Les blogs
du village
chez seve and co

chez seve and co

Deguemer mat! lieu de partage & d'échanges

S'inscrire à la newsletter du village


S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Ponion vie pratique

 30/09/2013
Vivre le Surendettement
Si cet article pouvait freiner certains achats compulsifs, inutiles et à crédit, même rien qu'un seul,

 


  

   On peut éviter le surendettement de multiples façons, on l'évitera plus difficilement après un coup dur (décès du conjoint, maladie, chômage...).
On l'évitera si on n'a pas la folie des grandeurs, si on ne suit pas les sirènes du marketing qui vous soufflent à l'oreille "achète une Nespresso, achète une voiture neuve, achète un frigo américain..."
   Peut-être aussi qu'on apprend moins aux jeunes que devoir de l'argent c'est grave.
Peut-être aussi qu'on est écoeuré par les richesses aveuglantes de certains et qu'on se dit qu'après tout, nous aussi on a droit à notre part du gâteau.

   D'abord et avant tout, si l'on est debout, en bonne santé, avant d'appeler une société de crédit facile et qu'on a besoin d'argent, ON VA VOIR SON BANQUIER.
Je m'arrête là un instant:
   Un employé de banque n'est pas un tortionnaire, ne juge pas, ne fait pas la gueule ou la morale, il compte, il évalue et il cherchera toujours une solution.
Les publicités envahissantes pour les crédits faciles sont là pour nous faire oublier que nous avons des banques à tous les coins de rue.
La bonne démarche n'est pas d'avoir un accord de principe immédiat pour un taux d'intérêt à 21%, la bonne démarche c'est un rendez-vous avec la banque détentrice du compte, même si c'est dans 3 jours parce que son prêt n'excèdera pas 10% d'intérêt.

   Bien entendu, éviter le surendettement quand on a un job et une bonne santé, c'est avant tout gérer son budget .
Souvent, on est plus "riche" qu'on ne croît, simplement on gaspille de l'argent sans trop le savoir parce qu'on ne maîtrise pas ses dépenses.
Maîtriser c'est être le maître, c'est le contraire de la mauvaise habitude où ce sont les dépenses qui commandent.

   Autre conseil fondamental pour éviter le pire:
Toujours réagir aux courriers de relance, écrire, téléphoner, négocier, demander un ou deux mois de suspension de prélèvement, toujours rester courtois avec son interlocuteur, gagner du temps pour gérer la situation, rencontrer un travailleur social...
"Faire le mort" n'aboutit à rien de bon mais démontre votre passivité, votre irrespect face au prêteur.

   Et si les media parlent beaucoup de la commission de surendettement, ça ne veut pas dire qu'elle est LA solution à tous vos problèmes.
Bien au contraire, déposer un dossier à la Banque de France ne signifie pas la fin des ennuis, mais le début d'une nouvelle vie, une vie vers l'inconnu, presque sur une autre planète.

Je m'explique:
   Il ne faut pas s'imaginer que le dossier déposé le lundi sera traité le mardi.
Il s'écoulera 2 à 3 mois en moyenne avant la réunion d'une première Commission.
Alors elle décidera si oui ou non le dossier est recevable (= gérable par elle).
Si le dossier est malpropre, incomplet, faisant apparaître des incohérences (dette de 10 000€ et valeur véhicule 14 000€), s'il a été rempli à la hâte, sans l'aide d'un travailleur social, il démontre un profond mépris pour les personnes qui l'analysent, il démontre qu'on attache très peu d'importance à la notion de DETTE, il démontre la négligeance du demandeur. Très mauvais pour la suite.

   Donc admettons que le dossier soit jugé recevable par la Commission.
Il est recevable mais cela ne veut pas dire que dans deux mois votre dette sera effacée!
Elle sera simplement mise sur la table devant un jury compétent.

   Par courrier recommandé, on apprend qu'il sera jugé dans les 6 à 12 mois à venir et c'est incontournable: On a restreint terriblement le nombre d'agences Banque De France et on a licencié beaucoup de personnel.
Ajoutez à cela le chiffre croissant des dossiers et vous comprendrez pourquoi c'est si long.
   Par contre, la BDF vous adresse aussi une lettre en XXX exemplaires qu'il faudra envoyer aux créditeurs. Elle les informe de votre dépôt officiel de dossier et les empêche (en principe) de vous poursuivre et de vous harceler.

   Là aussi je m'arrête un moment:
   Les mêmes employés des sociétés de crédit-malice qui ont été si enjoués lors de votre accord de prêt lâcheront les chiens si vous ne les payez pas.
Perso, ils on harceler du 5 au 30 du même mois en téléphonant jusqu'à 6 fois par jour Ils savent toujours où vous êtes et ce que vous faites et c'est devenu tellement habituel qu'une autre loi a été pondue: Ces individus sont lésés, bien sûr puisque vous leur devez des sous, ils sont en colère et c'est normal, mais ils ne doivent en aucun cas vous harceler, harceler votre famille et vos amis ou être insultants.
   Par téléphone, alors que ma femme est en maladie longue durée"vous êtes faites l'objet dès demains d'un arrêt sur salaire pendant 3 mois"asser perturbant, pour d'autres qui sorte d'hospitalisation l'un d'eux la traitée de "vieille malade qui devrait vite crever pour que l'assurance règle la dette".
 trop c'est vraiement trop, il ne faut pas accepter cela car c'est une souffrance supplémentaire.

   Autant que possible, NÉGOCIEZ avec les créditeurs, MONTREZ VOTRE BONNE FOI ET VOTRE DÉSIR DE PAYER LA DETTE, ceci en prenant contact avec les services contentieux, en établissant un engagement écrit de régler chaque mois une somme minime, mais elle est LE gage de votre tranquillité en attendant le jugement de la BDF.
En négociant de façon équitable (ex.: 5 euro à chaque créditeur et chaque mois) vous empêchez le lâcher d'huissiers, le harcellement, vous maîtrisez la situation.

   Mais en attendant ce premier jugement (car il y en a rarement qu'un seul), le fait de déposer un dossier vous inscrit illico sur la liste des "incidents de crédits" et il est impératif de ne plus en contracter, cette "punition" dure officiellement 10 ans, mais en réalité toute la vie, il faut bien le savoir.
Interdiction de prendre un crédit pour quoi que ce soit, interdiction de découvert à votre banque, vos coordonnées s'allumeront en rouge dans toutes les banques de France et d'Europe où vous iriez chercher un nouveau prêt.

   Suivant le cas, vous êtes aussi déclaré "interdit bancaire" pour 5 ans et si chacun a compris les conséquences simplistes de ne plus avoir recours au crédit, peu de gens savent comment on vit sans chéquier.
   Donc c'est sur ce point que je m'étalerai le plus parce qu'on peut y perdre sa vie, on peut s'en suicider ou faire du mal autour de soi.
   Depuis peu de temps, ordre a été donné pour que chacun de nous ait droit à un compte en banque, appelé COMPTE MINIMUM.

Et il était temps, car tout régler par mandat-cash coûte la peau des fesses, poireauter à la Poste pour payer son EDF en numéraire est une humiliation inimaginable:
C'est comme si on portait dans le dos cette pancarte: Interdit Bancaire.

Qu'est-ce que le compte minimum obligatoire pour tout citoyen?
- Ouverture d'un compte bancaire que toute banque DOIT accepter.

Ça c'est la loi mais vous pousserez au moins 10 portes avant qu'on veuille de vous dans une banque, sous des prétextes fallacieux à ce rejet illégal.
DANS UNE BANQUE, ON NE VEUT PAS D'UN CLIENT "FICHÉ" ! 
Toujours est-il que vous serez encore une fois humilié et c'est la tête basse, souvent en larmes, que vous prendrez la direction de la sortie.
- Droit au RIB
- Droit d'émettre et de recevoir des virements
- Droit de régler ses achats importants par chèque de banque (5 à 7€ de frais)
- Droit à une CB Electron presque uniquement à la Banque Postale.
C'est une carte de retrait (DAB) et de débit immédiat.
C'est à dire qu'à la caisse du supermarché on SAIT QUI a une carte Electron: C'est la personne qui bloque la caisse! D'office, alerte rouge sur l'écran et le magasin interroge la banque détentrice, ça prend du temps même si cette opération est informatique.
Si le ticket de caisse totalise 20 euro et que le compte n'en porte que 19,99 le règlement sera rejeté, vous laisserez le caddie au magasin.
   Mais... en quelque sorte, cette carte réapprend aux acheteurs à vivre normalement, soit: Ne dépenser que ce qu'on possède!
Les pompes à essence qui fonctionnent par CB n'acceptent pas la CB Electron car le terminal n'est pas relié au service de contrôle informatique.

   Et surtout, on apprend à vivre avec du cash, à l'ancienne, on se trimbale avec des billets et beaucoup de monnaie, car certains visages, certains regards de commerçants à la vue de l'Electron sont pire que des gifles ou des crachats en pleine figure.
Comment, vous n'avez pas la Gold?... Dehors!

Imaginez et comprenez bien ceci:
Avoir une Electron = je suis interdit bancaire = je suis un voyou = ATTENTION PRUDENCE = peur = zéro confiance et tout ça pour s'y habituer c'est très dur, surtout si on n'est pas indigne de confiance, si on n'est pas un voleur et si on est honnêtement dans la merde.

   Pas de chéquier:
   Ce qui est très curieux, c'est que tant qu'on possède un carnet de chèques, il nous enquiquine, on trouve qu'il est inutile, qu'il est encombrant, lourd... si vous saviez comme il nous manque quand on en est privé... si vous saviez le nombre de fois qu'il sert à prouver notre honnêteté, notre fiabilité, notre adresse, notre stabilité et notre solvabilité.

Le chéquier est un papier d'identité
Le chéquier ouvre les voies de la confiance parce que votre nom et votre adresse sont imprimés dessus alors qu'une CB peut être bidon.
Sans chéquier, la porte vers la rue est grande ouverte, attention, il ne reste qu'une marche à descendre, celle de la déchéance, pour arriver sur le trottoir.
Être privé de ses moyens de paiements est une humiliation dont on risque de ne jamais se remettre.

   Grâce à la loi sur le droit au compte minimum, on fera un virement pour le loyer, et je reviendrai peut-être sur les ruses pour trouver un logement quand on est interdit bancaire et en surendettement, c'est possible puisque j'y suis parvenue!
Et j'ai aidé bon nombre de personnes à y parvenir, je voulais publier un livre sur le sujet mais il a été interdit (aussi!).

EDF, Eau, Assurances, Téléphone: On pourra régler par TIP ou par prélèvement automatique.

   Seulement voilà, qui est-on sans chéquier?
Lorsque Georges Frêche traite ces pauvres harkis de sous-hommes, il ignore la portée de son injure car être un sous-homme c'est d'abord être interdit bancaire et fiché aux incidents de crédits.
C'est la punition qu'on trimballe comme un fardeau le jour et la nuit et ça dure 5 à 10 longues années, qu'on soit honnête ou voyou et si on est honnête, c'est un très lourd fardeau, c'est une croix, c'est un boulet qu'on traîne derrière soi et que tout le monde voit parfaitement bien.

   Combien de fois ai-je dû me justifier en y mettant une pointe d'humour?
Genre: "Oui, je suis IB mais pas parce que je me suis payée une Ferrari, j'ai juste eu un petit cancer"... Ça ne rassure pas le bon peuple, mais ça engage une amorce de sourire, ça montre aux gens qu'un interdit bancaire n'est pas forcément un bandit et c'est chaque jour qu'il faudra se battre en restant calme pour prouver qu'être sans moyen de paiement ne signifie pas être un malfrat.
   L'énergie est si terriblement érodée par cette lutte quotidienne qu'elle fait ensuite défaut... tellement défaut que beaucoup ne la retrouveront jamais, elle est usée, élimée, morte.
Se justifier sans arrêt, c'est démontrer, prouver 100 fois plus qu'un voyou que l'on n'est pas indigne. Et suivant les tempéraments, le courage de se battre sera réduit à néant, il conduira vers l'isolement: Ne plus mettre le nez dehors parce que c'est au-dessus de nos forces.

  Et là je m'arrête aussi:
Lorsqu'il nous est donné de vivre cette épreuve, je tiens à dire qu'on y gagne la tolérance.
Si on avait le moindre élan raciste en soi, il disparaît. Pourquoi?
Parce que les surendettés deviennent une minorité visible, ils se rendent compte combien ce doit être difficile de trouver un emploi quand on a un faciès différent, combien ce doit être pénible de rivaliser avec les "gens normaux".

   Ce qui est aussi grave qu'important, c'est que même après des années de retour au droit au chéquier, ON RESTE UN CONDAMNÉ DANS SA TÊTE.
On a été mis au ban de la société comme un criminel et ça, ça ne s'efface jamais.

   Revenons à la Commission de Surendettement:
Des mois sont passés, on ouvre le dossier devant les juges, 9 fois sur 10 un moratoire est ordonné car la BDF espère et compte sur une "meilleure fortune" (ce sont ses termes) dans les mois ou années à venir.
Donc, on gèle les dettes pendant 12, 24, 36 mois.
Suite de quoi, il faudra déposer un nouveau dossier (2 mois avant la date échéance et personne ne vous le rappellera) qui sera examiné dans le courant de l'année.
   Enfermez-vous dans une cotte de mailles, enroulez-vous dans du fil de fer barbelé, c'est pareil. Attendre, attendre, écrire, téléphoner, chercher à savoir à quelle sauce on va vous becter, se désespérer, pas possible d'oublier un seul instant qu'on est virtuellement assis sur le banc des condamnés et que l'avenir est inconnu.
   Et en attendant, il faut vivre au jour le jour, manger, assurer le quotidien, élever ses enfants, être vêtu correctement, coiffé correctement, se présenter aux convocations, vendre toutes ses affaires, ne pas faire le moindre écart, tout compter y compris les centimes, faire les poubelles discrètement et cette fois-ci vous passez du grade de sous-homme à celui de sous-merde.
   Perdre sa dignité, perdre son aplomb, perdre sa gouaille, perdre sa personnalité et enfin perdre son identité jusqu'à perdre son âme.
Mon nom est personne
.


   J'affirme rarement des vérités parce que chacun les siennes et chacun son droit à les défendre.
Mais là, j'affirme qu'on ne sera plus jamais la personne qu'on a été AVANT le surendettement, quelle qu'en soit la raison et l'issue.
   On s'est perdu, on s'est égaré parce qu'on n'a pas pu suivre le même chemin que ses frères, on est un paria aux yeux de sa famille et de ses amis, aux yeux de la société, on est un danger aux yeux des caissières, on est et on reste marqué au fer rouge du surendettement, comme du bétail on a une marque indélébile et ne vous faites aucune illusion:
Même une fois la "peine" purgée, nous restons inscrits en clignotant sur les écrans des banques, n'espérez plus jamais demander un prêt sans présenter au moins 2 garants, ce n'est même pas la peine d'y penser.
Vous aviez 25 ans? La belle affaire! VOUS AVEZ TRAHI LA BANQUE, VOUS AVEZ FAUTÉ, donc on suppose 20 ans plus tard que vous pouvez replonger!

   Alors?
Alors ça vaut le coup de bien réfléchir avant de s'encroumer pour une voiture ou une machine à café de merde totalement unutile. C'est quoi cette course effrénée au bon café? On buvait du jus de chaussettes avant George Clooney?

   Pourquoi on ne voit pas venir le surendettement?
Parce que ça semble si facile de lâcher 200€/mois, qu'on y pense même pas.

Et puis un jour ça coince, des frais imprévus, tant pis, on demande un nouveau crédit facile pour payer le premier emprunt, ou bien on utilise sa carte-magasin (la pire entourloupe qui soit) et ça passe, ça marche, sans avoir conscience qu'une machine infernale vient d'être lancée.
Et pourquoi se gêner? On a envie d'un écran plat au milieu du salon pour faire comme les copains,ou bien d'une maison pour mettre à l'abri sa famille, pour paraître? En avant, on ouvre l'enveloppe maudite.
   Et puis la maladie arrive ,on perd son emploi, et puis la vie nous joue un sale tour, et on ne peut plus du tout payer ses dettes et quand la facture tombe, c'est le drame parce qu'on a même pas pris la peine de savoir à combien se montait l'endettement total, intérêts inclus... 

   Il m'a parfois été douloureux de revenir sur un passé récent en écrivant ces lignes tout en évitant de trop noircir le tableau.
Puisse ce texte naviguer sur le Net et prévenir des drames humains...




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :