Les blogs
du village
IWAYA un village endogène

IWAYA un village endogène

Iwaya un village partenaire !

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 189 259
Nombre de commentaires : 27
Nombre d'articles : 107
Dernière màj le 14/04/2017
Blog créé le 30/06/2009

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
Favoriser le partenariat entre tous les villages afin de créer des Universités villageoises.
<< 1 2 3 4 >>

Bd des cérémonies

 16/05/2011

Afin de faciliter l'organisation des cérémonies des communautés H.B.K.N. installées hors du village, une bd a été produite. 

Certains jeunes villageois souhaitaient  la naissance de cet instrument
qui désormais doit servir de support dans le suivie des actions au cours des préparatifs de toutes les cérémonies de la communauté  H.B.K.N
installée hors du village.

Les dernieres coordinations des cérémonies organisées par les jeunes des communautés H.B.K.N installés à la capitale ont démontré qu'au sein de ces groupes, il manquait des supports pour mieux piloter  les actions et tenir des propos cohérents suceptibles de satisafaire les Assemblées lors des réunions.

Suite à cet handicap, il y avait urgence, compte tenue des besoins
en terme de manif de penser à produire une bd qui servira désormais de plan d'action et d'aide mémoire en vue d'une meilleure organisation des évenements futurs.

La version electronique integrale de la  bd est disponible à la commande chez , Start up UAD'I , e-mail: iyibasiyila@yahoo.fr   





Au village Iwaya tous les produits consommés sont frais, de passage à la cité le villageois que je suis ne peut résister à la tention de déguster du maïs vendu à prix d'or dorés au feu du barcue sur la chaussée de la cité. 

Désolé ce blog n"est activé que lors de mes brefs passages à la  cité
Nostalgique des produits du village Iwaya il est difficile de résister à la tentation de s'offrir des produits du village vendus sur les trottoires de la cité par des commerçantes AOFIENNES.
Du maïs bien dorés sur  le barcue fait renaitre au villageois que je suis le gout de ces produits vendus à prix d'or à la cité.




Retour à la cité

 10/12/2010
Il y a un peu longtemps que ce blog n'a pas craché d'article,eh bien tout simplement parce que il n' y a pas de connection internet à Iwaya village endogène.
De retour à la cité pour quelques jours je vous donne des nouvelles fraiches.
Pas vraiment des mauvaises mais elles vous feront peut être rougir.
Au village nous ne savons pas grand chose de la biodiversité.
A la cité nous autres jeunes villageois sommes très surpris on nous casse les oreilles avec ces mots venus d'ailleurs.
Peut on parler de biodiversité lorsque l'accès à Iwaya se fait par une piste d'éléphant?
Ceux qui parle de biodiversité à la cité sont les mêmes qui reçoivent les pots de vins des multinationales et autorisent ces dernières à saccager les forets pour des besoins mercantiles.
Les forêts sont pourtant les seules sources de subsistances des villageois de Iwaya et d'autres contrées environnantes.
A en juger par l'image des batissent en tôles pour hebergement d'ouvriers de chantier industriel en pleine forêt équatoriale.


Les nouveaux champs

 24/12/2009
Voici un des champs crus 2010

Le village est un système complexe, pour y vivre, il faut créer des activités adaptées à l'environnement et perpétuer un mode de vie.
Les produits vivriers ne tombent pas du ciel , ils sont le fruit  d'un travail très dur à l'exemple des travaux champètres.




La cuison au paquet

 24/12/2009

L'une des méthodes de cuissons la plus usée au village.

La cuisson au paquet sur le feu de bois est pratiquée pour tous les aliments principalement le poisson et la viande, les légumes aussi.


Manger du frais

 24/12/2009

Vivre de pêche fait partie de l'univers du villageois d'Iwaya

Contrairement à la cité ou les aliments sont conservés des dizaine des jours dans des congélateurs, au village on consomme du frais.
Même les méthodes de cuissons permettent aux aliments de conserver toutes la saveur, l'apport calorifique y est assuré, contrairement à la mal bouffe tant décriée en ville.


C'est par manque d'attention des villageois que certaines plantes cohabitent au fumier.

Au moment de jetter une graine, une bouture, ou autre plante au fumier , les villageois (villageoises) ne choisissent pas d'endroit spécifique, lancent juste l'objet au fumier.
Quand ces plantes poussent et fleurissent, il y a de fois ou le villageois de bon sens s'interroge sur cette  cohabitation.
Il n'est donc pas rare de voir derrière les cases de l'ananas se laisser enlasser  par des feuilles de manioc "drôle de cohabitation".


Il y a un adage africain qui dit je cite "La terre ne refuse à personne".
La version universelle deavit être : "La nature ne refuse à personne".
Ce petit vergé d'oseille et de gombo est 100% nature le bio n'est pas encore d'actualité au village.

Après avoir labouré un petit fumier de saison sêche et semer  quelques grains en début de saison des pluies, le résultat est immédiat.
L'espace s'est transformé en vergé. Sans commentaires,  au regard de l'image il ne faut pas beaucoup de temps pour recolter ce que l'on sème au village, en somme pour manger frais et naturel car ces légumes sont cultivés sans additifs (sans engrais).



Malgré la distance et le temps à passer dans le train, la seule consolation est le but du voyage c à d passer un week end au village.
Pour adapter mes articles aux évènements du villages, il me faut absolument partir de la capital à mon bled et avoir des nouvelles fraîches.
Vue qu'il n'y a aucune connection entre le village et la cité.
Le week end passé était pour moi une occasion de choisir  les infos sublimes du village et de vous en faire profiter.


Surprise bis

 23/10/2009

Le tas est vendu à 0.15 E




Surprise de la cité

 23/10/2009
Découverte en ville.
Il arrive qu'on se rende en ville pour la vente de certains produits.
Mais ma surprise a été très grande de constaté que les citadins n'ont pas la même vision des fruits que nous autres villageois.
En cette période de récoltes de mangues les arbres fruitiers de la ville
sombrent sous le poids des fruits, les citadins n'ont font pas cas.
Seuls quelques enfants (certainement de familles démunis ) s'activent autour de l'arbre pour décrocher les fruits qu'ils revendent .
C'est ce que les villageois qualifient de surprise de la cité ( de la ville)  une fois revenue au village.



Incroyable mais vrai

 22/10/2009

Le voisin naturel vu sous un autre angle.

C'est dommage que la communication avec ce voisin ne se limite qu'à la contemplation;
Comme quoi la cohabitation avec les animaux est un don, et les villageois d'Iwaya en dispose.




Voisin naturel

 22/10/2009

Faire contre mauvaise fortune bon coeur.

La viande de pangolin est très prisée par les habitants des grandes forêts équatoriales, mais les villageois d'Iwaya ont classé cet animal au rang des espaces en voit de dimunition.
Jouissant de ce statut , il  vient souvent se pavaner aux alentours du village en tant que voisin naturel.


La pêche de subsistance

Au village tout est tiré de la nauture, la pêche du poisson d'eau douce est rationnée, on ne prend que la quantité qu'il faut.
A Iwaya tout se fait sur mesure et les villageois en sont conscients.




Fini les vacances.

 22/10/2009
Les vacances au village
Loin de la ville, on se concentre sur autre chose. Au village il est difficile de rester connecter à son blog d'où le petit temps mort. Il n'y a pas de cyber café à Iwaya il faut parcourir plus de 25 Kms pour faire la mise à jour du blog, enfin les NTIC c'est pas encore au top.


<< 1 2 3 4 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :