Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 35 701 872
Nombre de commentaires : 40 799
Nombre d'articles : 6 772
Dernière màj le 18/07/2019
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !

Partagez avec moi toutes mes passions, mes envies, mes souhaits, mes rêves... N'hésitez pas à me laisser vos impressions. J'y serai très sensible. Merci à vous de venir passer quelques moments avec moi et bienvenue chez moi.

Recettes Thermomix TM31 et TM5, c'est ICI.

Recettes COOKEO, c'est ICI.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>
Je vous avais parlé du Printemps du Cinéma qui se tenait du 17 au 19 mars 2019. Nous étions allés voir "Le mystère Henri Pick" (c'est ICI)..

Et bien, nous y sommes encore retournés mais cette fois-ci, nous avons eu le plaisir de découvrir en avant-première le film "Qui m'aime me suive", réalisé par José Alcala avec Daniel Auteuil, Catherine Frot et Bernard Le Coq.

C'est un film magnifique qui évoque une génération qui avait inventé, en 1968, des idéaux de liberté et de fraternité, et qui avait quelque chose de formidable à transmettre.
Ce film signe le grand retour de Catherine Frot au cinéma qui avait décidé de faire un break, après avoir remporté un César et un Molière en 2016.  

Le pitch du film : Gilbert (Daniel Auteuil) et Simone (Catherine Frot) vivent une retraite agitée dans un village du Sud de la France. Le départ d'Étienne (Bernard Le Coq), son voisin et amant, le manque d'argent, mais surtout l'aigreur permanente de son mari, poussent Simone à fuir le foyer. Gilbert prend alors conscience qu'il est prêt à tout pour retrouver sa femme, son amour.





Ça bien longtemps que je l'ai compris... LOL....





L'été dernier, je me suis rendue sur le port du Château d'Oléron pour visiter la "cabane" d'Isabelle Vautier, son nouvel atelier.


Si vous venez en balade au Château d'Oléron, vous découvrirez de nombreuses cabanes toutes plus colorées les unes que les autres.   


Dans ces lieux magiques, vous viendrez à la rencontre d'artistes et de créateurs.... 


... qui partageront avec vous leur quotidien.


A Paris, on l'appelle "le Pont des Arts".... mais ici, c'est le "Pont des Rêves"....
Il se situe au milieu du quartier des cabanes ostréicoles et de celles d'artisanat d'art.


Les cadenas ont été troqués contre les coquilles d'huîtres. C'est plus joli et naturel

Ce sont quelques artisans d’art qui ont eu l’idée folle de créer cette expérience insolite pour nous faire rêver! Ils vous offrent des coquilles pour immortaliser votre message mais vous pouvez aussi la préparer chez vous et la personnaliser comme bon vous semble.


A présent, retournons à la cabane d'Isabelle Vautier, elle est ouverte.
Isabelle crée des fiches de broderie en point compté. Les thèmes sont souvent des reproductions de jolis coins du Château d'Oléron, les chats, ...


... mais pas que... 


C'est vrai qu'ici, c'est la maison du bonheur pour les brodeuses et bricoleuses..


Ces petits poissons et ces charms m'ont beaucoup plu.


Tout ça pour vous dire que je viens seulement de les découper, de les assembler, de les coudre et de les bourrer d'ouatine!


Les voici accrochés à mes nouveaux chiffonniers. Je suis dans ma période "je me mets à jour avec tous mes travaux en cours"... LOL....


Je vous souhaite un bon après-midi.



Une révolution dans le monde du lait!

Après 4 ans d'études, 9 exploitations de Loire-Atlantique et de la région Poitou-Charentes créent un nouveau modèle économique et révolutionnent le monde agricole : un lait unique sur le marché
- sans huile de palme
- vendu sans intermédiaire
- conditionné dans leur propre laiterie

Retrouvez le lait "En Direct Des Eleveurs" dans plus de 250 magasins du Grand Ouest de la France (uniquement dans vos magasins U et Leclerc) et trois magasins en région parisienne.

Pour plus d'informations, consultez le site "En direct des Eleveurs".

Bravo pour cette démarche! j'apporte ma modeste pierre à l'édifice en achetant ce lait à présent...





Je partage avec vous cette recette délicieuse que j'ai trouvée sur le blog "La popotte à Lolo". C'est un bel entremets bien goûteux, je vous le conseille....

Les ingrédients :

- 50g de raisins secs macérés dans du rhum
- 1/2 litre de lait
- 40g de sucre en poudre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 2 pommes
- 70g de semoule fine de blé dur
- 2 oeufs
- du caramel


La recette Thermomix :

1 - Verser le lait dans le bol du Thermomix. Ajouter le sucre et le sucre vanillé. Programmer 6 minutes, 100°, vitesse 4.

2 - Pendant la cuisson, éplucher les pommes, les couper en tranches, les citronner et les réserver.

3 - A la fin de la cuisson, ajouter la semoule et programmer 5 minutes, 60°, vitesse 4. Puis, ajouter les oeufs entiers et mixer 30 secondes, vitesse 6.  

4 - Dans un plat allant au four, déposer le caramel au fond du plat, puis les tranches de pommes. Répartir harmonieusement les raisins secs macérés sur les pommes.

5 - Verser la préparation à base de semoule sur le tout et faire cuire dans un four préchauffé à 180° pendant environ 30 minutes.


C'est joli à regarder mais encore plus agréable à déguster! 
Merci à La Popotte à Lolo pour cette belle recette.



Pour d'autres recettes Thermomix, suivez ce LIEN.



J'avais profité, il y a déjà quelque temps, d'une promo chez Lidl de préparations de risotto à différents parfums... 


Celui que j'ai choisi de cuisiner aujourd'hui est à base de purée de carottes, purée de tomates et noisettes hachées.
J'ai ajouté à cette préparation des champignons de Paris et quelques noix.

Les ingrédients :

- 1 paquet de risotto (environ 180g)
- 2 échalotes
- 1 boîte de champignons de Paris
- 16 cerneaux de noix
- 100ml de vin blanc de cuisine
- 400ml de bouillon de légumes
- 2 ou 3 cuillères à soupe de crème fraîche
- 2 cuillères à soupe de parmesan
- huile d'olive
- ciboulette
- poivre 


La recette :

1 - Préchauffer le Cookéo en mode "Cuisson simple" puis "Dorer". Pendant le préchauffage, éplucher les échalotes, les émincer et les réserver. 

2 - Faire revenir les échalotes dans la cuve du Cookéo avec un peu d'huile d'olive.

3 - Ajouter le riz, les champignons, les cerneaux de noix. Laisser dorer 3 minutes.

4 - Verser le vin blanc et le bouillon de légumes. Ne pas saler à cause du bouillon. 

5 - Lancer une cuisson "sous pression" pour 15 minutes.

6 - A la fin de la cuisson, mélanger. Passer en mode "maintien au chaud" et ajouter la crème fraîche, le parmesan. Poivrer et mélanger à nouveau.


7 - Servir rapidement et parsemer le risotto de ciboulette hachée.


Pour d'autres recettes réalisées au Cookéo, suivez ce LIEN.



Une jolie entrée rafraîchissante pour ce dimanche!

Les ingrédients :

- 1 avocat bien mûr
- 1 orange
- de la coriandre
- du gingembre
- du jus de citron
- sel et poivre
- 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique

La recette :

1 - Eplucher l'orange et enlever le maximum de peaux blanches. La détailler en quartiers.

2 - Couper en deux l'avocat. Le dénoyauter et le découper en lamelles. L'arroser de jus de citron pour lui éviter de noircir.

3 - Préparer la sauce en mélangeant le vinaigre balsamique et les épices. 


4 - Disposer harmonieusement dans une assiette les lamelles d'avocat et les quartiers d'orange. Recouvrir le tout de cette sauce. Parsemer de brins de ciboulette (pour nous, celle du jardin!).





En ce moment et pour 3 jours, c'est la 20ème édition du Printemps du Cinéma...
Du 17 au 19 mars, vous allez pouvoir profiter de places de cinéma à 4€ pour découvrir les grands films à l'affiche.


C'est ce que nous avons fait cet après-midi de dimanche. Nous sommes allés au nouveau multiplex de Royan, "Le Lido" et nous avons choisi de voir "Le mystère Henri Pick", un film de Rémi Bezançon qui est une adaptation du roman de David Foenkinos.

Le pitch du film
Dans une étrange bibliothèque au cœur de la Bretagne, une jeune éditrice découvre un manuscrit extraordinaire qu'elle décide aussitôt de publier. Le roman devient un best-seller. Mais son auteur, Henri Pick, un pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n'aurait selon sa veuve jamais écrit autre chose que ses listes de courses. Persuadé qu'il s'agit d'une imposture, un célèbre critique littéraire (Fabrice Luchini) décide de mener l'enquête, avec l'aide inattendue de la fille de l'énigmatique Henri Pick (Camille Cottin).

Mon avis :
Sous ses airs gentillets et farfelus, cette comédie un peu littéraire et un peu policière, permet de passer un bon moment. Nous sommes délicieusement embarqués dans un film très agréable. C'est bien réalisé et interprété, aucune minute d'ennui, bref une histoire très sympa à suivre.





C'est sur le blog de Sylvie "Les Bons Restaurants" que j'ai trouvé cette recette. Elle m'a tout de suite plu et comme j'avais tous les ingrédients sous la main, elle a été très rapidement à notre menu.

La seule chose que j'ai changée, ce sont les tranches de mortadelle que j'ai remplacées par des tranches de jambon cuit. 

Les ingrédients :

- 1 paquet de blancs de poireaux
- 4 tranches de jambon cuit
- 8 vache qui rit

- gruyère râpé
- sel et poivre du moulin


La recette :

1 - Laver et couper les poireaux en tronçons. Les cuire à la vapeur dans le Cookéo. 

2 - Mettre 200ml d'eau dans la cuve du Cookéo et mettre les tronçons de poireaux dans le panier vapeur. Saler et poivrer. Programmer "Cuisson rapide" pendant 10 minutes.


3 - A la fin de la cuisson, laisser refroidir quelques minutes  les poireaux.

4 - Préparer les tranches de jambon. Répartir les poireaux cuits sur chaque tranche et déposer 2 Vache qui Rit sur les tronçons de poireaux.

5 - Fermer les roulades. Les placer dans un grand plat à gratin ou des plats individuels beurrés. Parsemer le dessus de gruyère râpé. 


6 - Enfourner pendant une vingtaine de minutes dans un four préchauffé à 200°.


Délicieux! nous nous sommes régalés.
Merci Sylvie d'avoir publié sur ton blog, cette belle recette toute simple mais goûteuse.





Qu'est-ce que ça peut bien être?

Un indice... sinon ce serait trop difficile, j'ai pitié!!! LOL..... c'est pour ma petite Lucie... 

Bonne soirée.




Tout d'abord, j'adresse un grand merci aux participantes. C'était sympa d'avoir joué avec moi.
Maintenant à moi de vous donner la solution et de vous expliquer ensuite la petite histoire...


Quand mes enfants étaient petits, je faisais déjà beaucoup de couture et j'avais l'habitude d'aller à Metz chez Stuhler, grand magasin de tissus implanté rue Serpenoise et très connu à cette époque-là pour vendre du tissu. Cela va certainement rappeler des souvenirs à certaines personnes.

Le choix de tissus était considérable, on y trouvait de tout et entre autres choses, des panneaux à découper puis à assembler et ensuite à bourrer pour donner du volume à l'objet en question. Et ça faisait de jolis doudous pour les enfants.

J'en avais acheté deux. Le premier représentait une poupée, genre "sunbonnet" (voir photo ci-dessous) comme on en voit souvent en appliqué sur des patchworks. Je l'avais cousu et ce fut un des doudous que ma fille Virginie aimait beaucoup. Je me souviens même qu'elle l'avait tellement "trimbalé" que le tissu s'était usé et que l'on voyait le rembourrage!


Mais j'en avais aussi un autre qui est toujours resté dans mes richesses de tissus.... et que je viens de ressortir presque une quarantaine d'années après son achat...

C'est cette jolie petite chatte marron habillée d'une jolie robe fleurie et d'un chapeau à pois roses que je vais offrir à Lucie.

C'est très simple à faire. Vous découpez le tissu suivant les contours déjà dessinés avec coutures. 


Vous cousez endroit contre endroit. Par précaution, j'ai doublé le tissu car je me souvenais que ma fille l'avait usé....
Vous crantez dans les angles pour retourner le tout plus facilement. 


Vous retournez et vous bourrez. Et c'est super!


Un bravo tout particulier à Sylvie qui a eu la première l'idée du "doudou", puis Nicole et Dely. 

Je vous souhaite une bonne soirée.


OUPS... J'ai oublié de vous montrer ma personnalisation cousue dans le coeur de la fleur....



La menace d'une pollution au fioul pèse sur les côtes du Pays royannais comme ailleurs. 
Vous avez certainement entendu aux infos que le navire "Grande America" a fait naufrage dans le golfe de Gascogne le 12 mars à 320km à l'ouest des côtes de la Charente-Maritime et de la Gironde.    

Deux nappes d'hydrocarbures ont été repérées et nos côtes pourraient être touchées par l'arrivée de cette pollution dans quelques jours. Cette hypothèse est prise très au sérieux par les élus du Pays Royannais.

Les plages de Royan ont été nettoyées et la laisse de mer (débris naturels comme coquillages, algues, éponges, ...) a été retirée afin d'éviter que d'éventuelles boulettes de fioul ne s'accrochent aux branchages déposés par la mer ou aux algues, ce qui compliquerait les opérations de nettoyage.
Il est prévu aussi de placer des barrages flottants à l'entrée du port si besoin.

L'enjeu d'une pollution éventuelle est évidemment d'ordre environnemental en premier lieu, mais aussi économique, nous sommes dans une zone très touristique.Il faut aussi penser aux filières ostréicoles et à la pêche.

Nous allons éviter "le catastrophisme" mais tout de même croisons les doigts et soyons très vigilants.





La marque VORWERK continue d'innover. Elle a lancé le 8 mars dans 40 pays, dont la France, son robot dernière génération, le TM6. Il va succéder au TM5 créé en 2014 et qui sera retiré à partir du 20 mai.

Si vous voulez connaitre les nouvelles fonctionnalités du tout nouveau TM6, suivez ce LIEN.





Cela fait un moment que j'ai découvert cette technique de broderie japonaise. C'était au salon "Création et Savoir-Faire" de Paris où je m'étais rendue en novembre 2017. Je vous en avais d'ailleurs parlé dans cet article. Mais depuis, je ne m'y étais pas intéressée.

Et puis, lorsque nous sommes partis au ski à Cauterets, avec mon amie Dominique, nous nous sommes dit qu'à nos moments perdus, il serait judicieux d'approfondir cette technique. Et puis ce qui était bien pratique, c'est que pour cette activité, il ne fallait pas emmener trop de matériel dans les valises... 


Le sashiko est une technique de broderie traditionnelle, utilisée au Japon depuis des siècles, de l'ère Edo des années 1600 aux années 1800. Le mot "sashiko" signifie petites piqûres.

A l’origine, cette technique servait à réparer ou renforcer les vêtements de travail usés des pêcheurs et des agriculteurs.

Les dessins étaient conçus pour économiser au maximum le fil (car très cher), d’où des formes géométriques simples et droites. Ces motifs étaient réalisés avec du fil de coton blanc sur un tissu bleu indigo et comprennent des lignes de couture droites ou courbes, disposées selon un motif répétitif à la fois esthétique et fonctionnel.

Aujourd'hui c'est devenu une technique plus décorative au Japon puisque les motifs ont été intégrés par la culture populaire.


Traditionnellement, le tissu est de couleur indigo, gris ou noir brodé de fil blanc.
Aujourd’hui, il en existe de nombreuses couleurs et l'on en trouve aussi avec des motifs pré-imprimés dessus et qui s'effacent avec de l'eau, donc soit au lavage, soit avec la vapeur de votre fer à repasser.

Le motif que nous avons choisi, s'appelle "Asanoha" ce qui veut dire "feuille de lin".


Les aiguilles sont très longues pour pouvoir faire plusieurs points en même temps et le chas est assez grand pour laisser passer l’épaisseur du fil. La largeur de l'aiguille est uniforme jusqu'au sommet. 


Quant au fil, il en existe spécialement conçus pour la broderie sashiko. Ils sont en coton et si on les compare avec les cotons moulinés, le fils à sashiko est beaucoup plus mat, il ne brille pas et ne se divise pas en plusieurs brins. 
Mais un bon fil à broder peut tout de même faire l'affaire, si on veut se lancer dans cette broderie!


Je sais qu'il existe aussi un dé spécial sashiko mais j'ai travaillé avec mon dé habituel et cela ne m'a pas posé de problème!
La photo a été prise sur le net.


Passons à la broderie à présent...

Le sashiko utilise un seul point, le point avant. La longueur du point et la distance entre chaque est d’environ 3 à 5 mm (taille d’un grain de riz), le but étant d’être le plus régulier possible pour obtenir de beaux résultats. 
Vous comprenez pourquoi c'est très pratique d'acheter du tissu pré-imprimé! 

Pour commencer un projet, il faut couper un morceau de fil siffisamment long pour aller d'un bout à l'autre de la section sur laquelle vous travaillez. Faire un noeud de quilteuse en enroulant le fil deux fois autour de l'aiguille et en le tirant.

Mais attention! on ne brode pas dans n'importe quel sens.. il y a un sens à respecter! 
Généralement, on commence par les lignes horizontales, puis les lignes verticales, pour terminer par les lignes obliques. Rappelez-vous, le fil coûte cher à cette époque, les dessins sont donc conçus pour économiser le fil.


Bon voilà! à présent, nous sommes prêtes à nous lancer... on ne sait pas tout mais déjà le principal. 

Pour commencer, notre choix s'est porté sur la réalisation d'une pochette pour notre tablette.

A suivre.....


Que vous soyez débutantes ou confirmées en broderie, le Sashiko saura vous séduire, c'est sûr ! c'est ma nouvelle "petite folie"!!!



On se connait depuis longtemps maintenant... et vous savez que Roger aime beaucoup faire des puzzles. 
Le puzzle doit être terminé avant l'été car comme Roger s'installe dans la chambre d'amis pour s'adonner à son activité préférée hivernale, elle est occupée!! 
Cette année comme les autres années, il est largement dans les temps.... 

Et voilà la dernière réalisation! C'est un puzzle de Notre-Dame de Paris qui se compose de 1500 pièces... Ah! oui quand même....
Et ensuite grande question? où va-t-on l'accrocher? 


Au fait, saviez-vous qu'un passionné de puzzle s'appelle un "céphaloclastophile"? ça ne s'invente pas!

Alors... Bravo à mon céphaloclastophile préféré!



C'est justement ce que je cherchais... deux meubles avec des petits tiroirs pour ranger mes tissus patchwork. 

Mais savez-pourquoi ce meuble se nomme ainsi?
Le chiffonnier est un meuble plus haut que large qui est apparu sous la Régence. A cette époque-là, il s'appelait aussi "semainier". Il possédait sept tiroirs, un par jour de la semaine, pour y ranger le linge propre du jour et notamment les sous-vêtements.

Cette photo a été prise sur le net.


Comme j'ai eu l'opportunité d'acheter des tissus patchwork à un prix très intéressant et surtout de bonne qualité (certains viennent d'Amérique)... je n'avais plus assez de place dans mon petit bureau de couture pour tout ranger. 

Je me doutais qu'un jour, cela arriverait car quand on la passion des tissus et du patchwork, il est très difficile de résister devant de jolis tissus... LOL...

J'ai réfléchi à une nouvelle solution pour les ranger mais qui soit harmonieuse aussi dans ma pièce. Et voilà, le fruit de mes recherches....

J'ai installé ces deux chiffonniers le long de la montée d'escalier et Roger les a fixés à la rampe par précaution.


J'en ai profité pour sortir mes tissus et j'ai essayé de les ranger par couleurs. Ce n'est pas toujours évident....


Et voilà, c'est rangé... et mon coin couture est libéré! Je peux à nouveau accéder facilement à ma machine à coudre... 


Quelques petits objets pour décorer le dessus des meubles... et j'ai même encore des tiroirs libres! 


Je vous laisse, je ne peux pas rester plus longtemps avec vous....



<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :