Les blogs
du village
chez Séo and Co

chez Séo and Co

Deguemer mat ! lieu de partage & d'échanges

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 5 992 071
Nombre de commentaires : 1 911
Nombre d'articles : 2 079
Dernière màj le 10/11/2023
Blog créé le 06/12/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Tintamarre,diablotin & mère à bout!!!

 21/06/2013
maman avec home a organiser .
mal dans le corps,mal dans les pensées,
ce dire que l'image d'une mère parfaite
ne peux déprimer,une déprime progréssive,
 accepter & ne pas rester isolée ,mieux gérer
 "les marathons" du matin et  du soir ,gérer ses papiers administratifs,gérer les courses et les repas,désencombrer,planifier le ménage,et
 surtout gérer sa petite ou grande tribut dans la bonne humeur!!!

en quelques mots
devenir une maman zen & organisée...pour le devenir des mères & pour la construction de leurs enfants (^_^)
le burn-out maternel ou le syndrome de l'épuisement maternel a été mis en lumière par violaine Guéritault,auteur de "la fatigue émotionnelle & physique des mères"paru en 2004 pour le bonheur de la maman parfaite que je ne pouvais pas déroger...
être mère est un bonheur immense,mais c'est une situation"à risque qui expose les femmes à une intense de fatigue physique & émotionnelle: haut niveau des responsabilitées  24heures sur 24 & 365 jours par an,multiplié de stress,partage des tâches,absence de reconnaissance,etc
tous ces facteurs sont réunis pour engendrer un état de burn-out,similaire à celui qu'on rencontre dans les milieux professionnels
ce livre s'adresse à toutes les mères,non,vous n'êtes pas coupable de mal vous organiser,ni de mal élever vos enfants! qu'ils soient en base âge ou adolecents,que vous ayez une activitée professionnelle ou non,et qu'elle que soit votre situation familiale,ce livre vous permet de comprendre ce que vous vivez & répond à vos questions:
comment faire face au quotidien?
comment vous protéger,physiquement& émotionnellement,pour être capable de mener à bien le beau métier de maman?

L'épuisement maternel
 

Le burn out n'est pas uniquement réservé à la sphère professionnelle. Les mères sont aussi concernées par ce fléau. Fatigue, surmenage, dépression... pourquoi les mères craquent et comment les aider ?

C’est un autre tabou de la maternité. L’épuisement des mères ou " burn out maternel "est pourtant une réalité. une maman ma  raconté sa lente descente aux enfers après la naissance de ses jumeaux. Comme cette jeune femme, elles sont aujourd’hui des milliers à perdre pied fâce à leur bébé, dans la culpabilité et l’indifférence

 
Des mères sous pression

Il n’y a pas plus grand bonheur que d’avoir des enfants. Mais en devenant mère on doit aussi affronter de nombreuses difficultées auxquelles on est généralement peu préparée. Au fil des mois, le manque de sommeil, de soutien, la répétition lancinante des urgences, peut vite devenir insoutenable. C’est alors que le malaise s’installe. " On parle d’épuisement maternel quand les mères ont le sentiment qu’il n’y a plus de coupure entre elles et les contraintes du quotidien, 
Même si elles investissent la maternité, elles se sentent sous pression du matin jusqu’au soir et ne parviennent plus à récupérer. " Longtemps tabou, le syndrome de l’épuisement maternel sort aujourd’hui de l’ombre grâce aux témoignages courageux de mamans. Ce phénomène insidieux touche aussi bien les femmes qui travaillent que celles qui sont au foyer, et n’épargne aucun milieu social. De fait, les femmes qui cumulent les facteurs déstabilisants comme la précarité, l’isolement ou les problèmes familiaux, sont plus vulnérables.Toutes les études montrent également que l'arrivée de jumeaux dans une famille provoque des difficultées psychologiques dans les mois et les années qui suivent la naissance.
Malgré l’implication croissante des pères, les femmes continuent d’assumer seules l’essentiel des tâches domestiques. Le déséquilibre est d’autant plus prononcé qu’il y a d’enfants dans la famille, et que le dernier est petit, conclut une étude de l’Ined paru en 2009.
La société a aussi sa part de responsabilité dans le naufrage des mères " On nous présente la maternité comme un paradis dans lequel les femmes ne peuvent que s’accomplir, constatent. La découverte de la réalité est parfois violente. Les mères n’osent pas avouer leur mal être et se mettent à culpabiliser. "

Burn out maternel : les signaux d’alerte

La psychologue Violaine Gueritault est la première à avoir utilisé le terme de « Burn out » pour décrire l’épuisement maternel. " Ce concept avait été uniquement décrit et validé scientifiquement dans le contexte professionnel, explique-elle. J’ai pris ces facteurs et j’ai découvert qu’ils s’appliquaient parfaitement à l’expérience de la mère. " Comme dans le travail, le burn out maternel ne se produit pas du jour au lendemain, sa progression est lente et sournoise. « Cet état psychologique résulte d’une accumulation de stresseurs variés, caractérisés par une intensité modérée et un aspect chronique et répétitif. », poursuit la spécialiste. Les nuits hachées, les cris des enfants, les responsabilitées quotidiennes sont autant de contraintes qui se répètent inlassablement et provoquent à la longue chez la mère un épuisement psychologique et physique

L’épuisement émotionnel

La première phase correspond à l’épuisement émotionnel. Chaque individu dispose d’un réservoir d’énergie physique et psychologique. Les responsabilités quotidiennes de la mère usent petit à petit l’ensemble de son capital énergie. Vient un moment où elle se sent vidée de ses ressources. Elle craque, s’effondre… Au réveil, la simple idée de penser à tout ce qui l’attend dans la journée lui donne la sensation de couler d’entrée de jeu.
La distance s’installe
" Petit à petit, je sens que, de plus en plus, les choses glissent sur moi. Certains reflexes tendent à disparaitre. Je suis parfois comme indifférente à ce qui peut arriver à mes enfants. " Ce passage illustre la 2e phase du burn out : le détachement émotionnel vis à vis de ses enfants, des autres. Pour se protéger et économiser le peu d’énergie restante, la mère met en place un mécanisme de défense. Elle continue d’accomplir mécaniquement les tâches du quotidien, mais en revanche fait une croix totale sur l’investissement émotionnel. Tout à coup elle se sent distancée de ses enfants, de son conjoint ou conjointe, de son quotidien.
Le reniement
La dernière phase du burn out est probablement la plus préoccupante. La mère prend conscience du fossé qui se creuse entre l’idée qu’elle se faisait de la maternité et la réalité présente telle qu’elle la perçoit. «"Tous ses rêves de super maman s’effondrent, souligne Violaine Guéritault. Elle se sent en situation d’échec personnel. "  Perte de confiance, repli sur soi, crises de colère récurrentes pouvant aboutir à des comportements agressifs envers les enfants… c’est la chute libre.  Résignées, les mères laissent alors s’installer la rancœur et l’amertume.

S'en sortir, c'est possible

L’épuisement maternel se heurte souvent à l’incompréhension de l’entourage. Le compagnon ou compagne se retrouve démuni et ne sait pas comment agir pour soulager la maman. " C’est très culpabilisant pour un (e) partenaire de voir sa femme se fragiliser au moment où elle devient mère. Pour autant, bien souvent, personne ne perçoit les signaux de détresse que la mère envoie. C’est à elle seule de sortir la tête de l’eau au moment où elle se sent prête. Le déclic ?  Il a souvent lieu lorsque la maman prend conscience du cycle infernal dans lequel elle est engagée. Une énième fessée, une colère plus forte que les autres ou simplement une envie irrépressible de tout quitter…
Le premier des traitements reste le dialogue. Il existe des structures d’aides, des lieux de rencontres où l’on peut parler et être écoutée sans être jugée. L’association les Pâtes au beurre à Nantes, la Maison verte à Paris créée sous l'impulsion de Françoise Dolto, accueillent parents et enfants en difficulté.
 Certaines PMI , CMP, CMPT,géneraliste,pédiatre,
travailleuse familliale peuvent également apporter de l’aide aux mères en souffrance. De nombreux réseaux d’entraide entre mères, à l’image de HubWin mamans, se développent aussi sur internet. Même si rien ne remplace le contact humain comme un tier* (amie,copines ...de confiance), ces outils peuvent soulager les mères, au moins momentanément. Plus largement, le fait pour les femmes de découvrir que leur mal être est reconnu, qu’il a un nom - l’épuisement maternel-, et que d’autre mères vivent ce malaise, est déjà une première victoire.
*le tier est là pour écouter a la fois tendre la main vous aider à réanimer le partenaire  pour minimiser l'agressiviter,l'irritabiliter,dans l'imcompréhension totale par fois qui sert à appaiser les tensions.

aujourd'hui 

j'ai une vie social riche avec des amis(es) adorables,une nouvelle relation de couple épanouie.
j'ai une vie pro riche ce n'est pas pour rien que j'ai un métier d'aidante coordo...
un meilleur liens avec les autres
je suis devenue mon propre coach (sourire 10 fois /jour,rire minimum 30 mn par jour ou bien ce détendre ou alors  penser a des  souvenirs agréables...)
je consomme sans vouloir une reconnaissance
je déguste les petits plaisirs du quotidien
j'ai compris que notre propre histoire& notre pensée est acteur alors je laisse la vie me porter j'ai tournée la page et avec ces maux  je rend hommage en  mots !!!

Libérer du temps pour soi

 

Entretenir ses goûts et ses connaissances est primordial pour éviter de se dévaloriser, de se retirer peu à peu de la vie en société sous prétexte qu’ " on n’a rien d’intéressant à raconter " ou même pour pouvoir se réinsérer dans le monde de l'emploi si nécessaire. Le moment de la sieste peut ainsi être mis à profit pour lire un bon bouquin, se mettre au tricot ou entrer en contact avec d’autres mamans en racontant votre vie dans un blog ou en participant à des forums. Vous pouvez aussi les confier une petite heure à une voisine ou amie, et vous rendre à un cours de gym ou faire une balade avec le chien. Du temps rien qu’à soi, parfois juste pour méditer ou rêver, qui permet de prendre du recul et de retrouver ensuite ses enfants avec plaisir.








 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :