Les blogs
du village
Le blog d'Yvette C-D.

Le blog d'Yvette C-D.

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 1 636 395
Nombre de commentaires : 2 009
Nombre d'articles : 668
Dernière màj le 29/10/2017
Blog créé le 25/10/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Magnifique ! je vous le recommande vivement.

En savoir plus sur elle
La mère, La Varienne, c'est l'idiote du village. La petite, c'est Luce. Quelque chose en elle s'est arrêté. Pourtant, à deux, elles forment un bloc d'amour. L'institutrice, Mademoiselle Solange, veut arracher l'enfant à l'ignorance, car l'école est obligatoire. Mais peut-on franchir indemne le seuil de ce monde ?

L'art de l'épure, quintessence d'émotion, est le secret des Demeurées. 
Jeanne Benameur, en dentellière, pose les mots avec une infinie pudeur et ceux-ci viennent se nouer dans la gorge.
(4ème de couverture) 
 



J'ai beaucoup aimé.... la fin surtout !!

En savoir plus sur lui ! 
L'ingénieur Jaatinen a été chargé de construire un nouveau pont à Kuusmäki.
Les relations se tendent entre les notables et le nouveau venu.
Jaatinen n'est pas un homme a se laisser faire.
Il met en oeuvre une diabolique vengeance ! 



En savoir plus sur elle
Un lieu enchanteur en Sardaigne, pays de Milena Agus.
La maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalée, Madame n'est pas conforme !


En savoir plus sur elle
Plectrude, dont la mère a tué le père lorsqu'elle était enceinte, et s'est suicidée lorsque son bébé avait quelques mois....Plectrude veut devenir danseuse...

"Comme quoi il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir"
Page 53



En savoir plus sur elle
Le ciel m'est tombé sur la tête quand elle a dit oui !!!

Tragi-comédie burlesque et tendre - personnages un peu fous, truculents ou poétiques mais toujours attachants.



Ah ! oui... j'aime la littérature russe de cette qualité ! Merci Béatrice de m'avoir fait découvrir cette écrivaine.
37 nouvelles d'inspiration diverse. Génia, sorte de double romanesque de l'auteur russe, apparaît comme un personnage récurrent et sert en quelque sorte de fil d'Ariane.

Quatrième de couverture.




A lire lentement, en dégustant chaque phrase !
C'est vite dit : une fille visite son père malade à l'hôpital. Il est vieux, elle est adulte. Il va sans doute mourir.
Louvoyant entre le présent du père amoindri et furieux, le récit de son enfance à elle, narratrice, le livre se déroule autour d'une langue vorace, pressée d'avaler et de recracher ce qu'il sait, ce qu'il veut dire, ce qu'il peut dire, enfin.
Quatrième de couverture





"Touchant omme ces choses qui frôlent la tête pour mieux atteindre plus sûrement le coeur".
Le Monde

Un grand'père malade quitte le sud de l'Italie pour se rendre à Milan, chez son fils, et faire des examens médicaux. Là il fait la connaissance de son petit fils et en tombe amoureux...!

Que du bonheur !




Bouleversant et magnifique !
Jaffie, jeune allemande, femme de ménage, épouse Raphaël Lepage, célèbre flûtiste, fou d'elle au premier regard.
Lorsqu'Andràs, réfugié hongrois, croise sa route, elle sait que c'est l'amour de sa vie. Petit à petit il lui apprend à regarder autour d'elle,à sortir de l'empreinte du passé.
Raphaël, lorsqu'il apprend son malheur, prend leur fils en otage, l'emmène en train soit disant chez sa mère qui n'a jamais voulu connaître sa bru... et le lâche sur les rails.
Jaffie disparaît sans laisser de traces.





Un très grand livre.... mais que c'est dur !
Il est illettré, alcoolique, père de trois enfants, sans travail ni avenir. Il survit près d'une décharge publique, quelque part dans le sud-ouest des Etats-Unis. Mais l'Amérique ne l'a pas tout à fait oublié. Un inconnu, producteur de snuff films, lui propose un marché : sa vie contre trente mille dollars. Il s'appelle Rafaël et il n'a plus que trois jours à vivre... Avec ce roman Gregory Mcdonald n'a pas seulement sondé le coeur de la misère humaine, il lui a aussi donné un visage et une dignité.
"Ce roman américain est, en pesant les mots, un très grand livre..." selon André Rollin (Le canard enchaîné).

C'est  également mon avis.... mais que c'est dur.


Magnifique récit offert par ma Kika !

Kafka Tamura, 15 ans, s'enfuit de sa maison de Tokyo pour échapper à la prophétie de son père. Nakato, viel homme amnésique, décide aussi de prendre la route.
Conte initiatique du XXI siècle, Kafka sur le rivage nous plonge dans une odyssée moderne et onirique au coeur du Japon contemporain.
C'est cruel, beau, cru.


Premier roman d'une Américaine... à suivre de près ! Tout simplement magnifique.
La famille Lucas vit dans le nord du Wisconsin, belle terre oubliée peuplée d'ouvriers européens immigrés et d'Indiens Ojibwés.


Norvège - j'aime la littérature des pays du nord !
Cette saga en trois tomes est portée par un souffle constant, c'est une longue incantation tragique... par l'un des auteurs fondamentaux de la nouvelle littérature norvégienne (Y. Violer - La Vie)


Si vous ne connaissez pas....précipitez-vous !

Je ne vous dirai rien de plus que LISEZ-LE !




Magnifique !
Deux enfants lourdement handicapés. Avec humour, dérision et infiniment de tendresse l'auteur nous fait partager son quotidien.


J'ai bien aimé !
Un petit village du nord de la Norvège... Katherine, 28 ans, employée des douanes, un enfant d'un premier mariage. Un livre sur la solitude, la fragilité de l'amour, la douleur de vivre et les illusions perdues.


J'ai aimé !
Bobby à 31 ans mais a gardé la naïveté et les réactions d'un enfant. Sa mère est morte. Fuyant la cruauté du "Gros" il se retrouve seul sur les routes. Il y rencontre M. Summers...un vieil homme solitaire dont l'étrange métier est d'enterrer "tous les petits animaux"....


Magnifique... à lire d'un trait... en quelques heures !
Elle a 15 ans, lui 78 ! Sous un abribus un chanteur noir envoûte le vieux monsieur....affinité élective ... 

 





Joseph Winkler est né en 1953. Il est considéré comme le meilleur auteur autrichien de sa génération.

Sur la rive du Gange, depuis des temps immémoriaux, se déroule chaque jour le rituel immuable de l'incénération des morts, ou celui, réservé aux être purs - enfants et saints - de l'immersion dans le fleuve sacré.
 

J'ai beaucoup aimé cette façon "caméra à l'épaule" des descriptions. Je me suis vue au bord du Gange, j'ai senti toutes les odeurs, vu toutes les couleurs,.....mais au bout de 20 crémations j'ai dit stop...! Je vous le recommande néanmoins chaleureusement.




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :