiraciste, de "femme défendant le genre humain" selon les mots d'Emmanuel Macron.

"Elle fit à chaque tournant de l'histoire les justes choix, distinguant toujours les lumières des ténèbres", a déclaré le chef de l'État lors d'une allocution d'une trentaine de minutes, voyant en elle une "incarnation de l'esprit français".

Un cénotaphe représentant l'ancienne vedette du music-hall a été transporté jusqu'à la crypte du monument parisien, sa famille n'ayant pas souhaité déplacer son corps, qui repose à Monaco.

Six membres de l'armée de l'air, que Joséphine Baker avait rejointe en 1944, ont porté le cercueil vide de sa dépouille, drapé des couleurs tricolores, sur un long tapis rouge déployé sur la rue Soufflot, au son du jazz et des plus belles chansons de l'interprète de "J'ai deux amours", entrecoupées d'un "Chant des partisans" entonné par le Chœur de l'armée française.



Seconde femme après Colette à avoir eu droit à des obsèques nationales, Joséphine Baker entre au Panthéon, pour y rejoindre les grandes figures grâce à sa riche vie d'artiste de music hall, de résisdente et de militaire antirasiste et est rentré il y a 7 jours, quarante six ans après sa mort, .
L'occasion de rappeler les relations amicales entre les deux femmes et les textes que Colette lui a consacré. A lire également, la biographie de Joséphine Baker
(aux éditions Tallandier par Gérard Bonal).
« Les voiles tombent, Joséphine Baker enjambe, comme une margelle, les étoffes qui la quittent, et d'un seul pas assuré elle entre dans la nudité et dans la gravité. Le dur travail des répétitions d’ensemble semble l’avoir un peu amincie, sans décharner son ossature délicate. Les genoux ovales, les chevilles affleurent la peau brune et claire, d’un grain égal, dont Paris s’est épris. Quelques années, et l’entraînement, ont parfait une musculature longue, discrète, ont respecté la convexité admirable des cuisses. Joséphine a l’omoplate effacée, l’épaule légère, mobile, un ventre de jeune fille, à nombril haut. [...]
Grands yeux fixes, armés de cils durs et bleus, pommettes pourpres, sucre éblouissant et mouillé de la denture entre les lèvres d’un violet sombre,
la tête se refuse à tout langage, ne répond rien à la quadruple étreinte sous laquelle le corps docile semble fondre...
Paris ira voir, sur la scène des Folies, Joséphine Baker, nue, enseigner aux danseuses nues la pudeur »
(Colette, La Jumelle noire, 12 octobre 1936)



la vie est belle

 09/10/2021
QUANDS LES PARENTS VIEILLISSENT...

Laissez-les vieillir avec le même amour qu'ils vous ont laissé grandir...
laissez-les parler et raconter des histoires répétées avec la même patience et le même intérêt qu'ils ont entendu les vôtres dans leur enfance...
laissez-les surmonter, comme tant de fois où ils vous laissaient gagner...
laissez-les profiter de leurs amis comme ils vous laissent ...
laissez-les profiter des discussions avec leurs petits-enfants, car ils vous voient en eux ...
laissez-les profiter de vivre parmi les objets qui les accompagnent depuis longtemps, parce qu'ils souffrent quand ils sentent que vous arrachez des morceaux de cette vie ...
laissez-les se tromper, comme tant de fois vous vous êtes trompé et ils ne vous ont pas embarrassé en vous
corrigeant ...
LAISSEZ-LES VIVRE et essayez de faire les heureux du dernier tronçon du chemin qu'il leur reste à parcourir ;
donne-leur la main, tout comme ils t'ont donné la main quand tu as commencé ton chemin !



On ne se méfie jamais assez des êtres qui semblent tout accepter, tout supporter en silence et parfois même en souriant.
Leur soumission parait sans limite, leur tolérance inépuisable, puis un jour ils quittent le jeu, tournent les talons, claquent une porte, et c’est définitif.
On ne peut plus rien pour les retenir.
Intérieurement, ils ont fait tout le chemin, bloqué les comptes, ils ne sont presque déjà plus là quand ils annoncent qu’ils vont partir. 💞




Oui je m'isole, non pas parce que je n'aime pas les gens, mais parce que je m'épuise au contact du monde, le bruit, la foule, les discussions trop longues...
Je n'ai pas appris à vivre seule, j'aime vivre seule.
Je choisis de vivre seule. C'est différent !
Aussi, parce que je préfère être seule qu'entourée de personnes qui ne vibrent pas sur les mêmes fréquences que moi.
Non je ne dis pas qu'elles sont moins intéressantes, je n'ai nullement cette prétention...
Je dis simplement que nous sommes différents !
Nos sensibilités et ressentis n'atteignent pas les mêmes sommets.
Je dis aussi que plus je vieillis et plus je sais qui je suis, où je vais et ce que je veux. Et ce qui ne me correspond plus du tout. Je n'ai pas besoin d'avoir de la compagnie. Je ne me sens jamais seule, je me sens merveilleusement bien dans le silence.
Et si je reçois du monde, c'est que l'envie est là et le plaisir aussi !
Bien souvent, mon calme, ma paix intérieure, mon recueil, mes ressources, mon lâcher prise, ma sérénité, je les puise dans ma bulle "chez moi, dans mon nid" seule, ou dehors "en pleine nature" seule encore et toujours.
Je ne suis pas asociale, je suis une empathe sélective. Une empathe qui respecte ses ressentis et écoute son corps, son mental, son âme.
J'aime profondément les gens, les écouter, les conseiller et les aider... Mais après cela, mon "Moi" réclame une pause.
Alors si quelques personnes se reconnaissent, elles sauront que si l'on passe du temps avec quelqu'un, ce n'est nullement pour combler un vide, mais c'est que l'on en a envie... Vraiment ! 
 ❤️


le raidillon

 24/09/2021
Une petite promenade en solitaire dans ma montagne 😉
et c'est vrai que c'était très très raide...Ils était rares ceux  qui le montaient à vélo.
personnellement je le faisait avec une copine de jeux aussi mais pas tous les jours car c'était risqué en cas de rupture de chaîne.
Le premier virage se passait assez bien mais le deuxième était pénible...
très vieux souvenir mais bien vivant dans ma tête et dans mes jambes !

Il y a un plaisir réel de se retrouver sous le sous bois au milieu de ses gens, de ses animaux et de ses murets de pierres.
Rien de tout cela n'est indifférent, surtout quand on y vient volontairement chercher la solitude et le repos.
Ce pays me rappelle toute ma vie d'enfant d'en, chaque arbre, chaque pierre me retrace un chapitre de mon histoire.

La commune domine la Vallée de la Loire, perchée sur son balcon. Elle partage avec la commune voisine une petite forêt vallonnée à découvrir :
le bois des Fous.
Le Circuit de La Montagne offre une grande diversité de paysages et recèle de nombreuses curiosités. Accessible à toute la famille, des plus petits aux plus grands, cette promenade vous permettra de dominer la vallée de la Loire.
L'embrassant d'un seul regard, vous apercevrez Cheviré, Haute-Indre et Basse-Indre. Un peu plus loin, vous traverserez le Bois des Fous. L'origine de son nom proviendrait de faou qui signifie " hêtre " en breton.
Ce bois comporte de nombreuses essences :
hêtres, chênes, châtaigniers, merisiers, peupliers, bouleaux et quelques érables champêtres. Au printemps, des fleurs sauvages égayent le sous-bois. Autre élément remarquable :
le Château d'Aux.
Le Chevalier d'Aux de Bournay confia la construction de cette vaste demeure au célèbre architecte Ceineray à partir de 1769.
Monsieur d'Aux tenait sa fortune des plantations d'ananas qu'il possédait à Saint-Domingue.
La Révolution sonna le glas de cette magnificence.
En 1791, la garnison s'installa dans le château du seigneur ruiné pour protéger la fonderie de canons d'Indret.
Aujourd'hui, le Château est devenu une Maison d'Enfants.



D'après vous...

 23/09/2021

Quelle sont les 3 ingrédients principaux pour une relation équilibrée et épanouissante ?

Perso:
complicité, communication spontanée et confiance.
(bien sur l'amour, mais c'est la base du départ... 😉)




🎤On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Le travail est nécessaire
Mais s'il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien... on s'y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long

Dans le feu de la jeunesse🎶
🎈
Bon lendemain d'anniv ma douce sacenar💋




M'y love💋🎈💝

 20/09/2021

Ma belle, c’est le ciel qui t’a envoyé vers moi, peut-être, ou nous avions rdv, mais peu importe. Tu m’as apporté le soleil☀️ qui me manquait et avec toi j’ai appris à nouveau à sourire😁, à un moment où j’en avais besoin.
Femme de ma vie , femme de mes nuits, femme de mes désirs et de mes soupirs.
Je t’envoies milles baisers💋 de tendresse, de la douceur et des caresses.
Qu’ils envoutent tes sens en mon absence. Mon cœur❤️ t’aime, d’un amour indéfinissable.

Tu es ma lumière🔦, mon univers🌌, mon repère, tu es une partie de moi, tu n’es pas dans mon cœur, tu es mon cœur♥️

Loin de tes yeux, je ne sais plus si je vis, si je respire, j’ai l’impression de me perdre et d’étouffer

Laisse-moi embellir ta vie jusqu’à mon dernier jour, t’apporter autant que tu as donné un sens à la mienne, avec toi à mes côtés

Laisse-moi te donner encore cet amour❤️ que je ne sais pas toujours montrer, tiens ma main🤘 , viens avec moi , je veux être là pour toi , et t’emmener vers des jours meilleurs
Je veux marcher🚶‍♀️🚶 avec toi , tu es l’amour💝 de ma vie , tu es mon arc-en-ciel🌈




Ma chère fille :😰

Un jour tu me verras vieille..😰
Incohérente dans mon comportement !!... 🌿
A ce moment là s'il te plaît accorde moi un peu de temps et un peu de patience pour que tu me comprennes...🌾

Et quand mes mains trembleront et laissereront tomber la nourriture sur ma poitrine ne te dégoutte pas de moi...🍂

Et quand je n'arriverai pas à m'habiller... Pare toi de patience avec moi. 🍁
Et rappelle toi des années passées alors que je t'apprenais à faire ce que je suis incapable de faire aujourd'hui. 🍄


Si je ne suis plus élégante et de bonne senteur, ne m'en veux pas et rappelle toi mes tentatives répétées pour que je me présente élégante et de bonne senteur.

Ne ris pas de moi quand tu verras mon ignorance et mon incompréhension des choses de votre époque... Mais sois mes yeux et ma raison pour que je rattrape ce qui m'a échappé.🌾
C'est moi qui t'ai appris les bonnes manières. C'est moi qui t'ai appris comment faire face à la vie. Comment donc m'apprendrais-tu aujourd'hui ce qui doit se faire et ce qui ne le devrait pas ??? !!!🍃

Ne t'agace pas de mes troubles de mémoire, de ma lente élocution et de mes évasions pendant que je te parle. 🍂
Parce que mon bonheur dans ma discussion avec toi n'est ce que je dis, mais le fait d'être avec toi. 🍁
Aide moi uniquement à assurer ce dont j'ai besoin. Car je sais toujours ce que je veux. 🍄

Et lorsque mes pieds me trahissent pour me porter là où je veux, 🌿
sois douce avec moi et rappelle toi que j'ai très souvent pris ta main pour que tu puisses marcher. 🍁
N'aie donc pas honte aujourd'hui de prendre ma main car demain tu chercheras qui prendra ta main.🌱

Dans mon âge actuel sache que je n'aspire pas à la vie comme toi 🍁
mais tout simplement à la mort.
Sois donc avec moi... et non pas contre moi !!!🍂
Quand tu te rappelleras de certaines de mes fautes sache que je ne voulais que ton avantage. 🌳


📷 ma ch'tite man' 
     avril 2021


Cette expression récente du XXe siècle,
désigne une fatigue extrême ou un état physique tel qu’il nécessite d’être récupéré en petits morceaux à l’aide d’une cuillère.
À l’origine, le terme “cuillère” a été employé dans cette locution pour sa phonétique proche de “cueillir”...

qui est lui-même un synonyme de “ramasser” !
Nous, les cuillères, on les aime surtout pour le dessert.
Et vous ? 👀



Chipouille 💖

 02/08/2021

"Il est très douloureux de perdre les êtres que l’on aime. Mais c’est l’amour lui-même qui permet de surmonter cette douleur. Vous pensez, au contraire, que plus on aime, plus on souffre ?
Sur le moment, oui, sans aucun doute.
Mais si vous avez véritablement aimé un être, la mort ne peut pas vous séparer de lui, avec le temps une autre forme de relation se crée entre lui et vous, vous le sentez comme une présence constante.
Et la nuit, pendant que vous dormez, vous êtes aussi avec lui, votre âme va le rejoindre.
Le matin, au réveil, vous ne vous souvenez peut-être pas de cette rencontre, parce que les voyages de notre âme pendant le sommeil ne parviennent que rarement à notre conscience, mais avec le temps, vous ressentirez de plus en plus la force de ce lien.
L'univers n’a pas fixé de limites à l’amour.
L’amour est plus fort que la mort.
Les êtres qui se sont aimés d’un amour véritable ne se quittent jamais, leur âme franchit tous les obstacles de la matière."

Pour Elle, douce et rayonnante Chipie💖🙏💖
Ce soir je vois briller une étoile arc en ciel peuplée de licornes joyeuses ✨🌈🦄
Vole vole petit ange💖
Nous t'aimons💖🙏😭
Doux bisous volants 😘😘😘




 "Houla les garous seront de sortis attention à toi" comme tu me dirais 🤣🤣🤣

Plus sérieusement ma Bimbo je médite lors de cette lune
🌕Grande envie de liberté🌕

On veut évacuer ,
dépasser les soucis,
relâcher,
prendre soin de notre corps et notre esprit pour être en adéquation avec le changement interne.

FAVORISE ET NOUS APPELLE :

🌟À notre côté inventif est audacieux
🌟 Au secteur amical et relationnel à l'ouverture aux autres, la tolérance et la solidarité
🌟A nous libérer de notre passif et de nos chaînes
🌟 laisser de côté nos obligations et respirer

CE QUI NOUS POUSSE :

🌟Améliorer une relation et les faire progresser
🌟 Ce libérer d'une relation nous étant nocive est tourné la page
🌟 S'exprimer envers une personne avec qui ne règle en décompte depuis la dernière lune
🌟S'exprimer sur des doutes ou des inquiétudes
🌟 Ouvrir son cœur et crever l'abcès pour se libérer
🌟 Trouver l'apaisement



À fleur de mot

 02/07/2021

J'aime les personnes qui savent comment être là, sans si et sans mais.
Celles qui savent toujours trouver le moyen, la bonne façon, pour vous faire comprendre que dans leur vie vous êtes important.

Parfois il suffit de peu, un message, une caresse, un regard ou un sourire, ce peu qui vaut vraiment tant.

J'adore ces personnes qui vous demandent " comment vas-tu ?", et vous les regardez, et vous savez que vous ne pouvez pas mentir parce qu’elles savent vraiment ce que vous ressentez.

Et alors, comme une rivière en crue vous commencez à raconter tout ce que vous avez à l'intérieur, ce qui vous vient de l'estomac et elles sont là devant vous et vous écoutent.

J'aime les personnes qui ne s'arrêtent pas devant les apparences, celles qui creusent en vous, celles qui n’abandonnent jamais.

J'adore ces personnes qui cultivent leurs relations, jour après jour. Ces personnes qui ne sont pas de convenance, mais qui acceptent tout simplement de se sentir bien.

J'aime les personnes loyales, sincères, celles qui ne disparaissent pas, celles qui vous expliquent leurs problèmes, qui choisissent de se faire aider, pas par n'importe qui, mais par vous.

J'aime les personnes qui font les faits, parce qu'avec les mots tout le monde peut être bon.

J'adore les amis, ceux présents, ceux qui malgré leur mauvais caractère ne vous abandonnent pas, ceux qui vous choisissent et vous tiennent la main, toujours.

J'adore les personnes qui savent comment être là.




Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est de constater à quel point le monde dans lequel nous vivons peut être dangereux et cruel puis de se rappeler que c’est dans ce même monde que son enfant grandira, tantôt à ses côtés, tantôt seul, laissé à lui-même.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est prendre son enfant malade dans ses bras. C’est regarder ses petits yeux vitreux privés de l’énergie qui ne les habite plus. C’est lui caresser les cheveux et embrasser son front en priant pour qu’il aille mieux demain.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est voir son enfant faire son entrée à l’école en réalisant que les cinq dernières années sont passées à une vitesse folle. C’est pleurer de fierté et de nostalgie à la fois. C’est peu à peu réaliser que son rôle ne sera pas de tenir la main de son petit à tout jamais.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est voir son petit rejeté. C’est être témoin d’un jeu qui finit mal et duquel il est exclu. C’est entendre un autre enfant lui dire qu’il n’est pas le bienvenu. C’est lui expliquer qu’on ne peut pas être aimé de tous alors qu’il croyait encore que l’amour était partout, tout le temps.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est voir son enfant échouer alors qu’il avait mis tant d’efforts pour parvenir à ses fins. C’est l’aider à se relever en lui disant que même si les efforts paient, parfois, on n’y parvient pas et cela fait partie de la vie. C’est lui apprendre qu’il ne peut pas être bon dans tout ce qu’il entreprend alors qu’on n’a pas cessé de lui répéter le contraire depuis sa naissance.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est la première fois que son enfant refuse son câlin parce qu’il a grandi et qu’il n’a plus besoin des bras de sa maman. C’est ce moment où elle cesse de le border. C’est cet instant où il ne l’embrasse plus avant de partir.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est de constater à quel point le monde dans lequel nous vivons peut être dangereux et cruel puis de se rappeler que c’est dans ce même monde que son enfant grandira, tantôt à ses côtés, tantôt seul, laissé à lui-même.

Ce qui brise le cœur d’une mère, c’est de réaliser que son enfant a grandi et n’aura plus jamais besoin d’elle de la même façon mais qu’elle aura toujours besoin de lui.




mes petits plaisir

 29/05/2021

 
ce mantra pour ma taupine qui traverse des difficultés de santé compliqué...
🙏💗🧡💛💚💙💜🙏


Je suis forte parce que parfois je n’ai pas d’autre choix.
Je suis forte parce que la vie ne m’a pas laissé le choix.
Je suis forte parce que j’ai appris à survivre à la douleur.

Que malgré la tempête je cherche toujours le soleil.
Malgré les chutes, j’ai encore envie de danser.
Malgré les blessures, j’ai les yeux pleins d’émerveillement.

Je fais encore des vœux aux étoiles.
Je crois que les rêves sont des cerfs-volants à chasser..
Je cherche des arcs-en-ciel dans les flaques.
J’ai même serré les poings quand il fallait abandonner.
Je suis forte malgré mes faiblesses et toutes mes erreurs.

Parce que je ne peux pas abandonner, et pourtant je continue de rêver.
À lutter.
À voler.



Sans lait, ni oeuf, ni farine… et sans cuisson

 « La santé dans l’assiette,
le grand cru de Marie-Sophie L par exemple,

 Qui à osé l’aventure de la cRusine ?

Comment vous êtes vous mises ou mis à la

 cuisine crue  ?







Quand une personne est hypersensible, elle peut être prise pour une personne susceptible.

Une hypersensible se sent vite touchée, blessée.
Sa vulnérabilité, sa fragilité la referment dans une coquille afin de ne pas "trop" ressentir la douleur.
Malheureusement, la souffrance a été perçue et tout un mécanisme se met alors en route.
Elle peut être en réaction, le visage fermé, ne dialoguant plus, ou alors se sentir attaquée et répondre par des mots, une attitude plus dure, plus froide. Elle peut aussi rester sur la défensive et ne plus arriver à se détendre, vigilante au prochain "coup".
Elle peut aussi choisir la voie du silence et du repli pendant un temps... Juste pour elle de sentir qu'elle n'était pas la cible.
En effet, une hypersensible est à fleur de peau. Elle ne prend pas les choses mal ou de travers.
Non, elle prend les choses à cœur, en plein cœur. Il n'existe pas de filtre, de distance entre la vibration des mots verbalisés et ce qu'elle ressent.
Elle vit intensément les mots comme des maux.
Elle peut être remplie d'humour, de joie, mais elle ressent tout avec son corps, avec son cœur, avec son Être.
Ce qui sauve l'hypersensible, c'est l'Amour.
Elle est en Amour du Monde.
Elle est emplie de compassion, de compréhension.
En toute simplicité pour elle, car les mots deviennent des énergies qu'elle ressent.
Non, les hypersensibles ne sont pas susceptibles, ce sont justes des Cœurs aimants et vibrants au rythme de l'Univers mais aussi au tempo des émotions, des souffrances véhiculées de partout, par tous.
Les hypersensibles sont un cadeau précieux pour l'Humanité où de belles valeurs, de merveilleuses vibrations sont envoyées de leur Être, amoureux du Monde.
Apprivoiser ce don, se connaître, être présent à soi, rester le cœur ouvert, prendre de la distance avec l'émotion ressentie car l'hypersensibilité est un joyau au cœur de la personne...

 




4ème de couverture :
Le changement de sexe fascine depuis la nuit des temps. Il représente tout à la fois la quintessence de la liberté et le comble du tabou. Or, pour vivre libre, les femmes ont parfois choisi de devenir des hommes : savantes, artistes, pirates, philosophes, saintes ou guerrières, elles ont osé  enfreindre les codes sociaux et vestimentaires et changer de genre, transgressant ainsi à la fois les lois religieuse (le deutéronome l'interdit), morale et juridique.


L'auteur nous propose ainsi de faire sortir de l'ombre ces femmes exceptionnelles qui ont bravé les interdits de leur époque pour conquérir davantage de liberté, atteindre leurs objectifs et donner à leur vie le grand souffle qui lui manquait.
Entre légende et Histoire, voici les portraits de ces femmes qui ont été jusqu'à renier leur féminité pour vivre leur vie comme elles l'entendaient.
De Jeanne d'Arc à Louise Michel, en passant par l'exploratrice et archéologue Jane Dieulafoy, Calamity Jane ou les pirates Anne Bony et Mary Read, vous vous passionnerez pour l'histoire de ces femmes qui ont trompé tout le monde pour vivre leur vie telle qu'elles l'entendaient.

Professeur de culture générale et de philosophie, Hélène Soumet est passionnée d'Histoire. Auteur de plusieurs ouvrages, dont notamment le Petit Larousse des grands philosophes, elle aime transmettre à ses lecteurs sa passion pour la culture et l'histoire à travers des récits vivants et une écriture enlevée.


avis:

Une lecture très agréable pour qui apprécie de se cultiver un peu et qui permet d'approcher l'histoire des femmes par un angle un peu différent.
Bien documenté (belle bibliographie à la fin de ce livre), cela se lit où d'une traite comme je l'ai fait ou part petit bout car c'est un ouvrage fort bien organisé (chronologiquement et par catégorie).
On ne s'ennuie pas en lisant les destins peu communs de ces femmes qui ont choisi de tromper leur monde pour vivre pleinement.
Certaines sont très connues et d'autres beaucoup moins. Ce livre nous les fait connaître et leur rend hommage car leur parcours n'est pas moins important.
De plus, d'autres pistes avec d'autres noms nous sont donnés. Autant d'occasions pour aller creuser et approfondir le sujet.
C'est sans fin et c'est aussi cela qui est merveilleux.
l'autrice a une écriture qui se répète parfois un peu, après tout pas si facile de présenter des femmes hors normes.
À découvrir pour les curieuses & curieux...




l'âme agit

 01/02/2021
J'aime souvent (me) rappeler la magie de la vie, à quelle point elle est riche et bouleversante. Et les rencontres sont à mes yeux les principales actrices de ce formidable anagramme. Pas celles d’antan, celles qu'on tissaient avec le temps, établies sur des valeurs, des serments, Non, Celles d'aujourd'hui, totalement inédites, (in)attendues, magnétiques.
De vives retrouvailles dont on ne connait ni le lieu ni le temps mais qui sont liées par l'indéfinissable, le puissant.
Et, là où "l'âme agit" nait, c'est dans cette reconnaissance, dans cet amour, cette unité, que bien souvent les larmes viennent confirmer.
Elles ont une intensité singulière, dignes des meilleurs romans, où tu te découvres sans fioritures ni masque apparent.
Elles sont pures, uniques, salvatrices et ô combien bienveillantes, Elles émanent du délice de l'infini et du plus grand. Elles troublent, elles fascinent, elles hantent les bien-pensants, jusqu'à ce que leurs cœurs les immiscent dans leurs âmes d'enfants. Pour rien au monde je renierai celles d'avant, Mais ici et maintenant je sais que mon cœur est hors du temps, et, que de toutes les malices, ces clins d’œil de géants apprivoisent et tissent les plus beaux liens vivants.


Vivre d'Amour et de Rêves....



Depuis presque un an

 25/01/2021

Hier soir passait le film
« Le sens de la fête »
avec une armée d’acteurs divins dont le déjà regretté Jean-Pierre Bacri.

J’avais déjà vu ce film 3 fois mais c’est hier soir, à la quatrième fois, que j’ai remarqué la phrase que brandit sans cesse Bacri (organisateur d’évènements dans le film) : « On s’adapte. »

Je me suis dit alors que ce
« on s’adapte » c’est nous.
Depuis quasiment un an on s’adapte.

Mets ton masque. Enlève ton masque.Mets en un en tissu. Fabrique le. Non pas les masques en tissu.

On s’adapte.

Va à l’école. N’y va pas. Va étudier. Ouvre ta boutique. Ferme là. Fais du click &collect. Lis des livres mais ne va pas sur Amazon. Va à la librairie mais elle est fermée.

On s’adapte.

Bosse. Fais l’école à tes gosses. Fais les lire. Joue avec eux. Rassure les. Non et puis dis leur que rien n’est grave. Tout va s’arranger. Ah non pas tout de suite.

On s’adapte.

Partez cet été. Allez au resto. Fermons les restos. 22H ce sera assez. Non 20H. Et puis non, 18H. On confine. On déconfine.On reconfine. Ce commerce est essentiel. Pas ce lui ci. Bâchons les rayons livres de la FNAC. Mais allez donc à la chasse.

On s’adapte.

N’allez pas rendre visite à vos aînés. Mais sauvons les. N’allez SURTOUT pas les voir avant qu’ils soient vaccinés. On n’a pas de vaccins. Si on en a. Vaccine toi. Pas tout de suite. Attendons de voir. Prends plus d’advil. Tu connais la chloroquine.

On s’adapte.

Partez au ski. On ferme les stations. Faites marcher le commerce. Non on ferme. Prenez le métro. Ne vous parlez plus dans les transports. Ca va pas durer. Ah finalement fin 2021 éventuellement on verra le bout du tunnel.

On s’adapte.

Pauvres étudiants. Pas a plus de 6. Fêtez Noël. Mais pas dans la même pièce. Faites des zoom. Oublie pas ton autorisation de sortie. Ne la charge pas t’es dingue on te flique. Cultive toi. N’ouvrons pas les théâtres.

On s’adapte.

Ne vous inquiétez pas. On va tous mourir. On maitrise la situation. On est dans la merde. On a moins de morts que nos voisins. Les Chinois nous mentent. Suivons l’exemple anglais. Ah non l’allemand. Ah non le suisse. Ah non aucun exemple.

On s’adapte.

Les enfants ne craignent rien. Pas de masques avant 6 ans. Il FAUT un masque aux gamins. L’école à mi temps c’est LA solution. Arrêtons la fac. Prenez soin des vôtres. Ne voyez personne.

On s’adapte.

On est du côté de la vie. On va tous mourir. Ayez confiance. N’écoutez que vous.

On s’adapte.

On s’adapte.

On s'adapte.

Serial mother




👏 clap clap clap👏

Je viens de découvrir avec joie cet article et j’ai aussitôt pensée à le partager avec vous les ami-e-s...Ça m’arrache les oreilles lorsque j'entends dire ça:
Quand une amie arrive et nous dit ;
-Bonjour à tous ! (euh nous sommes un groupe de femmes lôl)
ou bien "les journées du patrimoine" le mot matrimoine existe aussi vous savez !
et encore avec une connaissance masculin et 3 femmes décident de sortir et entendre;
- venez on ni va tous ! peut on pas dire, nous y allons ensemble simplement !
...
je me vois reprendre à chaque fois des tournures qui ne me conviennent pas pour y réinclure le féminin, car, même si je sais parfaitement l’origine de cette règle en français, je ne l’ai jamais cautionnée car je me genre au féminin !
J’aime trop le féminin et j’ai tellement à cœur de l’honorer que je ne peux cautionner et utiliser telle quelle une règle grammaticale qui a été mise en place à partir de l’idée que, je cite :
" Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut seul contre deux ou plusieurs féminins, quoiqu’ils soient plus proches de leur adjectif."
(Dupleix, Liberté de la langue françoise, 1651)
"Le masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle"
(Beauzée, Grammaire générale… 1767)
Nous sommes en 2021 et je suis ahurie qu’une telle règle grammaticale ait pu survivre aussi longtemps en français, malgré l’évolution des mentalités... ou alors, est-ce le signe que les mentalités n’auraient pas évolué tant que ça sur ce thème ?
Si c’est le cas, raison de plus pour célébrer ces enseignants engagés qui font serment de ne plus enseigner cette règle mais de la remplacer par enseigner désormais la règle de proximité, ou l’accord de majorité ou l’accord au choix (voir détails dans l’article).
Salutations à chacune et chacun ! 🙏😀


>> http://www.slate.fr/story/153492/manifeste-professeurs-professeures-enseignerons-plus-masculin-emporte-sur-le-feminin?fbclid=IwAR0EKsgxL6Q-9OrO2T3hE48wIXJdwb5o--lTditrS16t3W8gtJLUhbIlu4

douce nuit

 17/01/2021



la girafe de Rothschild erre encore en liberté. Vulnérable à la perte de son habitat, aux prédateurs et aux braconniers, les scientifiques estiment qu'il n'en reste que 1 600 environ. Le Parc national du lac Nakuru est un sanctuaire vital pour ces créatures majestueuses. En 1977, les conservationnistes et les autorités du parc ont commencé à déplacer les girafes de l'ouest du Kenya vers cette vaste réserve sauvage au sud de la vallée du Rift. Plus de 160 kilomètres autour du lac du parc sont clôturés pour mieux protéger les girafes : la clôture protège également une population de rhinocéros en danger de disparation.

Le lac Nakuru est bien mieux connu pour son importante population de flamants, mais nos amis à plumes sur la photo sont des pélicans blancs, qui semblent heureux de partager le paysage avec ce gentil géant.



Au Moyen âge, le sel pouvait être échangé
contre de l'or !


Il est utilisé comme monnaie d'échange et une partie de la des travailleurs pouvait être payée en sel.
D'ailleurs, le mot salaire vient du salarium, dérivé de sel. Pas étonnant que très tôt le sel fut appelé "Or Blanc" En effet, à l'époque le sel est une denrée indispensable et sans équivalent pour conserver les aliments et enrichir la nourriture du bétail.
Tiens, si on inventait une nouvelle taxe pour remplir les caisses ?

La vente du sel permet de remplir les caisses du royaume de France. L'État en détient le monopole.
II contrôle alors la production, la distribution et le prix de vente de cette précieuse denrée.
Les gens en achètent en petite quantité, car le sel est soumis à une forte taxe.
En 1343, Philippe VI de Valois va plus loin et décide de faire du sel un instrument fiscal généralisé et permanent. C'est ainsi qu'entre en vigueur durablement la Gabelle, l'impôt sur le sel.


Toutes les provinces du royaume de France ne payent pas même taxe.
A Paris, territoire de grande gabelle, le sel est extrêmement cher et il est même rationné
En revanche, la Bretagne est un pays de franc-salé, c'est-à dire qu'il n'existe pas de taxe sur le sel.
Même après 1532 lorsque la Bretagne est définitivement rattachée à la France, les Bretons sont libres d'acheter et de revendre du sel sans rien payer au roi.


Pourquoi ?
Parce que la région est grande productrice de sel. Corollairement, ce privilège d'exemption totale voit l'émergence des contrebandiers d'un nouveau genre : les " faux-sauniers " qui font transiter le sel d'une région sans taxe à une autre fortement taxée comme l'Anjou et le Maine. On estime que le marché noir et les clandestins en Bretagne auraient fait vivre près de la moitié de la population riveraine des marches de Bretagne.
Les gabelous (surnom des douaniers toujours d'actualité) sont chargés de collecter l'impôt, mais aussi de traquer les contrebandiers, mener des perquisitions, exercer des fouilles au corps… touchant une prime à chaque prise. Les peines infligées aux contrebandiers vont d'une simple amende aux coups de fouet, des galères au marquage au fer rouge, de l'exil en Nouvelle-France ( Québec ) à la peine de mort, s'ils sont armés...


La gabelle sera abolie par un décret du 1er décembre 1790, mais les paysans des quatre coins de la France se sont déjà désaccoutumés du beurre salé… sauf les Bretons bien sûr pour qui le beurre doux sera toujours un ersatz d'une fadeur rédhibitoire, un non-sens, un sacrilège !







Je vous envoie un peu de soleil et vous souhaite de belles fêtes de fin d’année auprès des gens que vous aimez .

Que les joies effacent les peines de 2020 et qu’on puisse très vite reprendre une vie normale .

Concentrons-nous sur ce qui nous unis et non sur ce qui nous divise 🙏🏻❤️



Le père Leön passera sans doute vous voir bientôt
puisque vous avez été sages,
mais savez-vous qui passera dans les pays voisins ?



le père Leön

 20/12/2020
Malgré la pandémie, le père Leön continue a cheminée !



Nantes était la capitale du Duché de Bretagne,
le démembrement du Duché à créé le département
de la Loire Inférieure de 1790 à 1957
puis Loire Atlantique depuis 1957.
Nantes est bien Bretonne.


Château des Ducs de Bretagne
à Nantes / Naoned Bretagne 44


Drapeau de la ville de Nantes / Naoned 44


la carte de la Bretagne 1706 .


Le tombeau de Louis XII et Anne de Bretagne.

Louis XII, roi de France de 1498 à 1515, et sa deuxième épouse Anne de Bretagne. Dernier représentant de la dynastie des Valois.

Le mausolée de Louis XII et d’Anne de Bretagne, sculpté en marbre de Carrare, a été réalisé par des artistes italiens.
Il est le témoin des contacts établis entre artistes pendant les guerres d’Italie.



Ce petit temple à l'antique, en marbre blanc et bronze, est entouré des douze Apôtres et des quatre vertus cardinales, Prudence, Force, Justice et Tempérance et le soubassement est orné de bas-reliefs qui illustrent plusieurs épisodes victorieux des guerres d’Italie.




Sur la plate-forme supérieure, se trouvent les statues des défunts, appelées priants ou orants.
Les souverains agenouillés prient pour la vie à venir.

À l'intérieur du mausolée, le couple royal est représenté en "transi" et figé dans la mort. On a fait figurer sur leurs abdomens, par souci de réalisme, l’ouverture recousue nécessaire à l’éviscération








Couvre-feu, déplacements restreints, réunions limitées… Alors que l'Allemagne a annoncé dimanche un reconfinement avec la fermeture des commerces «non-essentiels» et des écoles, les mesures adoptées par les pays voisins diffèrent.

En France, après l’annonce la semaine dernière d’un confinement partiellement allégé, les mesures sanitaires prévues pour les fêtes se sont précisées encore ce week-end. Alors que les déplacements seront autorisés entre les régions dès mardi, la Corse serre un peu plus la vis : les personnes souhaitant se rendre sur l’île du 19 décembre au 8 janvier devront avoir fait un test PCR ou antigénique soixante-douze heures avant d’embarquer sur un bateau ou dans un avion. Pour les Ehpad en revanche, un «assouplissement des consignes» a été annoncé, autorisant les sorties des résidents «à titre exceptionnel» et sous certaines conditions en cette fin d’année. Le couvre-feu qui entrera en vigueur mardi est loin d’être une exception en Europe, nombre de nos voisins ayant également mis en place des mesures similaires.
Tour d’horizon.

Allemagne : confinement partiel avant Noël, fermeture des écoles

Le pays a décrété ce dimanche un confinement partiel, de mercredi jusqu’au 10 janvier, avec la fermeture annoncée par la chancelière, Angela Merkel, des commerces «non-essentiels», des écoles et crèches. La pandémie «est hors de contrôle», selon le dirigeant de la Bavière, Markus Söder. Les employeurs sont invités à privilégier le plus possible le télétravail ou les vacances pour leurs employés. Les contacts sociaux devront être limités à maximum cinq adultes de deux foyers différents et rester très restreints du 24 au 26 décembre, avec des rencontres possibles uniquement entre membres de la très proche famille, qui auront réduit leurs contacts les sept jours précédents.

Italie : mesures régionales, fermeture des musées

L’Italie détient le record macabre du plus grand nombre de morts en Europe : plus de 64 000 depuis le début de la pandémie, à quasi-égalité avec le Royaume-Uni (57 000 morts en France). Les restrictions dépendent des régions, divisées en trois zones : verte, orange et rouge. A minima, un couvre-feu a été mis en place pour les restaurants et bars, ainsi que la fermeture des musées, salles de spectacle et salles de sport. En zone rouge, tous les commerces et services à la personne sont fermés, sauf ceux de première nécessité. Par ailleurs, du 21 décembre au 6 janvier, tout déplacement entre régions sera interdit, quel que soit le niveau de restriction local.

Suisse : fermeture des bars et restaurants à 19 heures

Pour l’instant, les mesures en vigueur en Suisse dépendent en grande partie de la région. Au niveau national, la norme est un couvre-feu à partir de 19 heures (sauf exception régionale). Mais le directeur de l’hôpital de Zürich réclame davantage de restrictions nationales, face à l’évolution exponentielle de la pandémie. Il estime que de mi-décembre mi-janvier, la vie en Suisse devrait être en grande partie mise à l’arrêt, réclamant la fermeture des magasins, restaurants, musées et installations sportives, ainsi que l’interdiction du ski et le port du masque obligatoire. Les cinq hôpitaux universitaires de Bâle, Berne, Zürich, Lausanne et Genève ont envoyé cette semaine une lettre au ministre de la Santé pour exprimer «leur grande préoccupation».

Espagne : restrictions de circulation, retrouvailles restreintes

Les mesures dans les lieux recevant du public dépendent également des régions. La capacité d’accueil dans les bars, restaurants est généralement limitée à 50%. Les horaires de fermeture vont de 18 à 22 heures suivant les régions. Le port du masque est obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans dans les transports, ainsi que dans les espaces publics ou dans les lieux recevant du public. Les réunions entre proches sont limitées à dix personnes les 24 et 25 décembre et les 31 décembre et 1er janvier. Par ailleurs, dix régions appliquent de fortes restrictions de circulation à l’entrée et à la sortie de leur territoire.

Belgique : restaurants et bars fermés, couvre-feu

Dans le pays d’Europe où le coronavirus fait le plus de morts par habitants, les rassemblements privés en intérieur sont limités, les cafés et restaurants restent fermés. Les magasins non essentiels ont récemment rouvert sous conditions strictes. Les services à la personne (coiffeurs, instituts de bien-être, salons de beauté…) sont fermés. Les lieux culturels, récréatifs, festifs et sportifs restent également clos, ainsi que les centres de vacances. Les musées et piscines comme les hôtels sont ouverts mais les restaurants fermés. Un couvre-feu a été mis en place, d’horaires variables selon les régions.

Royaume-Uni : restrictions régionales et petit appel d’air à Noël

Les contraintes sont différentes en fonction du niveau d’alerte régional : moyen, élevé ou très élevé. Au niveau maximum, les bars, hôtels, lieux touristiques clos, musées et cinémas sont fermés. Interdiction de se réunir à l’intérieur avec d’autres personnes que les membres de sa bulle familiale, interdiction de se réunir à plus de six à l’extérieur. Le 23 décembre, les restrictions devraient être partiellement levées pour permettre de fêter Noël, à trois familles maximum.




photo:
les rues de Rome sous couvre- feu
debut novembre 2020
source; libé




C’est un morceau de tissu noir et blanc qui flottera bientôt aux côtés du drapeau tricolore, de l’Europe et de la Ville de Nantes. Et ce moment est attendu depuis de nombreuses années par les partisans de la Bretagne à cinq départements - entendez Loire Atlantique incluse - qui ne manqueront pas de sortir pour l’occasion bombardes et binious. Selon nos informations, le Gwenn ha du sera hissé jeudi 17 décembre prochain, à 11 h, dans la cour d’honneur de l’Hôtel de ville, au cœur de la Cité des Ducs. L’invitation a été envoyée ce vendredi aux acteurs associatifs et culturels. « Oui ce sera bien le 17 décembre. C’était l’une des promesses de la campagne », indique Florian Le Teuff, conseiller municipal (EELV) et adjoint aux Enjeux bretons, confirmant les informations du Télégramme.
Le drapeau breton bientôt hissé sur la mairie de Nantes

Un drapeau breton sur la mairie de Nantes, c’est une vieille revendication qui se concrétise pour les régionalistes au sein de la majorité de Johanna Rolland. Le 10 octobre, la maire avait déjà convié les associations culturelles bretonnes pour aborder les modalités d’installation dudit étendard. En acceptant le principe de voir flotter les couleurs bretonnes au cœur du pouvoir nantais, la socialiste rompt avec son prédécesseur et mentor Jean-Marc Ayrault, qui s’était toujours refusé à valider une telle option. Contrairement à Patrick Mareschal qui, lorsqu’il était président du conseil général de Loire Atlantique, n’avait pas hésité à installer le Gwenn ha du sur l’Hôtel du Département, face à l’Erdre.

la Bretagne enfin réunis (❁´◡`❁)




J'ai soif de gens vivants, de gens simples et aimants.
J'ai soif de gens amoureux, doux, tendres.
J'ai soif de gens qui ne jugent pas, qui aident et qui évoluent.
J'ai soif de gens qui pardonnent et qui rient.
J'ai soif de gens authentiques et qui s'en fichent du paraître.
J'ai soif d'esprits attentifs et profonds.
J'ai soif de gens qui s'aiment vraiment.
J'ai soif de rencontres folles et de gens qui s'amusent.

.
STOP aux habitudes qui n'ont aucun sens et des passés révolus qui nous tirent vers le bas.
STOP aux voix trop fortes et trop sérieuses.
STOP aux esprits malins et voraces.
STOP aux gens qui font mal parce qu'ils ont mal.
.

Je dis oui à l'Amour, à la Joie.

Je veux rencontrer des âmes sensibles au cœur tendre et des gens qui ont les yeux qui brillent.

Je veux rencontrer des enfants et des grands enfants qui voient la vie en couleurs.

Vive les cœurs et les âmes.

Vive la sensibilité et la gentillesse.

Vive l'imperfection.

Vive la folie !

Vive l'Amour .



C’est drôle car j’ai longtemps cru que l’adaptation était une bonne qualité, et on m’a même surnommé la  caméléonnes parfois. ( oui je sais vous ne le dite pas et moi si...hihihi ) 
J’avais cette capacité à m’adapter à mon environnement et a passé inaperçu.
Je ne sais pas ce quoi qui est le pire aujourd’hui avec le recul de " passer inaperçu " ou de me " suradapter ".

Pour moi, comme dans tout, il y a un équilibre à trouver, et s’adapter reste quand même une qualité.
Cependant, toutes les fois où je me suis adaptée, je me suis oubliée, je ne savais plus qui j’étais. J’étais la couleur que je prenais dans l’instant, mais s’il n’y avait plus de murs pour me confondre alors j’étais perdue quand à ce que je voulais, et être, et faire.

A un moment de ma vie " passer inaperçue " m’a comblé de joie, c’était parfaitement ce que je voulais. Je voulais que l’on m’oublie, que l’on arrête de s’adresser à moi. En groupe, je me sentais mal à l’aise, je ne savais pas quoi répondre aux questions que l’on me posait ni même comment interpréter les regards sur moi.
J’avais peur de mal faire, de faire de travers, d’être maladroite, de ne pas savoir, d’être ridicule, d’être rejetée (et je préférais m’exclure moi-même du coup ). J’avais peur des autres.
En m’adaptant trop, je me suis oubliée, j’ai oublié ma couleur, j’ai oublié ce qui m’animait et j’ai perdu ma joie, mon enthousiasme, et mon énergie.
J’ai mis mon énergie à me cacher plutôt qu’à me révéler.
Aujourd’hui et depuis plusieurs années, je me suis choisis, et parfois je m’adapte parce que c’est ok pour moi et que j’en ai envie et parfois non.
Être moi, c’est sentir ce qui est le plus juste pour moi.
Être moi, c’est aller vers mes rêves, c’est sauter de joie quand j’en ai envie, c’est rire de mes idées folles, c’est parler de mes projets, c’est rassembler, c’est montrer la beauté du monde.

Et toi ?
Tu t’es trop adapté ?
Tu connais tes rêves ?
Tu peux en parler ?
Et la couleur que tu portes et que tu amènes au Monde ?



Mon bilan de fin d'année montre que j'ai vécue une année pas très ordinaire l'an foiré 2020....
comme com'pliqué, con'finis, masquée, privé de liberté et de divertissement ... nous sommes re -confinés , les paies à améliorées et le nombre de lit supplémentaire ce n'est pas depuis cette pandémie malheureusement pour les soignants, les malades et les pangolins 😥

Avec vous les ami-e-s 😅et la Family...😘 et les nouvelles copinaute 😉 j ai appréciée de partager avec vous toutes et tous lors, de mon demi siècle et cet été chaque moment savoureux ,
j'ai beaucoup rie, en cam , j'ai un peu pleuré, si, si , je me suis battue. J'ai célébrée le départ et j'ai vécue !
Et c'est ce qui compt'age ! ! !
ON S'ENLACERA TOUJOURS ❤
ET ON CE LASSERA JAMAIS ❣
-Seo-
( pour ceux qui suivent uniquement 😉)



🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous arrêtez de vouloir changer les autres et qu’à la place vous vous concentrez à vous changer vous même.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous acceptez les autres tels qu’ils sont.

🌟La maturité spirituelle c’est de comprendre que chacun a raison de son propre point de vue.

🌟La maturité spirituelle c’est d’apprendre à lâcher prise.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque, dans vos relations, vous arrêtez d’attendre en retour et que vous donnez juste pour donner.

🌟La maturité spirituelle c’est d’arrêter d’essayer de prouver au monde à quel point vous êtes intelligent.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous ne cherchez plus l’approbation des autres.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous arrêtez de vous comparer avec les autres.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous êtes en paix avec vous même.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque vous savez faire la différence entre vos besoins et vos désirs et que vous pouvez laisser tomber vos désirs.

🌟La maturité spirituelle c’est lorsque votre bonheur ne dépend plus de choses matérielles.

sublime journée à  vous  ✨💗


JE VOIS LE CHEMIN PARCOURU.
Gratitude à tous ceux qui ont croisé ma route avant et après.
Car tous ceux qui nous accompagnent nous font devenir qui nous sommes et qui nous serons. 💖🙏
Je ne suis pas parfaite, avec la facette que vous voyez de moi.
VOUS VOYEZ UNE FACETTE OU QUELQUES FACETTES DE MOI. EN RÉPONSE OU EN MIROIR DE VOS PROPRES FACETTES QUE VOUS ME MONTREZ. JE SUIS PARCE QUE VOUS ÊTES... DONC...


Mai 2019.
Bon allez je sors de ma zone de confort et je me montre. Moi. Enfin non pas moi juste une facette de moi.

Depuis le mois de mai je suis en pleine réflexion.
Après avoir vécu un véritable Tsunami.
Ceux qui me connaissent sauront de quoi je parle. J'en ai encore pour un moment. Et la vie est courte donc. Je choisis d'accélérer un peu. Et de me montrer. Marre de mettre des phrases toute faites. Le plus important est de se centrer sur soi. D'aimer les autres inconditionnellement, de côtoyer des personnes positives et authentiques.

Peut être que vous allez me voir autrement mais je suis moi avec mes qualités, mes défauts et mes vulnérabilités qui font de moi la personne que je suis aujourd hui.
Croyez en vous et choisissez vous.
Vous êtes la personne la plus importante de votre vie !



l'union fait la farce

 10/08/2020
Depuis le début du COVID, j’ai choisi de continuer de moins consommer de nouvelles ET de réseaux sociaux. Honnêtement, ça fait maintenant plusieurs mois que j’ai coupé 80% de mon temps alloué, ce qui représente beaucoup dans mon cas.
Honnêtement je me concentre seulement sur les films et séries que je veux voir... sans pub qui m’incitent à consommer et voir les mauvaises nouvelles qu'ils nous font tourner en rond.
Et vous savez quoi ? Je ne m’ennuie pas du tout de la télé traditionnelle que je regardais dejà peu .
Mais je vais être honnête aussi avec vous mes ami-e-s. J’utilise beaucoup les réseaux sociaux j’ai, au fil du temps, donné beaucoup de temps, d’amour et de valeur à ma communauté. J’y ai investi beaucoup, beaucoup de temps.
Aujourd’hui, c’est près de 495 personnes sur mes réseaux réunis (groupes, mur fb, followers, avec une portée de 27 personnes pour ma page ).
Bref grâce au web j’ai contribué à divertir, faire rêver, penser, découvrir, en actions citoyenne également ... cela contribue à éveiller les consciences de beaucoup de monde avec l’aide des membres et je vous en remercie.
Mais....
Au moment d’écrire ces lignes j’ai choisi de faire le ménage de ce que je vois sur mon fil d’actualité. Le monde que je vois et leurs comportements me font beaucoup de peine. (Et me donne envie de vomir)
Nous sommes en train de nous autodétruire les ami-e-s. C’est triste et ça prend de l’ampleur chaque semaine car on ne voit pas clair dans tout ce monde de transformation et tout le monde y va de son opinion. Et c’est ok !
La séparation c’est la destruction. Et nous sommes les responsables. Pas les médias, ni les chinois, ni les black.
Plusieurs m’écrivent pour me demander de faire post sur les sujets d’actualité dans les derniers mois afin d’entendre mon point de vue en conscience et qu’il y a urgence d’agir !
D'autres m’écrivent pour me dire que je suis lâche de ne pas prendre position dans tous ces débats et que j’ai un rôle à jouer.
Calmons nous les amis, calmons-nous.
C’est plutôt le temps de réapprendre à vivre et à se réinventer personnellement, comme famille, dans le travail et comme humanité.
Je prends position et je parle de ces challenges que vit l’humanité. Je suis là pour les aider à voir clair... vraiment clair... pas mon point de vue, mais d’un point de vue neutre et non de la peur.
Cette semaine, je peux vous partager mon point de vue en vidéo et ce que cela causera. Une polarisation de la masse. La séparation au lieu de l’union.
Diviser pour mieux régner, cette façon de faire a toujours existé les ami-e-s, ce n’est pas nouveau.
Plus il y aura de complotistes, plus il y aura de gens qui se battent, plus le monde restera dans l’ignorance. Et de l’ignorance vient la souffrance. De la souffrance... la violence.
À nous de choisir. Mère Térésa disait:
'' Je ne milite pas contre la guerre mais pour la paix."
Si vous étiez convaincu que tout est énergie, sur quoi porteriez vous votre attention. Sur ce que vous voulez n’est-ce pas?
Mon discours est teinté de âmes-ours et de calinours, d’amour et de compassion et de beaucoup de tolérance pour chacun d’entre nous.
J’ai assez observé au fil des dernier mois. Je n’ai jamais été autant silencieux et le temps de retrait m’a fait le plus grand bien. Maintenant, je ne veux pas convaincre personne, mais bien aider ma communauté à peut être percevoir autrement ce que la vie fait à travers nous en ce moment.
Un recadrage fais parfois des miracles.
Je vous aimite, je crois en nous, je crois en l’humanité, en toi, en moi...
C’est pourquoi je supprimerai de mes ami-e-s à partir de maintenant tout ce qui est discours de haine, de peur, de phénomène farfelu, de complot, et d’intense émotionnellement et en mission contre les masques ou pour ou contre bla bla bla ...

J’ai besoin de retrouver un Facebook, un insta ... intelligent, qui me permet de connecter avec ma communauté qui veut un monde meilleur ET qui sont prêt à L’INCARNER.
 



Ma maternitée

 17/07/2020

Parfois, il semble que personne ne remarque les efforts quotidiens d'une bataille maternelle.

Personne ne se rend compte des nuits d'insomnie, des cris contenus, des toilettes non prises, le déjeuner chaud et savoureux qui est devenu pain, beurre et café froid.

Personne ne remarque quand la mère travaille à la limite de l'épuisement. Que ce soit pour nettoyer, éduquer ou prêter une grande partie de soi-même pour prendre soin ce petit petit bébé .

Derrière un bébé heureux, il y a une mère avec toujours la même coiffure ce chignon qu'on connaît tous ... vêtements non vêtement non repassé, tâcher de lait . Derrière un bébé heureux, il y a un un manque de sommeil , une fatigue extréme .

La maternité est un don, douloureux et immense de vous-même.

La maternité est un voyage pour les braves, un lieu de personnes courageuses qui s'aventurent dans la bataille pour créer un être humain indépendant : donner des limites, prêter leurs nuits de sommeil, multiplier leurs forces et les aimer pour toujours, même quand ils nous mènent à la folie ....

La maternité est ce don fou et profond de notre propre cœur. Et même quand personne ne s'en rend compte, le voilà : la mère, qui donne son corps, multiplie son amour, partage ses sourires et vit l'épuisement le plus complet et le plus heureux. Parce que chaque mère sait que la meilleure récompense, donc fatiguée, est déjà entre tes mains !

Je suis fatiguée, crois-moi ! Mais on ne se lasse jamais d'être mère.




je vous souhaite en belle forme, peut être en vacances, peut être pas, peut être plus tard….

je ne sais pas pour vous, mais moi je ressens depuis quelques jours l’énergie de la pleine lune du 5 juillet ! elle est intense, elle bouscule, elle fatigue... je sens que je résiste à certaines choses qui doivent être juste relâchées, mon dos me le dit !

Et vous ? à quoi résistez-vous en ce moment ?

que devez vous relâcher ?
Quoi que ce soit, il est temps de libérer tout ça !

cet été ressourcer vous au rythme des 5 éléments ( bois, feu, terre, métal et eau ) indispensable à la vie !  

Et moi alors ? que dois je relâcher, laisser derrière moi pour laisser la place à de nouvelles opportunités ? 
Accueillir de changer de lieu de vie pour permettre à notre projet de vie de démarer sans cette analyse sans fin  qui paralyse et empeche ce démarrage, je choisis aussi de relâcher mes peurs sur l’argent, "mince, le chômage c’est fini... il est temps de voler de mes propres ailes.. ouh lalala..mes peurs sur "est ce que ce lieu est celui qu'il nous faut pour ce projet ?"... bref... un tas de trucs qui encombrent l’esprit pour rien et qui m'épuisent ! 

Je choisis donc de voir plus grand pour nous et pour les autres, décider qu’à partir d’aujourd’hui nous serons plus grands (quelque soit le domaine, plus persévérants, plus experts, plus exposés, plus… plus..à vous d’y mettre ce que vous voulez !).
C’est comme ça que les choses changeront ! Quand vous aurez choisi d’être plus grands  !

retenez cette phrase
"juste pour aujourd'hui je serai meilleur que je ne l'étais hier"

En quoi choisissez vous d’être plus grand aujourd’hui ? Que laissez vous derrière vous qui était votre ancienne enveloppe ? Quelle mue s’opère en vous ?

Du coup, l’énergie de cette pleine lune du 5 juillet m’a interpellé  et je suis allée voir ce qui se passe...voici ce que j’ai trouvé :

"Pleine Lune en Capricorne (entre deux Nouvelles Lunes en Cancer) et Eclipse Lunaire du 5 juillet 2020 :
Configuration plaisante qui devrait apporter un petit vent d’optimisme et des envies de bonheur / réussite / joie. Nous allons très fortement aspirer à nous sentir bien mieux et à réussir dans toutes nos entreprises. Le bon temps, les réunions amicales, les petites festivités / sorties et les dépenses de plaisir seront donc mises à l’honneur.
La communication sera importante,
 les échanges plus présents ainsi que la verbalisation des sentiments, quels qu’ils soient. Il faudra alors veiller à bien s’exprimer afin de ne pas générer de malentendus ou de difficultés de compréhension. En effet, Mercure, rétrograde, en carré Mars, peut nous pousser à dire ce que nous n’avons jamais dit et être aussi positifs que négatifs, aussi blessants que bienveillants, mais ça aura le mérite d’avoir été dit. Aucune conversation, mais alors aucune, ne sera banale et nous nous sentiront investis et stimulés par certains sujets en particulier.
Le quotidien, côté organisation, toujours en raison d’un Mercure rétrograde, sera plus compliqué et soumis à des retards, difficultés, blocages, pannes, etc. Nous aurons envie de briller aux yeux d’autrui, de retrouver du panache, de donner libre cours à l’aspect le plus foufou de notre personnalité et nous nous amuseront à expérimenter des nouveautés, en tous domaines.
L’éclipse, quant à elle, nous poussera à nous dépasser et à tenter d’atteindre de nouveaux horizons, faire de nouveaux projets, rompre avec de vieilles habitudes / relations sans intérêt et notre intuition sera vraiment à son apogée.
Les effets de cette Pleine Lune démarreront le 2 juillet et perdureront jusqu’au 21 environ.
  En résumé, changez les choses et les choses changeront !!!

Alors ? ça vous parle ? c’est y pas de la grandeur ça ? moi ça me fait penser à de nombreuses femmes que je côtoie et que nous voyons avec ravissement se délester de leurs fardeaux..et briller enfin ! Et je suis émue à chaque nouvelle mue !

Alors si vous êtes dans cette mouvance (ou dans ces sables mouvants ! ) en ce moment ressourcez vous  aux 5 éléments en faisant une retraite ou bien une immersion dans les 5 élément !
car la vie est une simple continuité de transformation de l'energie dans lees cycles perpétuel d'apparition et de  disparitions!

la théorie des 5 élement  met en évidence l'unité de l'univers,l'individualité de l'être et l'unicité du lien qui les unit


Hâte de vous lire pour échanger !

"choisisez des rêves suffisant grand pour ne pas les perdres de vue lorsque vous allez les poursuivre"


A bientôt les ami-e-s et la family !
sublime vacance d'été à vous 

 

 

 





Qui m'aime me suive !

 02/07/2020
Si vous êtes maigre,
vous prenez de la drogue.
Si vous êtes gros,
vous devez perdre du poids.
Si vous fumez de l’herbe,
vous êtes un drogué.

Si vous buvez,
vous êtes un alcoolique.
Si vous vous habillez,
vous êtes vaniteux.
Si vous vous habillez simplement ,
vous vous laissez aller.
Si vous parlez,
vous êtes impoli.
Si vous ne dites rien,
vous êtes snob.
Si vous êtes sociable,
vous êtes un fêtard.
Si vous êtes discret ,
vous êtes détaché.

Vous ne pouvez rien faire sans être critiqué.
Nous vivons dans une société où les gens ne peuvent pas survivre s’ils ne jugent pas l’autre personne.
Construisons-nous les uns les autres.

Nous sommes tous les meilleurs que nous pouvons, dans le même jeu appelé la vie.
Nous pouvons changer les esprits en commençant avec les nôtres.
Qui m’aime me suive !😃




Bonjour aux unes, aux uns et aux autres

Je veux vous faire partager une réflexion sur les bienfaits de ma "pratique" qui est ma passion :
la cuisine.
Comment expliquer qu'une petite crème de pomme de terre et fanes de radis du jardin agrémentée d'un peu de crème de coco nous semble si savoureuse ?
Et pourquoi à contrario un repas sophistiqué peut-il paraître terne...
Je vous livre ici le secret, c'est parce que :
LA CUISINE C'EST DE L'AMOUR
Il va sans dire que les personnes avec lesquelles nous choisissons de partager ce moment font partie des critères de réussite, de plaisir... et favorisent une bonne digestion !!!
Le changement passe par l'amour, et je vous suggère de faire de cette activité quotidienne un moment de partage et de plaisir.
ce que je faisais avec ma fille des l'âge de 4 ans du marché à la cuisine et au cahier de travaux pratique pour que ce soit plus ludique ! 20 ans Après elle ce souvient de ce cahier de recette et que tout au long des années , ma fille a continué de mettre ses recettes préféré... je métale un peu reprenons !
En ces jours particulier de réouverture des établissements de restauration, c'est le moment de privilégier les restaurants où la cuisine est faite avec les produits locaux, de saison, de qualité, et faite aussi bien sûr avec cœur, personnalité et générosité...
Notre façon de nous nourrir est un acte politique susceptible de faire évoluer le monde, et oui !
N'oubliez donc jamais cet élément essentiel dans chacune de vos préparations culinaires : l'Amour.
Pas besoin de suivre une recette, comprenez simplement les phénomènes physiques et chimiques qui sont en œuvre afin de faire des variations à l'infini, c'est comme la musique quand on connait les notes on peut faire une mélodie
(voir sur les sites dont celui de la "main à la pâte" qui permettent de réaliser des préparations -avec vos enfants quel que soit l'âge-).
Belle fin de journée
😘UNE ENLOVE DE Breizhouilles 😘
( Bisous Breton au caramel salé pour celles ou ceux qui ne suivent pas ou qui nous rejoigne )



Laissez les personnes vous juger ou vous critiquer.
si ce sont des personnes qui ont de l'importance pour vous aidez les, sinon souhaitez leurs un bon rétablissement !

Les jugements et les critiques que les exteriorisant et lancent aux autres sont en réalité destinés à leur propre personne et c'est le manque d'acceptance et d'amour de soi qui les rends ainsi , en voyant quelqu'un accepter et assumer ces choses en elle .


saturday 9 may



Toute ma Gratitude à toi à qui j'ai confiée tant de secrets préférant que mes deux pieds se trouvent sur la terre ferme.
Quand j'ai besoin de tes odeurs acres.
Ce besoin de tes vagues qui meurent et naissent et meurent !
j'ai besoin de ta vague pour dire les vibrations du désir,
le rythme de ta vague pour dire le mouvements des idées.
J'ai besoin du flux de ta vague pour dire les pensées qui s'entrechoquent, qui murmure, qui inventent et qui mets en mouvement.

J'ai besoin de ta mélodie du ressac et tout le vivant qui t'entoure.
comme la vie la vague est une polyphonie et les vagues étant à la fois uniques.

J'ai besoin de goûter à ce bien êtres que tu me procure afin de me recentrer au cœur du vivant.
J'ai besoin que mon regard se perde dans ton immensité.


on pouvait trouver des excuses bien sûr
je sais que je m'en suis inventée quand j'étais séparée.... par un pouvoir que je ne comprenais pas.

