Les blogs
du village
Variété culinaire

Variété culinaire

Le plaisir de découvrir de nouveaux goûts

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 648 320
Nombre de commentaires : 122
Nombre d'articles : 126
Dernière màj le 11/05/2012
Blog créé le 10/07/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

27/06/2010 - Fin du voyage

 15/08/2010

Dernier jour de notre voyage. Il nous faut préparer les valises avant de partir, et surtout les équilibrer pour que les litres de sirop d’érable achetés ces derniers jours rentre dedans. Une fois ce premier travail réalisé, un autre nous attends : écrire les cartes postales. Il nous en reste encore une vingtaine à faire, et l’inspiration n’est pas toujours facile. Nous quittons ensuite notre chambre, mais en laissant nos valises dans le hall de l’hôtel car nous ne voulons pas les emmener avec nous toute la journée.

 

Nous partons ensuite en direction du biodome, sorte de zoo à Montréal. Mais manque de chance pour nous, actuellement des mouvements sociaux nous empêche de la visiter.



Bon ce n’est pas grave, cela nous permet tout de même d’admirer le stade olympique qui se trouve à proximité et qui est une des fiertés montréalaise.



Si le biodome n’est pas accessible, il est tout de même annoncé que le planétarium est ouvert. Nous reprenons donc le métro pour nous y rendre. En ce moment il y a un programme spécial sur Saturne et ses anneaux, ce qui semble très intéressant. Dans le planétarium, sont exposés en ce moment tous les projets qui ont fait l’objet du concours pour la construction d’une nouvelle structure. En effet le planétarium actuel va fermer ses portes pour déménager à côté du stade olympique et du biodome. Plusieurs projets sont assez laids, et le gagnant est sans doute celui qui était le plus joli à nos yeux.

 

Après nos découvertes sur Saturne et ses anneaux, nous nous dirigeons vers le vieux Montréal. Nous passons une partie de la journée à flâner dans les vieilles rues remplies de restaurants, de boutiques de souvenirs et de calèches, ainsi que sur le port. Le coin est plus touristique qu’historique, et après avoir mangé notre crème glacée, nous déclarons que nous en avons déjà fait le tour.



Petit tour rapide vers le quartier asiatique, et nous retournons à l’hôtel récupérer nos bagages.



Nous avons voulu reprendre le bus express pour l’aéroport à l’endroit où nous étions descendu, trois jours auparavant, mais impossible de trouver l’arrêt. Après avoir demandé à un chauffeur qui nous a indiqué le bas de la rue, nous descendons péniblement avec toutes nos valises, avant de se rendre compte que l’arrêt indiqué ne correspond pas. Nous voyons alors un des express qui s’arrête à un feu à côté de nous. Celui-ci refuse de nous faire monter, et à la question «où se trouve l’arrêt ?», nous indique qu’il est plus haut. Nous remontons alors la rue péniblement avec toutes nos valises, et cherchons plusieurs minutes avant de trouver la gare routière. Là il nous faudra attendre le bus suivant avant de pouvoir enfin monter dedans et nous diriger vers l’aéroport.



Nous avons eu l’impression de passer un peu pour des terroristes à l’aéroport. A la douane, on ma demandé de mettre mes mains dans mes poches, puis de la présenter. L’agent y a alors appliqué un produit, sans me dire pourquoi. Ensuite, il m’a demandé ma carte d’embarquement pour y faire des vérifications sur son ordinateur. Quant à Aurélie, elle a fait sonner le portique à cause de ses chaussures. C’était des chaussures de randonnée, et les boucles étaient en métal. On lui à donc demandé de retirer ses chaussures et ils ont baladé un détecteur de métal autour d’elle, qui arrivait encore à sonner alors qu’elle n’avait plus rien. Ils ont été jusqu’à vérifier qu’elle ne cachait rien dans la doublure du jean au niveau de la ceinture.

 

Qu’un aéroport mette l’accent sur la sécurité, pourquoi pas. Mais le ridicule atteint des sommets quand même. Les bouteilles de liquide (eau, coca...) sont interdites et ils vous forcent à les jeter. Un rasoir en bagage à main, n’y pensé même pas. Mais alors pourquoi ils en vendent dans les boutiques après le contrôle ? Oui oui, j’ai vu des rasoir à vendre dans la zone d’embarquement. Y’a quand même comme un manque de cohérence dans leur gestion de la sécurité.

 

Dans l’avion, nous n’avons pas vraiment réussi à dormir, la faute aux fauteuils qui ne se couche pas suffisamment. Nous avons compensé en voyant le dernier film de Jackie Chan qui n’est même pas encore sortie au cinéma en France : « Kung Fu Nanny ». Un grand film...

 

Arrivé en France la douane est beaucoup plus cool. Un petit coup d’oeil sur la photo du passeport, sur notre tête, et qu’on soit français ou québécois, on rentre sans problème sur le territoire. Récupération rapide des bagages, et nous fonçons vers la gare de l’aéroport, juste à temps pour voir notre train partir devant nous. C’est donc de mauvaise humeur que nous sommes obligé de prendre le RER B, puis le métro afin de rejoindre la gare Montparnasse.

 

D’ailleurs à ce propos, il faudra qu’on m’explique un jour pourquoi cette grande station de métro, qui dessert une gare grande ligne, et où transite plein de voyageurs vers les gares de Lyon, du Nord... est équipée d’autant d’escaliers et de si peu d’escalators ? Si nous sommes encore capable de soulever les 23Kg de nos bagages dans les différents escaliers en sortant du métro, ce n’est pas le cas de tout le monde...

 

C’est donc non sans mal que nous arrivons enfin à prendre place dans notre train. Le voyage se déroule alors sans encombre. Arrivé à destination, il nous faut encore prendre un bus à la gare routière pour rentrer jusqu’à chez nous. Heureusement, nous avions encore un peu de monnaie française, car pour la somme due, la gare ne prenait pas la carte bancaire. Nous avons eu notre bus in-extremis, et c’est avec un grand soulagement et beaucoup de fatigue que nous sommes arrivé chez nous. 20H sépare le moment où nous sommes partis de l’hôtel avec nos valises, du moment où nous avons franchi notre porte.

 

Notre voyage au Québec s’arrête donc là. Ce fut des vacances formidables et totalement dépaysantes. Les bagages défais, il ne nous resterait plus qu’une seule chose à faire : l’album photo. La tenu de ce blog va grandement nous en faciliter la tâche...

 

Merci à tous les lecteurs !




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :