Pour recevoir nos idées recettes :
  

Connexion

Me connecter
Visitez iTerroir Visitez iTerroir
 

Suivez-nous sur :

 
         

Inscrivez-vous à la newsletter

Les jardins du village

Vive le printemps

Calendrier des saisons

Tout ce que vous devez savoir sur les périodes de consommation des aliments !

Recherchez un conseil jardin :

Thème :

 

Les caractéristiques

Famille :

Rosacées


Période de floraison :

Mai - juin


Couleurs des fleurs :

Blanc ou rose


Exposition :

Ensoleillée ou mi-ombre à l’abri du vent


Type de sol :

Drainé et riche


Humidité du sol :

Normal mais irriguée pendant la période de fructification


Type de végétation :

Vivace


Plantation :

Octobre à avril


Récolte :

Août à octobre




Histoire

Originaire certainement des montagnes du Caucase en Asie Mineure, l’histoire de la mûre reste tout de même peu connue. Sa naissance daterait de plus de 2000 ans.
Les chasseurs-cueilleurs auraient été les premiers à introduire ces baies dans l’alimentation. D’ailleurs, d’anciennes demeures ont révélé des traces de vestiges de mûres.
Les Grecs appelèrent ce fruit, « Sykamion » et le consommait en sirops contre les maux de gorge. La mythologie grecque relate que le mûrier serait natif du sang des Titans, répandu durant les guerres contre les Dieux.

Récoltée souvent à l’état sauvage, la mûre fut ramenée par la suite en Europe, en Amérique et en Australie. Les Amérindiens, quant à eux, séchaient les baies et les conservaient dans de la graisse de phoque.

Au XVème siècle Présente sur le bassin méditerranéen, elle fut considérée comme un hors d’œuvre et se dégustait alors avec du sucre.
Olivier de Serres plantera d’ailleurs un mûrier blanc au jardin des Tuileries en 1600.

On lui trouve un peu plus tard des vertus médicinales pour lutter naturellement contre la diarrhée, le venin de serpent et les maux de gencives
Les gitans Espagnols, eux, donnaient un mélange de mûres, de feuilles de ronce et de vin aux bêtes afin de les stimuler.


Culture

La culture du mûrier s’effectue généralement en multiplication en respectant une distance de 2 mètres entre les semis.

Portez votre choix sur une tige bien robuste que vous enfouirez ensuite dans un sol drainé et riche en humus et/ou compost.

Recouvrez de 2 à 3 centimètres de terre et tassez fermement. Couvrez d’un paillis et terminez par un arrosage aux pieds.

Astuce malin : Incorporez avec votre fumier un apport léger en chlorure de calcium. Vous réduirez la naissance de larves vermiformes.


Entretien et récolte

Un désherbage régulier est recommandé accompagné d’un arrosage des pieds.

Chaque printemps, apportez du fumier à vos plants pour favoriser un meilleur rendement. Il vous est possible de déposer un peu d’engrais au sol après vérification et analyses des besoins de votre terre.

Après la fructification en septembre, taillez les vieux rameaux âgés de 2 ans à ras le sol. Conservez entre 5 et 6 pousses de l’année pour la culture de l’année suivante.

Les mûres sont des fruits fragiles et doivent donc être manipulées avec beaucoup de précaution lors de leur cueillette. Privilégiez une récolte matinale et préférez-les bien fermes et brillants.

Elles ne se gardent quasiment pas. Néanmoins, si vous n’avez pas le choix, déposez-les en bas de votre réfrigérateur quelques jours seulement ou bien encore les congeler et les consommer dans les 6 mois.


Maladies et nuisibles

Robuste, le mûrier est peu sensible aux maladies et aux ravageurs.

Toutefois, méfiez-vous de la mouche du framboisier qui endommage les semis en se nourrissant de la sève du feuillage.

Les larves vermiformes se glissent à travers le fumier que vous déposerez directement sous le sol lors de la plantation. Afin de réduire la quantité de ses insectes néfastes à votre culture, mélangez alors avec le fumier un peu de chlorure de calcium.

Les insectes foreurs seront quant à eux éliminés à l’aide d’un insecticide efficace.

Combattez les pucerons dès lors que 30% des plants sont infestés. Il est à noter qu’ils craignent les coccinelles, l’aphidius et les guêpes…

Enfin, n’oubliez pas qu’un terrain propre sans bois ni mauvaises herbes est moins propice aux problèmes de maladies et d’insèctes.

Tous droits réservés certiferme.com ¤ Mentions légales ¤ Conditions Générales d'Utilisation
Le Village certiferme fait partie de la communauté des villages intégrant le village www.fermadour.com
Ce site a été développé par Yieloo avec les technologies Intra'Know