Les blogs
du village
Le bonheur est éphémère...
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 14 653 672
Nombre de commentaires : 11 573
Nombre d'articles : 3 302
Dernière màj le 21/04/2024
Blog créé le 09/12/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

LE PETIT QUINQUIN .... merci mcc33 pour tes articles sur LILLE

 05/08/2010


L'Canchon-Dormoire


Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main.

Ainsi l'aut' jour, eun pauv' dintelière,
In amiclotant sin p'tit garchon 
Qui d'puis trois quarts d'heure, n'faijot qu'braire, 
Tâchot d'lindormir par eun' canchon. 
Ell' li dijot: Min Narcisse, 
D'main t'aras du pain d'épice 
Du chuc à gogo 
Si t'es sache et qu'te fais dodo.

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main.

Et si te m'laich eun'bonn' semaine, 
J'irai dégager tin biau sarau, 
Tin patalon d'drap, tin gilet d'laine 
Comme un p'tit milord te s'ras farau 
J't'acaterai, l'jour de l'ducasse 
Un porichinel cocasse,
Un turlutu, 
Pour jouer l'air du capiau-pointu.

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main

Nous irons dins l'cour Jeannette-à-Vaques,
Vir les marionnett's. Comme te riras, 
Quand t'intindras dire: un coups pou Jacques 
Pà d'porichinel qui parl' magas.
Te li mettra din s'menotte,
au lieu d'doupe, un rond d'carotte
it'dira merci 
Pins' comme nous arons du plaisi

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main

Et si par hasard sin maite s'fâche,
Ch'est alors Narcisse; que nous rirons!
sans n'avoir invi', j'prindrai m'nair mache 
J'li dirai sin nom et ses sournoms,
J'li dirai des faribolles
I m'in répondra des drôles;
Infin un chacun 
Vera deux pesta'c au lieu d'un

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main

Allons serr' tes yeux, dors min bonhomme
J'vas dire eun' prière à P'tit-Jésus
Pou'qui vienne ichi, pindant tin somme, 
T'fair' rêver qu'j'ai les mains plein d'écus, 
Pour qu'i t'apporte eun'coquille, 
Avec du chirop qui guile 
Tout l'long d'tin minton 
Te pourlèqu'ras tros heur's de long

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main

L'mos qui vient, d'Saint'Nicolas ch'est l'fête.
Pour sûr, au soir, i viendra t'trouver.
It f'ra un sermon, et t'laich'ra mette 
In d'zous du ballot, un grand pannier. 
I l'rimplira, si tes sache 
d'séquois qui t'rindront bénache, 
San cha, sin baudet 
T'invoira un grand martinet.

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main

Ni les marionnettes, ni l'pain n'épice 
N'ont produit d'effet. Mais l'martinet 
A vit rappagé l'petit Narcisse, 
Qui craignot d'vir arriver l'baudet 
Il a dit s'canchon dormoire 
S'mèr, l'a mis dins d'nochennoire 
A r'pris son coussin, 
Et répété vingt fos che r'frain.

Dors min p'tit Quinquin Min p'tit pouchin min gros rojin
Te m'fras du chagrin si te ne dors point ch'qu'à d'main



"L'Canchon Dormoire, berceuse qui, appelée le P'tit Quinquin, va rapidement devenir célèbre. Alexandre Desrousseaux (1820-1892), enfant du quartier Saint-Sauveur, fils d'un passementier qui court les bals avec un violon pour boucler son budget, est plongé totalement dans le milieu populaire dont il partage les peines et les joies. Amoureux de la musique, poète à ses heures, n'imagine-t-il pas de lancer "la comédie gratis" pour le carnaval! Il regarde, et il voit. Il sait alors traduire dans le langage de tous les jours, celui de l'usine et celui du quartier, la vie du peuple de Lille. "J'aime les petits, les pauvres, les souffrants..." C'est en 1853 que paraît l'Canchon Dormoire", "Le P'tit Quinquin", tout de suite adoptée par tous, une berceuse qui fera, elle aussi le tour du monde. Desrousseaux qui était à la mairie employé aux contributions, est bien le chef de file des chansonniers patoisants dont le Caveau lillois garde fièrement la mémoire. Il a laissé plusieurs centaines de chansons qui sont autant de mises en scène de petits faits qui en disent beaucoup sur les moeurs populaires dans les Flandres du XIXe siècle. Relisez les vers du "P'tit Quinquin" et vous comprendrez vite pourquoi tout un peuple s'est reconnu dans ce texte simple, chaleureux et si efficace.






 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :