Les blogs
du village
Cafougniette

Cafougniette

Carpe Diem

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 799 883
Nombre de commentaires : 1 368
Nombre d'articles : 203
Dernière màj le 09/10/2017
Blog créé le 28/06/2012

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Ne cherchez plus

 17/09/2012
Il est là le moine qui passe.

Bravo Sylvie et Françoise (c'est vrai il était rapide celui-là).



Loup: J'avoue, j'ai regardé les photos plusieurs fois avant de le retrouver.






Je voulais vous faire découvrir cette Abbaye, mais un très bel article a déjà été fait par Sylvie en 2010 (ici).

Je vais donc tenter de vous la présenter dans un angle un peu différent...

Nous commencerons donc par la visite du bâtiment de la bibliothèque


La bibliothèque accueillait au rez-de-chaussée des cellules de copistes (qui recopiaient les manuscrits au 13ème siècle comme l'illustre l'article de sylvie)






On trouve à l'étage une grande salle de lecture.
Date d'achèvement du bâtiment: 1509


Le bâtiment du noviciat achevé avant 1699: il avait pour destination d'accueillir les moines candidats à la vie cistercienne.


Il reste aujourd'hui une trentaine de moines dans cette abbaye.

L'un rentre du travail: le voyez-vous?


Et là ?


Je vous laisse chercher....



Aujourd'hui je vous propose de découvrir (ou redécouvrir car j'ai à faire à de vrais globe-trotter. lol) L'ABBAYE NOTRE DAME DE CITEAUX que nous avons visitée lors de nos dernières vacances.

Comme le temps le permet, suivons d'abord l'histoire de cette abbaye sur un sentier de découverte extérieur qui se suffit à lui-même.






ça va, pas trop essoufflés?
Alors on continue!






Et nous voilà au pied de l'abbaye, suite de la visite demain!



Que serait la visite de Dinant sans celle de son incontournable citadelle?
Petit retour sur sa riche histoire...

Il y a neuf siècles, en 1040 exactement, l’évêque de Liège, Nilhard, fit édifier le premier château-fort de Dinant.



La citadelle culmine sur la ville à une hauteur de 408 marches d’escalier (nous nous avons préféré le téléférique même si ce n’est pas trop de mon goût …)



En 1466 Charles le Téméraire décréta le siège de Dinant : Huit cents Dinantais, liés deux par deux, furent précipités du haut du pont dans le fleuve et noyés.

Le château-fort et la  cité furent complètement rasés.

 

En 1554, le duc de Nevers, envoyé par le roi de France Henri Il, vint assiéger et prendre la ville qui à peine reconstruite, fut détruite à nouveau.

 

De cette forteresse construite au 11e siècle et de toutes les autres qui ont succédé, il ne reste rien...



...sauf quelques objets...




Deux fois au cours de ce siècle, en 1914 puis en 1944, elle devint le centre de combats acharnés.

 

Le 15 août 1914, une lutte terrible, se déroula entre deux compagnies du 33e régiment d’infanterie française et les éléments d’une division de chasseurs saxons. Les Français, écrasés par le nombre, durent battre en retraite dans les galeries sans issue, où de sanglants corps à corps à la baïonnette durèrent plusieurs heures : 58 soldats français et 12 combattants allemands y perdent la vie.  



Les corps des victimes furent brûlés à l’entrée de la citadelle et les cendres déposées dans une urne. Celle-ci fut enfermée, par la suite, dans un petit monument situé à l’entrée de ce cimetière.

 





De 1940 à 1944, la citadelle servit aux Allemands de dépôt de munitions.

La citadelle fut bombardée par les américains puis restaurée en un temps record.

 



 




Nous continuons notre petit tour dans la ville de Dinant par la visite de sa collégiale.

La  légende voudrait que vers l’an 320, Saint Materne bâtit un oratoire au pied de l’éperon rocheux surplombant la Meuse.

Plusieurs fois agrandi, le sanctuaire, devenu collégiale en 934, prend sa forme définitive au début du 13e siècle.





Le nouvel édifice de style gothique, est totalement achevé au 16e siècle.

Plusieurs fois fort endommagées par les guerres et la révolution française, elle flambe le 23 août 1914. Sa dernière reconstruction date des années 1919 à 1924.

 Une petite vue plongeante.



"Le clocher de l'église de Dinant est un immense pot à l'eau. Cependant, la façade de l'église a un grand caractère, et toute la ville se compose à merveille".

C'est en ces termes que Victor HUGO décrivait, un jour de 1838 cette collégiale.



Ce clocher  assez atypique mérite une petite histoire:

Ce clocher sous forme de bulbe était destiné à coiffé la tour de l'hôtel de ville qui avait été érigé sur le pont.

Mais on jugea celui-ci trop fragile pour supporter pareil poids. L'objet trop encombrant fut alors placé au sommet de l'église.

Ce qui donna à Dinant au fil du temps sa physionomie particulière.



Un petit tour à l'intérieur de ce magnifique édifice.

Le choeur à sept pans est doublé d'un déambulatoire,élevé comme le transept à la fin du XIII° siècle








Grande verrière de la fin du 15e siècle restaurée au XIX°siècle.



Dinant (Belgique)

 27/08/2012
Aujourd'hui je vous emmène découvrir un lieu que nous avons visité lors de nos dernières vacances: la petite ville de DINANT en Belgique.



Elle se situe à quelques kilomètres de la frontière française du côté des Ardennes.

Elle est traversée par la Meuse, ce qui a fait par le passé sa richesse grâce au commerce du cuivre ( les dinanderies).




C'est la ville d'où est originaire d’Antoine-Joseph SAX, mieux connu sous le nom d’Adolphe Sax (1814-1894), l'inventeur du saxophone en 1841.

C'est ce qui explique que sur les deux côtés du pont d'entrée dans la ville des saxophones décorés de toutes les couleurs sont alignés.


Le collège de Belle-vue qui regroupe environ 1 000 élèves du secondaire.


La Maison Leffe.


Et la collègiale Notre-Dame que l'on aperçoit au fond.



 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :