Les blogs
du village
Cafougniette

Cafougniette

Carpe Diem

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 799 867
Nombre de commentaires : 1 368
Nombre d'articles : 203
Dernière màj le 09/10/2017
Blog créé le 28/06/2012

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Une petite visite au château de Vaux le Vicomte, situé à une bonne heure de chez nous, nous a permis de découvrir un lieu magnifique tout en habits de Noël !




Une très belle visite à la chaleur des cheminées ...


Une ambiance ... nature ...




Ou le monde du père-noël...




Et l'immense arbre de noël de la salle de réception monumentale au pied duquel un petit présent attendait chaque enfant !



Foire à AUBENTON (un petit village du Nord de l'Aisne, village natal de Jean Mermoz).

Un grand marché en résumé... qui s'étend sur toute une longue rue et une brocante en parallèle, mais ça je vous en reparlerai.




L'église, dont le clocher vient d'être remis à neuf.
Après plusieurs mois de travaux, un impressionnant échafaudage est en cours de démontage.


Il y avait dans la salle polyvalente, une... (la photo parle d'elle même)


Le genre d'endroit où j'aime fouiner car c'est une mine d'idées.


Comment utiliser de vieux cadres en pense-bête ....




Des décors de plateaux...


Des pochoirs sur coussins et un joli étui à ciseaux


Et une petite housse qui m'a fait penser à Chantal: une housse créée pour un  fer à repasser ancien.


Et on y arrivera vite.. : Les décorations de Noël !



Je vous propose aujourd'hui de continuer la visite de la cathédrale de Soissons que nous avions commencée il y a quelques temps.
Cliquez: lien 1, lien 2, lien 3.


Nous allons aujourd'hui pénétrer au coeur de ce magnifique édifice.



Notre entrée se fait par la nef  large de 21 mètres* et haute de 30 mètres qui date du XIII ème siècle.
*rappelons que la cathédrale a une longueur total de 116 mètres qui la classe parmi les plus grandes cathédrales gothiques de France .


Nous avançons vers le transept d'une longueur de 46 mètres.

Voici le croisillon nord, datant du XIII ème siècle également.




On y trouve une magnifique verrière chef-d'œuvre du gothique rayonnant  datant des environs de l'an 1300.


Le croisillon sud, partie la plus ancienne de la cathédrale ( 1190) qui s'élève sur 4 niveaux.


Nous aboutissons au choeur de la cathédrale !
Cette partie date du XII ème siècle et les vitraux du XIII ème et XIV ème siècle.


Un déambulatoire de 5 à 6 mètres de large entoure le choeur.


Il est séparé du choeur par des grilles en fer forgé mises en place au XVIII ème siècle.


Comme la nef, le déambulatoire s'élève sur 3 niveaux.






Nous remontons maintenant du côté nord de la nef.


Je vous laisse admirer cette magnifique porte en bois sculptée du XVème siècle.


Et juste avant notre sortie, sur la droite, une petite salle est exceptionnellement ouverte: la salle capitulaire.
Cette salle, où se réunissaient l'évêque et les chanoines pour organiser les offices date du XIII ème siècle.






Notre sortie ne peut se faire sans admirer ce magnifique orgue inauguré en 1956.



Côté gauche de la cathédrale, qui représente le nord, on trouvait le domaine réservé des chanoines.
Ils étaient plus de cinquante pour assister l évêque.

Un côté....


Puis l'autre...


Les moines disposaient d'un choeur réservé pour leurs offices. 
On trouve d'ailleurs dans la cathédrale une inscription: 'l'an 1212, le 13 mai, le collège des chanoines pris possession de ce choeur'


En voici l'entrée.






Ils avaient également une entrée réservée pour accéder à la salle capitulaire.
Dans cette salle, ils se réunissaient avec l'évêque pour l'organisation de la vie religieuse dans le diocèse ou préparer les célébrations
(les rois de France étaient sacrés ici lorsque l'archevêque de Reims s'en trouvait empêché).








Le quartier canonial était très vaste: il s'étandait jusque de l'autre côté d'une rue (qui fut créée beaucoup plus tard) mais dont les murs gardent des marques de leur passage.


                                          



J'avais dans mon dernier article sur cette cathédrale des abords de celle-ci: à droite, le domaine de l'évêque.
Au XIII et XIV ème siècle, c'était ainsi, il va donc falloir un  peu d'imagination...

Cette petite visite nous a permis de visiter ces endroits qui sont aujourd'hui fermés au public mais ouverts à l'occasion des journées du patrimoine.

Une grille fermée nous accueille.

Mais qu'y a t-il derrière celle-ci ?
                                                  


Et bien nous pénétrons dans l'ancien jardin de l'évêque (aujourd'hui nommé 'Jardin du haricot').
Y sont entreposés tout un ensemble de vestiges de statues retrouvées lors de la dernière reconstruction de 1919.




le buste de Saint-Pierre datant du 13ème siècle, reconnaissable à ses clés....


Nous continuons à longer la cathédrale dans ce qui ressemble à une petite ruelle...


Et j'en profite pour prendre quelques photos sous un angle exceptionnel pour le public.

Petite curiosité pour nous: les toits de la même couleurs qu'en bourgogne... Apparamment c'était légion au XIII ème siècle aussi dans notre région.








Cette ruelle a un jour été ouverte au public comme le prouve cette inscription mais très vite refermée du fait des dégradations...


De l'autre côté de la rue, l'ancienne demeure de l'évêque..




Nous refermons la porte sur les jardins de l'évêque...


Et au détour de la rue, nous voici devant l'entrée reservée à l'évêque.



Nous avons profité des journées du patrimoine pour en savoir un peu plus sur cet édifice que nous apercevons au loin.
                                                         


Je ne vais pas refaire l'histoire....

Alors la voici:


Je précise juste que l'origine de la cathédrale se situe au 12ème et surtout 13ème siècle, mais qu'il ne reste presque plus rien de cette époque.
Après la guerre en 1918, le clocher s'écrase sur le parvis et il ne reste plus que les deux contreforts à l'avant.

La reconstruction durera jusqu'en 1937 date à laquelle sont inaugurés les portails...

Bon par où je rentre moi ?


Ici ....


ou là....


Ah non ça y est j'ai trouvé !


Mais ça sera pour une autre fois....

Car j'ai décidé dans mon prochain article de vous présenter... les extérieurs de la cathédrale: le jardin de l'abbaye (à droite) et la résidence des chanoines (à gauche).

(j'ai pris la photo sur Internet car je n'en avais pas d'assez représentative)


 Je ne résiste pas pour clore cet article à vous livrer 2 petites histoires qui m'ont beaucoup plû:

* Celle de Saint-Crépin et Saint Crépinien:

Qui s'installèrent à Soissons comme cordonniers pour faire partager leur foi.
Ils marquaient celle -ci en fabriquant des chaussures gratuites pour les pauvres et payantes pour les riches!
Ils sont dénoncés à l'empereur Maximilien, de passage en Gaule, puis torturés et décapités vers l'an 315.

(représentation tirée d'Internet)


* La légende du guetteur :

En haut du clocher, au 12ème siècle, les guetteurs se sont succédés.
Ils étaient tous cordonniers et surveillaient la ville tout en ressemelant les souliers.

Un certain monsieur Le Paon exerça cette profession pendant 54 ans (de 1839 à 1892).
En haut de la tour, il cultivait des haricots, dont il distribuait la récolte aux touristes qui venaient le voir. Il serait donc à l'origine des fameux 'Haricots de Soissons'......

à vous de voir....



Lors d'une promenade pas loin de chez nous début septembre, nous avons longé ce joli petit jardin.
J'ai eu envie de vous faire partager ces décors originaux  qui m'ont beaucoup plu.


Un petit bonhomme qui nous sourit...


une petite mare où règne un héron...


des fleurs bien mises en valeur...


L'endroit idéal pour faire une petite pause paisible la tête dans les nuages.



Quoi de mieux que les journées du patrimoine pour redécouvrir les lieux devant lesquels nous passons quotidiennement.

Je vous emmène visiter l'abbaye Saint-Jean des Vignes située dans la ville de Soissons, proche de chez nous.



L' Abbaye Saint-Jean des Vignes, dont il ne reste que des ruines, domine la ville du fait de son implantation sur la colline Sain-Jean au sud-ouest de la ville.

 

 



Sa construction a commencé en 1076 et s'est déroulée sur plusieurs siècles avec différentes inspirations; moyen âge, romane, gothique ....


L'église abbatiale a presque complètement disparu, du fait de la vente des bien nationaux lors de la Révolution française à l'exception de sa majestueuse façade aux deux tours qui est restée pratiquement intacte et qui donne une vue magnifique avec le vide du ciel derrière elle.


Malgré les souffrances de la période révolutionnaire, la vue suivante donne l'impression que l'abbaye est entière.
On trouve dans ce bâtiment le réfectoire et le sellier que nous verrons plus loin.


Mais lorsqu'on arrive derrière on se rend compte de toute la partie qui a disparu (abbatiale et cloître) : Il ne subsiste que deux galeries du cloître gothique.









Etonnant: Sur ces photos prises dans l'enceinte de l'ancien cloître, subsiste les ruines d'un ancêtre de réseau d'eau ainsi que le puits et l'ancêtre d'un chateau d'eau (photo de droite).


Dans le seul bâtiment encore debout, on trouve donc le cellier au sous-sol et le réfectoire au rez de chaussée, que j'ai déjà évoqué.

Ce bâtiment échappe à la destruction grâce à leur utilisation par l'armée.







On trouve dans ce réfectoire un oratoire qui existait à l'époque.


Pour finir la journée en beauté, nous avons participé à une dégustation de produits médiévaux (concoctés par le personnel bénévole des services du patrimoine).

Nous en avons découvert un peu sur la gastronomie de cette époque: on utilisait beaucoup le lait d'amande et le miel ainsi que le poisson. Nous avons donc goûté: une crème de rose, du pain d'épices, des gaufres au miel, des beignets de sauge ... Ainsi que des vins médiévaux: hypocras et clairet.


Pour la petite histoire:
 Au moyen-âge, période où le poids de la religion catholique était très important, la consommation de viande était interdite durant près d'un tiers de l'année et tous les produits d'origine animale dont les œufs et les produits laitiers (mais pas le poisson) étaient généralement interdits durant le carême et le jeûne.

Les chrétiens avaient toutefois trouvé une astuce pour contourner ces interdictions: entendre le poisson au sens large.
 C'est à dire qu'ils y englobaient les animaux marins et semi-marins.

Ainsi: la queue de castor, la bernache était considérée comme du poisson car ils vivaient à moitié dans l'eau.



J'ai choisi de faire cet article sur un autre château populaire, celui de Chenonceau, en écho à l'article de Chantal (entreprésetchamps: voir le lien), pour montrer que les saisons se suivent et se ressemblent pas .....



En effet, le niveau de la Loire était au plus bas depuis trente ans et cela change tout de l'image du chateau comme en témoignent les photos.








La Loire en mai 2011.... Mais où était l'eau ?!



... Au château d'Azay le Rideau.

Au mois de mai l'année dernière*, nous avons visité certains châteaux de la Loire dont celui-ci situé dans le Val de Loire.
Cet édifice, tel qu'il se présente aujourd'hui, fut construit sous le règne de François Ier, par un riche financier, Gilles Berthelot, qui souhaitait concilier innovations venues d’Italie et art de bâtir à la Française.

 J'ai décidé de vous parler de ce château car il est  remarquable par sa situation:


Ce bâtiment semble 'posé' sur l'Indre car il est en effet édifié sur une île au milieu de cette rivière .
 Ce château baigne dans les eaux de l’Indre où se reflètent ces façades.




Balzac disait de ce château: "Un diamant taillé à facettes serti par l'Indre".

A l'époque où nous avons fait cette visite en Mai 2011, nous étions en période de sécheresse - je sais ça ferait presque rêver aujourd'hui lol- et donc nous n'avons pas pu saisir ce reflet.
Le faible niveau d'eau ne le permettait pas, j'ai donc choisi 2 photos( les deux dernières) sur Internet pour comparaison.








* ne pas faire attention à la date qui apparaît sur les photos, étant les premières vacances avec celui-ci nous n'en avions pas encore saisi tous les réglages et donc: catastrophe.... Toutes nos photos avec une date bidon. ... Pfff.



Jolis timbres 2

 12/07/2012
Et le chapitre 2...














Nous devons toutes ces belles illustrations à Stéphane Humbret-Basset.
Un très beau site que je vous invite à découvrir: www.humbert-basset.com



Jolis timbres

 12/07/2012
Je suis récemment allée chercher des timbres pour mon travail et j'ai eu la surprise de recevoir des très beux carnets de timbres à l'effigie des châteaux de France.
J'aime beaucoup.















Bonjour à tous

 28/06/2012
Voilà mon blog enfin ouvert après maintes réflexions.
Le plus gros reste à faire: l'enrichir...

Je m'y mets dès demain, après le  travail.

En attendant...


 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :