Les blogs
du village
LES BONS RESTAURANTS

LES BONS RESTAURANTS

MARC ET SYLVIE

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 23 349 131
Nombre de commentaires : 90 395
Nombre d'articles : 7 226
Dernière màj le 16/10/2019
Blog créé le 26/04/2010

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

KERMARIA(22)-Les Danses Macabres de la Chapelle Kermaria an Iskuit

 10/03/2013
La chapelle Kermaria an Iskuit est située dans le petit bourg de Kermaria près de Plouha dans le département des Côtes d'Armor.

Très connue pour ses fresques murales représentant une Danse macabre, nous nous y sommes arrêtés lors de notre dernier voyage en Bretagne.

Après avoir fait le tour extérieur puis visité l'intérieur, nous allons aujourd'hui, vous faire découvrir l'élément artistique principal de cette chapelle, la Danse macabre....

Vous pouvez revoir la visite de l'extérieur de la chapelle ainsi que le scénario complet de cette visite sur ce lien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir!


À l'origine, la Danse macabre constituait un sujet de représentations théâtrales populaires.

Elle prenait donc la forme d'échanges verbaux — le plus souvent de quatre lignes — entre la Mort et 24 personnes rangées par ordre hiérarchique.

Une représentation eut d'ailleurs lieu à Paris dans le cloître des Innocents en leur mémoire.

D'ailleurs, l'une des plus anciennes figurations de Danse macabre connue, apparaît à Paris, en 1424, sur les murs d'un des charniers du cimetière des Innocents.


Tout au long du 15e et 16e siècle, ce thème est peint sur les murs des églises et dans les cimetières d'Europe du Nord.
Il est diffusé à travers l'Europe par les textes poétiques colportés par les troupes de théâtre de rues.

Cette forme d'expression est le résultat d'une prise de conscience et d'une réflexion sur la vie et la mort, dans une période où celle-ci est devenue plus présente et plus traumatisante.

Les guerres, les famines et la peste ont décimé la population.



Disparue sous un badigeon, cette fresque a été redécouverte en 1856 par Charles de Taillart.
Elle s'inspire de la fresque du cimetière des Innocents à Paris, dont une gravure sur bois circulait en Europe, notamment durant les périodes d'épidémie de peste.

Une Danse macabre entraîne, alternativement et main dans la main, des squelettes et des représentants de la société médiévale, toutes catégories confondues.


À Kermaria, la farandole macabre est située en hauteur, de part et d'autre de la nef principale.
Elle commençait par le personnage de l’Acteur, aujourd'hui disparu et qui était chargé de rédiger les sentences morales de huit vers chacune, tracées sous chaque personnage.


À la suite de l'Acteur, les squelettes entraînent dans leur monde le pape, l'empereur, le cardinal, le roi, le patriarche, le connétable, l'archevêque, le chevalier, l'évêque, l'écuyer, l'abbé, le bailli, l'astrologue, le bourgeois, le chartreux, le sergent, le médecin, la femme, l'usurier, le pauvre, l'amoureux, le ménétrier son biniou au sol, le laboureur, le cordelier et l'enfant.

Cette Danse macabre est d'autant plus précieuse que son modèle parisien, réalisé en 1424, a disparu en 1786.


Les Danses macabres, peintes dans les églises, sont souvent accompagnées d'une autre fresque, celle du "Dit des trois morts et des trois vifs"!

La Danse macabre est une étape dans la représentation de la Mort.

Alors que la mort présente l'individu mourant, ayant le temps de faire un dernier examen de conscience, la Danse macabre entraîne celui-ci immédiatement en montrant une Mort insensible aux inégalités sociales.

Et ce thème apparaît aussi dans la légende du "Dit des trois morts et des trois vifs".



Le Dit des trois Morts et des trois Vifs représente, sous forme de peinture, trois cadavres s'adressant à trois jeunes cavaliers richement parés, souvent en train de chasser.

Dieu, voulant les avertir, met  les trois cavaliers en présence de trois morts décharnés.
Chaque personnage prend ensuite la parole, puis, dans la conclusion, les morts laissent les vivants pâles et apeurés, tirant la morale:

« Menons la vie qui plaît à Dieu, gardons-nous d'aller en enfer, sachons que la mort nous saisira aussi, et prions Notre-Dame, à l'heure de notre mort, d'être près de son fils. »


Cette dernière légende figurait, jadis, sur toute la hauteur d'un mur intérieur de la chapelle.
Cette fresque, de 7m de long, est en bien mauvais état, tout comme la danse macabre.
Mais lors de notre visite, nous avions appris qu'il était prévu de restaurer ces peintures.

Si vous êtes de passage dans cette région, arrêtez-vous!

Bonne journée!



 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :