Les blogs
du village
grainedesucre

grainedesucre

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 4 632 612
Nombre de commentaires : 25 432
Nombre d'articles : 2 443
Dernière màj le 20/04/2024
Blog créé le 24/09/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Les villas malouines et leur histoire...et la petite histoire...

 31/10/2016
reprenons notre parcours découverte des villas malouines commencé ici !

La villa "La Potinière" : "Hôtel élevé à la fin du XIXème siècle, il appartenait à la famille Marchand, des huileries Marchand. Il est d'inspiration classique, caractérisé par ses pilastres et colonnes doriques et corinthiennes et par sa très haute balustrade. Il possède un faux toit en terrasse sur lequel a été rajouté un étage supplémentaire." 

pourquoi Potinière ? La mode était aux bains-de-mer et les belles de l'époque, entre les recontres à la plage et au restaurant, s'échangeaient tous les potins mondains... 


"Sur le côté gauche, une porte cochère assez monumentale permettait l'entrée des voitures à chevaux"

Entre nous... il paraît que dans une villa de Malo, quelqu'un de très très célèbre a fait construire aussi une grande porte cochère... pour que sa maîtresse puisse venir le retrouver en toute discrétion... mais chut !!!! ce sont les "on-dits" !


"La digue-promenade fut construite pour permettre aux dames de montrer leurs robes, fin XIXème, début XXème siècle." 


la "Villa des flots" "Une des premières villas construite à Malo au XIXème siècle. Elle fut construite en 1883, cette résidence est attribuée à Charles Garnier, architecte de l'Opéra de Paris, sans qu'aucun document ne confirme cette hypothèse. Elle a été construite pour Francisque Sarcey, journaliste, écrivain parisien et ami de Gaspard Malo. A l'abri des regards, ses jardins entourent la villa. Le mur côté mer a été construit avant la Seconde Guerre Mondiale pour soutenir la dune sur laquelle se dresse cette jolie demeure." 

"Gaspard Malo est à l'origine de la création de la commune de Malo-les-Bains".


la "Villa Saint-Paul" : "Elle est l'oeuvre des architectes Baert et Boidin (1891-1892). "un terrain sablonneux"  fût acheté en 1890 par un riche négociant de Roubaix... Les étages de la villa Saint-Paul s'élèvent en retrait, permettant ainsi de ménager une terrasse devant la mer, sur la première travée du sous-bassement".




"La superposition des terrasses permettait un meilleur ensoleillement de la digue promenade"...


la Villa "Mon Plaisir" : "Construite pour un industriel du textile, la villa "Mon Plaisir" fût édifiée dans un style néo-flamand fin XIXème siècle début XXème siècle. Ses formes sont assez symétriques, remarquez le pignon de façade dit en "pas de moineaux". La brique rouge est dominante et nuancée par de la pierre ou des briques allant des couleurs jaune au gris."


La "villa des sourires" : "Trois bâtisses indépendantes forment la "Villa des Sourires".


L'architecture rappelle les voyages, la toiture ressemble aux chalets de montagne, le bulbe de la tourelle d'angle évoque le style mauresque."

"La tourelle devient un point de repère dans le paysage urbain et balnéaire".


La "Villa Quo Vadis" (cette photo-ci est issue du net) : "Oeuvre de Jules Potier, architecte municipal de Malo-les-Bains, la villa "Quo Vadis" fut construite en 1894 et 1905. Cette villa s'inscrit dans le courant Art Nouveau qui vise à mettre en relief la valeur ornementale de la ligne courbe, qu'elle soit d'origine végétale, florale ou géométrique. 
Les tons utilisés, le vert notamment, sont typiques. Depuis sa construction, la maison a perdu certains éléments de décor, on lui a ajouté un étage de combles. Le bois, matériau de construction des premiers chalets, contribue à la spécificité des villas malouines. 

L'architecture de villégiature recherchera la fantaisie et le pittoresque". 


"La fréquence et la concentration d'ouvertures tels que balcons, logettes, belvédères et bow-windows sont exceptionnelles dans la rue du Maréchal Foch". 

"la charmante villa du numéro 17 est parée de briques rouges et de pierres. L'art Nouveau est présent par le jeu des courbures et par les représentations de feuilles qui parcourent la façade"...



Cette maison a conservé son intégrité de l'époque et a été magnifiquement restaurée. On peut apercevoir à travers la baie vitrée, le magnifique vitrail Art Déco qui donne accès à la verrière.


"L'illusion parfaite. Semblables, vous avez dit semblables ? regardez bien les numéros 19 et 21 !. Ces deux maisons donnent l'illusion par quelques artifices, d'une seule et même imposante villa : les portes d'entrée sont traitées en porche unique. Les balcons en fonte moulée sont ouverts, ils se superposent et rétrécissent au fur et à mesure que vous levez la tête vers le ciel. Remarquez la continuité des matériaux et l'élément décoratif central."

Elles ont appartenu à deux frères et la "petite histoire" dit que dans la rue parallèle, juste de l'autre côté, vivaient deux soeurs... une bien jolie histoire...
Les maisons des deux soeurs n'existent plus, elles ont été détruites.


les rues qui mènent à la mer sont étroites... il fallait donc un point de vue en hauteur...


"Construite au dessus du bâti, la tourelle permet, à l'abri de tous les regards, d'avoir une vue sur la mer"...


la "Villa Cécile" : "Villa datant de 1897, de l'architecte Jules Potier construite pour devenir sa résidence personnelle. Elle est d'un style pittoresque éclectique. On remarque les jeux de briques colorées : ce sont des briques silico-calcaires. Cette villa présente les caractéristiques typiques de la villa balnéaire : Bow-window au premier étage, pignon factice de façade élevé au niveau de la toiture, jeux de couleurs à l'aide d'une alternance de briques jaunes et de briques rouges, utilisation de briques vernissées émaillées. Les ornements proviennent de la Maison Caillot. On remarque un jeu décoratif avec l'évocation de coquillages en frises sous la corniche."...


Nous arrivons sur la place Turenne, cette maison n'est pas classée aux Monuments historiques parce qu'elle est copiée sur une maison de Nancy !!!

"Jules Potier a construit une charmante petite maison qui nous est parvenue dans un bien meilleur état. Si les briques utilisées n’avaient pas cette couleur soutenue qui signale bien les édifices du nord de la France, on pourrait facilement se croire dans une rue de Nancy. Potier a certainement connu, par la presse de l’époque, les constructions d’Emile André, dont les fenêtres ont parfois cette forme de cœur qu’on voit ici au rez-de-chaussée. A l’architecture nancéienne, Potier emprunta aussi le pignon néo-gothique, beaucoup plus rare dans la région des Flandres."


Je vous ai gardé la plus belle pour la fin bien sûr !!!!

la "Villa Ringot" (inscrite aux Monuments Historiques) : "La villa Ringot date de 1910. Du sculpteur Maurice Ringot, cette villa appartient plus au domaine de l'art décoratif qu'à celui de l'architecture. La façade est une sculpture en ciment simili-pierre."


son balcon est tout en dentelle...


sa façade entièrement sculptée d'arabesques...


et regardez-bien... la partie gauche représente la nuit "un hibou, un visage de femme endormie, des fleurs fermées."...


la partie droite représente le jour : "un coq, un visage de femme éveillée, des fleurs ouvertes"...

de quoi rêver non ?

Nous n'avons pas fait tout le parcours, beaucoup d'autres villas, peut être moins célèbres méritent que l'on s'y attarde... ce sera pour une prochaine fois ...



 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :