Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 27 199 599
Nombre de commentaires : 36 426
Nombre d'articles : 6 163
Dernière màj le 28/07/2017
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bien que nous habitions à la ville et que notre jardin ne soit pas aussi grand qu'avant.... nous avons de jolis pieds de vigne.Ceux-ci avaient été plantés par les anciens propriétaires mais n'étaient pas bien entretenus.
Roger a repris les choses en mains.... lol... et cette année, cette vigne est en pleine santé!


La preuve....


Du coup... Roger a planté de nouveaux pieds le long du mur derrière le spa. 

Bientôt, nous allons faire notre vin charentais... lol....





Avec tout le mal qu'il se donne pour avoir de jolies fleurs, normal de mettre mon jardinier préféré à l'honneur sur mon blog....

Près de la porte qui entre à l'arrière de la maison, le plumbago et le bougainvillier dont les fleurs sont encore en boutons, vous accueillent.


Ne quittons pas le devant sans avoir admiré les fleurs des jardinières qui sont sur les rebords des fenêtres. Nous ne mettons plus de géraniums! 

C'est courant juillet que le comité va passer pour sélectionner les maisons qui vont recevoir des prix... 


Dans la cour, l'autre bougainvillier est déjà bien en fleurs. Il reçoit plus de soleil dès le matin.


Original! sur un même rosier, des roses de différentes couleurs???


Le bac à poissons s'est enrichi de nouvelles plantes qui aiment pousser dans l'eau. 


J'aime ce mélange de couleurs. Mon jardinier préféré a beaucoup de goût... 





J'avais trouvé cette idée sur le net, il y a déjà quelque temps et je l'avais soumise à mon jardinier préféré. 

Vous avez certainement des pots de fleurs vides et peut-être même cassés qui traînent dans un coin de votre jardin? Roger avait bien le pot mais il n'était pas cassé. Qu'à cela ne tienne, il a oeuvré avec la scie circulaire. Un petit conseil : mettez-vous à l'extérieur pour réaliser cette opération....

Mettez une couche de drainage au fond du pot. Ajoutez du terreau et plantez des morceaux de pots cassés sur les bords pour donner l'impression d'étages dans le mini jardin. 

Ajoutez la décoration. Les plantes succulentes mais aussi des fougères ou des plantes aromatiques, sont parfaites  pour garnir cette création. Vous pouvez aussi ajouter des décorations diverses.





De retour de la jardinerie....


Les dipladénias, ça je connais mais tiens de nouvelles petites fleurs jaune-orangé dont je ne connaissais pas le nom. Ce sont des "calibrachoa".... Oh! je ne sais pas si je vais le retenir!!! lol.... Vous connaissiez? En tous cas, elles sont très jolies.


C'est bien ce que je vous ai dit... le jardinier est en pleine action!!
Laissons-le finir tranquillement son rempotage et nous reviendrons dans quelques semaines pour voir comme la maison sera bien fleurie...   





pour profiter de notre terrasse.

A notre retour de Lorraine, nous avons eu une période de chaleur qui a incité Roger à se lancer dans le grand nettoyage de la terrasse.  


Les parasols sont installés.


La terrasse est prête à accueillir les amis mais il manque la chaleur! 
Elle doit revenir la semaine prochaine. Attendons que les saints de glace soient passés... 


... pour retrouver chaleur et soleil...





Nous sommes tellement contents de notre production de citrons que nous avons été tentés d'acheter de nouveaux agrumes.


Le premier est un CITRUS LIMONUM. C'est un arbre à feuilles persistantes et dont la croissance est lente. Les fleurs apparaissent entre avril et juillet et sont très parfumées. Il affectionne particulièrement le grand soleil voire même la forte canicule.
Quant à sa rusticité, il supporte des températures allant jusqu'à -5°. Il faut éviter les arrosages copieux et le fertiliser régulièrement.


Le deuxième est le CITRUX CALAMONDIN.
Cet oranger est très décoratif. Il peut aussi être cultivé en intérieur. Ce serait un hybride entre le mandarinier et le kumquat.
Sa floraison est aussi très parfumée et cède la place à de jolis fruits ronds jaunes puis oranges à maturité. Ils sont comestibles mais très acides. Il souffre à partir de -2°.


Le dernier est le CITRUS ARANCIO SINENSIS.
Cet oranger serait un croisement entre le pamplemousse et la mandarine. L'orange douce produit par cet oranger met 10 à 12 mois pour arriver à maturité. Les fruits sont assez gros de 7 à 10 centimètres de diamètre et leur chair est pulpeuse.
L'oranger peut supporter des températures jusque -7° si le gel est de courte durée. Les soins sont similaires aux agrumes précédents.


Nous espérons avoir une belle récolte...



Rien à voir aujourd'hui avec la journée d'hier au cours de laquelle j'ai pris ces belles photos lumineuses et pleines de couleurs....   
C'est sur le devant de la maison que nous pouvons admirer ce medley de couleurs à dominante jaune.  


Les renoncules font partie des plants que nous avons reçus pour le prix du concours des maisons fleuries. J'aime beaucoup leur couleur. 


Mon jardinier est tout content avec ses nouveaux plants.... lol.........





En fin d'année dernière, nous avons été invités à la remise des prix des balcons et jardins fleuris à Royan. 

Chaque année, Roger s'inscrit pour le "fun"... Nous savons bien que nous ne décrocherons jamais le premier prix car notre jardin devant de notre maison n'est pas grand et on ne voit pas notre cour si bien fleurie depuis la route.

En fait, le jury passe courant juillet (à une date non communiquée, bien sûr) et note le fleurissement de la maison ou d'une résidence depuis la rue. Il ne rentre pas chez les participants.


La manifrestation s'est tenue dans les locaux du CAREL... 


... décorés pour la circontance par les services des Espaces Verts de la ville de Royan.


En attendant le début des festivités, un diaporama tournait en boucle. 


Et quelle ne fut pas notre surprise de voir notre maison parmi les maisons présentées....
Alors là, nous nous sommes dit que nous aurions peut-être un petit prix...!!!!! mais en fait, ce qui est super, c'est que tout le monde est récompensé avec des lots plus ou moins importants.


Roger va chercher son prix.


Casquette, petite pelle, bloc notes, un joli cyclamen .... mais surtout des bons pour aller chercher des barquettes de fleurs aux serres municipales....


.... ce qui nous permettra d'encore mieux fleurir notre maison.


Roger a replanté toutes ces boutures et à présent, nous commençons à en profiter.





Mes plantes se portent bien et sont en fleurs....


Surprise que cette petite plante grasse fleurisse!


Vous vous souvenez de mon caoutchouc acheté chez Lidl? C'est ICI que je vous en avais parlé!

Et bien, je suis contente car il ne se dégarnit pas du bas!!!! 
Il a l'air de bien se plaire à cet endroit. Il faut reconnaitre que la lumière ne manque pas. Je fais attention qu'il n'ait pas trop le soleil direct. Il s'est épanoui, les feuilles se sont bien ouvertes par rapport au moment où je l'ai acheté. J'ai déjà eu une nouvelle feuille!





Hier, nous étions en vigilance orange suite aux orages annoncés. Comme je voulais  mettre à l'honneur mon "jardinier préféré", je me suis vite dépêchée de prendre en photos nos jolies fleurs et en particulier les deux bougainvilliers.

Le bougainvillier porte le nom de l’explorateur Bougainville, car il a été découvert au Brésil lors d’une expédition organisée par ses soins au XVIIIe siècle.

La période de floraison se situe au printemps et en été. Son nom nous fait penser à une invitation au voyage, une carte postale ensoleillée, souvenir de Méditerranée ou d’une destination lointaine.

Celui-ci est sur notre terrasse et nous en profitons. 


Quant à l'autre, Roger l'a installé à l'entrée devant la maison. Comme tout est ouvert, nous avons craint un vol éventuel mais pour le moment, tout se passe bien!!!! mais il faut dire que le bac est "boulonné".....  


J'en profite également pour faire un petit tour sur le devant de la maison... 


... les jardinières sont magnifiques cette année. 


Finalement, plus de peur que de mal... l'orage n'a pas été violent et nos fleurs n'ont pas souffert de la pluie. Au contraire, je pense qu'elle leur a fait du bien.



Dans cet article, je vous parlais du prix que la mairie de Royan nous a remis pour le fleurissement de notre maison l'été dernier. 
Nous avons reçu une coupe de jacinthes mais aussi un bon pour aller chercher 2 barquettes de fleurs aux serres municipales de Royan.

Nous avons profité de l'opération "Rendez-vous aux jardins" pour joindre l'utile à l'agréable, c'est-à-dire suivre la visite guidée des serres et récupérer nos 2 barquettes de fleurs offertes.


Les serres municipales de Royan, c'est :

- 850 m² de serres de verre entièrement automatisées (station climatique, chauffage, écran thermique/ombrage, aération/station fertilisation
- 2160m² de serres tunnel plastique dont 1280m² chauffés hors gel
- 170m² de chassis froids.


La production horticole des serres est essentiellement pour le fleurissement de la ville avec 320 massifs de fleurs répartis sur 82 points d'intervention. Il y a aussi plus de 74 suspensions en fleurissement aérien sans parler des jardinières au sol.


De nombreuses plantes d'intérieur sont prévues pour des fêtes, des cérémonies ou des expositions.


C'est dans cette serre de fleurs annuelles que nous avons choisi nos 2 barquettes cadeaux. De nombreux massifs de fleurs sont déjà réalisés en ville, c'est pour cela que les serres commencent à se vider.


Notre choix s'est porté sur ces fleurs à plumeau... des célosies. Nous avons eu la chance de pouvoir panacher les couleurs.


De retour à la maison, Roger en a repiqué en pleine terre dans la plate-bande devant la maison et a aussi garni des jardinières qui sont à l'arrière sur la terrasse.





Roger prépare activement le Concours des balcons et jardins fleuris 2016 de Royan.
Souvenez-vous, c'était ICI, nous y avions participé l'an passé et nous avions même reçu un prix!!!!
Donc bien sûr, c'est encourageant et nous tentons encore notre chance cette année. 


Le choix des plantes a été fait de telle façon que les couleurs soient harmonieuses. Dommage que le jury passe courant juillet car à cette période, les roses seront fanées! 


La valériane est une plante vivace très répandue dans notre coin. Elle pousse partout en ville, le long des trottoirs et se contente de peu pour fleurir. 




y'a un bon jardinier qui a innové cette année en décorant les abords de la porte qui mène à l'arrière de la maison.

La plante aux fleurs bleues est un plumbago ou dentelaire du Cap. Quel joli nom aussi joli que ses fleurs et leur couleur que j'adore.
C'est une plante grimpante dont la culture est facile et rapide à condition de bien l'arroser pendant sa période de croissance. Je trouve cette plante magnifique.

Dans l'autre pot, pousse un bougainviller qui n'est pas encore en fleurs et à son pied, Roger a repiqué un plant de tabac d'ornement. C'est une plante annuelle qui fait partie de notre prix gagné au concours de l'an dernier. Je vous en parlerai dans un prochain article.

Quant aux jardinières sur les rebords de fenêtres, Roger a aussi innové cette année. Au lieu des jardinières garnies qu'avec des géraniums lierre, il a préféré un mélange retombant de verveine, sanvitalia et géraniums lierre. Je trouve ces compositions très harmonieuses.  


Bravo à mon jardinier préféré et je vous souhaite un... 



L'hiver n'a pas été rigoureux mais très humide et certains endroits de notre terrasse peu ensoleillés ont eu tendance à verdir. Après avoir utilisé de l'anti-mousse, Roger a usé du karcher pour redonner toute sa jeunesse à notre terrasse!


Le salon de jardin subit le même sort...


Quelques heures plus tard, la terrasse est opérationnelle. Le soleil est là, nous allons pouvoir en profiter.





Le pernettya

 27/11/2015
Encore une affaire LIDL à 2€99....

Aves ses baies rouges, le pernettya m'a tout de suite séduite. Il ne passe pas inaperçu en hiver car il met de la couleur au jardin. Je l'ai placé sur ma petite table de salon de jardin. Dans ce joli cache-pot que j'ai retrouvé dans mes réserves, il fait très "fête". Ainsi, nous en profitons depuis la salle-à-manger à travers la grande baie vitrée. 

Cet arbuste est originaire d'Amérique du sud et peut aussi porter des baies blanches ou roses. Il fleurit en été. Puis, les baies apparaissent à l'automne et tiennent tout l'hiver. Attention, elles sont toxiques...

On peut le planter en pleine terre dans de la terre de bruyère mais aussi en pot sur un balcon, par exemple. Il apprécie une exposition à l'ombre ou mi-ombre. Il résiste aux hivers rigoureux jusqu'à -20°.... 

  



Roger a préparé de nouvelles jardinières automnales pour fleurir les fenêtres du devant de la maison. 
C'est un mélange de pensées et de petits cyclamens. 


Et voilà le rendu... C'est très joli, ça me plait beaucoup.





Bravo à mon jardinier préféré!







Lorsque nous allons en Lorraine, nous nous réservons toujours un après-midi pour aller faire du lèche-vitrine à Metz.
Lors de notre dernier voyage, nous avons complètement craqué pour ce nain si sympathique. Oui mais.... nous avions voyagé en train.... 
Nous avons vite trouvé la solution.... Nos amis lorrains qui sont venus chez nous ces jours-ci, nous l'ont ramené.


Et à présent, le nain lorrain est devenu charentais. Il a tout de suite trouvé sa place à l'ombre du bananier. 





Le platycodon

 26/06/2015
Le platycodon (quel nom barbare à retenir....) est une magnifique vivace que nous avons sur notre terrasse. C'est une plante que j'avais achetée pour garnir le devant de notre maison aux volets bleus de Meschers. Vous voyez que nous l'avons depuis plusieurs années, au moins 7 ans... déjà!!!!!

Cette plante est très florifère. Elle est généralement bleu violet. Vous savez à présent, vous qui me lisez régulièrement, qu'à mon dernier cours d'art floral, j'ai appris que le BLEU était une couleur qui n'existait pas, ni dans la nature ni dans l'alimentation..... la preuve avec cette plante.

Son nom botanique est "Platycodon grandiflorus"  et elle est originaire d’Asie. Elle appartient à la famille des Campanulacées. C'est pour cette raison qu'elle est aussi appelée "campanule à grandes fleurs".  


Ces fleurs commencent par de curieux ballons d'où leur surnom de "fleurs ballon". 


Puis elles s'ouvrent en forme de corolle étoilée. 

Une autre originalité de cette plante : à l'automne, elle disparait complétement.... Mais sa résistance au froid (elle est rustique jusque -20°C) lui permet de repartir de plus belle l’année suivante grâce à sa racine qui émet de nouvelles tiges chaque printemps. 


Cette plante me plait beaucoup. 



Cette année, nous profitons à fond de notre terrasse. Finis les travaux, la poussière, le bazar, ..... tout est harmonieux et fleuri.

Prenez place, nous allons en profiter ensemble! 


Après la reconstruction du garage, Roger a refait complétement cette plate-bande qui avait beaucoup souffert pendant les travaux. 

Au fond, vous apercevez notre petit cerisier (rejet de chez les voisins). 


J'aime beaucoup ce petit coin paisible. C'était ici qu'était installée l'échelle de notre Pirate qu'il savait si bien monter pour aller visiter le jardin des voisins...


La vigne a été taillée de "mains de maïtre" et nous devrions récolter quelques grappes de raisin. Roger a ajouté des fils pour la guider et au pied du poteau, une magnifique clématite a pris place.


Nous aimons traîner dans ce petit coin salon. Boire un café, lire le journal ou simplement profiter du temps qui passe si agréablement ici.... 


Nous prenons le temps de voir mûrir les tomates cerises....


L'eau de la fontaine nous berce. Le petit bassin fait le bonheur de petites grenouilles et la passiflore est une nouvelle venue chez nous. Elle a l'air de s'y plaire car elle nous offre de jolies fleurs.


Finalement, tout le monde se plait ici.... c'est normal car on prend soin des invités!!!!  





Nos voisins ont un magnifique cerisier et un rejet est passé sous notre clôture. A présent, nous avons un petit cerisier dans le coin, au fond de notre terrasse. 


Bien sûr, pas question d'envisager de faire un clafoutis.... mais c'est un début !!!!





Roger innove..... il a planté un pied de potiron dans un gros pot. La variété est "Potiron rouge très hatif d'Etampes". 

Le pied de potiron a l'air de se plaire et court sur les cailloux. 

Nous guettons les fleurs! A suivre donc.... 


Pour le moment, ce n'est qu'en rêve !!!!!



Lors de notre visite dans le magnifique jardin de Stéphane OCTEAU à Saint-Romain-de-Benet, nous avons découvert des fruits sur son bananier. 

Au sens botanique, le bananier n'est pas un arbre, mais une plante herbacée qui peut atteindre 7 mètres de hauteur. C'est une plante monocarpique, c'est-à-dire qu'elle ne possède qu'un seul bourgeon et donc fleurit, produit des fruits (un régime de bananes) puis la tige meurt.

Mais il y a des petites pousses qui repartent de la racine et forment des rejets. Inutile de replanter, on coupe juste la tige une fois que les régimes ont été cueillis et l'année suivante, ça repart tout seul.

Je ne le savais pas et vous?



Quand nous nous sommes intallés dans notre maison royannaise au printemps de l'année dernière, Roger a garni des jardinières avec des pieds de fraises. 

Très bonne idée de "mon jardinier préféré" car la récolte est excellente et nous nous régalons! 


Ce sont des gariguettes que je prépare tout simplement avec un peu de sucre pour bien apprécier leur parfum. 







Cela fait déjà une année que nous sommes dans notre nouvelle maison royannaise. Le printemps dernier fut consacré à notre installation et à certains travaux.
Roger en a aussi profité pour remettre en état le devant de la maison.


Il a nettoyé, taillé et planté de nouvelles fleurs, rosiers et arbustes. 


Cette année, nous sommes récompensés et profitons de ces magnifiques roses. 


Dans le journal d'aujourd'hui est paru un article concernant un concours des jardins fleuris à Royan. Il faut avoir une maison avec un jardin, un appartement avec un balcon, un commerce avec une devanture fleurie ou s'occuper du fleurissement d'une résidence. Tout cela doit être visible de la rue.
Alors, nous nous sommes inscrits pour participer! Et même si nous ne sommes pas primés, on dit bien que le principal est de participer!





Avec les beaux jours et le soleil, nous retrouvons le plaisir de venir discuter et nous rafraîchir dans notre petit salon extérieur. Cette année, nous l'avons amélioré en le fleurissant. L'année dernière, nous étions en plein travaux à pareille époque et nous avons préféré attendre pour le rendre encore plus accueillant. 


La toile du parasol en bois était bien abimée et même trouée aux extrémités. Au départ, je voulais le réparer et le consolider en ajoutant des renforts mais finalement en allant traîner sur le net, j'ai trouvé un site qui proposait de nouvelles toiles de plusieurs couleurs et en particulier vert anis.... 
Super! je l'ai commandée sur le site "La boutique du Parasol" et voilà nos parasols de la même couleur. 


L'anthémis sur tige, merveilleuse vivace, offre une floraison du printemps à l'automne à condition de couper les fleurs fanées pour stimuler l'apparition des nouvelles fleurs.
Le dibium, originaire d'Afrique du sud, est une vivace bulbeuse qui aime le soleil. Elle est appelée communément la dame de onze heures, car ses fleurs s'ouvrent à onze heures, et se referment au soir. 
Le convolvulus que nous avons rempoté dans un pot assez haut, fleurit aussi pendant tout l'été. Il a aussi besoin de chaleur et de soleil. Egalement appelé liseron de Turquie, est une jolie plante au feuillage argenté.  


En lisant la newsletter de Gerbaud, Roger avait appris qu'il existait un azalée très résistant qui supportait des températures allant jusqu'à -10° voire -15°... et qui faisait 3 floraisons dans l'année. Son nom est "azalea japonica". Comme nous n'avons pas trouvé cet arbuste ici dans nos jardineries, nous l'avons commandé sur le net sur le site La boutique Globe Planter


Si vous passez chez nous, vous serez bien accueillis....





Roger a profité des premiers beaux jours pour redonner un coup de "fraîcheur à notre terrasse. Le karcher est de sortie pour le grand nettoyage des dalles et des salons de jardin. 


Les jardinières en bois et le banc devant la maison sont repeints. 


Nous avons déjà acheté quelques plantes : deux hibiscus profitant d'une promo chez Lidl et trois dipladénias pour décorer le devant de la maison. 

Roger a semé des oeillets d'Inde et des tournesols. Ses semis ont profité de la lumière et de la chaleur de la véranda pour bien pousser. 

Notre citronnier a bien survécu à l'hiver. Il va encore nous fournir cet été en bons citrons.


Nous avons acheté un nouveau pot pour mettre à côté du petit salon de jardin. Nous l'avons garni avec un petit arbuste : un convolvulus au feuillage argenté. Il doit fleurir tout l'été Ses fleurs rappelent celles du liseron. L'hiver, il faudra le protéger car il craint le gel.


Le parasol est en place. Nous attendons le retour du soleil pour en profiter.

A bientôt pour la suite du jardinage!  





L'automne a laissé place à l'hiver ce dimanche 21 décembre 2014 avec le solstice d'hiver. C'est officiellement l'hiver!

Et pourtant.... les arums refleurissent, les rosiers nous offrent de nouveaux boutons de roses, les framboises mûrissent et les bananiers enveloppés dans leurs habits d'hiver, rejettent du pied.....





L'anthurium est une plante tropicale et a parfois des difficultés à s'adapter à l'intérieur de nos maisons. 
 


Je l'ai installé au salon sur le rebord d'une des fenêtres. A cet endroit, il a le maximum de lumière grâce à la véranda. Mais je veille à légèrement descendre le volet extérieur pour lui éviter les rayons du soleil.    
Afin d'avoir une jolie floraison, je lui ai apporté de l'engrais liquide pendant l'été et il m'a récompensée!  
Voilà l'évolution de sa fleur. 



Nous nous apprêtons à passer notre premier automne dans notre nouvelle maison.



Roger en profite pour nettoyer les plates-bandes devant la maison et planter les oignons de tulipes que nous avions achetés chez Lidl.


Comme les travaux de peinture sont terminés depuis cet été, nous pouvons garnir les plates-bandes à l'arrière de la maison. Nous avions une place libre entre les arums et le pied d'hortensia. Nous voulions un petit arbuste pas trop haut mais qui fleurisse tout l'été. Nous avons choisi un gaura qui est une magnifique plante vivace. 

C'est une plante facile, idéale pour donner de la légèreté dans les massifs. Sa floraison abondante étoilée agrémentera toute la période estivale et elle se ressèmera même d'une année sur l'autre.



Notre citronnier est toujours en pleine forme et continue à nous fournir en citrons. Son petit frère dont je vous avais déjà parlé, a bien grandi! Pour le moment, il ne donne pas encore de citron mais peut-être l'année prochaine. Quand je pense que c'est un simple pépin qui a donné ce beau petit citronnier.... Nous allons aller grapiller les dernières framboises.

 



Les géraniums sont taillés et seront rentrés quand il fera plus froid. Nous profitons des dernières roses et notre petit carré potager est bien propre.


Les parasols sont rentrés. Tout est en ordre....




Surprise aujourd'hui.... sur le côté de ma fenêtre de cuisine, j'ai cru reconnaitre la libellule de chez Monique... Le lien est ICI.

Moi aussi, elle m'a donné envie de la photographier! Elle a parcouru du chemin.... lol....





Notre petit jardin est productif.... Après les fraises dans les jardinières, voilà les premières tomates cerises. Et ce n'est que le début!



Bien sûr, aucune comparaison avec le jardin de Meursac.... mais cela ne nous empêche pas d'avoir aussi ici un environnement fleuri....

Nous sommes en Charente-Maritime... donc, nous avons des roses trémières de différentes couleurs.
Saviez-vous que ce nom vient de l'altération de "Rose d'Outremer attesté dès 1500 (Petit Robert) ou encore passe-rose ou primerose ou encore bâton de Jacob?


Tiens... mais à quoi ils jouent ces gendarmes?..... Les gendarmes sont donc des insectes utiles car ils mangent plusieurs insectes indésirables comme les pucerons.

Très intéressant... l'accouplement dure entre 12 heures et 7 jours.... On a donc le temps de les observer et de les photographier....


Les lauriers roses commencent leur floraison. Attention car toutes les parties de cette plante sont très toxiques....

Pour l'anecdote (lue dans Wikipédia) : en 1808, durant la campagne d'Espagne, lors d'un bivouac, des soldats de Napoléon font rôtir des agneaux sur des broches de laurier rose. Sur les 12 soldats, 8 meurent, les 4 autres sont gravement intoxiqués.


Notre boudha veille sur notre petit bassin. Pour la première fois, nous découvrons les fleurs très originales d'une plante aquatique dont je ne connais pas le nom.....


Nous comptons sur les tomates cerises de notre carré potager pour les prochains apéros!!!!


Roger avait fait 2 boutures de notre bananier de Meursac. Les voilà en bonne voie....


Deuxième floraison pour les rosiers buisson....


La production de citrons est toujours d'actualité. Quant à la relève, elle est assurée.... Un pépin de citron dans la terre et voilà un beau petit citronnier.... 




Tiens, c'est la cabane de Roger! On a bien envie d'ouvrir la porte.... Il n'a pas l'air d'être là. Attendons-le... Ce sera pour la prochaine fois!





Quand j'ai acheté ce petit salon de jardin, il était livré avec des coussins uniquement pour l'assise et je trouvais bien dommage de ne pas avoir de petits coussins pour le dos. 

Au fur et à mesure de mes déballages, j'ai retrouvé ces coussins que ma fille m'avaient offerts.


Je trouve qu'ils se marient parfaitement avec les coussins gris.  


A présent, je suis à la recherche de housses de coussins pour les petits fauteuils.... A plus pour la suite!



Ce week-end, nous sommes allés nous promener à Royan où se déroulait "Le Rêve d'Icare", une manifestation aérienne dont je vous parlerai prochainement.

C'est sur le stand de chez "KWAIT", spécialiste dans la vente de cerfs volants et de jeux de vent que nous avons acheté cette girouette.


Roger l'a installée dans le coin de la cour. Elle pourra aller butiner dans les fleurs qui l'entourent... à moins qu'elle ne préfère tournoyer au gré du vent! Elle est faite pour l'extérieur, les matériaux (tissu polyester et fibre de verre) resistent aux intempéries. Elle apporte de la gaité dans notre environnement!


Mais au fait, saviez-vous que Maya l'abeille était à l'origine un livre publié par l'écrivain allemand Waldemar Bonsels en 1912? 
Puis au fil du temps, une série de dessins animés austro-nippone est produite, adaptée du livre....

En attendant, notre maya l'abeille est charentaise puisque "KWAIT" est une boutique installée à Royan... lol.....



Regardez comme la récolte de gariguettes est bonne..... et pourtant elles ont poussé dans des jardinières!


Nous les avons mangées tout simplement avec du sucre. Elles étaient délicieuses et bien parfumées.



C'est le printemps et le moment de rempoter vos plantes d'appartement.
C'est ce que j'ai fait...


Il y a 2 ou 3 ans, Jean-Luc m'avait offert un joli panier en osier qui contenait 3 plantes d'appartement. Mais elles commençaient à se sentir très à l'étroit et pourtant, elles poussaient...


Je les ai séparées et rempotées individuellement dans du nouveau terreau.


Elles ont trouvé leurs places dans notre intérieur.



Le marc de café est un excellent engrais naturel qui favorise la fertilité du sol, mais pas seulement !
En le plaçant au pied des végétaux, le marc de café est un bon répulsif et empêche l’installation des pucerons. La caféine agit également comme répulsif contre les limaces et les escargots.

Nous déposons les filtres au pied de la rhubarbe fraîchement repiquée et quand le papier des filtres est sec, nous vidons plus facilement les marcs de café au pied de la plante.



J'ai trouvé ces jolies lampes solaires en céramique chez BRICORAMA à Royan. C'est du plus bel effet, de jour comme de nuit.



Dans notre jardin, nous avons un petit coin bien pratique pour, par exemple, rempoter des fleurs. Ce petit coin demande à être amélioré. Il est prévu d'y installer un évier. Le trou pour l'encastrer et l'arrivée d'eau sont déjà prêts.
En attendant, nous avons branché un flexible et c'est déjà bien pratique.


La fenêtre allongée qui donne sur ce petit coin est une des fenêtres de ma cuisine. Très pratique pour "surveiller" Roger au jardin. Bon! je plaisante bien sûr....


Pendant ce beau week-end de Pâques, nous avons continué le fleurissement de la maison. Pirate semblait intrigué par ces nouvelles fleurs....


J'ai rajouté quelques petites décos autour du tonneau. C'est très joli le soir lorsque les spots sont allumés.


Nous avons aussi un petit bassin installé et garni de plantes aquatiques par les propriétaires précédents. Il a juste fallu couper les feuilles fanées.


Roger a garni un autre tonneau avec des anthémis placés au centre et tout autour, quelques pieds d'oeillets d'Inde.


Les arums poussent tout seuls. Nous profitons de ce magnifique bouquet de fleurs.
Moi aussi, j'ai bricolé... j'ai rempoté toutes mes plantes d'appartement. Ce sera l'objet d'un prochain article!



Je vous avais déjà parlé d'un petit carré potager que Roger avait nettoyé et dans lequel nous devions planter quelques herbes aromatiques. 
Le voilà complet à présent...


avec des pieds de thym, ciboulette, persil et romarin. Nous avons ajouté aussi 3 pieds de tomates cerises et un pied de rhubarbe. Les fraises gariguettes sont déjà formées.

Si vous cherchez à quoi peuvent servir les petits bâtons verts? c'est une trouvaille de Roger pour éviter que Pirate n'aille se coucher dans les carrés. Il en avait déjà pris l'habitude avant nos plantations!!!!! 



Nous avons profité du beau temps du week-end pascal pour bricoler dehors et jardiner. Le samedi, nous étions allés à la jardinerie Art Vert et avions fait quelques achats pour embellir notre environnement. Nous avions acheté des rosiers pour remplacer ceux qui avaient crevé dans la plate-bande devant la maison. 


Roger positionne les fleurs à repiquer et les rosiers à planter.


Et voilà, tout est joli.... Des oeillets d'Inde viennent égayer le bord de la plate-bande. Roger a aussi replanté 2 pieds d'arums.  


Deux nouvelles jardinières garnies avec des pieds de géraniums que nous avions déjà à Meursac, vont décorer les fenêtres de devant quand ils seront bien fleuris.  


Près de la porte d'entrée de la véranda ont pris place des pots garnis de dipladénias.
Le devant de la maison est exposé au soleil à partir du début d'après-midi et il faut  y placer des plantes qui résistent à la chaleur et qui demandent peu d'arrosage. C'est le cas du dipladénia qui n'a besoin que d'un arrosage par semaine même par grosse chaleur.


Un des rosiers déjà existant nous offre de bien jolies roses. Quant à la coronille jaune, sa floraison est abondante.



Je suppose que vous devez vous souvenir de la fontaine que Roger avait réalisée en coupant un tonneau en deux. C'est ICI. Elle était installée sur la terrasse de la maison de Meursac.
Elle nous a suivis et est venue garnir notre nouvelle terrasse. Mais avant, il a fallu vider le bac, le nettoyer au karcher et prendre soin des poissons.


Le voyage s'est bien passé.... La fontaine a pris place près des baies coulissantes. Ca tombait bien, il y avait justement une prise pour brancher la pompe. La fontaine se remplit tout doucement.... 


Mais Pirate a déjà répéré les deux poissons dans le seau..... Roger ferme le couvercle et Pirate monte la garde en attendant la suite des opérations....
Quant à Hinès, elle semble moins passionnée.... 


Roger rebranche la pompe et ça repart sans problème! Pirate ne quitte pas les lieux.... et surveille.....


A la jardinerie Art Vert, nous avons acheté une plante aquatique posée à la surface de l'eau. Une autre plante est immergée et possède des vertus oxygénantes. En grandissant, ses branches sortiront de l'eau et auront aussi un intérêt esthétique.


Je termine la déco de la fontaine (papyrus, petits pots de fleurs, ...).


Notre petit coin salon prend forme et invite au repos et à la détente. 



Roger a commencé le jardinage sur le devant de la maison. Il a nettoyé, bêché la plate-bande et arraché deux rosiers qui étaient morts et qui serons remplacés. Dès que nous aurons un moment, nous irons à la jardinerie pour aussi acheter quelques fleurs pour donner une note de couleurs sur le devant.
Une partie de la plate-bande était recouverte d'écorces de pin. Comme nous avions un fond de sac, Roger en a rajouté mais ce n'est pas suffisant. Nous devons encore acheter un sac pour tout terminer.


Le petit banc bleu a trouvé sa place face à un joli rosier en fleurs. Vers le fond, nous avons deux althéas dont nous ne connaissons pas la couleur. Ce sera la surprise! et aussi un arbuste aux fleurs jaunes très odorantes dont je ne connais pas le nom. Je vais faire des recherches....   


Passons à l'arrière de la maison. Pirate a déjà pris ses aises dans ce petit carré potager.... un peu envahi par les herbes, à l'ombre du laurier-sauce et du laurier rose.



Roger gratouille pour tout nettoyer tout en préservant un pied de menthe, de sauge et quelques pieds de fraises. Nous allons compléter ces petits carrés avec d'autres aromates (ciboulette, thym, romarin, ...).  


A l'automne dernier, Roger avait fait de nouveaux plants de fraises "Gariguette" grâce aux stolons des fraisiers. Il avait repiqué ces pieds dans des jardinières.  


Bonne idée! grâce à des supports, ces jardinières ont trouvé leurs places tout autour du carré potager.  

Et voilà encore un petit coin propre.....



C'est peut-être très joli un mur recouvert de lierre mais nous sommes méfiants pour l'avenir de nos murs et nous avons décidé de l'arracher.

Roger a commencé par le devant la maison. Au coin, le lierre atteignait déjà les tuiles. Le lierre s'agrippe aux moindres anfractuosités et de plus, il favorise une humidité permanente sur le mur qu'il squatte. Le mur n'est plus aéré et ne voit plus le soleil.


Derrière la maison, une partie du lierre était crevée et ce n'était pas joli car les ventouses restent accrochées au mur. Une fois arraché, ce qui n'est pas une partie de plaisir.... le lierre laisse plein de traces sur le mur. Nous serons bons pour redonner un petit coup de blanc!





Lors de mes dernières courses, j'ai craqué pour cette jolie maisonnette à oiseaux. Vous avez vu comme elle est joliment décorée!  


Je vais peut-être dire comme ma fille lorsque je lui ai offert une maison à oiseaux que j'avais peinte (voir lien vers article)... "elle est trop belle pour aller dehors"....



Vous avez vu, j'ai changé l'entête de mon blog! Je mets tout en oeuvre pour faire venir le soleil, mais.... 


Dimanche dernier, j'ai profité d'une belle journée ensoileillée pour aller faire un tour au jardin. 


Notre Pirate a trouvé la bonne place.... 


En attendant de revoir les papillons butiner, je vous souhaite une bonne soirée. 



J'ai été contacté par le site de jardinerie en ligne "Le Jardin des Gazelles" pour mettre en place un nouveau partenariat.

Présente depuis une quinzaine d'années dans les alentours d'Yvetot en Seine-Maritime, cette jardinerie sélectionne tout au long de l'année des articles de qualité, à prix discount.

N'hésitez donc pas à vous rendre sur la jardinerie en ligne du Jardin des Gazelles en cliquant sur ce lien.



Le partenariat a également été mis en place du côté des "Jardins des Gazelles". 

En cliquant sur ce lien, vous pourrez le visualiser. 



Voir mise à jour en bas de cet article....

Lors de mon dernier passage chez LIDL à Saujon, j'ai été tentée par cette plante que je ne connaissais pas du tout : une orchidée ludisia discolor.
Je dois vous avouer que je ne pensais pas du tout à une orchidée.


Après quelques infos glanées sur le net, voici ce que j'ai appris.

Cette petite orchidée terrestre est originaire de Birmanie, Malaisie et Indonésie. Elle possède des feuilles veloutées, vert foncé avec des veines parallèles roses.

Les fleurs poussent dans de longues grappes en inflorescence dressée de 10 à 30 centimètres de hauteur. Elles sont blanches et durent 2 à 3 semaines.

Elle préfère un endroit sombre comme dans la forêt. Quand elle reçoit trop de lumière, ses feuilles s'éclaircissent.

Quant aux arrosages, il faut conserver la terre humide mais pas mouillée et ralentir après la floraison. Il faut arroser 2 fois par semaine avec de l'eau non calcaire à température ambiante et fertiliser toutes les 2 semaines.  

Quand les fleurs seront ouvertes, je la prendrai à nouveau en photo.


Ma jolie orchidée se plaît bien chez nous car elle a commencé sa floraison. Comme promis, je vous montre ses fleurs qui sont toutes en finesse et délicatesse.   


On dirait un épi qui lâche de jolies orchidées blanches au coeur jaune.


Elle m'a même offert deux nouvelles pousses au pied.



Une belle récolte en perspective....


Nous avons goûté nos citrons.... Y'a pas mieux avec une belle assiette d'huîtres et un bon beurre salé de chez nous. Ne pas oublier le p'tit verre de Riesling.... avec modération....



pour vous souhaiter un bon week-end.

N'oubliez pas que ce week-end ont lieu les Journées Européennes du Patrimoine. Cet événement culturel est l'occasion de venir découvrir des lieux habituellement fermés au public.

   



mais quel régal avec les tomates que Roger a fait pousser dans ses bacs au jardin.


Les voilà prêtes à être dégustées....



Ca sent l'automne.... Roger emploie les grands moyens pour tailler les arbustes qui ont bien poussé depuis le printemps.  


Et voilà encore de nombreux voyages à la déchetterie.....


Les feuilles du cerisier commencent à tomber....



Profitons encore des belles fleurs du jardin. L'été n'est pas terminé....


Je vous souhaite une bonne journée.



Non! ce n'est pas ce que vous croyez......


... je suis en train de cueillir nos premières noisettes. Quand nous sommes arrivés dans cette maison en 2010, nous avons planté un noisetier.


Regardez comme il était petit.... En 3 ans, il a pris de l'envergure!
Quelques infos générales à propos du noisetier en suivant ce lien.


La récolte est maigre mais suffisante pour me régaler.



Avec cette longue période de pluie que nous avons subie, les pensées qui poussaient dans les bacs de la terrasse, ont été belles très longtemps. 
Mais à présent, avec cette chaleur, elles ont vite séché et Roger les a remplacées par de jolis bégonias rouges.


Dans les coins des bacs, il a planté des boutures de graminées qu'il avait faites et dans le milieu des pieds de lavatères. 


La fontaine et les petits poissons rouges se portent bien. Le papyrus est reparti après avoir subi un hiver difficile.    


On n'a plus qu'à nous installer à l'ombre sous le store.....


... et nous relaxer en admirant le jardin.

Je vous souhaite un bon WE.





Je vous laisse découvrir....


apprécier....


et commenter.....



Tiens! l'échelle est sortie.....


C'est normal... c'est pour cueillir les premières cerises qui sont mûres. Roger a bien fait d'installer des pièges à phéromones pour en finir avec les cerises verreuses. Nous avions déjà tenté cette expérience concluante l'an passé. La preuve ICI.


Ce fut tout simplement notre dessert de midi. On verra plus tard pour les déguster autrement.



La semaine dernière, Roger a profité du beau temps pour bricoler au jardin. 
A force d'emprunter les pas perdus dans la pelouse, les pierres s'étaient un peu enfoncées dans la terre. 
Roger les a réhaussées afin qu'elles arrivent au même niveau que le gazon. Pour cela, il les a enlevées et a rajouté de la terre sous chaque pierre.


Le travail est à présent terminé. Le rendu est plus agréable à l'oeil et c'est aussi plus facile pour la tonte de la pelouse.


Nouvelle idée de mon jardinier préféré : installer des jardinières autour de ses bacs.


Celles-ci contiennent du persil frisé, du basilic fin vert et du persil simple.... 


... et celles-ci, quelques pieds de salades. Au moins celles-là, on ne nous les volera pas!!!!! 


Nous faisons une cure de fraises....


La terrase est bien fleurie et le citronnier n'arrête pas de produire des citrons.



Heureusement que j'ai fait quelques photos à la motte la semaine dernière (voir mon article du 29 mai) car aujourd'hui, je ne serais plus en mesure de partager avec vous nos belles rangées d'artichauts et de salades.

Et oui.... nous avons eu des visiteurs ou un visiteur peu scrupuleux qui s'en est mis plein les poches... enfin! je devrais dire plein les cageots....

Tous les artichauts ont été coupés....




Les seuls qui restent sont les petits qui doivent encore grossir avant d'être cueillis!


Roger avait repiqué toute une ligne de salades....


Elle est bien clairsemée à présent...


Les fraises n'ont pas été cueillies.... Normal, ça prend  du temps et du coup, les risques de se faire surprendre sont plus grands.... 

Comme par hasard, nous avons remarqué que ce "pillage" a eu lieu très peu de temps après la parution de mon article "Un tour à la motte"... 
Pouvons-nous penser à une simple coïncidence?   

C'est tellement facile de venir récolter le travail de ceux qui se donnent du mal.
Croyons en le proverbe : "Bien mal acquis ne profite jamais"....



Même si Roger a restreint son terrain de culture à la motte, tout pousse.... On sait bien que mon jardinier préféré a la main verte....
Dommage les pieds de rhubarbe végètent.... on ne comprend pas, c'est ainsi chaque année...


Choux, salades, oignons, cerfeuil, ..... Les petits pois sont en fleurs.
Et sous les filets, ce sont de belles lignes de gariguettes.


Vous comprenez pourquoi je fais de nombreuses recettes avec ces bonnes fraises! Aujourd'hui, j'ai fait 11 verrines de confitures.


Et derrière ces lignes de fraises, ce sont les pieds d'artichauts. La récolte commence et nous nous régalons...



J'ai profité d'une belle journée de soleil pour faire quelques photos dans notre jardin.


Je vous souhaite un bon WE.


A bientôt.



Dimanche en fin d'après-midi, nous sommes allés faire un p'tit tour à la motte. Cette année. Roger a restreint son domaine d'investigation.... c'est déjà pas mal!


Future récolte d'artichauts...


Les fraises gariguettes commencent à rougir... Pour le reste, il faut encore attendre....





Roger s'occupe de ses plantations qu'il a faites dans ses grands bacs en bois. Bien pratiques ces bacs à hauteur d'homme.... on ne se casse pas le dos pour récolter!

Mais qu'a-t-il semé mon jardinier préféré?


Les semences viennent de Rustica! Et oui, grâce à notre nouvel abonnement, nous avons reçu des graines en cadeau. Roger les a semées et ça pousse.....

- de la chicorée scarole grosse bouclée (quel joli nom...)

- de la poirée verte à couper. Ca, je ne connais pas du tout. Nous allons découvrir. C'est un légume d'autrefois appelé aussi "bette-épinard". 
Les feuilles se consomme en potages ou hâchées comme les épinards et les côtes sont cuite en gratin. On va tester à partir de juillet.... A suivre!

- des choux brocolis "verts Calabrèse". D'origine italienne, ce chou produit des pommes de 15 à 20 centimètres de diamètre. Sa saveur est très fine et il est plein de vitamines.

- des choux de Milan "gros des vertus". Le feuillage de ce chou est frisé. Il supporte très bien le froid.    

- la laitue blonde à couper. C'est une variété rustique. Elle a la particularité de repousser après la première cueillette.  


Dans son chalet, il a d'autres petites plantations en pots : courgette, potiron, melon, courge butternut, ....


Des boutures d'artichauts, des oeillets d'Inde, des aubergines et des tomates Marmande.


Je vous présente un jardinier heureux à la main verte....


qui fait des heureux en offrant ses replants....





Ce soir, nous avons mangé notre première salade du jardin. Roger les avait semées dans les bacs qui sont au jardin.





A l'automne, Roger avait planté des oignons de jacinthes et de tulipes dans les bacs. A présent, nous profitons de ces jolies fleurs sur la terrasse.  


Le muguet sera en fleurs pour le 1er mai et bientôt, nous mangerons des gariguettes!



Nous allons bientôt manger nos premiers radis!


Les fraises "gariguettes" vont suivre.





Ca pousse, ça pousse sous les chassis.... et Roger soigne ses plantations en les arrosant.... 


Roger a repiqué quielques pieds de salade. Les radis "18 jours" sont déjà bien levés. Encore un peu de patience avant de manger les premiers....


Dans l'autre bac, je trouve mes herbes aromatiques : thym, romarin, ciboulette, oseille, ... et plusieurs lignes de gariguettes.


La terrasse est bien fleurie... et le citronnier est en pleine forme!



Hier après-midi, nous avons profité du beau temps pour faire une balade
jusqu'à la motte. Roger voulait me montrer ses premières plantations. Nous y sommes partis en famille... !!!!!


Nous arrivons à la motte et Roger est fier de me montrer ses plants d'artichauts.


Les fraises "Gariguettes" sont en fleurs, les ails poussent et les petits pois lèvent...
Les oignons jaunes et rouges et les échalotes sont plantés et commencent à pointer.


Encore quelques poireaux rescapés de l'hiver et l'oseille pousse.. pousse... pousse... je ne sais plus quoi en faire, j'en ai encore plusieurs sachets au congélateur!


Le temps est tellement doux que nous continuons notre balade à travers les chemins qui bordent les autres mottes. La balade est aussi au goût d'Hinès et de Pirate car tout ce petit monde suit....





A la salle de bains, j'ai une petite orchidée qui m'a fait une surprise... 
Un beau jour, j'ai vu apparaître 2 boutons qui petit à petit se sont ouverts et ont donné deux jolies fleurs d'une belle couleur!

Elle doit bien se plaire à la salle de bains car l'humidité ambiante est un facteur important pour que les orchidées poussent et fleurissent facilement.



Le printemps, c'est le 20 mars 2013 cette année.... C'est le jour où nous sommes tous égaux devant le soleil : la durée du jour est égale à la durée de la nuit sur tous les points de notre terre. C'est l'équinoxe de printemps.


Au XIIIème siècle, le printemps s'écrivait "printans", mot composé de "prins" et "tans", du latin "primus tempus" : c'est le premier temps, c'est-à-dire la première saison.


C'est la saison qui vient dire adieu l'hiver, une saison sympa mais qui demeure encore froide dans certaines régions....



Vive les bourgeons et les journées plus longues, plus chaudes et plus ensoleillées...

La prochaine étape, c'est le passage à l'heure d'été dans la nuit du 30 au 31 mars 2013.





Et ça recommence comme chaque année depuis que nous sommes arrivés dans cette maison....
Les chenilles processionnaires ont squatté le pin. J'avais repéré la formation des premiers nids. Et dès l'appartion des premiers rayons du soleil, Roger a sorti la grande échelle.... 


et l'échenilloir pour couper les branches qui portaient des nids.

Celles et ceux qui ne connaissent pas ce fléau, suivez ce lien pour avoir plus de détails.





A la jardinerie ARVERT de Royan, j'ai découvert des semences qui ont une histoire... 

C'est leur passion pour les sciences qui amènent Philippe-Victoire de Vilmorin et toute sa descendance à l'étude de la botanique. Déjà reconnus à l'époque, ses travaux sur l'amélioration des plantes lui valent même d'être nommé Maitre-Grainier et Botaniste du Roi.

Il conçoit les premiers sachets de graines illustrés, permattant ainsi à tous de faire un choix éclairé. 

Vers la moitié du XIXème siècle, les Vilmorin mandatent une vingtaine d'artistes pour réaliser une vaste séries d'aquarelles représentant les plantes obtenues à partir de semences proposées dans leurs catalogues. Avec une parfaite exactitude, chaque détail botanique y est fidèlement reproduit.

Les Vilmorin ont ainsi constitué l'une des plus belles collections d'aquarelles appartenant à la grande tradition de la peinture naturaliste du XIXème siècle.

Vous pouvez les entrevoir aujourd'hui au travers de cette collection "1743". Dans chaque sachet, une lithographie est offerte.



Certains voient la vie en rose... Chez nous, pour le moment, nous la voyons en jaune! C'est pour faire venir le soleil... Et ça marche car aujourd'hui, super belle journée ensoleillée.

Je vous souhaite une bonne soirée.



Le citronnier ne supporte pas les températures en dessous de -5°. Par précaution et fort de notre expérience de l'hiver dernier au cours duquel notre magnifique mimosa a rendu l'âme, nous cultivons notre citronnier en pot. Mais ça a l'air du réussir puisqu'il nous a donné son premier citron et que de nouveaux sont en formation.

Comme il fait très doux en ce moment, nous l'avons sorti pour lui faire prendre l'air! sinon il est au frais dans la maison.


Le citronnier a besoin de beaucoup d'eau et si vous voyez que ses feuilles commencent à se rouler, à jaunir et à sécher, c'est qu'il a soif et qu'il est temps de l'arroser. Mais attention, il ne faut jamais laisser d'eau stagner dans la soucoupe au risque de voir pourrir les racines.


Pour accompagner nos huîtres le soir du réveillon de Noël, nous avons cueilli notre premier citon. Directement du producteur au consommateur!
Il était bien mûr et juteux.



En ce moment, nous avons la chance d'avoir du soleil! La preuve....


Et d'après Météo France, ces beaux jours vont continuer... La preuve!


Alors profitons-en pour nous promener au jardin.... et admirer les dernières fleurs.


Je vous souhaite une bonne journée.



Dans cet article (suivre ce lien), je vous avais raconté comment nous avions découvert cette salade.

Cette jolie et insolite variété italienne de chicorée sauvage donne de grosses salades avec une pomme serrée à condition de les lier avec une ficelle, ce que Roger avait fait.
Si les feuilles vertes extérieures sont trop amères pour être mangées, le coeur en revanche, cache de délicieuses feuilles croquantes et douces de couleur blanc à jaune pâle mouchetées de rouge carmin.


Excellent ! cette salade nous a beaucoup plu ainsi qu'aux enfants. Ils l'avaient goûtée pendant leurs vacances chez nous.

En revanche, l'autre variété dont je vous parle dans l'article du lien, la puntarella, n'a rien donné d'extraordinaire... Dommage car cette salade aussi, était originale.



Roger n'avait pas encore récolté les melons d'eau à la motte. Mais depuis plusieurs jours, la pluie est au rendez-vous. Il a profité d'une belle éclaircie et même d'un beau rayon de soleil pour aller les ramasser. Par la même occasion, il a encore retrouvé quelques courges!!!!!


Comme je vous l'ai déjà expliqué, les melons d'eau ne servent qu'à faire de la confiture. Il n'est pas possible de les manger comme le traditionnel melon charentais.
Nous les avons stockés dans le galetas (petit grenier au-dessus du garage) et je vais encore les laisser mûrir avant d'en faire de la confiture.

Si vous êtes intéressé(e)s par la recette, suivez ce lien qui vous expliquera ma manière de procéder.





Avant nos petites vacances en Lorraine, Roger avait pris la précaution de ramasser toutes les courges à la motte. Heureusement, le coffre du berlingo est grand....


Premier voyage : les potirons et quelques courges butternut.


Deuxième voyage : les variétés sont plus nombreuses.




En me baladant sur le net, j'ai trouvé un article très intéressant qui vous permettra de reconnaitre et de différencier les courges, potirons et potimarrons. 
Vous découvrirez également quelques conseils et astuces, des recettes et comment les conserver.

Bonne lecture en suivant ce lien.



En allant chercher des pommes de terre à la cave qui se trouve sous notre terrasse, je découvre un petit hérisson qui avait l'air bien en peine au bas de tous ces escaliers.

Le hérisson est un animal protégé dont les jardiniers apprécient l'aide au jardin car il dévore les escargots, les araignées, les vers et autres insectes nuisibles.

Pour aller le récupérer, Roger a enfilé un gant. C'est plus prudent car sa toison est hérissée de piquants creux qui le protègent des agressions des renards et des chiens. 

J'ai lu que le hérisson passe le plus clair de son temps à dormir (environ 18 heures par jour....). Mais lorsqu'il est réveillé, il est affamé et il croque tout ce qui passe sous son nez pointu! Son gros appétit en fait un allié de choc pour le jardinier.

Pour le faire venir sur vos terres, le meilleur argument est de lui offrir des croquettes pour chien ou pour chat en petite quantité!



Le jardinier est fier de ses récoltes!

La cuisinière est fière de ses conserves!


J'ai profité des coloquintes pour décorer la maison.  


Avec les tomates rouges, j'ai refait des bocaux de conserves de sauce tomate.


Quant  aux tomates cerises jaunes, elles ont subi le même sort.... des bocaux de sauce tomates. C'est la première fois que je testais. Je peux vous dire que la sauce est très bonne....



Voici les récoltes d'échalotes et ails qui sont stockées dans le chalet.


Au retour de la motte, voici celle d'oignons. 


Roger a un aide précieux pour nettoyer les oignons avant d'en faire des tresses qui vont sécher au soleil avant d'être rentrées dans le chalet. 



Comme ces derniers temps, les mottes sont visitées.... Roger n'a pas traîné pour récolter les choux-fleurs.  


Devant le nombre de choux-fleurs, je décide de les congeler. Pour cela :

1 - Ouvrir le chou-fleur, le diviser en petits bouquets et le nettoyer soigneusement dans une eau vinaigrée.


2 - Le faire blanchir 3 minutes à l'eau bouillante salée et additionnée d'un jus de citron.

3 - Egoutter et rafraîchir sous l'eau froide. Laisser sécher avant de mettre en sachets.

4 - J'ai utilisé mon appareil à souder les sacs et à faire le vide d'air. Au final, j'ai congelé 6kg 400 de choux-fleurs.





Petite récolte, mais récolte quand même....  


Variétés : Roseval, Spunta, Samba, Sirtema et Bintje.



A l'approche de ce premier week-end d'août, je vous offre ces quelques fleurs.


Je vous souhaite un agréable week-end ensoleillé.







Ca y est.... je commence à être débordée par tous ces légumes! Les tomates commencent à produire sérieusement que ce soit à la motte ou dans les bacs au jardin.


Un plat de tomates farcies cuisinées selon la traditionnelle recette de Mamie la canne (voir lien vers la recette)....


....et nous voilà prêts à nous "lécher les babines".



A la motte, Roger a cueilli les premiers haricots beurre. Les pommes de terre plantées "en partenariat" avec Jacky (voir lien) ont été arrachées. 

Pour goûter ces nouveaux légumes, j'ai préparé un plat tout simple : pommes de terre rôties et haricots beurre à la fleur de sel. Nous nous sommes régalés!



Tomates, pâtissons, aubergines, poivron et piments doux du sud-ouest!


J'ai préparé cette "assiette fraîcheur" avec les tomates, les betteraves rouges et la salade feuille de chêne, le persil et les oignons de la motte.
Dans le petit poêlon bleu, du risotto aux courgettes du jardin et au chorizo (recette à venir) et dans le petit ravier en verre, une préparation à base d'avocat, de pamplemousse et d'oeuf dur.

Le tout bien frais... pour mieux supporter ces grosses chaleurs!



Le papyrus d'appartement apprécie les milieux humides : il peut être utilisé comme plante de bassin, en extérieur sous les climats doux. Il forme une touffe dense de longues tiges de 60 à 120 cm de hauteur, voire davantage selon les conditions de culture qui portent chacune une couronne de "feuilles" vertes en forme d'ombrelle.

Pour garnir notre fontaine (voir lien vers article), je décide donc d'utiliser mon papyrus d'appartement. Je me renseigne à la jardinerie pour savoir comment procéder.
Pour cela, il me faut un pot spécial appelé panier de culture et de la toile de jute. Tout ce petit matériel n'est pas cher...


Dans le panier, j'ai disposé la toile de jute que j'ai maintenue avec des pinces à linge. Ensuite, j'ai planté le papyrus avec du terreau. J'ai recouvert la surface avec de la pouzzolane décorative. Cela évite aux poissons rouges de brouiller l'eau et déraciner les plantes.

Puis, j'ai immergé le pot dans de l'eau pour que toute la terre soit bien imbibée. Le lendemain, j'ai placé le papyrus dans la fontaine.


Un petit truc :  vous pouvez placer un pot en plastique retourné dans le fond de la fontaine pour poser votre plante dessus. 
Je n'en ai pas eu besoin pour placer mon papyrus.


Le payrus est installé et garnit la fontaine.





J'ai été livrée par mon AMAP privée.... (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne)....!!!!!

Betteraves rouges, ail, carottes, haricots verts, pommes de terre Bintje et Roseval.... De quoi mijoter de bons p'tits plats....



Dans cet article (voir lien), je vous parlais de notre plantation de pommes de terre en partenariat avec Yolande et Jacky! 
Entre les rangs de pommes de terre, nous avons semé du lin qui est en fleurs à présent et que je suis allée photographié.   





Un ami voulait se débarrasser de son tonneau et Roger l'a récupéré car il avait déjà une petite idée derrière la tête.....

Première opération, il faut couper le tonneau en deux.


La première moitié est recyclée en bac à fleurs. Roger a recoupé le tonneau pour ne pas qu'il soit trop haut. Il l'a percé de chaque côté pour glisser une grosse corde qui nous servira à le porter plus aisément. Les arceaux sont repeints en noir....  


 .... et le bac est teinté à la lasure "Aqua-Stop-V33". Il ne reste plus qu'à acheter quelques fleurs pour le garnir. Des verveines et un coréopsis au centre seront plantés.


La place est trouvée... nous le posons dans le massif au fond du jardin. 


Vue d'ensemble.

L'autre partie du tonneau a également été utilisée. Suivez ce lien pour découvrir cette nouvelle réalisation.



Suite de cet article.

La deuxième partie du tonneau a été recyclée en fontaine que nous avons installée sur notre terrasse afin d'entrendre le chant de l'eau.

Le bac est installé près de la porte de la cuisine et Roger s'occupe de la partie électrique pour alimenter la pompe qui permettra à l'eau de couler en continu. 


Le bac est rempli d'eau, la pompe est immergée et raccordée et nous passons à l'installation des bambous.  


Nous posons à la surface de l'eau une plante aquatique flottante : une laitue d'eau ou pistra stratiote qui se contente d'un espace restreint et qui est utile aux poissons.
Cette plante aura plusieurs rôles :
- ombrager un peu la surface de la fontaine pour éviter la prolifération des algues,
- garder l'eau claire et pure,
- décorer.

Cette plante vient d'Amérique du Sud. Elle a des feuilles épaisses, en rosette, d'un vert bleuté. Elle s'allonge sur l'eau en formant de nouvelles petites "salades". Attention, ses feuilles ne sont pas comestibles. Elle n'aime pas le froid et cesse de se développer à la saison fraîche.



Deux poissons rouges vont agrémenter la fontaine.  


Je continue à décorer la fontaine avec quelques plantes (des succulentes, un zamioculcas et un coréopsis).


La décoration prend forme. Je rajoute dans l'eau un papyrus que j'avais au salon. Je vous expliquerai dans un nouvel article (voir lien) comment il faut procéder pour l'immerger dans l'eau.


Pirate est intrigué.... Il a vite trouvé le truc pour se désaltérer!





L'hortensia est un arbuste très décoratif et on le rencontre très souvent dans les jardins de bord de mer. 
Cette année, sa floraison est abondante et va durer de juin à septembre. Il se plaît beaucoup à cet endroit : soleil le matin et ombre l'après-midi. Nous avons eu de la chance car le gel de cet hiver l'a épargné.



En février 2011, alors que nous avions emménagé dans notre maison depuis 2 mois, voilà les photos de notre mimosa que j'ai partagées avec vous. Il était situé au fond de notre jardin. C'était un énorme bouquet de fleurs aux parfums d'or et de miel. 


Mais l'hiver 2011-2012 fut très rigoureux en Charente-Maritime. La période de froid et de gel qui a sévi sur le département fin janvier-début février n'a pas été sans conséquence. C'était la plus forte enregistrée depuis 1985. Illustration la plus spectaculaire : les mimosas en sont tous (ou presque) devenus marron !


Nous avons attendu patiemment mais le mimosa  n'est pas reparti et il a fallu se résoudre à le couper malheureusement !!!.....
Jacky est venu donner "un coup de main" à Roger car il fallait faire très attention pour l'abattre. 


Roger en a profité pour "faire son sport" et Jacky aussi... 

De nouvelles pousses rejettent au pied. Nous en avons laissé quelques unes sans trop savoir ce que cela va donner!



Rien de tel qu'une maison fleurie pour apporter gaité et bonheur!

Hypéricum, Coquelicots et Valérianes.
Santoline et Achilées.



Un mariage réussi et haut en couleurs... un coréopsis entouré de verveines.


Le devant de la maison est accueillant.... roses trémières, sauge vivace, géraniums.


Bienvenue chez nous!



Ca fait longtemps que nous ne sommes pas allés nous promener à la motte! Vous allez y trouver du changement.

Le jardinier est fier de vous accueillir!


Nous avions craint que les pieds d'artichauts ne soient gelés par l'hiver rigoureux que nous avons subi. Et bien non! les voilà en pleine forme et ils vont nous donner de beaux artichauts.


Tout particulièrement pour Annick, voilà les fèves. Tu vois qu'il n'est pas nécessaire de les attacher!


Oh! les belles salades et la relève est assurée....


Il va falloir que je cueille l'oseille pour la congeler. Les haricots et les tomates se portent bien.


Côté épices, je ne vais manquer de rien.... échlotes, oignons rouges et jaunes, persil, ail violet, cerfeuil, estragon....


Nous n'allons pas quitter le jardin sans vous parler de la famille des cucurbitacés!!! enfin! des courges si vous préférez.... et aussi des courgettes qui commencent à se former.


Les futures courges butternut et courges de Siam...


Melon d'eau pour faire de la bonne confiture et potiron rouge vif d'Etampes.
Cette année pour la première fois, Roger a aussi semé de la pastèque Sugar!



Même Pirate donne un coup de main à la motte....



Pendant notre semaine de vacances à Berghe, nous en avons profité pour franchir la frontière italienne et nous arrêter dans une jardinerie, histoire de voir si les italiens avaient des graines différentes des nôtres!!!!

Et bien oui... nous avons découvert deux variétés de salades que nous ne connaissions pas....


La puntarella est une chicorée dont on consomme le coeur en salade alors que les grandes feuilles tout autour sont mangées cuites comme la chicorée classique. Les pousses du coeur ressemblent à des pointes d'asperges.

Elle se sert traditionnellement avec une sauce composée d'ail pilé avec des anchois à laquelle on ajoute un bon vinaigre de vin. Il est rare d'en trouver sur les marchés français. 


Cette chicorée italienne est très jolie. C'est une très ancienne variété issue d'un croisement entre la chicorée de Trévise et la chicorée de Vérone. Elle se présente sous la forme d'une laitue avec des feuilles rondes d'une couleur blanc crème avec des striures allant du rouge au violet clair.

Ce qui m'a plu dans cette salade, c'est que je l'ai trouvée très décorative. On croirait une rose!


Nous nous sommes aussi laissés tenter par un mélange de fleurs bleues annuelles présenté sous la forme d'un rouleau de 2 mètres de long.


=====================================================
27 mars 2012

De retour à la maison, Roger s'est occupé de placer ce rouleau de graines dans un petit coin de notre jardin.


A plus tard pour vous offrir ces jolies fleurs bleues.... 



=====================================================
11 juin 2012

Comme promis, je partage avec vous ces premières fleurs bleues!



Une nouveauté cette année : Roger et Jacky ont planté des pommes de terre dans une nouvelle motte. C'est un travail en partenariat et donc une récolte à partager!

Nous sommes début mai.... les pommes de terre sont plantées et commencent à pousser. 


Les variétés sont nombreuses et adaptées en fonction de ce que Yolande et moi allons cuisiner!

- SIRTEMA : Variété classique des jardins potagers. Chair assez fine, peu farineuse, jaune. A déguster de préférence en pommes de terre nouvelles. Bonne tenue à la cuisson. Ne noircit pas après cuisson. 
Variété polyvalente en cuisine : frites, vapeur, salades, purée. 

- ROSEVAL : Elle est née en 1950 d'un croisement entre Rosa et Vale. Sa chair est veinée de rose. Sa récolte est tardive. Utilisée en cuisine pour salades, pommes vapeur, gratins et soufflés.  

- SAMBA : Elle est née en 1989 en Bretagne d'un croisement entre Roseval et Baraka. On l'utilise pour les potages, pommes au four, en robe des champs et en purées. Cuite à l'eau ou à la vapeur, elle reste entière car elle a une peau épaisse. Elle supporte très bien le four.

- BINTJE BIO : Elle est née au Pays Bas en 1905. C'est la plus vendue en France. Sa chair farineuse convient pour les potages, les purées et les frites. 


Et les voilà à la mi-juin....

Les pieds de pommes de terre ont bien grandi. Mais qu'est-ce qui pousse entre les rangs de pommes de terre?


Ce sont des pieds de lin pour éviter de voir les plants de pommes de terre anéantis par les doryphores!
En alternant une rangée de pommes de terre et une rangée de lin annuel, on met tous les atouts de son côté pour espérer voir fructifier ses plants sans aucune attaque de ces ravageurs.

Voici une méthode qui ne demande aucun entretien et qui s'avère beaucoup plus facile que d'aller à la chasse aux doryphores.... 

Suivez ce lien pour découvrir le lin en fleurs....


J'ai profité de ma balade à la motte pour prendre en photo les fleurs de pommes de terre.



Voir mises à jour au bas de l'article...

Nous avions un magnifique laurier rose devant la maison.....


Et voilà ce qu'il en reste..... Le froid et le gel de cet hiver ont eu raison de lui....
Les branches et le feuillage avaient desséché. On nous a conseillé de le couper assez court car il se pourrait qu'il puisse repartir du pied. On verra bien, laissons-lui une chance!!!


=================================================

11 juin 2012

Et bien, il a su saisir sa chance et le voilà qui fait de nouvelles pousses! Bonne nouvelle... Bien sûr, il va falloir attendre 3 ou 4 ans avant qu'il soit aussi joli qu'avant. Nous saurons être patients. 



Keiki, c'est quoi?

 13/06/2012
Votre orchidée Phalaenopsis vient de défleurir, vous avez rabattu la hampe florale à 2 ou 3 yeux et surprise, au bout de quelque temps, sur la hampe florale, un bourgeon gonfle. Mais au lieu de produire une fleur, ce sont des feuilles qui se forment..... c'est un "keiki".

"Keiki" signifie "bébé", "enfant" ou "rejeton" en hawaïen. Ce terme s'emploie pour nommer la résurgence d'une nouvelle plante sur la hampe florale défleurie de certaines orchidées. Mais lorsque la nouvelle plante surgit à la base de la plante, on lui donne le nom de "rejet".


L'apparation d'in "keiki" est le résultat d'une surcharge hormonale qui transforme la définition d'aboutissement d'un bourgeon. En lieu et place d'une fleur, on obtient une nouvelle plante. 

La nouvelle plante va petit à petit évoluer et devenir un "clone" de la plante-mère. Si le pied-mère est en pleine forme, on peut laisser le "keiki" se développer sur la tige florale s'il a formé ses propres racines. 
Dans mon cas, le "keiki" n'a pas encore formé de racines. 

Si les racines apparaissent et dès qu'elles auront atteint 5 centimètres, il est possible de séparer le "keiki" pour l'installer dans un pot rempli d'un mélange spécial orchidées.

Conseil : Les racines charnues des orchidées que l'on voit apparaitre sur le pot sont à la fois des supports de fixation, des accumulateurs d'humidité atmosphérique et également des récepteurs des ondes lumières au même titre que le feuillage. Donc, il ne faut pas les enterrer, ni les couper! 



Les pensées plantées à l'automne dernier dans les bacs sur la terrasse commencent à être moins jolies et surtout ne tiendront pas tout l'été. Enfin! si nous avons un été.... car avec toute cette pluie en ce moment, on se pose des questions!

Roger les a transplantées dans des jardinières et dans un vieux chaudron qui se trouve près de la douche extérieure. 


En balade sur le marché de Royan, nous repérons de jolies petites fleurs aux couleurs blanches, roses et violettes. Ce sont des alysses.

Cette espèce annuelle s'appelle "alysse odorante" ou "Lobularia maritima". La corbelle d'or ou d'argent appartient à la même famille mais ce sont des alysses vivaces.


Au coin du barbecue, nos pélargoniums de l'année dernière nous offrent un bouquet de fleurs.



L'année dernière, nous n'avions pas pu manger nos cerises car elles étaient infestées de vers.

Pour en finir avec les cerises vereuses, la seule solution est de faire la chasse aux mouches de la cerise avant qu'elles ne pondent leurs œufs dans les fruits en formation. Lorsque le printemps apparaît, il est donc nécessaire de passer à la pose de pièges à phéromones (hormones sexuelles) directement au cœur des arbres. 

Ils se présentent sous la forme de disques en carton englués que l'on suspend dans les branches des cerisiers. Ces pièges sont écologiques et conviennent à toutes les variétés de cerisiers.


Les cerises sont mûres....


Roger commence à les cueillir et même à les goûter... Le résultat est concluant, elles ne sont pas vereuses!


A midi, nous avons mangé nos premières cerises.


Quel plaisir de récolter ses cerises!



Le chat et l'oiseau

Un village écoute désolé
Le chant d'un oiseau blessé
C'est le seul oiseau du village
Et c'est le seul chat du village
Qui l'a à moitié dévoré
Et l'oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lécher le museau
Et le village fait à l'oiseau
De merveilleuses funérailles

Et le chat qui est invité
Marche derrière le petit cercueil de paille
Où l'oiseau mort est allongé
Porté par une petite fille
Qui n'arrête pas de pleurer
Si j'avais su que cela te fasse tant de peine
Lui dit le chat
Je l'aurais mangé tout entier
Et puis je t'aurais raconté
Que je l'avais vu s'envoler
S'envoler jusqu'au bout du monde
Là-bas c'est tellement loin
Que jamais on n'en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse et des regrets

Il ne faut jamais faire les choses à moitié.

Jacques Prévert




Mais qu'est-ce qui se cache derrière ce massif? Un indice... regardez en haut du poteau en bois....


Et oui, une douche installée par les anciens propriétaires de la maison. Roger a apporté quelques améliorations. A présent, lorsque nous nous rafraîchirons, nous n'aurons plus les pieds dans l'herbe. Un petit coin avec des cailloux et une jolie bordure sera plus pratique.
Nous sommes prêts pour affronter la canicule!



Nos amis, Yolande et Jacky nous ont offert une maison pour les chauves-souris qu'ils ont achetée en Italie lors de leurs vacances.
Je dois vous avouer que je ne savais pas que ce genre d'abri existait! Je me suis donc renseignée sur le net pour savoir comment et où on devait l'accrocher.


J'ai appris que face à la dégradation de leurs habitats, les chauves-souris sont menacées. Et pourtant, elles se nourissent de moucherons, de moustiques, d'insectes et de papillons crépusculaires, jusqu’à 3.000 par nuit.

Un abri pour chauve-souris est indispensable pour la journée et pour l'hivernation, la chauve-souris pouvant vivre 30 ans. Il peut abriter plusieurs chauve-souris.
La maison est à fixer entre 2,5 et 5 mètres du sol, suivant la hauteur du vol des chauves-souris dans notre région. 



Il est conseillé de la placer sur la maison et non dans un arbre car les chauves-souris auront du mal à la repérer et les prédateurs pourront les trouver facilement. L'orientation sud-est est parfaite.

Nous avons donc décidé de l'accrocher sous la bordure du toit à l'avant de la maison car à cet endroit, toutes les conditions sont requises.

Il faut être patients car parfois, il faut attendre 3 ans avant que les chauves-souris élisent domicile dans ce nichoir!  



J'ai aperçu ce petit oiseau depuis ma fenêtre de cuisine. Il s'est agrippé au tronc du pin et restait ainsi. Ce qui m'a intriguée, c'est qu'il ne s'envolait pas. J'ai cru qu'il avait un problème. Alors, je me suis approchée tout doucement pour ne pas l'effrayer et j'ai pu le photographier de tout près. C'est un jeune oiseau car il a encore du duvet sur la tête et le dos!
Puis, je l'ai laissé tranquille tout en le guettant... un petit moment plus tard, il s'est envolé! 

Connaissez-vous son nom?



Roger a découvert ce magnifique papillon au jardin. Il était dans la haie de thuyas et puis, il est venu se poser sur lui. Après quelques recherches, j'ai appris que c'était un grand paon de nuit. C'est le plus grand papillon d'Europe. J'ai posé une allumette à côté pour que vous puissiez vous rendre compte de sa taille!

Il ne vit qu'une semaine environ et comme la plupart des papillons de nuit, il ne s'alimente pas car il ne possède pas de trompe. Sa vie de papillon est de rechercher une partenaire afin d'assurer la pérennité de l'espèce. Il vit dans les vergers et les jardins car sa chenille se nourrit des feuilles d'arbres fruitiers.  


Celui-ci est un mâle car il possède des antennes en forme de peigne. Le grand paon de nuit est une espèce en régression. Il faut en prendre soin si on ne veut pas la voir disparaitre du territoire français.

Il s'est laissé photographier tranquillement comme pour me remercier d'être devenu une vedette l'instant d'un article.... 



Vue du jardin, voici notre terrasse.... l'endroit où nous faisons une pause dans la journée pour décompresser et boire un p'tit coup, l'endroit où nous partageons des moments conviviaux entre amis, l'endroit où nous mangeons en tête-à-tête, ....
Bref, un endroit que j'apprécie car il est à deux pas de ma cuisine et de mon arrière cuisine. Critère que nous avions retenu parmi d'autres pour choisir notre nouvelle maison. 


Approchez-vous pour la découvrir de plus près.... Le salon de jardin est celui que nous avions sur notre terrasse en Lorraine.


C'est mieux sous le soleil, n'est-ce pas Cat? La table est bien grande car nous avons tiré la rallonge centrale qui habituellement était toujours repliée. D'ailleurs, ça se remarque car la couleur est différente....



Au cours de cet hiver, un des pots accrochés au mur était tombé et s'était cassé. Nous avons été obligés d'en acheter des nouveaux. Nous les avons garnis de surfinias.


Entre la porte-fenêtre de la cuisine et celle de la salle-à-manger, nous avons garni ce pot d'un pied d'anthémis jaunes qui va fleurir jusqu'aux gelées.


Dans les bacs que Roger avaient construits l'an passé, nous avons encore des pensées plantées à l'automne. Nous profitons des dernières fleurs puis nous repiquerons des fleurs d'été. 
Nous avons sorti notre citronnier qui a bien supporté l'hiver au frais dans la maison. J'attends encore pour cueillir notre premier citron qu'il soit bien mûr. Il doit tomber tout seul quand on le touche. Les prochains sont déjà en formation.  


Voici le coin barbecue que nous allons certainement réaménager. Nous envisageons peut-être de supprimer le barbecue pour mettre une plancha. C'est encore à l'état de projet....


Les petits oiseaux peuvent venir se désaltérer et Pirate aussi.... Les pélargoniums ont résisté à l'hiver dans le chalet et voilà à nouveau qu'ils refleurissent. Les succulentes nous offrent leurs jolies couleurs.

A une autre fois si nous envisageons nos modifications....



Sous la fenêtre de l'arrière-cuisine, nous avions planté l'an passé notre jardin aromatique. Mais finalement, ce n'était pas une bonne idée car les aromates souffraient de ne pas avoir assez de soleil.
Alors cette année au printemps, nous avons réorganisé cette plate-bande avec des arbustes qui se plaisent à la mi-ombre.  


Au coin, au bord de la terrasse, nous profitons d'un magnifique hortensia planté par les anciens propriétaires. Il a bien supporté l'hiver et commence à fleurir.


Juste à côté, se trouve un piéris "Forest Flame". C'est une variété particulièrement colorée. Sa floraison est en panicules blancs de mars à mai. Il aime la terre de bruyère.


On lui a associé une azalée japonaise qui elle aussi aime les situations ombragées. Elle est appréciée pour sa floraison généreuse en forme d'entonnoirs. Les grappes de fleurs apparaissent avant les feuilles.


Quelques brins de muguet et des primevères terminent de garnir ce petit coin bien sympa!



Après la balade au fond du jardin autour du chalet, je vous emmène admirer nos roses. Les rosiers sont plantés sur le côté de la maison. Roger avait changé les supports fixés au mur car les anciens étaient abimés.


Les rosiers ont dû apprécier car ils nous ont recompensés en nous offrant de jolies roses....






La rose est belle et le temps la flétrit....



Suivez-moi au fond du jardin...


... nous allons voir de plus près les jolies fleurs autour du chalet.


Les oeillets de fleuriste commencent à fleurir. Ce sont les oeillets les plus répandus, ils sont vivaces et forment de très belles plates-bandes. 


Des campanules gantelées dont les semences nous avaient été données par notre amie Geneviève. Les voici en fleurs à présent!


Des verveines accrochées dans des suspensions à chaque coin du chalet...


Le cytise faux ébénier est un arbre au port élégant et étonnant par sa floraison.....



avec d'innombrables grappes de fleurs jaunes qui pendent tout autour. Elles font penser aux fleurs de glycine. Leur nectar est un appel aux butineurs!


Que vois-je derrière le chalet? Roger a préparé du purin d'ortie fort utile au potager comme au jardin d'ornement. C'est un bon engrais naturel grâce à sa richesse en sels minéraux mais c'est aussi un antiparasite contre les maladies cryptogamiques (champignons, algues, lichens) et les pucerons.
Cela évite d'utiliser des produits chimiques....  

Bonne journée à vous et à une autre fois pour découvrir un autre petit coin du jardin!



L'oseille se développe très bien à l'état sauvage ou aux côtés des aromatiques avec lesquelles elle fait bon ménage et même en compagnie de son cousin, l'épinard!

De la famille des polygonacées, cette plante potagère qui tire son nom du latin "acidulus", eut un franc succès au Moyen-Âge où les saveurs aîgres et amères flattaient volontiers les papilles.


Un goût qui ne plaît pas toujours, mais qui s'accorde très bien avec les poissons gras comme le saumon ou avec les oeufs, par exemple. 
Finement ciselée dans un mesclun, parsemée dans une tarte au chèvre ou fanfaronnant dans un sauté d'agneau, elle apporte une fraîcheur acidulée. 
En prévision de mes futures recettes, j'ai congelé l'oseille du jardin : 4 sachets de 35g chacun. 

Quelques unes de mes recettes publiées :

- Comment congeler l'oseille?
- Pavés de saumon à l'oseille
-
Velouté à l'oseille(recette n°1)
- Velouté à l'oseille (recette n°2)
- Velouté d'oseille à la banane
- Lapin à l'oseille



Lors de notre séjour à Jard-sur-Mer en septembre 2011 (lien vers article), Pom et Doudou avaient offert des semences à Roger et en particulier des radis National 2.


Roger a semé les radis dans ses couches et depuis début avril, nous en mangeons.

Ce radis National est un radis rond d’un diamètre de 2,5 cm. Il est rouge carmin (2/3 supérieur) à bout blanc (1/3 inférieur). Sa chair est ferme et très blanche. Il est très savoureux.
C’est une variété peu sensible au creusement et à croissance rapide, qui de plus, possède une bonne résistance aux maladies et parasites.

Nous ne connaissions pas cette variété. Habituellement, Roger semait toujours des radis "18 jours". Merci Pom et Doudou car ces radis "National 2" sont vraiment délicieux.




Connaissez-vous la chayotte? Moi de nom, mais je n'en avais jamais vu en réalité. Et puis, voilà que Roger en a rapporté une à la maison. C'est sa copine, Marcelle, une gentille mémé de notre village, âgée de plus de 80 ans qui lui a donnée.... Je partage avec quelques infos que j'ai trouvée sur le net pour nous documenter.

Communément appelée Christophine aux Antilles, en souvenir de Christophe Colomb, Chouchou sur l’île de  la Réunion, la chayotte est une vivace grimpante prolifique de la famille des cucurbitacées comme la courgette ou le concombre.

La chayotte ne contient qu’une graine par fruit. Ce n’est pas cette graine qui se plante mais le légume entier.

Dès février, on peut planter la chayotte au chaud sous abri dans un grand pot rempli d’un mélange de terreau et de compost. Il faut l'enterrer à plat en laissant à l‘air libre la moitié supérieure.
Après les saints de glace, en mai, il faut la repiquer en pleine terre dans le Sud de la France. Dans le Nord, sa culture sous serre est préférable. Elle fructifiera alors plus sûrement.

Rapidement, la chayotte émet des vrilles qui vont s'agripper à un treillage. Ses pousses pouvant atteindre 5 mètres de long, il ne faut pas faire l’impasse sur la solidité de la treille qu’il vaut mieux installer avant la plantation. Elle demande peu d'entretien : juste palisser ses tiges et l'arroser régulièrement et copieusement.

La fructification intervient en fin d’été. Les fruits se consomment de préférence dans les 5 jours après la cueillette. Ils sont riches en vitamines B et C et, comme la courgette, la chayotte est un légume diurétique.
Si vous ne deviez pas les consommer rapidement, sachez cependant que les chayottes  se conservent très bien plusieurs semaines dans un local frais et aéré. 

Comment cuisiner la chayotte
?

La chayotte se consomme crue ou cuite; il est préférable de la peler. J'ai lu un truc intéressant à ce propos. Je vous le tranmets.
Il faut toujours peler les chayottes les mains mouillées dans un récipient rempli d'eau pour éviter que les mains restent collantes et verdâtres. Ensuite, il faut les couper en suivant le sens des tranches.

Crue
, la chayotte se mange râpée ou en petits dés, en vinaigrette. Sa chair est tendre et craquante.

Cuite
, la chayotte doit être préalablement épluchée, après avoir enlevé le coeur, puis coupée en gros dés avant de la cuire à la vapeur ou dans l'eau. Elle aura la consistance du navet.
On la prépare aussi en purée, gratin, risotto, daube, cari, rougaille, ratatouille au lard et lait de coco, en soufflé, soupes et potages, coupée en deux pour la farcir et la cuire au four, mais aussi sucrée dans les gâteaux ou des confitures.

Les meilleures associations sont la tomate, l'ail, l'oignon, le poivron, les viandes, volailles, poissons, le beurre, crème, fromage, lait de coco.

Je fais confiance à mon "jardinier préféré".. je suis sûre que la récolte va être bonne et que j'aurai la chance de partager plein de nouvelles recettes avec vous!




Les rosiers grimpants qui se trouvent sur le côté de la maison ont la même chance que la clématite.... ils ont de nouveaux supports et pas de jaloux.... ce sont les mêmes!


Le jardinier remballe le matériel, le travail doit être terminé...


Les rosiers n'ont plus qu'à bien se tenir....



Le mois de mars s'est terminé avec une vraie percée du printemps.   Les pommiers, les cerisiers, les forsythias, les groseilliers à fleurs signent enfin l'installation sérieuse des beaux jours.


Les narcisses, les tulipes de toutes les couleurs....


les pensées, les muscaris, les jacinthes occupent le devant de la scène.


"En avril, ne te découvre pas d'un fil"... N'oublions pas ce vieil adage qui est aussi valable pour nos chères plantes à fleurs. Patientons encore pour sortir nos jardinières d'été.

Le dicton du mois d'avril : "Avril fait la fleur, Mai en a l'honneur". 





Aujourd'hui, les températures tournaient autour de 23 à 25°.... incroyable pour un mois de mars... Roger en a profité pour tondre la pelouse. Ce n'est pas au goût de Pirate car ça fait du bruit... Alors Monsieur se sauve en empruntant les pas japonais....


Il part se cacher sous les thuyas mais finalement, il est plus tranquille sur le canapé du salon....  


Allez! suivez-moi, on part découvrir tout ce qui pousse et fleurit au jardin.... 
Au fond du jardin, le prunus et le magnolia sont en fleurs.





En revanche, nous sommes très inquiets pour notre mimosa. Il était presque prêt à fleurir au moment où nous avons subi de forte gelées... Nous avons bien peur qu'il soit mort.... Pour le moment, nous allons attendre jusqu'au prochain printemps avant de faire quelque chose! Notre voisine en a un aussi dans le même état....


Quelques fleurs de-ci de-là...


Côté semis, ça pousse.... Les radis et la salade Batavia ont levé.


Roger a repiqué dans ses bacs une touffe de thym et de romarin. Nous avons changé de place notre jardin aromatique. L'endroit où il était placé précédemment, était trop à l'ombre. 
Les fraises gariguettes commencent à fleurir. Le persil repart après les gelées qu'il a subies.


Roger a commencé ses semis. Les pieds de courges de Siam sont déjà forts. Quant au reste (tomate jaune, tomate saint-Pierre, courge spaghetti, potiron), on va guetter la levée....   





Samedi après-midi, Roger a bricolé au jardin. Il a posé des pas japonais pour nous permettre d'aller de la terrasse jusqu'au devant de la maison.   


Voici la technique utilisée :

- Disposer les dalles sur le sol en respectant une distance d'environ 60 centimètres de milieu à milieu de chaque dalle pour assurer un bon confort de marche.
- Prendre du recul pour apprécier le résultat et tester en marchant pour voir si vous évoluez aisément.
- Une fois les emplacements déterminés, découper le gazon en suivant le contour de la dalle.
- Décaisser sur toute la hauteur de la dalle. Les dalles doivent être à fleur de sol pour permettre le passage de la tondeuse.
- Poser la dalle dans le trou. Tapoter pour ne pas qu'elle dépasse du sol. 


Et voilà! c'est terminé. Pirate vient superviser le travail de son maître...



Le support mural de la clématite avait souffert des affres du temps. Certains croisillons en plastique n'étaient plus maintenus car les vis étaient parties. 


Dans toutes les grandes surfaces et jardineries, le rayon jardinage commence à s'installer. Nous en avons profité pour acheter un nouveau support à la clématite. Roger l'a installé samedi après-midi. A présent, elle peut pousser parmi les papillons!



L'aillet est un légume-condiment très apprécié dans notre région. Il ne faut pas le confondre avec l'oignon vert ou cébette car leurs goûts sont différents.
C'est un légume tige ou jeune pousse d'ail d'environ 3 mois de 20 centimètres de haut qui ressemble à un mini-poireau et dont le bulbe n'est pas encore formé. 

Dans notre région, sa consommation est universelle. Il est tellement considéré comme de première nécessité que lors d'une saisie, le coin de jardin réservé à sa culture est réputé insasissable..... La récolte se fait de décembre à avril. 

Il se conserve une semaine au réfrigérateur dans un sachet plastique après lui avoir enlévé les feuilles fanées.  

L'aillet se consomme cru en salade ou cuit poêlé en omelettes, avec des pâtes, dans des gratins. Son goût est proche de l'ail mais en moins prononcé.
Suivez ce lien pour connaitre ma recette d'omelette à l'aillet.

Pour le côté humoristique... il paraît que c'est aussi excellent pour "la gueule de bois"....
Un brin d'aillet au petit déjeuner
Et la gueule de bois est terminée!!!


L'aillet à la motte..... Roger en a repiqué 2 lignes.



Lors de nos dernières courses, nous nous sommes laissés tenter et nous avons acheté un citronnier ou si vous préférez en latin, "citrus limon".
Le prix était attractif par rapport à tous ceux que nous avions vus en jardinerie... alors nous avons craqué!


Le citronnier est un agrume originaire des Indes. Il résiste à des températures allant jusqu'à -5°.

Son feuillage se compose de grandes feuilles parfumées et les nouvelles pousses sont violacées. 
Les fleurs sont très jolies d'un blanc rosé et aussi très parfumées. 


En été, une exposition ensoleillée lui convient parfaitement. Il faut l'arroser dès que la terre est sèche mais sans inonder le pot.

Le citronnier n'est pas une plante d'intérieur mais en hiver, il faut le rentrer dans une pièce fraîche, par exemple une serre non chauffée mais dans laquelle la température ne descend pas trop. 

La récolte des citrons s'effectue de novembre à mars. Il faut les cueillir dès qu'ils se détachent facilement de la branche.

Aucune taille n'est nécessaire mais il va vite prendre de l'ampleur. Donc en pot, il est préférable de contrôler sa croissance en le taillant régulièrement.

Quant au rempotage, il s'effectue au printemps, tous les 2 à 3 ans dans un terreau de qualité spécial agrumes.



En passant chez le buraliste de notre village, Roger s'est fait plaisir.... il s'est acheté deux revues RUSTICA.

La première est un numéro "Spécial lune".   

Dans ce numéro spécial, dix pages détaillées sont consacrées aux semis, plantations, tailles, boutures, greffes. Autant de gestes essentiels dont la réussite sera optimisée s’ils sont effectués aux bonnes périodes.
 
Le calendrier qui l’accompagne, indique jour après jour, mois après mois, ce qu’il faut faire pour obtenir le meilleur de la lune. Ainsi guidés, vous pourrez constater, au potager, au verger comme au jardin d’ornement, de bons résultats. 

Ce numéro sera en vente jusqu'au 13 mars au prix de 3,90€.


La deuxième revue est "Rustica Pratique" qui aborde les thèmes suivants :

Un potager santé avec le calendrier des semis de février à avril et des fiches explicatives sur certains légumes. 


- Une cuisine saine et fraîche avec des recettes originales accompagnées des conseils d'une diététicienne gourmande.


- Les plantes de la maison pour réenchanter notre intérieur avec des plantes nouvelles, surprenantes et faciles à vivre.


- Un jardin tout en fleurs avec des articles sur des rosiers prometteurs ou comment organiser des massifs clé en main. 


- Un petit coin sauvage qui nous apprend à reconnaitre les papillons et à semer une prairie fleurie....
Cette revue est en vente au pris de 5,90€. Elle paraît à chaque saison.


Nous avons butiné les textes et les images et avons été conquis. Nous nous sommes abonnés pour découvrir saison après saison, un art de vivre simple et près de la nature.



La neige était annoncée pour dimanche... Alors samedi après-midi, nous sommes vite allés faire un tour à la motte.

Désolation... les fèves sont grillées par le gel! Roger sera obligé d'en resemer au printemps.  


Dur dur pour arracher quelques poireaux. La tere est bien gelée! Mais il m'en faut car en ce moment, les soupes sont les bienvenues....  


L'ail et les artichauts résistent. Quant aux céleris, ils sont un peu "ramolos"....


Pas question de faire la pause.... le ruisseau et la réserve d'eau sont gelés! 


Nous rentrons vite à la maison boire un thé!



A chaque légume, son étiquette.....

Regardez comme Roger est appliqué!!! il est plein de bonnes idées...
Sur des chutes de bois, il inscrit le nom des légumes qu'il va planter à la motte dans le but d'en faire des étiquettes. 


Comme la pluie ou le soleil effacent les noms sur les étiquettes en plastique, ils les gravent sur le bois à la pyrogravure.  


L'opération suivante est le découpage du bois à la scie à chantourner pour donner forme aux étiquettes.


Les étiquettes sont prêtes à être poncées et vernies.


Roger est prêt pour aller semer. Nous attendons le printemps! 



Entre deux rafales de vent et deux averses, Roger est parti faire un tour à la motte. C'est qu'il y a encore de quoi récolter! la preuve.... 

Choux de Bruxelles, chou rouge et persil.....


sans oublier, les carottes, le céleri rave, les salades et les poireaux....

Excellent tous ces légumes pour faire une soupe "détox" après les ripailles des fêtes!!!! 



Lors de mes dernières courses à Lidl, je me suis fait plaisir en m'offrant ce schlumbergera qui est souvent appelé "cactus de Noël". Je n'ai pas grévé mon budget car au prix où il était vendu..... 1€50!!!!!

C'est une plante d'intérieur qui est originaire des régions montagneuses brésiliennes. De ce fait, elle est insensible aux maladies.   
Elle doit son nom à Frédéric Schlumberger qui est un français, collectionneur de cactus. 


Pendant sa floraison, il aime les endroits éclairés, un arrosage régulier avec de petites quantités d'eau. Après sa longue floraison, il a besoin d'une période de repos. Il faut moins l'arroser. 

Je ne regrette pas ma petite folie... car ce cactus de Noël va apporter une touche colorée à mon intérieur. Et en plus, il fait partie des plantes dépolluantes de la maison! Donc, ne pas s'en priver!   



Nadou du blog "Cuisinette" avait lancé un défi.... Voici le lien vers son article.

Il s'agissait de réaliser une composition florale avec une courge. Je vous soumets ma composition. Elle est sans prétention....

J'ai évidé délicatement la partie "boule" qui se trouve au bout de la courge longue de Nice. Pour l'assécher, j'ai froissé du papier journal que j'ai déposé dans la courge pendant quelques jours.
J'ai découpé de la mousse florale et après l'avoir mouillée, je l'ai introduite dans la courge.


Je suis allée faire un petit tour dans la nature pour glâner un peu de déco que j'ai piquée dans la mousse florale. 

Voici le résultat!




Dimanche, Annie et Jean sont venus manger à la maison. Ma petite déco a trôné sur la table.....





Les bacs de la terrasse ont été nettoyés pour accueillir des pensées, ces incontournables fleurs d'automne et d'hiver.





En balade à Saintes cette semaine, nous nous sommes arrêtés à la jardinerie Gam Vert. C'est bizarre... mais à chaque fois que nous rentrons dans ce genre de magasin, nous trouvons toujours quelque chose à acheter pour notre jardin....

Cette année, nous avions semé des capucines qui grimpaient sur des treillis dans la plate-bande le long de l'entrée de garage (voir lien vers article). 
Et bien l'année prochaine, nous espérons cueillir des mûres car nous avons acheté deux fruitiers "mûre géante des jardin" sans épine.  

Cette mûre est une amélioration de la mûre sauvage. Elle est très productive et donne de gros fruits de la fin juillet jusqu'à la mi-septembre.



Comme son nom l'indique, le chou de Bruxelles est un chou originaire de Belgique. Au milieu du XVIIème siècle, les habitants de Saint-Gilles, commune de Bruxelles, créent un nouvel hybride du chou qui se cultivait verticalement et occupait donc moins de place suite à une augmention accélérée de la démographie bruxelloise. Cette culture devint intensive et valut aux habitants de Saint-Gilles, le surnom de "coupeurs de choux"..... (Source Wikipédia).

Ce qui est assez original, c'est sa façon de se développer. En effet, il pousse en formant des petites pommes le long de la tige. Il faut toujours commencer par le bas de la tige lors de la cueillette des choux de Bruxelles.


Roger m'a aidée à les nettoyer en enlevant les feuilles extérieures flétries. Il faut veiller à couper légèrement le trognon pour éviter que les feuilles se détachent.  


J'ai gardé une partie de la récolte pour le repas de midi et j'ai congelé le reste : 3 sachets de chacun 400g.

Pour congeler les choux de Bruxelles :

Il faut tout d'abord les plonger pendant 15 minutes dans de l'eau vinaigrée pour le cas où ils renfermeraient des insectes. 
Pendant ce temps, faites bouillir une grande quantité d'eau. Les blanchir pendant 3 à 5 minutes selon la taille, bien les égoutter et les sécher.
Vous pouvez les mettre en sachets.



Je surveillais car je savais que c'était à cette période qu'il était probable de les revoir s'attaquer à notre pin! Et bien, ça y est, elles ont commencé à oeuvrer....

Les oeufs groupés sont déposés vers le milieu de l'été sous forme de manchons qui entourent deux ou plusieurs aiguilles de pin.  

Au cours de l'automne, elles tissent en commun un nid soyeux blanc comme vous le voyez sur ma photo.



Les chenilles, groupées en colonies, s'alimentent et poursuivent leur développement pendant l'automne et l'hiver. Il est donc urgent d'agir....

Sinon à la fin de l'hiver ou au début du printemps, au terme de leur développement, elles quittent les nids en procession et descendent s'enfouir dans le sol à une profondeur de 5 à 20 cm.

Roger va couper les bouts de bra