Pourtant, où que nous soyons,
nous faisons des choix, des choix idiot, ou des choix qui nous sauve, ou qui sauve quelqu'un d'autre.

Tout ce que nous pouvons espérer c'est que les bons effets des choix l'emporte sur les mauvais !



Pour tous mes ami-e-es, ma family de lait et de coeur, copinautes, proches ou aléatoires, et toi visiteur...
c'est l'un des plus longs texte depuis fort longtemps que je vous transmets , mais un des plus réels.

Tout le monde peut passer à travers quelques moments difficiles à un certain point. La vie nous apporte les épreuves pour nous faire grandir. Saviez-vous que les personnes les plus fortes sont généralement les plus sensibles ?
Saviez-vous que les personnes les plus gentilles sont les premières à être malmenées ?
Saviez-vous que ceux qui prennent soin des autres sont généralement ceux qui en ont le plus besoin ?
Saviez-vous que les trois choses les plus difficiles à dire sont je t'aime, je suis désolé, et tu m'aides ?
Parfois, juste parce qu'une personne semble heureuse, il faut regarder au-delà de son sourire pour voir combien de douleur il peut y avoir à l'intérieur.

Pour tous mes ami-e-es, ma family mes copinautes qui connaissent certains problèmes en ce moment, nous avons tous besoin de gestes positifs et surtout d'énergie positive !!!
Je demande à chacunes et chacuns où qu'ils soit pendant une heure de donner un moment de soutien à tous ceux qui ont des problèmes familiaux, de santé, de travail, des préoccupations de tout genre et qui ont seulement besoin d'une petite pensée réconfortante en guise de baume pour le cœur...
La gentillesse n'a jamais fait de mal à personne ! J'espère partager le bien du soutien que ça peut faire ressentir !!! 
J'ai beaucoup réfléchie sur le sujet, pourquoi des personnes bonnes et généreuses se ramassent autant des tuiles, et des personnes mauvaises ou sans morale, la victoire leur réussit ...

Parce que l'Univers répond à la vibration, pas aux valeurs, c'est du moins ma compréhension à ce jour.
Après les valeurs, c'est une histoire de conscience de soi à soi.
Si tu ne crois pas en toi, tu as beau être une magnifique personne, ayant des valeurs belles et altruistes, tu ne recevras pas pour autant réussite et chance de l'Univers.
Si dans tes croyances tu estimes ne pas mériter, avoir droit, te donner le droit de recevoir, l'Univers ne fera que répondre à tes croyances et pensées limitantes.
Quand on dit qu'on récolte ce que l'on sème, je pense qu'on récolte surtout ce que l'on vibre.
Pourquoi l'élite au-dessus de toute morale, pillant et escroquant l'humanité, reçois toujours plus en encore plus ?
Pourquoi ces personnes pieuses, vivent des vies si difficiles, de carence et pénurie ?
Où est le juste retour reçu ?
Parce que l'Univers ne juge pas, c'est nous qui jugeons mais pas l'Univers.

L'Univers est énergie, vibration. Ce que tu vibres, tu te l'attires et c'est là que revient notre responsabilité de ce que nous vivons et nous attirons. Si tu vibres confiance et victoire, peu importe tes valeurs, tu recevras encore plus parce que tu y crois, tu as foi en toi et cette même foi, l'Univers s'y alignera.
Si tu vois le monde comme injuste, vibrant injustice et impuissance, l'Univers s'y alignera aussi, parce que il ne répond pas aux valeurs mais aux vibrations.
Il ne juge pas ce qui est bon ou mal, il te donne et amplifie encore plus ce que tu vibres, penses et crois.
Les valeurs, c'est une question de conscience, de soi à soi.
D'amour et de paix en soi, créant et préservant une bonne santé, car l'amour est aussi énergie et la plus puissante de l'Univers.
Une conscience tranquille permet de vivre sereinement, donc de favoriser une bonne santé, ce qui est le plus important, car il n'y a rien de plus précieux que d'avoir une bonne santé.
Les valeurs permettent de s'élever spirituellement, mais ce ne sont pas elles qui créent, mais la vibration et le ressenti.
Le conscient permet de se diriger dans la vie, de donner une ligne de conduite, mais le vrai moteur et le véritable maître sont l'inconscient.
L'Univers ne juge pas, ne pense pas, ne réfléchit pas, ne calcule pas.
L'Univers ne répond pas à tes valeurs,
l'Univers répond à tes vibrations."

Et n'oubliez pas ....OSEZ..
OSEZ..
Osez VOUS choisir....
Osez vous choisir et vous épanouir....
Osez vous choisir et créer des relations de qualités....
Osez vous choisir et réussir....
Osez vous choisir et accueillir l'abondance....
Osez vous choisir en conscience et de façon naturelle et durable...

Gratitude à vous de faire partie de ces personnes qui œuvrent pour rendre leur vie SUBLIME.
Et je terminerai par puissions nous , nous retrouver,🙏
😘 Breizouilles 😘
 
source
Morgane
Coach certifiée 
Sandra & Jipé
Coachs professionnel(les) - Formateur(trice) - Praticienne Shiatsu






Lorsque que je suis faible c'est alors que je suis fort 😎








Une femme qu'on dit forte, est une femme qui a un seuil de résilience incroyable.

Elle sait mettre un genou par terre quand il le faut mais se relève, parfois amochée, parfois pas.
Et fait de son mieux pour que son monde aille bien dans la limite du possible...

FORTE

Quand ils te voient comme une femme forte, ils pensent que vous n'avez besoin de rien ni de personne, vous pouvez tout supporter et surmonter tout ce qui arrive.
Que cela ne vous dérange pas d'être écouté, soigné ou choyé.

Quand ils vous voient comme une femme forte, ils cherchent juste à vous aider à porter leurs croix.
Ils vous parlent et ils pensent que vous n'avez pas besoin d'être entendus.

On ne demande pas à une femme forte si elle est fatiguée, souffre ou tombe, si elle a de l'anxiété ou de la peur.
L'important est qu'elle soit toujours là :

un phare dans le brouillard ou un rocher au milieu de la mer.

La femme forte n'est pardonnée de rien. Si elle perd le contrôle, elle devient faible.
Si elle perd son sang-froid, elle devient hystérique.

Quand la femme forte disparaît une minute, elle est immédiatement perceptible, mais quand elle est là, sa présence est habituelle.

Mais la force nécessaire chaque jour pour être ce genre de femme n'a d'importance pour personne.

Honorez, reconnaissez, respectez et remerciez les femmes fortes de votre vie, car elles ont aussi besoin d'être retenues, aimées et sentent qu'elles peuvent se reposer.

 




Un jour... j'ai mis plusieurs minutes à ouvrir un paquet pour prendre un savon pour la douche. J’ai senti ma tension artérielle monter tout en me demandant si personne d’autre n’avait vu que nous avions besoin d’un nouveau savon. Je n’ai pas le temps de jouer avec une barre de savon qui est trop difficile à ouvrir.

Ce n’était qu’un savon, mais c’était comme le poids du monde pour ouvrir ce foutu paquet. J’étais vraiment énervée. J’ai senti que la colère montait en moi. 
Et ce n’est qu’un minuscule exemple de ce que l'anxiété peut faire vivre quotidiennement.

Depuis que je suis mère, je lutte constamment contre la colère que je ressens à l’égard de la maternité et des responsabilités qui accompagnent la gestion d’un ménage....
 Il n’était pas rare de me retrouver en train de pleurer, et parfois, quand les choses tournait vraiment mal, de rendre tout le monde misérable autour de moi.

À cause de mon anxiété , je lutte pour voir ma valeur. Je ne vois que mes nombreux défauts.

Personne ne veut une mère en colère. Et je ne veux pas non plus être une mère en colère.

La culpabilité qui accompagnait mes sentiments de frustration et de colère semblais parfois trop lourde à supporter. Parfois, je me demandais si "je ne suis simplement pas faite pour la maternité."

J’aurais aimé que mon enfant ne me voit pas pleurer autant après avoir dit quelque chose que je ne voulais pas dire et être en colère contre des choses simples alors qu’en réalité, elle apprent juste le monde autour d’elle, sans essayer de rendre ma vie misérable .

J’aurais aimé ne pas avoir à m’excuser d’être en colère et demander pardon aux personnes qui comptent le plus pour moi dans ce monde.

Il y a  certaines choses dont je ne suis pas très fiere:

Toutes les fois où j’ai pris mes distances parce que je ne voulais pas que vous sachiez que je n’étais pas moi-même.
Les fois où je me suis fâché sans raison, où j’étais irritable et où j’ai décidé que l’option la plus facile était de vous éloigner de ma vie au lieu de vous laisser entrer.

Les moments où je n’étais pas complètement investi dans nos conversations, quand j’ai perdu mon attention pendant que vous me racontiez ce qui vous arrivait, parce que j’étais trop occupé à penser que j’étais une ratée...

Les fois où j’ai dérivé parce que je n’avais pas l’impression de pouvoir vous suivre, de sortir, de courir le matin, de travailler avec vous.

 Je suis désolée pour toutes les fois où j’ai été une mauvaise amie/collègue à cause de mon anxiété...

L’anxiété ne se limite pas au stress et aux attaques de panique. Pour moi, c’est souvent être tellement stressée par toutes mes responsabilités que je ne peux pas voir droit et au final je suis froide, en colère, je sors des mots amers, et beaucoup de " je suis désolée " " autant pour moi".

Quand j'étais dans le feu de l’action, j'étais incapable de me contrôler. Les mots méchants sortait tout seuls. C’est parce que mon cerveau fonctionnait en surmultiplication, parcourant constamment une liste de tâches que la maternité exigait de moi. La plus petite chose me mettait hors de moi.

Une personne en colère et anxieuse se réveille souvent à 4 heures du matin avec une liste de vérification qui parcourt son esprit quand elle devrait dormir, ce qui la laisse épuisée et accablée pour une journée complète de maternage à venir.

Quand j’étais enfant, je vivais dans une maison qui me laissait souvent mal à l’aise et à bout. C’est la dernière chose que je souhaite pour mon enfants. Je veux qu’elle sachent qu’un bol de céréales déversé ne me fera pas peur. Mon cœur se brise quand je vois mon enfant me regarder, me suppliant de ne pas m’enfuir quand ils commettent une petite erreur. C’est navrant de la voir s’inquiéter pour ma colère.

C’est triste de devoir reconnaître que c’est une réalité dans votre maison.

Je veux que ma famille sache à quel point je les aime. Je veux qu’ils sachent que quand je m’emporte, ce n’est pas parce que je suis en colère contre eux. En fait, parfois ce dont j’ai le plus besoin dans ces moments de colère, c’est de la compassion, un câlin ou des mots gentils. Et une chance pour moi, mon enfant sait me pardonner.

Avez vous un sentiment de frustration quand votre maison est totalement désordonnée?

Votre chat s’est blessé, votre enfant n'a pas rangé les affaires et votre partenaire a laissé une grande pile de vaisselle dans l’évier.

C’est suffisant pour vous rendre fou.

Des études montrent que l’encombrement et le désordre provoquent de l’anxiété.

" L’encombrement peut jouer un rôle important dans ce que nous ressentons à propos de notre maison, de notre lieu de travail et de nous-mêmes.

Les maisons et les espaces de travail désordonnés nous laissent anxieux, impuissants et débordés. Pourtant, le désordre est rarement reconnu comme une source importante de stress dans notre vie "

Il y a 8 raisons principales :

  • Le désordre nous submerge parce qu’il provoque des stimuli excessifs, de sorte que nos sens sont saturés
  • Cela nous distrait d’autres choses sur lesquelles nous aimerions nous concentrer
  • Nous avons plus de mal à nous détendre mentalement et physiquement
  • Cela nous indique que notre travail n’est jamais terminé
  • Cela provoque aussi de l’anxiété parce que nous devons réfléchir à comment nous allons tout nettoyer
  • Cela peut entraver la productivité et la créativité
  • Nous avons plus de mal à trouver ce dont nous avons besoin

Si vous aimez une personne en colère et anxieuse, vous vous retrouvez souvent en retrait quand elle est en colère ou à l’éviter complètement. Et je ne peux pas dire que je blâme les gens dans ma vie quand ils font cela. Je ne voudrais pas non plus être à l’écoute.

Ce que je veux vraiment que les gens sachent c’est que derrière la colère, il y a aussi beaucoup de tristesse. La tristesse de ne pas pouvoir me contrôler, de blesser ceux que je veux le moins blesser.

Et avec la tristesse, vient le désir profond de réparer les choses, même si parfois nous n’avons pas l’impression d’en être capables.

Mais je fais tout ce qu’il faut pour essayer de surmonter ma colère, et certains jours sont meilleurs que d’autres. J’ai commencée par utiliser les outils que j’ai appris en thérapie.
 J’essaie d’éliminer beaucoup de choses qui déclenchent mon anxiété.

J’ai appris à reconnaître qu’il y a beaucoup de paix à trouver dans votre propre vérité. Et ma vérité est que mon anxiété me met en colère avec les gens que j’aime le plus. Et j’ai la chance qu’ils soient prêts à me pardonner encore et encore.
Il sufffit simplement de pouvoir apprendre à ce pardonner aussi.






Merci les copin@utes

 29/01/2018

MERCI... ET EN ROUTE VERS LES 40 Ans et 8 d'expériences ! Et oui, ça y est c'est ma dernière année de jeunesse. Tutututu ✌️, ensuite je ne serai pas veille ,Ok mais je ne ferai plus partie de la première fraicheur ☺️ Rendez-vous l'an prochain pour une grosse foirinette !

Merci pour vos mess@ges jeudi (et aujourd'hui), vos SMS, appels et cartes virtuel , pour vos présents et vos présences qui sont de précieux présents... Merci à ma f@mily, mes z@mis(es), les girly, la f@mily rainbow et vous les copin@utes.

Merci aussi, encore et toujours à ma tendresse Ketty mon soleil et à femme Coco mon arc en ciel pour leur Amours inconditionnels, leur soupçon de soutiens, leur pétillantes joies, avec un brun de patience, puis pour tout ce qui est racontable et surtout pour tout ce qui ne l'est pas. LOVE !




J'ai besoin...

 01/01/2018

Je n'ai pas besoin d'argent.
J'ai besoin de sentiments,
de mots, de mots choisis avec soin,
de fleurs comme des pensées,
de roses comme des présences,
de rêves perchés dans les arbres,
de chansons qui fassent danser les statues,
d'étoiles qui murmurent à l'oreille des amantes.
J'ai besoin de poésie,
cette magie qui allège le poids des mots,
qui réveille les émotions et donne des couleurs nouvelles ! ! !




Epilogue 2107

 31/12/2017



 

Le plus long mot palindrome de la langue française est "ressasser".  C'est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

 

 "Institutionnalisation" est le plus long lipogramme en "e".  C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun "e".

 

 L'anagramme de " guérison " est "soigneur"  C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.


 " Endolori " est l'anagramme de son antonyme "indolore", ce qui est paradoxal.

 

 " Squelette" est le seul mot masculin qui se finit en "ette"

 "Où" est le seul mot contenant un "u" avec un accent grave.  Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !


 Le mot "simple" ne rime avec aucun autre mot. Tout comme "triomphe ", "quatorze ", " quinze", "pauvre",  "meurtre" , "monstre ", "belge", "goinfre" ou " larve".

 

 "Délice", "amour" et "orgue "ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi !

 

  "Oiseaux" est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .

  "Oiseau" est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.


 APOPHTEGME : quelques exemples ....

  Difficile à écrire ou à prononcer.....mais facile quand on en lit UN !!!!

Un apophtegme est un précepte, une sentence, une parole mémorable ayant valeur de maxime.


  L'homme descend du songe (Georges Moustaki)

Elle était belle comme la femme d'un autre (Paul Morand)

L'enfant est un fruit qu'on fit (Leo Campion)

C'est curieux, se faire refaire les seins, ça coûte la peau des fesses (Vincent Roca)

Quand il y a une catastrophe, si on évacue les femmes et les enfants d'abord, c'est juste pour pouvoir réfléchir à une solution en silence ......

La tolérance, c'est quand on connaît des cons et qu'on ne dit pas les noms.

Vous connaissez l'histoire du mouton qui court jusqu'à perdre la laine ?

Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé (Alan Greenspan)

L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui (Pierre Desproges)

Parfois je regarde la télé toute la journée. C'est chiant. Mais quand je l'allume, c'est pire ! (Patrick Timsit)

Vous n'êtes pas responsables de la tête que vous avez, mais vous êtes responsables de la gueule que vous faites.

Le jour ou Microsoft vendra quelque chose qui ne se plante pas, je parie que ce sera un clou.

Elle est tellement vieille qu'elle a un exemplaire de la Bible dédicacé.

Quand Rothschild achète un Picasso, on dit qu'il a du gout. Quand Bernard Tapie achète un tableau, on demande où il a trouvé les ronds.

Si la Gauche en avait, on l'appellerait la Droite (Reiser).

De nos jours, l'assistance à personne en danger se résume à... assister au danger.

N'attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause (Alain Madelin)

Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir.

Le tango, ce sont des visages tristes, et des fesses qui rigolent...

Quand un couple se surveille, on peut parler de "communauté réduite aux aguets".

 

 

Eh oui ! Je n'inscris pas que des bêtises !!!




Action du coeur

 17/11/2017
Je mets en place une action citoyenne
celle de marauder.
Grâce aux Bouches à oreille, au blog aux groupes fb,
je récupère des vêtements, chaussures, couvertures ou duvets et nécessaire de toilette.
Une fois par mois, nous préparons des valises, du café, de la soupe et nous allons les offrir aux personnes en grande précarité qui souvent dorment dans la rue.
Je ne suis ni une association ni bénévole d une association.
Je fais ça sur mon temps libre.
Les personnes que je rencontre m'éblouissent, vous n'imaginez pas à quel point nous pouvons échanger et tisser du lien avec un petit rien !

la collecte dans le 29 continue !
pour vos dons  veuillez me contacter par mail 




J’ai envie d’être célibataire à deux avec toi.
J’ai envie que tu ailles prendre une bière avec tes amis, que tu sois épuisé le lendemain matin et que tu me demandes quand même d’aller te rejoindre parce que tu as envie de m’avoir dans tes bras.
J’ai envie qu’on parle dans le lit le matin de toutes sortes de trucs, et que l’après-midi, on décide de prendre chacun un chemin différent pour la journée.

J’ai envie que tu me racontes tes soirées avec tes potes.
Que tu me racontes qu’il y avait une fille au bar qui te faisait de l’œil.
Que tu m’envoies des textos quand tu es saoule avec tes amis, que tu me dises n’importe quoi, juste pour t’assurer que moi aussi je pense à toi.

J’ai envie qu’on se mette à rire en faisant l’amour. Qu’on se mette à rire parce qu’on essaie des nouveaux trucs et que ça n’a juste pas d’allure.
J’ai envie qu’on soit chez nos amis, que tu me prennes par la main et que tu m’emmènes dans une autre pièce parce que tu n’en peux plus et que tu as envie de faire l’amour avec moi, là tout de suite. J’ai envie d’essayer de rester silencieuse alors qu’il y a des oreilles qui pourraient nous entendre.

J’ai envie d’aller manger avec toi, que tu me demandes de parler de moi et que tu parles de toi. Qu’on s’agace sur  nos paroles de clochers versus le Plateau, la Rive-de mon LA versus la Rive-de ton Odet . J’ai envie qu’on imagine le loft de nos rêves, tout en sachant qu’on ne déménagera probablement jamais ensemble.
Que tu me parles de tes projets qui n’ont ni queue, ni tête. J’ai envie d’être surprise. Que tu me dises: prends ton passeport, on part.

J’ai envie d’avoir peur avec toi. De faire des trucs que je ne ferais pas avec une autre, parce qu’avec toi, j’ai confiance! De rentrer trop saoule après une bonne soirée avec les amis, baiser se foutre de tout.
Que tu me prennes le visage, que tu m’embrasses, que tu te serves de moi comme de ton oreiller tellement tu me serres fort la nuit.

J’ai envie que tu aies ta vie. Que tu décides sur un coup de tête de partir en voyage quelques semaines. Que tu me laisses seule ici à m’ennuyer et à souhaiter avoir un petit pop-up de Facebook avec ta face qui me dit coucou.

J’ai envie de ne pas toujours être invitée dans tes soirées et j’ai envie de ne pas toujours t’inviter dans les miennes.
Tout ça pour pouvoir te le raconter et t’entendre me raconter tes soirées le lendemain.

J’ai envie de quelque chose qui sera à la fois simple et à la fois pas si simple.
Quelque chose qui fera en sorte que je me poserai souvent des questions, mais que la minute où je serai dans la même pièce que toi, je saurai.

J’ai envie que tu me trouves belle, que tu sois fier de dire que nous sommes ensemble.
J’ai envie de t’entendre me dire que tu m’aimes et j’ai surtout envie de te le dire en retour.

J’ai envie que tu me laisses marcher devant toi pour regarder mes fesses aller de gauche à droite. Que tu me laisses gratter les vitres de mon auto l’hiver parce que mes fesses gigotent et que ça te fait sourire.

J’ai envie de faire des projets ne sachant même pas s’ils vont se réaliser.
D’être dans une relation qui est tout sauf claire.
J’ai envie d’être ta bonne copine, celle avec qui tu aimes chiller.

J’veux que tu gardes ton envie de flirter avec les autres filles, mais que tu reviennes vers moi pour terminer ta soirée. Parce que moi, j’aurai envie de retourner avec toi.

J’ai envie d’être celle avec qui tu aimes faire l’amour et t’endormir. Celle qui reste à l’écart quand tu travailles et qui aime tellement quand tu pars dans ton monde de musique.

J’ai envie de vivre une vie de célibataire avec toi. Que notre vie de couple, soit l’équivalent de nos vies de célibataires actuelles, mais ensemble.
Un jour, je t ai trouvée mon alter égo. 

-SéO - 2017




La Plume de geai

 15/09/2017

Je marche dans les bois, dans le froid clair d’une belle journée de fin d'été .

Les jours précédents ont été pleins d’inquiétudes.
Et j’ai eu à lutter pour ne pas m’y noyer : méditer, sourire, écouter sincèrement les mots de réconfort de mes proches au lieu de les écarter et de ne pas y croire, me parler à moi-même sans cesse pour maintenir vivante la petite flamme de l’espérance ; sourire encore et encore, malgré tout, sans raisons, sans attentes, le matin en m’éveillant, le soir en m’endormant.
Mais ce matin-là, je viens d’apprendre une bonne nouvelle, qui a déchiré le voile de mes peurs, et m’a redonné joie et courage.


Je marche donc, plein de gratitude et d’énergie, les yeux et le cœur grand ouverts, avalant chaque instant avec bonheur et simplicité, comme un animal, c’est-à-dire avec la pure intelligence de l’instant présent, sans autre attente que celle de me sentir vivant. J’ai l’impression de découvrir un jardin d’Eden, situé au Nord, au froid, mais bienveillant et magnifique.

Et là, je la vois.

Devant moi, délicatement posée au milieu du chemin, une petite plume de geai. La plus élégante de ses plumes : celle qui porte les rayures bleues et noires, qui embellissent l’avant des ailes. Un petit éclat de grâce, tombée du ciel, discrètement offerte par le geai silencieusement envolé à son frère inférieur, l’humain qui marchait lourdement, mais qui volait lui aussi dans sa tête.

Ravissement infini de cette rencontre ; il n’y a plus aucun mot pour accompagner l’envol de mon âme vers la joie dépouillée de tout, la joie que l’on doit ressentir au Paradis. Mon esprit essaye de trottiner derrière le tourbillon de mes états d’âme, s’efforce de faire son travail clarificateur et explicatif, tente de nommer ce que je ressens. Personne ne l’écoute.

Je ramasse la plume, la contemple ; je la place délicatement dans une de mes poches ; surtout ne pas l’abimer ; puis je repars à pas lents, heureux, léger, comblé. À la fois empli de toutes ces grâces (marcher, vivre, admirer, respirer, entendre, voir…) et allégé par elles.

Une fois rentré, je m’assieds sur mon banc de méditation et j’écoute enfin mon esprit. J’observe le déroulement de mes pensées, qui me disent ceci :
que tu pleures ou que tu ries, le monde est plein des mêmes grâces.
Pourquoi n’es-tu pas encore capable de vivre de tels bonheurs même dans le chagrin et l’inquiétude ?
Aurais-tu été aussi émerveillé devant ta plume de geai, si tu n’avais pas été soulagé par les bonnes nouvelles de ce matin ?
Je n’ai pas de réponse.
Alors, je me contente de respirer et de laisser la leçon infuser longuement en moi, afin que ses graines prennent le temps de germer et grandir dans mon cerveau.


Derrière la fenêtre, le soleil brille et la lumière du jour est plus claire et émouvante que jamais.


👑 ! Revivre avec vous en images ces jours de spectacles et de sourires



les ...Cali


les Arcadiens


.../...


les...collectif métissés


.../...


Nolwene Leroy en duo avec Julien Clerc


Julien Doré


Alan Stevell


Celtic social


 les ...Gauvain sers




suite ...pour Nadou
( voir com)



Le p'tit peuple

 02/09/2017
Les korrigans sont dotés de pouvoirs surnaturels et d 'une force prodigieuse.
Ils peuvent vivrent très vieux, mais ils ne sont pas immortels.


 Les gobelins sont de petites créatures humanoïdes d'environ 1,20 mètre.
La couleur de leur peau varie
du jaune au vert en restant toujours dans les teintes ternes et fades, et leurs yeux vont du rouge au jaune citron. Leur espérance de vie ne dépasse généralement pas cinquante ans. Nyctalopes, ils vivent dans des cavernes sous terre mais ne détestent pas la lumière du jour pour autant. En fait, certains habitent près des plaines chaudes où ils patrouillent pour s'assurer que personne n'entre dans leurs souterrains.
Ils ont une organisation tribale, et détestent les nains et les gnomes. Ils domestiquent les Wargs (loups géants) qui leur servent de monture de guerre
 Leur nourriture est assez spéciale : comme leurs os sont constitués de roche, ils doivent en manger souvent pour ne pas casser comme du verre. Ils ont un caractère particulier. Ils sont renfrognés et grognons mais sont des amis fidèles.


Les trolls sont sans doute les petits êtres qui ont la plus mauvaise réputation.
Aussi bien auprès des humains, qu'auprès des autres habitants de la forêt. Ils n'ont en effet pas grand chose pour plaire.
Ils sont extrêmement laids, sentent très très mauvais et ont des comportements très repoussants.


Les trolls vivent principalement dans le nord de l'Europe.
Ils aiment les pays froids comme la Suède, le Danemark, ou la Finlande.
Ils vivent surtout la nuit. En effet, ils se transforment en pierre lorsqu'ils s'exposent à la lumière du jour.
Ils ne s'habillent que rarement. Leur comportements sociaux sont assez mystérieux.

On sait qu'ils ne vivent pas en famille mais plutôt en tribu de 5 à 6 individus.

Ils mangent tout ce qu'ils trouvent et particulièrement les saletés gluantes. Ils n'ont aucun langage articulé.

Ils mesurent de 25 cm à 1 mètre mais peuvent atteindre 2 mètres dans des cas très rares. Ils pèsent 2 kg en moyenne. Ils ne construisent aucune maison, mais dorment dans de vieux terriers abandonnés et dans des granges désaffectées.

Ils ne restent pas longtemps au même endroit et préfèrent souvent changer de paysage.
Ce comportement nomade s'explique sans doute par le fait qu'un troll ayant passé un certain temps dans un même endroit, finit par s'attirer la haine de tous les habitants de la région.

Mais les trolls n'ont pas uniquement mauvaise réputation à cause de leur physique.
Ils ont en effet très mauvais caractère

 

Mais qui peut vraiment définir le caractère des trolls ?
Sont-ils vraiment cruels? Non, certainement pas ! Les trolls ne sont pas foncièrement méchants.
Par contre ils sont assez bêtes, voire même complètement idiots.
Et le fond du problème est là !
Ces affreux petits êtres n'ont presque aucun cerveau et n'ont qu'une vague idée de ce qu'est l'intelligence.
Ils ne font le mal que par ignorance. La preuve est que lorsque qu'un troll arrive à attraper un gnome, il le torture et le taquine un petit peu. Mais jamais, il ne le blesserait gravement.
On n'a d'ailleurs aucun cas recensé de troll ayant provoqué la mort chez un autre être vivant.

Voilà qui devrait mettre fin aux légendes exagérées qui sont racontées à propos des trolls.
Cela dit, je ne souhaite à personne la rencontre avec un troll. Il vaut mieux en effet éviter tout problème avec eux. Car la bêtise est parfois pire que la méchanceté.

En cas de rencontre avec un troll, voici quelques conseils qui peuvent vous éviter le pire.
Il ne faut jamais regarder un troll dans les yeux, ce serait pour lui un signe de provocation. Si jamais il vous parle ne faite pas semblant de rien, il le prendrait très mal.
Lorsque vous l'écoutez parler, soyez attentif et ne lui montrez pas que vous le savez idiot.S'il vous demande de faire quelque chose, faîte semblant de la faire et rusez. Le troll n'est en effet pas très futé et n'y verra que du feu. Faîtes par contre attention, il cour très vite.



Dresser le portrait de ces lutins facétieux n’est pas chose aisée car on les retrouve de-ci de-là en nos contrées européennes sous des noms divers et des apparences quelque peu changeantes. Si l’on s’attache au nom, nos pas nous mènent en Provence où le mot fadet provient du latin fatum et désigne les fées (fades). On n’est pas loin non plus du mot fada qui signifie «un peu fou» et qui caractérise bien le comportement des farfadets. Un comportement qui permet de les reconnaître et qui s’avère le plus souvent difficile à suivre dans une logique quelconque. Tantôt ils se révèleront d’ignobles gredins en pénétrant de nuit dans les fermes isolées, renversant pots et chaudrons, faisant tourner le lait ou encore enduisant les marches d’escalier de beurre frais. Tantôt ces esprits follets se transformeront en aide précieuse pour les gens de ferme. Ils rangeront la vaisselle, prendront soin des animaux ou encore faucheront les champs. Mais prenez garde à ne les récompenser que d’un bol de crème assorti d’un gâteau de miel car leur en offrir de trop les offenserait et les forcerait à quitter de suite votre maison !

Les Farfadets sont des génies domestiques qui se mettent au service des hommes aptes à les commander.

On les appelle aussi les follets car ils se manifestent volontiers sous forme de feux follets.
Ils vivent principalement en Provence où ils nichent dans les champs de lavande.

Les Farfadets reçoivent différents noms suivant les régions, mais ils ont en commun certains traits qui les rendent aisément reconnaissables.

Le Farfadet est un petit bonhomme haut d'un demi mètre, qui se promène nu ou vêtu de longues loques brunes.
Les Farfadets des montagnes n'ont ni doigts, ni orteils, et ceux de la plaine manquent de nez.


En général, le Farfadet adopte une maison et il s'en occupe avec un sens des responsabilité très développé.
Il vient la nuit surveiller les animaux, moissonner, battre , faucher, faire les courses, bref, se rendre indispensable. Il termine les tâches que les domestiques ont laissé inachevées et, de plus, s'il estime qu'ils ont mérité, il les punit de leur paresse.
En Ecosse, les Farfadets aident à brasser la bière.

Leur comportement, semblable à tous les esprits, est donc imprévisible, et il faut prendre grand soin de ne pas les offenser car un serviable Farfadet se change facilement en dangereux Horla.



Du mot grec drus, " chêne ", vient le nom de Dryades. C'étaient les divinités protectrices des forêts et des bois dans la mythologie grecque. Robustes autant que fraîches et légères, elles pouvaient errer en liberté, former des chœurs de danse autour des chênes qui leur étaient consacrés et survivre aux arbres placés sous leur protection.
La croyance des peuples à l'existence réelle de ces divinités forestières les empêchait de détruire trop facilement les grands bois

On représente ces nymphes sous la forme de femmes dont le corps, dans sa partie inférieure, se termine en une sorte d'arabesque, exprimant par ses contours allongés un tronc et les racines d'un arbre. La partie supérieure sans aucun voile est ombragée d’une abondante chevelure qui flotte sur les épaules au gré des vents. La tête porte une couronne de feuilles de chêne. Parfois on met une hache entre leurs mains parce qu’on croyait que ces nymphes punissaient les outrages faits aux arbres dont elles avaient la garde.

Les Hamadryades étaient des nymphes dont le destin dépendait de certains arbres avec, lesquels elles naissaient, et mouraient, ce qui les distinguait des Dryades. C'était principalement avec les chênes qu'elles avaient cette union.

Reconnaissantes pour ceux qui les garantissaient de la mort, elles punissaient sévèrement ceux dont la main sacrilège osait attaquer les arbres, dont elles dépendaient.

Les Hamadryades n'étaient donc pas immortelles ; mais la durée de leur existence était au moins égale à la vie des arbres sous l'écorce desquels elles demeuraient.
 On peut les considerer comme lrd ancêtres des fée des bois
 



Conte et l'égende

 02/09/2017
passioné de chateau ...et d'ANNE de BRETAGNE,
qu’est ce que tu dirais qu’on parle un peu d’Anne de Bretagne, qui y a séjourné  au Château d’Amboise et pour laquelle a été édifiée la charmante chapelle où se trouve maintenant la tombe (présumée) de Léonard de Vinci ?
Plus précisément, on parler de son emblème : l’hermine.


La légende raconte qu’en pleine balade, Anne de Bretagne aurait surpris des chasseurs en train de poursuivre une hermine, quand la petite bête se serait retrouvée bloquée entre les dits chasseurs et une mare de boue.
Là, Anne aurait été témoin d’un choix vraiment très courageux (et un peu curieux, on va pas se mentir), de la part de l’hermine : elle aurait préféré succomber aux armes des chasseurs plutôt que de souiller son beau pelage blanc dans la boue pour survivre. La duchesse aurait trouvé cette décision à la fois noble et courageuse et ordonné qu’on laisse la vie à l’hermine. Et par la même occasion elle aurait décidé d’en faire son emblème, afin que les gens lui associent le courage et l’élégance de l’animal. En toute modestie.

Cet emblème a ensuite été repris par sa fille, Claude de France, la femme de François 1er, puisqu’il symbolisait désormais le duché de Bretagne. Ça explique qu’on retrouve les symboles de la salamandre et de l’hermine côte à côte sur les cheminées des châteaux de Chenonceau ou de Blois, par exemple.



En revanche, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas le choix de cet animal comme emblème qui a influencé les armoiries des ducs de Bretagne puisqu’on trouvait des blasons d’hermine plain un bon siècle et demi avant la naissance de la duchesse Anne. Dans le langage super compliqué de l’héraldique, d’hermine plain ça veut dire que la totalité de la surface du blason/drapeau est recouverte de mouchetures d’hermine. Les mouchetures, c’est la représentation symbolique du bout de la queue de l’hermine, qui est noir, contrairement au reste de son pelage qui est tout blanc. On appelle ça " moucheture " parce que quand on fabriquait un vêtement en hermine, on séparait toujours la partie noire du reste de la fourrure pour la répartir ensuite de façon régulière sur tout le vêtement , on disait alors qu’on le " mouchetait ". Finalement, la Bretagne et l’hermine, c’est une très longue et belle histoire.
Sûrement parce que les hermines c’est très mignon.



Les moulins sont bien plus que des monuments du paysage rural, fluvial ou maritime. Leur rôle social, historique, les techniques de pointe pour leur époque qu’ils mettent en œuvre, l’aménagement des lieux qu’ils imposent, tout concourt à la magie toujours vive dont ils sont empreints à nos yeux contemporains.
Quel plaisir de participez au barattage du beurre !
ou découvrez les secrets du filage de la laine !
De voir les P'tits dégourdis découvriront toutes les étapes de la fabrication du cuir et l'art de la vannerie ensuite suivez les pas pour une visite des Moulins de Kerouat pleine de surprises.... qui vous emmènerons loin des sentiers battus, découvrir un coin de verdure encore inexploré ...
enfin découvrez cette magnifique plante qu'est le Blé Noir, et ensuite mettre la main a la pâte pour enfin faire des crêpes sur la billig !

L’image contient peut-être : plein air et nature


 partiez ...à la rencontre des z'oiseaux, à peindre à l'aquarelle leurs plumage élégant ! 





"En disant adieu à mon frigo, je vais découvrire d’autres
moyens de consommer et de conserver"

Je suis mère de famille.
Mon cheval de bataille ? Le gaspillage alimentaire. Après s’être intéressée au réemploi des épluchures ...

Jetez-vous les noyaux d'avocats ?
Feuilles et troncs d'artichauts, écorces d'agrumes... Mais soupçonnez- vous les trésors que ces déchets recèlent ?

Saviez-vous, par exemple, que les pelures d'oignons peuvent devenir une farine d'appoint ou un colorant pour votre chevelure, que les poireaux repoussent à l'infini et sans effort particulier, que la peau de concombre démaquille... et passons-en des vertes et des pas mûres !

Si leur image a longtemps été écornée, plus question de les jeter : queues de fraises et fanes en tout genre, ne glissez plus sur des peaux de bananes, cirez-en vos chaussures !

Dans un style résolument positif, je vous  démontre ainsi que quantité d'épluchures se recyclent, nous permettant d'économiser, de réduire nos déchets, d'améliorer notre santé- mais aussi de beaucoup nous amuser !  et saisissez l'économie !

Il existe plusieurs techniques de conservation naturelles telles que l’entreposage, la mise à l’eau, le séchage ou encore l’enrobage. Je me suis rendue compte qu’avoir cet appareil électroménager pousse à faire des pleins de courses et à le remplir.
 
La chose qui me gêne, c’est qu’on se sert du frigo comme un placard. Machinalement, on arrive, on met tout dedans :
café, miel, moutarde, fruits et légumes…
La plupart de ces aliments n’ont pas besoin d’être mis au frais.
Sans frigo, il faut faire autrement. Bien sûr, ce n’est pas applicable pour quelqu’un qui n’achète que des produits transformés.
J’ai expérimenté tout un tas de recettes qui reviennent au goût du jour : confiture, stérilisation, séchage… J’avais aussi envie de rencontrer des gens d’origines culturelles différentes qui pouvaient m’apporter des savoir-faire que je n’aurais pas pu connaître autrement.
 
J’ai pris conscience du fait que tout ce qu’on mange aujourd’hui est très souvent carencé à cause du transport, de la réfrigération… Les aliments se conservent très peu de temps, ont un apport nutritionnel très pauvre et ont perdu leur goût et leurs saveurs.

Par exemple ?

Un sachet de gruyère râpé : maintenant je sais que le fait de râper le fromage n’est pas une bonne idée car on enlève la croûte qui permet de le conserver des mois, voire des années. Le gruyère râpé qu’on trouve dans le commerce est éventé et n’a plus aucun goût, il va très vite moisir.
 
Les produits transformés sont aussi conçus pour avoir une date de consommation très réduite. Ce qui oblige le consommateur à acheter, jeter, acheter, jeter...

Ne pas gaspiller c’est aussi réapprendre à conserver. On ne sait plus du tout quelles sont les bonnes associations : ce qui ne doit pas être mis ensemble ou au contraire les associations judicieuses pour faire mûrir plus vite ou plus lentement.
 
Par exemple, pour conserver les poires il faut mettre de la cire sur leurs queues ; pour les pommes, il faut les disposer dans une cagette avec des bouchons de liège entre chacune d'elles…
 
Quand on achète une chose, elle est encore vivante. Une carotte, si vous la mettez dans du sable, elle peut continuer à croitre. Un poireau, le pied dans l’eau, continue à pousser. 

Qu’est-ce que ça change dans vos habitudes ?

Je fais mes courses un peu plus régulièrement, une à deux fois par semaine. J’achète moins, mais j’achète mieux. J’achète bio et très peu de viande. Seulement une fois par semaine ou une fois tous les quinze jours, que j’achète chez un boucher bio. On mange la viande dans l’heure qui suit l’achat. Pareil pour le poisson.
 
Pour le beurre, j’utilise un beurrier breton, en céramique. Dans ce petit contenant, l’air ne passe pas, le beurre ne rancie pas et peut être conservé deux à trois semaines. En cas de forte chaleur, il existe des alternatives comme la crème de noisette.
Paradoxalement, on mange bien plus frais 

Cela vous prend-t-il plus de temps ?

C’est tout le contraire. Les priorités se déplacent. Des choses qui n’étaient pas agréables comme aller au supermarché, remplir un caddie, lire toutes les étiquettes… Aujourd’hui, ce n’est plus une corvée mais un plaisir. Faire mon marché, participer à des cueillettes avec des enfants, rencontrer les producteurs… J’ai replacé du plaisir là où je n’en avais plus.
C’est un art de vivre, on trouve d’autres moyens de consomer et de conserver. 

Que conseilleriez-vous aux personnes qui souhaiteraient ne plus utiliser de frigo ?

Ne plus avoir de frigo, ça commence par l’achat. Qu’est-ce que j’achète et où je me fournis. Ne pas acheter de produits transformés et passer par des circuits courts, c’est possible ! Je conseille aussi de passer du temps à préparer des choses. Il s’agit de remettre la main à la pâte, même si on fait des choses simples. Je passe un peu moins de temps sur les réseaux sociaux, ou devant les écrans en général, et plus du tout au supermarché. On dit "j’ai pas le temps", mais ce n’est pas vrai. C’est un simple coup de main à prendre, il faut simplement optimiser son temps.
 
Comment ?

Par exemple, je prends une demi-journée pour faire des pots de confitures ou de sauce tomate, mais ça va durer plusieurs mois. C’est un plaisir, ce n’est pas fastidieux. Et c’est tellement bien quand ma fille est contente et me dis que la sauce a du goût !
 
 Je suis preneuse des trucs et astuce pour que les gens conservent mieux et jettent moins.
Pour qu’ils se reconnectent et apprennent à se refaire confiance : à sentir, à voir évoluer le produit. Mais je n’incite personne à débrancher son frigo du jour au lendemain. 



Année de coton ! ! !

 17/08/2017
Avoir le sens de l'amour
et des chagrins d'humours



Ainsi donc Jeanne Moreau n’est plus. Ainsi donc elle est partie fin juillet et ainsi donc je dois expliquer à des enfants des années 2000 qui était cette perle du cinéma. Son parcours, ses films mythiques, sa voix grave. Ainsi donc je parle de Truffaut, de Jules, de Jim, des Valseuses, de l’Amant, du théâtre.

Ainsi donc ils m’écoutent avant de me demander avec la grâce de leur  annnées si ils peuvent télécharger la dernière chanson de Bruno Mars.

 

C’est jamais drôle la mort des gens qu’on affectionne mais mourir en été ajoute une couche dramatique. Je me souviens de la mort de Marie Trintignant en été. Je me souviens de celle Claude Rich il y a 15 jours. De celle de Simone Veil à l’entrée de l’été. De celle d’Amy Winehouse aussi. Je me souviens de la mort de Dalida juste avant l’été, en mai. De celle de Coluche en juin. On ne devrait pas mourir aux beaux jours. Aux beaux jours on devrait bronzer, boire des verres les pieds dans le sable, mettre des robes légères et fleuries, ne penser à rien, dormir, lire, s’aimer, décompresser. Mais mourir, non.

On devrait aussi tous avoir connu ces chanteurs, de Barbara à Brel en passant par Gainsbourg, Berger ou Reggiani. On devrait tous avoir connu les films de Godard, les Demoiselles de Cherbourg et la voix de Macha Béranger à la radio. On devrait avoir vu les films avec Mastroianni ou Ingrid Bergman. On devrait savoir par coeur lire sur les lèvres de Rudolph Valentino, savoir qui était Camus ou Romain Gary, chanter avec Yves Montand.

J’ai été élevée aux chansons d’une autre époque. J’ai toute mon enfance écouté Berthe Sylva (morte en 1941) ou Ray Ventura. Claude François c’était déjà moderne à la maison !

J’ai dévoré les films de Godard, j’ai voulu être Grace Kelly ou Simone Signoret.

Cette époque, je pensais en faire partie. Je me disais que Jeanne Moreau ne devait pas être beaucoup plus vieille que moi. Pourtant si. Elle est partie hier à 89 ans, à bout de souffle. Et moi, du haut de mes 47 ans, je suis nostalgique d’une époque où j’aurais aimé vivre, vibrer, aimer.

Je souhaite vraiment, absolument, infiniment que ma filles ou les enfants de mon entourage... sachent qui elle est.
Comme Barbara, comme De Funès, comme Gainsbourg, comme Sinatra, comme Charles Trenet, comme Chabrol, Truffaut, Godard et tous ces merveilleux artistes.

Mais les artistes ne meurent jamais, si ?




ღஜ " Tout a ses merveilles…
L’obscurité et le silence aussi… " ஜღ



❤ஜ  " Être positif, ce n’est pas de dire que les choses vont bien quand elles ne vont pas bien...
Être positif, c’est d'être réaliste !
Et cela signifie être en contact avec nos émotions et les exprimer de manière appropriée...
La vie n’est pas toujours comme on le voudrait et l'acceptation est le secret de la positivité… " ❤ღ ~


Ma vieille valise !

 02/08/2017
Ci-gît ma vieille valise.
Elle était lourde et encombrante et pourtant je la traînais toujours avec moi.
Chargée à bloc de vieux trucs inutiles et poussiéreux. J’avançais pas très vite, c’est sûr avec ma vieille valise. Un vrai bloc de béton.
Mais je croyais que toute ma vie était dedans, alors je ne voulais pas m’en séparer.
Un jour, j’ai compris que ma vie n’était pas dans ma valise.
Qu’il n’y avait que mon passé dans la valise.
Ni le présent. Ni le futur.
Alors j’ai laissé ma vieille valise.
Je voyage au présent désormais, et je me sens si légère !




Elle est perdue dans ses pensées
Elle est seule.....
Tant de choses doivent la perturber...

Elle a un regard transperçant...bouleversant.
Elle aurait tant de choses à raconter.

Mais elle est seule, seule avec ses pensées...
le monde autour d’elle ne la voit même pas,
elle se retourne et s’aperçoit que personne
.... ..... N'est la ... ... 

Si seulement on prenait 5 mn pour l'écouter,
On en serait récompensé ,
Elle a tant de choses a raconter et
De sourires a donner .

Mais non .... ... seule, elle est ... ....
Solitude quand tu nous tiens ... ...

Pourtant, il est si bon d’entendre de doux mots
Pour gonfler notre cœur d’un amour bien plus fort.
Ces paroles apaisent chacun de nos maux
Et notre âme a si soif de l'entendre "ENCORE "

D’un sourire ou d’un geste, on repart plus serein,
Transmission de gaieté qui croît au fond de nous.
On se dit c’est si bon de se tenir la main,
"JE " n’est rien comparé à ce précieux " nous ".

Offrir ce que l’on a de plus cher, notre amour,
Donner sans limites, sans attendre en retour.

Aimer et se sentir aimé … eh bien voyez vous ...
...  ... Ça nous fait exister … ...




Allez maman, viens on joue" BLANC. "Mamaaaaaaan alleeeez" SOURDE OREILLE. Tu vas encore te dire que je suis une mauvaise mère mais voilà, j'avoue que parfois jouer avec mon enfant, ça ne m'amuse pas du tout. Désolée.
Parce que :

1 / Elle ne comprent rien aux règles du jeu et s'énerve.

2/ Elle invente les propres règles et ça devient un grand   bazar.

3/ Elle  est mauvaise perdante et je suis obligée de la    laisser gagner ce qui ne m'arrange pas et ne l' émeu point.

4/ Si je perds vraiment je me fais humilier "haha, t'est trooooooooooop nulle maman !"

5/ Je me rends compte que j'ai vieilli : à mon époque au Monopoly on achetait la rue de la Paix pour 1000 FRANCS. Maintenant c'est 150.00 EUROS. #Loose.

6/ Je réalise que ma gosse est une vrai  tricheuse et ça m'inquiète pour l'avenir.

7/ Je suis celle qui est obligée de tout ranger. (j'adore ramasser les cartes à quatre pattes...)

8/ Je ne peux pas répondre au téléphone "maman t'es pas drôle, tu es toujours obligée de faire autre chose. Tu veux pas te concentrer un peu là ?!"

9/ Elle s'assoit contre moi comme une malfaiteuse. Cette fois c'est sûr elle veut ma mort.

10/ Les parties n'en finissent pas...et j'ai autre chose à faire MOI !

Enfin ...

Je voudrais lui dire que grâce à elle j'ai compris le sens de l'expression , "l'amour d'une maman ne se divise pas, il se multiplie" et que lorsque je vois ma fille, je n'ai plus de doute sur l'amour que l'on ce porte.Toujours avec Amour, Humour et Bienveillance ! ! ! 





Tout est vide sans toi, mon cœur se serre quand tu t'en vas. Je suis si heureuse en regardant tes yeux, si heureuse en sentant tes mains, en entendant le son de ta voix. Chérie, comme j'ai envie d'être avec toi, ne respirer que par toi. Je t'aime mon bel amour, je t'aime comme une folle jusqu'à en mourir.Citation de Édith Piaf 
Mon amour bleu
(2011)
ccebab17



faire son "coming out " ! ! !

Notre ombre est là pour nous donner accès à notre lumière. Éclairer son ombre, c’est aller à la rencontre de ses peurs avec sa lampe de poche personnelle.

Le plus souvent, nous découvrirons un enfant effrayé, tapi dans l’ombre et attendant que nous le trouvions. Cet enfant a été mis dans une garde-robe, bien caché de tous.
Il représente des parties de soi oubliées, niées ou reniées.

Nous avons voulu protéger cet enfant en le dérobant à la lumière…

Cela était nécessaire, comme la nuit est nécessaire pour se reposer… Mais le petit matin venu, il est temps de " sortir cet enfant du placard " et de le faire exister. Il est temps de se faire exister pleinement.

Nous avons tous et toutes un " coming-out " à faire. Cela signifie s’accepter totalement, endosser tout ce que nous avons été, embrasser tout ce que nous sommes, faire l’unité à l’intérieur de soi.

À ce moment, peu importe nos blessures, nos peines, nos résistance, nos différences…

nous pourrons sortir de l’ombre et briller enfin dans toute notre lumière !

C’est la grâce que je nous souhaite à tous et toutes !

Merci de partager pour éclairer les ombres...




Ferme la porte et pose ton manteau juste là
Assieds-toi près de moi

Ce que j'ai à te dire
Je ne le dirai qu'une seule fois
Je ne le dirai qu'à toi

Si j'avais su les torrents dévaler
Sur ma terre

Si j'avais vu les brûlures
Me ravager la chair

Si j'avais su tout ça
Ces impossibles allers-retours
De l'amour

J'aurais mis ma vie dans la tienne
Comme on mélange le sang des veines
Je serais restée près de toi

Crois-moi

Des éléments qui se déchaînent
Tu m'aurais protégée de moi
Mon âme sœur, ma reine

Tant de temps que je t'aime

Donne-moi ta main
Je t'en prie ne la retire pas

Ce qui nous lie est au-delà
Organique, minéral, karmique
Indéfinissable...
Ce qui m'attache à toi
Va au-delà
Si j'avais cru qu'il fallait ne pas y croire
Dommage...
Les oasis du désert ne sont jamais

Que des mirages
Si j'avais su tout ça
Les grandes promesses qui tournent court

En amour
J'aurais mis ma vie dans la tienne
Comme on mélange le sang des veines
Je serais restée près de toi

Crois-moi
Des éléments qui se déchaînent
Tu m'aurais protégée de moi

Mon âme sœur, ma reine
La prochaine fois
Peut-être dans mille ans
Je sais déjà

Que dans un autre monde
Tu mettras ta vie dans la mienne
On ira où nos cœurs nous mènent
Tu resteras là près de moi
De tes espoirs, tes joies, tes peines
Je te protégerai de toi
Tu mettras ta vie dans la mienne
On ira où nos cœurs nous mènent
Tu resteras là près de moi
Crois-moi!
De tes espoirs, tes joies, tes peines
Je te protégerai de toi
Mon âme sœur, ma reine
Tant de temps que je t'aime
Tant de temps que je t'aime
Tant de temps, de temps, de temps que je t'aime
Tant de temps, de temps, de temps que je t'aime



Né en 1896, à LORIENT, dans une famille originaire de ST-JEAN-DE-BOISEAU, Pierre FREOR a passé toute son enfance non loin des ateliers de la Marine Nationale, à INDRET, où son père était agent technique. Sa mère dirigeait à St-Jean-de-Boiseau un atelier de couture.

    A 13 ans, il eut l'occasion de découvrir la photographie grâce à un cousin parisien qui venait en vacances à ST-JEAN-DE-BOISEAU et qui faisait sensation dans la commune en prenant en photo les membres de sa famille.

    Après l'école primaire, Pierre FREOR fut reçu à l'examen d'entrée aux ateliers d'INDRET, comme tourneur-ajusteur. Il suggéra à ses parents de lui offrir un appareil photo de qualité plutôt que la traditionnelle bicyclette récompensant les lauréats de ce concours local.

    En 1917, il fut incorporé dans l'aviation et fit la guerre comme agent de liaison motocycliste entre les lignes et les bases militaires du Bourget et de Chartres. Il épousa en 1921 Mlle JAUNATRE, fille d'un cultivateur de St-Jean-de-Boiseau et vint habiter LA MONTAGNE en 1922. C'est là que naquirent ses 4 enfants parmi lesquels le plus jeune, qui porte le prénom de son père, est actuellement, lui aussi, photographe à LA MONTAGNE. Nous lui devons l'ensemble des documents qui constituent cette exposition.

    Pierre FREOR continuait à faire de la photographie après sa journée de travail à INDRET. Souvent, des clients venaient chez lui se faire «tirer le portrait» ; il se déplaçait en campagne à l'occasion des mariages et connut ainsi les plus petits hameaux autour de chez lui. Il acheta sa première voiture en 1927, une PEUGEOT «Quadrilette», ce qui lui permit de transporter des gradins afin de photographier les groupes.

    En 1943, licencié d'INDRET par les Allemands, il se consacra entièrement à la photographie, avec l'aide de sa femme et de ses enfants.

    Esprit curieux, grand amateur d'archives et d'histoire, Pierre FREOR contribua à la création de notre association, les «AMIS DU PAYS DE RETZ» en 1962 et à la fondation de notre MUSÉE, en 1966. Premier Président de la Société d'Études et de Recherches Historiques du Pays de Retz, il a régulièrement fait paraître des articles d'histoire locale et parcouru le Pays de Retz en tous sens, avec son appareil photo, à la recherche des traditions et des vestiges du passé.

    Pierre FREOR est décédé en 1983 à LA MONTAGNE, à l'âge de 87 ans. Il nous a laissé une abondante documentation photographique sur les différents visages de ce Pays de Retz qu'il a tant aimé tout au long de sa vie et dont il a si longtemps fouillé l'histoire. Chaque prise de vue est un témoignage de son attachement à notre terroir, chacune de ses photos est un mot d'amour.
 



Le Conseil des Sages a été créé en 1996, lors du mandat de monsieur Lespinet, officialisant un groupe de réflexion préexistant. Il réunit une quinzaine de membres cooptés par le maire. Au sein de ce conseil, le groupe Mémoire Vivante s'est formé dans le but, au départ, de rédiger un ouvrage sur l'histoire de la commune.

 

Le groupe Mémoire vivante a pour objectifs de connaître, de rechercher et de mettre en valeur l'histoire de la commune, à partir de la mémoire des habitants.



Le groupe Mémoire Vivante travaille en relation étroite avec la Mairie, mais également en collaboration avec les associations et toutes personnes détenant des informations

A partir des recherches menées, le groupe œuvre à la mise en valeur de l'histoire de La Montagne.

*Mémoire vivante de La Montagne de 1877 à l'an 2000, textes du Groupe Mémoire Vivante, 2003.
Cet ouvrage, publié par le groupe, synthétise les recherches menées sur l'histoire de la commune.
Une partie des recherches du groupe n'a pas été publiée à ce jour et sert à alimenter les études actuelles.
*Exposition sur les Montagnards " morts pour la France ", 2010.
Le groupe réalise actuellement des recherches sur l'histoire des Montagnards " morts pour la France " pendant la Seconde Guerre mondiale, inscrits ou non sur le monument, dans le but de les présenter lors de la célébration du 8 Mai en 2010. A cette occasion, leurs familles seront conviées. Cette présentation viendra compléter une exposition, prêtée par l'Office National des Anciens Combattants de Nantes.


*Circuit d'interprétation sur le patrimoine de la commune, élaboration de textes pour des panneaux.
Le groupe a rédigé, à la demande de la Municipalité, des panneaux d'interprétation en vue de la réalisation d'un parcours sur les sites patrimoniaux emblématiques de la commune, en cours de réalisation.

les Ressources documentaires

 

Pour ses recherches, le groupe Mémoire Vivante s'appuie sur les archives conservées par la Mairie (registres municipaux, état civil…), ainsi que sur les souvenirs et les archives personnelles des habitants de la commune.
Depuis quatre ans, le groupe a scanné des photographies anciennes, mises à leur disposition par les habitants de La Montagne, qui témoignent de l'histoire de la ville. Le dossier numérique de ce fonds est conservé en Mairie.
Une collection de 800 photographies de grand format a été donnée par un Montagnard représentant des Anciens Combattants, au Conseil des Sages, intégrant ainsi le patrimoine communal.
(CD,DVD, ...)

Le groupe conserve les enregistrements vidéo et audio des interviews réalisés, notamment par France 3 Nantes, lors de la parution de l'ouvrage Mémoire Vivante de La Montagne de 1877 à l'an 2000, et par une radio locale de Saint-Père-en-Retz,
il se réfère aussi pour ses recherches, sur les écrits et les photographies de Pierre Fréor, sur le Pays de Retz.




la derniere repasseuse de coiffe sur la commune.
















Le manoir de Roche Ballue.
Ancien café et pension de famille, on peut voir une croix gravée dans la pierre pour indiquer la crue de la Loire de 1906.


Mr Jubault etait livreur de lait à domicile.












Les gens qui ne savent pas apprivoiser les arbres disent que les forêts sont silencieuses.
Mais dès que tu siffles, et que tu siffles bien, comme un oiseau, tu commences à entendre le bruit que font les arbres.
Il y a d'abord ces bâillements et ces respirations aiguës.

Puis tu perçois d'autres bruits. Il y a des coups lourds, comme s'il y avait un coeur qui battait quelque part sous la terre.
Puis tout un tas de craquements, des branches qui se redressent avec des explosions, des feuilles qui se mettent à trembler, des troncs qui se dérident. Il y a surtout des bruits de sifflements, parce les arbres te répondent. et puis tu sens les odeurs de la terre, ta main effleure une branche, une feuille et tes yeux se perdent au milieu des couleurs . Ce sont tout nos sens qui sont en éveil . On se sent humble et tellement petit . C'est l'oeil de la photographe qui vient de nous toucher en plein coeur .



Ce recueil de prases inspirantes est un carnet de voyage émotionnel qui propose des réflexions touchantes et réconfortantes sur les grands thèmes universels qui rallient les humains, tels que le pardon, l’amour, la liberté, la résilience et l’authenticité.
Conçu pour vous aider à garder le cap sur le bonheur, ces prases sont une bouée de sauvetage pour l’âme et une boussole pour le cœur.
C’est un hymne à l’espoir, à la joie et au courage, mais surtout à la Vie et à l’humain ! ! !

Je me félicite pour les grandes et petites choses que je réalise.

Je donne à la vie avec joie et la vie me donne davantage en retour.

Je choisis de rendre plus harmonieux mes pensées et mes gestes.

En élargissant ma façon de penser, je dépasse mes limites.

Je fais des choix positifs, qui me nourrissent de l’intérieur.

Je contemple le monde avec les yeux de la confiance et de la sérénité.

Je m’aime et je m’accepte exactement tel que je suis maintenant.

Je suis en paix avec mon passé, tout mon passé.

Aujourd’hui, je choisis de dépasser mes limites du passé.

Je suis prêt à m’adapter et à m’ouvrir à ce que le futur me réserve.

Je reconnais mes talents et réalisations.

La vérité que je cherche se trouve déjà en moi.

Chaque jour est un nouveau départ.

Cette journée est un merveilleux cadeau que la vie me fait.

Je suis une belle personne de l’intérieur jusqu’à l’extérieur.

Et je mérite d’être aimé.

Je mérite l’amour et le bonheur.

Les êtres sont comme des fleurs uniques.

Chacune s’ouvre et s’épanouit à sa manière et à son propre rythme.

Lorsque nous sommes prêts à aimer vraiment, notre vie s’épanouit de façon merveilleuse.

Chaque jour m’apporte de nouveaux éléments qui enrichissent

mon expérience de la vie et ainsi je chemine vers une meilleure façon de vivre.

Mon coeur est un lieu de paix et de bonté.

C’est l’amour qui anime ma vie et qui la rend merveilleuse.

Je m’aime dans toutes les expériences que je vis.

Peu importe mes épreuves et difficultés, je sais que je suis aimé.

Je reconnais désormais ma créativité et celle des autres et j’y fais honneur.

Tout ce dont j’ai besoin pour cheminer est à portée de mes mains.

Nous sommes toute des êtres merveilleuses dotées d’un potentiel immense.

Je concentre mon attention sur les belles choses de la vie.

Je suis en paix, car je sais que la vie est toujours là pour me soutenir, m’aider et me réconforter.

Je transforme les épreuves et les leçons de la vie en tremplin vers le bonheur.

Mes pensées positives déterminent ma vie.

Je choisis les pensées qui me réconcilient avec la paix et l’harmonie.

Mon amour pour les autres nourrit mon cheminement vers un plus grand bonheur.

Je suis impatient de voir ce que cette journée magnifique va m’apporter.

J’ai le pouvoir de me transformer et de progresser vers un mieux-être.

Plus je comprends de choses et plus je contrôle ma vie.

Je suis plus brave que je ne le crois et plus doué que je ne le pense.

Je me réjouis de l’amour que je reçois et que je donne.

Je suis une bonne personne et m’améliore à chaque instant.

Tout va bien et tout ira encore mieux.

Je suis reconnaissant pour toutes les choses que la vie m’a offertes.

J’apprécie toutes les personnes dans ma vie et je les aime de tout mon cœur.

Je suis heureux d’avoir encore aujourd’hui l’opportunité de vivre, de ressentir et d’apprécier la vie.

Si aujourd’hui est bien vécu, chaque hier se transformera en heureux
souvenir et chaque demain se transformera en une vision remplie d’espoir !

Lorsque nous sommes prêts à évoluer, la vie soutient notre cheminement.

vous pouvez nous laisser vos phrases anti- naufrage dans les commentaires bien entendue les coupinautes.




Choisir de miser sur quelqu’un qui ne mise pas sur nous, c’est un peu comme attendre une pluie en plein désert…
C’est se persuader, à tort, qu’elle viendra cette pluie d’affection diluvienne dont on a besoin avant qu’on ait le coeur et l’âme complètement desséchés. 
Choisir quelqu’un qui nous choisit aussi c’est la moindre des choses, c’est le respect que l’on se doit, c’est une marque d’estime que nous devrions toutes et tous avoir et c’est aussi éviter de souffrir de sécheresse émotionnelle.

Oui parfois, on voudrait tant être choisi, mais si une personne ne voit pas notre valeur, si elle n’a pas cet élan spontané de miser sur nous cela ne donne-t-il pas déjà le ton de la relation et de l’implication émotionnelle avec laquelle cette personne
"s’appliquera " à nous aimer?

Choisir qui on laisse entrer ou non dans sa vie, dans son coeur c’est non seulement une façon saine de se protéger, mais une façon de ne pas s’éparpiller dans des relations vides qui nous ferons non seulement perdre notre temps, mais un peu d’estime de soi au passage.

Sans réciprocité, on ne parle pas d’une relation, mais d’un espoir, d’un souhait, d’un rêve peut-être…
mais pas d’une relation saine non…
et ça, est-ce vraiment ce que vous souhaitez au plus profond de votre coeur ?

Je sais, la réponse fait mal.
Je sais, ça prendra du temps.
Je sais, ça fait mal et ça fait peur sur le coup de devoir SE CHOISIR,
mais une fois qu’on y goûte, une fois qu’on est convaincu qu’on mérite mieux, il n’y a plus ce sentiment de perte, de rejet et d’abandon, parce qu’au fond, ce n’était simplement pas écrit dans le ciel. Ça ne sert à rien de s’acharner à dévier nos destins, car ceux-ci nous réservent de si belles choses qu’on s’applique trop souvent à sous-estimer et à ne pas attendre.

Se choisir, c’est s’entourer à son image, selon ses réels besoins et ses réels envies.

Il faut être non négociable sur ce qui nous est essentiel, car sans cela on trahi sa propre essence, on la dilue, on la perd…

Bien choisir, c’est SE choisir et ça c’est tellement réparateur et réconfortant ! ! !




Commencer la journée
avec une pensée positive est idéal !
Cela donne un ton agréable et positif aux heures qui suivent le réveil.
Et on est plus efficace avec le sourire.

Faire un break à midi
en lisant une nouvelle source d’inspiration alimente la bonne humeur.

Enfin, se coucher 
en découvrant une pensée optimiste ou inspirante assure une jolie nuit.

C’est pourquoi j’ai opté pour 3 pensées par jour.

Les voici.
                           Pensée du matin :

Chaque fin peut être un nouveau départ, si vous savez avancer sans rester tourné vers le passé, tout en emportant dans votre baluchon tout ce qu’il vous a appris.

                          Isabelle Filliozat

 
                          Pensée du midi :

Votre présence est le cadeau le plus précieux que vous puissiez offrir à un autre être humain.

                      Marshall B. Rosenberg

 
                          Pensée du soir :

Donner un sens à sa vie ne suffit pas pour atteindre le bonheur, mais ne pas lui en donner empêche, à l’inverse, d’y prétendre.

                           Christophe André

 

Si vous aimez cette idée des 3 citations par jour, laissez-nous un commentaire et n’hésitez pas à partager ! ! !




Lui dessiner un coeur dans son café.
Ecrire je t’aime sur le sable.
Un croque-monsieur en forme de coeur.
Un panneau sur le bord de la route
Un coeur peint sur la route sur son itinaire.
Former un coeur avec des objets.
Lui glisser un mot d’amour.
Dessiner un coeur dans la neige.
Ecrire je t’aime avec un rouge à lèvres sur le miroir de la sdb.
Déposer Un ballon en forme de coeur dans l'entrée .

cette liste est sans fin ...
Il existe plusieurs manières de faire des déclarations d’amour !




Quand vous pensez à elle . (à lui)
Quand nous rêvassons toutes les deux dans le salon.
Quand vous avez envie de l’aider à se laver.
Quand chacune vaque à ses occupations.
Quand elle est là pour rattraper vos bêtises.
Quand elle n’est jamais loin de vous.
Quand vous lui faites une petite surprise.
Quand elle vous écoute parler de vos tracas de la journée.

Quand vous passez un moment simple mais romantique.
Quand elle vous prépare un bon petit plat.
Quand elle  vous offre des fleurs.
Quand vous vous brossez les dents ensemble.
Quand elle vient vous réveiller pour vous éviter un retard.
Quand vous remplissez vos albums photos ou de voyage de vos souvenirs.
Quand vous vous faites un gros câlin.
Quand vous faites les courses ensemble.
Quand vous vous embrassez sans raison.
Quand vous la motivez à se réveiller en lui proposant un mega câlin.
Quand vous décorez votre sapin de Noël.
Quand vous refaites le monde ensemble.
Quand vous la regardez cuisiner.
Quand vous êtes dans le lit et que chacune fait ce qu’elles a envie.
Quand elle vous apporte du réconfort alors que vous travaillez
Quand elle vous prépare une bonne tisane.
Quand vous êtes si bien que vous vous endormez contre elle.
Quand vous avez un coup de blues et qu’elle vous réconforte.
Quand vous lui faites une surprise pour son anniversaire.
Quand vous dansez chez vous, avec ou sans musique.
Quand vous vous faites goûter vos bons plats au resto...
ou la bonnes glace...(^.^).
Quand vous dormez ensemble, tendrement.
Quand une fois de plus elle vous a préparée un bon plat.
Quand, une fois de plus, elle est là dans les moments difficiles.
Quand vous chantez (faux) .
Quand vous avez un gros chagrin et qu’elle  vous console.
Quand vous déjeunez ensemble.
Quand vous faites vos petites affaires ensemble mais chacune de votre côté.
Quand elle prend soin de vous.
Quand vous lavez votre petit animal.
Quand vous lui apportez son petit déjeuner alors qu’elle travaille.
Quand vous riez ensemble.
Quand elle vient vous câliner alors que vous préparez le repas.
Quand elle vient vous couvrir.
Quand vous vous endormez sur le canapé.
Quand vous regardez un film en mangeant tout et n’importe quoi.
Quand elle vient encore vous câliner quand vous préparez à manger.
Quand elle vous fait un bisou sur le front.
Quand je lui met un mot sur le tableau.

"Vient my loulloute on s'aime du genre toute la vie !"


illustration de léa.





"tourne pas les pages",
je déteste cette expression simpliste,

je n'oublie rien, je ne zappe pas,
je ne renouvelle pas ma vie comme si rien avant n'avait existé.
Elle est un fil continu que je tisse, je ne gomme personne,
je suis faite de tous mes souvenirs, de mes amours,
je suis un patchwork vivant de moments de vie,
je suis faite des autres, pour les autres,
et chacun m'a construite ou meurtrie.
Je ne tourne pas les pages, je les écris ! !



En deuils...

 21/12/2016
Notre cher papi Marcel s'est éteints paisiblement ....
Il n'est pas de mots assez forts pour exprimer notre émotion...



Avoir des enfants, mêmes des grands, hein, n’est pas de tout repos.
Ca commence avec la grossesse, ça se termine , je crois, lorsqu’ils sont adultes  ET encore (me souffle ma mère ...)

 

Et il y a des signes qu’une maman est naze.

1/ Les cernes.
Elles sont là. Une déclinaison de bleus sur le visage que ne renieraient pas certains peintres.

2/ La flemme.
Un pipi au lit on change les draps.  un vomito  au lit, on change les draps. Au troisième, on laisse  dans son drap mouillé et puant. Ouais, c’est moche

3/ La cuisine facile.
Une kermesse ? Un gouter ?
Non mais avouons le :
les surgelés, le tout fait ça a du bon , non ?
NOOOOOON ?


4/ 2 fois de suite
:
Non on n’a pas eu le temps de faire la machine. Bah oui l’enfant portera ses chaussettes 2 jours de suite. Oh ça va hein…!

5/ Le oui facile :
la fatigue entraine le OUI facile de la mère crée.
Un bonbon ?
oui.
La télé ?
Oui.
Tu veux me maquiller ?
oui.

6/ Les pertes de mémoire :
Non seulement on ne sait plus où est garée la voiture mais on ne sait plus comment s’appelle notre enfants.
Alors, on dit " hey toi ".

7/ Dormir dans ses vêtements :
il faut voir le côté pratique de la chose, laisser l’enfant habillé pour dormir c’est un gain de temps. Et le lendemain matin hop l’enfant est déjà habillé pour l’école. Et hop la maman fatiguée est heureuse.

8/ L’endormissement facile :
21H30 tous les soirs. Oui c’est possible.

9/ Le rire inattendu :
rire de tout comme d’un pet d’enfant, rire aux larmes. Fatiguée vous avez dit ?

10/ Le pleurer facile aussi :

La fatigue c’est bien connu ça entraine des réactions folles. Pleurer pour rien quad on est maman,
on connait toutes n’est-ce pas ?
Plus de moutarde dans le frigo  ?
Pleurs.  
Perte de la tétine du dernier ?
Pleurs.
Pleurer ça fait du bien, allez .

11/ Chanter A La Pêche aux Moules  :
tout le temps surtout quand les enfants sont absents. Naze on a dit naze.

12/ Régresser :
manger des bonbons qui piquent en regardant Princesse Sarah quand les enfants dorment.
La fatigue est bel et bien là.

13/ Le jogging :
le culte de jogging de la maman, ça parle à tout le monde, non ?
NON ?

14/ Pasta Party :
quoi de plus facile que de cure des nouilles hein ?
Oui les enfants mangent ça plus de 2 fois par semaine mais avec le cerveau en bouillie qu’on a , avoir d’autres idées, ça nous fatigue !

15/ Sauter un repas :
trop fatiguée pour manger ?
Normal. Allez zou au lit les mamans !

ps : marche aussi pour les belle mère.... !!!




Un petit bébé qui nait c’est un chamboulement, une aventure, l’inconnu qui s’offre aux parents.

Figurez vous que ce nourrisson va vous rejouer la scène lorsqu’il entre en adulescence.

Oui, oui un nourrisson et un ado c’est PAREIL!

 

1/ Un nourrisson râle souvent pour rien.
Un ado aussi.

2/ Un nourrisson a la peau qui passe par tous les états.
Un ado aussi.

3/ Un nourrisson a tout le temps faim.
Un ado aussi.

4/ Un nourrisson a besoin d’être rassuré sans cesse. Un ado aussi.

5/ Un nourrisson crie et ça ne le dérange pas.
 Un ado aussi.


6/ Un nourrisson avale des trucs bizarres. 
Un ado aussi.

7/ Un nourrisson peut veiller tard le soir. 
Un ado aussi.

8/ Un nourrisson donne envie aux proches de donner des avis sur la façon de le " prendre ", de le calmer, de lui parler. Un ado aussi

9/ Un nourrisson a besoin de changer de fringues 6 fois dans la journée tant il se tâche. 
Un ado aussi.

10/ Un nourrisson peut fixer un point ou le vide des minutes durant sans bouger sous l’oeil interrogatif de ses parents. Un ado aussi.

11/ Un nourrisson sourit parfois sans raison et c’est bizarre.
 Un ado aussi.

12/ Un nourrisson a souvent chaud quand on a froid et froid quand on a chaud.
 Un ado aussi

13/ Un nourrisson rend ses parents fous parfois !
 Un ado aussi.

14/ Un nourrisson maitrise l’art du rot à merveille. 
Un ado aussi

15/ Un nourrisson a besoin d’amour évidemment.
 Un ado aussi
Evidemment.




Les enfants c'est comme une boite de chocolats.
On ne sait jamais sur quoi on tombe !
Sur le ring, côté enfant on est :
dormeur, crieur, sage, capricieux, bagarreur,
coquine, mignon, insolent, intello ou chipie.
Ring côté maman on est :
heureuse, à bout, énervée, fatiguée, fière, surprise, émue, au bord de l'abandon et au tip top !
Parce que chaque maman a le droit et le devoir d'être à la fois une maman comblée ET au bord de la crise de nerf, j'ai pensé qu'il fallait partager mes moments de doute et de joie avec vous. Comme un club de mamans. Alors on s'dit tout !!!

Je sais pas toi mais j’avais perdu la mémoire et elle m’est revenue lorsque je suis devenue mère d’enfant (à dents).

En effet, quand j’étais petite
(oui parce que malgré le fait que mon enfants croit impossible que j’ai été une enfant un jour, je le fus)
je détestais le quignon de pain.

Lorsque ma mère achetait une baguette
(tu sais ce truc qui valait 90 centimes en 1987 et qui vaut 1,15 euros aujourd’hui)
et qu’elle voulait bien nous en donner sur le chemin menant à la maison, la guerre du quignon était déclarée avec l enfants qui ce trouvait avec nous .

Elle la cousine ne le voulait pas, je ne le voulais pas et comme il ne fallait pas gâcher, ma mère se tapait tous les quignons. Elle a donc avalé 7 ans de quignons.
Avec le sourire.

Aujourd’hui le schéma se reproduit avec mon enfant et le quignon a le mauvais rôle.
Moi comme j’ai grandi, j’ai appris à avoir pitié de ce bout de pain rejeté.
Alors je me sacrifie à mon tour.
Avec le sourire.

J’en suis à 1500 quignons en 7 ans... 
je me demande si un jour un mec devrait pas inventer une baguette à bout carré.

C’est la bouche remplie de quignons que je te salue...




La vie chante
Eparpille les souvenirs noirs qui hantent
Sur la mer du temps
Le Soleil renaît
A chaque instant
A qui sait
Le voir.....🌈

Pour toi ma copine Milie  et les autres qui en ont besoin:

Pour tous les zamis et la family, proches ou aléatoires, c'est l'un des plus longs poste que je fais, mais un ...des plus réels.
Tout le monde peut passer à travers quelques moments difficiles à un certain point.
La vie n'est pas facile. C'est une chose à laquelle il faut penser.
Saviez-vous que les personnes les plus fortes sont généralement les plus sensibles ?

Saviez-vous que les personnes les plus gentilles sont les premières à être malmenées ?
Saviez-vous que ceux qui prennent soin des autres sont généralement ceux qui en ont le plus besoin ?
Saviez-vous que les trois choses les plus difficiles à dire sont je t'aime, je suis désolé, et tu m'aides ?

Parfois, juste parce qu'une personne semble heureuse, il faut regarder au-delà de son sourire pour voir combien de douleur il peut y avoir à l'intérieur.
Pour tous mes connaissances, mes zam zam, ma family, mes copinautes qui connaissent certains problèmes en ce moment, nous avons tous besoin de gestes positifs et surtout d'énergie positive !!!

Je souhaite offrire à mes zamis,ma family, où qu'ils soient, de donner un moment de soutien à tous ceux qui ont des problèmes familiaux, de santé, de travail, des préoccupations de tout genre et qui ont seulement besoin d'une petite pensée réconfortante en guise de baume pour le coeur...

La gentillesse n'a jamais fait de mal à personne !

comme un goût de bonheur, un désir tout en couleur à nous de tout prendre, contre notre coeur ces moments bonheur ! W....OH OUI tout contre son coeur

pour Milie juste pour le soutien que ça peut faire ressentir.




On m'avait dit...

 17/10/2016

On m'avait dit

Siiii tu l'entendras la nuit ton bb quand il pleure

- EH bien non, je ne l'entend pas je dors !

en revanche, les coups de pieds de mon mec pour que je me réveille je les sens !

 (depuis j 'ai divorcée )

 

On ma dit mais si tu sauras comprendre ce qu'elle dit

-Eh bien non comme tout le monde j'entends ta,bu,meuh !

 

On ma dit tu sauras reconnaitre les pleurs de ton bb

-Eh bien en fait, non je ne l'ai toujours pas décryptée ma fille,

je lui tant son doudou quand elle a faim et la couche quand sa couche est pleine !

 

On ma dit mais siii tu verras tu oublieras viiite les nuits blanches

-Eh bien non je les comptes plutot 75 nuits et je lui ferais payer à l adolescense en la reveillant à 7h du mat' quand elle aura besoin de 14h de sommeil mouarf....j'en ris d'avance!

 

On m'avait dit mais siii quand c'est le tien, tu ne sens pas les odeurs quand tu la change.

-Eh bien oui je sens les odeurs et ma fille pue je me demande même comment un si petit bb peux en faire autant.!

 

On ma dit mais siii tu verras ce sera un peu dur la crèche pour elle au début

-Eh bien en fait non pas un regard pour sa pauvre mère quand je la dépose,elle court s'é..cla..te !

 

On m 'avait dit un enfant c'est que du bonheur

-Eh bien OUI bon d'accord c'est chouette !!!

 chut hein...

Avant d'être parent

je ne savais pas

que l'on pouvait

ruiner la journée

de quelqu'un en

ne lui donnant

pas la bonne

couleur de tasse

le matin !!!

 

j'aime tellement ma fille

que je pourrais traverser

des rivières entière

de légos pour elle !!!

 

Et puis aussi tu sais que

le temps est compté

bizarement une journée

d'école passe beauoup plus vite

qu'une journée de vacance

pluvieuse avec reveil à 7h /

12 dessins animés/ 3 paquets

de petits écoliers/ford boyard

et des chausettes à trier

Alors il faut te dépêcher ,

dépêcher de profiter !!!

 

Foutu ménage tous ensemble

séance de bisoutage/ chatouillage

des chorégraphies sur Ilona

ou René la taupe...( le ridicule ne tue pas )

 

un atelier cuisine

2mn de pâte à crêpe et 15 mn

de nettoyage ça colle et vole partout !!!

 

Tu vas au parc

sans oublier d'applaudir à chaqe

exploit de glissade !!!

 

tu fais de la peinture / pâte à modeler

10 mn de préparation tablier/ palette /

feuille / bachage du salon

et 30 secondes d activitées

 de boulguiboulgua

et s'écrier " ma fille à un incroyable talent "

45 mn de nettoyage mains/ vêtement/ cheveux!!!

 

Tu te tapes un épisode de trop trop/ oui oui / dora...

et les génériques te hantent 4h plus tard !!!

 

Tu vas chez dady ou mamy/ les amies...

20mns de discution entre adultes dans une journée !!!

 

A 20h pétente dodo sans oublier de lire l' histoire en sautant quelques pages et tu auras enfin le droit de te détendre !!!

 

Parfois je regarde ma fille et me demande ce que je ferais sans elle et ces mots résonne en toi et particulièrement aujourd'hui ou tu avais envie de :

prendre un bain/ lire un livre

t'envoyer en l'air /faire les soldes

appeller les copines/ faire une sieste

bruncher/ aller au ciné

partir en week end/ aller au sport

t'envoyer en l'air ( oui une deuxieme fois)

... et le lendemain boulot

 

mais finalement à 21h

tu seras trop épuisé pire qu'un soir de semaine

 et comme par magie le lundi matin

les bisous de ta fille te donnerons

 une force d'affronter ta tête !!!




Quand on  veut, on peut
et quand
on peut , on fait !


Baby chou quel bonheur
Quelle fête ma douce
Ce jour qui nous a réunies
Deux amantes pour toujours.
Et voilà! A peine le temps de nous remettre de ce jour festif,
Que nous avons fêter dans l amour d un couple qui s aiment toujours.
Dans la tendresse et l'Amour des sentiments partagés au fil des jours.
Deux amoureuses au jour le jour.
Je te souhaite ma douce fraisy un bon  1 er mois de mariage que je te souhaite sous le modeste présent de cette rose rose mon amour.
Je t'aime 💖 ta femme



Il arrive un temps ...

 21/05/2016
Il arrive un temps dans la vie, où on apprend la différence entre tenir la main de l'autre et l'enchainer à soi PRINCESSE...
Un temps où l'on apprend que l'amour ne signifie pas, se soulager de tout souci sur l'autre et que la compagnie n'est pas toujours une garantie contre la solitude...
Un temps où on apprend que les baisers, ne sont que des cadeaux, ne sont pas des promesses...

Il arrive un temps dans la vie où on apprend à accepter ses échecs en gardant la tête haute et les yeux ouverts, où on apprend à bâtir notre vie dans l'instant présent parce qu'on ignore si on sera toujours là demain DUCHESSE...

Il arrive un temps dans la vie où on apprend que même le soleil brûle si on abuse alors travaillons à décorer notre jardin intérieur au lieu d'attendre que quelqu'un nous offre des fleurs de REINE...

Il arrive un temps dans la vie où on apprend la souffrance, la peine, l'absence et où on apprend qu'on a en soi, la force d'y faire face...

Il arrive un temps dans la vie où on découvre... ce que l'on vaut vraiment IMPERATRICE...
Et on continue d'apprendre avec chaque abandon, chaque perte... A chaque départ, on apprend...



Dès le 31 janvier, j'ai proposée de briser la monotonie ambiante qui est  placée sous le signe du bonheur 
 " J’ai décidé d’être heureuse "
et les comparses auront pour seule mission… de chasser les idées noires !
 

hiver, crise économique, morosité… cette période est vécue par beaucoup d’entre nous comme morne et grise. Pour vous redonner le sourire, 
"J’ai décidé d’être heureusee ".
les zam zam et la family volontaires, accompagnés par la célèbre et non moins COCO, avons eu quelques  semaines pour chasser leurs idées  noires et renouer avec la joie de vivre.

Pour les aider dans cette tâche fastidieuse, trois coatch : ketty, chercheuse à l’Université de la vie et spécialiste du bonheur, le filliou, formateur en gestion du stress, et ambrette, Maître en arts martiaux.

Ensemble, ils affronteront des épreuves collectives et individuelles sous forme d’exercices pour apprendre à voir la vie sous un autre jour.
Rencontrer de nouvelles personnes,
renouer avec sa family,
sourire davantage,
faire preuve de générosité,
se lancer de nouveaux défis…
seront autant de petites pierres qui bâtiront notre grand édifice du Bonheur. Le bonheur est avant tout un état d’esprit, mélange d’optimisme et de réalisme.

 
 

J’ai décidé d’être heureuse avec mes zAmours mes zamos...mes zenvie mes zemerde...
non je voulais voir si tous le monde suis !! ...lol




Bon, ça semble être enfin vrai. La belle saison est là pour rester (HOURRA!) et, avec elle, les contacts un peu awkward avec des parents, comme vous et moi, qui vont éventer leurs enfants au parc ou dans des ligues d’activités sportives.

Vous savez très bien comment ça se passe. Vous repérez un ou deux parents potables qui pourraient rendre vos moments assis dans le gazon moins pénibles. Vous les observez discrètement du coin de l’oeil en vous demandant si vous devriez les aborder ou pas, d’un coup que vous passeriez pour une creep ou une motivée fatiquante. Qu’est-ce que vous leur diriez de toute façon? Un plate " Il fait beau, hein? '' Par dédain du small talk et crainte de l’opinion des autres, vous vous contentez de sourire passivement lorsque leur regard croise le vôtre. Pis dans le temps de le dire, vous avez passé votre été toute seule à surveiller vos enfants  (oui parfois les paents s absente lol ) et vos notifications sur votre téléphone.

Ouais, je le sais très bien comment ça se passe parce que j’ai longtemps été cette mère. J’étais terrorisée à l’idée d’entretenir une conversation avec des étrangers et profondément ennuyée de devoir jaser du temps qu’il fait par simple politesse. Puis, j’ai eu un enfant:

S’il y a une chose que je ne pensais pas apprendre en devenant mère, c’est devenir sociable avec des étrangers. Ton enfant entre en interaction avec des gens random (exemple: une madame la barone qui promène son perroquet au parc de Procés) et surtout les enfants de ces gens random. Moi qui étais du genre plutôt sauvage…

J’ai comme pas eu le choix. Puis, au fil des années, je me suis rendu compte qu’il y avait des avantages à s’intéresser aux autres, à laisser mon jugement et ma timidité au vestiaire et même pratiquer modérément l’art du small talk. Ceux, entre autres, de me créer un bon réseau de proximité avec les voisins et de connaitre les parents des amis de ma fille. J’ai découvert des gens sous un autre jour, je me suis fait des amis et, tadam, je me suis retrouvée avec un p’tit village. Depuis maintenant six ans, j’améliore mes skills sociaux, tranquillement pas vite, à mon rythme, et je me sens de moins en moins seule. Toujours un peu awkward, mais je me dis que ça fait partie de mon charme. Ha!

Étant donné que la saison de la socialisation est lancée, voici donc une liste de trucs pour vous aider à établir un premier contact avec des parents inconnus dans un lieu public.

Vous dire que vous n’avez rien à perdre.
Sérieusement, la pire affaire qui pourrait vous arriver, c’est qu’on vous vire de bord. TANT PIS POUR EUX AUTRES! #Latatia

Rangez votre téléphone.
Faut se rendre disponible et attentive à des interactions dans la vie réelle, hein.

Allez-y graduellement.
J’ai commencé avec des sourires avant de prononcer des Hello" à mes prospects d’amis parents. Quand j’ai constaté que ça ne faisait pas mal, j’ai continué.

Ou allez-y directement.
Pas de niaisage, donc moins de temps à stresser pour rien. Adressez-vous candidement à la personne qui vous intéresse: " hello, t’as l’air vraiment cool, veux-tu Blablater ?"

Ayez des lingettes ou des mouchoirs.
Deux excellents accessoires pour dépanner tout un chacun et briser la glace. Des Cheerios en quantité suffisante peuvent aussi faire la job.

Présentez les enfants.
C’est souvent plus facile de le faire pour ses petits que pour soi. Puis, une fois qu’ils jouent ensemble, le contexte est plus propice pour la discussion avec leurs parents.

Présentez-vous.
" Je suis la maman de Maëva, le numéro 11 avec les grandes cannes", ce n’est pas suffisant. Les parents ont aussi des prénoms! Dites-le vôtre et demandez-le aux gens autour de vous.

Parlez des enfants, mais pas trop.
La plupart des parents aiment parler de leurs enfants. Mais ils seront agréablement surpris si vous les amenez à parler d’eux-mêmes et de ce qui les intéresse.

À ce sujet, dans la partie 2 de " Comment se faire des amies parents, " je vous donne tous les trucs pour devenir la reine du small talk!


Vous avez donc osé aborder cette mère à l’air sympathique au parc. CHAPEAU! Après les remarques et les compliments sur vos enfants respectifs, qu’est-ce qu’on fait? De quoi parle-t-on?

Bien souvent, de rien. On dit des mots, mais c’est seulement pour meubler le silence et déjouer le malaise. On fait du small talk.
"On l’as-tu l’beau temps, hein? "
" Ah ben, la Ville a taillé les arbres. "
" Pis, quoi de neuf à part de ça? 
#meplease

Toutefois, j’ai appris récemment que le small talk peut aisément se transformer en medium talk si on ajuste un peu les questions qu’on pose à son interlocutrice pour en apprendre davantage sur ce qui est important pour lui, pas seulement connaitre une liste de faits à son sujet. " Creating a sense of intimacy has to do with two things: sharing things that feel close to you and an exploration of value systems ", explique la psychiatre Gail Saltz.

Voici donc une liste de questions pour vous aider à apprivoiser l’art étrange du small talk sans vous aliéner. Et si vous désirez vous tremper l’orteil dans le medium talk, exposez votre authenticité, vos émotions et vos vulnérabilités. C’est de cette façon qu’on se lie d’amitié non!...

Les préférences

1 Quel est le pire/le meilleur l’endroit où tu as habité?

2 Te rappelles-tu ce que tu aimais faire à l’âge de ton enfant?

3 As-tu un talent caché? Une passion que peu de gens connaissent?

4 Qu’est-ce que tu aimes, mais que la plupart des gens n’aiment pas

Le travail

5 Qu’est-ce que tu aimes/changerais de ton travail?

6 Quel était ton premier emploi?

7 Quel métier rêvais-tu de faire lorsque tu étais enfant?

8 Quel serait ton job de rêve en ce moment?

9 Aimerais-tu que ton enfant fasse le même métier que toi? Pourquoi?

10 Quel est le meilleur conseil de carrière qu’on t’ait donné?

La bouffe

11 Quel est le mets le plus bizarre que tu aies mangé?

12 Quelle est ta spécialité culinaire? Et le pire repas que tu aies cuisiné?

13 Si tu ne devais manger qu’une sorte de cuisine pour le restant de tes jours, ce serait laquelle?

14 Est-ce que tes enfants ont des goûts particuliers?

15 Quel est votre restaurant familial/pour une date/pour bruncher par excellence?

16 Qu’est-ce que tu mets dans la boite à lunch de tes enfants? Et la tienne?

Les voyages

17 Nous planifions des vacances, quelle a été votre meilleure escapade en famille?

18 Si tu pouvais aller n’importe où dans le monde, tu irais où?

19 Quels sont tes coups de coeur à visiter au Québec?

20 Es-tu plus du type camping ou hôtel?

21 Dans un roadtrip, est-ce que tu conduis ou tu es le copilote?

Les recommandations

22 As-tu regardé une bonne série télé récemment? Je m’en cherche une nouvelle!

23 Que lis-tu en ce moment?

24 As-tu visité un endroit particulièrement family friendly dernièrement?

25 Quel est le dernier film qui t’a fait pleurer/rire/peur?

26 Qu’est-ce que tu écoutes comme musique quand tu veux avoir du fun/t’entraîner/déconnecter?

27 Connais-tu des personnes intéressantes à suivre sur Instagram/Twitter/Facebook?

28 Quelle application sur ton téléphone a changé ta vie?

29 Connais-tu un.e bon.ne gardien.ne?

30 Où trouves-tu les vêtements de tes enfants? Les tiens?

Qu’est-ce que tu fais quand…

31.…tu veux relaxer?

32…tu dois faire un souper rapide?

33…c’est la fête de ton enfant?

34…tu te sens seule?

D’autres idées de questions pour alimenter vos conversations? Ajoutez-les dans les commentaires!




Ma fille venait d' avoir 6 ans. Et aussi magnifiques qu’elle soit, j’aimerais bien que les gens qui s’adressent à elle lui parlent d’autre chose que de ça jolie robe et de ces grands yeux qui briseront les coeurs des garçons.

Pour la maman féministe que je suis, ça arrive un peu trop souvent à mon goût. Je sais que les intentions derrière ces remarques sont bonnes, excellentes même. On essaie de créer un lien positif avec ma fille en la complimentant. Mais pourquoi faut-il que ce soit presque tout le temps par rapport à  son apparence? Pis sont éventuel potentiel de séduction? (Celui-là me met très mal à la l’aise. Pis en passant, ça se pourrait qu’elle brise le coeur des filles aussi.)

Car même si c’est vrai qu’elle  de à jolies robes et de grands yeux, j’aimerais bien qu’elle se sente intéressantes et valorisées par d’autres aspects de leur petite personne. Parce que dans les histoires, les applications sur la tablette, la publicité, les émissions de télévision, les filles sont constamment ramenées à "être belle ".
 Ce serait chouette que dans la vraie vie, on l' amène sur un autre terrain pour équilibrer tout ça. Comme " "être intelligente ", " être drôle " "
ou " "être active "." En fait, simplement " être soi "."

Voici des questions qui ne parlent pas d’apparence

J’ai pensé à l’âge de ma filles en les écrivant, mais ajustez-les au niveau de votre interlocutrice… ou interlocuteur! Parce que la beauté (LOL) de cette liste, c’est qu’elle marche avec tout le monde.

1
Quel âge as-tu?
2
Quel métier aimerais-tu faire quand tu seras grande?
3
Quel est ton jouet/livre/repas préféré?
4
Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui?
5
As-tu des frères ou des soeurs?
6
As-tu un animal de compagnie?
7
Comment est ta chambre?
8
Avec qui aimes-tu le plus jouer?
9 As-tu un super pouvoir?
10 
Vas-tu à l’école/la garderie?

Ces questions vous permettent aussi de parler de vous par la bande. Vous pourriez raconter quel est votre boulot, dire que vous capotez sur le spaghetti et que vous avez une soeur qui s’appelle Banane. Ben non! Bahahahaha! #blagounette #rigolade ...

Sinon, poser une question à deux choix de réponses vous permet d’en savoir plus sur les préférences et la personnalité de la petite humaine qui se trouve en face de vous. Les possibilités sont infinies...

1
Aimes-tu mieux les jujupes ou le chocolat?
2
Faire des dessins ou te déguiser?
3
L’été ou l’hiver?
4
Les chiens ou les chats?
5
Maman ou papa?

BEN NON! C’était juste pour voir si vous suiviez. :P

Avez-vous d’autres bonnes pistes pour amorcer une conversation avec une petite fille sans lui parler de son apparence? # minimoye





Petite, j'ai été très impressionnée par des lectures comme "Sans famille", "En famille" ou bien la vie en orphelinat et en familles d'accueil…
J'ai commencé à rêver de devenir la maman d'enfants qui n'en auraient plus… 


Plus tard, avec ma future épouse, nous avons pensé à fonder une famille mais les procédures de fiv sont dans des pays étranger , contréniant et couteux physiquement,  psychologie et financièrement ...
je vous passe le passage de la coparentalitée avec un autres couples de garçons ...
il nous est accorder le droit à  l'adoption, mais nous avons constaté qu'il y avait plus de parents en demande d'enfants ...
surtout des bébés blancs en bonne santé ! ...Nous avons croisés des parcours très douloureux de future parent adoptant qui on une vie de souffrance et onereuse pour des enfants venant d'autres pays ...que d'enfants en demande de parents… 


Par contre, il manque cruellement de familles d'accueils… Sans doute, ce statut plus précaire dans le temps, sans possession de l'enfant qui ne prend pas votre nom, effraie-t-il le cœur de parents potentiels… C'est humain mais nos enfants ne sont pas nos enfants (rappelez-vous Khalil Gibran). 

Quel bonheur que de se lier , de créer la relation sans posséder, sans obligation, cela a une autre valeur que le lien du sang.
Quelle richesse aussi que de rencontrer des personnes d'origine, très différentes.
  Il y a 2 ans, nous voulions nous investir auprès de jeunes, mais nous n’avions pas d’idées précises... Nous avons vu une petite annonce dans le journal et nous avons téléphoné pour avoir des renseignements. Nous avons ensuite rencontré les professionnels de l' UEHDR PJJ qui nous ont précisé la mission et nous ont préparés et soutenus dans la démarche. 
 2 ans plus tard, les éducateurs du service sont toujours aussi présents et nous apportent tout le soutien dont nous pouvons avoir besoin.
c'est un travail d'équipe...l' UEHDR La PJJ confie des mineurs placés sous mandat judiciaire. Les suivis du placement diversifié et des services d'aide extérieur y compris sont necessaire... 
comme une pause constructive où l'on prend le temps d'un recul, d'un bilan qu'on a  l'occasion de faire ou de recevoir quand on exerce le métier effréné d accueillant familliale ! 


C'est encourageant, c'est rassurant… Après une sélection assez rapide, basée sur des critères de generosité et d'esprit plutôt que d'espace ou d'argent, nous avons accueillis plusieurs ados diversifié tous aussi charments les uns / unes que les autres  ...ayant eu des  parcours plus ou moins compliqués et Particulièrement adapté pour des adolescents ayant besoin d’un cadre autre que collectif, ceux-ci partagent, le temps de leur placement, le quotidien de la famille tout en poursuivant leur scolarité ou leur formation.

 Ensuite , ce fut l'arrivée des jeunes cumulent des difficultés scolaires, familiales, de santé ou d'insertion. C'est pourquoi devenir accueillant familial n'est pas un engagement que l'on prend à la légère. Cela nécessite des capacités d'écoute, une ouverture d'esprit et une souplesse dans le fonctionnement familial ... La justice des mineurs concerne les mineurs en danger (dans le cadre de la justice civile au titre de l’article 375 du code civil) ainsi que les mineurs ayant commis des actes de délinquance (dans le cadre de la justice pénale, au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante).
Dans ces deux domaines, c’est le juge des enfants qui est compétent pour prendre la décision judiciaire.  
mais notre quotidien se passe très bien ! Pour les tâches quotidiennes, par exemple, tout le monde met la main à la pâte. Les jeunes mettent la table, débarrassent et rangent leur chambre. Pas toujours sans réticences, mais quel adulte n’a jamais rencontré ce genre de problèmes avec des adolescents ? Pour le reste, chacun a sa vie sociale, dans le respect des uns et des autres. Toute notre famille est très compréhensive par rapport à la situation des mineurs que nous accueillons et les rapports avec notre voisinage sont excellents ce qui est tout aussi enrichissant Le jeune mineur confié à une famille d’accueil est, en parallèle, suivi par un éducateur de la Protection judiciaire de la Jeunesse. Celui-ci l’accompagne dans la réalisation de son projet individuel d’insertion, s’assure de son bien-être physique et moral et maintient les liens avec la famille d’origine. ...

Je voudrais remercier ma propre famille et mes amis de nous avoir accueillis en tant que famille d'accueillante ce qui a pas été évidant au départ ...
Enfin
je voudrais écrire à ma fille combien je l'aime, l'admire, de trouver sont équilibre souriant, dans les circonstances de vie qui est la sienne  !
Ce que nous pensons qui  fonctionne c'est que nous les accueillons de façon sincère. Tout le monde a droit à sa chance. En leur faisant partager notre quotidien, nous essayons de leur montrer qu’il existe autre chose ; que l’on peut vivre ensemble, dans le respect de certaines règles
dans un cadre sécurisant et protecteur, un temps pour tous juste un trait-d union .
 







BONJOUR

 15/02/2016


Il semblerait que nous pourrons nous marriées à partir de cet été... encore un peu de patience donc... ;-))
comme ça on aura bien le temps de composer les listes d'invitéEs,
souvent allégées de quelques personnes, parfois proches, qui se sont révélées pas si friendly que ça pendant les débats.
Et toi, est-ce que tu as aussi eu des drôles de surprises dans ton entourage ?




La femme sauvage,
c’est une femme présente en chacune de nous,
parfois enfouie très profond,
parfois bâillonnée mais toujours prête à resurgir.
La femme sauvage,
c’est la femme non domestiquée, la femme libre,
la femme qui a évité les pièges et les prisons mêmes dorées, c’est celle aussi qui s’en est libérée.
La femme sauvage, c’est la femme qui jouit de tous ses instincts.
C’est la femme intuitive,
la femme curieuse, la femme qui sait.
C’est la femme qui respecte ses cycles ...naturels, la femme qui s’écoute et connaît ses besoins et ne s’en détourne pas.
C’est la femme qui chante, qui rit, qui danse, qui joue, qui prie, qui étudie, qui écrit…
C’est la femme inventive, créative, donneuse de vie.
C’est la femme généreuse, amoureuse.
C’est la femme qui se fait une vie cousue main, une vie porteuse de sens et qui répond à tous ses besoins naturels.

Cette femme sauvage est vraiment très belle. Elle me donne envie d’aller dans les bois pour courir et hurler avec les loups pour retrouver complètement ma nature originelle bien endommagée par ma “captivité”.


~Clarissa Pinkola Estès


...disons, quatre-vingt quinze pour cent de celui-ci, je l’aime, je l’adore, je chante Gigi l’amoroso quand je le vois. Je donnerai ma vie pour lui. J’exagère à peine. Mais par moment, il m’insupporte. Avez-vous ce phénomène en visu ? Vous savez, quand vous êtes profondément agacé(e) par tout ce qu’il peut dire ou faire. Pour être totalement de bonne foi, je dois l’avouer : mes crises d’urticaire sont souvent liées à un psychodrame ménager : qu’il n’aie laissé qu’une feuille sur le rouleau de papier toilette, par exemple, ça me met carrément en rogne. Et je ne peux plus le regarder sans vouloir l’étriper. Ou bien quand je retrouve des coques de pistache dans le bac à fleur. Je le passerai bien par la fenêtre. Dans ces cas-là, je dirais que mon énervement est … justifié. D’autres fois, par contre, je n’ai rien à lui reprocher. Ce qui m’agace, c’est juste le fait qu’il soit là. A côté de moi entrain de dormir, en face de moi entrain de manger, sur le siège conducteur entrain de … conduire. Bravo, vous suivez. Alors qu’une demi-heure plus tôt, j’étais tout(e) enamouré(e) … quelque chose part en vrille dans ma tête et il m’horripile. Bizarre... Alors, puisque vous posez la question, je vais vous répondre : non, je ne suis pas spécialement lunatique. Mais par moment, j’aimerais être ailleurs. Loin. Seul(e). Sous les cocotiers, enfin pas si seul(e) que ça d’ailleurs. Une bouffée de fun. « De l’air ! Un peu d’air ! » comme chantaient les cantatrices des L5. J’ai abordé le sujet avec mes (bonnes) copines, celles qui ne jugent pas. Il s'agissait donc de copains. Elles m’ont confirmé que ça leur arrivait à elles aussi, de se réveiller le matin sans sentiment pour le corps alangui à leur coté. Et puis, l’amour revenait, sans prévenir. Mais ce sont des hommes… Par définition peu fiables. Une fois, une copine m’a confiée qu’elle avait le même problème. Je n’ai pu m’empêcher de lui demander, l’air exagérément moralisateur : «T’es sur que c’est l’homme de ta vie, Bernard ? ». Du coup, elle s’était mise à pleurer. « Je ne sais passssssssssssssss, je suis un monstreeeeeeeee ». Sur ce coup là, j’eus mieux fait de la fermer. D’autant que je n’étais pas excessivement bien placée pour parler. Alors j’ai élaboré une théorie fumante pour me déculpabiliser de mes crises d’énervement aiguë : on ne peut pas être amoureux vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Si on l’est déjà quelques heures pas jour, on peut s’estimer heureux. Voilà. Avec ça, je vis beaucoup mieux. Je ne me flagelle plus à grand coup de « T’es vraiment un bad boy ! ». En clair, il ne faut pas essayer d’être au top du sentiment. Surtout si vous avez d’autres gros dossiers en tête : perdre trois kilos, trouver le tee-shirt de vos rêves, votre homme vous gonfle ? Maudissez-le ! Tôt ou tard, vous roucoulerez dans ses bras, donc pas de panique.

 la "chronique" de mon ami philoo slalome, toujours souple dans la tête si le corps ne l'ai plus, les travers du couple sont une source inépuisable pour écrire !