Les blogs
du village
chez seo and co

chez seo and co

Deguemer mat ! lieu de partage & d'échanges

S'inscrire à la newsletter du village


S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Pourquoi le beurre de Bretagne est-il salé ?

 05/01/2021
Au Moyen âge, le sel pouvait être échangé
contre de l'or !


Il est utilisé comme monnaie d'échange et une partie de la des travailleurs pouvait être payée en sel.
D'ailleurs, le mot salaire vient du salarium, dérivé de sel. Pas étonnant que très tôt le sel fut appelé "Or Blanc" En effet, à l'époque le sel est une denrée indispensable et sans équivalent pour conserver les aliments et enrichir la nourriture du bétail.
Tiens, si on inventait une nouvelle taxe pour remplir les caisses ?

La vente du sel permet de remplir les caisses du royaume de France. L'État en détient le monopole.
II contrôle alors la production, la distribution et le prix de vente de cette précieuse denrée.
Les gens en achètent en petite quantité, car le sel est soumis à une forte taxe.
En 1343, Philippe VI de Valois va plus loin et décide de faire du sel un instrument fiscal généralisé et permanent. C'est ainsi qu'entre en vigueur durablement la Gabelle, l'impôt sur le sel.


Toutes les provinces du royaume de France ne payent pas même taxe.
A Paris, territoire de grande gabelle, le sel est extrêmement cher et il est même rationné
En revanche, la Bretagne est un pays de franc-salé, c'est-à dire qu'il n'existe pas de taxe sur le sel.
Même après 1532 lorsque la Bretagne est définitivement rattachée à la France, les Bretons sont libres d'acheter et de revendre du sel sans rien payer au roi.


Pourquoi ?
Parce que la région est grande productrice de sel. Corollairement, ce privilège d'exemption totale voit l'émergence des contrebandiers d'un nouveau genre : les " faux-sauniers " qui font transiter le sel d'une région sans taxe à une autre fortement taxée comme l'Anjou et le Maine. On estime que le marché noir et les clandestins en Bretagne auraient fait vivre près de la moitié de la population riveraine des marches de Bretagne.
Les gabelous (surnom des douaniers toujours d'actualité) sont chargés de collecter l'impôt, mais aussi de traquer les contrebandiers, mener des perquisitions, exercer des fouilles au corps… touchant une prime à chaque prise. Les peines infligées aux contrebandiers vont d'une simple amende aux coups de fouet, des galères au marquage au fer rouge, de l'exil en Nouvelle-France ( Québec ) à la peine de mort, s'ils sont armés...


La gabelle sera abolie par un décret du 1er décembre 1790, mais les paysans des quatre coins de la France se sont déjà désaccoutumés du beurre salé… sauf les Bretons bien sûr pour qui le beurre doux sera toujours un ersatz d'une fadeur rédhibitoire, un non-sens, un sacrilège !


 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :