Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 36 334 887
Nombre de commentaires : 41 089
Nombre d'articles : 6 819
Dernière màj le 19/09/2019
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !

Partagez avec moi toutes mes passions, mes envies, mes souhaits, mes rêves... N'hésitez pas à me laisser vos impressions. J'y serai très sensible. Merci à vous de venir passer quelques moments avec moi et bienvenue chez moi.

Recettes Thermomix TM31 et TM5, c'est ICI.

Recettes COOKEO, c'est ICI.

<< 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 >>

Un livre à l'honneur!

 02/02/2008
La Chandeleur arrive... Les crêpes seront à l'honneur. Il va falloir réaliser un menu avec des aumonières, crêpes et galettes mais vous manquez d'idées ?
 
Pas de problème, "Fête des crêpes", le nouveau livre de Thierry Roussillon est sorti le 17 janvier (2008). Ce livre est issu de la collection "Carré cuisine" des Editions First.
 
Retrouvez dans ce livre de 89 pages, 52 recettes réparties en 2 parties : crêpes salées et crêpes sucrées. Comme vous le savez pas de crêpes sans pâte ! C'est pour cela que l'introduction de ce livre vous donne 6 recettes de pâte à crêpes.



La Chandeleur 2008

 02/02/2008
Nous sommes le 2 février. Vous n'avez pas oublié la chandeleur et son rituel : faire sauter les crèpes! les enfants vont se réjouir.  
La Chandeleur, qui a lieu le 2 février chaque année, est avant tout une fête religieuse appelée "Présentation du Seigneur". En effet, les Chrétiens célèbrent à cette date le moment où Jésus est présenté au temple, 40 jours après sa naissance. Autrefois, on appelait également cette fête "Purification de la Vierge", car on célébrait en même temps les "relevailles" de Marie (c'est-à-dire la date à laquelle la jeune accouchée reprenait une activité normale et se rendait à l'église pour se purifier).

La fête de la "Présentation du Seigneur" s'accompagnait autrefois d'une procession avec des cierges allumés. C'est ainsi que cette fête devint progressivement "chandeleur", du latin "candelorum" qui signifie "chandelles". Ce n'est pas un hasard si l'on allume des cierges lors de cette fête, car ces cierges allumés rappellent que lorsque Jesus fut présenté au Temple, il fut reconnu en tant que messie par St Siméon qui l'appela alors "Lumière du monde".

A la chandeleur, on mange des crêpes !

A la Chandeleur, tout le monde, petits et grands, se plie avec plaisir à la tradition gourmande de faire sauter les crêpes. Savourer ce délicieux dessert léger et croustillant en est le premier intérêt, mais on peut suivre cette tradition également par superstition... En effet, de nombreuses légendes entourent la chandeleur, dont voici les plus jolies.

D'une manière générale, faire sauter les crêpes à la Chandeleur doit assurer un constant bonheur tout au long de l'année. Plus spécifiquement, les jeunes filles qui souhaitent se marier doivent faire sauter la crêpe six fois de suite sans la faire tomber. Une prouesse difficile à réaliser, mais qui leur garantira, d'après la légende, de rencontrer le fiancé idéal dans l'année. Enfin, faire sauter une crêpe en tenant une pièce de monnaie dans la main assurera la prospérité à tous.

Les historiens ne sont pas tous d'accord sur l'origine de la consommation de cette gourmandise. Certains rapprochent la crêpe de la galette de céréales que les Romains mangeaient en l'honneur de Proserpine durant la fête des Lupercales, ce qui inciterait à penser que la fête catholique, instaurée vers le Vème siècle, visait à remplacer ces fameuses Lupercales dont les rites païens perduraient encore.
D'autres disent que la crêpe, par sa rondeur et sa belle couleur dorée, symbolise la lumière, le soleil, et rappelle ainsi la prophétie de St Siméon au sujet du Christ.

Quoiqu'il en soit, nous aurons tous plaisir à déguster des crêpes à la chandeleur.



Le schefflera

 02/02/2008
Le schefflera fait partie de ces plantes vertes très répandues dans les bureaux. Non qu'il soit inintéressant, mais bien parce qu'il est résistant et sans souci.


 

 

Origine

A l'instar du ficus benjamina, le scheffléra (heptaleurum brassaia ou schefflera actiniphyla) est dans son pays d'origine (Australie) un grand arbre pouvant atteindre les 30m.

Exposition

Il s'accomodera sans souci d'une pièce moyennement lumineuse, même s'il se plaît à la lumière, sous laquelle il se développera plus rapidement. Il supportera quelques heures de soleil à proximité d'une vitre.

Chaleur et humidité

Son accomodation réussie en appartement vient du fait qu'il tolère des températures de 16 à 20°C à longueur d'année.

En revanche, il faut lui assurer un minimum d'humidité. Arrosez parcimonieusement en laissant sécher la terre entre 2 arrosages, mais augmentez l'humidité athmosphérique en hiver en brumisant le feuillage une à deux fois par semaine en hiver, plus souvent en été.

L'été, vous pourrez le sortir au jardin. JAMAIS en plein soleil, mais quelques mois à la mi-ombre lui seront profitables.

Fertilisation et rempotage

La plante est vigoureuse : une bonne fertilisation estivale est recommandée. Si vous êtes plutôt adepte des engrais liquides, un bouchon dans l'eau d'arrosage chaque semaine d'avril à septembre, une fois par mois en hiver.

La croissance étant rapide, le schefflera épuise assez vite la terre du pot. Un rempotage est préconisé tous les 2 ans, dans un substrat léger et riche composé d'un tiers de tourbe, un tiers de terreau et un tiers de sable.

Soins

Il est nécessaire de tailler le schefflera, en pinçant la tige principale pour qu'elle se ramifie (en pratique : coupez à l'endroit d'où vous souhaitez voir repartir les nouvelles branches).

Un dépoussiérage régulier du feuillage lui fera le plus grand bien. Utilisez pour cela une éponge imbibé d'une mélange eau-bière (pour la brillance) en proportions égales.

Maladies et parasites

En atmosphère sèche, surveillez l'apparition de la cochenille.

Le scheffléra est également sensible aux pucerons et aux araignées rouges.

Si les feuilles jaunissent et retombent : il s'agit certainement d'un excés d'eau. Réduisez l'arrosage.

Les feuilles pâlissent et l'arbuste paraît ne plus pousser : le substrat est épuisé; faites un apport d'engrais ou rempotez.

Les feuilles jaunissent : la plante a froid.

Le collet de la plante vire au noir et la croissance est stoppée : probable pourriture des racines dûe à un excès d'eau.




Je n'en ai pas qu'un mais trois maintenant......

Nous avons eu la surprise d'apprendre par un courrier de Monsieur le Maire que nous avions été primés pour le concours des maisons fleuries. Nous n'avions pas pu aller chercher notre lot car la remise officielle était faite le jour de notre départ en vacances à Briançon.
Après un mail d'excuses, il était convenu de venir le récupérer à notre retour. ce que mon mari a fait ce soir. Nous avons reçu un magnifique schefflera.

Mais le plus beau  ... c'est que j'en ai déjà 2  ... déjà un panaché et un tout vert .... Les voici!

 

 

Je l'ai mis en bas dans mon entrée car la salle-à-manger est déjà bien occupée par toutes mes plantes..... Je suis tout de même très contente car je trouve ce geste bien sympa de la part de notre petite commune de 800 habitants.    

Si vous êtes comme moi et que vous avez la chance d'avoir aussi un schefflera, alors venez lire comment le soigner! Je vais mettre une fiche de soins dans la rubrique "Mon jardin".

Bonne lecture à vous.




Différentes marinades

 01/02/2008
Marinade à l’ail, épicée aux senteurs d’Espelette :
Pour le poisson, la volaille, le porc

10 cl d’huile olive vierge
2 grs de piment d’Espelette en poudre
15 grs d’ail haché
1 pincée de pistils de safran
½ citron pressé en jus

Eplucher l’ail, retirer le germe central, écraser, hacher finement.
Presser le jus d’un demi citron auquel on ajoutera le piment en poudre, la pincée de pistils de safran, l’ail haché.
Mélanger avec l’huile d’olive.

Marinade au citron vert
Pour le poisson et le poulet

(Peut servir également de sauce base pour un tartare de poissons par exemple)
6 Citrons verts pressés
Zestes d’un demi citron vert sans blanc
Sel fin, Poivre Blanc,
½ Poivron vert haché finement.
½ Oignon ciselé finement
2 gousses d’ail hachées
30 grs de gingembre frais haché ou 5 grs de poudre à défaut.
5 cl d’huile, colza ou tournesol.

Mélanger tous les ingrédients.

Marinade aux « cinq parfums » senteurs de Chine
Pour le Magret de canard et le Porc

10 cl de sauce soja
5 cl d’huile de colza
Une cuillère à café de mélange d’épices chinoises « cinq parfums »
Une cuillère à café de gingembre frais râpé,
Une pincée de glutamate.
Un trait de Vinaigre Balsamique.
Une cuillère à café de miel de sapin,

Mélanger tous les ingrédients, et appliquer la marinade sur les viandes, pour des saveurs plus prononcées vous pouvez laisser macérer de
2 à 12 heures en retournant les morceaux de viandes.

Marinade au Basilic
Pour poissons et légumes à la Plancha

Une botte de basilic haché.
15 cl d’huile d’olive Vierge
2 gousses d’ail hachées
Sel et poivre du moulin.

Marinade aux herbes fraîches
Pour Poissons, Veau, Légumes

30 grs d’herbes hachées fraîches :
Persil, estragon, cerfeuil, ciboulette.
Une belle échalote ciselée finement.
15 cl d’huile d’olive vierge
Sel et poivre du moulin.

Marinade de la route des Indes
Pour crustacés, volaille, ou poissons

1 cuillère à soupe de Garam massala
5 cl d’huile d’arachide
1 petite boite de lait de coco
25 grs de poivron vert haché finement
1 petite tomate épépinée et hachée
Quelques graines de sésame

Mélanger les épices dans le lait de coco et ajouter tous les autres ingrédients. Faire mariner 2 heures avant la cuisson.

Marinade saveur orient
Pour l’agneau, les volailles, gambas

5 gousses d’ail hachées,
1 citron pressé
Une botte de coriandre fraîche
hachée,
Une cuillère à café de cumin
Quelques grains de fenouil entier.
Une cuillère
à café de piment doux.
Une cuillère à café de piment fort (Espelette ou Cayenne)
10 cl d’huile d’olive vierge
3 cl d’eau

Mélanger tous les ingrédients et faire mariner 2 heures avant la cuisson.

Marinade au Thym Citron
Pour l’agneau, le porc.

25 grs de thym citron haché
2 gousses d’ail hachées
15 cl d’huile d’olive
vierge
Sel et poivre du moulin

Mélanger tous les ingrédients et faire mariner 2 heures avant la cuisson.
Variantes : romarin, sarriette, serpolet.

Marinade à la Sauge ou variante estragon
Pour le Veau et le Porc

5 cl de vin blanc sec
½ botte de sauge hachée finement
10 cl d’huile de colza ou tournesol
Sel et poivre du Moulin.

Marinade au vin rouge ou blanc
Pour les viandes

25 cl de vin rouge ou blanc
Un oignon émincé
Deux branches de thym
Une feuille de laurier
Un clou de girofle
2 gousses d’ail émincées
Une carotte émincée en
rondelles.

Prévoir un temps de marinade de 4 à 5 heures.



Les épices

 01/02/2008

•  Le garam massala

Le Garam Massala est un mélange d'épices moulues très utilisé dans la cuisine indienne. Pour le préparer, broyez 2 c. à soupe de poivre noir, 1 c. à soupe de cumin, 1 petit bâton de cannelle, 1 c. à café de clous de girofle, 1 pincée de noix de muscade et 2 c. à café de grains de coriandre dans un hachoir. Veillez à conserver ce mélange d'épices dans un récipient hermétique.

•  Gros sel aux mille parfums

Ce sel "parfumé" est un bonheur pour les grillades, les poissons, les légumes, bref, pour tout.
Pour info, je n'ai pas d'autre sel à la maison alors que je cuisine beaucoup. Un bonheur de saveurs et d'odeurs.
Cette préparation délicieuse saura assaisonner aussi bien le pot au feu que les salades et les grillades. Pour ceux qui apprécient les assiettes "enlevées" !

Ingrédients pour 500 g de gros sel type Guérande :

1 citron
4 belles feuilles de laurier
1 riche branche de romarin
1 tête d'ail
20 graines de coriandre concassées
10 graines de poivre noir concassées

Préparation :

Sachant qu'un robot pourra faire l'affaire :
Levez le zeste du citron et le réduire menu menu. Faites de même avec le laurier, le romarin, la coriandre et le poivre.
Pressez les gousses d'ail en quantité.
Mêlez (attentivement) dans un saladier les différents ingrédients avec le gros sel.
Mettez en pots qui ne seront fermés que 24h après réalisation.

Les baies roses et le poivre vert, très aromatiques, accompagnent les poissons.

La harrissa, riche en piment et en ail, relève les légumes.

La cannelle adoucit l’agneau.

Le poivre noir relève les viandes rouges, mais aussi les figues et les pommes en compote.

Le poivre blanc, plus doux, accompagne la délicatesse des viandes blanches.

La moutarde est encore meilleure cuite et sublime ainsi les steaks préalablement enduits avant d’être saisis.

Le raifort (racine apparentée à la moutarde, utilisée râpée en condiment) se sert avec les carpaccios de poissons crus, en remplacement du wasabi (moutarde japonaise réalisée en mélangeant la racine râpée à de l’eau et du soja).

Le cumin sublime le chou-fleur, surprend les carottes.

Le piment d’Espelette n’emporte pas la bouche comme ses homologues plus exotiques. Avec les viandes blanches, le chocolat chaud.

Le gingembre pimente et parfume les sauces, réveille les fraises.

Le mélange de graines servi en fin de repas dans les restaurants indiens ravive les compotes.

•  Les épices de Noël

Très appréciées outre-Rhin, les épices de Noël sont de plus en plus plébiscitées chez nous aussi. Les connaissez-vous assez ?

A acheter toutes prêtes ou à mélanger soi-même, les épices de Noël donnent une saveur toute particulière aux préparations de fête. Les mamans les plébiscitent sur les forums féminins et avouent volontiers les utiliser pour leurs gâteaux, tartes, biscuits… et surtout pour le fameux pain d’épices !

Mais connaissez-vous ces épices de Noël ? Il s’agit de la cannelle, le girofle, la cardamome et le gingembre auxquels s’ajoutent, selon les recettes et les préparations, le poivre et la muscade pour certains gâteaux secs.

A compléter .....






A partir du 7 février commenceront les célébrations du Nouvel An vietnamien : la Fête du Têt.

L'expression "fête du Têt" vient du vietnamien "Têt nguyen dàn" qui signifie "fête du premier matin de l'année".

Les fêtes vietnamiennes sont réglées par le calendrier lunaire. C'est au moment du solstice d'hiver que la nouvelle année y est célébrée avec faste dans tout le pays.

Le Têt est la fête des vivants et des morts. Pour chasser et effrayer les mauvais esprits qui portent malheur, des centaines de pétards crépitent dans toutes les rues. Les maisons sont décorées en rouge et or. Le rituel traditionnel veut qu'un très haut bambou soit planté devant chaque foyer. Les représentations de carpes et de lingots d'or accrochés à son sommet pourront servir de refuge au dieu Ông Tao.

La manière dont se déroule la fête du Têt est essentielle. Tout ce qui se produit pendant ces trois journées symbolisent les événements qui marqueront la nouvelle année. Il est important de mettre la chance et la réussite de son côté. C'est dans ce but que des branches de prunier, de pêcher et d'abricotiers en fleurs sont disposées à l'entrée des maisons. De plus, la première personne qui en franchira le seuil devra être quelqu'un de chanceux, sa présence sera ainsi bénéfique.

Les festivités débutent une semaine avant le jour de l'An : chaque famille commence par confectionner des gâteaux de riz gluants farcis avec de la viande de porc, ainsi que des plats de haricots. Ils seront offerts aux amis et à la famille. La première des trois journées de fête est consacrée au culte des ancêtres, le second aux membres de la famille et le dernier au mort. Cette célébration reste l'événement le plus important de l'année au Viêtnam.

Source : une amie vietnamienne

 




En avance pour Noël!

 01/02/2008

Voici une petite déco de Noël à accrocher à une fenêtre! Nous sommes en avance  ..... Elle a été réalisée avec des chutes de verre.

Travail en préparation :




C'est tout "mimi"...





Les ravioles du Dauphiné sont une spécialité du pays de Romans et du Royans, dans les départements de la Drôme et de l'Isère.

Privés de leurs habituels raviolis, des bûcherons italiens émigrés dans la Drôme ont inventé un plat de remplacement à partir de feuilles de raves. Fourrées de fromage blanc, les ravioles étaient nées. Ne contenant pas de viande cette recette a d'abord été adoptée par les familles francaises pendant le Carême. Puis, très appréciée elle a été élaborée avec de la farine de blé tendre, du comté, du fromage blanc et du persil.

A la fin du XIXe, la fabrication des ravioles, jusqu'alors familiale, est abandonnée à des "spécialistes": les ravioleuses.

La ravioleuse se déplace de maison en maison, de ferme en ferme. En un après-midi, elle peut aligner une vingtaine de "grosses" (144 ravioles) dans une corbeille (la gavagne).

Traditionnellement, les ravioles sont cuites dans un bouillon de poule et servies dans un saladier conçu pour qu'elles s'égouttent . On les déguste alors très chaudes, en entrée et saupoudrées de râpé, ou en accompagnement d'une viande, en gratin ...

Mais on peut aussi les faire frire et les servir à l'apéritif ou avec une salade verte.

Ingrédients :

Pour 4 personnes



- 8 plaques de ravioles au basilic
- 250g de saumon fumé en tranches
- 2 ou 3 tomates selon la taille
- 1 verre de lait
- 50g de gruyère râpé
- sel, poivre

Recette

* Casser les plaques de ravioles dans un plat à gratin afin d'obtenir des carrés détachés.



* Déposer par-dessus le saumon fumé découpé en lamelles et les dés de tomates.





* Mélanger dans un bol le lait et la crème fraîche. Saler et poivrer.

* Verser cette préparation sur les ravioles et couvrir de gruyère râpé.





* Passer au four chauffé à 200° pendant 20mn puis gratiner.





Régalez-vous!

Suggestion : J'ai augmenté la quantité de crème et de lait. Elle me semblait insuffisante pour les gourmands que nous sommes.....

Source : recette sur le paquet de ravioles



Mon PSP

 31/01/2008
Cela vous intrigue ces 3 initiales ..... bon! je vais vous le dire.... C'est un Pain Sans Pétrissage.
C'est une recette sensationnelle pour celles qui n'ont pas de machine à pains et qui veulent faire rapidement leur pain.
Je reviens demain pour vous la donner car il est bien tard et je file me reposer. 

Me revoilà pour vous parler de cette recette SUPER !! Je l'ai découverte sur le forum "Supertoinette". L'origine de la recette viendrait d'une suédoise!

Plus besoin de machine à pain! la pâte est préparée en 10 mn, une seule levée, une cuisson de 20 mn seulement. Le pain est donc vite prêt, et en plus délicieux. La mie du pain est comme celle des boulangers et la croûte super croustillante. J'en suis "baba"....

Les ingrédients :

* 1 c à c de levure lyophilisée
* 375 gr de farine
* 250 ml d'eau tiède
* 50 ml de lait tiède
* 1 c à c de sel
* 1 petite c à s de miel ou de sucre roux
* de la farine pour travailler la pâte

La technique :



* Mettre dans un grand saladier le lait + l'eau + le miel ou le sucre et faire tiédir le tout. Je passe quelques secondes au micro-ondes.

* Faire fondre la levure dans cette préparation.


        

* Mélanger la farine avec le sel et ajouter le liquide précédent.



* Travailler rapidement avec une spatule ou une cuillère en bois (pas un fouet) pour rassembler la pâte MAIS SANS LA PETRIR. Elle doit être très souple, un peu "coulante".

     

* Transvaser la pâte dans un saladier huilé et saupoudrer la pâte de de 2 c à s de farine.

* Couvrir le saladier et laisser lever pendant 1h30.

A la fin de la levée :     

* Allumer le four à 240° et y mettre un bol d'eau pour le "coup de buée".



* Graisser un moule et renverser dedans avec précaution la pâte levée. Vous remarquez que la pâte est assez molle.

* Saupoudrer de farine sur toute la surface de la pâte. Le pain n'a pas besoin de lever à nouveau. Toutefois, on peut laisser lever 20 minutes, le temps que le four chauffe puis enfourner.

* Cuire dans le milieu du four 20 min environ. A surveiller!

* Sortir et laisser refroidir sur une plaque.





Alors, qu'en pensez-vous?




Notices TEFAL

 31/01/2008
Vous avez perdu ou bien il vous manque une notice d'utilisation d'un appareil TEFAL, alors voici un lien qui va vous intéresser.

>> http://www.tefal.fr/tefal/services/instructions.asp?mscssid=2LRDG7T8NT869L9Q3MC42CVRCRE030G3

Vous aimerais mettre un peu de vie dans mon bureau au travail. Le problème est que la lumière du jour n'y rentre pas. Il n'y a que quelques néons qui lui donnent un air lugubre. Mais existe-t-il de belles plantes pouvant s'épanouir sans lumière du soleil ?
Si les plantes ont du mal à se passer de soleil, nécessaire à la production de photosynthèse, certaines se contentent bien d'une lumière artificielle ou diffuse et d'un entretien minimum.

La capillaire



est une petite fougère, habituée aux sous-bois humides dans la nature. Elle supporte donc une lumière faible en intérieur, mais il faut veiller à laisser la terre humide. Si l'air est trop sec, les folioles se recroquevilleront et bruniront sur les bords : en posant le pot sur des billes d'argile humides, vous éviterez ce problème, mais le niveau d'eau ne doit pas atteindre le fond du pot.

L'aspidistra



supporte d'être négligé, mais l'est souvent de façon exagérée. Il supporte certes, mais un entretien correct, avec des arrosages réguliers en été, permettra à son feuillage de s'épanouir pleinement. Un nettoyage des feuilles occasionnel à l'aide d'un chiffon humide donnera un aspect brillant et lustré au feuillage.

Avec ses belles fleurs blanches, le spathiphylum ou fleur de lune



agrémentera les bureaux les plus tristes. Attention cependant à augmenter l'hygrométrie, de la même façon que pour la capillaire, de façon à éviter la prolifération des araignées rouges. Pour favoriser la floraison au printemps, il est tout de même conseillé de l'exposer en pleine lumière en hiver. La température ne doit également pas descendre en-deçà des 16°C.

Certaines variétés de dragonniers ou dracénas supportent l'ombre sans perdre de leur magnifique panache. Ces plantes peuvent atteindre les 2,5 m et leur port en est magnifié. Arrosages parcimonieux en hiver et humidité régulière en été leur permettront de se développer.

Le kentia



est un palmier décoratif qui peut dépasser les 3 m et s'accommode d'un éclairage limité. Pendant sa croissance, maintenez la terre humide et fertilisez régulièrement. Dépoussiérez également de temps en temps.

D'autres plantes enfin telles que le philodendron, le schefflera,



qui est d'ailleurs souvent appellé "plante de bureau" et certaines variétés des célèbres yuccas conviennent également à des pièces peu lumineuses.

Si tant est que ces plantes puissent résister dans la pénombre, n'hésitez pas tout de même à les sortir en été pour leur faire profiter du soleil. Elles reprendront des forces avant d'affronter l'hiver. Dans tous les cas, ne les exposez pas à la lumière directe du soleil, cela pourrait brûler certaines d'entre elles. N'hésitez pas également à vous équiper d'une lampe de bureau, légèrement orientée vers votre plante, afin qu'elle puisse profiter de cet éclairage. Vous en bénéficierez également, la lumière ne pouvant avoir qu'un effet bénéfique sur votre moral !

Source : Le Journal des Femmes et moi!



Vauban à l'Unesco!

 31/01/2008

Mes vacances à Briançon m'ont permis d'apprendre, entre autre, que cette magnifique ville fortifiée faisait partie du projet d'inscription de l'oeuvre de Vauban au patrimoine mondial de l'Unesco. J'ai trouvé cela fort intéressant et ai décidé de vous en parler.

 

Sébastien le Prestre de Vauban, ingénieur militaire du Roi



Vauban est "le plus savant des hommes dans l’art des sièges et de la fortification et le plus habile à ménager la vie des hommes." a dit Saint Simon

Vauban a connu l’un des destins les plus passionnants du XVIIe siècle. Il est considéré comme le plus célèbre des ingénieurs militaires d’Europe. Étroitement liées à notre histoire, ses fortifications sont aujourd’hui plus que jamais admirées de tous. Prospecteur et bâtisseur, Vauban a été le plus grand voyageur de son temps, parcourant le royaume pour œuvrer à la défense du territoire et contribuer ainsi à la suprématie militaire de Louis XIV. Esprit curieux et universel, il s’est intéressé aux sujets les plus divers : les fortifications bien sûr, l’armée, mais aussi les impôts, la navigation, la religion... Vauban le stratège, l’économiste, l’inventeur, le philosophe, l’agronome, le penseur politique, l’urbaniste... Vauban l’humaniste !

Vauban à l'Unesco!

Le génie créateur de Vauban n’a pas reçu à ce jour de reconnaissance internationale, alors même qu’il a été l’un des plus grands spécialistes de la technique des sièges et a influencé, jusqu’à la fin du XIXe siècle, des générations d’ingénieurs, d’architectes et d’urbanistes. Les principes novateurs de ce grand bâtisseur ont toujours conduit à l’occupation rationnelle du terrain, dans le souci constant d’épargner le plus de vies humaines.

C'est pour cela que dès 2003, la Ville de Besançon lance la réflexion sur l’inscription des sites majeurs de Vauban au patrimoine mondial de l’Unesco. Depuis mars 2005, l’association de Villes « Réseau des Sites Majeurs de Vauban » a relayé la dynamique et œuvre intensément pour constituer un dossier d’inscription répondant aux exigences et aux critères de l’Etat français et de l’Unesco.

Le réseau des sites majeurs de Vauban rassemble quatorze sites parmi les plus passionnants.

ARRAS



LONGWY en Meurthe et Moselle



NEUF-BRISACH en Alsace



BESANCON



BAZOCHES



BRIANCON



MONT-DAUPHIN



MONT-LOUIS dans les Pyrénées Orientales



Villefranche-de-Conflent



Blaye / Cussac-Fort-Médoc: Un triptyque verrouillant l’estuaire



Saint-Martin-de-Ré: Le plus bel exemple d’un réduit insulaire



Belle-Île - Le Palais



Camaret-sur-Mer: Un exemple éminent de fort à la mer



Saint-Vaast-La-Hougue: Des observatoires côtiers




Chaque site fortifié présente une facette de l’œuvre de Vauban, complémentaire aux autres. Le choix des sites repose sur une base scientifique et s’appuie sur les critères du Comité du Patrimoine Mondial :
- représentativité de l’évolution du système de défense de Vauban, d’un type de fortification et d’un type de site géographique (bord de mer, plaine, montagne),
- état de conservation des fortifications et authenticité,
- politiques de mise en valeur et de protection existantes.


Inscription sur la liste indicative de la France

Le 31 mars 2006 la liste définitive des sites a été validée par le conseil scientifique du Réseau, composé de représentants des ministères de l’Écologie et du Développement durable, de la Culture et de la Communication et de la Défense, ainsi que d’experts internationaux en fortifications.


Dépôt du dossier de candidature auprès de l’État

Le Réseau des Sites Majeurs de Vauban a présenté le dossier de candidature auprès du Comité des biens français du patrimoine mondial le 22 novembre 2006. Le ministère de la Culture et de la Communication a jugé exceptionnelle la qualité du dossier et annoncé, par communiqué du 28 novembre 2006, la recevabilité du dossier.


Dépôt du dossier de candidature par la France auprès de l’Unesco

Le dépôt du dossier de candidature auprès de l’Unesco en janvier 2007 appuiera le lancement de l’année de commémoration du tricentenaire de la mort de Vauban, qui sera marquée par une série d’événements, de colloques et de manifestations.

L’Unesco rendra sa décision durant l’été 2008 lors d’un vote de son assemblée générale. Au préalable, des experts de l’ICOMOS viendront analyser les sites Majeurs de Vauban.

Source : article réalisé par moi-même grâce à des revues et de la documentation du service du patrimoine de Briançon.




Je suis débordée en ce moment et j'ai bien du mal à trouver du temps pour me plonger dans mon reportage sur nos vacances. Alors, pour vous faire patienter agréablement, je vous offre une autre vue de cette magnifique cité.

"Gargouille" ou "cité Vauban", les surnoms ne manquent pas quant à cette étonnante commune. Situé à 1 326 mètres, Briançon ressemble pourtant peu à un village de montagne. La cité prend des airs de bourgade méditerranéenne avec ses fontaines rafraîchissantes et ses maisons colorées.



En attendant de réaliser mon reportage sur nos vacances de neige à Briançon, je vous laisse admirer cette vue sur le Prorel depuis la vieille ville. 




<< 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :