Les blogs
du village
L'école Charlemagne-Rufisque

L'école Charlemagne-Rufisque

Retrouvez ici les infos sur l'école Charlemagne

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 3 026 791
Nombre de commentaires : 320
Nombre d'articles : 1 101
Dernière màj le 10/04/2024
Blog créé le 06/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
L’école Charlemagne est un groupe scolaire privé à but non lucratif de type associatif regroupant école maternelle, primaire et collège situé au Sénégal qui se développe chaque année depuis 2004. Le manque de moyens pour son développement nous a donné envie de l'aider en créant une association relais en France (l'AFCECR à Lorient 56). Outre les dons de particuliers (5€ par mois après déduction fiscale de 66% du don) ou d'organisations, nous nous activons aussi pour développer des échanges pédagogiques avec les enseignants des pays francophones.
<< 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 >>

Adelaide Prodhomme, intervenante francaise, initie les élèves de maternelle au jeu des chaises musicales.










La classe de CI ou Cours d'Initiation, est une classe de début de primaire qui s'intercale entre la Grande Section de maternelle et le CP, ce qui permet aux élèves n'ayant pas suivi la maternelle de faire en quelque sorte un CP en 2 ans.

Il ne faut pas oublier qu'il n'y a quasiment pas de maternelles publiques au Sénégal.










Le texte qui suit est le compte rendu du séjour de Marine Geffroy au sein de l'école Charlemagne.

Cette enseignante française est intervenue bénévolement pendant 1 mois en février 2009 pour aider les enseignants de l'école Charlemagne.  

C’est au Sénégal dans la ville de Rufisque que je découvre au sein de l’école Charlemagne les premières facettes de la vie africaine.

A travers, le mode de vie des enfants et des enseignants à l’école comme dans leur famille, je vais découvrir pendant mon séjour bien plus de choses que je ne m’y attendais.

La réputation des sénégalais sur leur qualités humaines est plus que confirmée, ils sont chaleureux et accueillants. Je suis accueillie avec réserve mais très vite ils m’intègrent dans leur vie et dans leur famille. Cet attachement mutuel rendra mon retour en France d’autant plus difficile.

Je m’habitue vite au grand sourire et aux petites poignées de mains de tous les enfants à leur arrivée à l’école.

C’est un vrai délice d’avoir toujours en classe la quasi totalité des mains se lever et claquer des doigts pour être interrogé. Leur bonne volonté à rendre service, leur politesse et leur motivation me confortent dans l’idée qu’enseigner est un des plus beaux métiers qui existe.

Dès 7h du matin, on peut entendre faiblement les premiers coups d’une très jeune élève qui frappe à la porte ; c’est le signal…du début de la journée; suit alors l’arrivée du premier bus d’où descend une multitude d’enfants.

La quiétude et le calme de la maison laissent la place aux cris et aux rires des enfants qui courent dans l’école et rejoignent leur classe dans une bonne humeur étonnante.

On retrouvera un semblant de silence lors de la sieste. Allongés à l’ombre sur la terrasse, dans la bibliothèque ou dans la salle informatique, les enfants dorment ou se reposent. Quelques disputes des CE attendant l’heure des cours de renforcement avec moi perturbent le silence de la sieste.

Le renforcement que j’ai essayé de mettre en place pendant ces 4 semaines a porté essentiellement sur le français à travers les contes et la musique, les élèves travaillaient leur oral et la compréhension afin d’enrichir également leur vocabulaire.

Auprès du corps d’enseignant, cela a été une vrai richesse de partager et surtout d’échanger sur leurs méthodes.  

Les choses changent progressivement à l’école comme dans la société sénégalaise et c’est une vraie  chance que d’avoir été témoin de certaines évolutions au sein de l’équipe enseignante, de la naissance d’un comité de parents d’élèves mixtes(hommes et femmes ! ! ! ), l’arrivée d’un enseignant sénégalais pour faire du renforcement pour les CE 2 et CM1 et la mise en place de créneaux horaires pour du renforcement en français et en maths pour toutes les classes de primaire.

Je vais m’arrêter là car il y aurait encore tant à dire sur la vie et les gens là-bas que je pourrais remplir plusieurs pages. 

Je souhaite bon courage à tout l’équipe là-bas et un merci tout particulier à Patrick et Khady qui m’ont accueillie et m’ont fait découvrir beaucoup plus que je ne pouvais l’imaginer…




Aujourdhui, c'est Mardi gras, journée propice à la fête.

Les élèves se sont déguisés en tenue traditionnelle et on a fait venir une troupe de tambours (sabar).

Les enfants ont dansé toute la matinée sur le rythme du tam tam.

Ensuite vient le repas arrosé de jus de bissap (fleur de l'hibiscus que l'on fait macérer dans de l'eau) et une bonne sieste.

On est  prêt alors à rentrer chez soi pour raconter toute notre journée à nos parents.




L'école Charlemagne a voulu profiter du passage d'intervenants français pour initier les élèves à cette fête peu connue au Sénégal

Tout le monde s'y est mis. Avec l'encadrement de l'équipe enseignante, les CE1, CE2 et CM1 ont préparé la pâte.

Ensuite tous les élèves du primaire ont fait sauter les crèpes pour après les gouter et les élèves de maternelle les ont seulement dégustées.

On en a même fait gouter aux parents d'élèves qui passaient à la fin des cours.




Une citerne a été installée sur la terrasse permettant d'avoir l'eau courante toute la journée.

En effet, auparavant, le manque de pression à certaines heures de la journée ne permettait pas d'avoir l'eau courante dans les étages et donc pénalisait l'hygiène.

Avec cette citerne de 1000 litres, les coupures sont devenues quasi inexistantes




Grâce au bénévolat d'enseignants français, les élèves de CM1, CE2 et CE1 bénéficient d'un renforcement pédagogique en français et maths.

L'intervention d'enseignants étrangers n'est pas pour leur déplaire car ils voient des techniques pédagogiques un peu différentes et les échanges entre enseignants sont mis à profit par tous. 




La construction du nouveau batiment avance normalement.

Les maçons ont débuté le coffrage de la dalle avant le coulage.

Il faut noter qu'au Sénégal , les étais qui permettent de maintenir les planches de coffrage sont des branches d'acacias. 




La terrasse ne sert pas seulement à la sieste de début d'après midi.

Les activités qui ne nécessitent pas de tables comme le chant ou la lecture de contes sont parfois pratiquées à cet endroit. 




Dans le cadre de la familiarisation avec la langue française qui n'est pas la langue maternelle des élèves, l'école diffuse régulièrement des dessins animés qui permettent aussi pour les enfants d'entendre des accents différents de ceux de leur enseignant.

Cette approche permet aussi de continuer le travail sur le langage dans un cadre plus ludique




On a rajouté des étagères dans la bibliothèque, car le fonds de bibliothèque commence à être conséquent et les étagères existantes débordaient. 




<< 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :