Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 2 229 139
Nombre de commentaires : 17 260
Nombre d'articles : 1 496
Dernière màj le 19/08/2018
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
blog de la gentillesse et de la bonne humeur, voulez vous m'aider à semer des graines de sucre dans ce monde qui a besoin de chaleur et d'amitié ?
<< 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >>

QUELLE EST LA SIGNIFICATION DU PRÉNOM FRANÇOISE ?

Le prénom Françoise vient du mot latin francus qui signifie "libre" ou "franc". C'est aussi dans notre langue la forme ancienne du mot française.
SAINTE FRANÇOISE : Au XVe siècle, sainte Françoise fonda la congrégation des Oblates de Saint-Benoît dans laquelle elle se réfugia après la mort de son mari. On lui attribua plusieurs miracles et visions. Ces dernières, au nombre de 93, furent détaillées dans le Traité de l'Enfer qui figure parmi ses nombreux écrits. Elle mourut en 1440 alors qu'elle soignait son fils gravement malade. Elle est honorée le 9 mars.  (site du journal des Femmes)"

Bonne Fête aux Françoise, Francine, Francette, Fanfan... !




Merci Mamie Gigi

 08/03/2017
dans une belle enveloppe vert pomme... une jolie carte pour ma fête !
merci elle est très délicate et me plaît beaucoup ! 



c'est ici !  il est devenu le GICATMI... chacune ayant ajouté sa "pate" suivant les goûts.
J'ai fait la recette de Gigi et pour ma part, j'ai coupé en tout-petits bouts des morceaux d'orange confites... du coup, j'ai mis un peu moins de sucre roux... 

Nous ne le mangerons pas demain puisque je cuisine pour un après-midi famille mais je vous donnerai des nouvelles !



harengs au vin blanc

 08/03/2017
Il y avait encore des harengs, c'est l'occasion de faire un plat au four...

1 carotte
2 oignons
1 citron
2 harengs
vin blanc
1 fond d'huile d'olive
poivre, sel
thym laurier


couper la carotte en très fines lamelles, les oignons en petites rondelles ainsi que le citron...

huilez un plat à four
posez les carottes, les oignons et le citron
mettre quelques boules de poivre, du sel, le thym, le laurier.

Disposez les harengs sur ce lit de légumes et couvrez avec le vin blanc;

Enfournez pour 15/20 minutes


 



jardiner avec la lune

 08/03/2017
Izabelle du blog "Le monde selon RayZab" ici !
souhaite jardiner avec la lune...

le cycle lunaire est basé sur 28 jours avec une lune plus ou moins apparente pour nous terriens en fonction de la rotation des planètes...
 
(photos issues de Clipart)


Comment s'y retrouver... voici une explication simple et efficace :
regarder la lune tout simplement et ce n'est pas une blague lol !
imaginez un trait qui relie les deux pointes du croissant de lune et se prolonge vers le bas pour forme un "P" ... vous êtes en période de Premier quartier, donc lune montante ou ascendante... les plantes seront attirées vers l'attraction lunaire et donc pousseront en hauteur (valable lors des semis et des greffes) ...
vers le bas pour former un "D"... vous êtes en période Descendante ou Décroissante (Dernier quartier) les plantes s'épaissiront et ne pousseront pas très haut (valable pour les plantes racines, pour la taille, les greffes)... 

ceci concerne les plantes de même pour vos cheveux selon que vous souhaitez qu'ils poussent (période "P") ou qu'ils épaississent (période "D")  ...

La lune influencerait notre santé, notre nervosité... et notre caractère également lol ! mais ça c'est une autre histoire...



Nous revenons dans le "Vieux-Lille"... impressionnés par la masse imposante de la Porte de Gand...

"La Porte de Gand est une porte de Lille inscrite dans l’ancienne enceinte espagnole construite entre 1617 et 1621 lors de l'extension de la ville. Elle a été classée monument historique en 1929."
 

"Construite lors de l'extension de l’enceinte de la ville sous l’âge d’or des archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas, la porte de Gand est édifiée par les maîtres maçon Pierre Raoul et Jean Le Mestre vers 1620 et inaugurée en 1625. Elle a ensuite été conservée par Vauban, lors de la reconfiguration des fortifications à partir de 1668, qui l'a simplement renforcée de quelques ouvrages avancés. Initialement nommée porte de la Magdeleine, elle est renommée porte de Gand après la Révolution."

Le rez-de-chaussée en grès est formé par trois arches doublées d'archivoltes en plein cintre.

La partie médiane est formée par un mur en brique bicolore formant des motifs géométriques et percée de six fenêtres à croisillons.

La partie supérieure est formée par un toit en ardoise avec au centre une lucarne et de part et d'autre deux cheminée

Elle accueille le restaurant gastronomique "Les Remparts" depuis 1997."


 



"Au départ, seule existait le passage central. Deux arcades supplémentaires furent creusées en 1875, afin d'améliorer la circulation et de permettre le passage du tramway qui circula jusqu'en 1963.

La partie médiane est formée par un mur de brique décoré par des emblèmes runiques avec au centre, un ornement sculpté avec le blason de Lille surmonté d'un fronton triangulaire et de part et d'autre l'emplacement des bras du pont-levis. Au-dessus de chaque passage latéral, se trouve un cartouche en pierre blanche orné de motifs divers (guirlandes...)

La partie supérieure est constituée d'un entablement avec une console centrale en pierre blanche possédant une niche à coquille qui abritait une statue détruite pendant un siège." (photo du net)



nous passons rue de la Monnaie, l'une des plus vieilles rues de Lille.

"La rue de la Monnaie emprunte le parcours de la voie principale du castrum fortifié qui, au XIe siècle, relie la porte du Castel à la porte Septentrionale. Nommée rue Saint-Pierre, elle prend son nom actuel en 1685, lorsqu'un Hôtel des Monnaies créé à Lille par Louis XIV s'installe dans l'ancienne maison du châtelain de Lille situé dans la rue. Il n'en reste aujourd'hui que l'Hôtel du Juge Garde des Monnaies édifié tout à côté." (source Wikipédia)


Les sous bassements noirs et la couleur terracotta nous disent que nous sommes devant le musée de l'Hospice Comtesse. 

"Situé au coeur historique de la ville, en bordure de l’ancien lit de la basse Deûle et du port, le musée de l’Hospice Comtesse reste l’un des derniers témoignages lillois de l’action des comtes de Flandre."...

"Fondé en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre (1200 -1244) dans l’enceinte de son propre palais, l’hôtel de la Salle, l’ancien hôpital est placé sous la protection de la Vierge. Aujourd’hui, les bâtiments de la cour d’honneur du musée offrent un panorama de l’art de construire à Lille du XVe au XVIIIe siècle (salle des malades, bâtiments de vie communautaire des religieuses, aile 1724, chapelle)." (source "musée Nord)

Un musée superbe retrace l'intimité d'une maison flamande au XVII et XVII siècles... 


Nous allons maintenant en direction de la Deûle. Voici l'ancienne Halle aux Sucres, (entrepôt destiné aux sucres, aux grains et étoffes) ce bâtiment a été réhabilité...


Au passage des petites rues, des maisons moyennâgeuses se remarquent par leur petite taille et leur architecture à arcures si particulière... 

" De l’habitat médiéval, il ne reste rien à la surface de la ville actuelle. Seules quelques caves voutées du xiiie siècle dans le Vieux-Lille, ainsi que des ponts romans sous la chaussée, témoignent encore de ce passé, notamment rue des Chats-Bossus, Place du Lion-d’Or, rue de la Monnaie, rue des Arts ou rue Saint Jacques. Car la ville est alors construite de maisons de bois et de torchis (2 maisons à pans de bois sont connus, contour de la treille et une autre découverte en cœur d'ilot place du lion d'or) et ce n’est qu’en 1567 que le Magistrat imposera de construire en pierre. "


rue Princesse, nous passons devant la maison natale du Général de Gaulle.

"Le Musée Maison natale de Charles de Gaulle : La maison natale de Charles de Gaulle est située au 9 rue Princesse. Afin de perpétuer son souvenir, elle est devenue un musée et a rouvert en 2005 après l'aménagement de nouvelles salles d'exposition, espace multimédia, sur la vie et l'œuvre de Charles de Gaulle. On peut y voir notamment la chambre où le petit Charles vit le jour le 22 novembre 1890, des portraits ainsi que du mobilier d'époque"


la Deûle est tout à côté et nous découvrons le "Pont Napoléon"...
 

"Le pont Napoléon était une élégante passerelle construite en 1812 sur les plans de l'architecte Benjamin Dewarlez. A l'effigie de l'empereur, les quatre piliers du pont retraçaient ses principales victoires."

 



"Le pont est détruit en 1918 par l'armée allemande lors de sa fuite durant la Première Guerre mondiale. Il est reconstruit partiellement en 1920 et à nouveau détruit par les Allemands en 1944. Un projet de reconstruction est planifié en 1939 ; le pont a été reconstruit à l'identique en 2014."



Des travaux de parking sont entrepris sur le Champ-de-Mars, le quai a été transformé et nous profitons de faire une petite pause devant cette eau si calme...



Les quais le long de la Deûle invitent à la promenade et à la flânerie...


Dernier regard sur le Pont du Ramponeau qui trop usagé et mal entretenu sera remplacé par un passage plus fonctionnel.

 "Le pont-levis dit "pont du Ramponeau" a été construit à la fin du XIXe siècle en remplacement du vieux pont tournant établi en 1818 dans la continuité de la rue des Fossés-Neufs (actuellement rue Léonard Danel) et face à la guinguette du Ramponeau (Lille d’Antan) Le nom du pont provient du café du Ramponeau, une ancienne guinguette qui est apparue en 1755 (soit 4 ans après le creusement du canal de la Moyenne-Deûle) et que l'on aperçoit derrière le pont sur ce cliché. Aujourd'hui, le café du Ramponeau n'existe plus. Le pont du Ramponeau a été très endommagé durant le premier conflit mondial mais a été reconstruit. La passerelle a, quant à elle, disparu." 

Ici, se termine pour aujourd'hui notre balade à Lille... nous y retournerons à la découverte d'autres quartiers ...



Nous passons par la rue Saint-Jacques... la maison date de 1681. On y déguste  : Croustillant de maroilles, filet de boeuf aux ravioles de foie gras et feuilleté aux marrons,compote au gingembre... ou Déclinaison de saumon : confit, mariné et en sushi de quinoa... 
Nous n'avons fait que passer ...


Nous passons sous la "porte de Roubaix" ...

" La porte de Roubaix, à l'origine porte de Reneau puis porte Saint-Maurice, est une porte de Lille, inscrite dans l’ancienne enceinte espagnole construite entre 1617 et 1621."... 


"Inaugurée en 1625, elle a été percée de deux arches latérales et restaurée en 1875 pour laisser passer le tramway (photo office de Tourisme Lille)" ... 



Nous traversons le parc Henri Matisse...

" Le parc a été conçu par le paysagiste Gilles Clément sur le principe d’un jardin en mouvement évoluant au rythme des saisons. En son centre, l’Ile Derborence fait référence aux forêts primaires des Alpes suisses, vierge de toute intervention humaine."...

A la fois art et fonctionnalité écologique... ce sont des ruches !


notre itinéraire nous emmène vers Euralille que nous traversons pour aller visiter le cimetière de l'Est...

"Le cimetière d'Est est créé en 1779 sur un terrain appartenant à une famille qui a souhaité que cet ancien parc conserve son caractère paysager.

Il regroupe 36 000 tombes sur 22 hectares."



"Au nord-est de Lille, entre le centre Euralille et le quartier Saint-Maurice-Pellevoisin, le cimetière de l'Est s'étend sur 22 hectares. C'est l'un des plus vieux cimetières de cette taille en France et sans doute l'un des plus beaux de la région. En 1779, année de sa création, ce n'était encore qu'un parc très arboré appartenant à une famille qui a souhaité que le lieu garde son aspect paysager. Parmi les 36 000 concessions que renferme le cimetière, le visiteur pourra découvrir les noms des grands hommes qui ont fait la renommée de la région. À côté de la tombe d'Alexandre Desrousseaux, auteur du célèbre P'tit Quinquin, se trouve la tombe de l'ancien Premier ministre et député Pierre Mauroy, qui a depuis 2013 donné son nom au grand stade de la ville." (source du site du "Petit Futé)


De nombreuses tombes ont des statues à taille humaine comme celle de la violoncelliste Eliza de Try (1846-1922) jouant de son instrument... 
(clic sur les photos pour agrandir...)



Beaucoup d'hommes célèbres y reposent :
Charles Saint-Venant (1868-1926)

Roger Salengro (1890-1936)

Albert Samain (1858-1900)...



"Parmi les autres personnalités enterrées au cimetière de l'Est se trouvent le professeur Oscar Lambret, créateur du centre anticancéreux de Lille et administrateur originel de la cité hospitalière de la ville, mais aussi l'architecte de l'hôtel Castiaux, Émile Vandenbergh…"

Des artistes du spectacle, comme Simons, des maires, des bienfaiteurs de la ville, des poètes...
 



Certaines tombes sont particulières...


des tombeaux de famille imposants...


Celui-ci, aurait servi de dépôt provisoire et  lors de grandes épidémies...


Il est midi nous traversons le "Jardin des Géants" ... petite pause déjeuner...

"Le jardin, construit sur un ancien parking, suit une logique de développement durable et de renouvellement urbain. Par ailleurs, le bâtiment technique est recouvert d'une structure permettant le développement d'une plante grimpante afin d'en masquer la vue et de marquer la prédominance de la nature dans cet espace. Le nom du jardin et les têtes géantes en osier à armatures métalliques rappellent les traditions des Géants du Nord de la France et de la Belgique."

 
"... les paysagistes de l'Atelier Mutabilis (Paris) ont créé sur 2 hectares un nouvel espace de nature et de poésie, inauguré en juillet 2009.

On y accède par le Parvis des Nuages, planté de 5 espèces de bambous. Puis vient l'Herbe des Géants, où alternent clairières et végétation luxuriante. On arrive alors au Jardin des Sources, offrant une déambulation paisible entre bassins et miroirs d'eau. Avec en toile de fond, les tours futuristes d'Euralille..."

Petite pause et la suite de cette balade dans le troisième volet... 




Après être allés au Furet du Nord et aux Géants des Beaux Arts, lieux incontournables pour la librairie d'une part et pour les fournitures des arts, nous nous dirigeons vers l'Office du tourisme, hébergé dans la salle des gardes du Palais Rihour. Comme d'habitude sur ce blog, les textes en italique et de couleur verte sont issus du Net"...

"En 1450, Philippe le Bon engage des négociations avec la ville pour obtenir des subventions pour la construction d'un nouveau palais. Il obtiendra 6 000 livres sur quatre ans octroyés par le Magistrat. En 1453, le terrain de l'ancienne manse de Rihout (ou Rioult ou Rihoult), îlot marécageux enserré par les bras de la Deûle, est acquis et les travaux de construction sur les plans de l'architecte Evrard de Mazières sont engagés. Ils s'achèveront vingt ans plus tard sous Charles le Téméraire."

Plusieurs fois détruit par des incendies, il ne reste que la salle des gardes au rez-de-chaussée, la salle des conclaves au 1er étage ainsi que l'escalier monumental. 


Nous passons près de l'église Saint-Maurice, église-Halle, à l'architecture gothique-branbaçonne... longue nef de sept travées, et quatre chapelles latérales...
"La construction de l'église actuelle, débutée à la fin du XIVe siècle et achevée à la fin du XIXe siècle, s'étend sur plus de quatre siècles."


sa tour se termine par une flèche ajourée élégante...


encore une jolie dentelle de pierre...
une prochaine visite nous permettra d'aller visiter l'intérieur...


l'arrière du bâtiment (photo du net)


On retrouve les détails de l'art gothique...




Nous partons à la recherche du musée des canonniers... Au passage, nous admirons les superbes façades si caractéristiques de la ville...


Elles paraissent se ressembler et pourtant chacune est différente...


les couleurs font ressortir les détails...


quelques enseignes ... l'auriez-vous deviné... la troisième photo est prise rue des chats bossus !!... "Autrefois, les tanneurs avaient établi leurs ateliers rue des Chats Bossus. Les crânes d'animaux dépecés séchaient à l'air libre devant les devantures. C'est de là que la rue tire son nom (texte issu du net)"...


traversons la place du Lion d'Or, qui doit son nom à l'ancien relais des postes...
à l'angle un bâtiment magnifiquement restauré...


A l'ange de la place Louise de Bettignies, se trouve la maison de "Gilles de la Boë dite aussi du Bon Bouillon, est une maison de style manièriste flamand...
De style renaissance flamande, elle a été construite en 1636, elle témoigne de la richesse du propriétaire, marchand chirier (fabriquant des cierges) et épicier...

Nous ne pourrons pas visiter le musée des canonniers qui n'est accessible que le samedi... alors nous poursuivons notre périple... (dans le deuxième volet de cette balade...)... 



Les 3 joyeuses...

 25/02/2017
Nous y sommes !

« Les origines du carnaval dunkerquois remontent au début du XVIIe siècle. Les armateurs offraient aux marins-pêcheurs, avant de partir pour 6 mois de pêche à la morue en Islande, un repas et une fête (la « Foye »), ainsi que la moitié de leur solde. Beaucoup d'entre eux ne revenaient pas toucher l'autre moitié (perdus en mer, naufrage, ...) laissant femmes et enfants sans rien... De la foye naîtra la « Visschersbende » (bande des pêcheurs en flamand). Elle se déroulait à l'origine entre le lundi gras et le mercredi des cendres marquant le début du Carême, ce qu'on appelle les 3 joyeuses. » (source Wikipédia)


(photo internet)


Le carnaval a ses règles de courtoisie... on s'amuse mais on n'abuse pas !!!

Cette année, les parcours des bandes seront limités et encadrés par la sécurité pour le bien de tous... 

En 2013, le scénariste Hervé RICHEZ et le dessinateur BLOZ ont inventé une bande dessinée retraçant la vie d'une famille et de leurs amis pendant le carnaval... (photo internet Bambou Edition)


La Ville de Dunkerque a diffusé le parcours des bandes et utilisé ces personnages pour rappeler les règles...  (photos issues du prospectus)

1) on respecte les règles : on n'essaye pas d'être en première ligne
on respecte l'espace pour que les musiciens puissent jouer
on a une tenue ni offensante, ni incorrecte... 


Pour mieux profiter, on met de bonnes chaussures et pour éviter les accidents on y va à pied ou en bus ou en taxi réservé pour la bande.


Les services de sécurité sont là pour la protection de tous, alors on joue le jeu, en respectant leur travail...


et on ne joue pas les malins, on passe par les passages prévus...

ce n'est pas si difficile d'être bon carnaleux ...
BON CARNAVAL !!! 



week-end rugby et carnaval ou carnaval et rugbyRésultat de recherche d'images pour ... j'ai donc préparé une tarte aux mûres pour demain après-midi....

1 pâte feuilletée
3 petits oeufs
1 pot de ricotta
1 grand verre de lait
50g de cassonade
1 peu de cannelle.

Chauffez votre four à 180°.
Posez votre pâte dans le moule et enduisez-là avec un blanc d'oeuf.

Dans une jatte mettre le jaune d'oeuf restant et deux oeufs, la ricotta, le sucre, la cannelle... mélangez...
Ajoutez le lait de façon à obtenir une liaison fluide et versez sur les fruits.

Enfournez pour 35 minutes...



Marc et Sylvie nous ont proposé cette recette originale (ici !)

j'ai essayé... et... nous nous sommes régalés !


comme j'avais ouvert une grande boîte d'olives noires et que nous avions beaucoup de chorizo, je les ai utilisé avec un poivron rouge en petits dés et j'ai fait un grand cake et des petits cakes... une partie est au congélateur et nous serons heureux de les retrouver à l'occasion...



je ne suis pas trop roman mais ... je me suis laissée attirer par celui-ci et je suis bien loin d'être déçue !

"Nichée dans un petit village de la côte anglaise, la librairie Nightingale est le refuge des amateurs de livres. Un lieu préservé et hors du temps que sa propriétaire Emilia a bien du mal à maintenir à flots...." 

je ne vous dirai pas pourquoi Emilia reprend cette librairie, ni ce que cette librairie a de particulier...
les habitants vont l'aider... par petites touches très finement entremêlées, on découvre un peu la vie de chacun et surtout leurs bonnes raisons d'essayer d'aider Emilia...
Un livre plein de saveur ... 



jeu de mots n° 14

 19/02/2017
lors de notre dernière balade à Lille cette semaine...



Appelé "poumon vert" de la ville de Grande-Synthe (à 7 kms de Dunkerque), ce lac artificiel a été conçu lors de la construction de l'autoroute A 16...


"De quoi oublier l’environnement urbain, les buttes sableuses proche du site font l’objet d’une gestion raisonnée. En témoignent les touffes de végétation poussant naturellement entre les poches d’argile et de sable, matériaux à partir desquels sont formées ces buttes artificielles. " (site de la Ville de Grande-Synthe)


"la ceinture boisée :

Longtemps interminable alignement de peupliers pour séparer la partie urbanisée des usines, la ceinture boisée est devenue un chemin de biodiversité. Ce ruban, d’une largeur de 50m sur 4km prend désormais l’allure d’un jeu de piste parsemé d’arbres fruitiers."



"Une zone immunisée où la faune et la flore ont progressivement repris leurs droits. Ses 172 hectares font d’elle la réserve la plus étendue, riche de diversités."

 



"prairies d’écopâturage, saules têtards et oseraies se côtoient sur 80 hectares."


"En bordure d’un plan d’eau et sur sept hectares, il offre des perspectives variées pour chaque allée empruntée, proposant ainsi des tableaux différents où se mêlent, parmi un grand choix de végétaux, plus de vingt variétés de rosiers tels que le pénélope, l’iceberg, lavander dream, Golden wings…"


"Il constitue le lieu préféré des pêcheurs, notamment depuis la création d’une école de pêche.  Avec sa maison de quartier, une cantine scolaire, un  jardin des plantes médicinales, la diversité du parc marque profondément l’image de la ville."


Le soleil décline sur les "véliplanchistes" de l'école de voile. Nous avons fait le tour du Lac, il est temps de rentrer...



les restaurants et brasseries font appel à des décorateurs....


pour créer l'ambiance...


ces dessins éphémères marquent la période du carnaval...


et l'attachement à Jean Bart !



<< 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :