Les blogs
du village
Jardin et cuisine de Chagane

Jardin et cuisine de Chagane


Statistiques
Nombre de visites : 49 365
Nombre de commentaires : 5
Nombre d'articles : 19
Dernière màj le 31/08/2013
Blog créé le 24/08/2013

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS

Climat montagnard

 27/08/2013



Le climat montagnard est un climat propre aux diverses régions de montagne, indépendamment de la zone climatique où elles se situent. Il se caractérise par des hivers froids et des étés frais et humides.


Dans chaque zone climatique, les rythmes thermiques et pluviométriques du milieu montagnard sont proches de ceux des plaines voisines, mais les températures sont plus faibles, et les précipitations augmentent au moins jusqu'à une altitude qualifiée d'optimale. L'exposition et la vigueur du relief apportent aussi des nuances importantes.


La pression atmosphérique et la densité de l'air diminuent avec l'altitude suivant une loi logarithmique, car l'air a tendance à se tasser au voisinage de la surface du globe. Le rayonnement solaire qui arrive sur un substrat est donc plus important en montagne qu'en plaine à la même latitude, car il y a moins d'absorption : vers3 000 m, aux moyennes latitudes, ce rayonnement est équivalent à celui qui arrive sur une plaine à l'équateur.


La température diminue avec l'altitude essentiellement car la raréfaction de l'air limite l'absorption des radiations infrarouges, issues de l'absorption des radiations solaires par le sol (moins d'effet de serre). Le gradient thermiquemoyen est d'environ 0,6 °C tous les 100 m. La température varie d'une valeur d'environ 1 °C pour 100m, lorsque l'humidité relative de l'air est inférieure à 100 % (air sec), à une valeur d'environ 0,5 °C pour 100 m, lorsque l'air est saturé. La qualité hygrométrique de l'air est donc déterminante et en général, le gradient thermique tourne autour de 1 °C pour 100 m en bas de versant et de 0,5 °C pour100 m lorsque l'air devient saturé.

Sous les moyennes latitudes, en été, les températures sont douces ou chaudes le jour, fraîches la nuit. L'hiver est nettement plus froid et les amplitudes quotidiennes sont plus faibles. Au-dessus de 2 000 m, le milieu est peu hospitalier pour l'homme mais propice au développement des sports d'hiver. Par exemple, dans la vallée de l'Arve, à Chamonix-Mont-Blanc (1 037 m d'altitude), la moyenne de janvier est de -5,8 °C et le nombre moyen de jours de gel, de 187 ; au Sonnblick (Alpes autrichiennes), à 3 326 m, la moyenne de février est de -13,5 °C et le nombre de jours de gel, est supérieur à 300.


L'influence de l'exposition au rayonnement solaire et la vigueur du relief apportent des nuances fondamentales, surtout sous les moyennes latitudes.

 

Le climat montagnard est rude, non seulement pour les végétaux, mais également pour le jardinier dont les cultures ne poussent seulement que quelques mois par an. Pour la nature et le monde végétal, l'année se découpe en deux grandes périodes à peu près égales : la belle et la mauvaise saison. Un rythme de vie qui s'impose aux plantes comme au jardinier, dont l'essentiel des travaux se déroule durant les beaux jours.

Ainsi, les mois de mai à octobre représentent une phase d'intenses activités où il faut semer, planter, entretenir et soigner les plantations. Cependant, à ces tâches s'ajoutent les opérations spécifiques aux jardins d'altitude, telles que la protection des essences contre le froid et la neige.
L'hivernage occasionne un surplus de travail important : en automne, avec l'installation des étais et protections diverse; puis au printemps suivant, avec la dépose de ces structures. Des interventions qui augmentent sensiblement lorsqu'on opte pour des espèces fragiles et délicates. C'est pourquoi, bon nombre de jardiniers se limitent aux seules essences rustiques et montagnardes afin de s'adapter aux contraintes climatiques et topographiques de leurs jardins d'altitude.

Source Wikipédia




 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :