Les blogs
du village
Aimer la France

Aimer la France

recettes francaises


L'auteur


Statistiques
Nombre de visites : 19 213
Nombre de commentaires : 0
Nombre d'articles : 9
Dernière màj le 26/02/2011
Blog créé le 26/02/2011

S'inscrire à la newsletter du blog
Bienvenue sur mon blog !
traduire et bublier de bonnes recettes

Canard aux oignons

 26/02/2011
Type : Plat
Difficulté : Moyen
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 20 minutes
Pour : 2 personnes
  • 400 gr de canard
  • 3 oignons
  • 1 gousse d'ail
  • ½ cuillère à café de gingembre en poudre
  • 2 cubes maggi
  • 10 gouttes d'huile de sésame
  • Sel, poivre
  • Sauce :
  • 1 cuillère à soupe de fécule
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja
  • 1 cuillère à café de sucre roux
  • 20 cl de bouillon de viande
  • Marinade :
  • 1 cuillère à soupe de cognac ou de porto blanc
  • 2 cuillères à soupe d'huile
  • 1 cuillère à café de sucre
  • 10 cuillères à soupe de bouillon de volaille
  • 1 cuillère à café de sauce soja
  • Ciboulette
  • Poivre
  • Découper le canard en fines lamelles.
  • Hacher l'ail.
  • Mélanger les ingrédients de la marinade dans un bol.
  • Dans un autre bol, mélanger les ingrédients de la sauce.
  • Faire chauffer 2 cuillères à soupe d'huile dans une poêle et y faire revenir les oignons, l'ail, le gingembre et les 2 cubes maggi.
  • Ajouter le canard, le sel et l'huile de sésame et le faire sauter 3 minutes en remuant de temps en temps.
  • Réserver les morceaux de canard.
  • Incorporer la marinade et remuer rapidement.
  • Couvrir et laisser cuire.
  • Ajouter le mélange pour la sauce et tourner doucement avec une spatule jusqu'à épaississement.
  • Servir le canard et le napper de sauce.


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Type : Plat
Difficulté : Facile
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 60 minutes
Pour : 8 personnes
  • 1 gigot d'agneau (environ 2 kg)
  • 5 branches de thym
  • 3 branches de romarin
  • 1 branche de persil plat
  • 2 gousses d'ail
  • 3 cuillères à soupe de fleur de sel
  • Poivre du moulin
  • 100 gr de beurre
  • Huile d'olive
  • A l'avance sortir le gigot du frigo pour qu'il soit à température ambiante au moment de la cuisson.
  • Préchauffer le four à 200°.
  • Eplucher les gousses d'ail, les couper en deux, enlever le germe et enfoncer des morceaux dans le gigot.
  • Ciseler les herbes.
  • Mélanger ensemble le beurre ramolli et les herbes, le sel et le poivre.
  • Etaler le tout sur le gigot et le mettre dans un plat à four avec un peu d'eau et d'huile dans le fond.
  • Mettre au four pendant 1 heure, arroser de temps en temps.
  • Eteindre puis laisser reposer 15 min avant de sortir le gigot du four, en laissant la porte du four ouverte (l'agneau sera plus moelleux).


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Bavarois au citron

 26/02/2011
Type : Dessert
Difficulté : Difficile
Préparation : 45 minutes
Cuisson : 15 minutes
Pour : 4 personnes
  • 2 citrons moyens non traités
  • 80 gr de sucre en poudre
  • 3 jaunes d'oeuf
  • 25 cl de lait
  • 25 cl de crème fleurette
  • 50 gr d'amandes effilées
  • 2 cl de Limoncello (ou autre liqueur)
  • 4 feuilles de gélatine
  • Plusieurs heures à l'avance, mettez la crème fleurette au réfrigérateur ainsi qu'un saladier et le fouet (pour réussir la crème fouettée).
  • Mettez les feuilles de gélatine à tremper dans de l'eau tiède.
  • Portez le lait à ébullition.
  • Beurrez une plaque à four.
  • Râpez le zeste des citrons, pressez le jus.
  • Cassez les oeufs, séparez le blanc des jaunes.
  • Mélangez au fouet, dans un saladier, les jaunes avec le jus de citron et le zeste.
  • Versez peu à peu le lait dans le saladier, en remuant sans arrêt.
  • Remettez le tout dans la casserole et faites épaissir à feu doux (le mélange doit retomber de la cuillère en « ruban »).
  • Essorez la gélatine, incorporez-la dans la crème au citron.
  • Faites cuire le sucre dans une casserole avec 3 cuillères à soupe d'eau.
  • Quand il commence à colorer, incorporez les amandes.
  • Etalez la nougatine sur une plaque beurrée et laissez-la refroidir.
  • Battez la crème fleurette jusqu'à obtenir la consistance d'une crème fouettée : elle ne doit plus tomber d'une cuillère que l'on retourne.
  • Pilez la nougatine puis incorporez-la à la crème au citron.
  • Ajoutez la crème fouettée.
  • Répartissez le tout dans des moules ou des ramequins et mettez-les au réfrigérateur plusieurs heures avant de démouler.


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Bouturage

 26/02/2011

Choisissez une belle bouture et laissez 2 ou 3 feuilles que vous coupez au ciseau de moitié.

Ensuite, mettez de la poudre de bouturage.

Le petit plus : faites cela au mois d'août en lune montante. Vous plantez dans un bon terreau bien mouillé, fermez les pots d'une poche plastique et vous laissez passer l'hiver. Un circuit va se faire sans avoir à arroser. Au printemps, transplantez et le tour est joué (je viens de réussir et j'ai de magnifiques cafeiers et hibiscus).



 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Hortensia (Hydrangéa)

 26/02/2011

Les hortensias fleurissent de juillet à septembre.

 

Une taille est recommandée au mois de mars : vous devrez juste enlever les fleurs fanées.



 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Chaque année à la même époque : ça colle et ça dégouline autour de nos plantes. Voici les responsables vue à la loupe.

Pas de doute! Une fine pellicule luisante et collante est bien le miellat, qu'un bon nombre d'insectes aurait pu laisser sur leur passage. Un coup d'œil sur les feuilles et les jeunes pousses de l’arbre, de l’arbuste ou des rosiers... va permettre d'identifier les fauteurs de troubles : pucerons, psylles, aleurodes, cochenilles...


Une piqûre laborieuse 

Tous ces insectes ont en commun un puissant rostre piqueur et suceur, engainant un long stylet, à l'aide duquel ils percent les tissus de la plante. Leur objectif est atteindre les vaisseaux conducteur de sève élaborée (phloème). Les vaisseaux sont cependant ralentis par la plante qui tentent de boucher la piqûre et de bloquer leurs aiguilles invasives. Pucerons ou autres insectes injectent une salive qui facilite le passage des stylets. Souvent, il leur faut plusieurs heures avant d'atteindre le phloème et commence à se régaler.


Des sucres en abondances 

Leurs besoins en sucres sont vite comblés. En effet, la sève élaborée qui chemine dans la plante regorge de sucres fabriqués dans les feuilles lors de la photosynthèse. Les pucerons ou autres insectes suceurs vont ingérer ce sucre, ils vont ensuite rejeter le surplus par la suite, c'est l'excrétion du miellat, cette déjection qui recouvre les feuilles ou encore les boutons floraux. Le miellat est le plus souvent récolté par les colonies de fourmis.


Fumagines. 

Malheureusement, le miellat contente également la fumagine. La fumagine est un champignon qui prend place progressivement sur la surface de la feuille, ce champignon est facile à reconnaitre du à sa couleur noir charbonneux engluées.


Comment les combattre? 

Larves de coccinelles ou laver à grande eau le feuillage ou passer le savon mou ou savon noir vendue en jardinerie



 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Partant du constat que la combinaison de plusieurs mesures diététiques pour s'attaquer au cholestérol est plus efficace qu'une seule mesure, David Jenkins (St Michael's Hospital, Toronto) et son équipe ont mené une étude auprès de patients atteints d'hypercholestérolémie, avec pour objectif diététique l'ingestion de stérols végétaux (1 g/1000 kcal), de protéines de soja (23 g/1000kcal), de fibres visqueuses venant d'avoine, de psyllium, d'aubergines... (10 g/1000 kcal) et d'amandes (23 g/ 1000 kcal).

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Les analyses de l'institut technique des corps gras de Bordeaux sont formelles : la mâche est naturellement riche en oméga 3 et notamment en acide alpha-linolénique (entre 240 et 360 mg d'ALA / 100 g).

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

D'après un constat réalisé à partir de données extraites d'une enquête du CRÉDOC (*), le modèle alimentaire français, fondé sur des repas structurés, pris à des heures régulières, chez soi et en famille, résiste, mais il est peu à peu grignoté. Le processus de simplification des repas, l'apparition plus fréquente du plateau repas, l'utilisation croissante des aliments tout prêts et le développement des repas solitaires n'entraînent cependant pas encore de modifications substantielles.

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :