Les blogs
du village
Coppamozzacity
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 1 087 397
Nombre de commentaires : 809
Nombre d'articles : 494
Dernière màj le 01/03/2018
Blog créé le 16/04/2008

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

mes bob et bobette

 04/03/2016

une collection qui me tient à coeur depuis ma tendre enfance , je passais mes vacances en Belgique et je suis tombée amoureuse de cette BD ......

Bob et Bobette (Suske en Wiske en version originale) est une série de bande dessinée belge, plus précisément flamande, créée par Willy Vandersteen (1913 - 1990). Il existe à l’heure actuelle plus de 250 albums parus en langue française pour cette série. L'éditeur français est Erasme. Après le décès de l’auteur, deux dessinateurs reprirent successivement la plume : Paul Geerts et Marc Verhaegen.


Personnages principaux

Bob et Bobette, mais également Lambique, Tante Sidonie, Jérôme et Barabas.



Bob est un jeune adolescent, d'environ 12-13 ans, orphelin. Il rencontre Bobette pour la première fois dans le Nieuwe Standaard en 1945.

Il est facilement reconnaissable à son allure juvénile, maigrichone, à son T-shirt rouge, son pantalon noir. Il a également les cheveux noirs, dont une mèche rebelle qui rappelle celle de Tintin.

C'est un garçon au caractère doux et affectueux, et peu orgueilleux, contrairement à Bobette, ce qui fait qu'ils se chamaillent souvent. Cependant Bob peut faire preuve d'un courage exceptionnel pour sortir ses amis d'un mauvais pas. Malgré son jeune âge, il sait s'autogérer et mener une vie responsable si cela s'avère nécessaire.

Bobette (Wiske en néerlandais) apparaît dans Rikki en Wiske, où Rikki est son frère. Puis Rikki devient Bob, qui n'est pas le frère de Wiske.

Bobette est une petite fille blonde de 14-15 ans, portant un ruban rouge dans les cheveux et une robe blanche avec un liséré rouge. Elle semble physiquement le double à peine fémininisé de Bob, mais s'en distingue par son caractère et son intelligence.

Elle tient toujours à la main sa poupée Fanfreluche (Schalulleke, "petit oignon", puis Chabolleke), qui ne la quitte jamais, et que Jérôme appelle Fanchon.

Cet attachement à un objet de l'enfance ne l'empêche pas de se lancer dans l'action et l'aventure. Déterminée et volontaire, elle peut se montrer égoïste mais sait aussi montrer plus de jugeotte que les autres.

Lambique est un homme mûr, au crâne dégarni et portant moustache. Il vit avec tante Sidonie, et avec les jeunes Bob et Bobette.

De caractère dominateur, il veut toujours avoir le dernier mot, mais sait utiliser la ruse plutôt que la force. Casanier, il accompagne souvent sans le vouloir les deux enfants dans leurs aventures, mais cela lui permet de les protéger. D'esprit rationaliste, il a parfois du mal à admettre les phénomènes surnaturels auxquels il assiste au cours de ces aventures : il entre ainsi, avec Bob et Bobette, dans Le Repas de noce, un tableau de Bruegel, dans Le Fantôme espagnol. Il est même transformé en centaure dans La Princesse enchantée.

Ce personnage est si connu en Belgique qu'il a donné son nom à un portail encyclopédique consacré à la bande dessinée.

Bien sur il me manque quelques numéros mais je ne cesse de chiner afin d'agrandir ma collection !!!!

 source internet: wikipedia




chers visiteurs !!
je collectionne entre autres les cartes postales de recette  de cuisine et les menus !!
donc je compte sur votre attention ,votre gentillesse afin d'agrandir ma collection ,je prends , j'echange et j'achete !!!!
à tres vite de vous lire !!!


  • la naissance de Corbie
  • 657-662
    Fondation de l'Abbaye de Corbie par la Reine Bathilde et son fils Clotaire 111. Ils y installent des moines venus de Luxeuil.
     
  • 751-826
    Adalhard, cousin germain de Charlemagne, entre dans le monastère. Devenu Abbé, il fonde en 822 l'Abbaye de Corvey (Corbeia nova) sur le territoire de Höxter (Westphalie).
     
  • 801-865
    Anschaire, né à Fouilloy, moine de Corbie est envoyé à Corvey. Il meurt Archevêque de Brême et de Hambourg après avoir été évangélisateur de la Suède et du Danemark.
     
  • 896
    L'Abbé Francon fortifie Corbie contre les Normands.
     
  • 1124
    L'Abbé Robert établit la Commune. Philippe-Auguste la confirme en 1180.
     
  • 1381-1447
    Naissance à Corbie et mort à Gand de Sainte-Colette, réformatrice de l'Ordre Franciscain, après avoir été recluse au chevet de l'église Saint-Etienne de 1402 à 1406.
     
  • 1475
    Prise de la ville par Louis XI, pillages et incendiés.
     
  • 1636
    Les Espagnols prennent Corbie le 15 août et en sont chassés par Richelieu et Louis XIII après un siège de 3 mois.
     
  • 1791
    Fermeture de l'Abbaye. Les 300 manuscrits restant à Corbie sont portés à Amiens
  •  
  • source : internet
  •  
  • La ville de Corbie possède un long et prestigieux passé. Roger Caron, historien, nous livre ici l'intégralité de son texte : Histoire de Corbie. ...
     www.ch-corbie.fr/.../body_historique_corbie.htm -



ma passion : la cuisine !!!!! alors de carte en carte de recette de cuisine , ma collection s'agrandit.............................








La naissance officielle de la carte postale est datée de 1873. Elle a pourtant fait ses premiers pas bien avant. Dès 1856 exactement, le principe de la carte postale existe déjà. Objet généralement sous forme de bristol rectangulaire, la carte postale est d’édition officielle ou privée. Sa fonction est d'assurer une communication à découvert, grâce au service des Postes.


Cette définition inclut les entiers postaux, les cartes maximum et les cartes faites à la main ayant voyagé.

L’histoire de la carte postale pourrait se diviser en quatre périodes principales : les pionnières, l'âge d'or, les semi-modernes, les modernes.

Les pionnières apparaissent dès 1856. Ellles sont le fruit de divers évènements tragiques (la guerre de 1870) comme majeurs (l’exposition universelle de Paris en 1889).


Vient la révolution industrielle, et avec elle, notamment, des méthodes d'impression innovantes. Un facteur déterminant pour l'essor de la carte postale qui connaît alors un premier âge d’or. Des artistes de renom laissent même leur empreinte sur ces cartons imprimés.


Mais la première guerre mondiale freine cette apogée. La carte postale entre alors dans son ère semi-moderne (1918 à 1975), période de déclin pour la carte en tant qu’objet utilitaire. Outre les clichés, la qualité de la carte est considérée comme "médiocre". Une ère transitoire marquée par le passage des archétypes du début du siècle aux modernes. C’est à la fin des années 60, par exemple, que les cartes postales commencent à être imprimées au format actuel (10,5 cm par 15 cm).


Depuis 1975, on espère son renouveau, tandis que les collectionneurs, résistant à la période semi-moderne, souhaitent retrouver son essence même. Quoiqu'il en soit, le "phénomène carte postale" existe bel et bien. Pas moins de 300 000 000 cartes circulent chaque année en France. On en recense aujourd’hui plus de 10 000 différentes sur les manifestations cartophiles modernes à travers le monde. La carte postale est l'objet qui a disposé du plus grand nombre de points de distribution au cours du siècle.

Les pionnières  

Si la loi du 20 décembre 1872 vaut comme acte de naissance de la carte postale en France, il existe d’ores et déjà des précurseurs à cet objet utilitaire. 

Des premières cartes postales non officielles ou ‘tolérées’ apparaissent entre 1856 et 1873.
Elles sont destinées soit à une correspondance locale, en France et en Algérie (dans la même ville), soit à une correspondance territoriale (de bureau à bureau). 

Par exemple, des cartes destinées à circuler à découvert sont distribuées par la Croix Rouge pour les blessés de la guerre de 1870, principalement à Strasbourg.


Des cartes illustrées pour les soldats réunis dans le camp de Conlie en 1870-1871 sont mises en circulation par le libraire Léon Besnardeau. Certaines cartes sont autorisées à circuler dans les zones occupées par les Allemands. 

Les cartes postales officielles suivantes paraissent dès février 1873, semblables aux deux premières.

Après 1875, sont éditées des cartes de fabrication nationale ou privée (arrêté du 7 octobre 1870) avec recto semblable à celui des types précédents, mais avec verso libre, tant au niveau des caractères, des dessins, que de la couleur. L'administration propose toutefois des marques de contrôle (lettres, chiffres et dates).  

En 1878, l’Etat édite des entiers postaux, c'est-à-dire des timbre-poste imprimés sur un support servant à la correspondance ou constatant la perception d'une taxe postale.

A cette époque, l’une des faces du document est destinée à l’adresse du destinataire, et n’est donc pas illustrée.
Ce n'est qu’à partir de 1883 que le Ministère des Postes et des Télégraphes autorise par décret l’impression sur l’une des faces d’éléments de toute nature. La carte postale comporte alors un côté réservé à l'inscription de l'adresse du destinataire, et l'autre utilisé pour la correspondance. Sont imprimées les premières cartes illustrées de photographies comportant une réserve blanche pour y inscrire un texte.


L'Exposition Universelle marque un tournant dans l'histoire de la carte postale en favorisant l'expansion de l'utilisation de la carte commémorative illustrée, un objet devenu familier grâce à l'évènement. Léon Charles Libonis en illustre 7 à l’initiative du Figaro, dont la plus connue est la lithographie représentant la Tour Eiffel (300 000 cartes produites). 

Une avancée dans l’histoire de la carte postale : en 1891, le marseillais Dominique Piazza commercialise des cartes photos imprimées. Dès 1892, d'autres villes du sud de la France suivent l'exemple de Marseille, comme Paris sans doute. Néanmoins jusqu'en 1897 (sous l'impulsion de l'éditeur Neurdein), les cartes photos sont imprimées sporadiquement. A compter de cette date, chaque ville importante ou site historique de France a droit à des pionnières de ce type. 

Le premier âge d'or  

Au début du XXe siècle, la révolution industrielle propose de nouveaux procédés d’impression.

L'invention de la phototypie accélère et amplifie le phénomène « carte postale ». Plus souple et moins onéreux que ceux utilisés jusqu'alors, ce procédé permet une industrialisation de la production tout en préservant son caractère artisanal. Il s’avère spécialement adapté à l’impression des photographies, grâce à un excellent rendu des images. La carte obtenue n'est pas encore brillante, mais mate.
Plus tard, la couleur fait son apparition avec la technique du pochoir.

A partir de 1900, la production de cartes postales en France devient une véritable industrie.

Les éditeurs de cartes postales s’organisent rapidement. La Chambre syndicale des éditeurs français de la carte postale illustrée est créée en 1904. Deux ans plus tard, elle devient la Chambre syndicale de la carte postale et de la photogravure. La carte postale connaît alors son premier âge d’or. 

L'arrêté du 1er janvier 1904 du Ministère du Commerce, de l'Industrie et des Postes et Télégraphes marque un véritable tournant dans l'épopée de la carte. Avant cette date, il était interdit d’écrire la correspondance du même côté que l’adresse. L’arrêté instaure la division de cette face en deux parties : l’une pour l’adresse, l’autre pour le message. Le timbre, avant apposé sur l’illustration, est maintenant collé sur le verso. Les images peuvent alors occuper toute la surface du recto de la carte.

Ainsi, les plus nombreuses et les plus variées de toute l’histoire de la carte postale sont éditées entre 1904 et 1914. Leurs illustrations (imprimées principalement par phototypie, lithographie également) abordent tous les thèmes. Les cartes postales véhiculent, simultanément au message écrit, des documents sur les paysages, fêtes, événements de la vie quotidienne. C’est à cette époque qu’elles remplissent le mieux leur fonction : moyen de communication populaire et objet de consommation de masse.  

Mais la première guerre mondiale censure la carte, qui doit changer de nature. Elle perd beaucoup en qualité, tant au niveau de l’impression que du support. En effet, le carton à base de papier chiffon est progressivement remplacé par du carton de bois, tandis que l’héliotypie (en provenance des Etats-Unis) succède à la phototypie (qui permettait une infinité de nuances dans les gris et les ombres).

Semi - modernes

Après la première guerre mondiale, la carte postale subit un grand déclin. C’est une période purgatoire pour la cartophilie en tant que collection et pour la carte postale en tant qu’objet utilitaire. L’héliogravure tramée et les procédés d’impression de masse ont étouffé les productions plus artisanales. Les anciens clichés de petits métiers ou de scènes de rue sont usés jusqu’à la corde par les éditeurs, moins soucieux d’envoyer des artistes sur le terrain. Il existe néanmoins quelques artistes ou producteurs locaux qui maintiennent quelque peu le flambeau de la carte postale documentaire.

Son déclin est aussi dû à l’apparition de nouvelles formes de concurrence sur le marché. L’expansion du téléphone, de l’industrie automobile et des appareils photographiques (plus maniables et à prix abordables) met en péril le commerce de la carte postale. Elle perd son utilité auprès des usagers les plus courants, comme les touristes. Le rôle documentaire de la carte s’affaiblit fatalement avec l’avènement de la TSF. 

Dans le même temps, le seuil de rentabilité d’une carte passe de 300 à 3000 exemplaires, bannissant progressivement la création de documents à intérêt local ou événementiel. Il faut donc éditer des cartes durables (non précisées dans le temps par une mode vestimentaire ou un type d’automobile), ou passe-partout (vendables sur un large territoire). Malheureusement, les vues des villes et des villages deviennent fades et insignifiantes. Elles perdent l’essence même de ce qui les rendaient vivantes, singulières.

Une période peu riche, certes, mais qui recèle malgré tout quelques rares trésors, redécouverts par les cartophiles dès 1975, sous l’impulsion de B. Nanty, P. Boubet ou S. Zeyons. Par exemple, l’époque (1918-1975) produit peu de cartes postales représentatives des petites communes (dix fois moins de cartes éditées qu’entre1900 et 1918). Aujourd’hui encore, ces documents sont traqués avec passion par les collectionneurs. 

Pendant et après la seconde guerre mondiale, les petits formats « ternes » cèdent leur place aux cartes glacées en noir et blanc, parfois dentelées. Il existe alors des fantaisies en bromure véritable, souvent colorées au pochoir. Ces cartes montrent des amoureux mièvres dont les teintes très outrées attirent certains collectionneurs. Dans les années 50-60, certains artistes ou éditeurs (comme Albert Monier ou Maurice Bonnel) tentent de substituer la qualité du bromure à la médiocrité des productions tramées. Mais les cartes topographiques ainsi publiées reviennent très cher.

Le format actuel (10,5 cm sur 15 cm) se généralise en France dès la fin des années 60.
Les raisons du succès des cartes à cette époque sont nombreuses : leurs couleurs et leur exposition dans des présentoirs spécifiques les rendent plus attractives ; le boum des vacances au bord de mer ou à la montagne, plus utiles ; la possibilité de réaliser des cartes postales ‘à vues multiples’, plus originales. Au cours des décennies précédentes, quelques éditeurs déjà ont adopté ce format, en particulier la maison Barré-Dayez qui proposait des lithographies aux alentours de 1955. 

Modernes

Avant 1975, rien ne permet d’espérer un renouveau de la carte postale. Les éditeurs sont empêtrés dans des contraintes économiques de plus en plus draconiennes. Plus aucun artiste de renom ne travaille en pensant au support cartophile. Pour le grand public, l’expression ‘cliché de carte postale’ signifie médiocrité. 

Sa renaissance ne peut donc venir que du noyau actif constitué de collectionneurs (de modestes clubs ont résisté à la période semi-moderne). Un siècle après la naissance de la carte postale, ces passionnés voient en ce document un témoignage de la vie contemporaine.

De nouvelles techniques sont employées comme l’Offset (bien qu’inventée en 1904, elle n’est utilisée qu’à la fin des années 70) et de nouvelles cartes postales peuvent enfin être proposées au grand public.

Les cartes régionales en sont un exemple, mais une bourgade sur dix donne lieu à des éditions contemporaines avec de fortes concentrations sur les villes importantes, les lieux touristiques et les zones de vacances.

Les cartes témoignages (comme les événements de Tien An Men, la chute du mur de Berlin, ou les cartes métiers...) se développent également grâce aux petits éditeurs. 

Dès 1966, Agathe Gaillard réconcilie même quelques uns des meilleurs photographes avec la carte postale (Cartier-Bresson, Doisneau, etc.).

Cependant, les plus rentables restent les cartes « passe-partout », non localisables dans l’espace ni dans le temps, couramment illustrées de recettes de cuisine, de signes astrologiques ou d’imagerie de vœux … 

Autour de 1980, les reproductions d’affiches de concerts ou de films sur les cartes postales rencontrent un grand succès, spécifiquement auprès d’un public jeune.

A partir de 1987, les publicistes français redécouvrent ce support. Des cartes publicitaires sont alors distribuées, dans des lieux publics et gratuitement pour la plus part. Ce sont les Cart’Com, bientôt imitées dans d’autres grandes métropoles (Berlin, Bruxelles…) 

Il s’avère malgré tout que les meilleures productions, artistiques ou documentaires, relèvent très souvent du monde cartophile lui-même. Elles sont issues de séries éditées par les clubs (ex : club Neudin), pour les salons, par les membres spontanés de ce mouvement que l’on a baptisé ‘messagiste’. 

Enfin, une nouvelle forme de cartes postales voit le jour à l’ère de l’informatique. Des cartes numériques sont distribuées par des sites Internet tandis que la numérisation permet la reproduction et la réédition d’anciennes pièces parues il y a près d’un siècle. 

Sources web:

 

http://www.alienor.org/ARTICLES/carte_postale/historique2.htm

http://www.cartolis.org/texthistoire.html

Source bibliographique : NEUDIN 1998, la valeur de vos cartes postales

 

 

 




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :