Les blogs
du village
Variété culinaire

Variété culinaire

Le plaisir de découvrir de nouveaux goûts

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 665 923
Nombre de commentaires : 122
Nombre d'articles : 126
Dernière màj le 11/05/2012
Blog créé le 10/07/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

16/06/2010 - On se sucre le bec

 18/06/2010

Pour changer nous nous sommes réveillés au chaud aujourd’hui, très au chaud. En fait, on suffoquait dans la tente, donc nous sommes sorties assez tôt. Mais ce n’était pas grave car nous avions prévu la visite d’une cabane à sucre qui commençait à 9h14. A la question, pourquoi un horaire si bizarre, notre guide nous a répondu que ça intriguait les visiteurs et qu’ainsi, ils étaient à l’heure. La saison touristique n’étant pas très avancée, nous nous sommes retrouvés à quatre visiteurs. Quatre français pour être plus précis.

 

Notre guide est exploitant de l’érablière depuis quatre ans maintenant (il a 19 ans !!!), et nous a, non sans humour, détaillé toutes les étapes de la fabrication du sirop d’érable. Nous avons ainsi appris que les Québecquois tenaient la recette des indiens, qui eux même la tenaient des écureuils. Nous savons maintenant que le sirop d’érable est obtenu à partir de l’eau d’érable les lendemains de dégel, et qu’il faut 40L d’eau d’érable à évaporer en 2H, pour obtenir 1L de sirop d’érable. Plus le sirop est cuit rapidement, meilleur il est. Ce sont les sirops les plus clairs qui sont cuits les plus rapidement, les autres sont bruns car le sucre à commencé à caraméliser.



Suite à la visite, nous avons eu droit à une dégustation, et nous avons découvert deux produits que nous ne connaissions pas : la gelée d’érable et le caramel d’érable. Ces deux produits étant fait avec une base de sirop d’érable, il va dire qu’ils sont tous les deux délicieux. Bien sûr, nous ne sommes pas repartis les mains vides, nous avons acheté plusieurs produits, dont une petite bouteille d’un litre de sirop d’érable !



Avant de partir, nous avons demandé à l’accueil du camping les prévisions météo. Averses prévues dans la nuit. Aïe, avec notre tente actuelle, la nuit va être humide. Nous sommes donc partie en quête d’une nouvelle tente pour pouvoir continuer notre périple. Après nous être vu interdire l’entrée d’un «Wholesale» parce quue nous n’avions pas de carte de membres, nous sommes allés dans un «Maxi». Heureuse surprise, ça ressemble à une grande surface de chez nous, avec les mêmes rayons. Nous avons trouvé dans le rayon saisonnier, des tentes. Nous nous emparons alors de la plus petite à 59$, avec tout de même une interrogation : elle est annoncée 4 places sur le sac, et 3 sur l’étiquette. Et ce n’est pas les dimensions en pied qui nous aident à y voir plus clair.

 

Nous nous rendons ensuite dans un village Huron, afin d’en apprendre un peu plus sur cette civilisation.



La visite était vraiment très intéressante. Il est amusant d’avoir le point de vue d’une civilisation amérindienne sur l’histoire de Québec, en plus de la version québecquoise. Nous avons ainsi découvert leur mode de vie : communauté matriarcale, grandes maisons familiales, peuple d’agriculteurs, croyances et médecine. Nous avons également appris qu’à l’arrivé des colonisateurs, les hurons étaient 25000. Puis le nombre d’individus s’est réduit à 300. Ils se sont alors déplacés dans la région de Québec.



Mais nous n’avons pas seulement appris sur le peuple huron. En effet, une partie du village est consacrée aux autres peuples amérindiens, comme les inuits. Une partie du village expose également la place de ses peuples dans la civilisation canadienne actuelle. 



Après la visite, petit passage par la boutique de souvenirs, où nous avons trouvé un beau livre sur la cuisine huronne. Très bien fait, il donne des suggestions d’équivalence pour les viandes, comme remplacer le bison par du boeuf. Nous avons hâte de pouvoir essayer tout ça !



Nous avons ensuite repris la voiture pour nous diriger vers la région de Charlevoix afin de poser notre nouvelle tente dans un nouveau camping. Alors à la question 3 ou 4 places pour la nouvelle tente, la réponse est : plutôt 4. Du coup l’ancienne tente ne finira pas le voyage avec nous, mais plutôt dans une poubelle.




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :