Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 2 488 482
Nombre de commentaires : 17 943
Nombre d'articles : 1 557
Dernière màj le 14/12/2018
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

drôle d'usine...

 13/11/2018
Comme toutes les cheminées, elle se voit de loin... On la remarque quand on passe en train, en voiture, à pied....
Aujourd'hui, nous avons l'occasion d'approcher ce bâtiment...


Tout d'abord un peu d'histoire dunkerquoise : 

"Au tournant des XIXe et XXe siècles, Dunkerque devient sous l’impulsion de quelques entrepreneurs avisés l’un des plus importants centres de production de toile de jute en France. Retour sur une épopée qui dura près d’un siècle.

Un navire de contrebande qui parvient à déjouer la vigilance des autorités britanniques pour importer illégalement en France les pièces détachées d’un métier à filer le lin: l’histoire de l’industrie textile dunkerquoise commence comme un véritable roman d’aventure. Mais aussi anecdotique soit-elle, cette opération va sceller le destin de milliers de familles ouvrières et contribuer à l’essor industriel de toute l’agglomération. Car sitôt débarqué, le matériel est acheminé à Coudekerque-Branche où David Dickson, un filateur d’origine écossaise, et son associé Célestin Malo, le frère cadet de Gaspard Malo, célèbre homme d’affaires, viennent de fonder la toute première filature de lin du continent. La première filature de jute française"...



"Ouverte en 1836, cette petite manufacture est l’une des plus modernes du secteur. Elle dispose de métiers à filer mus par des machines à vapeur et d’un atelier de tissage mécanique de toiles à voiles. Les commandes abondent. Le succès est tel que nos deux entrepreneurs décident de tenter une nouvelle expérience en créant la première filature de jute française. Une idée de génie puisque cette fibre végétale (d’origine tropicale), moins chère que le lin et le coton, répond parfaitement aux besoins des petites fabriques de toiles, de bâches et autres cordages de marine. C’est le début d’une belle et grande épopée. Premier employeur du secteur, la société Malo-Dickson devient très rapidement l’une des plus grandes entreprises du nord de la France. À son apogée au milieu des années 1860, elle emploie plus de 1200 personnes."...


Sans doute cette grande cheminée servait-elle pour faire fondre le goudron qui enduisait les toiles ???

"Une colonie d’Écossais

Pour former et encadrer cette main-d’œuvre, David Dickson fait appel à des ingénieurs et à des ouvriers hautement qualifiés qu’il recrute dans son pays natal, l’Écosse. Souvent accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, voire même de leurs frères et sœurs, ces travailleurs étrangers fondent bientôt de véritables dynasties. Et suivant l’exemple de leur employeur, ils s’associent à quelques riches entrepreneurs français pour créer leur propre filature de lin ou de jute. C’est le cas de Joseph Grandy qui, après vingt et un ans de bons et loyaux services, fonde avec deux associés la filature « La Dunkerquoise » rue de l’Industrie à Dunkerque. Rachetée par les frères Kyd (1870) puis par les frères Walker, cette filature de lin, de chanvre et de jute compta jusqu’à 700 ouvriers."...



La guerre et la concurrence auront raison de ces entreprises...

"La vieille manufacture de Coudekerque-Branche est fermée au milieu des années 1970, peu de temps après celles de Rigot-Stalars au Jeu de Mail (1972) et de Weill à Petite-Synthe (1973). De cette puissante industrie ne subsiste aujourd’hui qu’un seul établissement, celui de la Société Dunkerquoise. Dirigée depuis 1884 par la famille Woussen, cette ancienne entreprise de location de sacs de jute est parvenue à traverser toutes les crises en se spécialisant dans la confection de toiles à bâches, de banderoles publicitaires et autres stores en matières synthétiques. Des innovations qui lui ont permis de s’imposer sur un marché désormais très concurrentiel. ◆ Sources Archives municipales et Musée portuaire. Odette Bonte, « Coudekerque-Branche"

Pour retrouver l'ensemble de cette histoire cliquez ici ! 

Aujourd'hui, avec un jardin d'eau, ce bâtiment a été restauré et réhabilité en lieu de vie  (crèche pour les habitants du quartier et pour les travailleurs du work and Co, bar à café bio) et de travail (espaces collaboratifs d'entreprises)...




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :