Les blogs
du village
Galinette

Galinette

A DREAM

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 861 075
Nombre de commentaires : 156
Nombre d'articles : 208
Dernière màj le 19/06/2014
Blog créé le 06/09/2008

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
ST NICOLAS TU ES LA !

















m'a laissé ce message. Beau témoignage Dany sur notre région. Je vous embrasse


"Je suis seule ici dans le Sud  pas loin d'Arles où j’ai ma fille ainée et ma petite fille heureusement ....sinon je repartais là haut ...la mentalité est plus conviviale !!! J'ai failli naitre à Lille. Mon père était au 43 ième RI. Revenu dans les mines où il était comptable, un jour il eut une proposition pour être chef de carreau à la fosse 11 de Grenay....
Très beau ce musée de la mine ... j’ai bien connu tout ça. Je l'ai ma lampe de mineur la même n0.1449..tout ça nostalgie pour moi  Je viens d'avoir 72 ans et la solitude est horrible ..ici peu de contacts .meme sur mon impasse ou je suis depuis 74. Dans mon pays natal je ne suis pas montée depuis 81 et cela me manque et ma fille ne se souvient plus de la région elle avait 14 ans ...je me suis relue mais il peut y avoir des fautes de frappe ...toutes mes excuses .ravie de vous avoir trouvée .... mon mari c’était aussi Daniel ...le vrai ch'ti blageur...il avait fait ses études au lycée Colbert à Tourcoing ...moi je travaillais à Lens je vendais des impers IL PLEUT BERGERE de WASQUEHAL j’avais visité l'usine il parait que ça existe encore d'après une hôtesse de la Blanche Porte avec qui j'ai discuté ... ...
au fait je cherche la recette des - couques au beurre - que faisait ma mère c'est belge je crois ....dans ses cahiers je ne retrouve pas , si vous pouviez me trouver la recette vous seriez gentille ........Bravo pour votre Blog .... Cordialement Dany"






LE SENTIER DES KATTS

 16/07/2009
10 km aujourd'hui  sur les communes de Godewaersvelde et Berthen au coeur des Flandres. Le dénivelé positif était de 170 m. Encore une superbe journée pour mes chaussures de randonnée.








Mais oui, même dans le Nord nous avons nos cols : la preuve !





J-15.
10 km  de marche avec mes chaussures de randonnée et mes bâtons.
Prévoir la crème anti-moustiques, car la forêt  est humide de par la proximité de la Scarpe et les petites mares qui jalonnent le parcours.
Le temps était plutôt gris, mais rien de bien désagréable.
Un bon bol d'air dans la forêt...









A VOIR  ABSOLUMENT !!! C'est pour mon anniversaire que ma copine Christine m'a fait découvrir ce lieu magique à deux pas de où nous travaillons.

Le musée d'Art et d'Industrie de Roubaix (de renom ville textile au 20ème siècle) est implanté depuis 2001 sur le site pas ordinaire de l'ancienne piscine municipale de Roubaix, un bâtiment art déco des années 30.
Ce bâtiment comportait également des bains publics.
Les douches et cabines de douche dont on a réemployé les briques émaillées d'origine, sont devenues aujourd'hui des vitrines d'exposition de céramiques, de tissus des collections.
Les céramiques bleues et jaunes des bassins sont intactes (on les aperçoit sur la 3ème photo).
Une salle notamment est consacrée au peintre roubaisien Rémy COGGHE, témoin de scènes typiques de la vie des ouvriers et des patrons du Nord comme le célèbre "combat de coqs" ou encore le "jeu de bourles en France".
L'atelier parisien du sculpteur Henri BOUCHARD devrait y être transféré en 2010.




Que pensez-vous de cette "jeune fille à la fontaine" de Pierre Alexandre SCHOENEWERK (1820-1885) ?


ou encore
du "buste de vieille femme" de Alphonse MARCEL-JACQUES (1864-1952)
fait de marbre et de pierre bleue ?



Je vous emmène dans ce circuit  pédestre d'une dizaine de kilomètres,  dans les chemins autour de la fosse Delloye,  avec Mathilde et Vincent,  ce jeudi de l'Ascension.
Il y a 320 millions d'années, la région Nord - Pas de Calais était à l'équateur ! Avec le mouvement des continents commença l'histoire du charbon.


La fosse Delloye transformée en centre historique minier.
La dernière mine française a fermé en 2004, laissant derrière elle toute l'histoire des "gueules noires".


L'intérieur d'une maison de mineur au siècle dernier


en surface sur le "carreau"  : les bureaux, la salle de bain des mineurs, la lampisterie.
Ici le comptable : "ici le temps c'est de l'argent"


La salle de bains des mineurs.


"Les locques de l'fosse" ( traduisez : les vêtements de la fosse).
3 raisons de les accrocher :
1. gain de place pour les ranger
2. moyen pratique de les sécher (fond de la mine humide)
3. moyen pratique de nettoyer l'immense pièce collective de douche, sans être gêné (nettoyage 3 fois par jour au jet)


Un des modèles de lampe du mineur. Celle qui  leur sert d'emblême. Elles ont été remplacées ensuite par des lampes électriques, puis frontales.

 Pour illustrer, quelques paroles de la chanson  d'Esmond Tanière :
" M’lampiste, ém’tchiote lampiste ! M’lampe’all’va bien mais mi j’sus triste.
M’lampiste, ém’tchiote lampiste ! Car dins tes mains, m'lampe all'va bien"
..

Car c'était les jeunes filles de 15 ou 16 ans qui s'occupaient des lampes en surface ... Après, elles se mariaient et s'occupaient de la maison.

La lampiste remettait au mineur sa lampe contre le célèbre "jeton". C'était le moyen tout simple  de savoir si le mineur était venu travailler (pour le paiement de la quinzaine), mais aussi s'il était remonté du fond (surtout en cas de coup de grisou).
Le travail des lampistes n'était pas de tout repos. Elles manipulaient des produits dangereux sans grande protection.
 


Le mineur au début : tenue blanche pour repérer plus facilement les blessures qu'il pouvait se faire, espadrilles légères au pied, barrette de cuir sur la tête


Le "cuffat" permettait au mineur au début de descendre au fond  (Après se sont installées des "cages" pour descendre à plusieurs plus rapidement et descendre les chevaux ).
Plus tard le cuffat a été utilisé pour amener les mineurs au creusement du puits vertical d'accès.


Les berlines  ici  ramenées en surface pour les trieuses qui étaient des femmes . Car les berlines comprenaient autant le charbon que le schiste et le grès.


Au fond, les berlines  étaient tirées par des chevaux de trait.
Des écuries étaient aménagées au fond de la mine. Les vétérinaires descendaient pour les soigner.


La mécanisation n'a pas soulagé le travail de l'ouvrier


Plus tard, le port de masques a été rendu obligatoire pour se protéger des poussières


Pour éviter " l'silicose"


Dans quelques années, "ceux du fond" auront disparu. Actuellement la visite de la mine est effectuée par d'anciens mineurs qui nous font encore partager leur vie "au fond" , leurs anecdotes et leur patois  de "gueule noire" .
J'ai proposé à  Mathilde et Vincent  de les partager avec leur représentation d'aujourd'hui.


Et moi la mienne , une génération avant.
Mon arrière-grand-père était mineur, mais je crois que pour des raisons de santé, très vite il a occupé un emploi en surface, sur le carreau.
 



Petite soirée entre amis ce 16 mai 2009 qui fait beaucoup de bien.
 A recommander !
Cela se passe les 1er et 3ème samedi du mois.









WEEK END DU 8 MAI 2009

 11/05/2009
2 jours de randonnée dans le coeur des Flandres avec Mathilde et halte dans les estaminets.
Encore une fois nous avons bénéficié d'un temps superbe.
Nous avons dormi dans une chambre d'hôte qui fait partie de "l'accueil paysan" (pour des vacances autrement ! www.accueil-paysan.com)


L'ESTAMINET  "DE LA MAISON COMMUNE" à HONDEGHEM


UNE MAISON FLAMANDE à HONDEGHEM


HABITANT DE LA MAISON FLAMANDE


ESTAMINET  "T KASTEELHOF" Au Mont Cassel


LA CHAPELLE DES FIEVRES  Abbaye  Ste Marie du Mont (Mont des Cats)


LE CHEMIN CREUX commune de Boeschèpe :  Randonnée "AUTOUR DU MONASTERE"



LE COEUR DES FLANDRES

 24/04/2009
J'ai acheté des bonnes chaussures  de randonnée et je m'entraîne pour l'Islande. Aujourd'hui 24 Avril 2009 était un jour superbe.



Superbe journée de Printemps dans le Nord. J'ai randonné à pied  au coeur des Flandres à une quarantaine de km de Lille. Suivez moi dans la ronde des moulins et des églises.
D'abord l'église de Steenvoorde


Le Steenmeulen, moulin à farine encore en activité, date de 1864.On l'appelle aussi moulin de St-Arnould. Une nouvelle paire de meules à huiles ont été remises en fonction en 2007, ce qui redonne au moulin ses potentialités d'origine.


Le moulin de la Roome. C'est un moulin à farine sur pivot. En flamand "roome" signifie : la crème de lait. C'est aussi le nom du lieu-dit où se situe le moulin. Juste devant le moulin il y a une ferme restaurée en Estaminet.


Le Drievenmeulen. Sur pivot, c'est un ancien tordoir à huile de Somain bâti au 18ème siècle  et déplacé  en 1901.


Le Noordmeulen est un moulin à farine avec une poutre datée du 18ème siècle


L'église  Saint Martin de de Terdeghem


Un estaminet bar à Terdeghem


Des maisons flamandes à Terdeghem


L'église de Arneke. Elle a commencé à être bâtie au 12ème siècle



Suivez-moi .... Voici la Porte de Roubaix


Porte de Roubaix, vue de l'autre côté


Place aux Bleuets


Porte de Gand


Rue du Pont neuf et les anciennes maisons de guingois (Vieux Lille)


La Vieille Bourse (centre ville, Place du Général de Gaulle)


L'intérieur de la Vieille Bourse (centre ville)


Le Beffroi de la chambre de commerce (centre ville)



NOËL 2008

 08/01/2009
Chaud, les marrons chauds !







NOEL 2008

 08/01/2009
Magie  de Noël au coeur de Lille



MAGIQUE
Depuis maintenant de nombreuses années, nous pouvons profiter de la grande roue en plein coeur de Lille durant les fêtes de noël ! Nous lui donnons Rendez-vous chaque décembre.


Au coeur de Lille aussi : un manège d'antan, la chenille.


MONS EN PEVELE







LES ESTAMINETS

 15/11/2008
LES ESTAMINETS FLAMANDS, LA TRACE D'UNE HISTOIRE
Les vrais estaminets se nichent encore un peu partout dans le Nord Pas de calais  mais aussi sur les hauteurs (eh oui ! nous avons le Mont des Cats, le Mont noir, Mons en Pévèle...).
Ils témoignent de la décoration, de la simplicité et de la convivialité des bistrots d'antan.

C'est un lieu de vie où l'on peut manger ou tout simplement boire une bière ou un café.

Autrefois les estaminets étaient fréquentés par l'ouvrier textile, le métallo', le mineur, le marin, le paysan.
On y écoutait les nouvelles du journal ; on y dénonçait les misères et conditions difficiles du travail.

On y trouve aujourd'hui de nombreuses bières artisanales qui font notre fierté et on peut y déguster des plats que cuisinaient nos grand-mères  comme la "carbonnade" de boeuf, le lapin aux pruneaux, le potjevleech, la tarte au sucre....
Mais c'est là aussi que l'on peut y trouver des jeux anciens en bois comme par exemple "la grenouille".

Si vous êtes en visite dans le nord, allez voir et poussez la porte !  (j'ai mis des photos dans la rubrique "Ma région")


BRADERIE DE LILLE 2008

 10/09/2008
Je suis lilloise depuis plus de 30 ans et je la fais presque tous les ans en "visiteur".
Suivez le guide.
Pour faire un parfait bradeux, dans cette braderie gigantesque,  vous prenez :

- un bradeux ou un groupe de bradeux motivé (dans ce cas prévoyez les téléphones portables)
- des bonnes chaussures
- le Kway
- le sac plastique (très important le sac plastique !) bien plié dans une poche du kaway
- de la monnaie (tout dans les poches, rien dans les sacs à  main)
- un billet de métro pass'braderie pour circuler d'une station à l'autre
- un ch'ti (si vous en avez un sous la main) pour vous guider hors des rues commerçantes qui ressemblent davantage à une foire aux affaires.

Vous avez encore des vrais coins de braderie : Tout le long de la Deule, derrière le Beffroi, dans le vieux Lille, autour des Halles de Wazemmes pour les moules frites....

Le samedi j'ai déniché "LE" souvenir de braderie 2008 parfaitement kitch : un petit cochon rose tirelire, vous savez, le truc que l'on négocie à 1 euro (il m'a fait penser au petit cochon de Bibi-Coucou, dans ma collection Rouge et Or Dauphine).

Plus sérieusement, j'ai trouvé des anciens  piques à planter dans la terre avec pour accrocher des petites ardoises pour indiquer le nom des semis de mes plantes aromatiques. Sympa !
ça se trouve chez les anciens grainetiers ou quincailliers.  Il parait qu'il s'en refabrique des beaucoup plus chers,  parce que cela revient à la mode.

J'ai emmené  mes copains à Wazemmes un peu à l'écart, mais dans un quartier qui aime faire la fête, pour manger les moules (c'est au bout de la rue Gambetta).
Ceci dit, il reste un emblème à  voir ou photographier rue de Béthune (haut des rues piétonnes du centre ville), c'est le tas de moules "mangées " soigneusement constitué de la brasserie "aux moules". Penses-y pu le jour de la braderie, c'est l'usine ; il vaut mieux y aller tranquillement pendant l'année.
Le temps était assez clément, bien que frais à partir de 21 heures.

Le must  pour certains, c'est de trouver des bobs "ricard" distribués gratuitement dans les bistrots avec une inscription : "la braderie, sinon rien".  Une devise de la braderie : c'est bon enfant et on n'a jamais peur du ridicule.
Cette année, je ne suis pas tombée dessus.

Le dimanche, j'y suis retournée seule et  je me suis faite tremper comme une soupe le long de l'esplanade : un 1/4 d'heure t'es lavée, 5 minutes tu sèches et on recommence !
J'ai pu négocier l'achat de tous mes verres à bière avec en cadeau l'eau de pluie dedans. J'en achète tous les ans, tous différents, parce que dans l'année j'en casse.


 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :