Les blogs
du village
Le blog de Titanique

Le blog de Titanique

MA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE.

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 34 065 914
Nombre de commentaires : 50 624
Nombre d'articles : 7 117
Dernière màj le 10/04/2024
Blog créé le 26/07/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Guérande "la belle" !!!

 28/07/2011

Petite citée médiévale à  40 de km de chez nous,


Bien avant la construction des marais salants, tels que nous les connaissons aujourd'hui, une autre technique de production de sel marin existait depuis l'âge de Fer.
Cette technique consistait à récolter du sable ou de l'argile salé durant l'été et à opérer un lessivage pour extraire une saumure très concentrée. Cette dernière était ensuite versée dans des récipients en terre et chauffée dans des fourneaux d'argile jusqu'à cristallisation du sel.

La technique ignigène (c'est-à-dire par le feu) était répandue sur toute la côte armoricaine. Cette technique a engendré une déforestation.

La technique actuelle d'exploitation des marais salants est antérieure au 9è siècle.  La création des salines s'est étendue sur plusieurs siècles. Vers l'an 1500, les marais atteignaient 80 % de la surface actuelle.
Entre 1560 et 1660, grâce au développement du commerce maritime, 2500 œillets seront construits. Les dernières salines ont été construites vers 1800. Mais un abandon progressif commence dès le milieu du 19e siècle face à la concurrence du sel de mine, à la baisse de consommation du sel alimentaire comme produit de conservation et à l'amélioration des transports par voie terrestre.



Les marais salants :

Ils s'étendent sur une superficie de 2000 ha répartie en deux zones, l’une, autour du Traict du Croisic (la plus vaste) qui s'étend sur les communes de Batz, de Guérande, et de La Turballe.
L'autre zone est située au-delà du coteau guérandais et couvre 350 ha sur les communes de Mesquer, de Saint-Molf et d'Assérac.

Classés depuis 1996, les marais salants constituent un site remarquable du patrimoine mondial.

Aujourd'hui dans les marais salants, nous comptons environ 250 paludiers, qui récoltent 12000 t de sel par an.

 

Crédit photo : Studio Michael

Entre Vilaine et Loire, l'Atlantique a sculpté dans la presqu'Ile guérandaise des rivages que l'homme a su façonner d'une âme bretonne.

Des villages secrets s'étirent par-ci par-là, dominés par l'îlot granitique du bourg de Batz-sur-Mer tandis que, du haut de son coteau, Guérande la médiévale veille sur le pays dont elle est la capitale : Gwen Rann, signifiant en breton : Le Pays Blanc.

Ce paysage aux milles miroirs d'eau reflète la longue tradition de ce travail au fil du temps et de la nature…

http://www.ot-guerande.fr/marais_salants.html





 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :