Les blogs
du village
chez seve and co

chez seve and co

Deguemer mat! lieu de partage & d'échanges

S'inscrire à la newsletter du village


S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au-dessus de vos têtes, mais ...

 03/02/2015
vous pouvez les empêcher de faire leurs nids dans vos cheveux.

Avez-vous remarqué comme il suffit parfois d'un rien pour se gâcher une soirée ? Une contrariété au travail, trop de trafic sur la route, une prise de bec avec son / sa conjoint(te) ou des enfants énervés : notre tête s'emballe alors tout à coup et on remet en question son travail, son choix de vie, ses relations, son futur,...
Pour d'autres, c'est une maladie, une disparition, une situation difficile qui vient hanter nos nuits.
Pour certains, en ce début d hiver où les jours sont de plus froids et moins lumineux, le mal-être, l'anxiété s'invitent même sans aucune " bonne  "raison.

Nous avons peu de contrôle sur notre tête qui cogite, tel un singe agité qui saute de branche en branche. Essayer de stopper nos pensées ou de les contrôler, c'est tout simplement impossible et même mieux, c'est le meilleur moyen de développer ou d'entretenir nos ruminations.

Alors laissons les oiseaux de la tristesse, de la colère, de la peur ou de l'agitation voler bien haut ou bien bas dans le ciel, mais ne leur accordons pas trop d'importance. Essayons de ne pas voler avec eux, de ne pas leur donner de la force en laissant, par exemple, une pensée de tristesse en entrainer une autre jusqu’à dérouler tout l’écheveau du désespoir.
Saluons ces oiseaux porteurs d'émotions difficiles pour prêter, dans un second temps, attention aux oiseaux plus joyeux qui ne volent jamais très loin mais que l'on ne voit pas toujours, ceux de la gratitude, du contentement ou de la joie…




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :