Les blogs
du village
mireille herbe folle

mireille herbe folle

Nature et photographie....

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 1 542 626
Nombre de commentaires : 9 324
Nombre d'articles : 831
Dernière màj le 04/09/2018
Blog créé le 16/05/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
 
<< 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 >>
Nous sommes allés en promenade aux Cascades du Hérisson: je vous ai déjà montré ce merveilleux site classé.
C'était LA .

Aujourd'hui, nous sommes allés revoir la cascade la plus en amont, celle du Saut-Girard".
Habituellement, pour bien voir ce Saut, nous allons à ses pieds.
La voir d'en haut n'était jusqu'à présent pas facile, un parapet au bord de la route en limitait l'approche.

Le site supérieur, à notre grande surprise, se trouve maintenant aménagé.
Une plateforme fait saillie au bord de la falaise.

Mais.........


C'est impressionnant ! J'y vas-t-y? j'y vas-t-y pas?????


ça y est, j'y suis !

Le vide au dessous de mes semelles est impressionnant....


Ouf ! je m'habitue, et je peux voir la cascade dans de bonnes conditions !
Le Saut-Girard fait 35 mètres de haut, et la plateforme est encore nettement au dessus...

Une réalisation qui permet à tous d'admirer la cascade, cet observatoire étant accessible même aux personnes en fauteuil.




Une tarte bien facile à réaliser, aussi bonne chaude que froide !

J'ai fait aujourd'hui une tarte aux épinards et à l'oseille.
(Une fois ou deux par mois, je déroge à ma diététique "sans gluten")

Ingrédients :

- 1 pâte feuilletée épaisse (du commerce)
- 800 gr d'épinards
- 1 poignée d'oseille
- une grosse gousse d'ail
- 1 oignon
- 3 oeufs
- 1 briquette de crème de soja
- sel - poivre - épices selon le goût
-  c/soupe huile d'olive


Action :

- Laver et équeuter les épinards et l'oseille.
- Emincer finement l'oignon
- Dans une sauteuse, faire revenir l'oignon dans un peu d'huile d'olive
- Quand l'oignon commence à devenir transparent, ajouter l'ail écrasé, l'oseille grossièrement hachée, puis les épinards.
- Laisser cuire quelques minutes, saler, poivrer.

- Etaler la pâte dans un moule, la piquer avec une fourchette.
- Etaler le mélange épinards-oseille-ail-oignon

- Battre les oeufs avec la crème de soja, saler et poivrer.
- Répartir la préparation sur les légumes.

- Cuire à 200° pendant 3/4 d'heure.
- Saupoudrer d'épices, laisser quelques minutes dans le four éteint jusqu'au moment de servir.


Verdict:

C'était très bon !

Mon assiette du jour:
- côté froid: 1/2 tomate, 1/2 betterave rouge, de la salade verte - vinaigrette classique.
- côté chaud : une belle part de tarte !



Eglise Romane

 17/10/2016
Vous connaissez mon goût pour ces jolis édifices qui ponctuent la campagne....

Voici l'Eglise de Saint-Hymetière, dans la région jurassienne de la "Petite Montagne".




Elle fut construite au milieu du XIe siècle sur un prieuré plus ancien, fondé au VIe siècle par un certain Hymeterius, ermite, dont on ne connait que très peu de choses.



Cette église est isolée dans les champs, car le village du Moyen Age qui l'entourait a été incendié en 1477.
Les habitations ont été reconstruites plus loin.
Cet isolement donne beaucoup de charme à cet élégant édifice.

La nef est voutée dès l'origine en plein-ceintre,  non charpentée.


De très importants travaux de réhabilitation ont redonné sa beauté à cette belle église, au clocher octogonal.
Pendant plus de 5 ans, archéologues, compagnons, ont réalisé un travail extraordinaire .

Saint-Hymetière offre un bel exemple des églises monastiques rurales du premier âge roman, avec ses arcatures massives et ses voûtes en cul de four.



Des tombes médiévales ont été mises au jour, permettant une datation plus précise des origines de l'édifice.

Les amateurs trouveront ICI des renseignements plus complets sur ce sujet.

Architecture très massive, peu de décors...




Des murs et piliers énormes,


Un vestige de fresque...


Quelques jeux de lumière ....






Le clocher actuel date du premier quart du XIX ème siècle, de style comtois.

Voila un lieu où j'aime aller me promener !

Un grand  merci aux personnes qui s'occupent d'ouvrir chaque jour ce bijou architectural aux visiteurs!



Promenade d'hier....

 16/10/2016
Autour du lac de Vouglans

Le niveau a énormément baissé ( il manque plus de 15 mètres d'eau)

(En route, j'ai vu un cerf....mais je n'ai pas pu le photographier...il était pressé d'aller se cacher  - ce sera peut-être pour une autre fois!)



Quelques promeneurs profitent du soleil sur les vastes "plages" ainsi découvertes.



Quelques minutes suffisent pour que la couleur de l'eau change.............



Histoire presque sans paroles.....(pour une fois que je ne suis pas bavarde....)

1 poireau, 2 pommes de  terre, 2 carottes, 1 bol de pois cassés, sel et poivre, 20 minutes de mijotage.....et un coup de mixer plongeant.

Miam !



Je vous ai déjà emmenés dans la forêt de la Joux !

Vous vous souvenez?
C'était LA !



Au coeur de cette magnifique forêt, j'ai visité récemment un site unique, la sécherie de l'ONF.

Cet établissement dépend de l’Office National des Forêts (ONF), et existe depuis le début des années 1980.
Ce service «Graines et Plants» est chargé de la centralisation des récoltes, du traitement, de la conservation et de la répartition des graines d’arbres forestiers entre les différents utilisateurs publics ou privés.



Dès l'entrée, des collections de graines ornent les murs


Le point fort de cette sécherie, c’est que les graines sont récoltées sur des arbres sélectionnés pour leur qualité.

 

La récolte des fruits se fait soit par grimpage - travail acrobatique dans les sapinères, certains arbres avoisinant les 50 m de haut - soit sur arbres abattus (glands, faînes et cônes) ou bien encore sur vergers à graines.

 

Comme il fallait s'y attendre, les grimpeurs s'appellent des écureuils !

 



Les graines, qui proviennent  de toutes les forêts de France,  sont d'abord triées dans cette "salle des machines", séchées dans un four....

Elles sont traitées contre les moisissures, ou débarrassées des parasites.

 

Je vous passe les détails techniques que nous a exposés un guide passionné, ancien "écureuil" lui-même !

 



D'immenses chambres froides reçoivent les lots de graines en dormance.




Des échantillons de lots sont mis en germination pour évaluer la qualité.




Il est tout mignon, ce petit pin maritime.
Il mesure déjà 5 cm !
Il est issu d'une graine récoltée dans une forêt provençale.


L’objectif de cet établissement : fournir des graines sélectionnées avec une bonne dynamique de germination !

Plus de 60 millions de graines sortent de la sécherie chaque année......

En début d'automne, les immenses hangars sont encore peu remplis !!!! la récolte 2016-2017 ne fait que commencer !





Toussaint Louverture

 12/10/2016
Je vous emmène de nouveau au Fort de Joux, sur les traces de son plus célèbre prisonnier.


Un escalier qui semble sans fin nous conduit à sa cellule.




Nous n'irons pas plus bas que le palier qui s'ouvre sur la cellule de Toussaint Louverture.


Pour résumer, d'après le site du Château, que je cite :

"Ancien esclave, né en 1743 dans une plantation de l’île de Saint-Domingue (Haïti), Toussaint prit la tête de la révolte des esclaves contre les colons blancs en 1791, soutenu par les Espagnols.
Il mit la plus riche des colonies françaises à feu et à sang. Trois ans plus tard, la République Française abolit l’esclavage et Toussaint se rallia à elle, devenant par la même occasion le premier général noir de l’armée française.
Ses succès militaires et son sens politique lui permirent ensuite de devenir le gouverneur incontesté de la colonie de Saint-Domingue, dont il avait préalablement chassé les Espagnols.
L’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte et le rétablissement de l’esclavage conduisirent Toussaint Louverture à reprendre les armes.
En 1802, Napoléon organisa une grande expédition militaire qui se solda par la capture de Toussaint.
Immédiatement transféré en France, il fut enfermé au Château de Joux, où il mourut le 7 avril 1803, à 60 ans.
En 1804, Haïti devint la première république noire indépendante du monde. La France, elle, n’abolit définitivement l’esclavage qu’en 1848."

Un destin hors du commun !

La cellule est très sombre, la fenêtre étant presque complètement murée de briques.
La température y est très basse, même à la belle saison.
En hiver, c'est tout simplement glacial, malgré la cheminée.

Envoyer dans cet endroit un homme des Îles....c'était le condamner à mort!


Pour en savoir plus sur Toussaint Louverture, CLIC !






De nombreux hommages ont été rendus à ce héros national d'Haïti.



Haïti est à l'actualité en ce moment, à cause du cyclone qui vient de le balayer....

Un pays parmi les plus pauvres de la planète...







Nous passons beaucoup de temps dehors, avec les habituels travaux d'automne et les corvées de bois.....

J'ai eu envie d'un plat qui réconforte et réchauffe.....

Pourquoi pas un hachis parmentier?
Sans produits animaux, bien entendu.....

Voici donc un parmentier au tofu !

Ingrédients:
- 800 gr de pommes de terre
- 200 gr de tofu ferme nature
- 1 gros oignon
- 1 gousse d'ail
- Crème de soja
- Huile d'olive
- Sauce soja
- Sel - poivre - cumin (ou autre selon le goût)
- Persil

Action:
- Peler les pommes de terre, les couper en quartiers, les cuire à l'eau salée (départ à froid ) environ 20 mn.

- Emincer l'oignon et l'ail
- Emietter le tofu
- Dans une poêle, faire revenir l'oignon jusqu'à ce qu'il devienne transparent, ajouter le tofu émietté et laisser dorer légèrement, ajouter l'ail et un peu de sauce soja.



- Quand les pommes de terre sont cuites, les écraser en purée avec un peu de crème de soja,ajouter les épices, sel et poivre.

- Dans un plat à four, étaler une couche de purée, puis le mélange tofu-oignon-ail, et recouvrir d'une couche de purée.





- Dorer au four quelques minutes (facultatif), saupoudrer de persil haché avant de servir.

Et c'est tout !

Verdict:
Excellent !!!
J'ai servi ce parmentier avec une salade verte bien aillée.

Encore une façon de bien se régaler sans gluten, et surtout sans produits animaux.....






Plus personne dans les vignes! les vignerons sont dans leurs caves !



Paysage plein de douceur, et un bon moment de plein air (brrrrr, fait pas chaud !)

Dans quelques jours, et avec l'aide des gelées matinales, le vignoble va se colorer d'or ....



Samedi, j'ai fait une affaire !
Dans mon magasin bio, il restait au fond d'un cageot ces radis que je ne connaissais pas: des radis "Red Meat".

Les clients aiment que les légumes soient assez gros, pour un épluchage plus facile.....moi, ça ne me dérange pas qu'ils soient de taille modeste et irrégulière ! Je les ai eus à moins de la moitié du prix....Bien fermes, ils étaient de première fraîcheur.  J'ai donc pris tout ce qui restait dans la cagette !

Je n'avais jamais goûté à ce légume....




Blanchâtres à l'extérieur, ils présentent une très belle couleur rouge à l'intérieur !

Renseignements pris sur internet, j'en ai râpé quelques uns hier, et je peux vous dire que cru, c'est délicieux ! un peu comme le radis noir.




Aujourd'hui, je les ai cuisinés au four!

Ingrédients:
- 800 gr de radis Red Meat
- Huile d'olive
- Sel - poivre - épices (Nanami tôgarashi)

Action :
- Laver et peler les radis à l'économe
- Les couper en rondelles  d'un demi cm d'épaisseur
- Les disposer dans un plat à four, arroser d'un peu d'huile d'olive, ajouter sel, poivre.
- Cuire 45 mn à 190°
- Au bout de ce temps, ajouter les épices, recouvrir d'un papier cuisson, et laisser finir de cuire dans le four éteint une dizaine de minutes pour une bonne répartition des saveurs et plus de fondant.
 





Avant cuisson, la couleur donne déjà envie !


A la sortie du four, j'ai rectifié l'assaisonnement et rajouté un peu d'épices.

J'ai servi ces radis au four avec une polenta .

Verdict :
Excellent !!!!

Cette découverte gustative qui ne m'a vraiment pas déçue !
A refaire !!!

Remarques:
L'épluchage n'est pas indispensable (idem le radis noir) pour une préparation râpée et crue; un brossage suffit ainsi que la coupe de la collerette et des radicelles.
Pour la version au four, j'ai épluché finement pour un résultat plus fondant.



Pauvre Berthe !

 08/10/2016
Il est une superbe forteresse, qui depuis mille ans, garde un étroit passage dans une faille aux confins de la Comté....

Bâti sur un éperon rocheux, c'est le Château de Joux.

Je pourrais vous le décrire par le menu, en détaillant les épisodes de sa riche histoire, les remaniements de son architecture au fil des siècles, en particulier par Vauban....
(Celà fera - peut-être - l'objet d'autres articles).

Je préfère ce soir vous raconter l'histoire de la belle Berthe de Joux.


Entre autres prisonniers célèbres du Fort de JouxBerthe eut un destin des plus émouvants.

Voici ce que l'on raconte:

Le seigneur du lieu, Amauri partit pour les croisades vers 1170, laissant seule au château sa très jeune femme enceinte, Berthe.

 Les années passèrent, et Berthe, qui avait  donné naissance à un fils, se morfondait  dans son grand château.

 

Si le paysage était sublime vu depuis ce nid d'aigle, la solitude et les rigueurs du climat étaient difficiles à supporter, le château étant à près de 1000 mètres d'altitude.

 



Un jour, un chevalier blessé se présenta à la porte de la citadelle.

Il s’agissait d’Aimé de Montfaucon, compagnon d’armes d’Amauri, de retour de Terre Sainte.

Berthe lui donna l'hospitalité et le soigna avec dévouement.

 

Hélas, le chevalier lui raconta que son époux avait succombé en Orient.

Berthe folle de chagrin, s’enfuit dans les forêts pour y pleurer

Tant de larmes coulèrent de ses beaux yeux bleus qu’elles donnèrent naissance à une source ...(on y reviendra!)

 

Puis elle se consola, passant de plus en plus de temps avec Aimé...

Elle finit par lui céder.

 

Mais le seigneur Amauri n’était pas mort...

De retour dans son château, fourbu, il surprit les deux amants dans son lit!

 

Fou de colère, il transperça Aimé de 3 coups d’épée et fit suspendre son corps dans une forêt toute proche, qu’on appela désormais la Fauconnière.

 Il fit enfermer Berthe dans l’une des tours du donjon.

 



Un cachot minuscule fut creusé dans l'épaisseur de la muraille, si petit qu’elle ne pouvait s’y tenir qu’accroupie…

 


 



Elle n’avait le droit d’en sortir que deux fois par jour.

On l’emmenait  alors devant une meurtrière où l’attendait une vision d’horreur : celle du corps de son bien-aimé déchiqueté par les corbeaux.

 


 



Amauri pensait que ce traitement tuerait bien vite son épouse infidèle.
Elle vécut pourtant 12 ans dans ces conditions....et Amauri mourut avant elle.

Leur fils Henri délivra Berthe.

Il lui permit d’amender « ses fautes » en la faisant se retirer à l'Abbaye de Montbenoit.

 

Voici ce que l'on dit de cette pauvre Berthe de Joux...

 

 

Histoire ?? Légende??

 

La généalogie et l’histoire nous ont appris que tous ces personnages ont bien existé et que Berthe en 1228, vivait encore à Montbenoît

 

J'aime les légendes......

 

 




Il y a bien du monde dans ce cornouiller !

Voici la gazouillante  Mamzelle Fauvette !

N'oubliez pas, CLIC pour mieux voir !



Zut, elle m'a vue !!!!



Le Rouge-Queue

 03/10/2016
Il est encore là , le Rouge-Queue à front blanc.

Il profite des fruits de l'automne, des derniers insectes, et dans quelques jours, il partira pour des contrées plus chaudes !

Il niche dans mon jardin, vous vous souvenez ? je vous en avais parlé, LA !






Non loin de chez moi, dans le Département de l'Ain, se dresse une superbe Chartreuse, dans un vallon boisé.

C'est la Chartreuse de Selignac.

Ses proportions sont impressionnantes!
On ne s'attend pas, en circulant sur cette route sinueuse, à voir au détour d'un virage un tel ensemble architectural.

Les moines l'ont quittée en 2001, mais le lieu reste voué à la méditation et au silence, et accueille des retraitants.




Je n'en verrai pas plus sur place ! 

Heureusement, mon ami GOOGLE est là !

Alors si le coeur vous en dit, et pour en savoir plus,   CLIC !



Sur le marché, cette semaine, mon maraîcher préféré m'a fait accepter un sac "plastique" !

Habituellement, je n'en veux pas, et je mets tout directement dans mon panier.

Pourquoi donc ai-je accepté?

D'abord pour le lire .....








Bon plan ce nouveau sac en bio-plastique ?

Non !!!!.....
Du moins à mon avis....

Bon plan en apparence pour qui le réutilise, en sac poubelle par exemple, et/ou le met au compost....

Mauvais plan pour qui le jette dans la nature: il est bio-dégradable, oui ! mais avant d'être détruit, il peut générer de la pollution visuelle, et comme avant, étouffer les tortues en mer....
(Je suis restée sans réponse quant à la durée de la bio-dégradation.)

De plus, suivant les renseignements que j'ai pu récolter, ce bio-plastique serait à base d'amidon de maïs....et le maïs, c'est une culture très gourmande en eau, très mécanisée, donc polluante !
Pour des utilisations industrielles, les bio-carburants ou les bio plastiques, le maïs est peut-être bien O.G.M, avec les risques que cela comporte pour la contamination des autres plantes........

Alors, bon plan?????  pas certain !!!

Ces sacs sont 10 fois plus chers que les sacs plastiques.....mais puisque c'est le consommateur qui paie......

N'oubliez pas d'agrandir les images  d'un clic, pour pouvoir lire !





<< 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :