Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 2 582 412
Nombre de commentaires : 18 137
Nombre d'articles : 1 585
Dernière màj le 23/01/2019
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
La balade en barque est terminée, nous passons devant le Museum of Canterbury.  "
Cet ancien hospice fut fondé au 13ème siècle pour servir d'asile aux pauvres. Aujourd'hui, il accueille une présentation de l'histoire de Canterbury et de ses alentours." (source guide Michelin)


circuit en ville et passage devant le "three tunes" réputé pour ses fameuses bières !...


des magasins originaux comme celui-ci ...


C'est le quartier de Greyfriars avec le marché en plein air du mercredi et du vendredi...


la galerie marchande "Marlowe arcades" abrite des commerces spécialisés...

"L'arcade de Marlowe est la seule partie du centre avec un toit plein, et contient plus de magasins spécialisés. Il abrite également Whitefriars Pattieserie et une petite clinique de filetage des sourcils."

Marlow était un dramaturge très célèbre...


"Le centre commercial Whitefriars est constitué de magasins répartis principalement sur deux étages, mais avec quelques magasins sur trois étages. Le parking à plusieurs étages est dans le même bloc que Tesco, avec deux ponts entre le parking, Primark et Marks and Spencer . 



"La disposition du centre se compose principalement de places, à savoir Rose Square, Clocktower Square et Whitefriars Square, petites rues et arcade. Une partie plus ancienne du centre fait partie de la grande rue. Les trois étages sont reliés par deux ascenseurs principaux, dans la salle d'escalier et Fenwicks"


"La maison des Marlowes, l'église et presque tous les bâtiments de cette zone de la ville ont été détruits ou gravement endommagés (le 1er juin 1942). La coquille de l'église est restée pendant 10 ans avant tout mais la tour de l'église a été démolie. La tour et son horloge sont tout ce qui reste de cette partie de la cité médiévale" 


Un autre circuit dans la ville est proposé : "the Canterbury Sculpture Trail". Il fait découvrir la ville avec l'art public, les parcs et les jardins".
Ce circuit fait 3,2 miles, attention le mile mesure 1,609 mètre.
Un petit truc pour vous en souvenir ... pensez à la phrase "un ciseau neuf" 
1 6 0 9 ! je suis sûre que comme nous, vous ne l'oublierez pas !



J'aime beaucoup ces personnages que l'on retrouve aussi en Belgique, en Hollande, c'est très sympathique !


Nous ne pouvions pas tout faire, il fallait choisir... 

"L'église de Saint Mildred est une église de pierre anglo-saxonne à Canterbury datant probablement du 11ème siècle. Il s'agit d'un bâtiment classé Grade I depuis 1949. Il est situé dans le quartier St. Mildred's du centre-ville historique. C'est la seule église pré-normande survivante dans les murs de l'ancienne ville."


Elle est construite en silex et pierre de Caen...


retour le long de la rivière Stour, il faut penser à reprendre le ferry...


La mer était houleuse et beaucoup de personnes ont été malades (dont moi) mais cette journée était si bonne et si belle que ça valait bien ce petit désagrément !



La "Venise verte" de Canterbury... un voyage en barque plate sur la rivière Stour.... et un "gondolier" vous emmène faire le tour de la ville...


La rivière Stour est longue de 98 kms et se jette dans la manche au niveau de Christchuch...


bien qu'à Canterbury elle ne soit pas très profonde, le courant y est très fort et en hiver le niveau de l'eau monte bien haut ...


la rivière Stour traverse Canterbury et c'est un moment agréable pour passer sous les ponts de la ville (mieux vaut être allongés pour ça !) et s'entendre raconter l'histoire des fortifications et des faits historiques qui ont marqué son histoire...
Ainsi le Roi de l'époque aurait préféré venir à Canterbury plutôt que dans une autre ville où il était invité parce qu'au lieu d'un banquet... on lui offrait un sac d'or ! en remerciements, il fit construire une porte dans les fortifications... las !!! cette porte en remplacement des portes démolies par les guerres d'alors, ne servit à rien puis que les fortifications avaient quasiment disparu !!!


cette balade est très plaisante et on ne sait plus si on est en ville ou en pleine nature...


Nous glissons le long de l'ancien quartier des tanneurs (une réputation mondiale... pour l'habillage des voitures, des carosses de la Reine...), aujourd'hui rebâti en résidence étudiantes...


Ces logements modernes font la joie des étudiants qui occupent plus de 60 % de la population, Canterbury est la plus ancienne ville universitaire du royaume !!...


Avec le courant, la rivière est très empoissonnée et on peut y pêcher de la truite, du brochet et d'autres poissons de rivière...


Ce pont autoroutier est joliment décoré (hors tags !!!) par un thème des pélerins se rendant à Canterbury pour voir la tombe de Thomas Becket ou pour prendre le départ vers St Jacques...


ces scènes burlesques retracent la vie et l'activité de toute une époque...


Il faut bien revenir les pieds sur terre alors revenons à l'embarcadère pour l'article suivant vers les rues de la ville et ses commerces...



Nous approchons du Musée des "Canterbury tales" (les Contes de Canterbury)...


"Les Contes de Canterbury sont, avec Sire Gauvain et le Chevalier vert (d'un anonyme) et Pierre le laboureur (de William Langland), les toutes premières grandes œuvres de la littérature anglaise"

C'est notre Professeure et Présidente de l'Association qui nous a fait découvrir ce très intéressant musée. En fait, Elle nous a expliqué que Chaucer était très observateur, il a relevé les travers de ses compagnons de voyage. Ces contes qui pour l'époque pouvaient paraître osés ou grivois ont servi aussi d'apprentissage pour décrire ce qui se passait et... ce qu'il ne fallait donc ne pas faire !!!


"Situé à l’intérieur de l’église Sainte-Margaret, le musée propose une reconstitution de la vie au Moyen Âge avec, comme fil conducteur, Les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer. Les personnages représentés effectuent un pèlerinage de Londres au sanctuaire de Thomas Becket, dans la cathédrale de Canterbury. En chemin, les histoires de Chaucer sont reconstituées, permettant de découvrir l'univers d'une ville médiévale." (source Wikipédia)


"Geoffrey Chaucer est un écrivain et poète anglais né à Londres dans les années 1340 et mort en 1400 dans cette même ville. Son œuvre la plus célèbre est Les Contes de Canterbury. Il est l'un des principaux auteurs de langue anglaise du xive siècle avec John Gower, William Langland et le Pearl Poet, et il est largement considéré comme l'un des pères de la littérature anglaise."


Une visite intéressante pour l'histoire, le décor... les surprises le long du parcours...


les conditions de vie au Moyen Age... une visite à ne pas manquer...


la morale des histoires aussi... un bon moment !...


restons un peu dans cette époque avec la façade...

"L'hôpital Eastbridge (également appelé l'hôpital de St. Thomas le Martyr sur Eastbridge) remonte au 12ème siècle. À l'époque, c’était un haut lieu de pèlerinage. Les personnes venaient visiter la tombe de l'archevêque de Canterbury, Thomas Becket qui fut assassiné. Pour faire face à l'afflux croissant des pèlerins, le marchand Edward FitzObold construisit l'hôpital en 1180. Depuis 1190, l'hôpital Eastbridge a abrité non seulement les pèlerins, mais aussi les enfants, les soldats et les sociétés locales. C’est maintenant un refuge qui fournit encore des logements pour les personnes âgées."


De nombreuses maisons au passé historique "

"L'un des bâtiments historiques les plus photographiés de Canterbury, la Old Weavers House est un magnifique bâtiment à colombages sur la rivière Stour. La rivière longe littéralement le côté du bâtiment, qui abrite actuellement un restaurant populaire.

La Maison Old Weavers tire son nom de l'afflux de tisserands flamands et huguenots qui se sont installés dans la région après avoir fui les persécutions religieuses au cours des 16ème et 17ème siècles. Elizabeth I accorda aux tisserands flamands le droit d'établir leur entreprise à Canterbury, et ils sont connus pour avoir utilisé ce bâtiment et d'autres bâtiments similaires à proximité.

Malgré la date 1500 qui peut être vue en évidence au-dessus de la porte, cette maison remonte probablement au moins au 14ème siècle. Le bâtiment actuel date en grande partie d'une reconstruction dans la seconde moitié du 16ème siècle, pas le premier, comme vous pouvez le supposer par le signe !"



"À l'arrière de la maison Old Weavers se trouve un tabouret médiéval en forme de canard qui surplombe la rivière. Ce tabouret d'escrime était historiquement utilisé comme une méthode pour punir les «grondeurs» - les femmes accusées par leurs maris de trop parler! Le tabouret peut également avoir été utilisé comme une punition plus sévère pour les sorcières soupçonnées. La sorcière présumée a été trempée sous l'eau et maintenue pendant plusieurs minutes. Si elle (elle était habituellement une femme) ne s'est pas noyée, elle a été prouvée sorcière. Si elle s'est noyée, au moins son nom a été effacé!"


D'autres demeures sont tout aussi remarquables... comme celle-ci dans Stour street...



ou celle-ci ...

"L'un des meilleurs bâtiments à colombages de Canterbury. 8 Palace Street est un bâtiment du 13ème siècle avec des ajouts ultérieurs. Il pourrait avoir été construit comme le presbytère de l'église voisine de St Alphege.

Le bâtiment est construit avec deux étages supérieurs en saillie sur un rez-de-chaussée, chaque étage supérieur projetant plus loin que le dernier. Les étages supérieurs peuvent être du 15ème siècle. Il est également possible que la façade que nous voyons face à la rue Palace a été amenée d'un autre bâtiment.

L'extérieur est magnifiquement sculpté, avec des motifs floraux et géométriques complexes qui bordent les jetées. Les caractéristiques les plus intrigantes, cependant, sont les supports sculptés qui soutiennent les jetées. Ceux-ci ont la forme de démons grimaçants, ou grotesques, tenant leur sein bombé d'une manière assez suggestive. Bien que l'un puisse être une figure féminine, l'autre est définitivement un homme."



ou comme le Musée de Canterbury , ancien hospice fondé au 13ème siècle...


L'histoire est omniprésente à Canterbury et plusieurs musées relatent, sous des aspects différents, les différentes époques de la ville...

"La maison d'art et de savoir de Beaney est le musée central, la bibliothèque et la galerie d'art de la ville de Canterbury, Kent, Angleterre. Il est logé dans un bâtiment classé Grade II. Jusqu'à sa fermeture pour rénovation en 2009, il était connu sous le nom de Beaney Institute ou du Royal Museum and Art Gallery. Il a rouvert sous son nouveau nom en septembre 2012"



Le prochain article nous emmènera en barque sur la rivière Stour...



Cette année nous sommes allés en Ferry, départ tôt le matin, ciel clément, mer d'huile...


Nous nous éloignons du port de Calais...


On ne se lasse pas de regarder la mer...


Débarquement à Douvres et une petite pause pour admirer le château... "Sur le site les romains érigèrent un phare, puis les Saxons, une église. Les fortifications furent renforcées par Guillaume le Conquérant. Henri II ajouta vers 1180 le magnifique donjon." (source : Guide Michelin)


Nous voici à St Margaret's-at-Cliffe :

"St Margaret-at-Cliffe est un village constitué de trois hameaux, situé juste à côté de la route du littoral entre Deal et Douvres dans le Kent, en Angleterre. Le cœur du village est à environ 3 km de la mer avec la zone résidentielle de Nelson Park situé plus à l'intérieur et de la baie de St. Margaret située le long et au-dessous du nord des falaises de South Foreland.

Des nageurs qui traversent la Manche et les câbles téléphoniques sous-marins partent de la baie St. Margaret. La falaise au-dessus est le lieu où le soleil est supposé illuminer le Royaume-Uni en premier chaque matin. À l'extrémité nord de la baie, il y a le point Leathercote (parfois orthographié Leathercoat point), où est érigé un monument aux morts commémorant la Patrouille de Douvres. D'autre part Leathercoat point marque, sur la côte anglaise, la limite entre la Manche et la mer du Nord." (Wikipédia)



le Kent est magnifique, les maisons pimpantes, comme celle-ci, avec sa jolie glycine mauve...


Sur la route, de nombreux pubs aux noms évocateurs : "The Millers Arms"...


"The Dolphin"...


Nous entrons ensuite dans la ville de Canterbury... 
Nombre de maisons anciennes à colombages, de pubs, de magasins...
Voici le Sun Hotel : "immeuble Tudor situé à quelques pas de la cathédrale de Canterbury, dans une rue pavée, cet hôtel du XVe siècle est ancré dans l'histoire, avec d'anciens clients comme Charles Dickens"...


La place du vieux marché au beurre (old butter market) avec la colonne centrale, plusieurs fois remagniée. En effet :

" Monument commémoratif de la ville de Christopher Marlowe, dévoilé en 1893 par le célèbre acteur Sir Henry Irving. Le mémorial a pris la forme d'une muse féminine, qui est apparue nue, semi-vêtue ou dans un enveloppement diaphane, selon votre point de vue. Le consensus général était que la muse, maintenant surnommée «Kitty», n'avait pas sa place à l'entrée d'une cathédrale et elle fut bannie au Dane John  Gardens en 1921 pour faire place au mémorial de Canterbury sur la Première Guerre mondiale"



Sur cette place, se trouve l'entrée de la Cathédrale que nous avions visitée en 2013 (ici)...
Canterbury est la capitale ecclésiastique de l'Angleterre. La cathédrale marque le point final du Pilgrim's Way (La Voie des Pèlerins est la route historique empruntée par les pèlerins de Winchester dans le Hampshire , en Angleterre , au sanctuaire de Thomas Becket à Canterbury dans le Kent).
Canterbury est aussi le départ de l'Angleterre vers St Jacques de Compostelle.


Nous nous sommes promenés dans le marché de Greyfriars. Les légumes étaient très tentants...


et les fleurs magnifiques !...


Il était l'heure du petit déjeuner "typical english"... Accueil excellent, breakfast copieux, savoureux, de quoi avoir de l'énergie jusqu'au soir sans problème !

Nous continuerons notre visite avec le musée "the Canterbury Tales" et les contes de Chausser dans le prochain article...



Je vous prépare ce petit reportage ... en attendant et puisque c'est vraiment le moment ... voici, entre autres, ce que l'on pouvait acheter ...



"Située sur l'estuaire de la Somme, Saint-Valery est bâtie sur un promontoire qui domine la Baie de Somme et se trouvait vraisemblablement au Moyen Age à l'extrémité de chenaux traversables à gué depuis Le Crotoy."


On a envie de flâner sur les quais...


les rues sont fleuries ...


et de nombreuses haltes bien sympathiques vous sont offertes...


"Le Château du Romerel est une bâtisse blanche d’inspiration Empire, de proportions exquises et encadrée de jardins aux lignes simples et régulières, le long du chenal menant à la mer. Avec son grand parc boisé, son verger, en bordure de la baie de Somme, le Château du Romerel offre un cadre agréable et calme, à quelques mètres seulement de l’agitation de Saint Valery."


Depuis ces étages, une superbe vue sur la Baie...


cette maison d'hôtes date de 1880/1991...


des ruelles étroites remontent vers le calvaire des marins...


nous n'avions pas assez de temps pour grimper...


d'autres descendent vers la Somme...


La rue de la Ferté nous offre de bien jolies boutiques avec ces maisons hors du temps...


un dernier regard, il faut partir... à regret... j'aurais aimé voir le belvédère, la ville Moyennâgeuse... ce sera pour une autre fois...


Retrouvez beaucoup beaucoup d'articles sur la Baie de Somme sur
- le blog de Chantal "entre prés et champs"
- le blog de Sylvie et Marc  "les bons restaurants" en tapant Baie de Somme dans  le moteur de recherche ....
- le blog de Corinne "Coppamozzacity
- le blog de Christine "Simple chez Christine"

à bientôt pour d'autres balades ...



"un sifflement... et vous voici propulsé un siècle en arrière pour un voyage à bord "d'authentiques trains historiques !" (dépliant de l'Office de Tourisme)


nous partons de la gare du Crotoy.... 
"Le Chemin de fer de la Baie de Somme est jumelé avec le Kent and East Sussex Ralway (Royaume-Uni)  et l'Association des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord (Bretagne)"...


L'ancien bureau sert de mémoire de cette époque ...


embarquons vers Noyelles-sur-Mer jusqu'à Saint-Valéry-Sur-Somme...


rigolo en regardant par la fenêtre je me serais crue dans "les mystères de l'ouest"... hihihi !...


par sécurité ou par plaisir notre locomotive siffle à certains endroits... et nous nous amusons à faire signe aux automobilistes qui attendent au passage à niveau... sympa certains nous répondent avec un signe de la main et un sourire !!!...


A un rythme lent qui ne nous est plus habituel, nous découvrons les cultures...


et les molières : "Un schorre ou pré salé est une étendue naturelle plane à végétation basse située à proximité du bord de mer, inondée par les eaux salées uniquement lors des hautes marées." Wikipédia


7000 moutons de pré-salé y paissent  Les moutons sont marqués d'un numéro et leurs propriétaires les confient à la surveillance de bergers. Au soir, les chiens les regroupent en cercle pour la nuit...


Ces étendues mi-eau, mi-terre font le bonheur des oiseaux et nous avons vu des hérons, des aigrettes sans les déranger....


notre gentille chenille nous emmène jusqu'à Noyelle-sur-mer...
"la gare de Noyelles-sur-Mer- permet de relever les correspondances avec le réseau SNC, ligne Paris-Boulogne depuis 1847. C'est ce qui permit à la fin du XIXème siècle de développer les Bains de Mer de la Côte Picarde."...


notre locomotive devra passer de l'avant vers l'arrière pour nous emmener jusqu'à Saint-Valéry...


de la verdure à perte de vue... des chevaux en semi-liberté... un bel instant hors du temps...


nous approchons de notre étape et nous traversons, au niveau de l'écluse qui régule le canal maritime d'Abbeville à Saint-Valéry.. et l'Amboise ("D'une longueur de 156,5 km, le canal débute à Saint-Simon")...vers Saint-Valéry...


l'embouchure n'est plus très loin...


nous arrivons ... trop vite encore !!! .... à Saint-Valéry. Notre locomotive doit recharger, bois et charbon...



Arrêt pour le déjeuner au restaurant "Les Saules" à Favières.


Cadre agréable, service impeccable, gentillesse et délicieux repas ...
au menu :
Kir picard (crème de cassis et cidre)
Ficelle picarde
Dos de cabillaud aux sallicornes
Rollot de Picardie 
Tarte normande et café ...


En début d'après-midi nous visitons Le Crotoy, charmante petite ville en bord de mer...


la marée est basse et la mer est retirée bien loin ...


les bâteaux sont à sec...


et les plaisanciers doivent attendre pour partir en mer...


la plage du Crotoy est de l'autre côté de la ville..quand la mer se retire de ce côté des digues apparaît une bande de galets puis une plage étroite et enfin ces étendues de sable, entrecoupées de "mini-rivières" d'eau de mer.....


des Panneaux affichés au niveau des escaliers précisent : "pour votre sécurité, remontez avant ... heures !!" en effet la mer remonte vite ici, il faut rester prudent !...


Le Crotoy a accueilli nombre de célébrités :
"les frères Caudron, pionniers de l'aviation, y effectuèrent leurs premiers essais"


Jules Verne y vécu huit ans dans la villa "la solitude" et y écrivit "vingt mille lieux sous les mers",
des écrivains venaient ici :
Colette, Paul Eudel, le poètre Charles-Hubert Millevoye...


des peintres célèbres vinrent au Crotoy : Sisley, Georges Seurat, Alfred Manessier, Toulouse-Lautrec... (source Wikipédia)...


le parfumeur Pierre Guerlain y acquis de nombreux terrains ...


"L'église Saint-Pierre du Crotoy a succédé à une église médiévale à deux nefs... L'édifice actuel a été reconstruit en brique dans le style néo-gothique. Son plan basilical traditionnel est composé d'une nef à deux bas-côtés et d'un chœur en prolongement. Toutefois, lors de la reconstruction on a conservé la massive tour-clocher de grès du XIIIème siècle en façade...  l'église conserve également des ex-voto de marins".


"Jeanne d'Arc y fut emprisonnée avant d'être emmenée à Rouen pour son procès"


"La forteresse du Crotoy, « qui estait place imprenable » selon Leprêtre, a soutenu pas moins de vingt-cinq sièges dans son histoire"


"En 1674, en application des clauses du traité d'Aix-la-Chapelle", le château du Crotoy fut détruit. La ville s'endormit jusqu'au XIXème siècle et resta un simple port de pêche."


Un dernier regard sur la baie (seule plage de la Côte picarde a être orientée sud) et nous nous dirigerons vers la gare pour le parcours à bord du Chemin de Fer de la Baie de Somme...



ces statues sculptées aux ronds points dans des postures très réalistes des goélands nous indiquent le chemin à suivre.... (désolée en bus je ne pouvais pas m'arrêter pour les prendre en photo !!) ...celle-ci est à l'entrée de la maison de l'oiseau...


Nous arrivons à la Maison de l'oiseau à Lanchères...


une visite libre où nous suivons les tableaux reconstitués de l'habitat des espèces d'oiseau que l'on peut observer ici ...j'ai déjà vu chez nous des huitriers-pie mais d'aussi près c'est une autre dimension !...


les vitrines sont étudiées pour nous faire découvrir la "gent ailée" mais surtout l'endroit où nous pouvons les retrouver en fonction du terrain...


en trompe-l'oeil, nous avons un décor de carton et une reconstitution des habitats des différents oiseaux qui y nichent...


sur les falaises... dans les terrains herbeux...


près des rochers... des plaques en plexiglass nous indiquent en fonction de la position du tableau, le nom des oiseaux et nous pouvons mieux réaliser leur taille les uns vis-à-vis des autres...


bien sûr nous ne les verrons jamais tous ensemble mais par affinité du lieu, nous comprenons mieux leur environement...


cet espace est dédié aux chasseurs... les murs sont emplis d'oiseaux pas un pareil à l'autre... Ici la chasse est très réglementée...


Une reproduction d'un atelier de menuiserie qui crée les happeaux et aussi les articles souvenir du magasin...


apprendre c'est bien, voir en vrai c'est mieux ! un joli parcours très documenté nous emmène tout autour d'un plan d'eau planté de roseaux...


Bien sûr 11h du matin, il y a peu d'oiseaux sauf les canards (au vu de ce que nous avons observé dans le musée, ne me demandez pas de vous en dire le nom !!!)....


ceux-ci je ne les avais jamais vu par chez nous...


celui-là peut être ???...


un joli passage de bois traverse le plan d'eau pour se sentir au plus près...


et des observatoires sont prévus pour regarder..... sans déranger....


la boutique récèle bien des trésors tentants avec des produits de qualité... A regarder, observer, découvrir...le temps passe vite vite et il est l'heure de partir nous restaurer....



"Deal est située huit miles au nord-est de Douvres. Il s'agit d'une petite communauté de pêcheurs située entre Douvres et Ramsgate. En étroite relation avec Deal sont les villages de Kingsdown, Sholden, la dernière étant l'endroit où Jules César est arrivé en Grande-Bretagne (meilleure estimation par les historiens)."


"Deal a été désigné comme un membre des Cinq-Ports en 1278. Grâce à sa position sur la côte, la ville s'est développée pour devenir le port le plus actif en Angleterre, et aujourd'hui, elle jouit de la réputation d'être une paisible station balnéaire, ses rues pittoresques et ses maisons sont le seul rappel de son histoire. La côte française est à environ vingt-cinq miles de la ville, et est visible durant les jours ensoleillés."


"La ville a reçu sa charte en 1699 et est devenue l'un des Cinque Ports. Il est connu comme une ville de contrebandiers. "




un magasin "bio"...


de petites boutiques aux façades colorées...


non non ce n'est pas le "Ten downing street" juste un joli marteau de porte !


des ruelles, des petits cafés... cliquez sur la photo... vous ne rêvez pas !c'est bien un cochon ! Il n'est pas vivant bien sûr mais il attire le regard du client...


des pâtisseries et terrasses pour prendre un petit thé...


"Le musée d'histoire locale et maritime de Deal possède des galères et autres bateaux, ainsi que des maquettes de divers navires de guerre."
Ici se trouve le Syndicat d'Initiative, le musée est un peu plus loin à gauche...


"L’église apostolique a été amenée dans cette partie du Kent à l’apogée des mines de charbon lorsque des familles du Pays de Galles sont venues travailler dans les mines autour de Deal. "



dans "Victoria road" et "clanwilliam road" on retrouve le style victorien...


ces entrées ont cette caractèritique des églises...


avec de jolies mosaïques... voulez-vous séjourner en "Bed and Breakfast" ???


"Le time ball museum : Idéalement situé, le long du littoral sur la jolie Prince of Wales Terrace, le Time Ball Tower Museum est l’un des principaux bâtiments historiques de la ville et mérite de fait que l’on s’y arrête quelques instants. Il s’agissait en réalité lors de sa construction d’un bâtiment destiné à accueillir un télégraphe à volets, de manière à faciliter la communication entre les différentes parties de l’armée pendant les guerres napoléoniennes de la fin du XVIIIème. Le message mettait seulement deux minutes en théorie pour parvenir jusqu’à Londres, ce qui semble éternellement long aujourd’hui mais relativement novateur pour l’époque !" "en 1855, la station de sémaphore a été transformée en musée... "Le Timeball Tower Museum, doté d'une boule horaire sur son toit, met quant à lui l'accent sur l'importance pour les marins du XIXe siècle de connaître l'heure exacte afin de calculer leur position en mer" (photo du net)...


Nous passons devant "Le Tudor Deal Castle, qui a été commandé par le roi Henry VIII, et dont la vue aérienne rappelle une Rose Tudor."

"Ressemblant fortement au château tout proche de Walmer, et construit selon le même principe d’un donjon central entouré de plusieurs bastions, le château de Deal a été édifié sur les ordres d’Henry VIII aux alentours de 1540. "

 

 



toutes les bonnes choses ont une fin... il faut rejoindre Douvres et le ferry s'éloigne du port...


"Le port de Douvres est le port anglais le plus proche de la France, distant de seulement 35 km, et l'un des ports européens de passagers les plus importants, avec 14 millions de voyageurs, 2,1 millions de camions, de 2,8 millions de voitures et motos et 86 000 autobus qui débarquent chaque année, avec un chiffre d'affaires annuel de 58,5 millions de £."


on voit bien comment les digues ferment l'accès...


il fait très beau et la visibilité est nette... nous croisons d'énormes porte-conteneurs...


petit à petit nous approchons de la côte française... (photo prise à l'intérieur du ferry)...


arrivée à Calais...


rêvons encore de parcourir les mers à la découverte d'autres lieux aussi jolis...



"Située à quelques mètres seulement des principales artères commerçantes de la ville, en agitation perpétuelle notamment du fait de la présence de touristes, l’été, la plage de Deal est également l’un de ses principaux points d’intérêt. "


"Il s’agit en effet d’une très longue plage (puisqu’elle s’étend jusqu’au château de Walmer et même au-delà, au Sud), très bien entretenue (elle est parfaitement propre) et offrant une baignade bien agréable et apaisante. L’eau n’est certes pas très chaude même au meilleur de l’été mais la plage de galets permet notamment des pique-niques sympas avec une magnifique vue sur l’ensemble de la baie, et sur les éoliennes de la mer du Nord, au large".
Un peu au-dessus, se trouve le village de Sandwich mais nous n'avions pas le temps de "pousser" jusque là... 



face à nous... la ville de Margate...


"Deal est une petite ville de pêche pittoresque, même si elle offre beaucoup pour les jeunes générations."


"Avec une belle jetée et une promenade qui s'étend sur des miles, vous pouvez prendre l'air de la mer."


la jetée s'avance profondément dans la mer du Nord...


approchons nous... au bout de la jetée... un café...et des éperons de bois où les pêcheurs s'installent... "La jetée a une reconnaissance internationale en tant que lieu de pêche"


"En 1998, une statue de bronze de 300 cm de haut, 'Embracing the Sea', du sculpteur John Buck a été commandée et placée à l'entrée de la jetée."



bonne pêche !!! une roussette !!! ...


Il est temps pour nous d'aller déjeuner... au "New Inn" ...


"the pub of the year"...


à l'enseigne si caractéristique...


l'accueil est chaleureux et pourtant il est 14h 45 !  le décor sympathique, le repas très copieux et le prix tout à fait abordable...


un petit tour là....

et nous vous emmèneront pour la visite de la ville et la fin de cette belle journée...



cette visite nous a enchantés et nous avons vu des souvenirs très originaux ....


l'extérieur du château est aussi plaisant à voir... avec des chaises pour lézarder au soleil.... entre les canons  répartis pour assurer la défense du château ....


l'extérieur nous présente un lieu difficile à investir et on image bien la vie de l'époque, rythmée par la surveillance des côtes...


même s'il ouvre aujourd'hui sur des sites verts et arborés....


la girouette nous indique la direction à prendre....


Il suffit de suivre le chemin le long de la côte ....


ce serait dommage par ce beau temps de ne pas profiter de cette balade à pied.... seulement 2,5 kms jusqu'à Deal... où tout est prévu pour s'arrêter...


il y a des bancs tout le long.... des inscriptions sont gravées dans les bancs. Je n'ai pas encore la réponse à ça.... je vous dirai dès que j'aurai trouvé... mais ces bancs sont les bienvenus pour ....


se poser bien sûr et aussi profiter de la plage et de la vue sur la mer...




nous avançons sur ce chemin goudronné, facile à suivre, bordé d'une piste cyclable où les vélos n'empiètent pas sur l'espace piéton !!! où les chiens sont tenus en laisse et où les déjections sont ramassées par les propriétaires... sommes-nous dans un autre monde??? ...
oh assortir la couleur de la voiture aux "vieilles cabines téléphoniques... non... c'est une blague du photographe !!!....


au fil de notre balade nous rencontrons divers bâtiments au passé intéressant...

 

RNLI WALMER LIFEBOAT STATION :

"Depuis qu’une station de sauvetage à Walmer a été créée en 1856, les équpages ont reçu 28 pris pour la galanterie. La station Walmer a été créée en 1856 et surveille la moitié sud des Goodwin Sands et Downs. Il a été fermé en 1912, mais a été rouvert à nouveau en 1927 lorsque l'institution a décidé de placer un bateau à moteur sur cette partie de la côte, car il a été constaté que Walmer était plus apte au lancement que la station voisine de North Deal, qui A été fermé en 1933 lorsqu'un bateau à moteur a été placé à Walmer.

Après la seconde guerre mondiale, l'une des stations de sauvetage les plus fréquentées sur nos côtes et Coxswain Frederick Upton, et le mécanicien C Percy Cavell, a remporté deux fois des médailles pour la galanterie pendant ces années. Dans les deux cas, il s'agissait de services à des navires étrangers - en janvier 1948, pour sauver 30 vies de la vapeur italienne Silvia Onorato et en 1952 pour le sauvetage de l'équipage de 38 du navire français Agen.

Le bateau de sauvetage Walmer Charles Dibdin (ON 762) était l'un des 19 embarcations de sauvetage qui ont participé à l'évacuation de la Force expéditionnaire britannique de Dunkerque en mai 1940. Elle était occupée par un équipage naval, et de ses aventures, on ne sait rien, mais elle est venue Retour avec des trous dans les deux côtés. Onze ans plus tard, au printemps de 1951, lorsqu'elle était interrogée, les arpenteurs, en ouvrant un des compartiments et en sortant des caisses d'air, ont trouvé une balle traceuse et le bois carbonisé environnant."



"The Bandstand : Deal, Royaume-Uni - 17 février 2015

Deal Memorial Bandstand est situé sur Walmer Green dans Deal. C'est un mémorial aux 11 musiciens tués lorsque la caserne des Marines royales a été bombardée le 22 septembre 1989.

L'explosion d'une bombe dévaste l'école de la fanfare des Royal Marines basée à Deal (Kent), dans le sud-est de l'Angleterre. L'attentat, qui tue dix personnes (neuf jeunes fusilliers marins et un civil) et en blesse vingt-deux autres, dont huit grièvement, est revendiqué par l'Armée républicaine irlandaise (I.R.A.) qui commémore ainsi à sa manière le vingtième anniversaire du déploiement des troupes britanniques en Ulster."



je ne sais pas à quoi  sert ou servait cet abri mais en cas de pluie il est bien pratique et très décoratif....


la prochaine étape nous emmènera sur la plage et dans la ville...
à bientôt....



restons savourer ce délicieux jardin à l'anglaise avant la visite du château... 
un endroit, comment dire ce que j'ai ressenti dans cette partie des jardins, ... un Alhambra en miniature...
plan d'eau, nénuphars, décor... canards... tout est là pour oublier le temps ...


sous l'ombrage .... pleine vue sur cet endroit où le ciel et la terre et l'eau se rejoignent... j'ai pensé  à la famille du "petit ours"... le Papa, la Maman et bébé ours... influence de la nature sans doute...


cet endroit est idyllique pour s'évader des tracas du quotidien...


le chemin est parfaitement ordonné et conduit à une vue inverse...


mais sécurisante et rassurante à la fois...


derrière le rideau végétal, et en deça de la muraille, quelques trésors oubliés comme cette fontaine qui devrait raconter bien des histoires passées...


Il est l'heure de la visite de l'intérieur du château...


ici, nous rejoignons l'histoire...

Initialement conçu comme faisant partie d'une chaîne de défenses d'artillerie côtière, il est devenu la résidence officielle du Lord Warden of the Cinque Ports en raison de sa position clé sur la  côte de Kent . "



nous pouvons visiter les pièces où le Duc de Wellington, en charge de la défense côtière a vécu 23 années ...


au premier étage, nous longeons ce couloir au bleu si "typical english" avec sa cheminée, sa "lanterne de lumière", ses tableaux, son tapis, sa couleur...


transporté à une autre époque, nous découvrons l'intérêt de Walmer Castel sur la côte...
"On connaît sous le nom de Cinque-Ports (= Cinq ports) une ancienne juridiction anglaise créée à l'époque des Anglo-Saxons. Le lord Warden, chef des cinq ports, exerçait ses pouvoirs sur le littoral des comtés de Sussex, Kent et Essex, et était chargé de les défendre de toute attaque venant de la mer. La population des Cinque-Ports pouvait être réquisitionnée pour le service du roi, mais en revanche elle possédait de nombreux privilèges.

La charte la plus ancienne de cette organisation a un siècle de plus que la première charte de la cité de Londres. Originairement, les Cinque-Ports étaient Hastings, New-Romney, Hythe, Douvres et Sandwich, Winchelsea et Rye devinrent plus tard membres de cette corporation avec, le titre de Link ou membre, mais n'eurent pas autant de droits. 

Cette antique organisation subsiste encore sur le papier, mais les lois municipales adoptées au XIXe siècle ont fortement diminué les pouvoirs du lord Warden, et aujourd'hui ce n'est plus qu'un titre honorifique. (L. Bougier). "



saviez-vous que Lord Duc de Wellington était l'inventeur des bottes en caoutchouc ??? en Angleterre on les appelle des "Wellington boots"...
en tout cas ce fut un précuseur en la matière en se faisant faire des bottes étanches qui lui permettait de parcourir tous les terrains...


puisqu'à y vivre de nombreuses années, autant le faire confortablement.... dans ce bureau ...


une salle à manger spacieuse...


et un confortable salon pour prendre le thé ou jouer à des jeux de société...


dans la bibliothèque (photo du net, la mienne était floue) se trouve le fauteuil dans lequel Il est décédé...


ici la chambre des invités... ce lit me semble bien accueillant...


William Pitt, alors premier ministre y séjourna et nous révèle qu'il avait un don pour les illustrations...


la suite nous emmènera tout doucement à Deal..;



Il y a de belles découvertes à faire, pas loin de lieux ultra-connus...
A 14 km au nord de Douvres, une adorable ville de pêcheurs.... un riche passé, une jolie station balnéaire aussi...

Cette fois, nous prendrons le ferry.... allez embarquez avec nous !... (petit clic sur les photos)...


Nous quittons Calais... la côte française s'éloigne...


la brume matinale s'intensifie... nous croisons le ferry qui vient de Douvres...


Notre premère visite sera pour WALMER CASTLE (la photo ci-dessous et les textes en vert sont issus du Net)...

"Faisant à l'origine partie d'une chaîne de forteresses destinée à renforcer l'artillerie côtière, ce château est devenu la résidence officielle du Gouverneur des Cinq-Ports . 


Le duc de Wellington a occupé pendant 23 ans ce lieu qui lui était cher et, plus récemment, sa Majesté la Reine Elizabeth II et feu la Reine Mère se sont régulièrement rendues dans ce château."



"Parmi les anciens gardiens de ce magnifique château et de ses élégants jardins figurent le Duc de Wellington, Winston Churchill et la Reine Mère. Construit en 1540 sous le règne du Roi Henry VIII, le Château de Walmer servait de forteresse défensive contre les menaces espagnoles et françaises." ...


Poussons la grille qui donne accès aux jardins...


"Les remparts du château protègent des luxuriants jardins de Walmer des vents salé de la Manche, permettant au passage le développement de nombreuses espèces de plantes et d'arbres."


"Parcourez les allées des jardins bordées de fleurs épanouies"...


"Le jardin accueille des évènements spéciaux à chaque saison et chaque centimètre carré de l'espace est utilisé pour de magnifiques expositions"...


"des haies soignées"...


tout ici respire calme et sérénité... une seule envie... s'y attarder...


l'art topiaire est ici très développé...

La suite de cette visite nous emmènera dans une autre partie du jardin et à l'intérieur du château...



L'écluse du Temple est la première écluse de la partie visible du canal Saint-Martin...


Si le vent frippon relève votre jupon et fait s'envoler votre écharpe... elle restera accrochée longtemps à l'écluse !
le niveau est très haut et le vent chasse l'eau dans la deuxième écluse...


ce n'est pas le remplissage, juste le vent... qui nous offre une belle cascade...


le bateau-croisière se présente, il faut remplir la deuxième partie, les pompes entrent en action... le bassin se remplit à une vitesse vertigineuse...


puis les portes s'ouvrent...face à ce trou noir où le canal s'enfonce dans les entrailles de la Ville...


le bateau est englouti...

"Construite dans sa partie la plus longue par Haussmann, et rallongée en 1906, la voûte souterraine suit le tracé des boulevards Jules Ferry et Richard Lenoir. La partie située sous la Colonne de Juillet est la plus ancienne (1835). Les puits de lumière ont été conçus pour éclairer les "haleurs" qui remorquaient les bateaux dans le canal. "


voilà le bateau et ses passagers ont disparu !!! comme le voyage est un aller simple et que les bateaux remontent à vide... que deviennent les passagers ? lol !!!

rassurez-vous ils ressortiront quelques kms plus loin au port de l'Arsenal, le port de plaisance de Paris qui communique avec la Seine... où ils seront déposés...


nous profitons du square Lemaitre pour faire une petite pose et admirer le paysage. Je continue de penser qu'à l'automne ces jolis "tableaux" doivent être bien colorés !!

derrière nous dans le square Jules Ferry... la Grisette....
"À l’instar des gavroches, des apaches et des marlous, la grisette fait partie des figures populaires du vieux Paris. Le terme de grisette désignait entre les XVIIème et XIXème siècles les jeunes parisiennes issues de la classe ouvrière qui exerçaient de petits métiers comme couturière ou vendeuse des quatre-saisons, leur nom vient de la couleur de leurs vêtements.

Très présente dans la littérature de son époque, la grisette y est souvent décrite comme une jeune femme aux mœurs légères. Balzac, Alexandre Dumas, Alfred de Musset et bien d’autres la mettent régulièrement en scène dans leurs écrits.
La statue à l’angle du boulevard Jules Ferry et de la rue du Faubourg du Temple représente une grisette, vendeuse de roses de 1830, elle a été sculpté en 1911 par Jean Descomps. La statue se trouve dans le square Jules Ferry et fait face au canal Saint-Martin."





Nous faisons une petite incursion rue du Faubourg du Temple... voici le Palais des Glaces...
"Inaugurée en 1876 sous le nom de Boléro Star et essentiellement consacrée à la chanson, la salle est rapidement rebaptisée Bijou Concert. ...Oscillant alors sans cesse entre music-hall et théâtre, au gré des directions et des faillites, la salle est entièrement reconstruite en 1924 pour devenir le Grand cinéma du palais des glaces (en raison de sa nouvelle façade recouverte de miroirs)....Dédié désormais au one-man-show et à la comédie, le Palais des glaces est racheté à l'été 2002 par Jean-Pierre Bigard, le Frère de l'humoriste français Jean-Marie Bigard, qui le dirige toujours aujourd'hui."


Il faut songer à retrouver le chemin de la gare, l'heure avance... encore de beaux immeubles...


et j'aime toujours ces mascarons en haut des portes...


Devant la garde du Nord, nous remarquons cette maison...
non nous n'avons pas bu... elle est si étrange...

"C'est un drôle d'immeuble haussmannien qui se dresse devant la gare du Nord : sous l'effet du réchauffement climatique, cette maison se retrouve déséquilibrée et fond sur le sol. La porte d'entrée a, elle, déjà fondu, laissant penser que les habitants sont déjà piégés à l'intérieur. Cette impressionnante sculpture est l'oeuvre de Leandro Erlich, un artiste qui a fait des miroirs et des trompe-l'oeil sa marque de fabrique. Elle est amenée à rester en place après la Nuit Blanche."

Notre balade annuelle à Paris est terminée. Nous revenons avec de jolis souvenirs dans la tête et surtout avec l'envie d'y retourner ! 




Nous passons devant un mur décoré de street art... En 2017, un commerce nommé Atalante ouvrira ses portes à cet endroit.. chaque dessin mérite d'être détaillé...


Nous traversons à nouveau Paris-Plage, nos sacs sont de nouveau visité...
beaucoup de jeux d'eau et les enfants sur ces drôles d'engins s'en donnent à coeur joie...


Nous retrouvons le calme, les arbres, les pavés et le doux mouvement de l'eau...


Nous passons l'écluse des morts... 
"L'écluse double des morts doit son nom à deux lieux macabres situés à proximité : un cimetière mérovingien et le sinistre mais célèbre gibet de Montfaucon, principale potence des rois de France, détruite en 1760"


voici ensuite le pont tournant de la Grange-aux-belles...
le pont est justement ouvert et la circulation est bloquée... ça klaxonne, ça bouchonne mais il faut attendre...



la jolie passerelle Bichat. cette passerelle en fonte est un "pont en arc par-dessous"...




et nous voilà  au début du canal Saint-Martin, à l'écluse du temple... le temps a passé vite !!!  le soleil se montre enfin... 


de chaque côté des écluses nous retrouvons de petits squares où l'on pousse le portillon pour entrer... je pense qu'à l'automne avec les couleurs rousses des feuilles ça doit être bien joli...


Regardez la barrière, nous sommes preque au bout de notre balade...
le square Lemaitre nous offre un banc pour contempler cet endroit magique... profitons d'une petite halte...

la dernière étape nous ramènera progressivement à la Gare du Nord...



nous arrivons à la jonction du Canal Saint-Denis et du canal de l'Ourcq...

"Le canal Saint-Denis est un canal long de 6,6 km qui relie la gare circulaire du canal de l'Ourcq (près du parc de la Villette) àParis, à la Seine sur la commune de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), devant l’Île Saint-Denis, traversant une partie du 19earrondissement de Paris et les communes d'Aubervilliers et de Saint-Denis."



au long du parcours, de nombreuses péniches sont amarrées... restaurants... cinéma... une bonne façon de prolonger la vie de ces "vaisseaux des fleuves"...


de part et d'autre de la berge voici le Parc de la Villette...

Deux grands axes traversent le parc : l’un nord-sud, la galerie de la Villette, caractérisée par sa couverture en forme de vague. L’autre est-ouest, la galerie de l’Ourcq, qui borde le canal du même nom. Une piste cyclable longeant le canal permet notamment de se rendre à La Villette depuis la place Stalingrad. La promenade cinématique, chemin sinueux de 3 km, est bordée d’aires de jeux, de jardins paysagers, et d’espaces intimistes aux ambiances aquatiques et agrémentés d'œuvres d’art, comme le jardin des bambous conçu par Alexandre Chemetoff qui accueille le “Cylindre Sonore” de Bernard Leitner et la “Diagonale pour des Bambous” de Daniel Buren.
  • Des surfaces : les prairies et les espaces
  • Des points : les folies

  

 



"Au 18e siècle, on nommait « folie » les petits pavillons disposés dans les jardins français qui servaient de lieux de plaisance. C’est le nom que Bernard Tschumi a donné aux 26 bâtiments rouges de formes variées, mais tous construits sur la base d’un cube de 10,80 mètres de côté, qui quadrillent le parc selon un espacement de 120 mètres. Beaucoup de ces bâtiments remplissent des fonctions très variées liées à leur situation sur le parc."


"Il y a 3 000 arbres, 70 espèces et variétés différentes. Un verger de 23 arbres fruitiers, 3 hectares de massifs arbustifs, 3 000 m2 de jardin labellisé « espace végétal écologique », 4 ruches (40 000 à 50 000 abeilles dans chaque ruche), et 4 moutons noirs du Velay en éco-pâturage.

Le parc de la Villette accueille 10 millions de visiteurs par an. En 2014, 603 000 personnes ont assisté aux spectacles et aux expositions organisées par La Villette et 50 000 enfants et adultes ont participé à plus de 1 500 Ateliers Villette et à 400 actions de médiation. Plus de 1 500 artistes ont été programmés, et 121 projets ont été accueillis en résidence. " 

 



le long de la berge notre regard est attiré par de grands totems... Ils ont été utilisés sur les chars lors de précédents carnavals à Rio....


Ils sont au nombre de 12 comme le nombre des écoles de Samba qui les ont créés...


Pour le moment, nous sommes de l'autre côté du canal et nous poursuivons notre route... Nous apercevons un très haut bâtiment...  les moulins de Pantin...
 

"Les Grands Moulins de Pantin sont un site emblématique du nord-est parisien. Ce sont ces beaux bâtiments beiges situés juste au bord du canal de l'Ourcq que l'on voit de loin depuis la passerelle du Parc de la Villette ou en voiture depuis le périphérique lorsque l'on circule entre la porte de Pantin et la porte de la Villette. Installé au bord du canal depuis les années 1920, cet ancien bâtiment industriel a été entièrement réhabilité au début du 21e siècle. Les architectes ont parfaitement réussi à conserver le patrimoine bâti de l'édifice lors des travaux."



"Au début des années 1920, l'entreprise des Grands Moulins de Pantin, attirée par le canal de l'Ourcq et le chemin de fer à proximité du marché parisien, s'installe sur le site. En 1923, les architectes hollandais Haug et Zublin construisent pour l'entreprise le moulin haut de huit étages. Cette architecture en hauteur, inspirée du modèle alsacien est caractéristique des minoteries du début du XXe siècle. Au plus fort de leur activité, 190 000 tonnes de farine sortent, chaque année,des Grands Moulins. C'est une des premières minoteries de France. Très endommagée par les bombardements de la seconde guerre mondiale, les bâtiments sont partiellement reconstruits par l'architecte Léon Bailly. En juin 2001, le groupe Soufflet, propriétaire des Grands Moulins de Pantin ferme la meunerie ; le bâtiment est racheté par Meunier Immobilier, filiale du groupe BNP Paribas qui décide sa transformation en bureaux."


Devant nous, l'ancien hôtel de Ville de Pantin... 
 

"L'hôtel de Ville de Pantin marie habilement, en plein Centre-ville, le passé et la modernité de Pantin. Inauguré le 31 octobre 1886, le bâtiment puise essentiellement ses formes dans l'architecture de la fin du XVIe siècle. L'intérieur est richement décoré. Voir surtout le plafond de l'escalier d'honneur représentant La Paix et la ville de Pantin, de François Schommer (1886), la peinture murale, salle des mariages, de Charles-Augutse Edelmann (1924), et les œuvres patriotiques de A. David (1897) mettant en scène la résistance des troupes napoléoniennes face à l'envahisseur. Depuis 1994, les services administratifs de la ville sont installés dans un nouveau bâtiment de l'autre côté de l'avenue, ensemble de verre signé Jean-Claude Donnadieu, qui symbolise la transparence et l'ouverture de la ville."



nous décidons de traverser... Il est presque l'heure du repas et il pleut toujours...


Voici la péniche cinéma...


puis nous entrons dans le périmètre de la cité des sciences et de la géode...


tout à côté, le sous-marin l'Argonaute que l'on peut visiter...


et le tobogan géant pour les enfants...

Nous cherchons un endroit pour déjeuner...

La prochaine étape nous fera revenir au bassin de la Villette puis au canal Saint-Martin pour d'autres découvertes... 



nous avons traversé le boulevard Sébastopol très urbain, à la circulatin dense... et nous sommes bien contents d'être de l'autre côté...

nous retrouvons le calme des écluses avec bonheur...


encore une passerelle très pittoresque... un bâteau  de croisière fluviale s'avance, nous grimpons sur la passerelle pour voir la manoeuvre...


Il s'engage dans la première partie de l'écluse... les commentaires sont en français et en anglais...


chaque passage nécessite deux manoeuvres dans les écluses pour compenser les niveaux... du début à la fin du canal, le dénivelé correspond à un immeuble de 8 étages !...


Du haut de la passerelle nous avons une vue magnifique du bassin de la Villette...


quelques distances pour vous donner une idée...


Avant Paris-Plage, des galeries le long du quai proposent les voyages de croisière-fluviale pour descendre le canal Saint-Martin jusqu'au port de plaisance de la Seine...


Nous nous engageons le long de la promenade "Jean Vigo"... encore de beaux immeubles... la vue doit être superbe de ces appartements...
 

"Le bassin de la Villette est le plus grand plan d'eau artificiel de Paris. Il a été mis en eaux le 2 décembre 1808. Situé dans le 19e arrondissement de la capitale, il relie le canal de l'Ourcq au canal Saint-Martin et constitue l'un des éléments du réseau des canaux parisiens.

Rectangulaire, d'une longueur de 800 mètres pour 70 de large, il s'ouvre par le pont de la rue de Crimée, dernier pont-levant de Paris, près du magasin général, et se termine avec la place de Stalingrad où se situe la rotonde de la Villette. Ce bassin accueille également des comptoirs pour croisières fluviales, ainsi qu'un complexe cinématographique MK2 dont l'originalité, outre son implantation dans d'anciens portiques en fonte reconvertis, est assurée par une liaison par bateau électrique de part et d'autre du bassin."



Paris-Plage s'étend des deux côtés du bassin de la Villette. C'est le matin et le temps est maussade... peu de monde... 
A l'extrémité, le "pavillon des canaux"...
 

"Le Pavillon des Canaux est le nouvel endroit où se mettre au vert, lieu d’expo, de restauration, de loisir et de travail. Avec vue sur…le canal de l’Ourcq. Le Pavillon des Canaux a ouvert ses portes avec aux manettes l’équipe du Comptoir général et de la Recyclerie. Ce qui frappe d’abord, ce sont les façades décorées par les street-artistes AlëxOne et Supakitch. Effet wahoo garantie. A l’extérieur, le soleil comme les parasols sont de sortie et les tables en terrasse sont un appel à la paresse. Avant d’y céder, aventurez-vous à l’intérieur. Car la maison se visite et vaut le détour. A l’étage, un salon, deux chambres, une salle de bain et une charmante cuisine. Tutti cosy. On peut s’y installer pour travailler en toute tranquillité. Ou pas, car les curieux défilent dans ce lieu qui est aussi un espace d’exposition."



Ici le "street art" est partout...


nous approchons de la jonction avec le canal de l'Ourcq... le nom évocateur de "la criée" dans ce nouveau restaurant "spécialisé en fruits de mer, poissons et recettes régionales dans un cadre convivial"... abrite en plus un hôtel Holliday Inn...


Nous sommes au bout du quai (traversée de Paris-Plage, nos sacs à dos sont visités par les personnes chargées de la sécurité à l'entrée et à la sortie, des militaires, mitraillette au point surveillent ces endroits très sensibles...)...
nous contournons le bâtiment par la rue de Crimée... nouvelle construction... je n'ai pas su à quoi elle sert... mais grâce à Cath des "Délices de la Hague" je sais maintenant que ce bâtiment abrite une crèche... (merci Cath !)


et nous arrivons au "Pont de la rue de Crimée" ...

Le pont levant de la rue de Crimée est un pont levant situé à l'intersection du bassin de la Villette et du canal de l'Ourcq, dans le 19e arrondissement de Paris. Il permet à la rue de Crimée de traverser le canal, et relie le quai de l'Oise, sur le côté nord-ouest du canal, au quai de la Marne, sur le côté sud-est du canal. Mis en service en 1885, le dernier pont levant de la capitale connaît encore chaque année près de 9 000 manœuvres.

Lorsque le pont levant est en action pour laisser passer un bateau, les piétons peuvent traverser à côté sur une passerelle fixe et surélevée : la passerelle de la rue de Crimée.

L'ensemble, passerelle et pont, a été entièrement rénové au cours de l'été 2011."

La prochaine étape nous emmènera dans le Parc de la Villette et au début du canal de l'Ourcq...