Les blogs
du village
Mon Sénégal

Mon Sénégal

S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 398 923
Nombre de commentaires : 616
Nombre d'articles : 113
Dernière màj le 23/04/2018
Blog créé le 08/09/2012

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Cela faisait très longtemps que je n'y étais pas retourné, mais j'adore toujours autant cet endroit.

Notre hôtel en haut de la falaise


Entrée de l'hôtel


La porte de notre chambre


Et notre petite terrasse privée


Avec une vue magnifique


des enfants qui s'ébattent joyeusement dans l'eau


des pêcheurs qui partent et reviennent


la remonté des pirogues au sec est très difficile


Et baignade des moutons pour les déparasiter


petite balade en direction de la plage


Vue du restaurant au nous avons déjeuner


Des vagues un peu trop forte pour se baigner


mais un très beau paysage


et de magnifiques couchers de soleil



Popenguine (ou Poponguine) est un petit village situé au bord de l'océan




L Sénégal étant un pays assez plat, j'ai eu la curiosité d'aller voir la falaise de Popenguine qui domine la mer à 74 m.


Des rochers à la forme torturée se dressent déjà au milieu de la mer


En me rapprochant je remarque de drôles de sculptures à même la pierre que différents artistes ont créees.






En se rapprochant de la falaise, quelques vestiges de la dernière guerre mondiale.


Popenguine est un village écologique. Une association de femme se bat pour préserver les ressources naturelles de la région et sont soutenues par la fondation Hulot.


Cette falaise me fait penser à un décors de western...






En prenant un peu de recul, une vue plus large de la falaise.


Malgrè sa taille, le village de Popenguine est connu dans tout le Sénégal, car tous les ans, un grand pélerinage marial se fait pour  la pentecôte. Une grande marche de 52 km relie le cap des biches de Rufisque à Popenguine. Certains commencent même la marche à partir de l'église des martyrs de l'Ouganda de Dakar, soit 76 km.
Popenguine est un haut lieu du catholicisme au Sénégal.



Bienvenue au village des tortues de Noflaye. 
Ce village des tortues est installé au milieu d'une réserve botanique de 3 hectares. C'est un centre de repeuplement qui recueille et sauvegarde les espèces menacées. Ce travail est fait en collaboration avec le village des tortues de Gonfaron situé dans le var.


La sulcata qui est la plus grosse tortue d'afrique (elle peut atteindre jusqu'à 100 kg) est malheureusement menacée de disparition.

La tortue ci-dessous a eu sa carapace cassée par une voiture. Elle est donc fragilisée et ne pourra probablement jamais retrouver sa liberté.


La Geochelone sulcata a trouvé un refuge sûr dans ce village


Elle creuse des terriers de 5 à 6 mètres de profondeur qui lui permettent de se protéger des grosses chaleurs.


Le village se situe dans une forêt protégée ou se cotoient beaucoup d'espèces d'arbres. On se retrouve plongé en pleine nature africaine...


Ici, un figuier étrangleur et ce qui reste de sa victime qui était un palmier à huile


Le cadre est des plus beaux...




Ici de jeunes tortues


Le village des tortues, même s'il abrite principalement des Sulcatas, est également habité par d'autres espèces de tortues comme cette terrible tortue de Floride, dont son propriétaire s'est débarrassé. Il est bien sur hors de question que celle-ci soit relâchée dans la nature !


celle-ci (Je crois que c'est une tortue boite qui vit dans les estuaires) a la particularité d'avoir une carapace mobile(on apperçoit la jointure au dessus de la patte) qui lui permet de se refermer de manière étanche en emprisonnant de l'air lui permettant ainsi de flotter.


Cette tortue étoilée de Madagascar vivait chez des particuliers qui l'ont très mal nourrit, ce qui a provoquer chez elle une obésité qui a complétement déformé sa carapace. En arrivant au village, elle ne pouvait même plus marcher. Après un régime adaptée, elle peut de nouveau se déplacer même si c'est encore avec difficulté et que sa carapace ne retrouvera jamais sa forme initiale..


nous voici à la pouponnière.


Ces petites tortues sont âgées de 6 à 8 semaines.
C'est la température qu'il fait lorsque que les oeufs sont en terre, qui décidera du sexe de la tortue. Entre 28 et 30°C ce sera une femelle, entre 30 et 32°C ce sera un mâle.


Le but de ce village est de pouvoir réintroduire la sulcata dans la nature. Plusieurs tortues ont déjà été réintroduites dans le Ferlo (Nord-est du Sénégal) et elles sont suivies par des biologistes qui observent comment se passe leur adaptation en milieu naturel.



Le lac rose

 31/03/2015
Aujourd'hui, je vais vous parler du lac rose. D'ailleurs ce n'est pas son vrai nom. Il s'appelle lac Retba. On ne l'appelle lac rose que depuis quelques décénies car les habitants de Niaga (le village qui jouxte le lac) se sont réveillés un beau matin de 1976 pour découvrir que leur lac était devenu rose ! Pourquoi est-il devenu rose du jour au lendemain ... le mystère  reste entier.

Mais pourtant me direz-vous, sur cette photo il n'est pas rose !


Et bien non ! Il n'est pas toujours rose. tout dépend d'un certain nombres de facteurs : Il faut une belle journée ensoleillée et beaucoup de vent.
La couleur rose vient de bactéries qui produisent un pigment rose  pour se protéger du sel et que les rayons du soleil réfléchissent.
Et le voilà bien rose.


Malheureusement, la surexploitation du sel menace ce site exceptionnel. De 15 km² au XVè siècle, il ne fait plus que 3,5 km² aujourdh'ui et il ne cesse de diminuer. Sa haute teneur en sel fait vivre des centaine de familles. la salinité est de 300g de sel par litre (contre une moyenne de 32g par litre pour l'océan)

Les ramasseurs de sel exercent un travail très pénible. Le lac n'etant pas très profond, ils vont en pirogue ou en barque au milieu du lac. Après s'être enduit le corps de beurre de karité pour se protéger de la brulure du sel, ils descendent dans le lac et casse à l'aide d'un grand bâton, la croute de sel formée au fond du lac et l'empile dans leur embarcation.


Puis ils ramènent leur chargement vers le rivage.


Les femmes attendent et remplissent des bassines qu'elles vont ensuite vider plus loin. Chaque ramasseur a son tas de sel et un petit panneau ou une marque désigne son propriétaire.


Le cours du sel est très fluctuant. On attend donc un maximum de temps en espérant une monté des prix pour le vendre plus cher, au risque de le voir au contraire baisser.
Le jour de la vente, le sel est mis en sac et acheminé vers des camions.
Chez le distributeur, le sel est envoyé dans le monde entier. Et bien qu'il soit tout a fait consommable, le sel du lac sert essentiellent pour le salage des routes l'hiver dans des pays comme la france.


Les tas de sel sont plus ou moins importants selon la richesse du ramasseur (qui se compte en nombre de pirogues)




Mais le lac Retba est avant tout une merveille de la nature à voir si vous venez visiter le Sénégal



Depuis quelques temps déjà, j'essai de marcher 2 ou 3 fois par semaine pour me remettre en forme. J'en profite pour offrir mes kilomètres à la petite Lou dont je vous avais parlé il y a quelques temps (pour mémoire cliquer ICI ).
Je pars donc à la découverte des petits chemins autour de mon village, accompagnée de mon fidel Sultan. 
Au loin, j'apperçois une étrange maison. Je me rapproche donc et je découvre un édifice surprenant que je photographie.
En rentrant chez moi, je m'empresse de lancer une recherche internet.
Il s'agit d'une maison eco dôme qui avait été construite à la périphérie de mon village pour une phase test en 2009. J'en conclu donc que cette phase n'a jamais aboutie et c'est bien dommage. Ici c'est le grand model de 10 pièces, parfaitement adapté à la famille sénégalaise qui est nombreuse.
Cette maison est entièrement faite avec des sacs de terre et est resistante aux séismes et aux inondations et elle est 50% moins chère qu'une construction " normale". 









J'ai trouvé sur youtube une vidéo montrant la technique de construction d'un eco dôme :


Petit Mbao

 02/02/2013
Aujourd'hui, je vous emmène à Petit Mbao.

En arrivant, un joli mur de bougainvilliers multicolors


La plage de Petit Mbao


Un visiteur sympathique nous accueille






Voici les ramasseurs de coquillages vides




Ensuite on passe les coquillage dans une machine qui les trie selon le calibre.
Ce jour là, elle n'était malheureusement pas en fonction... 


Les coquillage entiers ou en poudre sont séparés...






Et malgré un ciel couvert, une jolie luminosité


Avec les coquillages, on fabrique toutes sortes de choses :

Des dalles 


des pots de fleurs


On décore des bancs ou des parterres de fleurs...




ou juste pour garnir le pied des arbres.



Sur la route de Sendou

 18/11/2012
Hier, pour profiter du beau soleil, nous avons décidé de passer une petite journée à la plage.

Sur le chemin, entre deux poteaux éléctrique, j'apperçois au loin pleins de petits points semblant flotter dans l'air..;
Mais qu'est-ce donc ???


Je me rapproche et .....


Attention, arachnophobes s'abstenir....


Pour vous donner un ordre d'idées, elles sont de la grosseur d'une main sans les doigts.
Ne faites pas trop de cauchemards....



Mar Lodj

 11/11/2012
Aujourd'hui, je viens vous parler de Mar Lodj ou Mar Lothie.
Une petite île située dans le Delta du Siné Saloum et classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Nous nous mettons donc en route et en chemin, nous croisons toujours ces camions avec des chargements incroyable !


Dans une bétaillère, un passager bien installé au dessus des bêtes...


Une petite halte au bord de la route pour observer une grande termitière


Une route dépaysante et incroyable....


...car faite de coquillages !


Enfin, nous arrivons à l'endroit où les pirogues nous attendent pour nous mener jusqu'à Mar Lodj


Nous nous enfonçons dans le delta au milieu de la mangrove


Cet endroit est une grande réserve naturelle pour les oiseaux.


Et toujours la mangrove...


Au loin, un baobab sacré


Puis enfin Mar Lodj...


Une très belle petite église où chaque dimanche une messe est célébrée au tam-tam


Et la mosquée en construction.


Les rues du village




Un énorme cochon....








Le tam-tam téléphone...
Un initié tape des rythme suivant la nouvelle à annoncer : Mariage, décés ou autre. Le son porte très loin et tout les villages aux alentours, sont ainsi informés...




Transport du bois de chauffe


Un petit étale de légumes


Nous sommes invités un manger un bon yassa.


Puis, petit tour en charette


Une baignade au milieu des palétuviers.


Et un petit tour en brousse avant de s'en aller....



un embarcadère à été construit pour permettre à des navettes de faire Rufisque-Dakar. Tout est achevé depuis bientôt 3 ans... et il n'est toujours pas en activité !!!
Le sera t-il un jour où est-ce encore de l'argent jeté par les fenêtres ? 


Pirogue en construction


une fois terminées et peintes, hop...à l'eau !




Les pêcheurs au travail


Et au bord de la mer, le cimetière catholique. A l'arrière plan du cimetière, une mosquée.
Ceci est une très belle histoire. La communauté catholique n'avait pas de place pour leur cimetière. Alors les musulmans leur ont offert un grand terrain au milieu de leur propre quartier. C'est pour cela que le cimetière catholique se situe au beau milieu d'un quartier musulman. Et ces derniers veillent avec bonté et générosité sur le repos de leurs frères catholiques !


Nous voici vers le coin des tanneurs situé juste à côté du cimetière





Rufisque : La ville

 25/10/2012
Voici donc Rufisque. Tristement célèbre pour ses embouteillages et sa saleté !!!
Dommage, car cette ville a un haut passé historique.
Rufisque a longtemps été la capitale de l'arachide. C'était aussi le principal port du Sénégal avant l'expansion de Dakar. Malgré cet aspect totalement désordonné et anarchique, Rufisque offre à qui sait regarder plus loin que les apparences, un étonnant mélange de modernité et de traces historiques.

A l'entrée de la ville, la cimenterie 


Et l'usine d'une célèbre marque !


Arrivée en ville par l'un des moyens de transport les plus utilisés, car peu onéreux


Un fast food. Et je peux vous garantir que les hamburgers d'ici sont délicieux !!! 


Il est vrai que les rues paraissent un peu brouillonnent !!!


Les artisans exposent leur travail sur les bas côtés des routes. 


On comprend le pourquoi des nombreux embouteillages !








Quand ce n'est pas le passage du train qui s'en mêle !




Lorsque l'on pénètre plus au centre, c'est un dédale de petites rues où l'on vend tout et n'importe quoi








Voici l'une des nombreuses écoles publique. C'est dans celle là que mon mari a été en primaire.


La plus grande mosquée de la ville


L'église de Rufisque


Et voici les vestiges de la colonisation. De très beaux bâtiments qui sont trop peu entretenus, voir laissés à l'abandon.


Et même si on ne le remarque pas, Rufisque est en bord de mer...



Dakar...

 14/10/2012
Je n'ai pas beaucoup de photos de Dakar. Je n'aime pas beaucoup les grandes villes, car je suis une vrai villageoise !
J'espère quand même que Dely retrouvera quelques coins qu'elle a visité !


Le palais présidentiel 


Le ministère des affaires étrangères situé place de l'indépendance.


L'assemblée nationale place soweto


Le musée des arts Africains ou musée de l'IFAN Place soweto


La place du tirailleur avec la statue de Dupont et Demba. Les frères d'armes Français et Sénégalais.


La gare de dakar.


La route qui borde la gare maritime d'où partent les chaloupes pour Gorée.
Dely, je pense que l'agence de ta fille était dans ce quartier.


La cathédrale de Dakar où cathédrale du souvenir Africain


Le monument de la renaissance africaine Construit sur l'un des deux volcans que forment Les Mamelles.


Le phare des Mamelles construit sur le deuxième volcan.


Vue de Dakar du haut du monument de la renaissance africaine.


En allant vers la corniche, un baobab se dresse au beau milieu de la route !


A l'occasion des fêtes de fin d'année et du festival des arts nègres. Un beau sapin métallique avait été dréssé place de l'indépendance.


Le voici illuminé de nuit.


Petite illumination de fin d'année



Sendou

 05/10/2012
A première vue, Sendou est un village au bord d'une plage comme les autres !
 
Au bord de la plage, ce que les gens appelle les cabanons (ni plus ni moins que des maison sur la plage)


Avec ses beaux couchés de soleil


Avec ses pirogues de pêche


Une belle plage de sable fin !


Où on s'ébat joyeusement dans l'eau ( oui, oui c'est bien moi que mon mari essait de couler !)


De la verdure et de jolies maisons


Mais que sont donc ces pierres sur la Plage ?


Voici le paradis transformé en cauchemard !


La mer avance inéxorablement....


et les constructions qui avaient une magnifique vue sur la mer, se retrouve face à une eau qui monte sans cesse et ne laisse que ruine sur son passage.


je crois que les photos parlent d'elle-même... Je n'ai malheureusement rien à ajouter.



Kayar : Un modèle !!!

 26/09/2012
Kayar est un modèle pour tous les villages de pêcheurs au Sénégal !
Les habitants ont décidé de se mobiliser et de s'organiser pour une pêche durable ! ils appliquent des quotas de pêche et cela a considérablement augmenté le nombre de poissons et leur pêche n'en est que meilleur.
De plus, chaque soir, tous se mobilisent pour nettoyer la plage. Les habitants ont compris qu'en protégeant leur littoral, ils protégeaient leur avenir.
D'ailleurs, l'émission Thalassa consacrée au sénégal, a été tournée à Kayar. 

Les habitants ont même eut l'idée d'ouvrir un petit syndicat d'initiative avec des guides certifiés pour éviter tous problème


La rue principale du village, appelée avec humour :les Champs Elysée


Et la plage, avec des pirogues à perte de vue ...




Six milles pêcheurs travaillent à Kayar


Les milans en profitent pour récupérer quelques poissons tombés des caisses


Kayar est jumelé avec la ville de Lorient en Bretagne.


Les pêcheurs remontent les pirogues sur les plages à l'aide de gros rondins de bois




Lorient à participé à l'achat des tenues des pêcheurs


on prépare le filet


Quelques belles prises ...




on étale les filets dans les artère du village ou ils seront séchés et réparés .


Avec parfois un visiteur imprévu...


Les poissons sont séchés sur des séchoirs en plein air




Puis on apporte par charette , des branches de filao séchés pour préparer le fumage.


Quand il y a de petites quantités de poisson, on le fume à même le sol...


...sinon, dirrection les fumoirs.



Saint-Louis est une des villes les plus importante du Sénégal. C'est la première ville fondé par les europééns en Afrique occidental .
C'est un haut lieu de métissage, et de culture. Beaucoup de festivals y ont lieus chaque années.  

Et voici le symbole de la ville : le pont Faidherbe construit en 1897. Il a été reconstruit entre 1929 et 1931 pour cause d'errosion.


Le marché aux poissons de Saint-Louis est très impréssionnant !
Beaucoup de monde...


...et beaucoup de poissons




Les rues de saint-Louis, dans les quartiers populaires


Une énorme grue à vapeur de 20 tonnes ! Elle date de 1880 et est arrivée de France par bateau pour la construction du chemin de fer reliant Nayes à Bamako au Mali;


D'étonnantes constructions coloniales. Ici un escalier à l'intérieur d'une ancienne maison


Un tisserand au travail


Des bougainvillier cascadant du toit d'une maison




Le lieu qu'on appelle avec beaucoup d'humour : la croisette


pirogue de pêcheurs




Pêcheurs partant en mer au coucher du soleil





Fadiouth

 21/09/2012
Souvent, on parle de Joal-Fadiouth comme d'un seul et même village. Joal est le plus grand et est la patrie du président poète Léopold Sedar Senghor. 
Fadiouth le plus petit des deux villages est en fait constitué de 3 îles artificielles faites d'un amoncellement de coquillage. La légende dit qu'au cours des siècles, les pêcheurs rejettaient les coquillages au même endroit et que les îles sont nées ainsi.
Fadiouth est relié à Joal par un pont de bois. On y va à pied, en charette ou en pirogue.

Voici le pont :




Pour ma visite, j'ai choisi la pirogue


Par ce moyen, j'ai pu admirer les palétuviers qui forment la mangrove, et même un pélican !




Et un joli crabe violoniste sur les racines d'un palétuvier


puis, je me rapproche des greniers à mil sur piloti . ils ne sont accessibles que par pirogue et protègent les récoltes des rongeurs.




Puis, je repars en pirogue en dirrection du cimetière où chrétiens et musulmans reposent côte à côte en paix et sérénité.







Lîle où se situe le cimetière est entièrement faite elle aussi de  coquillages.




Retour sur l'île principale, me voici devant l'arbre à palabre, où les vieux sages se réunissent pour régler les problèmes du village ou pour trancher entre deux partis dans des conflits personnels.
Ici l'arbre à palabre est un magnifique baobab.


Le fruit du baobab est le pain de singe et est utilisé notamment pour préparer un délicieux jus sucré !


Au détours des ruelles entièrement couvertes de coquillages, je me retrouve devant l'église


Du coton pousse un peu partout dans le village


Même les murs des maisons sont faits à base de coquillages !


Les animaux domestiques se promènent librement


Tout ici respire le calme et la sérénité


Et voici mon tour de l'île aux coquillages arrivé à son terme...



Île de Gorée

 20/09/2012
Lîle de Gorée se situe à 4 km au large de dakar.
Pour y arriver, Une petite traversé de 20 minutes sur la chaloupe.




Qu'il est bon de flâner au gré des ruelles fleuries


Nos pas nous emmènent juqu'à la maison des esclaves. C'est en ce lieu qu'est conservé l'atroce réalité de l'esclavage. Seuls les insensibles peuvent rester de marbre !!!!


Statue de la libération des eslaves


La fameuse porte sans retour. Les esclaves passaient cette porte pour embarquer vers les navire qui les emménéraient à jamais loin de leurs pays !


entamons le montée jusqu'au sommet de l'île




Arrivés au sommet se dresse le mémorial de l'île


et un étonnant canon n'ayant servie qu'une seule fois durant la guerre et encore c'est par erreur qu'ils ont coulé un navire marchand britanique !


Et une vue époustouflante s'offre à nos regards émerveillés !












En redescendant, nous croisons l'une des première mosquée costruite en dur du sénégal. Elle fut battie en 1890


Et puis, nous continuons notre route jusqu'à l'église Saint Charles Borromée dont la constuction s'est achevée en 1830


malgré que ce site soit classé au patrimoine de lunesco, de magnifiques demeurres coloniales sont laissés à l'abandon


Et de l'autre côté de l'île, le castel aujourd'hui transformé en musée



Aujourd'hui, je vais vous faire découvrir mon petit hâvre de paix. Un endroit qui m'enchante tout particulièrement : Toubab Dialaw.

Arrivée sur les hauteurs de Toubab Dialaw 


Des maisons pittoresques !


Et une plage magnifique !















C'est un petit hotel loin des chemins touristiques et entièrement dédié à l'art. Crée par le sculpteur, dramaturge et poète haïtien Gérard Chenet, il est entièrement construit avec des matériaux naturels ramassés sur place. Il est alimenté en eau par une source et en éléctricité par des panneaux solaires.
Malgré ses 85 ans, Gérard Chenet vous accueil avec chaleur et simplicté dans cet endroit paisible où sont organisés des stages de danse, de scuplture, de peinture... Bref sur tout ce qui touche à l'art en général.
Un vrai petit coin de paradis !!!























 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :