Pour recevoir nos idées recettes :
  

Connexion

Me connecter
Visitez iTerroir Visitez iTerroir
 

Suivez-nous sur :

 
         

Inscrivez-vous à la newsletter

Les jardins du village

Marine et Clémence jardinent

Calendrier des saisons

Tout ce que vous devez savoir sur les périodes de consommation des aliments !

Chronique réalisée par l’association des Jardiniers de France
40 route d’Aulnoy 59300 Valenciennes - Tel : 03.27.46.37.50
Pour connaître le club local le plus proche de chez vous ou commander vos graines : www.jardiniersdefrance.com.



La chronique

Si les trois modes de multiplication les plus utilisés par le jardinier amateur sont le semis, le bouturage et la division de touffe (pour les plantes vivaces), il est un moyen facile d’obtenir d’autres unités de vos végétaux préférés : le marcottage.

Assez proche du bouturage, le marcottage diffère de ce dernier par le fait que la branche qui sert à multiplier le pied-mère n’est pas dissociée de celui-ci. Le procédé est le suivant : la branche choisie pour la marcotte est couchée et fixée au sol. Elle est ensuite recouverte de terre. L’enracinement se fait au niveau des bourgeons en contact avec le sol. Dès l’enracinement, la marcotte est séparée du pied-mère. Vous avez alors obtenu une nouvelle plante, identique dans ses caractéristiques au pied-mère.

Le marcottage est une technique bien adaptée aux arbustes caducs mais aussi aux magnolias et rhododendrons, et à certains végétaux difficiles à bouturer. Le marcottage est à pratiquer de préférence au moment où la plante n’est pas encore en activité. Le noisetier peut être marcotté au tout début du printemps pour obtenir un jeune arbrisseau à l’automne suivant.

Voyons l’exemple concret du marcottage d’un noisetier :
- choisir une branche souple, la plus jeune possible, et placée à l’extérieur de la touffe
- faire une tranchée d’une dizaine de cm de profondeur
- coucher la branche dans la saignée sur 15 à 20 cm de longueur, et la fixer avec un cavalier que vous aurez confectionné avec du fil de fer
- l’extrémité de la branche ressort de la saignée, la fixer à un tuteur planté en terre
- recouvrir de terre fine mélangée à du compost
- arroser
- laisser faire la nature
- en automne, après la chute des feuilles, avec une bêche, soulever la branche pour vérifier si l’enracinement est effectif
- sectionner la base de la marcotte au sécateur,
- vous voilà avec un nouveau noisetier à replanter.
- si la branche ne s’est pas enracinée, vous pouvez la remettre dans sa tranchée et attendre une année de plus.

Il existe un autre marcottage, dit en butte (plutôt fin hiver, début de printemps) :
Cette technique consiste à recouvrir le pied de la plante à multiplier avec un mélange de terre sableuse et compost.
- couper toutes les branches du noisetier à 30 cm du sol
- recouvrir la touffe avec le mélange terreux
- de nouvelles pousses vont apparaitre
- l’année suivante, enlever la butte de terre
- sectionner à la base les branches présentant des racines

A noter que le marcottage en butte permet d’obtenir un grand nombre de nouveaux sujets mais met à mal la récolte de l’année !

Tous droits réservés certiferme.com ¤ Mentions légales ¤ Conditions Générales d'Utilisation
Le Village certiferme fait partie de la communauté des villages intégrant le village www.fermadour.com
Ce site a été développé par Yieloo avec les technologies Intra'Know