Les blogs
du village
Le blog de Titanique

Le blog de Titanique

MA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE.

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 20 667 603
Nombre de commentaires : 42 878
Nombre d'articles : 6 527
Dernière màj le 18/10/2017
Blog créé le 26/07/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Dimanche (dernière journée en Créte ).

 27/09/2016
Derniére journée en Créte, nous avons loué une voiture, la voici !
Conduite en Créte :
Les crétois ont une façon de conduire assez particulière. Comment vous expliquer...?
Tout d'abord, ils roulent très vite. La vitesse maxi sur la voie rapide est 90 km/h et 50 km/h en ville, par endroit moins, mais je vous mets au défi de trouver un seul crétois qui respecte ces vitesses... L'absence quasi totale de contrôle explique grandement la situation.
Ensuite, ils circulent sur la bande d'arrêt d'urgence, qui, du coup n'en est plus une !! Comme la plupart des routes sont des deux voies, elle permet d'avoir une troisième voie pour pouvoir doubler les véhicules lents (ou moins rapides...). Mais sur cette bande d'arrêt d'urgence, on trouve parfois des vendeurs d'oranges ou de citrons, au pied des vergers, ou encore des voitures stationnées, sans warning... ou encore des pierres, tombées des falaises, dans lesquelles les routes sont taillées, ce qui peut s'avérer quelque peu dangereux !
Souce Bibiche la blogueuse


De notre hôtel, nous sommes parti vers Héraklion qui est la capitale de la préfecture d’Héraklion et de l’île de Crète et avec ses quelques 125.000 habitants personnes, il s’agit de la ville la plus peuplée de l'île.


Nous avons roulé vers la montagne !


La Crète possède une forme étirée : elle s'étend sur 260 km d'est en ouest et sur 60 km du nord au sud. D'une superficie de 8 400 km2, et d'une périphérie d'environ 1 000 km, elle est la cinquième île de Méditerranée après la Sicile, la Sardaigne, Chypre et la Corse. Elle est bordée au nord par la mer Égée, depuis le cap Plaka sur la côte est jusqu'à l'île d'Agria Gramvousa au nord-ouest, et au sud et à l'ouest par la mer Méditerranée.

Tout comme la Corse, elle est montagneuse ; trois massifs montagneux dominent l'île : les Lefká Óri (2 453 m) ou montagnes Blanches à l'ouest, le massif du mont Psiloritis (2 456 m) ou mont Ida au centre (le point culminant de l'île) et le massif du Mont Dikti (2 148 m) à l'est. À l'ouest de l'île se trouvent des gorges, les gorges de Samaria. Les massifs calcaires sont karstifiés et abritent des cavités remarquables par leurs dimensions, telles que Mavro Skiadi

La Crète compte officiellement environ 35 millions d’oliviers. Riche de milieux naturels diversifiés, elle abrite plusieurs espèces d'animaux endémiques, ainsi qu'une flore très variée. L'île est bercée par un climat méditerranéen : l'été est chaud et sec, alors que l'hiver est plutôt doux. Source : wikipedia



Puis nous sommes arrivé à Knossos tout à fait par hasard, c'est un site archéologique Crétois de l'âge du bronze en Europe, situé à 5 km au sud-est d'Héraklion.




Les ruines de Cnossos ont été découvertes en 1878 par un antiquaire crétois, Minos Kalokairinos. Il a conduit les premières fouilles, mettant au jour des magasins dans l'aile ouest du palais, ainsi que des éléments de façades.

Le 16 mars 1900, un archéologue britannique, Arthur Evans, achète l'ensemble du site et entame des fouilles de grande envergure. La fouille et la restauration de Cnossos, ainsi que la découverte de la civilisation qu'il a lui-même appelée minoenne, du nom du roi légendaire Minos, sont inséparables de la personne d'Evans. Evans était assisté par Duncan Mackenzie, qui s'était déjà signalé sur les chantiers de fouille de Milo, et par Theodor Fyfe, un architecte de la British School at Athens. Utilisant des paysans locaux comme fouilleurs, Evans a mis au jour en quelques mois une partie importante d'un ensemble qu'il a considéré être le palais de Minos. En réalité, Cnossos est un ensemble complexe de plus de 1 000 pièces imbriquées et servait à la fois de centre administratif et religieux, mais aussi de centre de stockage de denrées.

source wikipedia





Certaines trouvailles ont prouvé que cette région était habitée à l'époque néolithique (6000 avant JC) et d’après les historiens, le premier palais minoen a été construit aux alentours de 1900 avant JC, sur les ruines néolithiques. Ce premier palais a été détruit 200 ans plus tard et remplacé par un nouveau palais d’environ 22000 mètres carrés. Le palais, très complexe dans sa conception, était composé de plusieurs étages, d’un labyrinthe de couloirs, de salles d’entreposage, de sanctuaires, de salles de cérémonies, de la majestueuse salle du trône et des quartiers royaux, de la salle des grands Pithoï (jarres géantes) et du théâtre. Le plan complexe du palais l’a lié au mythe du Labyrinthe et du Minotaure. Aujourd’hui, le site archéologique abrite plusieurs vestiges, notamment du Grand Palais, le plus grand palais de Knossos. Vous pourrez aussi admirer les ruines bien conservées du Petit Palais, la maison des prêtres, le Caravansérail (les bains publics), la tombe royale, et la Villa de Dionysos dotée d’une superbe mosaïque au sol.


Les pithoi (en grec ancien, πίθοι / píthoi), sont de grandes jarres de terre cuite, fabriquées par les Minoens pour conserver, pour la plupart, de l'huile d'olive. Ces pithoi étaient hermétiquement clos par des sceaux indiquant le nom de leur propriétaire. Malheureusement, Arthur John Evans, croyant pouvoir voir des pithoi encore pleins, brisa de nombreux sceaux. Les jarres « géantes » étaient gardées dans les caves du palais. Toutes les jarres tenaient avec un ensemble de cordes dans des magasins situés dans l'aile orientale du palais. La grande quantité de celles-ci est une interrogation pour les archéologues. Pour certains, il s'agissait de pouvoir stocker l'huile produite en un seul et même endroit, dans ce cas, Cnossos. Ou bien, il s'agissait d'une réserve, qui devait alors être composée de nombreuses autres victuailles, pour survivre à une quelconque attaque. Le plus intéressant, ce sont les marques noires qui couvrent parfois des murs du Palais de Cnossos. Il s'agit en fait d'huile dont les jarres auraient explosé sous les flammes.

Ces jarres rappellent la légende de Glaukos, le fils de Minos, supposé souverain de Cnossos par Arthur Evans, qui serait tombé dans une jarre remplie de miel et qui s'y serait noyé.

source wikipedia.




Ce jour là il faisait plus de 40, un conseil ne parter pas sans eau, mais c'était tellement beau.....


Palais légendaire du roi Minos.


Visite extraordinairement instructif le web m'est  venu en aide pour mémoriser tous ces instants heureusement car les noms Crétois ne sont pas faciles à retenir !



 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :