Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 4 677 448
Nombre de commentaires : 25 477
Nombre d'articles : 2 450
Dernière màj le 28/05/2024
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
ll faisait bon et nous nous sommes attardés.


Les canards recherchaient les coins tranquilles, c'était mercredi et il y avait beaucoup d'enfants au parc


Ils sont passés tout à côté de nous pour se mettre à l'ombre sous les arbustes.



Un joli moulin

 19/08/2023
Petit détour par la Belgique avec ce joli moulin près de Veurne :

"Sint-Karelsmolen (De Moeren, Veurne)

Moulin pittoresque utilisé à l'époque pour assécher les Moeren. Les Moeren sont des terrains situés plus bas que le niveau de la mer. De nombreux fossés et pompes étaient prévus pour les maintenir au sec." (texte du net)

les moeren (Moëres côté français) se traduisent par marais, région marécageuse)




Curiosités malouines

 23/03/2023
Je redécouvre les petites rues de la ville.

Un peu d'humour aussi devant la fenêtre


sur le rebord d'un balcon


et j'aimerais vous parler maintenant de ce que j'appelle "La maison chat" !

Cette maison est toujours très décorée en fonction des saisons.Ils aiment les chats !!!



Il y en a partout ! la girouette....


le premier étage ... cliquez sur la photo, vous verrez, ils sont là !


Au rez-de chaussée aussi !



Si si ! regardez bien, le butoir de porte, et la plaque de rue 

et l'été, au niveau de la cave,il y a un chat parmi les pots de fleurs



Un petit tour pour prendre l'air ... donc direction le quartier grand large... 
cette bouée ultra moderne, alimentée par un appareillage solaire va bientôt prendre le large...


la balade le long des nouvelles habitations "les gables" est bien agréable et incite à la flânerie


Un arrêt assez long pour voir les "petits loups de mer" s'essayer au dériveur avec plus ou moins de succès !


en bordure de mer, le tout nouvel hôtel qui accueillera un espace de balnothérapie de 1000 m2, bassin de nage, spa, hammam, solarium, et cabine de soins privées. 
L'hôtel offrira 110 chambres et suites, salles de séminaires, restaurant et commerces. 

Je vous laisse rêver dans cet hôtel 4 étoiles qui ouvrira très prochainement...





les fleurs d'eau

 18/05/2022
Sur un bord du plan d'eau  du jardin du LAAC, les iris d'eau ont surgi mettant une dominante jaune au décor...


Je les ai admiré sur les blogs des copinautes et là je les ai vu de près !



Enfin il fait beau, enfin, on peut se poser pour regarder le paysage... allez vous venez ?

Petit clic sur les photos ...

De brillants reflets du soleil sur l'eau de la forme 4... lunettes de soleil oblige, on se sent presqu'en été...


Nous sommes passés devant le Yacht Club, le carénage des bâteaux de plaisance va s'accentuer pour les beaux jours...


La voilerie appartient à Thomas Ruyant


Un joli nom : "la Marie Céline" . Cette goélette apparaîtra bientôt sur France 2 dans une série de 8 épisodes


Derrière nous, au fond, nous voyons les "Gables" constructions de logements du quartier Grand Large...


nous voici au bout de la forme 4. Il reste encore les anciennes structures qui permettaient d'ouvrir et de fermer les portes...

Ici, un ponton a été déposé, juste à notre hauteur pour faire une longue pause au soleil !...


Le centre ville n'est pas si loin... Le long du quai, de nouvelles constructions émergent...


A côté de la Halle aux Sucres, la nouvelle patinoire : 

"Sa capacité d’accueil est de 1400 places assises, avec une piste olympique de 60m x 30m (1800 m²) et une piste d'entraînement (800 m²)." Wikipédia


Nous venons du bout là-bas. Ici, le terrain vient d'être aplani et les anciens rails de la Sernam enlevés...

 

« Un pôle d'innovation autour de la transition énergétique et de l'économie circulaire va être implanté à d'ici à 2023.

Il prévoit la construction d'un bâtiment de 4 400 m2

L'incubateur accueillera des entreprises qui disposeront notamment d'un hall technologique de 800 m2 pour développer des prototypes à l'échelle 1. Les deux écoles d'ingénieurs récemment implantées à Dunkerque et spécialisées en génie énergétique viendront aussi s'y installer. Un showroom, vitrine des activités, complétera les installations. »



Devant la Halle aux Sucres, le cirque Gruss s'est installé jusqu'au 14 avril. 



En ce moment, il y a une représentation, on retrouve toute l'ambiance du cirque et ça donne bien envie d'y aller !...


A l'endroit où nous nous trouvons, un immeuble de 70 logements sociaux va être construit... la ville bouge !...


Ensuite, nous longeons le bassin du commerce...nouvelle pause au soleil : les bâteaux, la ville, les oiseaux... hum c'est bien agréable...


Nous nous en retournons chez nous, en passant devant le bâtiment de la Communauté Urbaine...

Nous n'avons pas marché beaucoup, seulement 4,5 kms mais nous avons savouré ces instants, attendus depuis longtemps !



Le vent s'est amusé à dessiner les nuages, le soleil encore bas en cette saison, allumait le ciel... 


et on resterait bien à regarder tout ça longtemps !



En fin d'après-midi, un soleil d'hiver qui se couche doucement...


et qui donne une autre dimension aux édifices


Une jolie lumière dorée... 



camouflage nature

 16/11/2021
mimétisme : les champignons se mêlent aux feuilles mortes avec des notes de couleur tellement proches, qu'ils se confondent bien dans le décor.



On les remarque par leur hauteur  et aussi par la plateforme à l'arrière...






Ils desservaient le trafic entre les îles à Ouessant.

S'ils sont ici, c'est qu'ils vont être transformés en poseur de câbles en mer.

Un devenir bien utile...


Au passage, un ancien treuil près de l'ancienne écluse qui fermait une forme de radoub... Il sert encore pour aider les plongeurs à remonter leur matériel...


On retrouve la trace des anciennes fonderies sur ces bites d'amarrage. Trace du passé encore préséntes....



Il a fait beau

 07/09/2021
même chaud ! allez oups dehors !
balade ... on vous emmène...

On marche dans la partie ombragée et elle nous réserve quelques belles photos...


L'arrière de l'église St Martin et son reflet dans l'eau...


Pause à l'ombre près du passage du batardeau


Où on retrouve nos amies les oies qui lézardent au soleil en rangeant leurs plumes...


Un petit square bien aménagé, il manque peut être un banc pour s'y attarder ? ...


Inévitable à cet endroit, un cormoran joue les éventails pour se sécher les plumes qui bizarrement, lui qui est excellent plongeur, n'a pas son plumage tout à fait étanche !!!...


Au retour, un superbe buisson de cynorrhodrons !  quelle délicieuse confiture ! mais quel boulot, il faut retirer le poil à gratter, laver, équetter, passer en purée... c'est comme les épinards, il en faut des kilos pour en avoir un peu ! ...


Et enfin à 100 m de chez nous... un magnifique mirabelier ! pour y avoir goûté elles sont délicieuses mais ... il faut de grands bras ou une échelle pour les atteindre...



Une balade à l'envers

 04/09/2021
eh oui ! pour varier, on peut faire la balade à l'inverse de d'habitude et ça change tout !

Alors passons près du bâtiment de la CUD où nous découvrons un nouveau tag original ... M. Serpent (d'eau je suppose lol !)


C'est le 29 août, le temps est gris mais il fait chaud et les méduses en sont ravies !


L'association de sauvetage Terre Neuve et Landseer vient entraîner les chiens. Ils sont très beaux mais pas toujours très disciplinés ! enfin, il faut bien commencer par l'apprentissage...

Leur but : "promouvoir et valoriser les actions de sauvetage par les terre-neuve et landseer (lof et non-lof) et les membres actifs de l’association ; aider à leur intégration dans les moyens de secours et former des équipes cynotechniques dans le sauvetage aquatique."



Nous arrivons à la gare d'eau par le sud... les vieilles péniches sont progressivement débarrassées et la gare d'eau prend un tout autre aspect.


Nous retrouvons le vieux pont qui permettait de passer l'écluse... vestige du passé...


La nature reprend progressivement ses droits et envahit la structure...


Le choix des couleurs n'est pas heureux mais il fait ressortir le tourniquet qui empêchait le passage des voitures...


Nous voici arrivés à l'angle suivant : de l'eau, de la verdure...


L'église des Adventistes du septième jour a été inaugurée en février 1974...


Continuons notre parcours... choisissez ... le banc... ou les exercices !
ou le banc après les exercices !!!...


Fin du tour autour de l'eau... arrivés au pont, nous découvrons un superbe pommier redevenu sauvage... dommage il est très fourni ! Un petit trognon et quelques pépins sont-ils à l'origine de ce bel arbre fruitier ???


Jonction entre le canal de Bourbourg à grand gabarit et la gare d'eau...


En parlant de gare, le retour nous fait passer devant la gare des trains cette fois !...


La place a été totalement remodelée et c'est beaucoup plus gai qu'avant !...


Poursuivons vers la gare... des autobus qui déservent gratuitement toutes les lignes de l'agglomération...


La boucle se termine par la Citadelle, les tours de la ville, le bassin... 

Vous avez parcouru 5,6 kms !




fleurs champêtres

 28/06/2021
et pourtant nous sommes en ville... 
voici tout d'abord une fleur toute en légèreté...


mais qu'est-ce que c'est ? pour le moment, on ne sait pas...


ah mais oui c'est une jolie fleur de sureau !


Attention le sureau dont les grappes vont vers le ciel est toxique ! sinon les autres sont comestibles...


Les grosses fleurs de pissenlits... chaleur... humidité...


et puis à un croisement de rues, ce joli décor de fleurs champêtres... si je peux je vais aller récolter des graines hihihi !











Allez ! il fait beau, sortons ! le but : aller jusqu'au delà de l'écluse Wattiez... petit balade de 8 kms... c'est parti !


un convoi exceptionnel vient déposer un bateau de plaisance venant de Belgique et un autre transporteur, immatriculé anglais vient le prendre en charge... où s'en va-t-il ???
ça fait rêver ... je ne dirais pas non pour une petite croisière !


mais... nous sommes les deux pieds sur terre, alors poursuivons notre chemin... dans le chenal, le bateau pilote s'en va guider un gros navire pour son entrée ou sa sortie de l'écluse De Gaule...


Chez Damen, un cargo est en réparation. C'est un cargo très large, appelé pontier parce qu'il transporte des marchandises en vrac mais aussi des containeurs...


Bien sûr, passage obligé devant le phare dont la blancheur se détache du ciel bleu ...


Petite pause pour voir au loin, la ville, l'écluse Tixier sur la gauche...


Un remorqueur revient d'avoir guidé un navire plus il approche, plus on remarque son imposante présence alors que près d'un navire, il nous paraît plutôt petit...


Nous voici tout doucement arrivés face au feu de Saint-Pol. Courte pause et puis nous prendrons le chemin du retour...


Sur le mur que le soleil a réchauffé, un couple de goélands se repose... la saison des amours va commencer. Les goélands sont fidèles et se retrouvent chaque année...


Pour agrandir notre parcours, nous rentrons par le môle II. Encore un remorqueur qui passe l'écluse... décidément, il y a du trafic maritime, c'est bien !...


La ville n'est pas loin... il est 18h30... il est temps de rentrer !



Direction le phare...

 07/03/2021
Certes il fait frais pour ne pas dire froid mais le ciel est pur et le soleil donne dans l'après-midi... une bonne occasion pour retourner voir le phare...

Un gros bateau est en maintenance dans le dock flottant de Damen...


Tout est calme et ça fait du bien de prendre l'air...


Voici le but atteint ! le phare se dresse dans un ciel bleu superbe !
L'histoire du phare ici 
L'intérieur ici 
U
ne fois en haut ici 
Le logement des gardiens ici 




Aujourd'hui nous n'irons pas plus loin parce que de ce côté, le vent nord-est est insistant !


Une petite pause pour regarder les bateaux de plaisance...


et le quartier Grand Large...


La halle aux sucres sur la gauche et la patinoire... 

Est-ce le vent ? nous entendons de la musique ???!!!


Nous nous rapprochons de la ville et la musique est toujours là ... mais où ???



Jolies jonquilles ... 

Curieux on dirait de la cornemuse ? ... des airs connus Auld Land Syne, Amazing Grace,  Mull of Kintyre... un écossais par ici ???


Mais non, c'est notre cornemuseux qui s'entraîne sur le parvis de la CUD. 

Merci de nous avoir aidé par ces airs entraînants à revenir chez nous en musique !!!



Voici un temps qui nous y sommes allés.. bonne occasion pour refaire le parcours...

Devant la halle aux sucres, une barge d'une longueur impressionnante attend de transporter ses containers... autant de camions et de pollution économisés...


Il fait toujours très frais mais le ciel est dégagé et cette vue sur le plan d'eau est bien agréable...


Ce petit passage, nous permet de faire le tour de cet espace réservé à l'accostement des péniches...


Nous descendons doucement vers le quai... devant nous, la gare et ses voies de triage...


Nous passons devant les maisons des retraités de la marine marchande... jolie maisonnette pour les oiseaux...


Notre tour est presque terminé... les vieilles péniches à l'abandon ont été retirées...


L'horloge tourne et il est temps de rentrer... un regard sur le joli grèbe huppé, excellent plongeur ... à la prochaine fois...



Il fait frais, très frais ! mais la brume fait place au soleil... venez nous partons en balade...


Pour changer de parcours, aujourd'hui nous longeons le canal exutoire et du coup, nous sommes sous la passerelle qui relie la digue au quartier Grand Large...


ça paraît tout tordu...


et pourtant de loin, on voit qu'elle est de niveau !...


Avec l'époque des grandes marées, les écluses fonctionnent à plein et le niveau du canal est exceptionnellement bas, ce qui permet aux mouettes et aux goélands de trouver de quoi se nourrir sur les petits bancs de terre vaseuse...


Pas de promeneurs ou très peu, c'est parfait !


La sculpture en béton dans laquelle sont insérées, les énormes chaînes qui étaient utilisées au lancement des bateaux du Chantier naval, a été posée au sol par sécurité...


Les mailles des chaînes sont énormes !!!...


Non non, Philippe ! n'essaie pas de les soulever hihihi !...


Nous avons passé l'écluse Tixier 

"barrage vanné ''Tixier'' de 5 pertuis,construit en 1929 à l’extrémité du canal exutoire à Dunkerque

pompes immergées assurant le renforcement de la station de pompage "Tixier Rateau". Ces portes sont ouvertes à marée basse pour permettre l’évacuation des eaux de ruissellement d’un bassin versant de 36.000 ha dont une partie provient de la Belgique par le canal des Moëres et la Basse Colme à Bergues. Ces vannes sont fermées à marée haute pour empêcher la submersion marine d’un territoire situé sous le niveau des hautes mers." site (lien ici !)



Sur le terre-plein au-dessus, on a une vue sur la criée, au loin, le Frac et la "cathédrale" qui deviendra musée ...


Le calvaire des marins et la ville au loin...


Le long du quai, sont amarrés les bâteaux des pilotes qui guident les très gros navires pour entrer ou sortir de l'écluse De Gaulle...


Retour par le quartier Grand Large et les gables... la brume redescend, il faut rentrer il est 17h 30, il est temps ! 
Voilà vous avez fait 5,3 kms, pris l'air et le soleil !



et oui ! balade vers la plage mais grosse averse... juste de quoi s'abriter...


N'empêche qu'il y avait un beau ciel encore une fois...


Même un arc-en-ciel aussi et c'était bien beau !


Nous ne nous attardons pas !!! 
direction la passerelle du Frac...


Le port qui s'illumine...


Le "Duchesse Anne" et ses mâts d'une hauteur impressionnante !


Nouveau regard avec les lumières de la nuit qui descend...


et le bassin du commerce ... nous sommes presque arrivés !



Changeons de direction... pour un petit tour jusqu'à la jetée...

Le vent est vif mais on voit loin la plage et la digue...


C'est marée basse et quelques promeneurs (nous sommes en semaine) profitent de la balade iodée...


Cette lumière donne un aspect bleuté au sable...


Enfin retour par le quartier Grand Large ...


et une autre vue du soleil couchant... une vraie photo de carte postale !



Balade au port

 15/12/2020
Vous commencez à nous connaître ... une sortie campagne, une sortie ville, une sortie canaux, une sortie plage... 

Celle-ci vous emmène au port après les écluses... le ciel est un peu moutonneux mais la mer est calme...


Dans l'entreprise Damen, un gros navire est en réparation...


Un vraquier de petite taille quitte l'écluse De Gaulle...


En se retournant, nous avons admiré ce soleil d'hiver qui se couche...


Le disque solaire se déplace lentement vers l'horizon où dans quelques minutes, il aura disparu !


A cet endroit il faut revenir sur ses pas... pas d'autre chemin... nous passons à nouveau l'écluse où un remorqueur revient d'avoir guidé un bateau... Il attend que le niveau soit étal et que les portes s'ouvrent... dépêchons-nous de passer !


et le soir descend sur la ville... 



Sur les bassins, le soleil jette ses derniers rayons du jour...


et les lumières du port s'allument...



C'est beau et apaisant

 17/11/2020
un soleil couchant sur le bassin 



Amusant

 17/11/2020
Quelquefois quand on fait une photo ça donne un résultat amusant ! 

Non non ce n'est pas un bateau amphibie avec les roues ...


Simplement un bateau pilote remit à l'eau !



Oh !

 17/11/2020
Non ce ne sont pas des créneaux sur le haut du toit  !!! mais .... des pigeons alignés en rang d'oignons ! pourquoi plutôt sur ce toit-là ? mystère !



En passant à côté de la Petite Chapelle...


Un joli "rond des fées" autour de la souche d'arbre...


De bien jolies décorations !



comme ce cygne nageant bien au mileu du canal...


ou le soleil à travers les plumets des roseaux le long du canal... 

de jolis moments !



Les ciels de l'automne

 04/11/2020
Un matin à 7h 30. J'aimerais savoir redonner en aquarelle la lumière de ce ciel...


Pendant notre courte balade sur la plage avec les gros nuages qui passent devant le soleil...


ça donne des vues changeantes sur l'ensemble de la plage.





La toilette des oies

 19/10/2020
Nous sommes passés voir les oies le long du canal...Avec le jeune jard, elles étaient très affairées à leur toilette... un vrai spectacle  ! (clic sur les photos)


Hors de notre portée mais très proches quand même, elles ne semblaient pas dérangées dans ce moment important ! sans doute ressentaient-elles qu'elles n'avaient rien à craindre.  
On dirait un plumage en ouate éclatant de blancheur !!

Nous avons remarqué également une cane "mandarin" très jolie !


J'admire la capacité à aller chercher loin derrière, les plumes à mettre en ordre !!! 
c'est presque de l'acrobatie !


De temps en temps, il faut s'étirer pour tout remettre en place !


C'est magique !  que c'est beau !


Elles n'étaient pas seules au bord de l'eau... des canards colvert les accompagnaient, eux aussi occupés à nettoyer leur plumage...


Des couleurs d'une intensité très forte sous le soleil de l'après-midi...




Nous serions bien restés longtemps, très longtemps à les regarder... c'était une bien jolie balade !


de quoi rêver de plumes  !



Vendredi... il fait très beau... profitons allons faire une balade...

et profitons pour récolter quelques fruits colorés pour notre composition d'automne...


Des travaux importants  (en couleur orangée) ont commencé près des 4 écluses en association avec la Belgique...  voici le tracé d'une partie de notre balade...


la floraison de l'eau offre de bien jolis tableaux...


On dirait de la pelouse...


Chaque fois l'angle est différent et le paysage change aussi... 5kms en tout, en profitant de la verdure et du beau temps ... ça fait du bien !



Il fait beau allons prendre l'air... 
nous contournons la forme 4 où les plongeurs s'entraînent...


Nous voici arrivés au môle 2, le pont est ouvert pour laisser passer le bateau "le Texel" qui promène les visiteurs dans les bassins du port... (ici)...

Je vous avais parlé de ce pont qui pivote sur lui-même (ici)...


Le Texel est passé, il va s'orienter vers la droite pour se diriger vers le pont de l'université puis celui de la Communauté urbaine pour aller à son point d'attache près de la mairie...


Voilà il s'est refermé et nous pouvons continuer notre balade le long du quai


pour voir la ville "de l'autre côté"...


les monts de sable et graviers attendent que des camions viennent se servir...


Nous arrivons derrière la Halle aux sucres (article ici !) et derrière la nouvelle patinoire...


Nous retournons gentiment en ville... 
Au premier plan :
- Au milieu de la photo, le pont de l'université. Sur sa gauche l'université du Littoral avec tout à droit de forme ronde la MREI, maison de la recherche...

Au second plan :
on aperçoit les mâts du Duchesse Anne, puis en blanc, la tour du Reuze... à sa droite le beffroi de la mairie et enfin à droite, le bâtiment de la Communauté Urbaine...

Nous ferons une petite pause devant les bateaux au bassin du commerce et puis... retour chez nous !




Bien sûr encore le long du canal... je crois que nous n'y retournerons pas tout de suite lol !
mais c'était quand même joli malgré le temps venteux et maussade...


Mauves ces jolies fleurs sauvages...


Blanches, elles se détachent sur le fond vert soutenu des nouvelles pousses...


Violettes, celles de ce petit arbre...


roses, les fleurettes de la "vesse de loup"...


Jaunes, ce genre de colza...


et la balade se termine ... nous passons les écluses, la marée a été haute, maintenant les énormes vannes s'ouvrent pour vider les canaux vers la mer...



Après les agapes de l'anniversaire, il fallait marcher pour éliminer... donc nous avons suivi le canal de l'autre côté ... 
Allez venez on vous emmène...  première surprise : la cane et ses huit petits ! n'hésitez pas ... un petit clic sur les photos pour se retrouver dans la nature...


L'aubépine rend l'arbre presque tout blanc ...


regard en haut, regard en bas pour apprécier le jaune des boutons d'or...


Ce lilas double est très fourni...


Plutôt que de suivre le trottoir, prenons le petit chemin juste derrière...


Je ne saurais dire, un genre de jacinthes ? Les gens des immeubles viennent souvent vider leurs pots de fleurs ici...


de jolies fleurettes roses...


Le pin est en pleine production ...


c'est tout doux, orangé... les petites pommes de pin vont bientôt pousser !...


On se croirait dans un sous-bois...


La balade se termine, nous approchons de la mer... ce sera pour... ???



fleurs de mousses

 22/01/2020
Lors de notre balade de dimanche, nous avons pu observer sur le mur du terrain de football, de jolies mousses.

"Les mousses ne se reproduisent pas par graines, comme les phanérogames, mais par des spores, comme cela a lieu chez la plupart des cryptogames."  (info issue du net)


ça fait de bien jolies rosaces...


ou de petits coussins poilus ! ...



La ville de Coudekerque Branche, ville limitrophe de Dunkerque a réaménagé les berges. C'est joli et ça permet une pause détente ou une balade piétonne bien agréables.



Lundi 23 décembre... une petite balade au soir...


Une ambiance...


On ne s'en lasse pas !... 



Bienvenue cette balade, il fait beau, froid et sec... il a même gelé la nuit précédente et le soir venant, ça "gelote" à nouveau !... direction : la plage !


pas de vent ou presque pas... une marée descendante... les mouettes se posent...

Le point lumineux le plus à gauche au-dessus de la mer, c'est la côte Belge avec la ville d'Adinkerque...


sur le sable, un restant de coquillage... jolie spirale !...


le soleil couchant fait jouer la transparence du bâtiment du FRAC...


les nuages prennent une jolie couleur rouge/pourprée...


tout est différent quand l'obscurité arrive...


Nous traversons le jardin du LAAC où la surface du plan d'eau commence à se figer... nous nous sommes oxygénés... la balade était différente quand le soir descend... et nous avons profité des lumières pour retrouver le chemin de chez nous !



au fil des canaux

 12/11/2019
douceur colorée de l'automne et reflets dans l'eau... voici notre balade de ce matin :
L'air est frais mais le soleil est bien présent...


les peupliers se reflètent dans l'eau...
les oies profitent pour picorer dans les herbes de la berge...


Le jars rassemble ses troupes en jargonnant haut et clair !...


Il domine ses dames et les protège tout en surveillant les passants et les cyclistes !...


Il reste encore bien des feuilles sur les arbres et les couleurs sont très douces...


L'eau sur le canal de Bergues est lisse et calme...


Nous voici au pont, des nettoyeurs de canaux, avec leurs puissants aimants ont retiré des saletés. Ils les ont laissées là pour montrer les objets que l'on peut trouver qui polluent l'eau et ennuyent les bateliers...


Les roses trémières faisaient partie de la décoration réalisée par la ville pour cet angle de rues. Cette graine a traversé pour venir s'implanter là. C'est la seule qui subsiste mais peut être fera-t-elle d'autres plants...


Deuxième pont ... nous approchons du centre ville...


Les écluses où se croisent le canal de Bergues et le canal de Furnes, la troisième partie, le canal exutoire s'en va vers la mer...

sur la droite le canal de Bergues d'où nous venions, en face le canal de Furnes, sur la gauche, les pompes de l'écluse du canal exutoire...


Les anciennes maisons des éclusiers. Elles ont failli disparaître, heureusement, il y aura une  petite brasserie artisanale qui viendra s'installer... si je peux je vous ferai un article à ce sujet...


De ce côté, la façade de la salle de concert des 4 écluses a été repeinte...


le canal exutoire s'en va vers la mer...


De ce côté, les berges du canal de Furnes qui va jusqu'à Nieuwpoort, ont été aménagées et quatre pontons sont à la disposition des promeneurs pour permettre une halte bien sympathique...



Cet après-midi là, nous devions observer les papillons mais le temps était gris... peu de papillons en vue ! 
Alors nous sommes partis avec Sabine, la guide à la découverte des arbres du bois des Forts...
Avant d'arriver ... une jolie raquette en verdure...


Le bois des Forts est une réserve naturelle, créée par la Communauté Urbaine. Au départ, il n'y avait que des peupliers. Avec le temps, il a aujourd'hui 40 ans, au fur et à mesure des abattages, de nouvelles espèces d'arbres ont été implantées... Cependant, les éco-gardes laissent ici en grande partie, la nature se gérer toute seule...


Le bois offre de nombreuses balades ainsi que des pistes cavalières... il abrite de nombreuses espèces d'oiseaux.
Mais suivons notre guide ...


Une pousse d'Epicéa commun avec ces pommes de pin...


Un hêtre pourpre qui a la place pour s'épanouir...


Les noms d'arbres défilent et malheureusement je n'ai pas tout retenu !...


Souvent, il a été installé de ces présentoirs qui expliquent en détail, l'espèce de l'arbre, ses feuilles, ses fruits, l'écorce et son origine... une belle idée !...



La guide nous explique comment reconnaître un arbre : à son tronc, à ses feuilles et quand c'est l'époque à ses fruits...


Les arbres s'éliminent d'eux-mêmes parfois, comme ici. Ils cherchent la lumière et c'est le plus fort qui se développe...
Contrairement à ce que je pensais, le lierre ne fait pas mourir l'arbre, il se sert de lui pour grimper. Il régule la température de l'arbre et le protège des parasites.
Par contre, la vigne, avec ses crochets se nourrit de l'arbre et le fait mourir...


Nous sommes au coeur de la verdure et les senteurs du bois se manifestent...
Un érable Negundo...


Sabine, notre guide est passionnée et nous parle aussi bien des arbres que du sous-bois, des plantes quelquefois arrivées grâce aux oiseaux...


Un arbre très particulier : son écorce ressemble à une peau de serpent disposée en losanges...


Bien qu'il soit interdit de déplacer des espèces !!! Quelqu'un a amené des escargots de Bourgogne dans le bois ...


Ils ont élu domicile dans cette partie du bois et semblent s'y plaîre...


Un mélèze


Un joli rayon de soleil vient pour un temps éclairer le chemin...


Nous avons vu et reconnu grâce à Sabine, le chêne, le merisier, le noyer, le noisetier, le peuplier blanc, l'épicéa, l'érable, l'aulne, l'acacia, le marronnier d'inde, le bouleau blanc, le hêtre pourpre et même un séquoia géant... 
une bien belle après-midi et une balade que je referais volontiers ... avec un calepin et un stylo !!



Aujourd'hui, nous allons à la découverte de la batellerie... 

La place de la gare a été aménagée en zone piétonnière, une belle amélioration...


Juste derrière la gare, une des voies navigables, nous allons vers la gare d'eau...


◆ Sources: Archives municipales et Musée portuaire. Carol Vermeulen, « Le corps des bélandriers à Dunkerque, 1762-1791 », mémoire de maîtrise. Bernard Le Sueur, « Mariniers, histoire de la batellerie artisanale », tomes 1 et 2.


"Omniprésentes sur les voies navigables du nord de la France, les péniches accompagnent depuis plus de huit siècles le développement portuaire et économique de Dunkerque. " 


"Avec près de deux millions de tonnes de marchandises transbordées chaque année, Dunkerque reste le premier port fluvial de la région. Cette place, la cité de Jean Bart la doit en grande partie à son port maritime (le troisième de France par le trafic global), à son puissant pôle industriel, mais aussi et surtout à tous ces mariniers qui depuis des générations approvisionnent les usines en matières premières et acheminent denrées alimentaires et autres pondéreux fraîchement débarqués des cargos vers l’intérieur du pays."


le chemin a été aménagé, la balade sous un beau soleil, est bien agréable...

"Tout commence au XIIe siècle lorsque les comtes de Flandre encouragent l’aménagement des rivières et l’ouverture de nouvelles voies navigables afin de faciliter le transport fluvial. Creusé dans un ancien bras du delta du fleuve l’Aa, le « Haven Dijck » (le canal de Bergues) permet alors au port de Dunkerque d’entrer en communication avec son hinterland."


"La batellerie prend immédiatement son essor et en 1566 c’est la consécration. Les mariniers dunkerquois sont autorisés à se regrouper au sein d’une corporation, obtenant même des magistrats locaux un véritable monopole de transport. Équipés de solides péniches voilées qu’on appelle localement bélandres, ces artisans de l’eau fréquentent les canaux mais n’hésitent pas à s’aventurer dans le port, voire même en haute mer. Car ces hommes sont avant tout d’excellents marins à qui la ville confie la délicate mission de porter secours aux navires échoués afin de récupérer leur précieuse cargaison. Huit embarcations se tiennent prêtes à appareiller au moindre problème, de jour comme de nuit. Vers 1685, la flotte dunkerquoise se compose d’une centaine de bateaux dont une dizaine susceptibles d’affronter de fortes mers. Sédentaires, les bélandriers vivent alors en ville et profitent pleinement des privilèges que celle-ci leur concède. De solides avantages qui seront néanmoins supprimés par l’Assemblée constituante lors de la dissolution des corporations en 1791."


"Déjà fortement ébranlés par la perte de leur monopole, les mariniers dunkerquois subissent un nouveau revers avec l’arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle. À Dunkerque comme partout ailleurs, la batellerie est en crise. Pour lui permettre de subsister, l’État réduit les droits de navigation et s’attache à moderniser et homogénéiser le réseau hexagonal. C’est dans ce contexte difficile qu’en 1879 Charles Freycinet, ministre des Travaux publics, impose un gabarit unique pour toutes les voies principales et uniformise les écluses. Une nouvelle fois, les pénichiens s’adaptent. Les bateaux les plus anciens sont transformés, tandis que de nouvelles unités dites Freycinet apparaissent sur les canaux rénovés. Auparavant simple outil de travail, la péniche devient alors un lieu d’habitation capable de parcourir des distances de plus en plus importantes pour répondre aux besoins d’une industrie en pleine expansion. Vers 1900, près de 300 bélandres sont recensées dans le port fluvial de Dunkerque qui devient l’un des plus grands de la région."


"À cette époque, les péniches ne possèdent pas encore leurs propres moyens de propulsion et doivent être tractées par des chevaux, des tracteurs ou des remorqueurs. Mais avec les Trente Glorieuses et la mise en grand gabarit de la liaison Dunkerque-Valenciennes à la fin des années 1960, apparaissent les bateaux métalliques, les automoteurs et les premières barges poussées de plus de 3000 tonnes. Si la batellerie traditionnelle tend alors à disparaître au profit de la batellerie industrielle, subsiste toutefois à Dunkerque un groupe de mariniers sédentaires qui effectuent toujours le transport de matières premières et autres pondéreux depuis les quais de déchargement du port vers les usines installées le long des berges des canaux. L’activité est alors à son apogée. Malheureusement, l’âge d’or prend fin avec la crise pé- trolière des années 1970. Le trafic diminue et nombre de pénichiens doivent quitter le métier. Cette tendance semble aujourd’hui s’inverser. En effet, depuis le milieu des années 1990, le trafic fluvial n’a cessé de progresser et tous les acteurs politiques et économiques sont unanimes : les voies d’eau possèdent de sérieux atouts environnementaux et constituent une bonne alternative au transport routier."

Une jolie balade à la découverte d'un métier peu connu... 
Une exposition sur la péniche "La Guilde" permet de mieux découvrir la vie des mariniers... ce sera l'objet d'un autre article...



les arbres foisonnent de blanc...


les bourdons s'en donnent à coeur joie !


les fleurs de mûriers éclatent de partout, pourvu qu'il n'y ait pas trop de vent et nous aurons de belles mûres !!!


et monsieur ou madame Foulque ignore tout cela ! c'est l'heure de la toilette !



Nous avons savouré ! Même si elle a été courte ! 
la citadelle sous un ciel clair et un petit vent de nord ...


les tours de la ville se dessinent fièrement dans le ciel bleu ...


La nouvelle patinoire est pratiquement terminée, il reste les abords...


Le parc joue entre lumière et ombre... les fleurs s'épanouissent doucement...


Le beffroi sonne... il est temps de rentrer ! bon dimanche !



Boîte à création

 27/01/2019
Lors de notre courte balade de ce matin à cause de la pluie et du vent, nous avons découvert ces deux "boîtes à création"...


Une des deux boîtes était déjà occupée... 


et voici le principe... 



Reprenons nos bonnes habitudes ...
Il a fait - 3° cette nuit mais le temps ce matin est clair et le soleil est là...
vous venez ? on vous emmène voir la mer...
D'abord passage par le LAAC où le plan d'eau est gelé en surface...


la lumière est si particulière en hiver... je resterais bien volontiers la contempler...


la passerelle du FRAC se reflète joliment sur la surface du canal exutoire...


Une autre perspective de ce côté-ci...


Un bateau est venu décharger sa cargaison et repart vers la mer du Nord...


les voiliers semblent tout petits face à ce géant...


les oyats se sont bien enracinés et maintiennent le sable...


leurs racines se propagent et se développent en un fin réseau...


J'espère que vous êtes bien couverts, parce que là où il n'y a pas encore de soleil, ça reste gelé !...


Nouveauté sur le sable les "bacs à marée" ... eh oui la mer rejette ce qui l'encombre... comme le corps des humains quand ils sont trop chargés ! 
une invite à ramasser ce qui traîne et de le mettre dans les bacs...  une belle idée !...


Nous arrivons à l'écluse Tixier, à cet endroit, il y avait beaucoup d'algues et de déchets, tout à été nettoyé, c'est net et propre... bien agréable ! ...


C'est marée haute et bien haute... ça nous offre un beau reflet du phare...


Nous arrivons au récent calvaire des marins... un beau contre-jour...


Nous passons derrière le FRAC... impressionnant de hauteur....


L'ancienne cale de lancement des navires des Chantiers de France a de l'eau jusqu'en haut...


Nous arrivons vers la ville, sur la gauche, les phares et balises...


L'ancien bâtiment Nicodème a été détruit, les façades sont conservées à titre historique, il y aura de nouvelles habitations d'ici un an environ...


Les immeubles du "quai des Anglais" sont bien dans le ton de la mer ! ...


les pêcheurs sont rentrés... les cordages prêts pour un prochain départ...


vous avez parcouru 5,3 km ! C'est ici que nous devons nous quitter... merci de nous avoir accompagné... ... à bientôt ...



une ombre amusante

 10/10/2018
le soleil occasionne des surprises.... 
En passant devant la mairie dimanche.... l'ombre du panneau avait des allures de taureau...



dans le jardin public de Malo. 



La nouvelle voie

 12/09/2018
Départ du début du canal et de notre balade, il fait beau même s'il y a du vent chaud...


en sortant de la ville, il y avait une voie pénétrante qui vient d'être transformée en trois couloirs, un pour les voitures, un pour les bus, un pour les vélos et les piétons...


Une voie arborée avec chacun son couloir...


trois nivaux reliés par des escaliers avec une rampe pour aider à monter les vélos...


un exemple de ce système...


On reste malgré tout dans un espace verdoyant...


même si elle est linéaire, cette balade a du charme...


tout en papotant nous avons apprécié cet après-midi détente...



Nous sommes retournés faire notre circuit/balade à Lille, je ne vous représenterai donc pas toujours les mêmes photos mais les scènes insolites que nous avons rencontrées ce jour-là... n'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les détails !...

Un nouveau Tag...sur le mur des tags le long de la Deûle...


Une curieuse association et en voici l'explication :

« Axolotl est un drôle « d'établissement flottant itinérant  », dédié à la protection de l'environnement à travers des visites spectacles loufoques et sérieuses.

Dans ce bathyscaphe des années 60 reconstitué, les membres de la fondation Pinson-Bautengri vous content l'histoire fictive de deux chercheurs. Jules Verne des temps modernes, les deux hommes vécurent de nombreuses années dans leur submersible à explorer les océans. Forts d'une créativité débordante et d'une curiosité scientifique insatiable, ils inventèrent une multitude de solutions fondatrices en matière d'énergies renouvelables et bâtirent ce que certains nommeraient aujourd'hui « le palais idéal de l'éco-homme ». Une « utopie pédagogique » développée avec humour et vraisemblance.

La visite contée s'ouvre telle une boite à tiroirs sur des thématiques diverses : l'évolution des espèces, le fonctionnement d'un sous-marin, les nécessités vitales, l'énergie, l'équilibre du rythme journalier, la psychologie en autarcie, la biodiversité, l'imaginaire et la science...

À l'initiative de ce projet décalé, Bertrand Boulanger et Vincent Dujardin. À l'occasion de Lille 2004, ces deux artistes lillois s'engagent dans la production d'une oeuvre sous-marine. Quelque temps plus tard, L'Axolotl, « le sous-marin laboratoire des professeurs Pinson et Bautengri » voit le jour. Engagés dans la défense de l'environnement, les deux compères mettent en scène, avec l'aide de Pascal Rome et Georges Matichard, les visites de cet objet de 33 mètres de long.

Très vite, germe dans les têtes l'idée folle de faire naviguer le sous-marin. En janvier 2006, Vincent Dujardin et Jean-Bernard Artigues, architecte à Dunkerque, fondent l'association Transport culturel fluvial. Le sous-marin est monté sur une barge louée de 38 m aménagée pour l'accueil du public.

Commence une première expérience fluviale. Une réussite !

Le sous-marin va donc quitter sa barge pour rejoindre une péniche de type Freyssinet spécialement aménagée pour l'occasion. Véritable sésame pour la navigation fluviale, le bateau, Le colporteur, permet de voyager en Europe avec la capacité d'accueillir l'équipe du spectacle et de recevoir le public. Cet « établissement flottant itinérant » est un objet unique en France. Sur la totalité de vingt-huit étapes de navigation, 22  000 spectateurs auront embarqué dans le sous-marin. "



L'automne se prépare avec cet arbre au feuillage peu courant couvert de "fruits"...


Une jolie tête de cerf dans le bois...


et un "mur" de troncs d'arbres pour protéger, insectes, champignons, oiseaux...


Vous aimez les champignons ? ceux-ci sont remarquablement orangés !!!...


et même s'ils sont jolis... Je n'en mangerai pas !...


Une sortie d'égout pas comme les autres. Oserai-je dire "qui attire le regard ? "...


et pour terminer ce très beau graph sur le pylône en béton qui supporte la passerelle pour quitter la Citadelle... 
vraiment pas comme d'habitude tout ça !...



Petite ville toute proche de Dunkerque, autrefois fortement liée à l'activité de l'usine de huilerie et une cité des cheminots, elle s'est modernisée et développée de façon importante depuis 1960...
Nous commençons notre balade devant le Palais des Arts... "Inauguré en 1980, cette infrastructure a plusieurs fonctionnalités. Il est le bâtiment central de la ville et a une capacité d’'accueil de 2 000 personnes."
Il accueille également l'Open international des tournois d'échecs, avec des joueurs réputés venus d'une cinquantaine de pays...


voici le "PLUS" autrement dit le Palais de l'Univers et des Sciences. 

"Le PLUS, Palais de l'univers et des sciences est un centre d'exposition qui a la vocation de faire découvrir au public les sciences relatives à l’univers, à la vie et au devenir de la planète" (Wikipédia).

On y trouve aussi le planétarium crée en 1989...
Il est très agréable d'y faire un tour et de suivre les expositions présentées tout au long de l'année...



Nous quittons doucement la ville par ce nouveau sentier qui nous mènera au lac...


Il serpente entre les arbres... les oiseaux... des petits lapins de garenne... se croirait-on si près de la ville ?...


jolie couleur pour la rose trémière...


Nous approchons du petit bois...


les champignons, amis des arbres prolifèrent en ce moment...


et voici le lac qui comporte en fait deux parties, un petit et un grand lac tout proches l'un de l'autre...


les oies cendrées se baladent une fois sur terre, une fois dans l'eau...


elles sont vraiment très belles...


Nous faisons le tour sur un passage herbeux qui sent bon l'herbe fraîchement coupée...


Réserve naturelle pour les oiseaux, propice à la balade et parfait pour les pêcheurs...


les saules pleureurs offrent leur ombre douce...


où il fait bon s'arrêter...


Un siège bienvenu pour se poser et apprécier l'étendue...


Rencontre sympathique avec les cavaliers qui nous remercient de nous être écartés du chemin, échanges de sourires, de merci, de bonne journée !!!...


Un petit arrêt pour cueillir quelques prunelles...


puis retour en ville... la treille, plein sud, offre ces grappes gourmandes...


Notre circuit est bientôt terminé... nous longeons l'église Saint Joseph...


Construite de 1901 à 1906... il est trop tard pour y entrer ce sera pour une prochaine fois...

Tout en bavardant et en profitant du paysage nous avons fait 8 kms...
un bel après-midi !...



la véloroute

 15/08/2018
promenade 11 kms hier avec Véronique...

Départ du Fort des Dunes ... 
"Le Fort des Dunes : En 1874, le général Séré de Rivières qui dirigeait les services du génie était maître d'œuvre de la construction de réseau de fortifications. Un seul fort terrestre de type « Séré de Rivières » fut construit sur le littoral : « Le Fort des Dunes » qui devait devenir l'une des pièces maîtresses de la stratégie de défense du territoire et de l'agglomération dunkerquoise.


On choisit le goulet de Bray-Dunes formé du cordon dunaire et de polders primitifs, possédant un canal, deux routes et une voie ferrée venant de la frontière belge, pour édifier le fort.


Le secteur dunaire permettait d'incorporer au paysage un ouvrage fortifié. Qui pourrait se douter que le Mont de sable à la sortie de Leffrinckoucke abrite un fort de douze hectares et réalisé avec plus de 40 000 000 briques faites sur place ?" (site de la ville de Leffrinckouke)



Nous voici sur la véloroute du littoral dont un tronçon supplémentaire vient d'être terminé... une voie verte, ouverte aux vélos, aux piétons, aux rollers...

"Maillon de la véloroute qui reliera Brest à Kiev, c’est une portion bucolique en même temps qu’historique sur laquelle on s’élance." (Voix du Nord)


"l'eurovéloroute de 4 000 km  devant relier Kiev, en Ukraine, à Roscoff, en Bretagne reliera plus localement le Pas-de-Calais et la Belgique."


"Historique, parce que l’itinéraire sur lequel nous vous emmenons part du fort des Dunes à Leffrinckoucke, ouvrage militaire du XIXe siècle utilisé aussi pendant l’Opération Dynamo. Il aboutit à la ferme Nord, à Zuydcoote, un vaste ensemble de briques rouge et jaune, construite en 1910 pour alimenter le sanatorium voisin, promis à la réhabilitation autour d’un projet touristique."...



en chemin rencontre avec ce joli chat roux...


Nous voici presqu'arrivés et derrière un massif touffu de la dune, se dévoile un peu de la halte du sanatorium maritime à Zuydcoote...


Devant nous, la longue allée bordées de pins maritimes qui mène aux bâtiments...


L'hôpital maritime ex hôpital militaire, a été fortement détruit pendant la guerre 40. Il a été reconstruit et amélioré... Il accueille aujourd'hui des personnes en cours séjour pour de la rééducation fonctionnelle...


Les bâtiments sont en briques rouges agrémentés de briques jaunes...


Chemin en sens inverse, pause pour cueillir des prunelles...


l'environnement est dunaire, avec ces massifs de buissons courts agrémentés de fleurs et de plantes de la dune... cette marche était bien agréable...



Aujourd'hui Véronique nous propose une marche jusqu'à la ferme du Duneleet...
Nous passons par le nouveau tronçon de la "méridienne verte" qui permettra aux marcheurs et aux cyclistes de rejoindre la Belgique...


Nous passons devant l'entrée du Fort des Dunes :
 

"Le fort des Dunes est un ouvrage fortifié du xixe siècle sur la commune de Leffrinckoucke à 6 km à l'est de Dunkerque. Construit dans le cadre du système Séré de Rivières, il a été intégré plus tard dans la ligne Maginot, a été utilisé lors de la bataille de Dunkerque puis sous l'occupation allemande." (source Wikipédia)



Sur le chemin, une jolie maison bien fleurie...


Le pont qui enjambe le canal de Furnes est égayé de jardinières... Le canal de Furnes fait partie des watergangs...

"Les watergangs sont des canaux de drainage ou d'irrigation"

"Les wateringues, (Littéralement le mot veut dire "cercle d'eau ») : de "water" = eau et "ring" = cercle. région conquise à la mer, doivent leur existence grâce à la maîtrise de l'eau qui est leur unique vocation. Leurs dispositifs hydrauliques superficiels sont entièrement voués à l'évacuation des crues, à faire barrage aux entrées d'eau marine, à maintenir le plan d'eau à un niveau constant dans les terres en périodes humides et à retenir ou distribuer l'eau douce en périodes sèches.

 

Les associations de Wateringues assurent le dessèchement des terres basses.

Accessoirement, ce réseau permet en étiage le maintien de la nappe phréatique à un niveau favorable à l'agriculture.

 

La réalimentation des watergangs en période estivale est une pratique ancienne. Certains watergangs sont même dénommés irrigateurs. Cette réalimentation pourrait avoir plusieurs objectifs, qui ne sont pas forcément exclusifs l'un de l'autre: * l'abreuvement des animaux, * la réalimentation des prairies, * le maintien de l'interface salé à une profondeur acceptable, * l'arrêt de la repousse des herbes et roseaux, * la protection des sols tourbeux. (Source : Direction régionale de l’environnement)" 



nous admirons les chevaux du Club Hippique de la Flandre Maritime ...


Nous voici arrivés à la ferme... Pourquoi du Duneleet ? parce que c'est le nom du wateringue de l'endroit. Ici le niveau de la ferme est à + 250m du niveau de la mer ...


Plusieurs générations se sont succédées et aujourd'hui nous sommes accueillis par Stéphanie et ses parents...


L'accueil est chaleureux et bien documenté : histoire des lieux, principe de l'éco-agrologie... : respect des sols, de ce qu'ils peuvent produire en fonction de la région avec le moins de produits possibles pour établir un écosystème...



Bien sûr, jachère oblige et ici pousse la phacélie cette jolie fleur bleue-violette, miellifère qui permet aux abeilles de venir butiner et ensemmencer les plantes alentour. Quelques ruches sont disséminées ainsi dans les champs...


du blé d'hiver qui finit de mûrir ...


des tournesols... La ferme produit de l'huile de première pression à froid de colza, tournesol, lin, cameline... 
Elle produit également des farines de meules de pierre :  sarrasin, lentilles, blé...
et des graines comme le quinoa, de lin, et les haricots blancs de Flandre...


Un champ de quinoa...
la visite se poursuit avec les machines : meules, tamis pour la farine, vis et cuves à décanter pour les huiles et dégustation d'huile de colza et d'huile de caméline...

Pour en découvrir davantage, n'hésitez pas à aller sur le site de la ferme : ici !


Après une pause bien sympathique autour d'une crêpe et d'un jus de pomme, nous pouvons acheter les produits vendus à la ferme...
huile, graines, farines ...


Le retour, sous un chaud soleil, s'effectue par le passage au-dessus de l'autoroute... Un champ d'orge offre sa blondeur à l'astre du jour...


Les vacances sont très proches et il règne un calme inhabituel à l'entrée du Lycée Horticole...


La girouette nous souhaite "bon vent" pour d'autres découvertes... un bel après-midi de découvertes !



Nous avons retrouvé ce "faux vieux camion" sur le parking près de l'université... Il est vieux mais bien customisé....


Nous sommes allés près de la Halle au sucre où se construit la nouvelle patinoire...


J'aime bien suivre l'évolution de ces constructions...


Déplacement de caméra... reste du tournage du film de Nolan....


Au bout du quai, nous avions un beau panorama sur la l'entrée du port et de la ville...


Retour Place Jean Bart... où pendant trois jours des structures gonflables font le bonheur des enfants...


.une petite fille d'environ 3 à 4 ans s'est précipitée dans le château fort, je crois que je n'ai jamais vu se débarrasser de chaussures aussi vite !!!...


montagnes douces....


tumultueuses..


abruptes...


Il y en avait pour tous les âges et tous les goûts !



marcher et profiter du beau temps... et voir la nature qui éclate de partout... (clic sur les photos)...


une espèce d'églantine en fleurs...il m'a semblé qu'il y avait plus de fleurs que de feuilles ! ...


Approchons-nous pour apprécier la délicatesse des fleurettes et leurs pistils ... des grappes blanches à profusion...


Sur l'ilôt, Monsieur Héron est immobile... mais à cette distance de l'eau, je pense qu'il digère plutôt qu'il n'épie. A cet endroit , il est trop loin de l'eau mais ne risque aucune interférence humaine....


les arbres "glycine" s'en donnent à coeur joie....


ajoutant leur note jaune à la verdure...


Nous longeons le canal dans cette promenade verte... Ce bain de verdure dans la ville nous a fait le plus grand bien ! ...



Le soleil est au rendez-vous... allons marcher !


Nous suivons le champ de tir à l'arc à la perche verticale. 

"Le tir à l'arc à la perche verticale ou tir à l'oiseau (ou Papegay) est un sport traditionnel pratiqué notamment dans le nord de la France, ainsi qu'en Belgique, en Angleterre, au Canada et aux Pays-Bas".

Il s'agit d'éjecter, à l'aide d'un arc et de flèches, des petits cylindres ornés de plumes tricolores, appelés « oiseaux », d'une grille placée au sommet d'un mât vertical, appelé perche, qui culmine à une trentaine de mètres.


L'histoire des archers est en partie liée à celle des terres de Flandre et d'Artois. C'est ainsi qu'au XIIIème siècle, Philippe Auguste crée des milices d'archers au nord de son royaume. Au XVème siècle ces compagnies s'organisent et prennent le nom de francs-tireurs, les guildes s'affrontant au cours de tournois. Au XVIème siècle, certaines villes du nord installent des « eschampersches » ou perches verticales sur des terrains spécifiques7. Les guildes sont dissoutes pendant la Révolution mais le jeu revient au XIXème siècle grâce aux associations d'archers qui se créent alors." (source Wikipédia)


Nous arrivons au Fort, accueillis par les canards... ils sont très beaux sous le soleil...


Ils   profitent de faire une petite sieste !


Il fait bon marcher dans la verdure, avec le chant des oiseaux...


de jolis reflets dans l'eau...


Nous avons eu droit à un festival de la part de Monsieur Canard à la toilette !!


On le croirait posé sur l'eau !...


Les allées sont agréables à suivre...


Encore un bel après-midi !



Quand il fait trop froid pour travailler la terre, voici ce que font les personnes de l'atelier avec des matériaux de récupération...

un grand bac à fleurs sur pieds avec une vieille armoire métallique...


ce joli moulin, abritera un petit hôtel à insectes un nid pour oiseaux et des fleurs...


le moulin, la brouette, garnis de fleurs viendront égayer les jardins de l'EHPAD pour le bonheur des personnes âgées...


Les insectes devraient trouver leur bonheur dans cet hôtel qui sera placé près des jardins ouvriers...


Avec du bois à palettes...


Il fait très beau... allons voir les jardins  ouvriers...


les plantations commencent... petits pois, oignons, poireaux...


la rhubarbe pointe son nez...


Ici encore, en commun, les bacs à compost et les indications pour réussir...


ainsi que l'utilisation des matières sèches...


Un petit moment de partage bien agréable !



La mer ici ne monte pas de façon rectiligne, d'où le danger quand elle monte... 
d'accord j'étais allée au bout et il y avait du sable à découvert...


même pas 10 minutes plus tard, l'eau arrivait au pied des rochers ! Il ne suffit donc pas de regarder le paysage, il faut surveiller la mer...


regardez comme elle monte vite...


là où il y avait une large bande sableuse, il ne reste qu'un passage de plus en plus étroit...


vous vous souvenez de la "petite mare" dans l'article précédent...


elle est devenue rivière et nous nous sommes mouillés les baskets et les bas de pantalons en traversant !!!... toujours être vigilants !!!... parce qu'à peine 5 minutes plus tard, nous aurions eu l'eau presqu'à hauteur des genoux !...


retournons nous un instant... eh oui la mer a repris sa place et ses droits !...


le deuxième piège n'est pas loin mais là nous avions largement le temps de passer...


eh oui c'est trompeur ! on pourrait croire que la mer avance de façon rectiligne !...


tout s'est très bien terminé parce que nous savons qu'on ne plaisante pas avec la mer...

nous remontons le long de la jetée vers les écluses...


le ciel est toujours menaçant... nous allons voir les travaux de renforcement de la digue...


passage le long des anciens bastions...


les gables dans le nouveau quartier Neptune...


pas de bâteaux en mer par ce temps... sauf les pêcheurs aguerris...


retour à la maison... eh bien... il n'a pas plu !!!



donc... marée d'équinoxe de printemps... allons voir ça... vous venez avec nous ?...
passons par le jardin du Laac... ça sent le printemps !...


La mer est très retirée et les hommes sont de petites silhouettes tout au bout près de la jetée...


La mer est quelquefois, en fonction du vent, plus loin encore... Il fait un vent vif et le ciel est chargé de pluie...


les goélands et les mouettes profitent de la basse mer pour pêcher moules et crustacés sur les brise-lames...


non, non ce ne sont pas des traces d'ovnis, nous ne sommes pas à Laskha lol ! mais simplement les traces des chars à voile qui profitent de ce temps idéal pour s'en donner à coeur joie !...


De l'autre côté du chenal, que ce soit dimanche, fête ou pas, les ateliers de réparation sont à l'oeuvre pour que les navires soient traités au plus vite...


En se retirant, la mer laisse des ilôts à découvert et c'est amusant de voir que les oiseaux suivent ces arabesques pour trouver leur nourriture... (sur la droite de la photo)...


nous nous approchons du bas de la jetée...


le temps oscille entre gros nuages noirs et éclaircies. ça donne de beaux paysages très changeants...


regardez bien  sur cette photo la petite mare d'eau, elle aura son importance dans l'article suivant...


voilà, nous sommes presque arrivés jusqu'où nous pouvons aller...


les rochers et les blocs de ciment, à découvert, sont constellés de coquilles de mollusques...


Voilà ! nous y sommes... maintenant, il ne faut pas s'attarder... je vous expliquerai pourquoi...



balade ce matin... ces jolies branches rouges donnent envie de peindre...


dans une semaine, ce sera des bosquets blancs, jaunes, rouges... un vrai bonheur !


Madame foulque ne s'y trompe pas ... elle prépare son nid !



balade hivernale

 04/03/2018
Même s'il faisait froid, nous avons profité d'un après-midi ensoleillé pour nous balader...

1ère partie, un petit tour à la ferme Vernaelde... et visite aux équidés...


c'est un plaisir de les retrouver...


ils ont leur pelage d'hiver...


dans les enclos, les chevaux du manège viennent chercher le contact...


après les chevaux, les autres animaux de la ferme pédagogique... le lapinou...


le chat de la maison qui se dore au soleil...


et le coq blanc qui donne de la voix pour impressionner...


le voisin d'à côté ! ...


oies, poules, paons, hamsters, lapins, chèvres... tout ce petit monde est à l'abri du froid et de la faim...


nos amis les ânes qui arborent une coupe de poils façon mode hivernale !...


sans oublier nos gentils cochons nains qui viennent bien vite réclamer des gratouillis !...


2ème partie : le parc du Fort Louis...


restructuré, offrant de multiples activités : terrain de football, parcours de sport, boulodromme, parcours de pêche, mini-golf, aire de jeux... chacun y trouve son plaisir...


et le promeneur n'y est pas en reste ...


il fait bon se promener dans ses allées...


Ensuite, la fin de la balade nous a permis de profiter encore du soleil le long du canal, sur la berge aménagée pour la promenade. Le canal était encore gelé et les mouettes se posaient sur la glace à l'abri du vent...
tout ça s'est terminé par un chocolat chaud à la cafétéria du coin... un bon après-midi vivifiant !



il faisait du vent et il pleuvait un peu mais s'oxygéner fait aussi du bien... nous sommes donc allés faire une petite marche à la plage...
le jardin des sculptures au LAAC, vous remarquez... il fait déjà très sombre...


l'écluse Tixier... normal... aucun bâteau n'est sorti !...


Nous avions la plage presque pour nous tous seuls... là il commençait à pleuvoir un peu plus fort...


Monsieur le crabe n'a pas été prudent et se retrouve bien loin de la mer... il va s'enfouir et attendre la marée montante...


et puis il a plu de plus en plus fort... retour à la maison... au passage les travaux de renforcement de la digue la plus exposée ont commencé... les mauvaises herbes ont été enlevées, les trous bouchés...


et des batardeaux ont été enfoncés côté canal...


vite, vite il faut rentrer ! la nouvelle entrée du jardin du Laac mais pas le temps de s'attarder, la pluie redouble et le vent est de face ! nous sommes rentrée trempés, rincés bon ce n'est pas grave, nous avons bien marché !



Nous sommes passés de nombreuses fois devant la barrière... aujourd'hui la visite est guidée...  

Situé tout près du phare, la société Damen, d'origine hollandaise a repris l'ancien chantier de reconversion et de réparation navale...


Nous suivons dans une salle, la présentation de l'entreprise qui emploie 150 personnes. L'histoire de la famille Damen est intéressante.. D'abord constructeurs de navires, ils ont eu l'idée, comme pour les voitures, de construire en même temps plusieurs navires même si ceux-ci n'étaient pas vendus. Ce qui a réduit les coûts de fabrication ainsi que les délais de livraison...


L'entreprise construit tout type de bateaux : ferries, remorqueurs, navires de croisière, bateaux de drague portuaire, des navires de guerre, des navires de pêche, des pontons et des barges, des drydocks flottants et ont un marché mondial.... c'est toujours une entreprise familiale...



puis ils ont pensé qu'ajouter de la réparation navale aux navires qu'ils produisaient serait une bonne chose. Dunkerque a été choisie pour sa proximité avec la Hollande et l'Angleterre mais aussi parce la réparation navale serait proche d'un des endroits les plus fréquentés par le trafic maritime avec le passage en Manche...


"Le chantier dispose également d’un dock flottant permettant notamment l’accueil des plus grands ferries en service."


"Le chantier est situé dans le Port Est de Dunkerque, derrière les écluses, garantissant ainsi une hauteur constante du niveau d’eau quel que soit le marnage. Le chantier est équipé de trois formes de radoub"

notre première visite est pour la première forme : le dock flottant. Je vous en avais déjà parlé lors de notre visite sur le Texel ici ...


coiffés de casques, vêtus de gilets jaune et de lunettes de protection, nous partons à la découverte de ces structures immenses...  (le radier est une plateforme métallique sur laquelle viennent se poser les navires)

"En 2016, suite à l’obtention du marché public du Grand Port Maritime de Dunkerque, Damen Shiprepair Dunkerque s’est vu confier la tâche de rénover le radier de son dock flottant ; le Dock III. Après quatre mois d’études et de préparation par une équipe dédiée, composée d’une dizaine de techniciens, 170 personnes se sont relayées jour et nuit pour découper et évacuer l’ancien radier, préfabriquer et installer la nouvelle structure puis, finalement, appliquer un traitement anticorrosion afin de garantir une protection optimale de la nouvelle construction. 700 tonnes d’acier ont été remplacées, 12 tonnes de peintures ont été appliquées et 16 kilomètres de soudures ont été réalisés. Grâce à une préparation efficace en amont, le renouvellement total du radier n’a pris que trois mois." (source Grand Port Maritime de Dunkerque)


on se sent, comment dire... tout petit !! tout est très très grand !


deuxième étape, la cale sèche ou forme de radoub...



"La plus grande cale sèche dispose d’une largeur identique à celle de la plus grande écluse du port de Dunkerque et permet ainsi d’accueillir des navires jusque 180 000 tonnes de port en lourd.  Le chantier dispose également d’un dock flottant permettant notamment l’accueil des plus grands ferries en service."


par un escalier en pierre étroit, nous descendons tout au fond...


sur notre gauche, l'immense porte qui s'ouvrira, quand la cale sera emplie d'eau pour faire entrer le navire...
Une fois la porte refermée, des pompes s'actionnent pour que des étais puissent être placés progressivement pour maintenir le navire et qu'il pose le plus horizontalement possible sur les tins.


"Le tin est une pièce de bois, utilisée en fond de cale sèche pour soutenir la quille et les flancs d'un navire en construction ou en radoub. Pour équilibrer les pressions, les tins sont placés à égale distance les uns des autres, constituant ainsi une ligne de tins. Le bois en s'écrasant permet de ne pas endommager la carène.

Afin de pouvoir travailler à hauteur d'homme sous la coque du navire, la ligne de tins est surélevée sur des pièces métalliques... On trouve également plusieurs lignes de tins, dépendant de la largeur du navire...

Là où les lignes de tins sont disposées précisément en fonction de la taille du navire censé s'y poser, un plongeur vérifie la bonne position par rapport aux tins avant l'assèchement de la forme de radoub." (source Wikipédia)



et bien sûr... il faut remonter !!!


la visite suivante sera pour les ateliers...

"un atelier moderne d’une surface de 22 000 m² équipé de ponts roulants de différentes capacités de levage, offrant ainsi une multitude de services spécifiques aux armateurs."

La France reste un acteur majeur de la réparation navale européenne. Parmi les sites français les plus importants (Dunkerque, Brest, Saint-Nazaire et Marseille), Brest et Dunkerque sont les deux leaders.


d'énormes machines outils, des gabarits au sol, ponts roulants, tout est ici à la mesure des réparations...


tiens ! que fait donc là ce chat ? eh bien c'est l'héritage du dernier bateau venu en réparation....qui est reparti sans lui ! ne vous inquiétez pas... il est plus que gâté, en parfaite santé et tout à fait bien soigné !


Ici des pales d'hélice attendent d'être assemblées...


Nous revenons sur le quai...

"Le chantier est situé dans le Port Est de Dunkerque, derrière les écluses, garantissant ainsi une hauteur constante du niveau d’eau quel que soit le marnage. Le chantier est équipé de trois formes de radoub, de 750 mètres de quais de réparation" 

C'est le long de l'autre quai, que le Marion Dufresne était venu pour une reconversion (ici) ...



une visite très intéressante que j'aimerais refaire...



aujourd'hui Véronique et sa collègue nous emmènent au quartier Grand Large... il fait beau mais il y a du vent !

bâti sur l'ancien site des Chantiers de France, ce quartier fait partie du projet Neptune :
"Ce projet marque le début de la deuxième phase du projet Neptune. Cette phase se donne pour objectif le développement durable dans le respect du plan stratégique de L’Agenda 21 et de ses aspects sociaux, environnementaux et économiques.

Le projet comptera à terme entre 800 et 1000 logements." (source Ville de Dunkerque)

 Il devrait être finalisé d’ici 2015-2020 par l’architecte urbaniste Nicolas Michelin."



Nous sommes accueillis par un morceau de cornemuse des Bagpipes...


Amazing grace ... puis une chanson bretonne... ça donne envie de danser !


Ici le piéton est prioritaire (ou devrait l'être) ensuite les vélos, en dernier les voitures...


nous écoutons les explications de notre guide...


Nous retrouvons les Gables, ces étranges constructions en pointe...


les noms des rues font référence à des bâteaux construits par la navale avec leur date de construction...


ou des noms de héros de l'opération Dynamo...


nous passons à côté des cales de lancement et nous nous dirigeons vers le musée...


bien que ne supportant pas bien ces faits de guerre, j'ai visité le musée qui a été remodelé, où on retrouve l'opération Dynamo, des explications détaillées pour les visiteurs qui ont vu le film et veulent en savoir davantage...


nous passons ensuite devant la porte monumentale de l'ancien chantier qui a été conservée à titre de mémoire...


c'est aujourd'hui la porte d'entrée d'un complexe sportif...


A la maison de quartier, une collation nous a été offerte... un bel après-midi découverte...



très basse mer, profitons-en pour faire un tour à la plage...


les pêcheurs de crevettes en profitent eux aussi...


Papy et son petit fils ... un tableau charmant !


le goéland se pose et l'eau lui renvoie son image...


oh !!! il y a quelqu'un ? je courais tellement vite sur la plage que je ne vous avais pas vu !!
et pfuit il est reparti tout aussi rapidement...


nous, nous n'allons pas aussi vite et nous profitons d'observer les oiseaux, la mer, les gens, le sable...


les algues luisent encore sous le soleil...


il fait beau, le concours de pêche en mer aura du succès et les bateaux seront nombreux à sortir... c'était une belle balade...



Nouvelle balade avec Véronique ...
Le bois des forts est un endroit très verdoyant qui a été aménagé avec de nombreux chemins pédestres et cavaliers et un parcours sportif...

Résultat de recherche d'images pour


c'est aussi de jolis points de vue  grâce à l'eau qui entoure les forts. Au moment de la révolution, les vannes étaient ouvertes pour inonder la région...


on peut y faire de nombreuses boucles, toutes aussi agréables les unes que les autres...


et on y fait de sympathiques rencontres...


les oies sont d'efficaces gardiennes du terrain !...


le fusain est fleuri, c'est joli tout rouge comme ça ...


beaucoup de verdure et de reflets dans l'eau...


plats ...


ou bombés, les champignons ont proliféré avec l'humidité de ces derniers jours...


certains arbres ont des fruits actuellement, comme ces deux-là dont un ressemble à un néflier et l'autre produit des fruits ressemblant aux physallis...


tout en bavardant, nous profitons de toute cette verdure...


le long du parcours, des installations sportives sont à disposition de tous...

eh bien voici déjà l'arrivée... encore une jolie balade !





lundi... 8kms 1/2 autour de la petite ville de Wormhout...
départ non loin de la place... et première maison de type flamand avec ses volets bleus et son pignon ""en pas de moineau"...


une ancienne demeure avec son clocheton...


oh petits moutons vite vite retrouvez votre manteau pour l'hiver ...


Arrêt pour un moment d'histoire...nous arrivons sur le lieu de la "motte au bois" tristement célèbre lors de l'opération Dynamo. Pour permettre aux soldats prisonniers dans la poche de Dunkerque, de pouvoir s'évader, de courageux soldats ont maintenus une farouche opposion face à l'avancée ennemie... Ici.. plus de 80  soldats britanniques ont été exécutés dans la grange...seuls 15 d'entre eux ont échappés au massacre; Ce site leur a été dédié... Un soldat s'était caché dans ce tronc ...


il fait plutôt gris et la pluie menace mais nous aurons la chance de faire toute la balade sans  être mouillés...


des trouées bleues bienvenues...


retour en ville avec ce moulin fleuri...


un après midi au grand air, deux heures et demi de marche... et une bonne nuit de sommeil ! ...



Chantal du blog "entre prés et champs" et Jean-Claude passaient dans la région de Saint-Omer (Pas-de-Calais)... une belle occasion pour nous de nous rencontrer et de passer un sympathique moment ensemble !!! les photos de Chantal c'est ici !


Après avoir déjeuné, nous avons visité le jardin de la Ville....

suivons ce cycliste à travers les allées...


  • "Le jardin public, de l'architecte Guinoiseau (xxe siècle), (est) situé dans les fossés des fortifications de Vauban. Il comprend un jardin à la française, un kiosque, des jeux pour enfants, des arbres remarquables, un petit parc animalier." (source du Net)...


Dame grenouille nous regarde nous diriger vers les grands arbres et les volières...


Il fait très beau et c'est agréable de se promener parmi cette verdure...


en contrebas des anciens remparts de la ville, nous pouvons remarquer la blancheur de la cathédrale Notre-Dame...


Nous empruntons le passage qui aboutit au pied de l'édifice...


Impressionnante de grandeur !!!
"Longueur : 120 mètres
 Largeur de la cathédrale  : 74 mètres 
 Hauteur de la cathédrale  : 84 mètres 
 Largeur de la nef : 30 mètres 
 Hauteur sous voûtes : 23 mètres" ...


enserrée entre les habitations, elle offre cependant de beaux points de vue sur son architecture...


et notamment ce cadran solaire...

Nous n'avons pas assez de temps pour visiter l'intérieur mais ce qu'internet nous en apprend, donne bien envie d'y retourner ! 

"Magnifique témoin de l’architecture gothique, la cathédrale repose sur une modeste chapelle fondée au VIIe siècle par Omer à l'emplacement du cimetière des moines de l'abbaye Saint-Bertin.
Erigée en collégiale, elle fut agrandie à deux reprises avant de trouver ses dispositions définitives.
Curiosité que l’on trouve à l’intérieur, le tombeau de Saint Erkembode vénéré par les fidèles d’avoir marché et marché encore pour répandre le christianisme. Avec le temps, on s’est mis à l’invoquer pour éviter aux enfants d’avoir des problèmes de marche, d’où les nombreuses petites paires de souliers que l’on trouve sur le tombeau.
Il faut aussi absolument prendre le temps d’admirer la superbe horloge astronomique datant de 1555 et dont on ne trouve que deux exemplaires au monde."



Nous partons à la découverte de la ville.... des maisons comme celles-ci datant de 1718 !...


ou comme celle-ci dite des "trois rois" ... (14è/16è siècle)...


en raison des trois statuettes placées dans la niche...


comme cet ancien commerce...


rue de l'Ecusserie... Y fabriquait-on des écus ? ...


les façades des anciens commerces montrent que Saint-Omer était un carrefour d'échanges...


sur cette petite place une ancienne fontaine : "L'enfant au cygne"...


cette maison a été restaurée et met en valeur son architecture...


ce tabac-journaux a préféré la couleur ...


Diocèse, Saint-Omer a de nombreux édifices et écoles religieux... comme l'église du collège des Jésuites

 

"Edifiée au 17e siècle, cet imposant monument nous raconte tout un pan de l’histoire religieuse. Son architecture allie tradition et style nouveau. Son décor parfois surprenant fait référence à l’Antiquité."



nous revenons grand place...  L'ancien baillage construit en 1771 abrite aujourd'hui la Caisse d'Epargne, il est inscrit au titre des Monuments historiques...


L'ancien hôtel de Ville (photo du net)  dit "le moulin à café"... abrite maintenant un magnifique théâtre..


mais l'heure tourne... et il faut se quitter et s'en retourner...
merci à Chantal et Jean-Claude pour ces moments sympathiques et cette belle journée !...



Balade CCAS avec Véronique... en route pour 7 kms... parties du Musée portuaire, nous arrivons au quartier "Grand Large" et nous passons devant le monument à la mémoire de Georges Guynemer.
"C'est l'un des pilotes de guerre français le plus célèbre de la Première Guerre Mondiale, mort au combat le 11 septembre 1917, après avoir décollé de l'aérodrome de Saint-Pol."
"la devise de Georges Guynemer est "faire face". Il survit sept fois après que son avion fut abattu". (soucre la Voix du Nord)


le War Museum relate la bataille de Dunkerque et l'opération Dynamo. 
"De mai à juin 1940, cette opération permit le rembarquement et l'évacuation en Angleterre de 338 682 soldats alliés, anglais et français."
Agrandi et rénové, ce musée accueille de nombreux visiteurs surtout depuis le film de Christopher Nolan "Dunkirk"...


un nouveau regard sur le "sablier" qui commémore aussi l'Opération Dynamo. La végétation a poussé au somment depuis la dernière visite...


un petit tour dans le jardin des sculptures où les tortues s'étirent sur les rochers...


les nénuphars sont fleuris...


et les roseaux offrent un joli tableau...


puis nous longeons le canal le long d'un sentier vert bien agréable...


et nous traversons le square Delvallez... de jolies maisons entourent un carré arboré.... une sympathique céramique sur cette façade...


la place de la Victoire où la colonne vient d'être rénovée . Elle commémore le siège de Dunkerque les 8 et 9 septembre 1793 !!...


La petite chapelle est ouverte, c'est la neuvaine et il y a un office... nous poursuivons pour ne pas déranger... le long du presbytère...


dans la rue suivante deux choses :
une façade "au boulet" :
"En remontant vers la chapelle Notre-Dame des Dunes par la rue Henri Terquem, vous pourrez admirer une autre habitation du XVIIIe épargnée par les bombardements de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Située au numéro 53, juste en face de la maison d’arrêt, cette jolie demeure construite en briques conserve le souvenir du siège de 1793 et du pilonnage de la ville par les troupes du duc d’York. Un boulet de biscaïen (petit projectile de fer ou de fonte) anglais est en effet resté incrusté dans le mur de la façade, entre deux fenêtres. Pour le moins insolite, cet élément de décoration nous rappelle que Dunkerque et ses habitants participèrent à la défense de la jeune République" (source Dunkerque magazine)


et "La doyenne des demeures La plus connue de ces demeures est sans nul doute celle située au numéro 26 de la rue des Arbres, dans le quartier de la petite chapelle. Célèbre pour avoir abrité des années 1950 aux années 1970 un établissement très apprécié des noctambules, « Chez Georgette », cette maison est également considérée comme la plus ancienne habitation de Dunkerque.  Datée par ses fers d’ancrage de 1702, elle est caractéristique des constructions dunkerquoises du XVIIIe siècle. Édifiée en brique beige pour le compte de Jean-Baptiste Woest, un négociant et armateur local, elle offre une façade relativement sobre à trois niveaux, qui s’ouvre sur l’intérieur par une porte cochère en arc de triomphe. Inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1988, elle a appartenu à une quinzaine de propriétaires différents parmi lesquels on peut citer Gaspard Bart, le frère cadet de Jean Bart, ou encore le père de Jean-Marie Emmery, maire de Dunkerque durant la période révolutionnaire. Transformée en débit de boissons en 1892, en cinéma de 1911 à 1919, puis magasin de cycles et enfin en café, cette maison est rachetée par la Ville en 1992." (source : Dunkerque Magazine)



merci au Bateau Feu (théâtre) pour notre pose "naturelle". Ici on peut lire, boire un café ou un thé, jouer aux échecs en toute convivialité, l'accueil est chaleureux et on s'y sent bien ...


Ensuite, nous avons un peu écourté le parcours, en raison de la pluie qui revenait...
Après la Place Jean Bart, nous nous dirigeons vers la rue du Parc de la Marine, nous traversons le Centre commercial et le Parc ...


devant nous,  l'hôtel Communautaire...
Le bâtiment, d'une hauteur de 40 m, prend appui sur des pieux forés à 25 m de profondeur...


le pont du Pertuis de la marine offre une jolie vue sur le bassin à flot, datant de Vauban (1686)...


malgré le temps gris, il fait chaud et les méduses sont en surface sur le bassin...


regard sur l'eau, regard en l'air... tiens ! un sumo nous observe  !! ... Il y en a qui ont de l'humour hihihi !!!

c'était une belle balade et à bientôt pour la prochaine ...



pleuvra... pleuvra pas ? on y va quand même ... 
Nous avions dit d'aller voir le nouveau calvaire des marins qui sera inauguré le 15 août prochain... nous passons devant l'ancien bastion 28 qui date de 1882.
les portes sont recouvertes maintenant de ce décor de coquelicots "les poppies" en souvenir de la guerre 14/18...



le point rouge à gauche de la carte indique l'endroit où nous nous trouvons (petit clic sur la photo).
voici ce que dit le texte  à propos de ce bastion :
"le bastion 28 comme le bastion 32 fait partie de l'enceinte fortifiée de Dunkerque réalisée en 1873 et 1882.
Autorisée par la loi du 20 mai 1858, la construction des nouvelles fortifications du front de mer de l'Est aura été prescrite par Napoléon III à l'occasion de son séjour à Dunkerque en août 1867. ............ le bastion 28 est achevé en 1882, comme l'indique le millésime inscrit sur sa façade. ...... Elle demeure aujourd'hui un des derniers témoignages des anciens remparts dunkerquois"


En face, s'élève le nouveau calvaire des Marins qui sera inauguré le 15 août prochain. 
Il est l'oeuvre de Nicolas ALQUIN, un sculpteur Bruxellois dont la première exposition avait été accueillie en 1990 par le musée d'Art Contemporain.
"C'est ce que les marins verront en premier en arrivant à Dunkerque".Nicolas Alquin poursuit : «  On y voit un homme dans une barque, ou plutôt une absence de barque et c’est ça le risque : que le bateau ne porte plus… J’en ai fait une forme de livre pour donner un signe positif. Par la terre, vous êtes accueillis par ce livre, qui raconte l’histoire de Dunkerque, comme un livre ouvert. Par l’eau, ce sera un peu comme une sorte de proue."

L'oeuvre est boulonnée sur une plaque de béton de 7m/7m. Des plaques commémoratives y seront fixées ensuite. L'ensemble mesure 10 mètres de haut. Il est en acier rouillé, résistant à l'eau.


face à nous, le phare de l'autre côté du chenal. L'immense bateau en réparation fait croire qu'autour du phare, existe une construction...


le ciel se charge de gros nuages noirs qui se déplacent avec le vent. De chaque côté, le ciel est clair, c'est très curieux ! 



nous allons, tout le temps, de notre balade sur le sable, suivre cette masse nuageuse sans recevoir une seule goutte d'eau ...!!!


mais midi approche, il faut rentrer... une jolie vue sur le "sablier" récemment inauguré lui aussi... la ville change...



aujourd'hui temps maussade mais il fait bon alors allons nous promener.

Une balade au port pourquoi pas ? comme d'habitude, nous passons les écluses et nous arrivons entre l'écluse Wattier et l'écluse De Gaulle.. 

de jolis bouquets de panicauts sauvages sur le sable, leur bleu/vert si particulier est toujours agréable à voir, en ce moment ils sont en fleurs...



c'est marée haute et le vent est assez fort mais chaud... un navire quitte l'écluse aidé par un remorqueur et les conseils du bâteau pilote...


encore un joli bouquet de fleurettes...


les nuages s'assombrissent et la lumière change...


c'est la fin des grosses marées et du coup, la mer remonte plus haut sur les digues...


Il va pleuvoir il est temps de nous en retourner...
le chantier de réparations navales accueille un énorme navire, l'"Atlantic Sun". C'est un cargo ship contener RO/RO (Roll on / Roll off aussi appelé en abrégé Ro/Ro, est une expression anglaise utilisée en logistique et qu'on peut traduire par "roule pour entrer / roule pour sortir". Elle désigne le trafic roulier, c'est à dire le transport de poids lourds ou de remorques par des bateaux spéciaux appelés « rouliers. 
l'ATLANTIC SUN affiche une longueur hors tout de 296m et un maître-bau de 37m. Son tonnage est de 81600 tonneaux." (source du net)


face à l'entrée du chenal, nous remarquons un nouveau monument... c'est le calvaire des marins, posé il y a peu de temps...

"C'est ce que les marins verront en premier en arrivant à Dunkerque" racontait l’année dernière, non sans une pointe d’émotion, Nicolas Alquin, l’artiste bruxellois qui a imaginé le calvaire marin. Même s’il n’était pas présent, ce mardi, pour l’installation de son œuvre faite d’acier, il reviendra sans nul doute dans la cité de Jean Bart pour son inauguration, prévue le 15 août. (source la Voix du Nord)"

Les portes des anciens bastions ont été valorisés par ce décor de coquelicots, rappel de la guerre 14/18... nous irons voir tout ça de plus près....


ignorant la pluie, l'épaulard, un bâteau équipé pour la mytiliculture (élevage des moules) s'en va faire son travail...
nous avons quand même découvert de nouvelles choses et nous sommes bien contents de notre promenade...



Notre balade d'aujourd'hui, avec Véronique, organisée par le CCAS  commence du parking non loin du fort... l'occasion d'admirer ce magnifique rosier !


"Couvrant une surface de 13 hectares, ce fort en maçonnerie, entouré d'eau, fut construit de 1906 à 1908:"...


"Avec le fort des dunes bâti en 1878 pour garder l'entrée Est de la rade, et l'ouvrage Ouest érigé en 1908, détruit en 1962, destiné à protéger le port, il faisait parti des nombreux aménagements militaires qui assuraient la défense avancée de Dunkerque, considérablement renforcée après la guerre de 1870."


"Héroïquement défendu lors de la bataille de Flandre en mai 1940, il servit de prison où furent incarcérés des soldats allemands à la Libération."...


"Déclassé en 1946, il fut acheté par la Ville de Petite-Synthe en 1964."... (texte issu de la "raquette" à l'entrée du fort)...


« L’ouvrage » en son sein, qui donne son nom au Fort de Petite-Synthe, est le dernier témoin de l’architecture militaire du début du 20e siècle."...



"Le parc du Fort de Petite-Synthe est un espace de nature, réservoir de la biodiversité du dunkerquois (ruches, plan d’eau, …) "...

Monsieur canard est fier de montrer son beau jabot ... c'est son habit de parade pour séduire les belles ....


celui-ci semble indifférent à notre présence... il est bagué et ne ressemble pas à ces congénères que l'on a l'habitude de voir par ici...


"Aux abords de Dunkerque, sur le territoire de Petite-Synthe, le méridien de l'Observatoire de Paris fut mesuré par différents astronomes : Philippe de la Hire en 1681, Jacques Cassini en 1718, Françoise Cassini en 1740, Delambre enfin en 1793. Ces calculs jumelés avec ceux de Méchain, aboutirent à la création de la mesure universelle du mètre, dix-millionième partie du quart du méridien terrestre. En 1818, les astronomes français Biot et Arago, et les savants anglais Mudge, Colby, et Thomas complétèrent la mesure de l'arc à travers ces deux pays.  Erigé en 1820, ce munument rappelle leur travaux." (photo du net et texte de la raquette à côté du monument)...




outre ces espaces ombragés propice aux balades familiales, c'est aussi un lieu d'entraînement sportif... (photo du net)...


ici le tir à l'arc...


c'est aussi un lieu de pêche...


et de détente où nous avons apprécié de nous balader par cette force chaleur !



un parcours intimiste pour de belles découvertes...


notre chemin est empli de découvertes ... comme cette plante au fruit violet qui ressemble à un drôle d'ananas...


où ce champignon qui se développe sur une souche...


nous descendons vers la chambre d'eau pour apprécier le saule tétard au milieu du plan d'eau où les tétards de grenouille qui grouillent presqu'à la surface... sur le nombre peu survivront mais ils perpertueront l'espèce...


tout autour des plantes se développent, la grande consoude, la prêle...qui offrent leur joli feuillage...


nous "remontons" vers les bâtiments... le poulailler flamand offre au soleil sa joubarbe qui retiendra le chaume...


ici encore des plantes... délicates, originales ou surprenantes...


l'art topiaire est présent partout...


et la chambe "mixed-border" nous offre ses roses et ses tulipes....


Nous avons fait le tour du jardin, le soir décline doucement... la lumière se fait différente....


alors... pour ne pas partir encore... pour en profiter encore un peu... nous nous attardons.... une bière pour Philippe, un cidre pour moi et une délicieuse part de tarte maison rhubarbe et meringue, accompagnée d'une boule de glace vanille ...
un bel après-midi... que nous avons eu le plaisir de partager avec vous !



descendons la pente douce... (petit clic pour agrandir les photos)...


le chemin est tout tracé...


...  ...


une véritable symphonie de couleurs... en bleu... en mauve... 


en jaune...


en rose...


en blanc... la nature est musicienne aussi...

à bientôt pour la suite...



Nous avions visité le jardin remarquable du Mont des Récollets au mois d'août (vous vous souvenez c'était ici !, la... la.... la .... et encore ici ! ). 
Avec les fleurs du printemps, nous y sommes retournés...quittons le parking et entrons... 
(pour se sentir tout à fait de le jardin... clic sur les photos !)


des carrés bien nets, l'entrée est accueillante avec ses narcisses blancs...


J'aime retrouver cette longue bâtisse et ses jolis volets...


les arbres fruitiers ont aussi ces mêmes narcisses au pied...


une jolie glycine d'un joli ton de parme...


cet arbre est curieux avec ces branches habillées de boules de feuillage...


le corridor des azalées est coloré de charmante façon...


des bouquets de petits buissons fleuris parcourent notre chemin...


nous retrouvons la chambre des berlingots...


du blanc, du vert.... partout ! ....


au pied des arbres, des touffes d'ail des ours...


les trous dans la haie et d'autres ouvertures bien conçues, nous permettent d'apprécier les alentours...


de belles échappées...


nous retrouverons partout des arbres en fleurs...

à bientôt pour la suite...



Je vous emmène aujourd'hui dans le quartier "Grand Large", construit sur l'ancien site des Chantiers de France...
" l’historique halle AP2, Atelier de Préfabrication n°2, unique témoin des constructions navales sur le port.

Surnommé « la Cathédrale » par la population, ce bâtiment de 75 mètres est situé sur le littoral dunkerquois. Pendant près de 40 ans, il a vu naître dans ses ateliers près de quatre navires par an – navires hôpitaux, paquebots de croisière, cargos postaux, voiliers, pétroliers, navires de guerre, porte-conteneurs… - jusqu’à la fermeture définitive en 1987 des Ateliers et Chantiers de France-Dunkerque, qui employaient souvent des familles entières." (source Wikipédia)



Les architectes Lacaton et Vassal ont conçu le projet d'une construction d'un bâtiment jumeau de la "cathédrale".  Commencé en 2013, nous avons suivi l'évolution des travaux...


"Avec plus de 9 000 m2 de surface au sol sur 6 niveaux, le FRAC est doté de différents espaces d’exposition et des réserves à la hauteur de sa collection, mais également d'espaces de rencontre et de médiation, de deux salles de projection, d'un « laboratoire » pour les professionnels, d'un café, d'une boutique et d'une terrasse panoramique."


en juin, la structure était en place...


En même temps, l'espace tout autour prenait forme...


Revenons au début de l'implantation du FRAC à Dunkerque...
" Sous l’impulsion du ministre de la Culture, Jack Lang, une vaste politique de soutien à la création et à la diffusion de l’art contemporain a été établie dans les années 1980. Les fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) ont été institués en 1982 et le FRAC Nord-Pas-de-Calais a été créé l’année suivante."


"Il s’agit de mettre en place des structures fonctionnant sur la base d’un partenariat entre l’État et les conseils régionaux chargés de défendre et de diffuser la création de cinquante dernières années. En 2012-2013, seront célébrés les trente ans des FRAC notamment lors d’une grande exposition commune au Centre Pompidou dès septembre 2012."



"Le FRAC Nord-Pas-de-Calais bénéficie du soutien du ministère de la Culture et de la Communication/Direction générale de la création artistique, de la Direction régionale des affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, de Dunkerque Grand Littoral/Communauté urbaine, de la ville de Dunkerque, des conseils généraux Nord et Pas-de-Calais et du rectorat de l’Académie de Lille."


"Depuis sa fondation en 1982, le Frac Nord-Pas de Calais s’appuie sur l’expertise d’un comité d’acquisitions international renouvelé tous les trois ans. Artistes, critiques, conservateurs et collectionneurs ont contribué à l’enrichissement de cette collection qui a acquis aujourd’hui une valeur historique.

Le Frac Nord-Pas de Calais possède des œuvres d’art et de design emblématiques des années 1960 à nos jours et poursuit ses acquisitions dans ces deux domaines. Les œuvres présentent une très grande diversité de formes : abstraites, figuratives, minimales, immatérielles, concrètes, imaginaires ou documentaire. La question des frontières géographiques et entre les divers médiums, a constitué un axe important de la collection avec des artistes issus principalement de l’Euro-région. "



"Aujourd’hui, le comité technique d’acquisition incarne cet ancrage transfrontalier mais il élargit la question du territoire à celle de la mobilité et de la circulation des formes, des idées et des imaginaires. Les critères esthétiques sont revus à l’aune de la critique institutionnelle en tenant compte des contextes sociaux, politiques et économiques. La collection se confronte ainsi aux mutations du monde contemporain et à l’accélération des modes de communication."



"Le Frac Nord-Pas de Calais, le Fonds régional d'art contemporain de la région Hauts-de-France, est une association loi de 1901, créée en 1982 et située depuis 1996 à Dunkerque. Constituer une collection et la diffuser, soutenir la création contemporaine par la production d’œuvres et sensibiliser les publics à l’art contemporain sont les missions des FRAC. La collection du Frac Nord-Pas de Calais est riche de plus de 1500 œuvres. Le Frac Nord-Pas de Calais est le seul à disposer d'une collection consacrée au design, une orientation voulue dès sa création en 1982. Il est dirigé depuis 2016 par Keren Detton."



"Les œuvres du FRAC sont présentées au public très régulièrement, à trois échelles différentes. Elles sont tout d’abord exposées dans la région Nord-Pas-de-Calais dans près de 170 lieux partenaires ces trente dernières années. En remplissant la mission originelle du FRAC de démocratisation de la culture, les expositions en région sont nombreuses et diverses. Par exemple, l’exposition Destrøy Design aura été exposée en 2012 à la galerie Robespierre de Grande-Synthe ainsi qu’à l’hospice d’Havré à Tourcoing. Elles sont toujours accompagnées d’outils et d’aides à la visite innovants, participatifs et en phase avec chaque public. Le FRAC développe également un large programme à destination des écoles « les Élèves à l’œuvre », qui permet aujourd’hui à plus de 20 établissements scolaires par an d’accueillir une œuvre de la collection autour d’une même thématique, ou de l’enseignement supérieur en particulier avec l’opération « Fragmen FRAC »."


"La collection du FRAC est également présentée au public à une deuxième échelle, celle de l’euro-région du Nord. Situé au cœur de l’Europe et à 15 kilomètres de la frontière belge, le FRAC expose régulièrement ses œuvres en Belgique, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. En 2012, l’exposition Destrøy Design sera présentée au musée du design de Gand, en parallèle de l’exposition à Tourcoing. D’autre part, avec des partenaires tels que le S.M.A.K de Gand (Belgique), la Turner Contemporary de Margate (Royaume-Uni) et la Firstsite Gallery de Colchester (Royaume-Uni), le FRAC a créé à une plate-forme européenne de réflexion sur la médiation, qui a donné lieu à un workshop les 13 et 14 avril 2012 – workshop ayant vocation à devenir un rendez-vous annuel. Enfin, les expositions du FRAC sont également présentées à l’étranger. "

Les travaux terminés, une passerelle relie ce lieu culturel à la plage... nous avons aussi suivi sa construction et c'est une histoire que je vous racconterai très prochainement... 



C'était en avril 2016... je vous avais parlé de la transformation de cette ancienne halle (ici)
Il est plus que temps de vous en présenter l'intérieur et la plateforme... 

allez, montons ! rassurez-vous, il y a aussi un ascenseur sur le côté...

tout est fait pour découvrir, se poser, apprécier... un lieu de découvertes visuelles, tactiles, et un fond documentaire important...


Au rez-de-chaussée, une gigantesque carte géologique de l'agglomération. On y trouve également un secteur d'archives et notamment d'archives de guerres...

Le bâtiment est un learning-center"  (source du site Halle aux sucres) : "Le concept de learning center s’inspire des expériences menées notamment aux États-Unis, en Angleterre, aux Pays-Bas et en Suisse. Ces pays ont développé une approche novatrice de l’enseignement supérieur, qui s’appuie sur une nouvelle génération de bibliothèques publiques ou universitaires intégrant une forte dimension numérique et pluri-média.

Dépassant les modèles classiques de la transmission des savoirs par des centres de ressources documentaires, les learning centers sont des lieux de rencontre autour des savoirs, appuyés sur une bibliothèque « hybride » qui mêle papier et numérique. L’infrastructure, les services et les compétences rassemblées permettent d’optimiser l’accès à la connaissance, y compris à distance. En plus des étudiants et de la communauté scientifique, les learning centers visent les entreprises et les citoyens.

La fonction documentaire s’intègre à un environnement pédagogique composé de dispositifs d’accueil et d’accompagnement des différents publics, où la notion de convivialité – qui passe par la création de véritables lieux de vie – est essentielle.

L’intérêt du modèle de Learning center réside principalement dans une vision plus globale et plus intégrée de l’acquisition et de la diffusion des connaissances (enseignement, documentation, recherche) face au modèle traditionnel séparant d’une part approche pédagogique, d’autre part fourniture d’informations et de documents par une bibliothèque. Cette vision réduit les cloisonnements entre la fonction documentaire, la fourniture de technologies, l’auto-formation."



Au premier étage, un espace bilbiothèque, avec de nombreux fauteuils... un lieu calme et lumineux...

Afin de répondre à son ambition de pôle scientifique, de lieu pédagogique et afin d’optimiser l’accès à la connaissance, le Learning-center est composé de plusieurs espaces interconnectés visant à accueillir et à accompagner au mieux les différents publics qui les fréquenteront :

- Une exposition de référence
- Le grand chantier : un espace ludique pour les jeunes publics connecté à l’exposition de référence
- Un espace d’exposition temporaire : tous les 6 mois, le Learning center propose d’approfondir une nouvelle thématique dans un
espace de 250m²
- Le centre de ressources multimédia : accessible sur place et à distance (via le portail web) connecté et numérique. Des espaces
de consultation seront également disséminés au sein des expositions et des espaces ouverts
- Les espaces ouverts : l’espace actualités, le forum, l’auditorium et bien d’autres espaces seront ouverts aux publics et accueilleront activités pédagogiques, scientifiques, culturelles et événementielles.
Le forum accueille
- Une maquette interactive de la Communauté Urbaine de Dunkerque et de ses environs de 7x3m, au 1/5000
- Un dispositif visuel et sonore retraçant l’histoire de la Halle aux sucres
- Des espaces de convivialité : cafétéria, restaurant, patio."



Au premier étage... l'exposition "Ville durable" ... pas de choc entre les murs de l'ancienne halle et l'aménagement très moderne de l'intérieur...


Voulez-vous construire votre ville ? toutes les pièces sont là, mais attention aux pièges, il faut penser à tout pour construire une ville...



si vous souhaitez en savoir plus c'est ici !

Au troisième étage, à cette époque était présentée l'exposition de Mr et Mme KROLL, une autre conception de ville...

Au quatrième étage ... la terrasse... et une affichette sur la porte... clic sur la photo...


des barils boussoles, indicateurs de points proches ou infiniment lointains... une belle leçon de géographie ...


déjà au premier étage, la vue sur la ville est intéressante...


Nous faisons le tour de la plateforme...


la citadelle et au loin le quartier Neptune sur la gauche...


le bâtiment des phares et balises et les gables...


C'était en mai 2016. Depuis, les géodes ont été démontées et ce bâtiment rasé pour accueillir la nouvelle patinoire...

Le temps avance et la ville aussi ...



Nouvelle sortie avec le CCAS...aujourd'hui Véronique nous emmène au Bois des Forts... 

"Le bois est né dans les années 1970, 350 hectares environ ont été plantés principalement en Peupliers, Aulnes, Saules et Frênes. C'est une ancienne terre marécageuse asséchée pour permettre la culture maraîchère."


ce bois relit l'arrondissement de Dunkerque à Bergues. Il s'étend sur 400 hectares et se situe derrière les forts, Fort Vallières et Fort Louis...


d'abord assurer la défense et la circulation d'eau ...


ce qui explique les nombreux fossés à travers les arbres...


Il fait un peu frais mais le soleil est au rendez-vous... la nature ne s'y trompe pas...


le bois des Forts a de nombreuses pistes cavalières qui traversent les sentiers pédestres. Un vrai bonheur de rencontrer ces amoureux des chevaux ...

Nous pouvons y croiser :
- le trait ardennais
- le boulonnais
- le comtois
- le percheron
- le trait poitevin
- le cob normand
- le cheval merens...


tout en papotant, nous avonçons à travers les arbres...


je m'arrête pour un cliché, eau, soleil, verdure...


le bois est géré par la Communauté Urbaine pour offrir un poumon vert à l'agglomération...


Nous entendons le Pic Vert mais quant à le voir !!!

beaucoup d'oiseaux forestiers nicheurs se sont installés ici :
"- le héron cendré et l'aigrette garzette
- la buse variable
- le coucou gris
- le hibou moyen-duc
- le pic-vert
- la mésange à longue queue
- le geai des forts
le bois des forts abrite bien plus que ces quelques espèces caractéristiques. Une étude ... avait recensé environ 800 couples répartis en 60 espèces auxquelles il fallait rajouter 25 espèces hivernantes ou migratrices..."


de belles boucles piétonnières nous incitent à marcher et profiter de la nature....


tandis que les golfeurs s'offrent un "petit green" dans ce doux temps de printemps...

à bientôt pour une autre balade...



Nous revenons dans le "Vieux-Lille"... impressionnés par la masse imposante de la Porte de Gand...

"La Porte de Gand est une porte de Lille inscrite dans l’ancienne enceinte espagnole construite entre 1617 et 1621 lors de l'extension de la ville. Elle a été classée monument historique en 1929."
 

"Construite lors de l'extension de l’enceinte de la ville sous l’âge d’or des archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas, la porte de Gand est édifiée par les maîtres maçon Pierre Raoul et Jean Le Mestre vers 1620 et inaugurée en 1625. Elle a ensuite été conservée par Vauban, lors de la reconfiguration des fortifications à partir de 1668, qui l'a simplement renforcée de quelques ouvrages avancés. Initialement nommée porte de la Magdeleine, elle est renommée porte de Gand après la Révolution."

Le rez-de-chaussée en grès est formé par trois arches doublées d'archivoltes en plein cintre.

La partie médiane est formée par un mur en brique bicolore formant des motifs géométriques et percée de six fenêtres à croisillons.

La partie supérieure est formée par un toit en ardoise avec au centre une lucarne et de part et d'autre deux cheminée

Elle accueille le restaurant gastronomique "Les Remparts" depuis 1997."


 



"Au départ, seule existait le passage central. Deux arcades supplémentaires furent creusées en 1875, afin d'améliorer la circulation et de permettre le passage du tramway qui circula jusqu'en 1963.

La partie médiane est formée par un mur de brique décoré par des emblèmes runiques avec au centre, un ornement sculpté avec le blason de Lille surmonté d'un fronton triangulaire et de part et d'autre l'emplacement des bras du pont-levis. Au-dessus de chaque passage latéral, se trouve un cartouche en pierre blanche orné de motifs divers (guirlandes...)

La partie supérieure est constituée d'un entablement avec une console centrale en pierre blanche possédant une niche à coquille qui abritait une statue détruite pendant un siège." (photo du net)



nous passons rue de la Monnaie, l'une des plus vieilles rues de Lille.

"La rue de la Monnaie emprunte le parcours de la voie principale du castrum fortifié qui, au XIe siècle, relie la porte du Castel à la porte Septentrionale. Nommée rue Saint-Pierre, elle prend son nom actuel en 1685, lorsqu'un Hôtel des Monnaies créé à Lille par Louis XIV s'installe dans l'ancienne maison du châtelain de Lille situé dans la rue. Il n'en reste aujourd'hui que l'Hôtel du Juge Garde des Monnaies édifié tout à côté." (source Wikipédia)


Les sous bassements noirs et la couleur terracotta nous disent que nous sommes devant le musée de l'Hospice Comtesse. 

"Situé au coeur historique de la ville, en bordure de l’ancien lit de la basse Deûle et du port, le musée de l’Hospice Comtesse reste l’un des derniers témoignages lillois de l’action des comtes de Flandre."...

"Fondé en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre (1200 -1244) dans l’enceinte de son propre palais, l’hôtel de la Salle, l’ancien hôpital est placé sous la protection de la Vierge. Aujourd’hui, les bâtiments de la cour d’honneur du musée offrent un panorama de l’art de construire à Lille du XVe au XVIIIe siècle (salle des malades, bâtiments de vie communautaire des religieuses, aile 1724, chapelle)." (source "musée Nord)

Un musée superbe retrace l'intimité d'une maison flamande au XVII et XVII siècles... 


Nous allons maintenant en direction de la Deûle. Voici l'ancienne Halle aux Sucres, (entrepôt destiné aux sucres, aux grains et étoffes) ce bâtiment a été réhabilité...


Au passage des petites rues, des maisons moyennâgeuses se remarquent par leur petite taille et leur architecture à arcures si particulière... 

" De l’habitat médiéval, il ne reste rien à la surface de la ville actuelle. Seules quelques caves voutées du xiiie siècle dans le Vieux-Lille, ainsi que des ponts romans sous la chaussée, témoignent encore de ce passé, notamment rue des Chats-Bossus, Place du Lion-d’Or, rue de la Monnaie, rue des Arts ou rue Saint Jacques. Car la ville est alors construite de maisons de bois et de torchis (2 maisons à pans de bois sont connus, contour de la treille et une autre découverte en cœur d'ilot place du lion d'or) et ce n’est qu’en 1567 que le Magistrat imposera de construire en pierre. "


rue Princesse, nous passons devant la maison natale du Général de Gaulle.

"Le Musée Maison natale de Charles de Gaulle : La maison natale de Charles de Gaulle est située au 9 rue Princesse. Afin de perpétuer son souvenir, elle est devenue un musée et a rouvert en 2005 après l'aménagement de nouvelles salles d'exposition, espace multimédia, sur la vie et l'œuvre de Charles de Gaulle. On peut y voir notamment la chambre où le petit Charles vit le jour le 22 novembre 1890, des portraits ainsi que du mobilier d'époque"


la Deûle est tout à côté et nous découvrons le "Pont Napoléon"...
 

"Le pont Napoléon était une élégante passerelle construite en 1812 sur les plans de l'architecte Benjamin Dewarlez. A l'effigie de l'empereur, les quatre piliers du pont retraçaient ses principales victoires."

 



"Le pont est détruit en 1918 par l'armée allemande lors de sa fuite durant la Première Guerre mondiale. Il est reconstruit partiellement en 1920 et à nouveau détruit par les Allemands en 1944. Un projet de reconstruction est planifié en 1939 ; le pont a été reconstruit à l'identique en 2014."



Des travaux de parking sont entrepris sur le Champ-de-Mars, le quai a été transformé et nous profitons de faire une petite pause devant cette eau si calme...



Les quais le long de la Deûle invitent à la promenade et à la flânerie...


Dernier regard sur le Pont du Ramponeau qui trop usagé et mal entretenu sera remplacé par un passage plus fonctionnel.

 "Le pont-levis dit "pont du Ramponeau" a été construit à la fin du XIXe siècle en remplacement du vieux pont tournant établi en 1818 dans la continuité de la rue des Fossés-Neufs (actuellement rue Léonard Danel) et face à la guinguette du Ramponeau (Lille d’Antan) Le nom du pont provient du café du Ramponeau, une ancienne guinguette qui est apparue en 1755 (soit 4 ans après le creusement du canal de la Moyenne-Deûle) et que l'on aperçoit derrière le pont sur ce cliché. Aujourd'hui, le café du Ramponeau n'existe plus. Le pont du Ramponeau a été très endommagé durant le premier conflit mondial mais a été reconstruit. La passerelle a, quant à elle, disparu." 

Ici, se termine pour aujourd'hui notre balade à Lille... nous y retournerons à la découverte d'autres quartiers ...



Nous passons par la rue Saint-Jacques... la maison date de 1681. On y déguste  : Croustillant de maroilles, filet de boeuf aux ravioles de foie gras et feuilleté aux marrons,compote au gingembre... ou Déclinaison de saumon : confit, mariné et en sushi de quinoa... 
Nous n'avons fait que passer ...


Nous passons sous la "porte de Roubaix" ...

" La porte de Roubaix, à l'origine porte de Reneau puis porte Saint-Maurice, est une porte de Lille, inscrite dans l’ancienne enceinte espagnole construite entre 1617 et 1621."... 


"Inaugurée en 1625, elle a été percée de deux arches latérales et restaurée en 1875 pour laisser passer le tramway (photo office de Tourisme Lille)" ... 



Nous traversons le parc Henri Matisse...

" Le parc a été conçu par le paysagiste Gilles Clément sur le principe d’un jardin en mouvement évoluant au rythme des saisons. En son centre, l’Ile Derborence fait référence aux forêts primaires des Alpes suisses, vierge de toute intervention humaine."...

A la fois art et fonctionnalité écologique... ce sont des ruches !


notre itinéraire nous emmène vers Euralille que nous traversons pour aller visiter le cimetière de l'Est...

"Le cimetière d'Est est créé en 1779 sur un terrain appartenant à une famille qui a souhaité que cet ancien parc conserve son caractère paysager.

Il regroupe 36 000 tombes sur 22 hectares."



"Au nord-est de Lille, entre le centre Euralille et le quartier Saint-Maurice-Pellevoisin, le cimetière de l'Est s'étend sur 22 hectares. C'est l'un des plus vieux cimetières de cette taille en France et sans doute l'un des plus beaux de la région. En 1779, année de sa création, ce n'était encore qu'un parc très arboré appartenant à une famille qui a souhaité que le lieu garde son aspect paysager. Parmi les 36 000 concessions que renferme le cimetière, le visiteur pourra découvrir les noms des grands hommes qui ont fait la renommée de la région. À côté de la tombe d'Alexandre Desrousseaux, auteur du célèbre P'tit Quinquin, se trouve la tombe de l'ancien Premier ministre et député Pierre Mauroy, qui a depuis 2013 donné son nom au grand stade de la ville." (source du site du "Petit Futé)


De nombreuses tombes ont des statues à taille humaine comme celle de la violoncelliste Eliza de Try (1846-1922) jouant de son instrument... 
(clic sur les photos pour agrandir...)



Beaucoup d'hommes célèbres y reposent :
Charles Saint-Venant (1868-1926)

Roger Salengro (1890-1936)

Albert Samain (1858-1900)...



"Parmi les autres personnalités enterrées au cimetière de l'Est se trouvent le professeur Oscar Lambret, créateur du centre anticancéreux de Lille et administrateur originel de la cité hospitalière de la ville, mais aussi l'architecte de l'hôtel Castiaux, Émile Vandenbergh…"

Des artistes du spectacle, comme Simons, des maires, des bienfaiteurs de la ville, des poètes...
 



Certaines tombes sont particulières...


des tombeaux de famille imposants...


Celui-ci, aurait servi de dépôt provisoire et  lors de grandes épidémies...


Il est midi nous traversons le "Jardin des Géants" ... petite pause déjeuner...

"Le jardin, construit sur un ancien parking, suit une logique de développement durable et de renouvellement urbain. Par ailleurs, le bâtiment technique est recouvert d'une structure permettant le développement d'une plante grimpante afin d'en masquer la vue et de marquer la prédominance de la nature dans cet espace. Le nom du jardin et les têtes géantes en osier à armatures métalliques rappellent les traditions des Géants du Nord de la France et de la Belgique."

 
"... les paysagistes de l'Atelier Mutabilis (Paris) ont créé sur 2 hectares un nouvel espace de nature et de poésie, inauguré en juillet 2009.

On y accède par le Parvis des Nuages, planté de 5 espèces de bambous. Puis vient l'Herbe des Géants, où alternent clairières et végétation luxuriante. On arrive alors au Jardin des Sources, offrant une déambulation paisible entre bassins et miroirs d'eau. Avec en toile de fond, les tours futuristes d'Euralille..."

Petite pause et la suite de cette balade dans le troisième volet... 




Après être allés au Furet du Nord et aux Géants des Beaux Arts, lieux incontournables pour la librairie d'une part et pour les fournitures des arts, nous nous dirigeons vers l'Office du tourisme, hébergé dans la salle des gardes du Palais Rihour. Comme d'habitude sur ce blog, les textes en italique et de couleur verte sont issus du Net"...

"En 1450, Philippe le Bon engage des négociations avec la ville pour obtenir des subventions pour la construction d'un nouveau palais. Il obtiendra 6 000 livres sur quatre ans octroyés par le Magistrat. En 1453, le terrain de l'ancienne manse de Rihout (ou Rioult ou Rihoult), îlot marécageux enserré par les bras de la Deûle, est acquis et les travaux de construction sur les plans de l'architecte Evrard de Mazières sont engagés. Ils s'achèveront vingt ans plus tard sous Charles le Téméraire."

Plusieurs fois détruit par des incendies, il ne reste que la salle des gardes au rez-de-chaussée, la salle des conclaves au 1er étage ainsi que l'escalier monumental. 


Nous passons près de l'église Saint-Maurice, église-Halle, à l'architecture gothique-branbaçonne... longue nef de sept travées, et quatre chapelles latérales...
"La construction de l'église actuelle, débutée à la fin du XIVe siècle et achevée à la fin du XIXe siècle, s'étend sur plus de quatre siècles."


sa tour se termine par une flèche ajourée élégante...


encore une jolie dentelle de pierre...
une prochaine visite nous permettra d'aller visiter l'intérieur...


l'arrière du bâtiment (photo du net)


On retrouve les détails de l'art gothique...




Nous partons à la recherche du musée des canonniers... Au passage, nous admirons les superbes façades si caractéristiques de la ville...


Elles paraissent se ressembler et pourtant chacune est différente...


les couleurs font ressortir les détails...


quelques enseignes ... l'auriez-vous deviné... la troisième photo est prise rue des chats bossus !!... "Autrefois, les tanneurs avaient établi leurs ateliers rue des Chats Bossus. Les crânes d'animaux dépecés séchaient à l'air libre devant les devantures. C'est de là que la rue tire son nom (texte issu du net)"...


traversons la place du Lion d'Or, qui doit son nom à l'ancien relais des postes...
à l'angle un bâtiment magnifiquement restauré...


A l'ange de la place Louise de Bettignies, se trouve la maison de "Gilles de la Boë dite aussi du Bon Bouillon, est une maison de style manièriste flamand...
De style renaissance flamande, elle a été construite en 1636, elle témoigne de la richesse du propriétaire, marchand chirier (fabriquant des cierges) et épicier...

Nous ne pourrons pas visiter le musée des canonniers qui n'est accessible que le samedi... alors nous poursuivons notre périple... (dans le deuxième volet de cette balade...)... 



Appelé "poumon vert" de la ville de Grande-Synthe (à 7 kms de Dunkerque), ce lac artificiel a été conçu lors de la construction de l'autoroute A 16...


"De quoi oublier l’environnement urbain, les buttes sableuses proche du site font l’objet d’une gestion raisonnée. En témoignent les touffes de végétation poussant naturellement entre les poches d’argile et de sable, matériaux à partir desquels sont formées ces buttes artificielles. " (site de la Ville de Grande-Synthe)


"la ceinture boisée :

Longtemps interminable alignement de peupliers pour séparer la partie urbanisée des usines, la ceinture boisée est devenue un chemin de biodiversité. Ce ruban, d’une largeur de 50m sur 4km prend désormais l’allure d’un jeu de piste parsemé d’arbres fruitiers."



"Une zone immunisée où la faune et la flore ont progressivement repris leurs droits. Ses 172 hectares font d’elle la réserve la plus étendue, riche de diversités."

 



"prairies d’écopâturage, saules têtards et oseraies se côtoient sur 80 hectares."


"En bordure d’un plan d’eau et sur sept hectares, il offre des perspectives variées pour chaque allée empruntée, proposant ainsi des tableaux différents où se mêlent, parmi un grand choix de végétaux, plus de vingt variétés de rosiers tels que le pénélope, l’iceberg, lavander dream, Golden wings…"


"Il constitue le lieu préféré des pêcheurs, notamment depuis la création d’une école de pêche.  Avec sa maison de quartier, une cantine scolaire, un  jardin des plantes médicinales, la diversité du parc marque profondément l’image de la ville."


Le soleil décline sur les "véliplanchistes" de l'école de voile. Nous avons fait le tour du Lac, il est temps de rentrer...



Nous y étions allés en automne (ici !)  et nous y revenons ... sous une fine pluie...mais il fait doux...


la structure des arbres se détachent bien sur le fond pâle...


Je ne m'y connais pas assez pour vous donner des noms...
jolie bavette Monsieur Canard ! ....


la Foulque s'approche facilement ...

La foulque - souvent confondue avec la poule d'eau un peu plus petite à l'âge adulte - s'en distingue par ses pattes verdâtres aux longs doigts palmés, un bec blanc surmonté d'une plaque frontale (ou écusson) également blanche, des yeux ronds et rouges et des rémiges secondaires bordées de blanc.

Elle plonge souvent et habilement pour chercher sa nourriture et nage lentement, avec un hochement caractéristique de la tête. Elle défend son territoire et en chasse les intrus.

Chant : plutôt de nuit ou lors de ses vols au printemps ; son répertoire inclut une sorte de bref éternuement". (source Wikipédia)



ça fait du monde !!! un couple de cygne, des mouettes, des canards colverts, des oies cendrées... celles au bec noir, sont des jeunes de l'année...


quelles pattes puissantes et quel magnifique plumage !...


oui oui, je sais que tu veilles sur tes congénères...


après trois jolies boucles autour des plans d'eau, il nous faut rentrer... la nature est encore endormie mais nous y retournerons au printemps...



Dentelle de mer

 22/01/2017
Il fait froid et sec... du soleil... nous allons à la plage... passage obligé et apprécié par le LAAC où le plan d'eau est gelé ...


tout est blanc de glace et les goélands se posent sur la surface sans problème ... même des humains "non conscients" le traversent avec le chien !!! ...


nous arrivons à la plage... le ciel est pur et on voit les traces des avions... le sable est moitié brun moitié blanc...


le sable est dur et les marques humanoïdes se font plus nettes...


ainsi que celles des mouettes ...


le "seul corbeau" de la plage ?? un solitaire égaré ou affamé qui furète en quête de la moindre nourriture...


un long filet blanc attire notre attention...


volutes blanches et entrelacs...


l'écume a dessiné de merveilleuses arabesques de givre...


et une "chaussée de pierres Martine" de gel ... un magnifique spectacle de la nature...


une dentelle de mer ... il n'y a qu'à suivre le mouvement de l'eau...


sur le chemin du retour ... le canal est gelé et les goélands se partagent entre "bain du dimanche" et "séchage sur la glace" au soleil... il est midi... il est temps de rentrer ...



Il fait froid, tout a gelé mais le soleil est là... alors une promenade dans le bois des forts est tout indiquée... 

nous rencontrons le héron, immobile dans l'herbe vu qu'il ne pouvait pas se mettre les pattes dans l'eau... elle était gelée !


Nous ne sommes pas les seules à nous balader et ce gentil chiot nous fait la fête !...


le terrain est humide et l'horizon brumeux...


plusieurs chemins pour se balader mais nous choisissons pour le moment la ligne droite, il y a de la chasse pas loin !...


enfin plus ou moins droit le chemin, mais ces serpentins offrent de jolies vues...


le soleil perce à travers les arbres...


après une belle boucle dans la verdure nous nous dirigeons vers la ferme Vernaelde...


des espaces sont réservés pour ces arbres. C'est l'opération "un enfant... un arbre". Si les parents le souhaitent ils demandent à la Mairie d'associer le prénom du nouveau né à un arbre. Bien sûr, les arbres ont deux, voire trois prénoms... mais c'est une idée bien sympathique...


bonjour petit âne roux, tu nous as vu arriver et aussi vu les brindilles que nous vous apportons comme friandises !


Hello gentil lapin, tu sors ? tu n'as pas peur d'avoir froid ?


Les oies nous ont entendu arriver et signalent notre présence par de puissants carcadements ! ce sont de bonnes gardiennes !...


la mare est encore gelée !


Il est temps de rentrer avant que le "monstre du Lock Ness" ne sorte !!! 

La fin d'après-midi s'annonce, le soleil se fait moins présent... d'ailleurs quand nous avons repris les voitures, le pare-brise commençait à geler...
Alors à la prochaine fois pour une autre balade...



balade quand même ! tout est figé parce que le soleil n'a pas pu percer les nuages et la barrière humide....


on sait tout de suite où ça ne dégèlera pas ...


mais ça nous donne quand même de beaux paysages...



que nous ne sortons pas ! 

nous avions fait une belle balade hier au port... depuis cette nuit... brouillard !
bon... que faire ? ...  
eh bien... une visite de l'expo temporaire au musée portuaire puis nouvelle visite du musée puisqu'on ne s'en lasse pas.... il y a toujours quelque chose à découvrir...


mais au dehors ce n'est pas pareil .... le brouillard s'étend bien sûr plus facilement sur les surfaces humides... et nous sommes en citadelle !


ça crée une atmosphère très différente... imaginez-vous sans éclairage, avec des sabots... marchant le long du quai sur des pavés !!!


les bâteaux à l'amarrage semblent loin....


le "Duchesse Anne" ressemble au "Fliegender Holländer", le "Hollandais Volant".... le vaisseau fantôme de la légende...


heureusement, les voitures modernes nous rappellent à la réalité !


la ville à proximité semble ne plus exister ...


les éclairages s'agrandissent de halos indéfinis...


Heureusement la tour du "Leughenaer" "le menteur" nous guide vers le retour... une balade particulière... fantomatique... mais qui valait le coup d'être vue !



ambiance d'hiver...

 29/12/2016
Nous avons profité ... et nous avons bien fait ! ... de l'après-midi ensoleillée de mardi.... pour aller marcher... pas de vent... allons au port...

Dans la forme de réparation, il y avait un superbe bateau de pêche de Boulogne-Sur-Mer... le Konklyde...
" Le Klondyke est un chalutier pélagique (de pleine mer) transformé en congélateur. Ce bateau long de  54.55 m a été construit en 1988. Le Klondyke de l'armement Nord pêcheries à Boulogne sur Mer pêche principalement le lieu noir en Mer du Nord. Le poisson est transformé directement à bord en filet puis surgelé en plaque de 7kg. Le chalutier part pour des campagnes de 45/50 jours voire 70 jours.

La pêche en mer du Nord est l’une des plus rudes du monde. Les conditions météo sont dures pour les hommes et les bateaux. Elles engagent tout le monde à bord comme sur terre. Enfin, le Klondyke est l’un des derniers bateaux de cette envergure disposant d’une usine frigorifique à bord. "
 

Boulogne sur Mer est le premier port de pêche de France aussi bien en valeur qu'en quantité des apports sous criée (plus de 50000 tonnes/an). Il est un des derniers à posséder une flotte de pêche industrielle importante. Cette flotte se partage entre deux armements, Le Garrec et Nord Pêcheries. En 2005, ces deux armements ont fusionné et pris le nom d'Euronor, notamment pour faire face aux quotas et à la hausse des carburants. Il est peu fréquent de voir tous ces navires rassemblés ensemble à Boulogne, car s'ils débarquent dans ce port, ils déchargent aussi dans des bases avancées en Ecosse afin de ne pas s'éloigner des lieux de pêche."


le croiriez-vous ? il est 14h 50 ! c'est un temps d'hiver qui nous permet de faire de très beaux clichés.... le ciel est tantôt sombre et tantôt clair...
 la lumière joue avec les reflets de l'eau... nous sommes en milieu d'après-midi !


Le pont est levé, il faut attendre.... le petit méthanier passe dans l'écluse pour rejoindre le sas...


rien d'autre à faire de que regarder... tout là-haut, dans le ciel pur, passent de très nombreux avions... je n'ai pas vu s'il y avait du monde à bord lol !!!


En réparation navale, un "P & 0" transmanche ...un "petit monstre" de ce qui se fait actuellement !


Dans le dock flottant, nous découvrons le "Saga Sky"...

"Le Maritime rescue coordination centre (MRCC) de Douvres a signalé au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez qu’un vraquier de 200 mètres de long, le Saga Sky, était en avarie à 2,8 km des côtes anglaises, le dimanche 20 novembre, vers 9h30.

Le Saga Sky fait partie de la flotte de l’armateur norvégien Saga Welco, spécialisé dans le transport de produits forestiers (pulpe de bois, pâte à papier…). Il était rempli de 20 000 tonnes de matériaux.

À la suite d’une collision avec une barge transportant du ciment, le navire qui avait à son bord 23 membres d’équipage, avait une importante brèche sur le flanc tribord de sa coque.

Le Centre des opérations maritimes (COM) de Cherbourg, en liaison avec le CROSS Gris-Nez, a fait appareiller le Remorqueur d’intervention en haute mer (RIHM) Abeille Languedoc depuis Boulogne-sur-Mer pour se rendre auprès du navire.

L’équipage a été évacué par hélicoptère et une expertise technique a permis d’écarter tout risque de pollution.

Après avoir mouillé, dans un premier temps, aux abords de Douvres, le Saga Sky, qui mesure 200 mètres de long pour 30 mètres de large, a été escorté vers le port de Dunkerque, où il a été mis en sécurité, lundi 21 novembre."
Il est en réparation depuis cette avarie...



nous avons passé les deux écluses et nous sommes sur "la plage" avant le pont De Gaulle... un superbe éventail de goélands, mouettes et d'huitriers-pie  s'abritent ici et pas n'importe comment ! sur le morceau de sable où le soleil se couchera le plus tard !!!...


Nous ne descendrons pas sur le sable... la marée et une vague un peu forte se chargent bien de faire s'envoler les oiseaux de mer !


mon appareil photo n'a pas un zoom assez puissant pour vous faire profiter des détails mais... chaque année, les huitriers-pie sont ici de passage avant d'autres voyages plus lointains...


les logiciels de l'ordi permettent un petit rapproché pour les voir de plus près..


Un joli plan sur le feu de Saint-Pol et de la fin du chenal pour la pleine mer... merci l'APN qui règle beaucoup de choses tout seul !


et un beau "contre-jour" grâce à la dune qui protège l'appareil du plein soleil...


Un bâteau est passé par l'Ecluse De Gaulle. Guidé par les remorqueurs, il semble glisser sur l'eau... c'est un vraquier qui vient apporter ou chercher du sucre en vrac...


avec lui laissons glisser le soir couchant ...



marche à Rosendaël

 25/11/2016
Aujourd'hui, nous allons de la mairie de Rosendaël au quartier Excentric. Je vous en avais déjà parlé ici

Nous passons tout d'abord devant la Villa Myosotis "
C'est en 1894 que la Villa Myosotis voit le jour. Elle fut bâtie en bois car les servitudes militaires de l'époque interdisaient les constructions en dur dans le secteur. Alliant élégance et légèreté, Cette villa reçut un prix à un concours d'architecture à Paris en 1900.

Restaurée intégralement en 1993, cette bâtisse était entourée à l'origine d'un vaste jardin comprenant gloriette, roseraie, kiosque et pièce d'eau."


 


Nous arrivons dans le quartier Excentric. J'ai profité que la journée soit froide mais claire et ensoleillée pour vous montrer quelques nouvelles portes...


souci du détail, les portes de garage ou de cave reprennent le même motif que la porte d'entrée...


bluffant ce héron juché sur son toit ne paraît-il pas vrai ? et pourtant non, il scrute l'horizon à la même place au fil des jours...


Nous revenons vers notre point de départ en faisant une boucle... Ici la maison est surmontée d'un clocheton qui se termine par une jolie girouette avec un cheval blanc...


Il fait beau et nous agrandissons un peu la boucle prévue en passant par l'église Notre Dame de l'Assomption...

"Jusqu’en 1860, date de son érection en commune séparée, le hameau de Rosendaël dépendait administrativement des communes de Coudekerque-Branche et de Téteghem. Mais dès 1842, il est érigé en paroisse. (Patrimoine de  France)"


C'est pourquoi l'église actuelle n'a été ingaurée que le 15 août 1906. La cloche de l'église s'appelle Marie-Caroline et elle pèse 313 kgs 1/2...


L'église est constituée d'une allée centrale et de deux bas-côtés avec un joli dôme voûté...


Le décor de la pierre ne se signale qu'au niveau des châpiteaux par des feuilles d'acanthe...


l'orgue, de facture moderne, est placée derrière le maître autel ...


le soleil joue aux ombres chinoises avec la lumière à travers les vitraux ...


détruits par la guerre, les vitraux ont été remplacés... style moderne...


ou style ancien  ..


le chemin de croix est en émail...


Nous continuons notre chemin...  voici un des témoins du passé des brasseries. L'eau n'était souvent pas potable et la bière par sa fabrication permettait de ne pas transmettre le choléra ou la peste. Certains eurent l'idée de créer leur propre bière et eurent une ascension fulgurante. Ils se firent construire de somptueux hôtels particuliers... comme celui-ci, propriété du brasseur Emile Gantois...

j'aurai l'occasion de vous en présenter d'autres...

Le tour est bouclé, la marche terminée, il faisait beau... une belle matinée !



balade dunaire... quelques marguerites et un hôte de passage...


plus loin... les lapins de garenne ont fait des dégâts !...


il y en a partout ! ... le sable creusé reste au bord de l'entrée...


"Le lapin de garenne est un petit mammifère qui apprécie énormément les dunes. En effet, le sable meuble est un bon endroit pour y creuser un terrier et s'y installer en famille. De plus, la mousse tortule et autres végétaux abondent pour le plus grand régal de ces petits gloutons !"

eh bien nous en avons eu la preuve !...  




West Cappel en automne

 06/11/2016
notre petite balade de l'après-midi de ce jour-là... départ du château...


le parc est toujours aussi beau...


j'aimerais bien pouvoir m'y promener...


derrière le château, des boeufs sont encore dans la pâture ...


les pommes de terre ont été ramassées, cette parcelle sera bientôt retournée pour préparer la prochaine culture...


Nous nous éloignons du village...


le temps est très changeant, tantôt soleil... tantôt gris...


On sent que l'automne est là, l'humidité est présente partout...


le village de Bambecque est niché en contrebas...


cette ferme est construite sur un monticule et est entourée d'eau...


le ciel s'assombrit mais c'est beau quand même ! ...


nous nous rapprochons du village, c'est l'époque des choux de Bruxelles...


le soir arrive vite...


rentre vite petite coccinelle il va commencer à faire froid ! ...


et voilà la boucle est bouclée, nous avons bien marché ! ...



aujourd'hui marche autour du lac d'Armbouts-Cappel (28 ha)... 
ce lac artificiel a été construit en 1967 suite aux travaux de l'autoroute qui passe tout à côté...

nous sommes en milieu de matinée mais le jour tarde à se lever...


l'automne colore les arbres et le chemin est encore humide...


quelques fleurs nous offrent encore leur joli ton rosé...