Les blogs
du village
Jess cuisine

Jess cuisine

Jess Delices

Bienvenue sur mon blog !
snacks et patisserie

Fondant chocolat

 07/12/2015
Type : Dessert
Difficulté : Moyen
Préparation : 20 minutes
Cuisson : 18 minutes
Pour : 8 personnes
  • 200 g de beurre
  • 100 g de farine
  • 300 g de sucre
  • 200 g de chocolat noir
  • 6 oeufs
  • Faire fondre le chocolat avec le beurre dans une casserole à feu très doux.
  • Mélanger dans un récipient le sucre, la farine et les oeufs.
  • Mettre le mélange chocolat/beurre dans le récipient avec l'autre mélange.
  • Bien remuer le tout et le verser dans un moule à baba.
  • Chauffer le four à 180° sole pulsée et faire cuire le gâteau 18 minutes pas plus !!


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Délice aux Fraises

 07/12/2015
Type : Dessert
Difficulté : Moyen
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 150 minutes
Pour : 2 personnes
  • 300 g de fraises

  • Sirop de fraise (de framboises pour moi)

  • 30 g de sucre en poudre

  • 1 blanc d'oeuf

  • Pour la Décoration :

  • 2 petites fraises

  • 1 feuille de basilic

  • Éclats de pétales de roses cristallisées

  • Lavez les fraises rapidement sous l'eau. Équeutez-les, puis mixez avec du sirop jusqu'à l'obtention d'un coulis. Versez dans les verrines.
  • Préchauffez le four à 100°C.
  • Mettez le blanc d'oeuf dans un saladier et montez-le au batteur électrique à vitesse lente.
  • Augmentez la puissance du batteur et battez jusqu'à l'obtention d'un blanc bien ferme.
  • Ajoutez le sucre petit à petit. Le mélange final doit être très ferme et bien brillant.
  • Versez le mélange dans une poche à douille, dressez-en la moitié en meringues sur une plaque recouverte de papier de cuisson et faites cuire 2h30 environ dans le four à 100°C.
  • Coulez le reste du mélange dans une casserole d'eau frémissante et faites cuire 1 à 2 minutes environ de chaque côté. Posez les blancs sur le coulis de fraises. Décorez chaque verrine avec une fraise, du basilic ciselé et des éclats de roses cristallisées. Réservez au réfrigérateur quelques heures avant de servir...


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Type : Dessert
Difficulté : Facile
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 25 minutes
Pour : 4 personnes
  • 3 bonnes poignées de raisins secs

  • Colorants alimentaires (ici jaune, rouge et vert)

  • 250 g de farine fermantente

  • 120 g de sucre

  • 1 oeuf

  • 60 g de beurre fondu

  • 1 pincée de sel

  • 25 cl de lait

  • Eau chaude

  • Rhum

  • Laissez tremper les raisins dans un mélange d'eau chaude et de rhum (moitié - moitié).
  • Mettez le four à préchauffer sur 200°C.
  • Égouttez les raisins après 1/2 heure environ de trempage.
  • Mélangez tous les ingrédients dans un saladier, à la spatule (sauf les colorants).
  • Ajoutez 1 cuillère à café de colorant jaune à la pâte. Répartissez dans des moules à cakes individuels. Laissez tomber une goutte de colorant (rouge ou vert) sur chaque petit tas de pâte.
  • À l'aide d'un cure dent, répartissez la couleur pour créer un dessin, puis enfournez 25 minutes.


 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Habitant à la campagne, chaque année, la pelouse était complétement ravagée par les monticules de terres dûes aux taupes !
Les produits achetés en jardinerie ne sont pas arrivés à faire fuir les indésirables jusqu'au jour où, déversant des granulés répulsifs pour les chats en bordures de mes jardinières, l'odeur insupportable qui s'en dégageait me donna une idée. J'ai déversé quelques granulés dans chaque trou de taupes. Cela a été radical !
Depuis 3 ans, plus aucune taupe n'est revenu. Effectivement, les taupes n'aiment pas les odeurs fortes et croyez-moi, ces fameux granulés répulsifs durent des années, à l’abri dans les galeries souterraines !

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Vous possédez une collection d’hostas et, chaque printemps, vous redoutez l’attaque des limaces et autres escargots baveux. C’est alors que chaque année vous videz la boite de granulés anti-limaces autour de vos précieuses plantes.

 

Il est vrai que les hostas avec leur feuillage tendre et leur exposition ombragée est un met de choix pour tous ces gastéropodes. Mais en utilisant les mauvais granulés à mauvais escient vous pouvez faire plus de mal que de bien à la faune de votre jardin (je pense aux hérissons qui peuvent mourir en les ingérant).

 

Si vous avez de jeunes hostas que vous voulez protéger je vous propose la triple protection suivante. Si tout espoir d’avoir de beau hostas en pleine terre est perdu, commencez par les transplanter dans de grands pots (à l’automne de préférence). En effet une culture en pots est tout à fait adaptée à ce type de plante et en plus c’est très joli.

 

La triple protection que je vous propose concerne donc (vous l’aurez deviné) les hostas en pots.

 

Premièrement couvrez le pied de vos plantes avec du paillage de chanvre. Les vilains mangeurs de feuilles détestent le chanvre et de plus la texture de ce paillage rend beaucoup plus difficile leur progression.

 

Seconde action, cerclez le tour du pot avec un câble en cuivre (de câblage électrique dénudé sur toute sa longueur fera l’affaire) ; Il paraît que le cuivre est extrêmement désagréable pour les limaces et escargots (essayez de lécher un bout de cuivre, c’est pas très agréable pour vous non plus…)

 

Troisième élément de cette protection, épandez des granulés anti-limaces autour de vos pots : mais ATTENTION pas n’importe lesquels. Utilisez des granulés bio à base de phosphate ferrique qui sont inoffensif pour les animaux à sang chaud (hérissons, chats, chien,…).

 

Les granulés anti-limaces bio sont vendu sous le nom commercial de FERRAMOL. Dans la composition du produit vous devez lire phosphate ferrique. Si vous lisez que les granulés sont à base de métaldéhyde n’achetez pas car le produit est nocif !!

 

Je teste actuellement cette méthode sur mes hostas en pot et pour l’instant je n’ai pas de dégâts à déplorer.

 

Hortiman



 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Depuis la nuit des temps, les plantes cultivées ou sauvages sont utilisées pour guérir ou prévenir certains troubles de la santé.

Le mois de février a vu exploser le nombre de maladies (grippe, toux, maux de gorge, etc...).

Grâce aux recherches scientifiques, on a pu prouver le pouvoir thérapeutique de certains de nos légumes. Parmi eux, nous trouvons :

- L’ail qui a comme propriété de désinfecter l’organisme, notamment les bronches. L’ail est un puissant antiseptique (on le retrouve dans la composition de certains médicaments).

- L’épinard : plus précisément son jus qui a un pouvoir laxatif et peut soigner les gencives douloureuses.

- L’oignon : certains l’utilise pour soigner le rhume, en plaçant de fines lamelles enveloppées dans du coton dans les narines. Evidemment, vous pleurerez mais les microbes aussi. Ne pas dépasser 3 ou 4 minutes.

- Navet : l’eau de cuisson des navets soignera les maux de gorge. L’ajout de miel est conseillé.

- Le poireau dont les racines macérées plusieurs jours dans du vin blanc, viennent soulager les toux. Ce breuvage quotidien vous soulagera.

Le jus de cresson vous donnera un coup de fouet salutaire.

Le céleri rave élimine les toxines et stimule également l’organisme.

- Les radis atténueront les crises nerveuses et vos cheveux et ongles s’en trouveront renforcés. Etc….
 
Il est temps de faire le plein… au jardin potager bien sûr !

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Il existe dans notre organisme un rythme pendulaire acido-basique, différent en fonction des tissus et organes considérés. L'ensemble est en fait le reflet d'une adaptation constante de la vie aux conditions intérieures et extérieures du corps. Mais cette adaptation, condition essentielle à notre bonne santé, peut parfois s'avérer insuffisante face aux aléas de la vie moderne et faire pencher la balance en faveur d'une acidification des tissus de l'organisme. Les conséquences peuvent alors être redoutables…

Une métabolisation acidifiante

Dans notre organisme, les réactions biochimiques ne peuvent se dérouler que dans une zone très limitée du pH, en dehors de laquelle toute vie peut être paralysée. Le pH est l'unité de mesure du degré d'acidité (0 à 7) ou d'alcalinité (7 à 14) d'un liquide, la neutralité correspondant à un chiffre de 7. La sensibilité du corps aux variations de pH nécessite donc une possibilité de régulation très efficace: les systèmes tampons. Ceux-ci permettent les réactions biochimiques vitales dans une zone d'équilibre acido-basique favorable à l'activité des enzymes. L'organisme produit naturellement des acides du fait de son métabolisme intermédiaire, provenant essentiellement de la dégradation des protéines, divisés en deux grands types: les acides «volatils», éliminés par les poumons, et les acides «non volatils», éliminés plus lentement et plus difficilement par les reins. Si l'organisme ne peut pas produire d'acides éliminables (par exemple, par manque de vitamines et d'oligo-éléments) ou s'il existe une surcharge de l'acidité totale (acides d'origine alimentaire et métabolique), cet excès est stocké dans le tissu conjonctif. Sa structure particulière lui permet de se comporter comme une véritable éponge métabolique qui entrepose les déchets acides que les reins et les poumons n'ont pu éliminer. Or, c'est surtout dans la journée, période d'activité physique et d'apport alimentaire, que la surcharge d'acidité est importante. Pendant le sommeil, le tissu conjonctif remet en circulation l'excès de déchets métaboliques stockés pendant la journée.
Si les acides en excès ne sont pas éliminés, ils s'accumulent année après année dans le tissu conjonctif: c'est l'acidose tissulaire chronique, qui affecte le transport de l'oxygène et la nutrition des cellules, créant ainsi les conditions idéales au développement de maladies. Les symptômes de cette acidification sont très nombreux et variés: grande fatigabilité, troubles du sommeil, constipation, transpiration abondante des pieds et des mains, peau grasse, moindre résistance aux infections, etc.

La correction de l'acidose tissulaire

Un organisme dit «en bonne santé» possède une bonne activité d'épuration. Ses organes d'élimination, appelés émonctoires (reins, poumons, foie, peau et intestin), sont capables de le débarrasser de tous les déchets acides, à condition de ne pas surcharger les tissus en permanence. Par contre, la plupart des maladies chroniques (rhumatismes, diabète, affections rénales et vésicales, hyperthyroïdie, cancers, etc.) s'accompagnent d'une tendance marquée à l'acidose, elle même majorée par la sous-oxygénation des tissus, les infections, le stress ou la prise de médicaments comme les anti-inflammatoires et l'aspirine.
Afin de se rendre compte du degré de surcharge de l'organisme en déchets métaboliques, on peut mesurer le pH urinaire. Si celui-ci se situe fréquemment en dessous de 7, c'est le signe probable d'une surcharge des tissus en acides. Cette mesure se fait en général deux fois par jour (matin et soir) et ce pendant neuf jours.

Surveillez votre alimentation!

Le rétablissement de l'équilibre acido-basique passe par la lutte contre les facteurs favorisant l'acidification de l'organisme, en particulier des conseils diététiques adaptés. Ainsi, il faut réduire la proportion de certains aliments, comme les protéines carnées (viande, charcuterie, abats, extraits de viande) qui fournissent de nombreux acides (acide sulfurique, chlorhydrique, phosphorique, nitrique et surtout acide urique). Les protéines sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, mais dans des quantités bien moindres que ne lui apporte notre alimentation actuelle. Les céréales raffinées sont également productrices de corps acides. Café, thé et cacao sont riches en substances appelées purines, à l'origine de la formation d'acide urique, très toxique pour les tissus. Sucre blanc, farine de froment blanchie et dérivés, graisses raffinées sont aussi des aliments acidifiants.
D'une manière générale, le repas le plus important doit être le petit déjeuner, le repas de midi étant moyen, le repas du soir léger. Chacun doit contenir une proportion équilibrée de glucides, de lipides et de protéines. Il est recommandé de privilégier les céréales et les fruits le matin et à midi, ainsi que d'éviter l'excès de graisses et de protéines animales le soir. En cas de tendance à l'acidification, on augmentera la consommation d'aliments alcalinisants comme les légumes, les fruits et le lait, qui, en plus de leur caractère basique, apportent à l'organisme des sels minéraux et des oligo-éléments. La pomme de terre, quand elle est bien conservée, est un aliment idéal. Sa richesse en calcium et en potassium lui confère des propriétés alcalines intéressantes. Un certain nombre d'aliments sont en bon équilibre acido-basique et conviennent bien aux personnes prédisposées (céréales complètes, haricots verts, germes de blé, beurre frais, etc.).

Oxygénez-vous!

La marche au grand air, l'exercice physique, les séjours en altitude, comme toute activité qui active le métabolisme et accélère le rythme respiratoire, augmentent l'élimination des acides faibles et contribuent ainsi à une désacidification de l'organisme.

Des compléments alcalinisants…

Chez de nombreuses personnes, la correction de l'alimentation et une meilleure hygiène de vie ne suffisent pas à compenser cet état d'acidose tissulaire. Lorsque les mesures ci-dessus s'avèrent insuffisantes, il est nécessaire d'y ajouter des compléments alimentaires alcalins. Ces sels basiques, utilisés en cures plus ou moins longues selon le degré d'acidification de l'organisme, alimentent la réserve alcaline, épuisée par les déchets métaboliques. Ainsi, cette surcharge d'acides peut être remise en circulation, à partir du tissu conjonctif où elle était stockée, pour être peu à peu éliminée par les reins, à condition d'avoir une hydratation suffisante. Un apport supplémentaire de vitamines et d'oligo-éléments, nécessaire pour l'activation des enzymes à l'origine des transformations métaboliques dans notre organisme, est généralement conseillé. La correction du terrain acide permettra ainsi de se prévenir de bien des problèmes, mal vécus par beaucoup d'entre nous.

Claude Kondolff, docteur en pharmacie

C'est vraiment une question d'équilibre!

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Françaises, encore un effort ! L'allaitement maternel bénéficie d'un large consensus dans le monde médico-scientifique : il est reconnu comme le plus adapté nutritionnellement, le plus favorable à la santé, à l'immunité et au développement harmonieux de l'enfant, le plus bénéfique au lien mère - enfant... Il présente aussi de nombreux autres avantages pratiques et économiques.

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

Plusieurs études récentes montrent que la taille des portions influence la consommation d'énergie : plus elle augmente, plus l'ingestion de calories est théoriquement élevée. Or, le phénomène des portions « King size » est planétaire.

 Cet article vous est proposé par Certi'Ferme

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :