Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 35 694 556
Nombre de commentaires : 40 799
Nombre d'articles : 6 772
Dernière màj le 18/07/2019
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Musée des petits commerces d'autrefois (2ème partie), 31 décembre 2011

 13/01/2012
Après la visite du sous-sol du bâtiment (lien vers article), nous arrivons au rez-de-chaussée et découvrons la devanture du Bar du théâtre.

Cette devanture du début du XXème siècle était l'une des dernières de la ville de Rochefort. Elle a été acquise de justesse auprès du démolisseur en 1989. Sauvée de la destruction, elle était en très mauvais état lorsque Christine et Jean-François (les fondateurs du musée) l'ont démontée et stockée.
Après un gros travail de décapage, elle a été remontée et repeinte avec les couleurs d'origine découvertes lors du décapage.


Il était une époque où la radio et la télévision n'existaient pas. Le travail était souvent difficile et les loisirs actuels inexistants.
Donc, aller au café, au bistrot ou au bar était une des seules distractions.


On y allait pour rencontrer des amis, discuter, jouer, lire le journal. Ces lieux étaient fréquentés par les hommes car les femmes étaient à la maison et s'occupaient des enfants....
Mais il ne faut pas oublier que la vocation première du bar était de vendre des boissons alcoolisées. Et l'alcoolisme devînt un véritable fléau à partir de la moitié du XIXème siècle. L'absinthe (70%) surnommée la fée verte, cristallise ce fléau.


La chapellerie et la modiste avec ses chapeaux en feutre faits sur mesure...

Au début du XXème siècle, on sortait avec chapeaux, gants, faux-cols et même cannes et ombrelles.

Dès le début des années 1900 et avec la suppression du corset cambré, le vêtement de la femme se fait moins contraignant. Après la 1ère guerre mondiale, la femme s'émancipe. Les femmes ont de moins en moins de temps à consacrer à leur garde-robe. Elles s'habituent aux vêtements fabriqués en série et plus sobres.  


La teinturerie

A l'origine, les teintures étaient pour la plupart à base de végétaux : pissenlit, sureau, oseille, bouleau. L'invention des colorants synthétiques ne datent que du XIXème siècle.
Au début du XXème siècle, les teintures étaient peu nombreuses. Le lavage du linge de maison et des habits de tous les jours se faisaient aux lavoirs.
Par contre, on faisait appel aux teinturiers pour entretenir le linge et les vêtements précieux ainsi que les "vêtements du dimanche" ou ceux "passés de couleur".
Cet atelier reconstitué est complet et rarissime. 


Lors d'un deuil, lorsque l'on n'avait pas les moyens de changer sa garde-robe, une partie des vêtements était teinte en noir.


La librairie où se cotoient livres, crayons, cahies, encres, ..... 


Au premier étage, en haut de l'escalier se trouve l'épicerie, ancêtre des supermarchés.


Sur ces étagères sont posées de nombreuses boîtes de Banania, Bouillon Ku, Chicorée Leroux, .....


La graineterie dont les meubles aux couleurs jaune et bleu des Graines Elite Clause, regorgent de semences et d'engrais. Ce n'est que plus tard qu'apparaîtront les sachets déjà préparés.  


Anciennement, les graines ou semences de fleurs, légumes et céréales étaient vendues au détail suivant le poids désiré.
En campagne, le grainetier était un commerçant indispensable car il fournissait en plus des semences, des outils et du matériel agricole.


Les cafés FREDDY (marque rochefortaise).

Le café, arrivé au XVIIème siècle en Ocident, était tout d'abord réservé à une élite. Il devint peu à peu un produit de consommation courante.

Au début du XXème siècle, il s'achetait au poids et était vendu en grains.  


A demain pour la suite de la visite si cela vous intéresse.....



 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :