Les blogs
du village
mireille herbe folle

mireille herbe folle

Nature et photographie....

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 1 542 609
Nombre de commentaires : 9 324
Nombre d'articles : 831
Dernière màj le 04/09/2018
Blog créé le 16/05/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS



Ballade de Noël

 26/12/2015

Noël Noël

Aucun grelot

Aucune lumière

Dans ce lieu

Abandonné

Qui autrefois

A résonné

De chansons

De prières

De rires

De larmes

 

Noël Noël

Seule la fontaine

Murmure encore

 

Noël Noël

Quand les ronces

Les buissons

Les arbres

Auront avalé

La maison vide

La maison morte

Et ruinée

Dame Nature

Bruissera-t-elle

Des Noëls anciens ?




Visiteur du soir

 20/07/2014



Novembre

 09/11/2013



Octobre

 08/10/2013



Septembre

 15/09/2013



A Françoise

 21/08/2013
Un an....
Un an sans mon irremplaçable amie
Un an....
C'est long
C'est court
Le temps n'a plus de sens...
Les tournesols qu'elle aimait tant
Commencent à se faner
 
C'était le matin
Du 22 août
D'une année étrange
Et sans millésime à jamais

Un matin où l'appel
De Saint-Loup
Brisa irrémédiablement
Le cristal fragile
De mon espoir



 
Le joli blog   "Chez Françoise" reçoit encore beaucoup de visites...

(Sans elle, je n'aurais jamais commencé le mien.  Merci Françoise!)


A l'absente..








Perles....

 18/10/2012





L'absente

 30/08/2012



J'ai rêvé à Rimbaud

 25/06/2012

I

 

Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
- On entend dans les bois lointains des hallalis.

 

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir

 

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

 

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
- Un chant mystérieux tombe des astres d'or

 



II

O pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
C'est que les vents tombant des grand monts de Norwège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

 

C'est qu'un souffle, tordant ta grande chevelure,
À ton esprit rêveur portait d'étranges bruits,
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

 

C'est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d'enfant, trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit muet à tes genoux !


 Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
- Et l'Infini terrible éffara ton oeil bleu !

 



III

- Et le Poète dit qu'aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu'il a vu sur l'eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.


                                                                        Arthur Rimbaud





Au coeur d'une fleur

 14/05/2012
Au cœur d’une fleur
Je voudrais plonger
Dans une douceur
Subtile  parfumée

Au creux des pétales
Je m’allongerai
Rêve végétal
Je m’endormirai

Paradis fragile
Refuge odorant
Une nuit d’avril
Durera mille ans

Mireille B








Mélodie de l'Hiver

 13/02/2012


Orgues de glace et de lumière
Jouez la mélodie d’Hiver
Et vous les Fées des bois
Effleurez de vos longs doigts
Les fuseaux de cristal

Ecoute, promeneur  
Ce chant  plein de douceur
Qui  charme ton oreille
Promettant les merveilles
D’un monde idéal

Tu berces ton âme
Aux chants des belles dames
Ton corps baigné de froid
S’endort sans effroi
 
Ton éternel sommeil
N’aura pas de réveil
La Nature t’appelle en son sein
Une naïade a pris ta main

                           Mireille B




Vaisseau fantôme

 06/02/2012
L’arbre mort  à l’étang gelé
C’est l’ancre du vaisseau du Temps
C’est l’ancre que j’ai jetée
Aux rives sombres des tourments

Fantôme à la noble mâture
Vaisseau portant mes souvenirs
Gonflant  ta sombre voilure
Au souffle de mes soupirs

Arrête-toi mon beau trois-mâts
Aux rives de l’étang gelé
Les mortels ne te voient pas
Pas plus que l’ancre ici jetée

                                    Mireille B




Rêve d'hiver

 27/12/2011
Sous la blanche lune
Le lac est trop sombre
Dans la froide brume
Passent les ombres

Des belles ondines
Qui chantent en dansant
Ondulant leur taille fine
Pour attirer l'amant

Qui séduit sombrera
Dans les eaux glacées
Et le lac engloutira
Ses rêves enamourés

Ondines maléfiques
Vous êtes fées trop belles
La lueur magnifique
De la lune m'appelle

Au bord du lac gelé
Je me penche en pleurant
Et là vous m'attirez
Dans un monde mouvant

Un monde de diamant
Où flottent mes espoirs
Et je passe en  rêvant
A travers le miroir

© Mireille B



Départ

 27/11/2011
Pégase va m'emporter bien loin de ces contrées
Sur sa noble encolure j'ai posé mon visage
Le vent du soir hurle ici tu dois rester
Mais Pégase s'envole par-dessus les nuages

Aujourd'hui j'abandonne amis maison village
Et je m'élance de l'autre côté
De cette terre où grondent les orages
A la recherche d'un éternel été

L'été de mon enfance sans questions
Ni soucis ni mensonges
Ni retours en arrière ni hésitations
Doux et bel été de mes songes

Je pars n'emportant rien
Tout me sera donné
Et je sais que les miens
M'auront vite pardonné

Voyez passer Pégase au-dessus des nuages
Sur sa belle encolure j'ai posé mon visage.

                                      ©Mireille B



Trésor

 08/11/2011
De feuilles d'ambre et d'or
Je suis riche sans compter
Je garde ce trésor
Que m'envient les banquiers

Pas besoin de doublons
D'écus ou de ducats
Je suis riche à milllions
Et rêve à chaque pas

Qu'avec une feuille au vent
J'achète toute la Terre
Et la donne aux enfants
Dansant dans la clairière

Et couronne de flammes
Les Fées ressuscitées
Et les légères Dames
Commencent à chanter

Feuilles d'ambre et d'or
Emplissez mon panier
Oh somptueux trésor
Qui bruisse sous mes pieds

© Mireille B






Nuages

 29/10/2011
La course des nuages
M’emporte comme une aile
Vers  d’étranges rivages
Où la vie est plus belle

Sous quels cieux
Es-tu parti l’ami  l’enfant
Serons-nous heureux
Dans un autre temps

Je m’adresse à l’étoile
A la lune et au vent
Et puis je mets les voiles
Pour le firmament

L’oiseau de passage
Ecoute  ma chanson
Emportant mon message
A tous les horizons

Mais seul l’oiseau
Porte réponse à l’oiseau

        ©Mireille B






Le moulin s'est tu

 31/08/2011

Le moulin

 

Meunier, gentil meunier, tu dors ?

Ton moulin s’est arrêté

Meunier, gentil meunier, tu dors ?

Il faudrait te réveiller

 

Meunier, où sont les blés si blonds

Qu’autrefois tu recevais

Et qu’au son de tes chansons

En farine tu transformais

 

Le village n’est plus bercé

Et le ruisseau s’est tari

Les beaux grains sont emportés

Au loin en minoterie

 

Meunier, gentil meunier, tu pleures

Ton moulin ne tourne plus

Il est comme un bien grand cœur

Qui ne battra jamais plus

 

Du village tout est parti,

Boutiques, café, coiffeur

Forge, moulin, rouennerie

Ecole, poste,et tailleur

 

Il ne reste que nos souvenirs

De vieilles cartes postales jaunies

Et la peur d’un avenir

Incertain et  plein d’ennui

 

Meunier, gentil meunier, je pleure

Avec toi à l’unisson

Meunier gentil meunier nos cœurs

Encore longtemps saigneront

 

                                      ©Mireille B








Suffirait-il d'ouvrir la vanne

Pour ranimer le vieux moulin?




La roue hélas demeure en panne

Figée dans le calcaire et le temps



Graines-mots

 17/08/2011
Graines-mots

Graines-mots  je vous sème
Aux gré des quatre vents
Graines-mots qui emmènent
Pensées ou sentiments

Graines-mots qui se posent
En terre de bonheur
Et font naître des roses
Qui éclairent les cœurs

Graines-mots qui ne germent
Qu’en terre de douleur
Où les cœurs se referment
Et là c’est moi qui pleure

Graines-mots qui se noient
Au creux des océans
Ou se perdent parfois
Dans le bruit d’un volcan

Graines-mots d’où éclosent
Larmes rires ou espoirs
C’est à peine si j’ose
Les envoyer au soir

Qui donc reçoit ces graines
En la paume de sa  main
Certaines sont des je t’aime
Mais mourront dès demain

                             © Mireille B





Aux cordons bleus

 05/08/2011

Ode aux cordons bleus


Puisqu’ au plaisir des yeux
S’ajoutent ceux du palais
J’ferai ni une ni deux
Et je m’élancerai

A la table de Françoise
Ou celle de Sylvie
Celle de La Guillaumette
Ou celle de Dely

A la f’nêtre d’ Annick
Je me ferai voleuse
Tout aussi sympathiques
Sont les autres bloggeuses

Chez Chantal ou Laurence
Je ferai une halte
Quel joli tour de France
En gourmandes étapes

Je ne peux pas citer  
Tous ces grands cordons bleus
Qui  savent partager
Sur leurs blogs fameux

Leurs recettes gourmandes
Qui me font saliver
Et moi  j’en redemande
Où est mon tablier

                    © Mireille B


(j'aurais bien voulu citer tous vos prénoms....  dans un autre poème, peut-être!)



Les mots

 02/08/2011
Les mots

Mots qui charment
Mots qui bercent
Mots qui calment
Mots qui blessent
 
Mots puissants  
Comme la dague
Mots vibrants
Comme la vague

Les mots vrais qui disent
Peine ou bonheur
Les mots faux qui visent
Et ciblent en plein coeur

Premiers mots
Ma maman  
Derniers mots
Plus le temps  

Dans l’agitation du monde
Les mots dans un carrousel fou,  
M’emportent dans leur ronde
Mais je ne sais pas où

Peut-être dans le silence
Indispensable silence

                    © Mireille B




Ode à la La Saône

 29/07/2011
Le long de la ville lumineuse
Passe le cours du temps
Et mes pensées rêveuses
Pleines d'images d’antan

Oh fleuve si tranquille
Aux reflets très changeants
Raconte à  la ville
Ton voyage mouvant

De ta source si sage
Jusqu’au fleuve rhodanien
De villes en villages
Tu berces les terriens

Qui te captent, te souillent
T’enjambent de grands ponts
Déversent de gargouilles
La crasse de leurs bas fonds

Oh fleuve si beau
Te suivent mes pensées  
Comme des gouttes d’eau
Jusqu’à la croisée

Des fleuves qui charrient
Jusqu’à la mer
Mes douces rêveries
Celles de toute la terre
 
                          © Mireille B




Forêt enchantée

 17/07/2011
Solitude  en forêt
N’est jamais solitude

J’entends de douces voix
Est-ce toi beau chêne
Qui murmures ainsi
Non, c’est le vent
Est-ce toi grand chêne
Qui m’arroses de larmes
Non c’est la pluie

Dans la forêt j’entends mille soupirs
Je reçois mille larmes
Sous les écorces
Je sens battre mille cœurs
Les nixes aux longs cheveux
M’accompagnent

Je sens leur souffle
Sur ma nuque
Le sentier bruisse
Sous leurs pas légers

La voix du grand loup s’est tue
Les nixes aux longs cheveux
Pleurent et racontent
Les chasseurs, les bûcherons
Les piétineurs, les arracheurs…..

Allongée sur la mousse
Recueillant larmes et soupirs
Je songe aux temps anciens
Où la Terre-Mère
Etait si douce à l’Homme

Solitude en forêt
N’est jamais solitude

                     © Mireille B



Rêverie

 10/07/2011
La brume est douce et pure
Je rêve aux sortilèges, et charmée
Je trouve sous ses tentures
L'âme des fées

Les sons de la Forêt
Emplissent mon coeur
Dans mon refuge, pauvre chalet,
Je demeure

Quels Ondines ou Lutins
Ou Blanches Dames 
Viendront  prendre ma main
Pour emporter mon âme?

                        © Mireille B





Le temps....

 22/06/2011
Le temps..........

Le temps qui passe
Le temps perdu
Le temps retrouvé
Le temps de vivre
Le temps des cerises
Le temps de l'amour
Le temps de l'amitié
 
Le temps des rires
Le temps des larmes

Le temps d'ouvrir les yeux sur ce qui peut m'émerveiller
Le temps de prendre des photos
Le temps de publier une image, avec soin, pour montrer ce que j'aime
Le temps si précieux qu'il faut savoir aller à l'essentiel

Le temps du silence

Le temps que mon horloge comtoise plus que centenaire égrène sans relâche

Juste le temps....
Aurai-je le temps ???

                           ©Mireille B




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :