Les blogs
du village
Le bonheur est éphémère...
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 9 952 601
Nombre de commentaires : 10 050
Nombre d'articles : 2 732
Dernière màj le 18/07/2019
Blog créé le 09/12/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

LE VER LUISANT

 14/06/2011
Le ver luisant






Longueur :
 femelle, 10 à 18 mm ; mâle, 10 à 13 mm 

Famille : lampyridés 
Classe : insectes 
Ordre : coléoptères 
Genre et espèce : lampyris noctiluca 

La femelle du ver luisant est une créature étonnante, c’est un petit coléoptère qui a développé une source lumineuse complexe plus efficace que celles imaginées par l’homme. 

Le ver luisant passe presque toute sa vie sous forme d’une larve prédatrice, se nourrissant de petits escargots afin d’accumuler l’énergie nécessaire à sa transformation en adulte. Dans un dernier effort, l’insecte attire un partenaire, produit une nouvelle génération, puis meurt. 


Mœurs

 


La luminescence jaune-vert de la femelle du ver luisant est générée chimiquement. Elle résulte de l’oxydation d’une substance (la luciférine) dans les organes producteurs de lumière situés sous trois derniers segments abdominaux. 

La réaction nécessite de l’oxygène, de l’eau, de la luciférine et une enzyme dénommée luciférase. Si l’insecte interrompt l’approvisionnement en oxygène, la luminescence s’éteint. 

La réaction est d’une efficacité extraordinaire. La plupart des autres sources de lumière gaspillent de l’énergie : une ampoule électrique ordinaire ne convertit que 3% de l’énergie reçue en lumière et le reste est transformé en chaleur. Les organes lumineux du ver luisant convertissent 98% de leur énergie en lumière et produise peu de chaleur. 

L’efficacité du système est augmentée par un miroir de cristaux derrière la luciférine, qui réfléchit la lumière. Ainsi, la lumière est très intense, efficace sur plusieurs mètres et sert de balise aux mâles vers luisants qui sont à proximité. 


Reproduction

 


Un adulte de ver luisant a une vie courte de quelques jours qui est consacrée entièrement à l’accouplement et à la ponte. L’urgence de la reproduction est si forte que les adultes ne mangent pas, ils en sont d’ailleurs incapables. Ils utilisent toutes leurs ressources énergétiques dans la course à la reproduction, puis meurent. 

La femelle, sans ailes, utilise son abdomen lumineux pour attirer un partenaire. Le jour, elle est tapie dans des fissures à l’abri de ses ennemis, mais lorsque le crépuscule arrive, elle grimpe sur une tige jusqu’au point culminant et allume son abdomen. 

La vue d’un mâle de ver luisant est huit fois plus puissante que celle de la femelle et, contrairement à celle-ci, il peut voler. Il peut donc repérer son signal lumineux à plus de dix mètres alentour. Il vole alors droit dans sa direction, fonce sur elle et replie ses ailes pour se laisser tomber directement sur son dos afin de s’accoupler. 

La femelle pond ses œufs un par un ou par deux. L’œuf éclot après deux à quatre semaines. Bien que la larve soit plus petite, elle ressemble beaucoup à la femelle adulte et elle peut aussi émettre une luminosité. Il lui faut trois ans pour atteindre sa maturité. 


Alimentation

 



L’adulte du ver luisant ne se nourrit jamais, mais les larves sont des prédateurs voraces. Leurs proies principales sont les petits escargots et les limaces. 

Les larves sont capables de traquer les escargots en suivant leurs traces gluantes. Lorsqu’il est trouvé, un escargot a peu de chances de s’échapper. La larve du ver luisant est armée de mâchoires courbes qui injectent de puissantes enzymes digestives dans sa victime. Celle-ci dissolvent le corps de l’escargot et le transforment en une substance liquide épaisse que la larve peut aspirer à loisir, à l’aide de canaux spéciaux situés dans sa mâchoire. 

Quelquefois, plusieurs larves se nourrissent ensemble sur le même escargot. 

Si l’escargot est assez vivace pour se retirer dans sa coquille avant que la larve du ver luisant n’arrive, il peut éviter d’être mordu, mais seulement temporairement. La larve attend patiemment au bord de la coquille plusieurs heures jusqu’à ce que l’escargot réapparaisse, puis elle frappe. 


Observations

 


Le ver luisant est plus actif durant les mois de juin et juillet, mais vous pourrez l’observer de mai à août. Recherchez-le dans les prairies humides et les coteaux. On le trouve souvent dans les régions calcaires, où les escargots sont nombreux. Les escargots ont besoin du calcium du calcaire pour construire leur coquille et la larve du ver luisant se nourrit d’escargots. 

Les femelles apparaissent au crépuscule, souvent groupées en grappes brillantes sur la végétation. Si elles sont perturbées, elles s’éteignent, mais si vous approchez avec précaution, elles luiront à nouveau. 

Répartition : 
On le trouve en Europe de l’Ouest, mais il est confiné à des zones éparpillées les unes des autres et qui correspondent à son habitat préférentiel, tel que les prairies calcaires. 

Protection : 
L’agriculture moderne, l’urbanisation et la prolifération des lumières artificielles ont décimé les vers luisants dont l’espèce s’est raréfiée dans beaucoup de régions. 


Le saviez-vous ?

 


- Le mâle du ver luisant est attiré par la lumières artificielles, qui peuvent donc le détourner de la femelle qu’il recherche. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles le ver luisant est rare dans les régions très habitées. 

- Le ver luisant lui à tous les stades de sa vie ; même les œufs luisent légèrement. 

- Le ver luisant luit suffisamment pour vous permettre de lire un livre dans l’obscurité si vous le déplacez lentement sur les pages. 

- Certain mâles vers luisants produisent aussi une légère lueur abdominale qui peut être occasionnellement aperçue lorsqu’ils volent à la recherche d’une partenaire.

sources
http://www.questmachine.org/article/Le_ver_luisant


 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :