Les blogs
du village
Variété culinaire

Variété culinaire

Le plaisir de découvrir de nouveaux goûts

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 665 298
Nombre de commentaires : 122
Nombre d'articles : 126
Dernière màj le 11/05/2012
Blog créé le 10/07/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

La Ferme de Turnac

 31/08/2008
Si vous êtes dans le Périgord et que vous souhaitez visiter un élevage d'oies et voir la fabrication du foie gras, je vous conseille la ferme de Turnac.

La visite est très intéressante et on y apprend tout le processus : de la naissance, à la conserverie, en passant par le gavage. Dans notre groupe, les enfants ont même pu tenir dans poussins dans leurs mains. Les adultes aussi mais ça c'est plus mal terminée, un poussin ayant fait ses besoins dans les mains qui l'accueillaient.

La visite est payante (3€) mais il y a un petit buffet de dégustation à la fin. Nous avons été un peu déçu par le buffet car il n'y a que du fois gras d'oie et aucun des autres produits de la ferme, à part les noix bien sûr.



Le gavage des oies

 31/08/2008
Nous avons visité la ferme de Turnac, près de Domme dans le Périgord.

Nous y avons vus des oies de différents âges : 6 jours, 1 mois, 4mois... et avons eu beaucoup d'explications sur l'élevage. Ainsi nous savons que les oies sont gavées à partir du 4ème mois, et que les oies servant de reproductrices vivront jusqu'à l'âge de 7ans.

Durant cette visite, nous avons également eu une démonstration de gavage. Sur la vidéo, le gavage dure 1min avec des grains de maïs entier. Mais en dehors des démonstrations, les oies sont gavées en 3s avec une machine qui broie le maïs et l'insère directement dans le gésier.


Nous avons récemment visité un moulin : le moulin de la Tour. Situé à St Nathalène, dans le Périgord, ce moulin fabrique de l'huile de noix.

Nous avons pu voir toutes les étapes de la fabrications et en profiter pour faire le plein de bonne huile.

On nous a également appris que l'huile de noix ne se conservait qu'un an après ouverture et qu'il fallait la mettre au frigidaire. En effet cette huile craindrait fortement les UV.

Ce petit film vous montrera les différentes étapes de la fabrication, mais si vous souhaitez plus de détails, je vous conseille de visiter le site du moulin qui est très bien documenté.


Les vins du Beaujolais

 25/08/2008
Nous avons récemment fait une petite excursion dans le pays du Beaujolais et nous en avons profité pour visiter une cave et goûter le vin de la région.
Disons le franchement, nous n'étions pas particulièrement enthousiasmes à l'idée de visiter une cave du Beaujolais. Non pas que l'idée de visiter une cave nous déplaise, mais plutôt que notre connaissance de ces vins se limitait aux Beaujolais nouveaux, que nous n'aimons guère.

Et puis il faut croire que nous sommes particulièrement bien tombés en visitant le domaine du "Point du Jour". Notre hôtesse était particulièrement agréable et nous a appris beaucoup de chose.

Premièrement, certains viticoles de la région sont les premiers à regretter toutes cette publicité faite par le Beaujolais Nouveau car ce vin primeur cache dorénavant à tous la qualité de ces grands crus.

Cette publicité est telle que rares sont les restaurants de la région Lyonnaise à présenter des Beaujolais sur leur carte, souvent remplacés par des Côtes du Rhone. La situation est telle que pour le domaine du "Point du Jour", notre hôtesse a tout simplement retirée l'appellation Beaujolais de ses étiquettes, afin qu'ils se vendent mieux.

Nous avons donc goûté deux crus : le Fleurie et le Morgon et nous avons pu apprécier ces deux vins très différents : légé et fruité pour le Fleurie, puissant pour le Morgon.

Cette visite nous a permi de nous débarasser de nos préjugés sur les vins du Beaujolais et je vous encourage à prendre le temps d'une dégustation pour vous convaincre également de la qualité de ces produits.


Et voila, les vacances sont finis.

La photo suivante est un petit bilan de notre semaine passée dans le Périgord. Comme on peut le constater, nous avons fait le plein de bonnes choses :)

J'ai également matière à faire plusieurs articles intéressants sur les visites que nous avons particulièrement appréciées durant notre séjour.



La distillerie Guy

 11/07/2007
Après notre petite excursion à la miellerie, nous avons envie de voir se qu'il y avait d'autre à visiter dans la région de Pontarlier.
Nous avons découvert que Pontarlier avait été la capitale française de l'absinthe.

En effet, l'absinthe à été inventé à 30km de Pontarlier, en Suisse. C'est pour éviter la douane que le major Dubied vient installer son laboratoire à Pontarlier en 1805. Il y fabrique alors 30 litres par jours.

En 1913, on pouvait compter 25 distilleries qui fabriquaient de l'absinthe à Pontarlier, pour une production journalière de 55000 litres.

Mais l'absinthe fut accusée de rendre fou. C'est pourquoi en 1915 elle fut interdite. Depuis 2001, la fabrication et la vente d'absinthe est de nouveau autorisé en France, cependant elle est commercialisé avec un degré d'alcool beaucoup plus raisonnable qu'avant . En effet, avant 1915, l'absinthe faisait entre 65 et 72°.

C'est donc à Pontarlier que nous avons pû visiter la distillerie Guy. Petit établissement où nous n'avons pas vu plus de 5 employées et ou une partie du collage des étiquettes se fait encore à la main.

A la fin de la visite, c'est apéro qratuit et à volonté. Enfin je veux dire dégustation, mais sans limites. J'ai ainsi pû gouter le sirop de sapin (et oui, ma nièce était avec moi, et à 7 ans, on boit du sirop), un goût sympathique et qui change un peu.

Ensuite Aurélie à pris une petite pêche de vigne. Vraiment succulente, sucré et très aromatisée, le compagnon idéal d'une salade de fruit ou à déposer en filet sur une glace rhum/raisin.

La distillerie fabrique aussi un alcool de gentiane, qu'ils nomment la ciane et qui à un goût plus typé/terroir que la Suze.

Enfin, on a fini notre petite dégustation par l'absinthe, bah oui quand même. Alors au risque de me faire lyncher par tous les habitants du Sud (mes amis d'avignon se reconnaîtront), ça a quand même beaucoup le goût de pastis.

Bon rassurez vous, même si j'ai bien dégusté, et que le coffre de la voiture contenait suffisamment de bouteilles pour qu'on se demande si la gendarmerie n'aurais pas quelques chose à redire, c'est pas moi qui ait conduit au retour, c'est Aurélie ^^


Remplir de glaçons le bocal de la fontaine, couvrir d'eau. Verser une dose apéritif aux extraits d'Absinthe de la Distillerie Guy.
Placer la cuillère en équilibre sur les rebords du verre.
Déposer un demi sucre sur la cuillère.
Ouvrir délicatement le robinet afin de faire tomber au goutte à goutte l'eau sur le sucre (une goutte à la seconde).
Après dissolution du sucre, remuer légèrement à l'aide de la cuillère. Votre apéritif est prêt à être consommé.



Le Comté

 11/07/2007
Depuis qu'Aurélie habite le Jura, j'ai beaucoup appris concernant le fromage, et plus particulièrement ce fromage typiquement jurassien, le Comté.
Un petit peu d'histoire : le comté est l'un des plus vieux AOC de France. Pour pouvoir faire du comté, le lait doit exclusivement provenir de vaches de race Montbéliarde ou pie rouge. Ces vaches doivent paitrent dans une zone géographique limité qui s'étant sur le Jura, le Doubs et l'Ain.

J'ai découvert au comté plusieurs particularités : tout d'abord sa couleur. Elle va du jaune pâle au brun en fonction de la saison. En effet, la couleur dépend directement de l'alimentation des vaches. En hivers, les vaches se nourrissant exclusivement de fourrage, la couleur du comté se fait plus claire.

En fonction du temps d'affinage on retrouve 3 catégories de Comté : le jeune, le fruité et le vieux. Le goût étant de plus en plus fort en fonction du vieillissement.

Petite anecdote amusante, j'ai visité une fromagerie et une cave d'affinage et j'y ai entendu 2 discours radicalement opposés concernant le vieillisement des meules : dans la fromagerie, le fromager nous à affirmer que le compté vieux n'était déjà plus un bon fromage, le comté devant se consommé après un vieillisement de 18 mois maximum. Ensuite, celui-ci prendrait un goût trop salé pour que nous puissions en apprécier toutes les richesses.
Dans la cave d'affinage, on nous a affirmé qu'un comté qu'on laissait vieillir était meilleur et qu'il ne serait pas plus salé que le sel qui est régulièrement appliqué ne pénétrait pas le fromage et ne faisait que renforcer la croûte.

Si certain on un avis sur la question, je serais intéressé par leurs commentaires.


Le Miel

 11/07/2007
Visite d'une miellerie
Si vous passé à côté  de Pontarlier, je vous conseille de faire un petit tour par la miellerie d'Aubonne.

Vous y trouverez bien sûr des produits artisanales mais franchement, leur miel est assez quelconque. D'après Aurélie, leur miel de sapin est même trop sucrée (et Aurélie, on la trompe pas sur le miel de sapin, faut savoir qu'elle possède des ruches ^^).

Pour ma part, j'ai goûté le Mélomel : le Mélomel est un chouchen aromatisé au fruit. Là c'était du mélomel à la framboise : je cherche encore le goût de la framboise. Comble du ridicule, j'ai pas vu de pain d'épices :'(

Donc bon, les produits ne sont pas extraordinaires, mais si je vous en parle, c'est qu'en plus de la boutique, il y a un musée assez sympathique, bien illustré, commenté... On y apprend pas mal de choses sur les abeilles bien sûr, sur les différents types de ruche, l'évolution du travail de l'apiculteur...

Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est que l'on peut observer des ruches en activité : certaines sont sous forme de 2 vitres à l'intérieure desquelles on peut observer les abeilles, et il y a même une ruche naturelle (c'est à dire une ruche faite par les abeilles sans l'aide de l'homme) en activité derrière une vitrine.


Cave d'affinage

 10/07/2007
Photo de la cave d'affinage du fort des Rousses que nous avons visité.
De nos jour, c'est un robot qui passe dans les rayons nettoyer et retourner les meules.

L'eau par terre est volontaire : ce n'est pas une fuite, c'est pour maintenir un certain taux d'humidité dans la cave.



Le bison

 10/07/2007
En visitant "La ferme aux Aurochs" pour faire plaisir à ma nièce, nous avons eu la chance de pouvoir acheter de la viande de bison.
Nous avons en effet découvert un endroit plutôt sympa : la ferme aux Aurochs. Cet endroit, plutôt adapté aux gamins, est composé de 3 parties :
 - une ferme traditionnel où on peut toucher à tous les animaux : cochons, lapin et autres chèvres
 - un petit parcours d'accro-branches pour les plus jeunes
 - 3 zones où paissent des England Cattle, Aurochs et Bisons.

Le petit plus, c'est que la ferme fait aussi restaurant et propose, en fonction de leurs abattages, de produits à base de viande de bison. Nous avons ainsi pû acheter un saucisson de bison et une terrrine.

J'avais déjà vu des terrines de bison en tant que produit régional canadien, mais je n'avais pas encire eu l'occasion d'y goûter. Il faut avouer que le goût était léger et un peu sucré. Une terrine qui fût bonne mais pas inoubliable.

Par contre, le saucisson avait lui un goût un peu fort, bien typé. Cela change radicalement des saucissons de porc que nous connaissons. De plus, il est beaucoup plus sec : on trouve trop souvent aujourd'hui, des saucissons trop gras et mou.

Enfin, durant notre visite, nous avons pû apprendre que la viande de bison serait 10 fois moins grasse que le boeuf et contiendrait 2 fois plus de protéine. Quelqu'un a-t-il une source pour affirmer cette information ?


 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :