Les blogs
du village
Le bonheur est éphémère...
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 10 092 227
Nombre de commentaires : 10 130
Nombre d'articles : 2 764
Dernière màj le 22/08/2019
Blog créé le 09/12/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
J'ai créé ce blog le 15.01.2010 afin de vous faire partager quelques bribes de ce qui fait ma vie. Je souhaite vous faire découvrir petit à petit ma région, mes passions, mes recettes, mes petits jardins etc.                        Je compte sur votre indulgence pour les fautes et les maladresses...  J'ai un ordinateur depuis peu ; Mais ne dit-on pas : "qu' il n'y a pas d'âge pour apprendre...! "...alors je me lance !                                                         J'espère que mes articles vous intéresseront, et vous offriront comme à moi, le plaisir de partager de nouvelles amitiés... Faites donc ''une petite pause "... et n'hésitez surtout pas à m'envoyer vos commentaires... C'est parti ! ...

Amis visiteurs, si vous êtes externe à Certiferme, si vous souhaitez me laisser un message : il vous suffit de cliquer sur "Contacter l'auteur" depuis n'importe qu'elle page du blog et de compléter le formulaire qui apparaîtra

merci d'avance     Bonne visite

_______________________________________________________________________

J'ai ouvert ce blog le 15.01.2010 afin de vous faire partager quelques bribes de ce qui fait ma vie. Je souhaite vous faire découvrir petit à petit ma région, mes passions, mes recettes, mes petits jardins etc.                        Je compte sur votre indulgence pour les fautes et les maladresses...  J'ai un ordinateur depuis peu ; Mais ne dit-on pas : "qu' il n'y a pas d'âge pour apprendre...! "...alors je me lance !                                                         J'espère que mes articles vous intéresseront, et vous offriront comme à moi, le plaisir de partager de nouvelles amitiés... Faites donc ''une petite pause "...et n'hésitez surtout pas à m'envoyer vos commentaires... C'est parti ! 
     Bonne visite


<< 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 >>

PHOTOS suite

 06/04/2010















POTERIES DE BETSCHDORF

 06/04/2010
Les poteries de Betschdorf font partie de la catégorie des grès.
Les caractéristiques du grès sont un grain dur et serré et une faible porosité. Cette porosité est d’ailleurs supprimée dans la fabrication du grès de Betschdorf par le procédé dit de « salage » qui par la fusion du sel marin recouvre les vases d’une sorte d’enduit vitrifié semblable à l’email de la porcelaine et les rend presque complètement imperméables. Les matières premières indispensables pour la fabrication et obtenir ces résultats sont : 
 l’argile dite vitrifiable 
 le sel marin 
 les couleurs, ces dernières étant un accessoire, car elles ne sont pas appliquées sur tous les produits fabriqués.
L’argile est la matière indispensable, primordiale, celle sans laquelle il n’existe pas de poterie.
Le sel marin donne la couverture ou le vernis.
Le bois est la matière auxiliaire nécessaire à la cuisson il provient des forêts domaniales et communales voisines de Haguenau à Oberbetschdorf. Les principales essences sont : le pin - le hêtre - le chêne et l’aulne .
L’argile se trouve en quantité considérable en forêt de Haguenau, ces dépôts d’argile portent en terme local de métier le nom de « glaisières ». Au 18° et 19° siècles les glaisières exploitées par les potiers de Betschdorf se trouvent en dehors de la forêt de Haguenau.
La langue française ne dispose pas d’un mot simple pour désigner les poteries de terre appelées en langue allemande ( Tonwaren ), on dit en français « poterie de terre » ou « terre de feu ». Cette poterie ressemble à la faïence, mais ne doit pas être confondue avec elle. Le sel marin provient des Salins de Lorraine (Château-Salins). Les couleurs, le bleu ou bleu de Cobalt donne à la cuisson une belle couleur bleu foncé se rapprochant du bleu de Sèvres (les colorants viennent de Meissen en Saxe).
Comment obtenir les glaçures.
En projetant dans le four de cuisson à une température de 1250 degrés du chlorure de sodium, ce sel se décompose et donne par combinaison avec le silicate d’alumine qui est la base de l’argile un silicate de soude qui se fixe sur les pièces soumises à la cuisson sous la forme d’un vernis imperméable qui joue le rôle de la porcelaine.
POT A DEUX ANSES
décor de cheval cabré
Modèles d’instruments servant à décorer 
Décor par incision (chatironné) au stylet Décor en relief (réalisé en collant à la barbotine les motifs) Décor peint directement sur les poteries au pinceau.
On trouve de nombreux décors d’animaux : pigeon – poule – cheval – chien – cerf – faisan – lièvre - bœuf.
L’industrie des potiers était soumise à une réglementation corporative sévère. La confrérie avait son centre d’action à Colmar. Les statuts obtenus le 9 novembre 1622 de l’Empereur Ferdinand II furent confirmés par le conseil souverain d’Alsace le 11 mars 1682.
Ces statuts compliqués et confus firent l’objet d’un nouveau projet par les maîtres en 1739 et soumis à l’approbation royale. Il fit l’objet d’un règlement en conseil du Roi en date du 19 janvier 1740. Aux termes de ce règlement les maitres nomment douze d’entre eux pour gens de justice et gardes des statuts, lesquels élisent tous les trois ans, trois d’entre eux des plus capables et intelligents. Le premier pour la Haute-Alsace Le second pour la Basse-Alsace Le troisième pour la Ville de Colmar.
Ce triumvirat est chargé de la police des métiers. Une assemblée annuelle de la Corporation se tient à Colmar le jour de la Saint-Louis. Une assemblée générale a lieu tous les trois ans. Chacune de ces assemblées est accompagnée d’une cérémonie religieuse.
L’obligation d’assister à la réunion plénière est si rigoureuse que celui « qui boit ou mange avec un maitre avant la séance » est puni d’une amende d’une livre de cire au profit de la confrérie.
Si l’absent ne peut produire d’excuse valable, il est puni d’une amende de 40 sols et de privation de compagnons.
Fonctionnement de la corporation
Les Maitres doivent obéissance aux chefs de la confrérie, pourvu que ce ne soit contre Sa Majesté, ses États, ses intérêts et contre le bien public.
La maîtrise est octroyée par l’assemblée annuelle particulière. Le candidat se présente en personne, fournit ses lettres d’apprentissage et fabrique le chef-d’œuvre accoutumé dans la Ville de Colmar en présence d’un jury composé de trois maitres de la Haute et de trois de la Basse Alsace, ils prêtent serment à cet effet. Puis le jeune maitre paie ses droits d’entrée, jure d’observer les statuts et offre un diner aux membres du jury.
La confrérie tient un registre des maitres compagnons et apprentis, elle ordonne de lire tous les lundis de Pentecôte les statuts et les noms des maitres auxquels il est défendu d’avoir des compagnons.
Quels sont les avantages professionnels que la corporation procure à ses membres ?
1)Nul ne peut vendre ou fabriquer de la poterie façon Alsace sans être reçu de la confrérie.
2)le maitre a le droit de transporter sa marchandise dans les Foires, mais il est tenu de remporter dans sa localité les produits invendus.
3)Les maitres tiennent à leur renommée, ils s’interdisent de vendre à des étrangers, revendeurs de pots de terre, vagabonds et « gâte-métiers ».
4)Les maitres ont le droit de surveillance sur les revendeurs et les étrangers, mais eux-mêmes sont obligés de se soumettre à la visite des officiers de la confrérie qui viennent constater la bonne qualité de la marchandise et confisquer celle qui leur parait de mauvaise foi.
Ces privilèges comportaient un certain nombre de restrictions, à savoir : Que le marché restait ouvert librement aux potiers étrangers dont les poteries similaires ne se fabriquaient pas en Alsace et notamment du grès de Cologne.
De plus les étrangers avaient le droit de construire des fours et travailler de leur métier sans faire partie de la confrérie et de faire des ouvrages de poteries inconnus des maitres alsaciens.
C’est grâce à ces restrictions que les potiers de Betschdorf purent s’installer librement en Basse-Alsace puisqu’ils répondaient à la double condition exigée pour bénéficier de la liberté de fabrication, ils étaient étrangers et fabriquaient une poterie qui n’existait pas en Alsace, le grès de Cologne.
La moralité est de règle dans la corporation des potiers : Est puni d’une amende ou exclu temporairement de la confrérie le maitre qui est de mauvaise conduite, qui a une vie déréglée, qui entretient une maison douteuse, qui s’adonne au jeu pour de l’argent, est également puni celui qui fait offense Dieu ou qui est parjure.
Formation des apprentis
Celui qui veut apprendre le métier se fait présenter par deux maitres et deux compagnons et inscrire sur le registre de la tribu. Il s’engage avec le maitre pour 3 ans et doit lui payer une certaine redevance. S’il n’est pas en état de payer, il prolonge d’une année son apprentissage.
Au 19° siècle les potiers se sont groupés en Société à responsabilité limitée Ils achetaient et vendaient en commun tous les produits. Afin de permettre aux associés de faire face à leur engagement, ils doivent d’après l’importance de leur production annuelle moyenne, fournir un certain contingent d’objets fabriqués. Dans l’industrie céramique, on calcule la production en jets, en allemand ou en alsacien Wurf du verbe werfen (jeter)
Quelle est l’origine de cette expression originale ?
Selon la coutume, ce contingent d’objets fabriqués est calculé sur une unité de base qui s’appelle le « jet »
L’industrie céramique primitive était sans doute la briqueterie. Le prix de base du salaire des ouvriers briquetiers fut calculé sur le nombre de briques qu’ils pouvaient dans un temps déterminé confectionner de leurs mains et jeter au four. Cette unité de mesure professionnelle passée de la briqueterie dans la poterie où il fallait bien remplacer le nombre de briques par une commune mesure à tous les objets fabriqués de dimensions différentes, c’est à dire une mesure de contenance.
POTERIE DE BETSCHDORF






Les poteries de Betschdorf font partie de la catégorie des grès.

Les caractéristiques du grès sont un grain dur et serré et une faible porosité. Cette porosité est d’ailleurs supprimée dans la fabrication du grès de Betschdorf par le procédé dit de «
salage » qui par la fusion du sel marin recouvre les vases d’une sorte d’enduit vitrifié semblable à l’email de la porcelaine et les rend presque complètement imperméables.
 Les matières premières indispensables pour la fabrication et obtenir ces résultats sont : 
- l’argile dite vitrifiable, 
- le sel marin, 
- les couleurs, ces dernières étant un accessoire, car elles ne sont pas appliquées sur tous les produits fabriqués.
L’argile est la matière indispensable, primordiale, celle sans laquelle il n’existe pas de poterie.
Le sel marin donne la couverture ou le vernis.
Le bois est la matière auxiliaire nécessaire à la cuisson, il provient des forêts domaniales et communales voisines de Haguenau à Oberbetschdorf. Les principales essences sont : le pin - le hêtre - le chêne et l’aulne .
L’argile se trouve en quantité considérable en forêt de Haguenau, ces dépôts d’argile portent en terme local de métier le nom de « glaisières ». Au 18° et 19° siècles les glaisières exploitées par les potiers de Betschdorf se trouvent en dehors de la forêt de Haguenau.
La langue française ne dispose pas d’un mot simple pour désigner les poteries de terre appelées en langue allemande ( Tonwaren ), on dit en français « poterie de terre » ou « terre de feu ». Cette poterie ressemble à la faïence, mais ne doit pas être confondue avec elle. Le sel marin provient des Salins de Lorraine (Château-Salins). Les couleurs, le bleu ou bleu de Cobalt donne à la cuisson une belle couleur bleu foncé se rapprochant du bleu de Sèvres (les colorants viennent de Meissen en Saxe).

Comment obtenir les glaçures.
En projetant dans le four de cuisson à une température de 1250 degrés du chlorure de sodium, ce sel se décompose et donne par combinaison avec le silicate d’alumine qui est la base de l’argile un silicate de soude qui se fixe sur les pièces soumises à la cuisson sous la forme d’un vernis imperméable qui joue le rôle de la porcelaine.

Modèles d’instruments servant à décorer
Décor par incision (chatironné) au stylet Décor en relief (réalisé en collant à la barbotine les motifs) Décor peint directement sur les poteries au pinceau.
On trouve de nombreux décors d’animaux : pigeon – poule – cheval – chien – cerf – faisan – lièvre - bœuf.

L’industrie des potiers était soumise à une réglementationcorporative sévère. La confrérie avait son centre d’action à Colmar. Les statuts obtenus le 9 novembre 1622 de l’Empereur Ferdinand II furent confirmés par le conseil souverain d’Alsace le 11 mars 1682.
Ces statuts compliqués et confus firent l’objet d’un nouveau projet par les maîtres en 1739 et soumis à l’approbation royale. Il fit l’objet d’un règlement en conseil du Roi en date du 19 janvier 1740. Aux termes de ce règlement les maitres nomment douze d’entre eux pour gens de justice et gardes des statuts, lesquels élisent tous les trois ans, trois d’entre eux des plus capables et intelligents. Le premier pour la Haute-Alsace Le second pour la Basse-Alsace Le troisième pour la Ville de Colmar.
Ce triumvirat est chargé de la police des métiers. Une assemblée annuelle de la Corporation se tient à Colmar le jour de la Saint-Louis. Une assemblée générale a lieu tous les trois ans. Chacune de ces assemblées est accompagnée d’une cérémonie religieuse.
L’obligation d’assister à la réunion plénière est si rigoureuse que celui « qui boit ou mange avec un maitre avant la séance » est puni d’une amende d’une livre de cire au profit de la confrérie.
Si l’absent ne peut produire d’excuse valable, il est puni d’une amende de 40 sols et de privation de compagnons.
Fonctionnement de la corporation
Les Maitres doivent obéissance aux chefs de la confrérie, pourvu que ce ne soit contre Sa Majesté, ses États, ses intérêts et contre le bien public.
La maîtrise est octroyée par l’assemblée annuelle particulière. Le candidat se présente en personne, fournit ses lettres d’apprentissage et fabrique le chef-d’œuvre accoutumé dans la Ville de Colmar en présence d’un jury composé de trois maitres de la Haute et de trois de la Basse Alsace, ils prêtent serment à cet effet. Puis le jeune maitre paie ses droits d’entrée, jure d’observer les statuts et offre un diner aux membres du jury.
La confrérie tient un registre des maitres compagnons et apprentis, elle ordonne de lire tous les lundis de Pentecôte les statuts et les noms des maitres auxquels il est défendu d’avoir des compagnons.
Quels sont les avantages professionnels que la corporation procure à ses membres ?
1)
Nul ne peut vendre ou fabriquer de la poterie façon Alsace sans être reçu de la confrérie.
2)
le maitre a le droit de transporter sa marchandise dans les Foires, mais il est tenu de remporter dans sa localité les produits invendus.
3)
Les maitres tiennent à leur renommée, ils s’interdisent de vendre à des étrangers, revendeurs de pots de terre, vagabonds et « gâte-métiers ».
4)
Les maitres ont le droit de surveillance sur les revendeurs et les étrangers, mais eux-mêmes sont obligés de se soumettre à la visite des officiers de la confrérie qui viennent constater la bonne qualité de la marchandise et confisquer celle qui leur parait de mauvaise foi.
Ces privilèges comportaient un certain nombre de restrictions, à savoir : Que le marché restait ouvert librement aux potiers étrangers dont les poteries similaires ne se fabriquaient pas en Alsace et notamment du grès de Cologne.
De plus les étrangers avaient le droit de construire des fours et travailler de leur métier sans faire partie de la confrérie et de faire des ouvrages de poteries inconnus des maitres alsaciens.
C’est grâce à ces restrictions que les potiers de Betschdorf purent s’installer librement en Basse-Alsace puisqu’ils répondaient à la double condition exigée pour bénéficier de la liberté de fabrication, ils étaient étrangers et fabriquaient une poterie qui n’existait pas en Alsace, le grès de Cologne.
La moralité est de règle dans la corporation des potiers : Est puni d’une amende ou exclu temporairement de la confrérie le maitre qui est de mauvaise conduite, qui a une vie déréglée, qui entretient une maison douteuse, qui s’adonne au jeu pour de l’argent, est également puni celui qui fait offense Dieu ou qui est parjure.
Formation des apprentis
Celui qui veut apprendre le métier se fait présenter par deux maitres et deux compagnons et inscrire sur le registre de la tribu. Il s’engage avec le maitre pour 3 ans et doit lui payer une certaine redevance. S’il n’est pas en état de payer, il prolonge d’une année son apprentissage.
Au 19° siècle les potiers se sont groupés en Société à responsabilité limitée Ils achetaient et vendaient en commun tous les produits. Afin de permettre aux associés de faire face à leur engagement, ils doivent d’après l’importance de leur production annuelle moyenne, fournir un certain contingent d’objets fabriqués. Dans l’industrie céramique, on calcule la production en jets, en allemand ou en alsacien Wurf du verbe werfen (jeter)
Quelle est l’origine de cette expression originale ?
Selon la coutume, ce contingent d’objets fabriqués est calculé sur une unité de base qui s’appelle le « jet »
L’industrie céramique primitive était sans doute la briqueterie. Le prix de base du salaire des ouvriers briquetiers fut calculé sur le nombre de briques qu’ils pouvaient dans un temps déterminé confectionner de leurs mains et jeter au four. Cette unité de mesure professionnelle passée de la briqueterie dans la poterie où il fallait bien remplacer le nombre de briques par une commune mesure à tous les objets fabriqués de dimensions différentes, c’est à dire une mesure de contenance.
sources internet




Un peu d’histoire
La localité de Soufflenheim située au nord de Strasbourg en Alsace est mentionnée dès 1147 et il semble, d’après des fouilles archéologiques, que dès cette époque, voire avant, existait déjà une activité de poterie.
Les potiers, comme de nos jours, ont profité de la présence d’une terre, dans la région de Haguenau, particulièrement adaptée à la fabrication d’objets utilitaires nécessaires dans la vie de tous les jours, tels les assiettes, plats, bols, terrines, moules à gâteau…
La période la plus prospère de la poterie de Soufflenheim  se situe au 19ème siècle, période durant laquelle le village comptait jusqu’à 55 ateliers de poterie.
Leur nombre diminua à partir de la Seconde Guerre Mondiale pour se stabiliser de nos jours aux alentours de 15 qui produisent toujours la poterie en respectant la tradition.
La technique
La technique
L’élaboration de la poterie commence toujours par le tournage ou le moulage d’un boudin de terre. Ce boudin est presque exclusivement de la terre glaise de la forêt de Haguenau.
Une fois façonné, la poterie est séchée.
Après séchage la décoratrice applique différents motifs avec un barolet, cette technique est appelée à l’engobe et donne du relief au motif.
Une fois décoré, l’ensemble est rendu étanche par l’application d’une glaçure.
Les couleurs usuelles de la poterie de Soufflenheim sont : la couleur terre, bleu clair ou bleu nuit, le vert. Entre-temps les  potiers ont également évolué vers d’autres couleurs tel le rouge, le jaune ou la couleur taupe.
Une fois la décoration terminée, arrive la cuisson dans un four durant environ 10 heures à 1200 °C. Après la cuisson la poterie séjourne encore durant environ 15 heures dans le four.
La poterie de Soufflenheim
La poterie de Soufflenheim est particulièrement connue pour ses terrines et marmites à Baeckeoffe qui peuvent parfaitement être utilisée pour d’autres plats à mijoter tels la choucroute, le coq au vin et pour des plats hors de la région Alsace tels le cassoulet, des tajines…
Les moules à kougelhopf ont également fait sa renommée.
N’oublions pas les plats  et moules à tartes et cakes, les moules à tourtes, les assiettes, les bols, les terrines à pâtés et foie gras, les bols et coupelles, les plats à gratin, les saladiers, sans oublier toutes sortes d’objets de décoration.
Tous ces objets en poterie de Soufflenheim sont particulièrement soignés, ils sont utilitaires et décoratifs à la fois.
Un peu d’histoire
La localité de Soufflenheim située au nord de Strasbourg en Alsace est mentionnée dès 1147 et il semble, d’après des fouilles archéologiques, que dès cette époque, voire avant, existait déjà une activité de poterie.Les potiers, comme de nos jours, ont profité de la présence d’une terre, dans la région de Haguenau, particulièrement adaptée à la fabrication d’objets utilitaires nécessaires dans la vie de tous les jours, tels les assiettes, plats, bols, terrines, moules à gâteau…La période la plus prospère de la poterie de Soufflenheim  se situe au 19ème siècle, période durant laquelle le village comptait jusqu’à 55 ateliers de poterie.Leur nombre diminua à partir de la Seconde Guerre Mondiale pour se stabiliser de nos jours aux alentours de 15 qui produisent toujours la poterie en respectant la tradition.

La technique
L’élaboration de la poterie commence toujours par le tournage ou le moulage d’un boudin de terre. Ce boudin est presque exclusivement de la terre glaise de la forêt de Haguenau.Une fois façonné, la poterie est séchée.
Après séchage la décoratrice applique différents motifs avec un barolet, cette technique est appelée à l’engobe et donne du relief au motif.Une fois décoré, l’ensemble est rendu étanche par l’application d’une glaçure.Les couleurs usuelles de la poterie de Soufflenheim sont : la couleur terre, bleu clair ou bleu nuit, le vert. Entre-temps les  potiers ont également évolué vers d’autres couleurs tel le rouge, le jaune ou la couleur taupe.Une fois la décoration terminée, arrive la cuisson dans un four durant environ 10 heures à 1200 °C. Après la cuisson la poterie séjourne encore durant environ 15 heures dans le four.

La poterie de Soufflenheim
La poterie de Soufflenheim est particulièrement connue pour ses terrines et marmites à Baeckeoffe qui peuvent parfaitement être utilisée pour d’autres plats à mijoter tels la choucroute, le coq au vin et pour des plats hors de la région Alsace tels le cassoulet, des tajines…Les moules à kougelhopf ont également fait sa renommée.N’oublions pas les plats  et moules à tartes et cakes, les moules à tourtes, les assiettes, les bols, les terrines à pâtés et foie gras, les bols et coupelles, les plats à gratin, les saladiers, sans oublier toutes sortes d’objets de décoration.Tous ces objets en poterie de Soufflenheim sont particulièrement soignés, ils sont utilitaires et décoratifs à la fois.





 
Henri Loux et le service ObernaiCatégorie :Arts et loisirs - GénéralDescription :
Son nom fut longtemps ignoré mais son œuvre est connue dans le monde entier à travers le décor de vaisselle, dénommé Obernai, grâce auquel il a immortalisé nos coutumes, nos traditions, la vie quotidienne de nos campagnes.Maint restaurant ou winstub sert ses clients dans ces assiettes dans le fond desquelles on découvre un village, une maison, une alsacienne en costume traditionnel. Dans chaque bonne famille alsacienne trônent bien en évidence des objets aux décors réalisés par Henri Loux.
UN TALENT PRECOCE...
Cet éminent artiste, né à Auenheim le 20 février 1873, est le fils de l'instituteur Henri Edouard Loux qui était venu s'installer à Sessenheim en 1875. Rien ne le prédestinait alors à une carrière artistique, car chez les Loux, on était instituteur de Père en fils.
En 1884 le jeune Henri et son frère intégrant le gymnase Sturm à Strasbourg. Si l'aîné des frères est un élève appliqué, le cadet, Henri, est plutôt médiocre, sauf dans une matière : le dessin! Il est imprégné de ce don dès sa prime jeunesse ; il apprécie avant tout de gambader dans les prés et les champs pour admirer les beautés de la nature environnante.
Encouragé par son professeur de dessin, Henri Loux souhaite se consacrer entièrement à l'art en devenant artiste peintre.Il s'inscrit à l'école des arts décoratifs de Strasbourg.
Fin octobre 1893, il part pour Munich , à l'Akademie der Bildenden Kunst où il ecxelle dans sa formation.
En 1897 Henri Loux revient en Alsace avec en poche le diplome d'artiste peintre. Il parcourt l'Alsace du nord au sud, d'est en ouest. Partout il retient sur ses feuilles ce qui l'émerveille et l'émeut : les scènes de villageoises, les gens et leurs costumes, les maisons à colombages.
Il reste surtout attaché aux villages et à l'entourage de son enfance : tout son œuvre est un hymne au terroir de sa jeunesse.
HENRI LOUX A SARGUEMINES
Henri Loux séjournera à Sarreguemines de 1902 à 1909 à plusieurs reprises pour réaliser des décors d'assiettes à la demande de la faiencerie Utzschneider et Cie : il a 29 ans. En effet , à la recherche de nouveaux motifs de décoration pour ses assiettes, la faïencerie s'adresse à Henri Loux qui accepte et se met aussitôt au travail.Ses dessins son acceptés : c'est la chance de sa vie.
Le décor des assiettes est l'équivalent de la bande dessinée aujourd'hui : histoires, vies quotidienne ...
Les premiers objets : des cruches, des assiettes décoratives, des plats apparurent en 1903 sous le nom de Loux ; lorsqu'un aubergiste d'Obernai souhaita acquérir un service de table complet avec les sujets de Loux, l'artiste fut rappelé à l'usine pour compléter la série du décor qui prit le nom de OBERNAI.
De nos jours le service Obernai est fabriqué à la manufacture de Lunéville Saint Clément. (lire moins)

 

Henri Loux et " le service Obernai "

Son nom fut longtemps ignoré mais son œuvre est connue dans le monde entier à travers le décor de vaisselle, dénommé Obernai, grâce auquel il a immortalisé nos coutumes, nos traditions, la vie quotidienne de nos campagnes.Maint restaurant ou winstub sert ses clients dans ces assiettes dans le fond desquelles on découvre un village, une maison, une alsacienne en costume traditionnel. Dans chaque bonne famille alsacienne trônent bien en évidence des objets aux décors réalisés par Henri Loux.
UN TALENT PRECOCE...Cet éminent artiste, né à Auenheim le 20 février 1873, est le fils de l'instituteur Henri Edouard Loux qui était venu s'installer à Sessenheim en 1875. Rien ne le prédestinait alors à une carrière artistique, car chez les Loux, on était instituteur de Père en fils.
En 1884 le jeune Henri et son frère intégrant le gymnase Sturm à Strasbourg. Si l'aîné des frères est un élève appliqué, le cadet, Henri, est plutôt médiocre, sauf dans une matière : le dessin! Il est imprégné de ce don dès sa prime jeunesse ; il apprécie avant tout de gambader dans les prés et les champs pour admirer les beautés de la nature environnante.
Encouragé par son professeur de dessin, Henri Loux souhaite se consacrer entièrement à l'art en devenant artiste peintre.Il s'inscrit à l'école des arts décoratifs de Strasbourg.Fin octobre 1893, il part pour Munich , à l'Akademie der Bildenden Kunst où il ecxelle dans sa formation.En 1897 Henri Loux revient en Alsace avec en poche le diplome d'artiste peintre. Il parcourt l'Alsace du nord au sud, d'est en ouest. Partout il retient sur ses feuilles ce qui l'émerveille et l'émeut : les scènes de villageoises, les gens et leurs costumes, les maisons à colombages.Il reste surtout attaché aux villages et à l'entourage de son enfance : toute son œuvre est un hymne au terroir de sa jeunesse.

HENRI LOUX A SARGUEMINES
Henri Loux séjournera à Sarreguemines de 1902 à 1909 à plusieurs reprises pour réaliser des décors d'assiettes à la demande de la faiencerie Utzschneider et Cie : il a 29 ans. En effet , à la recherche de nouveaux motifs de décoration pour ses assiettes, la faïencerie s'adresse à Henri Loux qui accepte et se met aussitôt au travail.Ses dessins son acceptés : c'est la chance de sa vie.Le décor des assiettes est l'équivalent de la bande dessinée aujourd'hui : histoires, vies quotidienne ...Les premiers objets : des cruches, des assiettes décoratives, des plats apparurent en 1903 sous le nom de Loux ; lorsqu'un aubergiste d'Obernai souhaita acquérir un service de table complet avec les sujets de Loux, l'artiste fut rappelé à l'usine pour compléter la série du décor qui prit le nom de OBERNAI.
De nos jours le service Obernai est fabriqué à la manufacture de Lunéville Saint Clément. 






ET PUIS...

 06/04/2010
































ET ENCORE

 06/04/2010

































ON CONTINUE

 06/04/2010

























BALADE

 06/04/2010
La petite France






Balade en bâteau mouche








Vitrines






















La maison Krammerzell

La construction de cette maison, en face de la Cathédrale Notre-Dame, dont les colombages comptent parmi les plus richement décorés de la ville, remonte à l'année 1427. Cependant, l'édifice ne prendra son aspect définitif qu'en 1589. Construite par le célèbre négociant de fromages Martin Braun, dans ce style Renaissance très particulier, le rez-de-chaussée est en pierre et les étages supérieurs en bois sculptés avec des fenêtres en cul-de-bouteille. Les sculptures des poutres représentent des scènes sacrées et profanes. Sur le pignon, on voit encore la poulie qui servait à faire monter les réserves au grenier.

Après de nombreux propriétaires, l'édifice est acquis par la Communauté urbaine de Strasbourg, via son organe la fondation de l'Œuvre Notre-Dame. Elle fait partie, comme le centre historique de Strasbourg, du patrimoine mondial de l'humanité. C'est aujourd'hui et depuis le dix-neuvième siècle un restaurant, ce qui en fait le plus vieil édifice encore exploité de Strasbourg. Depuis l'entrée dans son capital de Guy-Pierre Baumann, son modèle est celui de la grande brasserie parisienne.


















PHOTOS

 06/04/2010
Profile gauche ! 


Profile droit


Le nid vu d'en dessous


Je couve !


J'avais oublié : la photo de face !



COULEURS

 05/04/2010
Bonjour,

Voilà, Pâques se termine, en beauté, par un petit tour dans mon jardin. 
Bon il n'a pas fait 25 degrés, mais nous avons bien apprécié, de très belles éclaircies, un petit coin de ciel bleu, et un peu de soleil... pas de vent. Une sorte de paix dans l'air, de sérénité, j'étais bien, ce qui ne m'est pas arrivé depuis des lustres. Vova a bien voulu m'accompagner, alors j'étais sur mon nuage.... De ce fait je n'ai pas résisté, j'ai pris mon appareil photo, en pensant qu'avec un peu de chance il y aurait du changement au jardin !!!
Depuis que j'espère. Et oui, en l'espace de quelques jours ...tout à changer : regardez .... je vous les offre

d'abord les renoncules


J'aime beaucoup cette fleur (sa couleur, mais aussi la gamme qui existe) et de plus, il y a quelques années lorsque je faisais des petits bouquets pour Pierre, Paul, Jacques... j'appréciais beaucoup sa longue tenue en fleur coupée dans les compositions.


"Un trou" ! non! ce n'est pas le nom de la fleur, mais j'ai oublié...j'ai le nom sur le bout de la langue comme on dit...mais "on verra plus tard" !!!...


Sur le chemin, une pause magnolia (je préfère les roses)


Voici un rosier qui reprend ses esprits ! Vous voyez les filles "tout vient à point à qui sait attendre"!!! (mais les roses c'est pas pour tout de suite !!!)


"L'héllébore", ou" rose de Noël", ou "encore rose de Carême" 


Pervenches et quelques muscaris égarés !




La ciboulette...


Pour les tulipes il faudra encore attendre ! toutefois quelques jonquilles et narcis égarés




Ici, la petite tache noire c'est "Mr le bourdon" le premier de l'année, alors j'ai mémorisé sa visite!

Un beau pissenlit qui passera bientôt dans mon saladier !
et un parterre de vieux fraisiers à nettoyer ou à enlever, j'attends encore un peu pour décider 





Vandalisme...une partie de grillage habimé, découpé!!!! 
Un vrai cauchemard cette lutte contre les voleurs




Un voisin qui essaie aussi de faire de la résistance aux voleurs, mais comme vous le voyez ci dessus : le grillage ça se découpe !




L'oseille, mon homme adore ça !


OH! OH! OH ! voici un joli petit trou tout frais !  vilaine petite bête, il y avait de la place à côté pourtant, bé non, il faut "aérer la ciboulette" Mais à qui donc appartient ce terrier ???? 


Un 2ème trou  dans la terre, euh ! pardon, dans les cailloux !


quelques seps de vignes pour le barbecue !


Et Voilà un peu de jaune, "du soleil" pour terminer, et vous souhaitez une très bonne semaine.
Merci de votre visite, 
un petit "com" peut-être avant de partir!!! oui ? non ?svp !!! 
ça me manque... Qui êtes vous ? lecteur , lectrice ???
Ecrivez moi, juste un petit mot!  merci



POUR ANTON

 05/04/2010
Une bonne idée pour apprendre le français dès l'enfance ! hihihi !


HELLO DELY

 05/04/2010
Juste pour Toi D"e"ly ! gros bisous


ROUSKY

 04/04/2010

JLL

 04/04/2010
Pour Cath! Bisous


PRINTEMPS

 04/04/2010
Quelques photos en allant faire les courses, 
...et il pleut !
 je suis désolée !!! bon! j'en fais quand même...
J'offre les fleurs à toutes celles qui les aiment, qui passent faire un petit tour sur mon blog, et en particulier à Tania chez qui "le printemps des fleurs" n'est pas encore arrivé. Bises à vous toutes.


Pas facile de faire des photos sous la pluie, l'appareil dans une main et le parapluie dans l'autre ! !!


Waooooh !  quel ciel !!!


Une petite verte....


Une petite bleu...


Quelques pas le long de l'eau...  
respirer un peu...
c'est  mon petit coin préféré! lorsque je ne veux pas aller très loin... 
Vous le reconnaissez ?...


Très joli ce vert tendre...


Un peu de blanc...


Et encore... la nature change enfin ! c'est plaisir...





<< 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :