Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 3 197 915
Nombre de commentaires : 19 907
Nombre d'articles : 1 776
Dernière màj le 26/02/2020
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

fleurs de mousses

 22/01/2020
Lors de notre balade de dimanche, nous avons pu observer sur le mur du terrain de football, de jolies mousses.

"Les mousses ne se reproduisent pas par graines, comme les phanérogames, mais par des spores, comme cela a lieu chez la plupart des cryptogames."  (info issue du net)


ça fait de bien jolies rosaces...


ou de petits coussins poilus ! ...



La ville de Coudekerque Branche, ville limitrophe de Dunkerque a réaménagé les berges. C'est joli et ça permet une pause détente ou une balade piétonne bien agréables.



Lundi 23 décembre... une petite balade au soir...


Une ambiance...


On ne s'en lasse pas !... 



Bienvenue cette balade, il fait beau, froid et sec... il a même gelé la nuit précédente et le soir venant, ça "gelote" à nouveau !... direction : la plage !


pas de vent ou presque pas... une marée descendante... les mouettes se posent...

Le point lumineux le plus à gauche au-dessus de la mer, c'est la côte Belge avec la ville d'Adinkerque...


sur le sable, un restant de coquillage... jolie spirale !...


le soleil couchant fait jouer la transparence du bâtiment du FRAC...


les nuages prennent une jolie couleur rouge/pourprée...


tout est différent quand l'obscurité arrive...


Nous traversons le jardin du LAAC où la surface du plan d'eau commence à se figer... nous nous sommes oxygénés... la balade était différente quand le soir descend... et nous avons profité des lumières pour retrouver le chemin de chez nous !



au fil des canaux

 12/11/2019
douceur colorée de l'automne et reflets dans l'eau... voici notre balade de ce matin :
L'air est frais mais le soleil est bien présent...


les peupliers se reflètent dans l'eau...
les oies profitent pour picorer dans les herbes de la berge...


Le jars rassemble ses troupes en jargonnant haut et clair !...


Il domine ses dames et les protège tout en surveillant les passants et les cyclistes !...


Il reste encore bien des feuilles sur les arbres et les couleurs sont très douces...


L'eau sur le canal de Bergues est lisse et calme...


Nous voici au pont, des nettoyeurs de canaux, avec leurs puissants aimants ont retiré des saletés. Ils les ont laissées là pour montrer les objets que l'on peut trouver qui polluent l'eau et ennuyent les bateliers...


Les roses trémières faisaient partie de la décoration réalisée par la ville pour cet angle de rues. Cette graine a traversé pour venir s'implanter là. C'est la seule qui subsiste mais peut être fera-t-elle d'autres plants...


Deuxième pont ... nous approchons du centre ville...


Les écluses où se croisent le canal de Bergues et le canal de Furnes, la troisième partie, le canal exutoire s'en va vers la mer...

sur la droite le canal de Bergues d'où nous venions, en face le canal de Furnes, sur la gauche, les pompes de l'écluse du canal exutoire...


Les anciennes maisons des éclusiers. Elles ont failli disparaître, heureusement, il y aura une  petite brasserie artisanale qui viendra s'installer... si je peux je vous ferai un article à ce sujet...


De ce côté, la façade de la salle de concert des 4 écluses a été repeinte...


le canal exutoire s'en va vers la mer...


De ce côté, les berges du canal de Furnes qui va jusqu'à Nieuwpoort, ont été aménagées et quatre pontons sont à la disposition des promeneurs pour permettre une halte bien sympathique...



Cet après-midi là, nous devions observer les papillons mais le temps était gris... peu de papillons en vue ! 
Alors nous sommes partis avec Sabine, la guide à la découverte des arbres du bois des Forts...
Avant d'arriver ... une jolie raquette en verdure...


Le bois des Forts est une réserve naturelle, créée par la Communauté Urbaine. Au départ, il n'y avait que des peupliers. Avec le temps, il a aujourd'hui 40 ans, au fur et à mesure des abattages, de nouvelles espèces d'arbres ont été implantées... Cependant, les éco-gardes laissent ici en grande partie, la nature se gérer toute seule...


Le bois offre de nombreuses balades ainsi que des pistes cavalières... il abrite de nombreuses espèces d'oiseaux.
Mais suivons notre guide ...


Une pousse d'Epicéa commun avec ces pommes de pin...


Un hêtre pourpre qui a la place pour s'épanouir...


Les noms d'arbres défilent et malheureusement je n'ai pas tout retenu !...


Souvent, il a été installé de ces présentoirs qui expliquent en détail, l'espèce de l'arbre, ses feuilles, ses fruits, l'écorce et son origine... une belle idée !...



La guide nous explique comment reconnaître un arbre : à son tronc, à ses feuilles et quand c'est l'époque à ses fruits...


Les arbres s'éliminent d'eux-mêmes parfois, comme ici. Ils cherchent la lumière et c'est le plus fort qui se développe...
Contrairement à ce que je pensais, le lierre ne fait pas mourir l'arbre, il se sert de lui pour grimper. Il régule la température de l'arbre et le protège des parasites.
Par contre, la vigne, avec ses crochets se nourrit de l'arbre et le fait mourir...


Nous sommes au coeur de la verdure et les senteurs du bois se manifestent...
Un érable Negundo...


Sabine, notre guide est passionnée et nous parle aussi bien des arbres que du sous-bois, des plantes quelquefois arrivées grâce aux oiseaux...


Un arbre très particulier : son écorce ressemble à une peau de serpent disposée en losanges...


Bien qu'il soit interdit de déplacer des espèces !!! Quelqu'un a amené des escargots de Bourgogne dans le bois ...


Ils ont élu domicile dans cette partie du bois et semblent s'y plaîre...


Un mélèze


Un joli rayon de soleil vient pour un temps éclairer le chemin...


Nous avons vu et reconnu grâce à Sabine, le chêne, le merisier, le noyer, le noisetier, le peuplier blanc, l'épicéa, l'érable, l'aulne, l'acacia, le marronnier d'inde, le bouleau blanc, le hêtre pourpre et même un séquoia géant... 
une bien belle après-midi et une balade que je referais volontiers ... avec un calepin et un stylo !!



Aujourd'hui, nous allons à la découverte de la batellerie... 

La place de la gare a été aménagée en zone piétonnière, une belle amélioration...


Juste derrière la gare, une des voies navigables, nous allons vers la gare d'eau...


◆ Sources: Archives municipales et Musée portuaire. Carol Vermeulen, « Le corps des bélandriers à Dunkerque, 1762-1791 », mémoire de maîtrise. Bernard Le Sueur, « Mariniers, histoire de la batellerie artisanale », tomes 1 et 2.


"Omniprésentes sur les voies navigables du nord de la France, les péniches accompagnent depuis plus de huit siècles le développement portuaire et économique de Dunkerque. " 


"Avec près de deux millions de tonnes de marchandises transbordées chaque année, Dunkerque reste le premier port fluvial de la région. Cette place, la cité de Jean Bart la doit en grande partie à son port maritime (le troisième de France par le trafic global), à son puissant pôle industriel, mais aussi et surtout à tous ces mariniers qui depuis des générations approvisionnent les usines en matières premières et acheminent denrées alimentaires et autres pondéreux fraîchement débarqués des cargos vers l’intérieur du pays."


le chemin a été aménagé, la balade sous un beau soleil, est bien agréable...

"Tout commence au XIIe siècle lorsque les comtes de Flandre encouragent l’aménagement des rivières et l’ouverture de nouvelles voies navigables afin de faciliter le transport fluvial. Creusé dans un ancien bras du delta du fleuve l’Aa, le « Haven Dijck » (le canal de Bergues) permet alors au port de Dunkerque d’entrer en communication avec son hinterland."


"La batellerie prend immédiatement son essor et en 1566 c’est la consécration. Les mariniers dunkerquois sont autorisés à se regrouper au sein d’une corporation, obtenant même des magistrats locaux un véritable monopole de transport. Équipés de solides péniches voilées qu’on appelle localement bélandres, ces artisans de l’eau fréquentent les canaux mais n’hésitent pas à s’aventurer dans le port, voire même en haute mer. Car ces hommes sont avant tout d’excellents marins à qui la ville confie la délicate mission de porter secours aux navires échoués afin de récupérer leur précieuse cargaison. Huit embarcations se tiennent prêtes à appareiller au moindre problème, de jour comme de nuit. Vers 1685, la flotte dunkerquoise se compose d’une centaine de bateaux dont une dizaine susceptibles d’affronter de fortes mers. Sédentaires, les bélandriers vivent alors en ville et profitent pleinement des privilèges que celle-ci leur concède. De solides avantages qui seront néanmoins supprimés par l’Assemblée constituante lors de la dissolution des corporations en 1791."


"Déjà fortement ébranlés par la perte de leur monopole, les mariniers dunkerquois subissent un nouveau revers avec l’arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle. À Dunkerque comme partout ailleurs, la batellerie est en crise. Pour lui permettre de subsister, l’État réduit les droits de navigation et s’attache à moderniser et homogénéiser le réseau hexagonal. C’est dans ce contexte difficile qu’en 1879 Charles Freycinet, ministre des Travaux publics, impose un gabarit unique pour toutes les voies principales et uniformise les écluses. Une nouvelle fois, les pénichiens s’adaptent. Les bateaux les plus anciens sont transformés, tandis que de nouvelles unités dites Freycinet apparaissent sur les canaux rénovés. Auparavant simple outil de travail, la péniche devient alors un lieu d’habitation capable de parcourir des distances de plus en plus importantes pour répondre aux besoins d’une industrie en pleine expansion. Vers 1900, près de 300 bélandres sont recensées dans le port fluvial de Dunkerque qui devient l’un des plus grands de la région."


"À cette époque, les péniches ne possèdent pas encore leurs propres moyens de propulsion et doivent être tractées par des chevaux, des tracteurs ou des remorqueurs. Mais avec les Trente Glorieuses et la mise en grand gabarit de la liaison Dunkerque-Valenciennes à la fin des années 1960, apparaissent les bateaux métalliques, les automoteurs et les premières barges poussées de plus de 3000 tonnes. Si la batellerie traditionnelle tend alors à disparaître au profit de la batellerie industrielle, subsiste toutefois à Dunkerque un groupe de mariniers sédentaires qui effectuent toujours le transport de matières premières et autres pondéreux depuis les quais de déchargement du port vers les usines installées le long des berges des canaux. L’activité est alors à son apogée. Malheureusement, l’âge d’or prend fin avec la crise pé- trolière des années 1970. Le trafic diminue et nombre de pénichiens doivent quitter le métier. Cette tendance semble aujourd’hui s’inverser. En effet, depuis le milieu des années 1990, le trafic fluvial n’a cessé de progresser et tous les acteurs politiques et économiques sont unanimes : les voies d’eau possèdent de sérieux atouts environnementaux et constituent une bonne alternative au transport routier."

Une jolie balade à la découverte d'un métier peu connu... 
Une exposition sur la péniche "La Guilde" permet de mieux découvrir la vie des mariniers... ce sera l'objet d'un autre article...



les arbres foisonnent de blanc...


les bourdons s'en donnent à coeur joie !


les fleurs de mûriers éclatent de partout, pourvu qu'il n'y ait pas trop de vent et nous aurons de belles mûres !!!


et monsieur ou madame Foulque ignore tout cela ! c'est l'heure de la toilette !



Nous avons savouré ! Même si elle a été courte ! 
la citadelle sous un ciel clair et un petit vent de nord ...


les tours de la ville se dessinent fièrement dans le ciel bleu ...


La nouvelle patinoire est pratiquement terminée, il reste les abords...


Le parc joue entre lumière et ombre... les fleurs s'épanouissent doucement...


Le beffroi sonne... il est temps de rentrer ! bon dimanche !



Boîte à création

 27/01/2019
Lors de notre courte balade de ce matin à cause de la pluie et du vent, nous avons découvert ces deux "boîtes à création"...


Une des deux boîtes était déjà occupée... 


et voici le principe... 



Reprenons nos bonnes habitudes ...
Il a fait - 3° cette nuit mais le temps ce matin est clair et le soleil est là...
vous venez ? on vous emmène voir la mer...
D'abord passage par le LAAC où le plan d'eau est gelé en surface...


la lumière est si particulière en hiver... je resterais bien volontiers la contempler...


la passerelle du FRAC se reflète joliment sur la surface du canal exutoire...


Une autre perspective de ce côté-ci...


Un bateau est venu décharger sa cargaison et repart vers la mer du Nord...


les voiliers semblent tout petits face à ce géant...


les oyats se sont bien enracinés et maintiennent le sable...


leurs racines se propagent et se développent en un fin réseau...


J'espère que vous êtes bien couverts, parce que là où il n'y a pas encore de soleil, ça reste gelé !...


Nouveauté sur le sable les "bacs à marée" ... eh oui la mer rejette ce qui l'encombre... comme le corps des humains quand ils sont trop chargés ! 
une invite à ramasser ce qui traîne et de le mettre dans les bacs...  une belle idée !...


Nous arrivons à l'écluse Tixier, à cet endroit, il y avait beaucoup d'algues et de déchets, tout à été nettoyé, c'est net et propre... bien agréable ! ...


C'est marée haute et bien haute... ça nous offre un beau reflet du phare...


Nous arrivons au récent calvaire des marins... un beau contre-jour...


Nous passons derrière le FRAC... impressionnant de hauteur....


L'ancienne cale de lancement des navires des Chantiers de France a de l'eau jusqu'en haut...


Nous arrivons vers la ville, sur la gauche, les phares et balises...


L'ancien bâtiment Nicodème a été détruit, les façades sont conservées à titre historique, il y aura de nouvelles habitations d'ici un an environ...


Les immeubles du "quai des Anglais" sont bien dans le ton de la mer ! ...


les pêcheurs sont rentrés... les cordages prêts pour un prochain départ...


vous avez parcouru 5,3 km ! C'est ici que nous devons nous quitter... merci de nous avoir accompagné... ... à bientôt ...



une ombre amusante

 10/10/2018
le soleil occasionne des surprises.... 
En passant devant la mairie dimanche.... l'ombre du panneau avait des allures de taureau...



dans le jardin public de Malo. 



La nouvelle voie

 12/09/2018
Départ du début du canal et de notre balade, il fait beau même s'il y a du vent chaud...


en sortant de la ville, il y avait une voie pénétrante qui vient d'être transformée en trois couloirs, un pour les voitures, un pour les bus, un pour les vélos et les piétons...


Une voie arborée avec chacun son couloir...


trois nivaux reliés par des escaliers avec une rampe pour aider à monter les vélos...


un exemple de ce système...


On reste malgré tout dans un espace verdoyant...


même si elle est linéaire, cette balade a du charme...


tout en papotant nous avons apprécié cet après-midi détente...



Nous sommes retournés faire notre circuit/balade à Lille, je ne vous représenterai donc pas toujours les mêmes photos mais les scènes insolites que nous avons rencontrées ce jour-là... n'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les détails !...

Un nouveau Tag...sur le mur des tags le long de la Deûle...


Une curieuse association et en voici l'explication :

« Axolotl est un drôle « d'établissement flottant itinérant  », dédié à la protection de l'environnement à travers des visites spectacles loufoques et sérieuses.

Dans ce bathyscaphe des années 60 reconstitué, les membres de la fondation Pinson-Bautengri vous content l'histoire fictive de deux chercheurs. Jules Verne des temps modernes, les deux hommes vécurent de nombreuses années dans leur submersible à explorer les océans. Forts d'une créativité débordante et d'une curiosité scientifique insatiable, ils inventèrent une multitude de solutions fondatrices en matière d'énergies renouvelables et bâtirent ce que certains nommeraient aujourd'hui « le palais idéal de l'éco-homme ». Une « utopie pédagogique » développée avec humour et vraisemblance.

La visite contée s'ouvre telle une boite à tiroirs sur des thématiques diverses : l'évolution des espèces, le fonctionnement d'un sous-marin, les nécessités vitales, l'énergie, l'équilibre du rythme journalier, la psychologie en autarcie, la biodiversité, l'imaginaire et la science...

À l'initiative de ce projet décalé, Bertrand Boulanger et Vincent Dujardin. À l'occasion de Lille 2004, ces deux artistes lillois s'engagent dans la production d'une oeuvre sous-marine. Quelque temps plus tard, L'Axolotl, « le sous-marin laboratoire des professeurs Pinson et Bautengri » voit le jour. Engagés dans la défense de l'environnement, les deux compères mettent en scène, avec l'aide de Pascal Rome et Georges Matichard, les visites de cet objet de 33 mètres de long.

Très vite, germe dans les têtes l'idée folle de faire naviguer le sous-marin. En janvier 2006, Vincent Dujardin et Jean-Bernard Artigues, architecte à Dunkerque, fondent l'association Transport culturel fluvial. Le sous-marin est monté sur une barge louée de 38 m aménagée pour l'accueil du public.

Commence une première expérience fluviale. Une réussite !

Le sous-marin va donc quitter sa barge pour rejoindre une péniche de type Freyssinet spécialement aménagée pour l'occasion. Véritable sésame pour la navigation fluviale, le bateau, Le colporteur, permet de voyager en Europe avec la capacité d'accueillir l'équipe du spectacle et de recevoir le public. Cet « établissement flottant itinérant » est un objet unique en France. Sur la totalité de vingt-huit étapes de navigation, 22  000 spectateurs auront embarqué dans le sous-marin. "



L'automne se prépare avec cet arbre au feuillage peu courant couvert de "fruits"...


Une jolie tête de cerf dans le bois...


et un "mur" de troncs d'arbres pour protéger, insectes, champignons, oiseaux...


Vous aimez les champignons ? ceux-ci sont remarquablement orangés !!!...


et même s'ils sont jolis... Je n'en mangerai pas !...


Une sortie d'égout pas comme les autres. Oserai-je dire "qui attire le regard ? "...


et pour terminer ce très beau graph sur le pylône en béton qui supporte la passerelle pour quitter la Citadelle... 
vraiment pas comme d'habitude tout ça !...



Petite ville toute proche de Dunkerque, autrefois fortement liée à l'activité de l'usine de huilerie et une cité des cheminots, elle s'est modernisée et développée de façon importante depuis 1960...
Nous commençons notre balade devant le Palais des Arts... "Inauguré en 1980, cette infrastructure a plusieurs fonctionnalités. Il est le bâtiment central de la ville et a une capacité d’'accueil de 2 000 personnes."
Il accueille également l'Open international des tournois d'échecs, avec des joueurs réputés venus d'une cinquantaine de pays...


voici le "PLUS" autrement dit le Palais de l'Univers et des Sciences. 

"Le PLUS, Palais de l'univers et des sciences est un centre d'exposition qui a la vocation de faire découvrir au public les sciences relatives à l’univers, à la vie et au devenir de la planète" (Wikipédia).

On y trouve aussi le planétarium crée en 1989...
Il est très agréable d'y faire un tour et de suivre les expositions présentées tout au long de l'année...



Nous quittons doucement la ville par ce nouveau sentier qui nous mènera au lac...


Il serpente entre les arbres... les oiseaux... des petits lapins de garenne... se croirait-on si près de la ville ?...


jolie couleur pour la rose trémière...


Nous approchons du petit bois...


les champignons, amis des arbres prolifèrent en ce moment...


et voici le lac qui comporte en fait deux parties, un petit et un grand lac tout proches l'un de l'autre...


les oies cendrées se baladent une fois sur terre, une fois dans l'eau...


elles sont vraiment très belles...


Nous faisons le tour sur un passage herbeux qui sent bon l'herbe fraîchement coupée...


Réserve naturelle pour les oiseaux, propice à la balade et parfait pour les pêcheurs...


les saules pleureurs offrent leur ombre douce...


où il fait bon s'arrêter...


Un siège bienvenu pour se poser et apprécier l'étendue...


Rencontre sympathique avec les cavaliers qui nous remercient de nous être écartés du chemin, échanges de sourires, de merci, de bonne journée !!!...


Un petit arrêt pour cueillir quelques prunelles...


puis retour en ville... la treille, plein sud, offre ces grappes gourmandes...


Notre circuit est bientôt terminé... nous longeons l'église Saint Joseph...


Construite de 1901 à 1906... il est trop tard pour y entrer ce sera pour une prochaine fois...

Tout en bavardant et en profitant du paysage nous avons fait 8 kms...
un bel après-midi !...



la véloroute

 15/08/2018
promenade 11 kms hier avec Véronique...

Départ du Fort des Dunes ... 
"Le Fort des Dunes : En 1874, le général Séré de Rivières qui dirigeait les services du génie était maître d'œuvre de la construction de réseau de fortifications. Un seul fort terrestre de type « Séré de Rivières » fut construit sur le littoral : « Le Fort des Dunes » qui devait devenir l'une des pièces maîtresses de la stratégie de défense du territoire et de l'agglomération dunkerquoise.


On choisit le goulet de Bray-Dunes formé du cordon dunaire et de polders primitifs, possédant un canal, deux routes et une voie ferrée venant de la frontière belge, pour édifier le fort.


Le secteur dunaire permettait d'incorporer au paysage un ouvrage fortifié. Qui pourrait se douter que le Mont de sable à la sortie de Leffrinckoucke abrite un fort de douze hectares et réalisé avec plus de 40 000 000 briques faites sur place ?" (site de la ville de Leffrinckouke)



Nous voici sur la véloroute du littoral dont un tronçon supplémentaire vient d'être terminé... une voie verte, ouverte aux vélos, aux piétons, aux rollers...

"Maillon de la véloroute qui reliera Brest à Kiev, c’est une portion bucolique en même temps qu’historique sur laquelle on s’élance." (Voix du Nord)


"l'eurovéloroute de 4 000 km  devant relier Kiev, en Ukraine, à Roscoff, en Bretagne reliera plus localement le Pas-de-Calais et la Belgique."


"Historique, parce que l’itinéraire sur lequel nous vous emmenons part du fort des Dunes à Leffrinckoucke, ouvrage militaire du XIXe siècle utilisé aussi pendant l’Opération Dynamo. Il aboutit à la ferme Nord, à Zuydcoote, un vaste ensemble de briques rouge et jaune, construite en 1910 pour alimenter le sanatorium voisin, promis à la réhabilitation autour d’un projet touristique."...



en chemin rencontre avec ce joli chat roux...


Nous voici presqu'arrivés et derrière un massif touffu de la dune, se dévoile un peu de la halte du sanatorium maritime à Zuydcoote...


Devant nous, la longue allée bordées de pins maritimes qui mène aux bâtiments...


L'hôpital maritime ex hôpital militaire, a été fortement détruit pendant la guerre 40. Il a été reconstruit et amélioré... Il accueille aujourd'hui des personnes en cours séjour pour de la rééducation fonctionnelle...


Les bâtiments sont en briques rouges agrémentés de briques jaunes...


Chemin en sens inverse, pause pour cueillir des prunelles...


l'environnement est dunaire, avec ces massifs de buissons courts agrémentés de fleurs et de plantes de la dune... cette marche était bien agréable...



Aujourd'hui Véronique nous propose une marche jusqu'à la ferme du Duneleet...
Nous passons par le nouveau tronçon de la "méridienne verte" qui permettra aux marcheurs et aux cyclistes de rejoindre la Belgique...


Nous passons devant l'entrée du Fort des Dunes :
 

"Le fort des Dunes est un ouvrage fortifié du xixe siècle sur la commune de Leffrinckoucke à 6 km à l'est de Dunkerque. Construit dans le cadre du système Séré de Rivières, il a été intégré plus tard dans la ligne Maginot, a été utilisé lors de la bataille de Dunkerque puis sous l'occupation allemande." (source Wikipédia)



Sur le chemin, une jolie maison bien fleurie...


Le pont qui enjambe le canal de Furnes est égayé de jardinières... Le canal de Furnes fait partie des watergangs...

"Les watergangs sont des canaux de drainage ou d'irrigation"

"Les wateringues, (Littéralement le mot veut dire "cercle d'eau ») : de "water" = eau et "ring" = cercle. région conquise à la mer, doivent leur existence grâce à la maîtrise de l'eau qui est leur unique vocation. Leurs dispositifs hydrauliques superficiels sont entièrement voués à l'évacuation des crues, à faire barrage aux entrées d'eau marine, à maintenir le plan d'eau à un niveau constant dans les terres en périodes humides et à retenir ou distribuer l'eau douce en périodes sèches.

 

Les associations de Wateringues assurent le dessèchement des terres basses.

Accessoirement, ce réseau permet en étiage le maintien de la nappe phréatique à un niveau favorable à l'agriculture.

 

La réalimentation des watergangs en période estivale est une pratique ancienne. Certains watergangs sont même dénommés irrigateurs. Cette réalimentation pourrait avoir plusieurs objectifs, qui ne sont pas forcément exclusifs l'un de l'autre: * l'abreuvement des animaux, * la réalimentation des prairies, * le maintien de l'interface salé à une profondeur acceptable, * l'arrêt de la repousse des herbes et roseaux, * la protection des sols tourbeux. (Source : Direction régionale de l’environnement)" 



nous admirons les chevaux du Club Hippique de la Flandre Maritime ...


Nous voici arrivés à la ferme... Pourquoi du Duneleet ? parce que c'est le nom du wateringue de l'endroit. Ici le niveau de la ferme est à + 250m du niveau de la mer ...


Plusieurs générations se sont succédées et aujourd'hui nous sommes accueillis par Stéphanie et ses parents...


L'accueil est chaleureux et bien documenté : histoire des lieux, principe de l'éco-agrologie... : respect des sols, de ce qu'ils peuvent produire en fonction de la région avec le moins de produits possibles pour établir un écosystème...



Bien sûr, jachère oblige et ici pousse la phacélie cette jolie fleur bleue-violette, miellifère qui permet aux abeilles de venir butiner et ensemmencer les plantes alentour. Quelques ruches sont disséminées ainsi dans les champs...


du blé d'hiver qui finit de mûrir ...


des tournesols... La ferme produit de l'huile de première pression à froid de colza, tournesol, lin, cameline... 
Elle produit également des farines de meules de pierre :  sarrasin, lentilles, blé...
et des graines comme le quinoa, de lin, et les haricots blancs de Flandre...


Un champ de quinoa...
la visite se poursuit avec les machines : meules, tamis pour la farine, vis et cuves à décanter pour les huiles et dégustation d'huile de colza et d'huile de caméline...

Pour en découvrir davantage, n'hésitez pas à aller sur le site de la ferme : ici !


Après une pause bien sympathique autour d'une crêpe et d'un jus de pomme, nous pouvons acheter les produits vendus à la ferme...
huile, graines, farines ...


Le retour, sous un chaud soleil, s'effectue par le passage au-dessus de l'autoroute... Un champ d'orge offre sa blondeur à l'astre du jour...


Les vacances sont très proches et il règne un calme inhabituel à l'entrée du Lycée Horticole...


La girouette nous souhaite "bon vent" pour d'autres découvertes... un bel après-midi de découvertes !



Nous avons retrouvé ce "faux vieux camion" sur le parking près de l'université... Il est vieux mais bien customisé....


Nous sommes allés près de la Halle au sucre où se construit la nouvelle patinoire...


J'aime bien suivre l'évolution de ces constructions...


Déplacement de caméra... reste du tournage du film de Nolan....


Au bout du quai, nous avions un beau panorama sur la l'entrée du port et de la ville...


Retour Place Jean Bart... où pendant trois jours des structures gonflables font le bonheur des enfants...


.une petite fille d'environ 3 à 4 ans s'est précipitée dans le château fort, je crois que je n'ai jamais vu se débarrasser de chaussures aussi vite !!!...


montagnes douces....


tumultueuses..


abruptes...


Il y en avait pour tous les âges et tous les goûts !



marcher et profiter du beau temps... et voir la nature qui éclate de partout... (clic sur les photos)...


une espèce d'églantine en fleurs...il m'a semblé qu'il y avait plus de fleurs que de feuilles ! ...


Approchons-nous pour apprécier la délicatesse des fleurettes et leurs pistils ... des grappes blanches à profusion...


Sur l'ilôt, Monsieur Héron est immobile... mais à cette distance de l'eau, je pense qu'il digère plutôt qu'il n'épie. A cet endroit , il est trop loin de l'eau mais ne risque aucune interférence humaine....


les arbres "glycine" s'en donnent à coeur joie....


ajoutant leur note jaune à la verdure...


Nous longeons le canal dans cette promenade verte... Ce bain de verdure dans la ville nous a fait le plus grand bien ! ...



Le soleil est au rendez-vous... allons marcher !


Nous suivons le champ de tir à l'arc à la perche verticale. 

"Le tir à l'arc à la perche verticale ou tir à l'oiseau (ou Papegay) est un sport traditionnel pratiqué notamment dans le nord de la France, ainsi qu'en Belgique, en Angleterre, au Canada et aux Pays-Bas".

Il s'agit d'éjecter, à l'aide d'un arc et de flèches, des petits cylindres ornés de plumes tricolores, appelés « oiseaux », d'une grille placée au sommet d'un mât vertical, appelé perche, qui culmine à une trentaine de mètres.


L'histoire des archers est en partie liée à celle des terres de Flandre et d'Artois. C'est ainsi qu'au XIIIème siècle, Philippe Auguste crée des milices d'archers au nord de son royaume. Au XVème siècle ces compagnies s'organisent et prennent le nom de francs-tireurs, les guildes s'affrontant au cours de tournois. Au XVIème siècle, certaines villes du nord installent des « eschampersches » ou perches verticales sur des terrains spécifiques7. Les guildes sont dissoutes pendant la Révolution mais le jeu revient au XIXème siècle grâce aux associations d'archers qui se créent alors." (source Wikipédia)


Nous arrivons au Fort, accueillis par les canards... ils sont très beaux sous le soleil...


Ils   profitent de faire une petite sieste !


Il fait bon marcher dans la verdure, avec le chant des oiseaux...


de jolis reflets dans l'eau...


Nous avons eu droit à un festival de la part de Monsieur Canard à la toilette !!


On le croirait posé sur l'eau !...


Les allées sont agréables à suivre...


Encore un bel après-midi !



Quand il fait trop froid pour travailler la terre, voici ce que font les personnes de l'atelier avec des matériaux de récupération...

un grand bac à fleurs sur pieds avec une vieille armoire métallique...


ce joli moulin, abritera un petit hôtel à insectes un nid pour oiseaux et des fleurs...


le moulin, la brouette, garnis de fleurs viendront égayer les jardins de l'EHPAD pour le bonheur des personnes âgées...


Les insectes devraient trouver leur bonheur dans cet hôtel qui sera placé près des jardins ouvriers...


Avec du bois à palettes...


Il fait très beau... allons voir les jardins  ouvriers...


les plantations commencent... petits pois, oignons, poireaux...


la rhubarbe pointe son nez...


Ici encore, en commun, les bacs à compost et les indications pour réussir...


ainsi que l'utilisation des matières sèches...


Un petit moment de partage bien agréable !



La mer ici ne monte pas de façon rectiligne, d'où le danger quand elle monte... 
d'accord j'étais allée au bout et il y avait du sable à découvert...


même pas 10 minutes plus tard, l'eau arrivait au pied des rochers ! Il ne suffit donc pas de regarder le paysage, il faut surveiller la mer...


regardez comme elle monte vite...


là où il y avait une large bande sableuse, il ne reste qu'un passage de plus en plus étroit...


vous vous souvenez de la "petite mare" dans l'article précédent...


elle est devenue rivière et nous nous sommes mouillés les baskets et les bas de pantalons en traversant !!!... toujours être vigilants !!!... parce qu'à peine 5 minutes plus tard, nous aurions eu l'eau presqu'à hauteur des genoux !...


retournons nous un instant... eh oui la mer a repris sa place et ses droits !...


le deuxième piège n'est pas loin mais là nous avions largement le temps de passer...


eh oui c'est trompeur ! on pourrait croire que la mer avance de façon rectiligne !...


tout s'est très bien terminé parce que nous savons qu'on ne plaisante pas avec la mer...

nous remontons le long de la jetée vers les écluses...


le ciel est toujours menaçant... nous allons voir les travaux de renforcement de la digue...


passage le long des anciens bastions...


les gables dans le nouveau quartier Neptune...


pas de bâteaux en mer par ce temps... sauf les pêcheurs aguerris...


retour à la maison... eh bien... il n'a pas plu !!!



donc... marée d'équinoxe de printemps... allons voir ça... vous venez avec nous ?...
passons par le jardin du Laac... ça sent le printemps !...


La mer est très retirée et les hommes sont de petites silhouettes tout au bout près de la jetée...


La mer est quelquefois, en fonction du vent, plus loin encore... Il fait un vent vif et le ciel est chargé de pluie...


les goélands et les mouettes profitent de la basse mer pour pêcher moules et crustacés sur les brise-lames...


non, non ce ne sont pas des traces d'ovnis, nous ne sommes pas à Laskha lol ! mais simplement les traces des chars à voile qui profitent de ce temps idéal pour s'en donner à coeur joie !...


De l'autre côté du chenal, que ce soit dimanche, fête ou pas, les ateliers de réparation sont à l'oeuvre pour que les navires soient traités au plus vite...


En se retirant, la mer laisse des ilôts à découvert et c'est amusant de voir que les oiseaux suivent ces arabesques pour trouver leur nourriture... (sur la droite de la photo)...


nous nous approchons du bas de la jetée...


le temps oscille entre gros nuages noirs et éclaircies. ça donne de beaux paysages très changeants...


regardez bien  sur cette photo la petite mare d'eau, elle aura son importance dans l'article suivant...


voilà, nous sommes presque arrivés jusqu'où nous pouvons aller...


les rochers et les blocs de ciment, à découvert, sont constellés de coquilles de mollusques...


Voilà ! nous y sommes... maintenant, il ne faut pas s'attarder... je vous expliquerai pourquoi...



balade ce matin... ces jolies branches rouges donnent envie de peindre...


dans une semaine, ce sera des bosquets blancs, jaunes, rouges... un vrai bonheur !


Madame foulque ne s'y trompe pas ... elle prépare son nid !



balade hivernale

 04/03/2018
Même s'il faisait froid, nous avons profité d'un après-midi ensoleillé pour nous balader...

1ère partie, un petit tour à la ferme Vernaelde... et visite aux équidés...


c'est un plaisir de les retrouver...


ils ont leur pelage d'hiver...


dans les enclos, les chevaux du manège viennent chercher le contact...


après les chevaux, les autres animaux de la ferme pédagogique... le lapinou...


le chat de la maison qui se dore au soleil...


et le coq blanc qui donne de la voix pour impressionner...


le voisin d'à côté ! ...


oies, poules, paons, hamsters, lapins, chèvres... tout ce petit monde est à l'abri du froid et de la faim...


nos amis les ânes qui arborent une coupe de poils façon mode hivernale !...


sans oublier nos gentils cochons nains qui viennent bien vite réclamer des gratouillis !...


2ème partie : le parc du Fort Louis...


restructuré, offrant de multiples activités : terrain de football, parcours de sport, boulodromme, parcours de pêche, mini-golf, aire de jeux... chacun y trouve son plaisir...


et le promeneur n'y est pas en reste ...


il fait bon se promener dans ses allées...


Ensuite, la fin de la balade nous a permis de profiter encore du soleil le long du canal, sur la berge aménagée pour la promenade. Le canal était encore gelé et les mouettes se posaient sur la glace à l'abri du vent...
tout ça s'est terminé par un chocolat chaud à la cafétéria du coin... un bon après-midi vivifiant !



il faisait du vent et il pleuvait un peu mais s'oxygéner fait aussi du bien... nous sommes donc allés faire une petite marche à la plage...
le jardin des sculptures au LAAC, vous remarquez... il fait déjà très sombre...


l'écluse Tixier... normal... aucun bâteau n'est sorti !...


Nous avions la plage presque pour nous tous seuls... là il commençait à pleuvoir un peu plus fort...


Monsieur le crabe n'a pas été prudent et se retrouve bien loin de la mer... il va s'enfouir et attendre la marée montante...


et puis il a plu de plus en plus fort... retour à la maison... au passage les travaux de renforcement de la digue la plus exposée ont commencé... les mauvaises herbes ont été enlevées, les trous bouchés...


et des batardeaux ont été enfoncés côté canal...


vite, vite il faut rentrer ! la nouvelle entrée du jardin du Laac mais pas le temps de s'attarder, la pluie redouble et le vent est de face ! nous sommes rentrée trempés, rincés bon ce n'est pas grave, nous avons bien marché !



Nous sommes passés de nombreuses fois devant la barrière... aujourd'hui la visite est guidée...  

Situé tout près du phare, la société Damen, d'origine hollandaise a repris l'ancien chantier de reconversion et de réparation navale...


Nous suivons dans une salle, la présentation de l'entreprise qui emploie 150 personnes. L'histoire de la famille Damen est intéressante.. D'abord constructeurs de navires, ils ont eu l'idée, comme pour les voitures, de construire en même temps plusieurs navires même si ceux-ci n'étaient pas vendus. Ce qui a réduit les coûts de fabrication ainsi que les délais de livraison...


L'entreprise construit tout type de bateaux : ferries, remorqueurs, navires de croisière, bateaux de drague portuaire, des navires de guerre, des navires de pêche, des pontons et des barges, des drydocks flottants et ont un marché mondial.... c'est toujours une entreprise familiale...



puis ils ont pensé qu'ajouter de la réparation navale aux navires qu'ils produisaient serait une bonne chose. Dunkerque a été choisie pour sa proximité avec la Hollande et l'Angleterre mais aussi parce la réparation navale serait proche d'un des endroits les plus fréquentés par le trafic maritime avec le passage en Manche...


"Le chantier dispose également d’un dock flottant permettant notamment l’accueil des plus grands ferries en service."


"Le chantier est situé dans le Port Est de Dunkerque, derrière les écluses, garantissant ainsi une hauteur constante du niveau d’eau quel que soit le marnage. Le chantier est équipé de trois formes de radoub"

notre première visite est pour la première forme : le dock flottant. Je vous en avais déjà parlé lors de notre visite sur le Texel ici ...


coiffés de casques, vêtus de gilets jaune et de lunettes de protection, nous partons à la découverte de ces structures immenses...  (le radier est une plateforme métallique sur laquelle viennent se poser les navires)

"En 2016, suite à l’obtention du marché public du Grand Port Maritime de Dunkerque, Damen Shiprepair Dunkerque s’est vu confier la tâche de rénover le radier de son dock flottant ; le Dock III. Après quatre mois d’études et de préparation par une équipe dédiée, composée d’une dizaine de techniciens, 170 personnes se sont relayées jour et nuit pour découper et évacuer l’ancien radier, préfabriquer et installer la nouvelle structure puis, finalement, appliquer un traitement anticorrosion afin de garantir une protection optimale de la nouvelle construction. 700 tonnes d’acier ont été remplacées, 12 tonnes de peintures ont été appliquées et 16 kilomètres de soudures ont été réalisés. Grâce à une préparation efficace en amont, le renouvellement total du radier n’a pris que trois mois." (source Grand Port Maritime de Dunkerque)


on se sent, comment dire... tout petit !! tout est très très grand !


deuxième étape, la cale sèche ou forme de radoub...



"La plus grande cale sèche dispose d’une largeur identique à celle de la plus grande écluse du port de Dunkerque et permet ainsi d’accueillir des navires jusque 180 000 tonnes de port en lourd.  Le chantier dispose également d’un dock flottant permettant notamment l’accueil des plus grands ferries en service."


par un escalier en pierre étroit, nous descendons tout au fond...


sur notre gauche, l'immense porte qui s'ouvrira, quand la cale sera emplie d'eau pour faire entrer le navire...
Une fois la porte refermée, des pompes s'actionnent pour que des étais puissent être placés progressivement pour maintenir le navire et qu'il pose le plus horizontalement possible sur les tins.


"Le tin est une pièce de bois, utilisée en fond de cale sèche pour soutenir la quille et les flancs d'un navire en construction ou en radoub. Pour équilibrer les pressions, les tins sont placés à égale distance les uns des autres, constituant ainsi une ligne de tins. Le bois en s'écrasant permet de ne pas endommager la carène.

Afin de pouvoir travailler à hauteur d'homme sous la coque du navire, la ligne de tins est surélevée sur des pièces métalliques... On trouve également plusieurs lignes de tins, dépendant de la largeur du navire...

Là où les lignes de tins sont disposées précisément en fonction de la taille du navire censé s'y poser, un plongeur vérifie la bonne position par rapport aux tins avant l'assèchement de la forme de radoub." (source Wikipédia)



et bien sûr... il faut remonter !!!


la visite suivante sera pour les ateliers...

"un atelier moderne d’une surface de 22 000 m² équipé de ponts roulants de différentes capacités de levage, offrant ainsi une multitude de services spécifiques aux armateurs."

La France reste un acteur majeur de la réparation navale européenne. Parmi les sites français les plus importants (Dunkerque, Brest, Saint-Nazaire et Marseille), Brest et Dunkerque sont les deux leaders.


d'énormes machines outils, des gabarits au sol, ponts roulants, tout est ici à la mesure des réparations...


tiens ! que fait donc là ce chat ? eh bien c'est l'héritage du dernier bateau venu en réparation....qui est reparti sans lui ! ne vous inquiétez pas... il est plus que gâté, en parfaite santé et tout à fait bien soigné !


Ici des pales d'hélice attendent d'être assemblées...


Nous revenons sur le quai...

"Le chantier est situé dans le Port Est de Dunkerque, derrière les écluses, garantissant ainsi une hauteur constante du niveau d’eau quel que soit le marnage. Le chantier est équipé de trois formes de radoub, de 750 mètres de quais de réparation" 

C'est le long de l'autre quai, que le Marion Dufresne était venu pour une reconversion (ici) ...



une visite très intéressante que j'aimerais refaire...



aujourd'hui Véronique et sa collègue nous emmènent au quartier Grand Large... il fait beau mais il y a du vent !

bâti sur l'ancien site des Chantiers de France, ce quartier fait partie du projet Neptune :
"Ce projet marque le début de la deuxième phase du projet Neptune. Cette phase se donne pour objectif le développement durable dans le respect du plan stratégique de L’Agenda 21 et de ses aspects sociaux, environnementaux et économiques.

Le projet comptera à terme entre 800 et 1000 logements." (source Ville de Dunkerque)

 Il devrait être finalisé d’ici 2015-2020 par l’architecte urbaniste Nicolas Michelin."



Nous sommes accueillis par un morceau de cornemuse des Bagpipes...


Amazing grace ... puis une chanson bretonne... ça donne envie de danser !


Ici le piéton est prioritaire (ou devrait l'être) ensuite les vélos, en dernier les voitures...


nous écoutons les explications de notre guide...


Nous retrouvons les Gables, ces étranges constructions en pointe...


les noms des rues font référence à des bâteaux construits par la navale avec leur date de construction...


ou des noms de héros de l'opération Dynamo...


nous passons à côté des cales de lancement et nous nous dirigeons vers le musée...


bien que ne supportant pas bien ces faits de guerre, j'ai visité le musée qui a été remodelé, où on retrouve l'opération Dynamo, des explications détaillées pour les visiteurs qui ont vu le film et veulent en savoir davantage...


nous passons ensuite devant la porte monumentale de l'ancien chantier qui a été conservée à titre de mémoire...


c'est aujourd'hui la porte d'entrée d'un complexe sportif...


A la maison de quartier, une collation nous a été offerte... un bel après-midi découverte...



très basse mer, profitons-en pour faire un tour à la plage...


les pêcheurs de crevettes en profitent eux aussi...


Papy et son petit fils ... un tableau charmant !


le goéland se pose et l'eau lui renvoie son image...


oh !!! il y a quelqu'un ? je courais tellement vite sur la plage que je ne vous avais pas vu !!
et pfuit il est reparti tout aussi rapidement...


nous, nous n'allons pas aussi vite et nous profitons d'observer les oiseaux, la mer, les gens, le sable...


les algues luisent encore sous le soleil...


il fait beau, le concours de pêche en mer aura du succès et les bateaux seront nombreux à sortir... c'était une belle balade...



Nouvelle balade avec Véronique ...
Le bois des forts est un endroit très verdoyant qui a été aménagé avec de nombreux chemins pédestres et cavaliers et un parcours sportif...

Résultat de recherche d'images pour


c'est aussi de jolis points de vue  grâce à l'eau qui entoure les forts. Au moment de la révolution, les vannes étaient ouvertes pour inonder la région...


on peut y faire de nombreuses boucles, toutes aussi agréables les unes que les autres...


et on y fait de sympathiques rencontres...


les oies sont d'efficaces gardiennes du terrain !...


le fusain est fleuri, c'est joli tout rouge comme ça ...


beaucoup de verdure et de reflets dans l'eau...


plats ...


ou bombés, les champignons ont proliféré avec l'humidité de ces derniers jours...


certains arbres ont des fruits actuellement, comme ces deux-là dont un ressemble à un néflier et l'autre produit des fruits ressemblant aux physallis...


tout en bavardant, nous profitons de toute cette verdure...


le long du parcours, des installations sportives sont à disposition de tous...

eh bien voici déjà l'arrivée... encore une jolie balade !





lundi... 8kms 1/2 autour de la petite ville de Wormhout...
départ non loin de la place... et première maison de type flamand avec ses volets bleus et son pignon ""en pas de moineau"...


une ancienne demeure avec son clocheton...


oh petits moutons vite vite retrouvez votre manteau pour l'hiver ...


Arrêt pour un moment d'histoire...nous arrivons sur le lieu de la "motte au bois" tristement célèbre lors de l'opération Dynamo. Pour permettre aux soldats prisonniers dans la poche de Dunkerque, de pouvoir s'évader, de courageux soldats ont maintenus une farouche opposion face à l'avancée ennemie... Ici.. plus de 80  soldats britanniques ont été exécutés dans la grange...seuls 15 d'entre eux ont échappés au massacre; Ce site leur a été dédié... Un soldat s'était caché dans ce tronc ...


il fait plutôt gris et la pluie menace mais nous aurons la chance de faire toute la balade sans  être mouillés...


des trouées bleues bienvenues...


retour en ville avec ce moulin fleuri...


un après midi au grand air, deux heures et demi de marche... et une bonne nuit de sommeil ! ...



Chantal du blog "entre prés et champs" et Jean-Claude passaient dans la région de Saint-Omer (Pas-de-Calais)... une belle occasion pour nous de nous rencontrer et de passer un sympathique moment ensemble !!! les photos de Chantal c'est ici !


Après avoir déjeuné, nous avons visité le jardin de la Ville....

suivons ce cycliste à travers les allées...


  • "Le jardin public, de l'architecte Guinoiseau (xxe siècle),