Les blogs
du village
La vie agreable

La vie agreable

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 849 690
Nombre de commentaires : 723
Nombre d'articles : 1 002
Dernière màj le 22/05/2018
Blog créé le 25/04/2011

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !
Il y a de belles photos .
Vous trouverez plein de photos  de jardinage ou de voyage.
Nous vous laissons le regarder.
Alors amusez vous bien.

                       
<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>
Le prince Philip, duc d’Édimbourg, né prince Philippe de Grèce et de Danemark le 10 juin 1921 à Corfou, en Grèce, est le cinquième enfant et seul garçon du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg- Alice Mountbatten, Prinzessin von Battenberg, née le 15 février 1885, Windsor, Berkshire, Angleterre, décédée le 5 décembre 1969, Londres, Angleterre, inhumée en 1988
Epoux de l'héritière de la monarchie d'Angleterre et se retrouve à la tête de la monarchie la plus populaire !4 enfants-Une seule fille !


Corfou et Iles Grecques !


La reine du Danemark  descend par son père des rois de Danemark et par sa mère des souverains suédois. Son grand-père maternel était le roi de Suède Gustave VI Adolphe et sa grand-mère maternelle Margaret de Connaught était la petite-fille de la reine Victoria. À ce titre, elle est apparentée à la plupart des membres des maisons royales d’Europe.

Par sa mère Ingrid de Suède (de la dynastie Bernadotte), elle descend également de Joséphine de Beauharnaisimpératrice des Français (les Bernadotte sont descendants de l’impératrice par sa petite-fille, la princesse Joséphine de Leuchtenberg, fille du prince Eugène et épouse d’Oscar Ier de Suède).

Elle épouse à Copenhague le 10 juin 1967 le Français Henri de Laborde de Monpezat (1934-2018), avec qui elle aura deux fils : le prince héritier Frederik (1968) et le prince Joachim (1969).

Triste jour pour le Dane­mark : le prince Henrik est décédé mardi 13 février, à l'âge de 83 ans, au château de Fredens­borg au nord de Copen­hague. Selon un commu­niqué du palais royal, il était entouré de sa femme et de ses deux fils, Frede­rik et Joachim. Hospi­ta­lisé fin janvier à cause d'un infec­tion pulmo­naire, il a été trans­féré ensuite au château pour y vivre ses derniers jours. En septembre, le palais préci­sait qu'il souf­frait de « démence ».

Né en France, à Bordeaux, Henri de Laborde de Monpe­zat a rencon­tré son épouse Margrethe, l'héri­tière du trône, à Londres, alors qu'il était diplo­mate. Le couple se marie en 1967, le début d'innom­brables sacri­fices pour le jeune époux très amou­reux : il troque son prénom Henri pour Henrik, renonce à la natio­na­lité française et devient danois, renonce égale­ment à sa reli­gion pour se conver­tir au protes­tan­tisme et accepte bon gré mal gré de passer au second plan au profit de son épouse la reine, couron­née en 1972.Frede­rikRésultat de recherche d'images pour



Pays Bas- Claus von Amsberg, devenu Claus van Amsberg1, né le 6 septembre 1926 à Hitzacker en Allemagne et mort le 6 octobre 2002 à Amsterdam aux Pays-Bas, est un aristocrate allemand devenu prince consort des Pays-Bas par mariage avec la princesse héritière Beatrix, devenue reine en 1980 à la suite de l'abdication de la reine Juliana.Par amour, elle a défié sa mère, la reine Juliana, et l'opinion publique. Le 10 mars 1966, au milieu de manifestations hostiles, la princesse héritière des Pays-Bas épouse Claus von Amsberg, jeune diplomate dont le seul défaut n'est pas d'être de petite noblesse mais allemand, à une époque où la blessure de la guerre est encore vive.Le 30 avril prochain, Willem-Alexander sera sacré roi des Pays-Bas.


 Maximilien Ier Joseph, de la maison de Wittelsbach, devint le premier roi de Bavière en 1805 par le traité de Presbourg, et le titre resta dans sa maison jusqu'à la disparition du royaume, en 1918. La majeure partie des frontières de la Bavière actuelle furent établies en 1814, lors du traité de Paris, par lequel la Bavière céda le Tyrol et le Voralberg à l'Empire d'Autriche, recevant en échange Aschaffenburg, ainsi que des portions de la Hesse-Darmstadt.

La Bavière fut incluse dans le territoire de l'Empire allemand lors de sa proclamation en 1871 ; elle était le plus grand des États le constituant après la Prusse. Le dernier roi de Bavière, Louis III, abdiqua au même moment que Guillaume II d'Allemagne, en novembre 1918, mettant un terme à la monarchie bavaroise.



Monarchie belge-Le roi des Belges, 79 ans, quittera son trône le jour de la fête nationale. Le 21 juillet 2013

Philippe de Belgique, de son vrai nom Léopold Louis Marie de Belgique, naît le 15 avril 1960 à Bruxelles et est le fils de la reine Paolo di Cala­bria et d’Al­bert II.

En 1978, le jeune homme rejoint l’Ecole royale mili­taire de Bruxelles, où il apprend les bases du pilo­tage. Avec son grade de sous-lieu­te­nant, il devient pilote de chasse et passe un moment au sein de l’ar­mée de l’air. Par la suite, il rejoint l’Ecole du Régi­ment Para-Commando avant d’in­té­grer l’ar­mée de terre puis de s’en­vo­ler pour l’Ir­lande et la Cali­for­nie, où il étudie les sciences poli­tiques.

Son diplôme en poche, il rentre en Belgique et rencontre Mathilde d’Ude­kem d’Acoz, dont il tombe fou amou­reux.Les tour­te­reaux se disent « oui » le 4 décembre 1999et, 2 ans plus tard,accueillent leur premier enfant : une fille prénom­mée Eliza­beth. Un bonheur ne venant jamais seul, cette nais­sance sera suivie par celle de 3 autres enfants : Gabriel en 2003, Emma­nuel en 2005 et Eléo­nore en 2008. 5 ans plus tard, son père lui annonce son envie d’ab­diquer et de lui passer le flam­beau, faisant de son fils le 7ème roi des Belges.

Très préoc­cupé par la situa­tion de son pays, il est à la tête du Fonds Prince Philippe, dont le but est de rassem­bler les trois commu­nau­tés belges en pleine crise poli­tique.S.M. le Roi Philippe et S.M. la Reine Mathilde des Belges (2013 - ).



MONARCHIE DU LUXEMBOURG :

05 janvier 1921

Naissance du prince Jean de Luxembourg.Résultat de recherche d'images pour

11 juin 1944

Débarquement en Normandie lors de l’opération Overlord. 

14 avril 1945

Retour à Luxembourg. 

09 avril 1953

Mariage avec Joséphine-Charlotte de Belgique. 

17 février 1954

Naissance de son premier enfant, Marie-Astrid de Luxembourg. 

16 avril 1955

Naissance de son premier fils, Henri de Luxembourg

15 mai 1957

Naissances des jumeaux  Jean et Margaretha de Luxembourg. 

28 avril 1961

C’est le 16 avril 1955 que Henri voit le jour, à Betzdorf, à une trentaine kilomètres de la capitale. Sa naissance est saluée par cent un coups de canon mais le nouveau-né quitte aussitôt les feux de l’actualité. La discrétion est la règle d’or de la famille grand-ducale. A peine Henri assiste-t-il en 1957 à la visite d’Etat du président français René Coty.

Hors cette brève apparition, le grand-duc héritier passe sa prime enfance à Betzdorf, en communion avec la nature, au milieu d’un parc de cinq cent hectares. Après l’école européenne de Luxembourg, il est inscrit en 1972 au lycée de Nice. A l’époque, Henri est souvent invité au palais de Monaco. Le baccalauréat en poche, Henri décroche son brevet d’officier à l’Académie royale de Sandhurst, en Angleterre.

En 1975, il assume son premier engagement à l’étranger, lors de l’intronisation de Juan Carlos. L’année suivante, il entreprend des études d’économie et de sciences politiques à l’université de Genève. C’est dans ce cadre qu’il rédige un mémoire sur "la place des traités internationaux dans la constitution des pays de la Communauté européenne". C’est également à Genève qu’il rencontre le "grand amour de sa vie": Maria Teresa Mestre est la fille d’un riche bourgeois cubain, réfugié en Suisse au lendemain de la révolution castriste.

Le Grand-Duché de Luxembourg est une monarchie constitutionnelle. Les prérogatives du Grand-Duc, Henri de Luxembourg, sont déléguées au Premier ministre. Depuis les élections anticipées du 20 octobre 2013, le libéral (DP) Xavier Bettel dirige le gouvernement de coalition libéral-socialiste-écologiste. La Chambre des députés, composée de 60 parlementaires, débat et vote les loisDonner une "bonne image" du Luxembourg lorsque le Grand-Duc reçoit en audience au palais. "Il ne s'agit pas de parler de la pluie et du beau temps", a souligné le chef de cabinet du Grand-Duc. Des changements vont également se profiler dans la stratégie de communication des souverains, qui se concentrera davantage sur la communication institutionnelle qu'événementielle. Il s'agit ainsi pour la Cour grand-ducale, réputée pour sa discrétion, d'être moins "people".


PRINCIPAUTE DE MONACO : Résultat de recherche d'images pour

Monaco est gouverné par la dynastie des Grimaldi depuis le 8 janvier 1297, date à laquelle François Grimaldi dit Malizia (François la Malice) s'empara de la forteresse sous un déguisement de moine franciscain. On trouve sur le blason de la principauté les traces de cette origine avec les deux moines tenant une épée.

L'autorité des Grimaldi fut définitivement reconnue en 1314, et s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui à la seule exception de la période de 1793-1814 pendant laquelle Monaco fut intégrée à la France, sous le nom de Fort-Hercule. La ville est ensuite placée sous protectorat du royaume de Sardaigne par le congrès de Vienne jusqu'en 1860. Enfin, en 1861, un traité franco-monégasque assure la souveraineté de Monaco.

 

Autrefois, les communes françaises de Menton et de Roquebrune (aujourd'hui Roquebrune-Cap-Martin) faisaient partie de la principauté. En 1848, elles se sont soulevées et se sont proclamées Villes libres. Lors du traité de 1861, elles ont été rattachées à la France.

 

Le prince de Monaco disposait des pleins pouvoirs (monarchie absolue) jusqu'à l'octroi de la constitution de 1911, qui fait du pays une monarchie constitutionnelle. En juillet 1918, un traité accordant une protection limitée de la principauté par la France est signé entre les deux pays. Le traité fait partie du traité de Versailles et établit que le petit État devra s'aligner sur les intérêts politiques, militaires et économiques de la France.



» HISTOIRE RÉCENTE
Le Prince Rainier III accède au trône après la mort de son grand-père le Prince Louis II (le stade de l'AS Monaco porte d'ailleurs son nom), en 1949. Une nouvelle constitution est rédigée en 1962, abolissant la peine de mort, autorisant le vote des femmes et mettant en place une cour suprême garantissant les libertés fondamentales.

En 1982, la principauté est endeuillée en apprenant la mort de la princesse Grace de Monaco, épouse de Rainier III et mère de l'actuel prince de Monaco (Albert II), victime d'un accident de la route sur les hauteurs de Monaco, sur la route même où elle avait jadis tourné dans le film La Main au collet. Sa fille Stéphanie de Monaco survit à cet accident.

En 1993, Monaco devient officiellement membre des Nations Unies.

En 2004, la principauté de Monaco rejoint le Conseil de l'Europe après de nombreuses tractations et une modification de la loi électorale rendant systématique une représentation de l'opposition au conseil national par un mode de scrutin ayant une composante proportionnelle.

À la mort du Prince Rainier III, survenue le 6 avril 2005, c'est son fils Albert II (né en 1958), jusque-là prince héréditaire et marquis des Baux, qui devient prince souverain. Les cérémonies marquant son avènement se sont déroulées le 12 juillet 2005, celles de son intronisation officielle le 19 novembre 2005.



Monarchie de Suède---Le rroi Carl XVI Gustav et la reine Silvia -la cote de popularité de celui que l'on surnomme Tjabo est si basse que certains Suédois plaident pour que Carl XVI Gustaf abdique en faveur de sa fille Victoria, la « bien-aimée »
 la prin­cesse Victo­ria,  succé­dera un jour.princesse Victoria et le prince Daniel de Suède


Monarchie espagnole : King Juan Carlos of Spain and Queen Sofia of Spain arrive to the Cervantes…Né en 1938 Souverain espagnol de 1975 à 2014 Marié en 1962 à Sophie de Grèce Trois enfants filles et garçon : Helena, Christina et FelipeLe 2 juin 2014 le chef du gouver­ne­ment espa­gnol, Mariano Rajoy, annonce l'abdi­ca­tion de Juan Carlos d'Espagne après trente-neuf ans de règne, en faveur de son fils le prince Felipe.Plus qu'une abdication de convenance, une crise de confiance nationale-

Le prince Felipe d’Es­pagne est né à Madrid le 30 janvier 1968. Il a deux sœurs aînées : Elena, née en 1963, et Chris­tina, en 1965. Il est l’hé­ri­tier de la couronne selon la consti­tu­tion espa­gnole qui donne la prio­rité sur le trône aux hommes.

 

Felipe se forme à la carrière mili­taire prin­ci­pa­le­ment au sein des forces navales de son pays. Il a égale­ment étudié à l’étran­ger. Après s’être formé au droit à Madrid, il intègre la pres­ti­gieuse univer­sité de Geor­ge­town où il clôt son cursus par un master spécia­lisé en rela­tions inter­na­tio­nales. Il parle couram­ment plusieurs langues, dont l’an­glais et le français.

 




Alors comment cela se présente ? Il fallait courant mars mettre une moyenne de 15 voeux ( En sachant que je ne voulais que le DCG) -Cursus pour devenir expert comptable et se spécialiser tout en travaillant. 
*Donc choix écoles de sa région publique et privée/ Ensuite province et pour les plus téméraires : Etranger. 
*Ensuite licence ou BTS dernier choix pour rattraper ensuite et faire une année suppl. remise à niveau pour récupérer le DCG ! 
Par chance j'ai eu 5 voeux- Oui d'office pour le DCG , cela m'évite de contourner mon voeu initial.  Voie privée ( 2 000 euros l'année comme au lycée) et voie publique au choix.  A réfléchir donc.
*Le reste Oui mais en attente et on nous dit notre position d'attente 150 pour 90 places etc....
*Et ensuite une colonne pour les non d'office ( 3 non ). //
Ensuite chacun va se positionner sur " Son oui" et cela va libérer des places et ainsi de suite...







LA VIE EN ROSE

 20/05/2018
--------------


topinambour

Le topinambour Goût de l'artichaut- répandu pendant la guerre- revenu dans nos assiettes-

Surnommé artichaut de Jérusalem ou poire de terre, le topinambour est un légume oublié qui revient à la mode. A (re)découvrir.

Le topinambour s'adapte à tous types de sols. Il est donc cultivé dans la France entière.

La variété la plus commune est le topinambour rouge, ou topinambour commun.

On retrouve également le Violet de Rennes, le Rouge du Limousin et le topinambour fuseau.
 
Période de consommation : de novembre à avril
Dès les premières gelées, Les topinambours sont plus goûteux.
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D
 

Historique

Le topinambour est d'une forme peu régulière, de couleur rosé ou jaune pâle. Entre la racine de gingembre et la pomme de terre, il s'agit en fait d'un prochain cousin de la racine du tournesol.

Le topinambour est originaire d'Amérique du Nord.

Répandu en Europe au début du XVIIe siècle, ce tubercule tient son nom d'une tribu amérindienne, les Topinambours qui furent amenés en France à la même période.

Ce légume connut ses heures de gloires grâce à Parmentier. Puis, très consommé durant la Seconde Guerre Mondiale, il fut vite oublié, assimilé à un mauvais souvenir.
L'inuline, un glucide spécifique
Le topinambour a une teneur élevée en glucides. Ceux-ci sont à 50% composés, non pas d'amidon comme la pomme de terre, mais d'inuline.

Cependant, ce composé est faiblement assimilable. Parvenu au colon, il a une action légèrement laxative. Les estomacs fragiles doivent donc faire attention à leur consommation.

Les fibres, alliées du transit
Ce légume est très riche en fibre (7 à 8%), ce qui stimule l'activité intestinale, accélère le transit et aide à lutter contre les tendances à la constipation.

Des minéraux et des vitamines
L'apport minéral n'est pas négligeable non plus. Avec un rapport sodium/potassium très bas, il a de bonne propriétés duriétiques.

Les vitamines du groupe B sont bien représentées, utiles pour un bon fonctionnement neuro-musculaire.
Valeurs énergétiques
Le principal composant énergétique du topinambour est l'inuline. Elle n'influence pas la glycémie des personnes diabétiques contrairement à l'amidon.

L'inuline donne aux légumes une saveur un peu sucrée très spécifique aux légumes tels que l'artichaut, les salsifis et les cardons. Ce qui a pour conséquence de donner un goût sucré à tout ce qui est bu par la suite.

Le topinambour apporte 31 kcal/100 g, ce qui est peu, par rapport à la pomme de terre : 85 kcal/100 g et l'artichaut : 40 kcal/100 g.
frites de topinambour
Bien choisir les topinambours...
Il faut les choisir fermes et d'aspect sain. Les topinambours ne doivent pas être consommés trop frais non plus pour être plus digestes.

... et les conserver
Il ne se conserve pas bien hors de terre. Le topinambour a besoin d'humidité, sinon il se déssèche assez vite et se flétrit.
 
Faire découvrir, faire apprécier

Ce légume a tout pour plaire aux enfants, légèrement sucrée et excitant les papilles gustatives : tout ce qui est bu par la suite à un goût sucré !

Revisitez la purée : 3/4 de topinambours pour 1/4 de pommes de terre. Elle n'en sera que plus lisse et plus goûteuse. De même dans un velouté, avec quelques petits croûtons.

Ils apprécieront aussi sa texture fondante dans un gratin ou dans une salade de mâche.

Les boulettes frites sont également très appréciées, comme en Grande-Bretagne.
Préparer :

Il est possible de préparer les topinambours, juste en brossant leurs aspérités. La peau ajoute une saveur plus caractéristique.

On peut également les éplucher comme des pommes de terre : cuits ou crus.

Pour la cuisson, le temps est à surveiller en fonction de la maturation du légume et de sa taille.

Astuces :

Les topinambours noircissent vite à l'air libre, il est conseillé de les faire tremper dans une eau citronnée ou vinaigrée.
gratin de topinambour
Le légume pluridisciplinaire
Les topinambours peuvent être cuits de mille et une façons : rôtis, à l'étouffée, à la vapeur ou à l'eau.

Puis, on peut les accorder tout simplement en les sautant à la poêle avec un peu de beurre ou encore gratinés au four avec du fromage et de la crème.

Les accords fraîcheurs
Avec une saveur proche de l'artichaut et du salsifis, les topinambours se retrouvent aussi en salade avec des lardons grillés.

Ils s'accompagnent alors d'une goutte d'huile de noisette ou de vinaigre balsamique, de basilic ciselé ou d'origan.

Les mariages épicés
Les topinambours se marient avec les plats épicés : en tagine par exemple, avec une pointe de piment.

Sa saveur sucrée peut être relevée grâce à une sauce acidulée à l'orange et au citron, soupoudrée de persil. Elle peut également se marier dans une quiche avec des potimarrons.


DE LA CHASSE  : LE SANGLIER : En tant que viande rouge, le sanglier est une excellente source de protéines. Ainsi, 100 g de sanglier rôti contiennent environ 28 g de protéines pour seulement 160 calories.
Consommer du sanglier n’est donc pas gênant du point de vue des graisses ingérées, en revanche, il faut prêter attention à la sauce qui l’accompagnera nécessairement, car c’est elle qui peut être source de matières grasses.
Par ailleurs, la viande de sanglier étant une viande ferme, il est recommandé de la faire mariner.

Le sanglier, une viande riche en vitamines
Le sanglier, tout comme le porc, est une viande source de vitamines, et notamment de vitamines du groupe B. Il est particulièrement riche en vitamine B1 (thiamine), en vitamine B2 (riboflavine) et en vitamine B3 (niacine) qui participent à la production d’énergie au niveau cellulaire. Il contient aussi beaucoup de vitamine B6 (pyridoxine) qui métabolise les protéines et les acides gras et aide à la fabrication des hématies (globules rouges) et des neurotransmetteurs (qui véhiculent les signaux électriques dans les nerfs). Elle participe également au fonctionnement du système immunitaire.
Le sanglier est également source de vitamine B9 et de vitamine B12 qui interviennent dans la fabrication des globules rouges et qui aident au maintien en bonne santé des neurones et des ostéoblastes (cellules qui assurent la formation du tissu osseux).
Dans une moindre mesure, le sanglier est source de vitamine B5 (ou acide pantothénique) qui permet d’utiliser correctement l’énergie puisée dans les aliments. Cette vitamine intervient également dans la fabrication d’hormones et de neurotransmetteurs notamment.

Le sanglier, une bonne source de minéraux
Parmi les minéraux que le sanglier est susceptible d’apporter en grandes quantités se trouve le phosphore. Cela n’est pas négligeable puisque le phosphore est le deuxième des minéraux à être présent en plus grande quantité dans l’organisme après le calcium (qui compose nos os). Il joue un rôle fondamental dans la formation des os et des dents et dans le maintien de leur bonne santé. Par ailleurs, le phosphore, en tant que constituant des membranes cellulaires, participe à la croissance des tissus et au maintien du pH sanguin.
Le deuxième minéral que le sanglier apporte en bonne quantité est le fer(environ 2 mg pour 100 g de viande). Celui-ci est essentiel au transport de l’oxygène et à la fabrication de certaines cellules. L’intérêt du sanglier est de fournir une source de fer animale qui est beaucoup mieux assimilée que le fer d’origine végétale.
De même, le sanglier est une excellente source de zinc notamment pour la femme (et, dans une moindre mesure, pour l’homme dont les besoins en zinc sont plus importants). Le zinc est lui aussi essentiel puisqu’il intervient dans le bon fonctionnement du système immunitaire, dans le processus de cicatrisation, dans le sens du goût et dans le développement du fœtus chez la femme enceinte. Il a également un rôle hormonal prépondérant.
De plus, le sanglier est une bonne source de sélénium qui est un des antioxydants permettant de lutter contre les radicaux libres.
Enfin, le sanglier est source de potassium, ce qui est intéressant pour limiter les crampes musculaires et de façon générale les troubles cardiaques




Découverte dans le grenier de notre grand-père  : Une valise----comprenant le premier des 4 accordéons dans sa vie : Celui offert par ses parents pour ses 18 ans... La valise ne peut-être portée qu'à deux mains !!!





Echange dans le car des vignettes Equipes du club et Equipe officielle de foot!  On a terminé 3/ 16 signe que nous devenons séniors !!!











AU FOUR AVEC VIN BLANC Ingrédients

 / pour 4 personnes

Réalisation

  • Difficulté
  • Préparation
  • Cuisson
  • Temps Total
  • Facile
  • 10 mn
  • 20 mn
  • 30 m


Préchauffer le four à 200°c

Mettez les merlans dans un plat qui passe au four.

Ajouter l’oignon coupé en rondelles ainsi que les tomates, salez et poivrez.

Ajoutez le thym, et le laurier, le filet d’huile d’olive  les citron en rondelles ou en quartiers

 Versez-y le vin blanc sec par-dessus.

Mettre au four pour 20à 25mn suivant votre four.

Servez bien chaud, avec quelques pommes de terre à la vapeur.

bon appétit!



PAPILLOTE- Retirez le pédoncule des poivrons, pelez-les puis coupez-les en deux et épépinez-les. Taillez-les en lanières.
Lavez la courgette et la carotte. Emincez-les en julienne (fines lanières).

Préchauffez le four à 210 °C (th. 7).
Découpez 4 papillotes. Dans chacune d’elles, disposez les légumes émincés et déposez les filets de bar. Arrosez d’un filet d’huile d’olive, assaisonnez de fleur de sel et de poivre. Fermez hermétiquement les papillotes puis enfournez 12 minutes environ.
Vérifiez la cuisson.

Retirez du four et servez les papillotes sur assiettes.

Auteur : Cipa


BARBECUE  Sardines à la moutarde
-Préchauffer le barbecue.

ÉTAPE 2 :

Passer les sardines à l'eau claire et les sécher dans du papier absorbant.

Sur des pics à brochettes, disposer plusieurs sardines côte à côte.

A l'aide d'un pinceau, badigeonner chaque face des sardines de Moutarde Fine et Forte Amora, puis saupoudrer de pimenton et de sel.

ÉTAPE 3 :

Faire cuire au barbecue, selon la taille des sardines environ 2 à 3 minutes de chaque côté




Prise en charge hospitalière : SAMU devant le feu de la rampe mai 2018 !

Services engorgés et sans grandes découvertes Notamment sur  le cancer et VIH ( Deux plus grands fléaux) .


Des prescriptions qui font polémiques ( Anti inflammatoire à haute dose, Médiator prescrit pour maigrir !  Levothyrox concernant la régulation thyroïdienne...)

Une prise en charge à domicile et la gestion des déchets toxiques... 



Reste à briller par les faits divers!  Chirugie râtée et ou coûteuse business- 
Ou comment ne pas vieillir ou grossir ! Ce fut longtemps l'hôpital des stars. Johnny Hallyday, Alain Delon, Serge Gainsbourg ou encore Jacques Chirac y ont été soignés. Aujourd'hui, l'hôpital américain de Neuilly, près de Paris, se retrouve au cœur d'une affaire de viol sur une patiente par un employé de l'établissement. Les faits remontent au mois de février mais ils viennent seulement d'être révélés par le journal Le Parisien. La victime aurait été abusée durant son séjour par un infirmier, déjà condamné pour agression sexuelle.

"Désolé ma belle". Cette patiente de 32 ans, admise depuis trois jours à l'hôpital américain de Neuilly pour de lourds problèmes de santé, a vu dans la soirée du 4 février l'infirmier de garde lui apporter ses médicaments. Puis elle s'est endormie. Ensuite, les souvenirs sont confus. Elle a l'impression de sentir les mains de l'homme sur elle mais, assommée par les médicaments, elle est incapable de réagir. Le lendemain, elle doute et ressent des douleurs mais son médecin lui garantit que le traitement ne provoque pas d'hallucination. C'est alors qu'elle découvre sur son portable ce mystérieux SMS : "désolé ma belle". 


"La vérité, c'est qu'on va surtout à l'hôpital de Neuilly pour éviter de « patienter des heures avec toute la misère du monde », se réjouit Constance, une jeune accouchée ; qu'on va naître et mourir dans cette enclave hospitalière pour être, au fond, entre soi... « C'est un Jockey Club médical, s'agace la fille d'un patient. On va au même club la semaine, au même golf le week-end et on est fier de se faire soigner à “l'Américain”, de régler des factures énormes à un hôpital qui ne soigne pourtant pas mieux qu'ailleurs, c'est absurde... »Comme si payer plus cher que le tout-venant était un talisman contre la maladie, la souffrance et la mort...

Ce matin de février, des serveurs en livrée retirent les plateaux aux étages des chambres, des patients venus en consultation attendent dans de confortables petites salles chacune dotée d'un écran de télévision, des chefs d'entreprise japonais somnolent en peignoir au check up center, jadis financé par Richard Viapana, feu le patron de la marque Céline. Dans les couloirs, et à la porte de certaines chambres, de discrètes plaques témoignent de la générosité des fidèles donateurs. Le cheikh Saud Bahwan a financé le service d'IRM, Vincent Bolloré a soutenu l'ambulatoire, LVMH a offert un PET scan dernière génération...

« Risques d'infections »

Neuilly s'éveille aujourd'hui sous la pluie. À l'entrée principale, un Hummer dépose un aréopage de jeunes Orientales, de vieilles dames en fourrure tournent à petits pas dans les portes-tambours, et dans sa guérite, une « pink lady » au visage tiré, l'une de ces bénévoles en blouse rose dirigées par Christiane Guerlain, veuve du parfumeur et grande bienfaitrice de l'hôpital, oriente les visiteurs un grand sourire figé aux lèvres. Un matin ordinaire. Mais, ce que tout ce petit monde ignore, c'est qu'un tremblement de terre silencieux est en train de secouer le luxueux établissement. Le 12 septembre 2014, la Joint Commission on Accreditation of Hospitals, l'organisme privé chargé de contrôler la qualité de l'offre de soins des hôpitaux américains - celui de Neuilly étant le seul accrédité hors du sol des États-Unis -, s'est invitée pour une expertise surprise. Résultat : « Nous avons relevé 44 points, de la protection incendie à la tenue des dossiers médicaux en passant par le risque d'infections nosocomiales, qui ne sont pas parfaitement conformes à nos exigences », explique Katie Looze, de la Joint Commission. Le 1er décembre, le comité votait pour la première fois de toute l'histoire de l'établissement le refus préliminaire d'accréditation... L'affiche dûment encadrée à l'entrée, stipulant fièrement que l'établissement de Neuilly a l'aval de la Joint Commission américaine, est donc, depuis trois mois, mensongère. L'hôpital a fait appel de cette décision. Début février, une escouade de responsables administratifs s'est envolée vers les Etats-Unis pour plaider la cause de l'hôpital. « Les points d'amélioration identifiés font l'objet de plans d'action immédiats », commente sobrement la porte-parole de l'établissement, Thuy-Tien Couty. La commission statuera définitivement courant mars. Et l'enjeu est de taille. Car l'accréditation est un gage pour les assurances qui acceptent de couvrir les patients étrangers. Un gage aussi pour les donateurs. L'accroc à la réputation de l'établissement serait inédit et terrible. Comme si « l'Américain » n'était, finalement, plus tout à fait américain...

Aucun patient n'est probablement au courant de ce qui se joue en ce moment pour cet établissement que la clientèle prend, à tort, pour l'un des îlots médicaux les plus sûrs au monde. Mais, côté médecins, le refus d'accréditation est de toutes les conversations. Le docteur Philippe Siou, interniste et personnalité historique des lieux, rappelle que les normes de la Joint Commission, auxquelles l'hôpital se soumet depuis 1954, sont d'une exigence unique au monde : « Cette suspension momentanée, c'est une garantie de sérieux », rassure-t-il. Mais d'autres grandes figures de l'hôpital voient dans cette mise en garde, et en témoignent anonymement, le résultat logique de l'ahurissante politique de « médecine business » que mène depuis quelques années la gouvernance de l'établissement. Un signe qui ne trompe pas : depuis dix ans, le nombre de postes financiers et administratifs a nettement augmenté, le personnel soignant ne représentant désormais plus que 45 % des effectifs complets - contre une moyenne de 70 % dans tous les hôpitaux franciliens, publics et privés. Et cette administration gonflée à l'hélium a mis en place un bien étrange système, qui évalue désormais les médecins en fonction du volume d'activités qu'ils génèrent pour l'hôpital. « Tous les ans, le comité vous accrédite ou vous dégrade, raconte l'un d'eux. Non pas en fonction de la qualité des soins que vous avez prodigués, mais en fonction du nombre d'actes, de gestes, d'examens et de journées de séjour que vous avez prescrits. Aussi, quand pour un même malade vous avez le choix entre prescrire trois examens de laboratoire ou quinze, eh bien vous êtes incité à en prescrire quinze... » 

Spirale du chiffre

Vous faites du chiffre ? Vous passez médecin principal, avec des avantages indéniables : parking gratuit, loyer des bureaux de consultation réduit de 30 %, attribution automatique de nouveaux patients qui ne demandent pas de médecin particulier... Vous ne faites pas suffisamment tourner la planche à billets ? Alors vous êtes dégradé, avec augmentation des frais fixes. « Je paie 3 000 euros mensuels pour trois demi-journées par semaine, c'est délirant, s'agace l'un deux, qui vient d'être rétrogradé au statut de médecin ordinaire. Et c'est pervers, car nous sommes poussés à répercuter sur nos honoraires, donc sur le pékin moyen qui vient consulter... »

Bien entendu, tous ne cèdent pas à cette spirale du chiffre, spirale que dément la direction, estimant juger « l'implication des médecins sur la base de critères qualitatifs et quantitatifs ». Certains, dont ce praticien qui vient de quitter l'établissement, racontent une « entente » entre un petit nombre de médecins qui les scandalise. « Ils sont une quinzaine à s'être organisés en circuit pour se passer les clients et leur prescrire des examens abusifs qui sont inutiles et, comme tous les examens médicaux, non dénués de risques, raconte-t-il. Quand un patient arrive en disant qu'il a un peu mal au ventre, celui qui l'examine l'entend dire qu'il a aussi parfois mal à la tête, il l'envoie à son collègue qui lui fait passer une IRM qui ensuite lui recommande d'aller faire une fibroscopie, le quatrième prescrit un examen du rythme cardiaque, et ainsi de suite. » Naïf « pékin » qui, au terme de tous ces examens, pousse les portes-tambours dans l'autre sens, une sérieuse ardoise sous le bras, mais avec le sentiment qu'à « l'Américain », au moins, c'est du sérieux...

Surpris, tout de même, par des factures particulièrement lourdes, plusieurs ressortissants du Moyen-Orient auraient récemment fait connaître leur mécontentement. « Ils commencent à en avoir marre de se faire plumer, mais le problème, c'est qu'avec les patients étrangers et sans couverture sociale certains praticiens n'ont aucune limite », raconte une secrétaire médicale. « Autrefois, les médecins étaient incités à récupérer directement leurs honoraires auprès des malades. Ce n'était pas très élégant ni transparent », explique le professeur Bloch. Sous-entendu en liquide... « C'est pourquoi j'ai créé une caisse centrale des honoraires et un compte honoraire, comme la loi l'exige »,poursuit-il. Une doctoresse, partie récemment, estime aujourd'hui encore à 5 % le nombre de consultations réglées en espèces sonnantes et trébuchantes. Ce qui n'est pas illégal, mais pourrait inciter à une certaine discrétion à l'endroit du fisc. Sans compter évidemment les généreux pourboires qui circulent à l'intention des médecins et du personnel. Foulards, gros billets, bouteilles de champagne et Rolex... « Quand une milliardaire russe vous met un billet de 500 euros dans la main en guise de remerciement, parce que vous l'avez bien soignée, vous n'allez tout de même pas refuser, si ? » s'étonne sincèrement un médecin. Il y a quelques années, un directeur vertueux avait tenté de mettre fin au règne des pourboires et exigé, par circulaire, que les cadeaux de plus de 15 euros soient restitués à la direction. Tollé. Une bouteille de château-lafite, au quart bue, avait été rapportée par un chef de service taquin : « Tenez, j'ai bu mes 15 euros. »La circulaire fut abandonnée...

Timbales en argent

Mais si le patient, surtout le riche étranger, se montre généreux, c'est au fond qu'ici, tout malade qu'il soit, il reste incontestablement le roi, traité comme il pourrait l'être dans un grand hôtel : bagagerie et restauration de luxe, repas servis sous cloche, berceaux de bois clair à la maternité et timbales en argent offertes à certaines jeunes mamans. Qu'une princesse saoudienne exige de dormir dans son propre lit, qu'à cela ne tienne, on fera venir ses meubles. Qu'une autre réclame tout l'étage pour elle, une chambre pour les gardes du corps et une autre pour les gouvernantes, ou qu'un oligarque exige une infirmière blonde, la direction n'y voit, semble-t-il, aucun inconvénient. « L'ennui, c'est que ces riches patients confondent qualité des soins et confort, s'agace un ancien chef de service. Et que la direction leur donne raison. Ainsi, comme certains se plaignaient du bruit dans les couloirs, un revêtement isolant phonique a été posé, or ce revêtement est très propice aux infections. Encore une fois, on confond hôtellerie et bonne médecine. » Mathilde, hospitalisée à 18 ans pour un sevrage alcoolique, se souvient en riant de ce maître d'hôtel qui, chaque soir, affable, passait dans sa chambre et énumérait invariablement, comme au restaurant, la carte des vins. Jusqu'à ce que son fortuné géniteur, furieux, découvre la faute de l'hôpital. Après la cure, un courrier lui fut envoyé, comme à tous les patients : « Madame, monsieur, soutenez l'Hôpital américain... Devenez généreux donateur. »"















Château-Pierrefonds

 12/05/2018



































 Recueillir et soigner les petits animaux sauvages) il faut soit minimiser l’imprégnation et limitant au maximum les contacts (politique générale des centres de soins), soit décider de conserver l’animal. 





Horrible Ruby prend un malin plaisir à ramener les mulots à la maison !











------------


Mémorable !

 07/05/2018
-----------


CHOPIN-JAZZ

 07/05/2018
----------

La vie entière de Chopin est marquée par sa double appartenance à la Pologne et à la France. Il voit le jour à Zelazowa Wola (tout près de Varsovie) d’un père lorrain, professeur, et d’une mère polonaise très musicienne qui l’initie au piano. Il se révèle enfant prodige, mais ses parents privilégient son développement culturel, favorisant ses rencontres avec virtuoses et artistes divers. Dès 1830, lors de son départ – définitif – de la Pologne, il dispose de très larges connaissances, en particulier de tous les chants et danses populaires de son pays natal, que l’on retrouvera, transfigurés, dans ses Mazurkas, Polonaises et autres Valses.

Après plusieurs étapes, notamment Stuttgart où il apprend l’échec de l’insurrection de Varsovie contre la Russie, Chopin arrive enfin à Paris. Il a déjà créé ses deux Concertos et donne son premier récital, triomphal, au salon Pleyel le 26 février 1832. Il compose sans cesse et voyage encore, mais la France devient sa seconde patrie, en particulier quand commence (1836) sa liaison passionnée et orageuse – qui durera plus de dix ans – avec la romancière George Sand, qui l’emmène à Nohant (où il rencontre Delacroix et Balzac) et Palma de Majorque. Après leur rupture, Chopin choisit de se rendre à Londres et en Ecosse, mais le climat britannique ne convient guère à sa santé fragile (tuberculose) et il revient à Paris, en son domicile de la place Vendôme, où il s’éteint le 17 octobre 1849.Si le corps de Chopin repose au cimetière du Père Lachaise, proche de son ami le compositeur Cherubini, son cœur ne s’y trouve pas : selon sa volonté, ce dernier est scellé dans un pilier de l’ église Sainte-Croix de Varsovie




La cathédrale a été construire en 1861. Devenue monument historique en 1983, elle est aujourd’hui le siège de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale.Pour tous ceux qui pensaient rentrer... 
Et pour tous ceux qui sont partis et qui ne reviendront pas...




Tombe Henri Troyat- Mort à 95 ans- Mémoire sur la vie d'exilé, loin des études de philosophie ! Ou comment sauver sa vie !.















<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :